Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019
  • Pôle emploi
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 06/12/2019
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019
  • Les meutes
    animal DEBOUT
    Nb de signes : 6 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Demain
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 7 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/10/2019

Studio Infinite

  • ATELIER D’ÉCRITURE : écrire le côté obscur au Comics Corner (10 PLACES) [ Le 01/12/2019]
    Participez à un atelier d'écriture créative au Comics Corner dimanche 1er décembre 2019 pour créer votre personnage avec notre studio infinite !
  •  [ Le Atelier d’écriture : écrire de l’imaginaire à la librairie Le Nuage Vert (COMPLET)]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Candidate passionnée et obstinée
[Histoire Terminée]
Auteur: haruna Vue: 24318
[Publiée le: 2014-04-25]    [Mise à Jour: 2014-07-11]
13+  Signaler Général/Romance/Humour/Amitié Commentaires : 19
Description:
CANDIDATE PASSIONNEE ET OBSTINEE
Résumé :
« Vous me plaisez, Sakura. Vous n’êtes pas fait pour ce poste, mais j’aime votre courage. Dînons ensemble demain. Ainsi nous pourrons faire plus ample connaissance, n’est-ce pas ? ».
Il est si fier, si arrogant, à la limite exacerbant mais il a aussi cette charme naturelle qui fait de lui l’Homme le plus séduisant de Hartfort et peut-être du Connecticut.
Elle savait qu’elle jouait avec le destin mais, elle ne devait pas risquer de perdre et en aucun cas, elle ne devait tomber amoureuse de lui.
« Je n’ai nullement le désir de faire connaissance avec vous, Mr Uchiwa…sauf en tant que patron, bien entendu.
- Ai-je parlé d’autre chose, Sakura ? »
Comment pouvait-elle refusait si l’Homme en question lui offre une 2ème chance ?
Sakura Haruno, jeune file de 25 ans allait faire tout son possible pour obtenir un poste.
Mais convaincre le boss n’allait pas être facile. Cependant le résister le serait encore plus…

Cette fiction est terminée mais il me reste quelques vérifications et modifications à faire.
Crédits:
Tous les presonnages appartiennent à Masashi Kishimoto à part une certaine personne
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Kiba entre en scène

[2472 mots]
Publié le: 2014-05-10
Mis à Jour: 2014-07-11
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Coucou! voilà le 9e chapitre! J'aime pas trop ebisu mais bon, c'est le seul pers qui m'est venu en tête pour être directeur de publicité. Bonne lecture!

Chapitre 9 : Kiba entre en scène

-          Réunion à 15h, présence indispensable, lança Sasuke Uchiwa de la porte du bureau.

Sakura tapota de la pointe du stylo le rapport qu’elle était en train d’écrire.

-          Je n’ai pas de temps à perdre. Nous en avons déjà discuté, Sasuke. Il est inutile que nous assistions aux mêmes réunions.

-          Je veux que vous y soyez.

-          Et ce que Sasuke Uchiwa veut, il l’obtient, c’est cela ?

-          A peu près.

Leurs regards se croisèrent. Sakura fut la première à détourner le sien. Il y avait une dureté inhabituelle dans l’expression de Sasuke aujourd’hui. Au cours du mois qui venait de s’écouler, ils avaient marché sur des œufs, se montrant exagérément courtois l’un envers l’autre, prenant d’ultimes précautions afin que leurs sentiments personnels ne viennent pas interférer dans le travail. Mais aujourd’hui, Sasuke ruait dans les brancards. Sakura poussa un soupir et posa son stylo.

-          Très bien. Où a lieu la réunion ?

-          Dans mon bureau. Soyez à l’heure.

Sasuke tourna les talons et sortit en claquant la porte derrière lui. C’était devenu une habitude chez tous les deux. Sakura ne se souvenait pas que cette porte ait été fermée une seule fois calmement depuis son arrivée. Sans trop vouloir y attacher d’importance, elle sentait que c’était là un moyen d’extérioriser la tension qui montait souvent entre eux, une façon de dire qu’ils auraient volontiers oublié le travail pour tomber dans les bras l’un de l’autre. Sakura se demandait parfois si la solution n’aurait pas été une aventure sans lendemain. C’eût été une façon d’oublier une bonne fois pour toute cette attirance et de pouvoir travailler en paix.

Elle se cala dans son fauteuil et laissa son regard vagabonder autour de la pièce. Elle aimait son bureau. Moquette lavande, canapé de cuir ivoire en angle avec fauteuils assortis. Une  grande table basse en verre fumé parsemée de revues professionnelles. Au mur, des tableaux abstraits et surtout, derrière elle, cette immense baie vitrée qui offrait sur Hartford et ses environs une vue imprenable.

Pourtant, ce n’était pas ce qui faisait venir Sakura tous les matins avec cet enthousiasme infaillible. Elle adorait ce nouveau poste et, elle adorait travailler avec Sasuke.

Il débordait d’énergie, capable de dix heures de concentration par jour sans montrer le moindre signe de fatigue. Tout à tour enjoué ou en colère, infernal ou séduisant, il finissait toujours par conquérir son auditoire. Tout le monde l’aimait et Sakura n’était pas partie pour faire exception.

Elle pivota dans son fauteuil pour admirer la vue. On était en début septembre. Bientôt les arbres prendraient leurs teintes féeriques d’automne. Mais cette pensée ne retint pas longtemps son attention. Peu lui importait l’était du paysage, c‘était celui de son cœur qui l’intéressait.

Petit à petit, jour après jour, elle tombait amoureuse de Sasuke Uchiwa. A quoi bon le nier ? Jusqu’à présent, elle avait réussi à s’accommoder de l’attirance physique qu’elle éprouvait pour lui, à la refouler, à prétendre même qu’elle n’existait pas. Mais il en était une plus dangereuse encore : celle qu’elle éprouvait pour sa personnalité, pour son énergie, sa détermination, son enthousiasme et son humour, ses qualités humaines et professionnelles.

Depuis un moi qu’elle travaillait avec lui, Sakura découvrait un homme intègre, un homme qui avait des principes, pas un de ces chefs d’entreprise pour lesquels seul le profit importe. Elle savait qu’elle pouvait lui faire confiance. Et en parallèle avec ce sentiment en était né un autre, plus profond, plus voilent, et sur lequel elle ne voulait mettre de nom tant il l’effrayait. Pourtant, le regard perdu sur les méandres du Connecticut, elle savait en cet instant précis de quoi il s’agissait : les premiers tourments de l’amour…

D’un geste brusque, Sakura fit pivoter son fauteuil. Pas question de laisser la situation se compliquer davantage ! Son attirance pour Sasuke était déjà bien assez difficile à contrôler. Alors, tomber amoureuse ?

Elle plaqua se mains sur le bureau et se leva. Non, elle ne pouvait pas se le permettre, donc elle ne se le permettrait pas ! C’était aussi simple que cela. Une pure question de volonté, de détermination, de contrôle de soi. Bref, quel que soit le mot, elle étoufferait ce sentiment dans l’œuf. Cela n’enlevait rien au respect, à l’admiration qu’elle éprouvait pour Sasuke. Mais elle refusait d’en être amoureuse.

Et puis, Sasuke Uchiwa n’était pas le genre d’homme dont une femme sensée pouvait s’éprendre. Il avait eu trop d’aventures dans sa vie et s’il n’était pas encore marié à 35 ans, il ne le serait probablement jamais. Telle était la conviction de Sakura.

Sakura s’empara de son carnet d’un geste  décidé. Encore quelques semaines et c’en était fini de cette engouement ridicule pour Sasuke Uchiwa. Elle en rirait.

A 15h 01, elle se glissa dans le bureau de Sasuke. Il lui jeta un regard noir.

-          Vous êtes en retard.

-          D’une minute, monsieur Uchiwa.

-          Une minute de trop, lança-t-il avant de poursuivre avec l’ordre du jour.

Sakura s’assit, bouillant intérieurement. Quelques membres de la réunion avaient souri à cet échange verbal et elle n’aimait pas du tout cela. Sasuke avait toujours le dernier mot. Ne serait-ce qu’une fois, elle aimerait beaucoup le battre à son propre jeu.

-          Mademoiselle Sakura…

La voix de Sasuke l’arracha à ses réflexions.

-          Vous prenez des notes ?

-          Oh…

Elle se sentit rougir et ouvrit aussitôt son carnet.

-          Certainement monsieur.

En quelques secondes, elle se retrouva absorbée dans le labyrinthe des discussions techniques. Kiba, le nouveau directeur de la publicité, réclamait le lancement d’une première campagne. Il montra les épreuves des brochures qu’il entendait diffuser. Sasuke y jeta un rapide coup d’œil avant de les faire passer à Sakura.

-          Je désire un rapport complet sur ces brochures pour demain matin, mademoiselle Sakura.

-          Bien, monsieur.

-          Pourquoi avez-vous besoin d’un rapport de Sakura ? demanda Kiba. Vous pouvez voir par vous-même où je veux en venir.

-          Je n’ai pas le temps de les étudier à fond, expliqua Sasuke. C’est le travail de Sakura.

Kiba la regarda, songeur. Elle se garda bien de lever les yeux, faisant semblant de prendre des notes. Mais à la fin de la réunion, Kiba la rejoignit aussitôt.

-          Sakura, nous n’avons pas encore vraiment eu l’occasion de discuter, dit-il en lui tendant la main. Que diriez-vous de prendre un verre ensemble ?

Légèrement surprise, Sakura lui sourit et hocha la tête.

-          C’est une très bonne idée et excellente occasion de parler de vos plans pour le projet.

-          Exactement. Disons, ce soir ?

Elle se mit à rire.

-          Me prendriez-vous pour une superwoman ? Sasuke vient de me demander un rapport complet sur vos brochures pour demain matin. Je crains que ma soirée soit plutôt occupée. Mais ce n’est que partie remise.

-          Demain soir, alors ?

Il lui forçait un peu trop la main. Sakura s’excusa.

-          Désolée, Kiba. Je ne suis pas libre demain. Appelez-moi la semaine prochaine et nous verrons ensemble.

-          D’accord, je prends note, dit-il en souriant.

-          Sakura, je souhaiterais vous voir avant que vous partiez, lança Sasuke de l’autre bout du bureau.

-          Oui ?

-          J’aime beaucoup la façon dont vous vous êtes débarrassée de Kiba, dit-il, dès qu’ils furent seuls.

-          Débarrassée de lui ? Que voulez-vous dire ?

-          Visiblement, vous l’intéressez. Dès qu’il a compris combien votre avis était important pour moi, il n’a pas perdu un instant. Attention, Sakura. Vous pourriez être amenée à repousser beaucoup plus d’avances que vous ne l’aviez prévu.

Comme poussée par un démon, Sakura ne put s’empêcher de répondre :

-          Kiba est plutôt séduisant. Qui vous dit que j’aurais envie de le repousser ?

Le sourire de Sasuke s’évanouit.

-          Chercheriez-vous à me provoquer, par hasard ?

-          Moi ? rétorqua Sakura innocemment. Je ne vois pas pourquoi.

Sasuke hocha lentement la tête.

-          Je veux ce rapport sur mon bureau à la première heure demain.

-          C’est quoi la première heure ?

-          7h.

-          7h ! Vous êtes fou ?

Il ne prit même pas la peine de lever les yeux de ses dossiers.

-          7h sans faute.

-          Vous…

-          Oui ? Vous vouliez rajouter quelque chose ?

Sakura bouillait. Elle fit volte-face et sortit du bureau en claquant très violemment la porte.


 

Assise sur le canapé, les jambes repliées sous elle, Sakura sirotait son café. En rentrant du bureau, elle avait pris une douche rapide et s’était glissé dans son peignoir de soie pour examiner les brochures de Kiba. Complètement absorbée par sa lecture, elle en avait oublié l’heure.

Finalement, elle posa la dernière brochure et son regard s’arrêta sur le feu qui crépitait dans la cheminée. Quelque chose n’allait pas. C’était imperceptible mais ce que Sasuke s’efforçait de faire passer ne passait pas. Pourtant, les croquis étaient de tout premier ordre, le commentaire très professionnel. Sakura n’aurait su dire ce qui manquait. C’était indéfinissable.

Comment allait-elle pouvoir l’exprimer dans sn rapport ? Elle jeta un bref coup d’œil à sa montre. 21 h. Sasuke voulait le travail sur son bureau à 7h et elle n’avait pas la plus petite idée de ce qu’elle pouvait dire. Que c’était un très bon travail mais qu’il ne convenait pas, très professionnel mais pas adapté ?

Le sourcil froncé, Sakura s’empara de son carnet et tenta de noter quelques idées pour capturer cette impression si délicate. Lorsque la sonnette de la porte d’entrée retentit, elle ne l’entendit pas. Elle fixait son carnet, se demandant vaguement d’où provenait ce bruit.

Puis, soudain, elle comprit que c’était chez elle. Qui pouvait lui rendre visite à cette heure ? Elle s’approcha de la porte et l’ouvrit. Kiba… Que faisait-il ici ? Les mises en garde de Sasuke lui revinrent en mémoire. Mais elle écarta aussitôt l’idée qu’il puisse vouloir lui faire la cour. Non, il souhaitait certainement discuter des brochures, voilà tout.

-          Bonsoir, Kiba. Que me vaut l’honneur de votre visite ?

Le jeune homme laissa un regard admiratif glisser sur sa tenue.

-          Je voulais vous voir, dit-il en brandissant une bouteille de champagne. J’ai pensé que vous auriez peut-être besoin d’une petite pause dans votre travail.

Sakura marqua un temps d’arrêt, suspicieuse. Mais elle décida de lui laisser le bénéfice du doute.

-          Je n’ai certainement pas besoin de champagne. Mais vous êtes le bienvenu. J’ai quelques questions à vous poser au sujet des brochures, justement.

-          Excellente idée.

Elle s’empara des brochures, cherchant les mots appropriés pour exprimer son sentiment.

-          Comment le trouvez-vous ? demanda Kiba, très enthousiaste. Elles sont très réussies, n’est-ce pas ?

-          Eh bien… disons qu’elle est très belle. Cependant, il manque un petit quelque chose. Peut-être pouvons-nos le trouver ensemble.

-          Il manque quelque chose ?

Il se mit à rire et fit sauter le bouchon de la bouteille. Parfaitement à l’aise, comme s’il était chez lui, il ouvrit un placard et en sortit deux coupes.

-          Sakura, je sais que vous avez un peu touché aux relations publiques et à la publicité. Mais vous êtes loin de posséder mon expérience. Croyez-moi, ces brochures sont excellentes. Peut-être devriez-vous vous renseigner sur ce qu’est le vrai travail professionnel.

Sakura le fixait, interloquée par tant d’arrogance. Il ne l’avait même pas laissée exprimer son point de vue et déjà il lui faisait comprendre qu’elle ne savait pas ce qu’elle disait. Et pour aggraver le tout, voilà qu’il lui tendait cette coupe de champagne comme s’il était vraiment chez lui et pas elle.

Il but une gorgée et lui sourit.

-          Allons, Sakura, détendez-vous. Buvez un peu et laissez le bon vieux Kiba vous donner quelques leçons de publicité.

-          Le bon vieux Kiba ? Quel âge avez-vous, 35 ans ? Pensez-vous que ces quelques années en plus vous donnent le droit de dominer à ce point ?

-          Oh, allons… abandonnez un peu vos réactions de femme qui se veut libérée. Un homme avec un peu plus d’expérience arrive, et c’est le drame.

-          Il n’y a aucun drame.

-          Dans ce cas, pourquoi ne pas devenir amis ? Je crois que j’aimerais beaucoup… ajouta-t-il avec un regard enjôleur.

-          Vraiment ?

Sakura sentit une violente colère monter en elle. Kiba la prit par le bras.

-          Cessons de parler travail pendant quelques minutes, d’accord ? Et faisons connaissance sur un plan un peu plus personnel…

Sakura se dégagea.

-          Je ne crois pas que ce soit nécessaire. Nous pouvons très bien travailler sans cela.

Il marqua un temps d’arrêt, comprenant qu’il s’était engagé sur la mauvaise voie.

-          Je vous observe depuis un mois et je dois dire que j’admire beaucoup votre enthousiasme et votre travail.

-          Merci, répondit Sakura froidement.

Décidément, cet individu lui déplaisait de plus en plus. Lorsque la séduction ne marchait pas, il avait recours à la flatterie.

-          D’accord, parlons travail. Ces brochures sont mes créations et je veux savoir ce que vous allez dire dans votre rapport.

-          Dans cas, vous devriez attendre que Sasuke vous en parle lui-même.

-          Sakura, si vous me contrecarrez sur ce projet, vous le regretterez.

-          Je n’en ai aucune intention. Je souhaite travailler avec vous, pas contre vous. Mais quelque chose ne va pas, je vous l’ai dit.

-          Parfait ! rétorqua-t-il, profondément exaspéré. Je ne sais pas ce qui prend à Sasuke de demander un rapport à quelqu’un qui n’y connaît rien !

-          Vous vous trompez. Je sais tout à fait de quoi je parle. Vos brochures sont d’excellentes qualités mais il y manque le parfum du Connecticut. Elles pourraient concerner n’importe quelle ville du pays. Vos idées sont très cosmopolites, très sophistiquées mais elles devraient s’appliquer à Hartford. Nous ne somme pas à San Francisco, Seattle ou Détroit. Vous voyez ce que je veux dire ?

-          Qu’attendez-vous de moi, Sakura ? Que je mette des petits drapeaux d’Hartford tout autour ?

Sakura le fixa quelques instants sans rien dire ? Puis elle reposa les brochures sur la table.

-          Allez-vous promener un week-end dans le Connecticut et vous le découvrirez. Cela vous aidera à comprendre ce que je veux dire.

-          Je sais ce que vous voulez dire. Vous parlez de petits slogans étroits et autres. Tout cela est très mignon mais ne marchera pas. Je fais effectivement du cosmopolite et du sophistiqué. Croyez-moi, ces brochures sont les meilleures qui se puissent concevoir.

-          Dans ce cas, les ennuis ne font que commencer !

Ils se toisaient à nouveau. La tension était extrême dans la pièce. Lorsque la sonnerie de la porte d’entrée retentit, ils sursautèrent tous les deux.

-          Quoi encore ? marmonna Sakura.

Elle ouvrit la porte d’un geste brusque. Sasuke Uchiwa se tenait sur le seuil. Ils échangèrent un bref regard. Mais déjà, Sasuke évaluait la situation. La tenue décontractée de Sakura en peignoir de soie, le feu crépitant dans la cheminée, la bouteille de champagne, les coupes à moitié vides et la présence suspecte de Kiba.

Il posa sur Sakura un regard lourd de questions. Elle sentit son cœur s’arrêter tandis que plusieurs scénarios catastrophiques lui traversaient l’esprit. Elle était renvoyée, Kiba aussi. Ils l’étaient tous le deux. Vue de l’extérieur, la situation était compromettante.

-          Sasuke, croyez-moi, murmura-t-elle, affolée. Ce n’est pas du tout ce que vous pensez…

Commentaire de l'auteur Qu'en pensez-vous?
Le prochain chapitre sera pour mercredi prochain.
Et merci pour les 2000 vues et plus! j'espère que ça va continuer ainsi!
A bientôt!
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales