Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019
  • Pôle emploi
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 06/12/2019
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019
  • Les meutes
    animal DEBOUT
    Nb de signes : 6 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Demain
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 7 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/10/2019

Studio Infinite

  • ATELIER D’ÉCRITURE : écrire le côté obscur au Comics Corner (10 PLACES) [ Le 01/12/2019]
    Participez à un atelier d'écriture créative au Comics Corner dimanche 1er décembre 2019 pour créer votre personnage avec notre studio infinite !
  •  [ Le Atelier d’écriture : écrire de l’imaginaire à la librairie Le Nuage Vert (COMPLET)]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Buddy or not?
[Histoire Terminée]
Auteur: pouletfree Vue: 10612
[Publiée le: 2015-02-03]    [Mise à Jour: 2018-10-30]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Policier/Amitié/Univers alternatif Commentaires : 72
Description:
Temari est sergent dans la police de Leafville. Elle est l'une des meilleures. Seulement un jour, on lui colle dans les pattes un jeune gars tout juste sorti de l'école de police.
Bien sûr, elle est enchantée....ou pas. C'est le début d'une collaboration houleuse...

La saison 2, "Buddy or What?" est en ligne.

Presque 9 500 vues... c'est dingue elle va bientôt rejoindre sa petite sœur Buddy or What à 10 000. Merci vraiment pour vos lectures et bienvenue à ceux qui découvrent aujourd'hui cette fic sur laquelle je bosse depuis trois ans.
La fin de la saison 3 est en marche !
Crédits:
Naruto est la propriété de Masashi Kishimoto.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Première fois

[2281 mots]
Publié le: 2015-02-11Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur

Bonjour à tous !

Un chapitre publié en avance, profitez parce que vu comment je suis un flemmard, ça sera pas tous les jours !

Je tenais simplement à vous prévenir que, n’étant pas très fan et ne connaissant pas très bien l’univers Naruto, cette fic sera peut-être un peu différente au niveau des caractères des personnages ou de leur rapport les uns avec les autres. J’espère que votre instinct de fan ne s’en verra pas meurtri et que vous aimerez cette fic quand même.

Je voudrai profiter de cette intro pour remercier :

Yawnek, qui m’a offert mon premier commentaire sur cette fic. Merci beaucoup pour tes encouragements et tes compliments. J’espère que la suite te plaira tout autant.

Et Lorely, qui m’a donné de (très) bons conseils dans un (très) long commentaire. Merci pour ton avis très constructif et avisé.

Sur ce…

BONNE LECTURE !!!!!



_Vous rigolez là?

Le sergent No Sabaku se tourna vers lui, mi-surprise mi-vexée. Ils se trouvaient tous les deux dans le garage sous le commissariat. Shikamaru contemplait l'objet de sa stupeur avec de grands yeux ébahis.

_Pourquoi vous dites ça? demanda abruptement la jeune femme.

_C'est vraiment CA votre voiture de patrouille?

Elle se tourna vers son véhicule, ne comprenant pas ce qu'il y avait de mal à ça. Sa Ford Mustang Mach 1 était tout à fait convenable. Une belle carrosserie et un moteur qui marchait comme deux, que fallait-il de plus franchement ? Elle avait appris à conduire sur cette voiture, pas question de la laisser sous une bâche! Ce petit con commençait à l'énerver.

_C’est un peu tape-à-l’œil non? demanda-t'il, les yeux rivés sur la bête.

Ridicule. Au moins cette voiture en avait dans les tripes, pas comme les pauvres Lincoln que les autres agents se trimballaient.

_Si t’es pas content tu peux patrouiller à cheval, répondit sèchement la jeune femme pour couper court à la discussion.

*********************************************************************************

Le moteur de la Mustang ronronnait tranquillement tandis que le duo nouvellement formé remontait la grande avenue centrale de Leafville. N'ayant aucune affaire à leur assigner, le commissaire les avait envoyés en patrouille. La ville fourmillante de vie s'étendait autour d'eux. Shikamaru était arrivé seulement il y a quelques jours. Il était simplement passé voir un ami, et n'avait quasiment rien vu d'autre de la métropole.

Alors que là...il en avait une vue imprenable. Les immenses façades miroitantes des buildings reflétaient les rayons du soleil tels des prismes. Tout ici transpirait la démesure. Ses yeux de petits gars de la banlieue étaient émerveillés. Il se fit cependant la remarque que tous ces gratte-ciels cachaient les nuages.

_On peut pas tout avoir, murmura-t'il doucement.

_Hein? fit sa coéquipière, surprise.

_Hum, rien...

Elle n'insista pas, elle même perdue dans ses pensées.

Cette ville l'avait vu grandir. A chaque fois qu'elle arpentait l'avenue centrale, l'épicentre de la métropole, elle ressentait un frisson d'excitation. Elle se sentait dans son élément. Le nombre de fois où son père l'avait emmené en ballade sur sa moto de police...
Le lourd silence dans l'habitacle était gênant. Les deux le ressentaient mais plutôt mourir que de parler à l'autre. Certes ils avaient apprécié échanger quelques passes d'armes lors de leur joute verbale de tout à l'heure, mais ça ne changeait rien au problème: Temari ne voulait pas de partenaire, et Shikamaru ne supportait pas d'être considéré comme un boulet.

Une voix retentit dans la radio de la voiture.

_Secteur 22, des cris signalés dans un appartement au 2204 avenue Honga au douzième étage. Des voisins se sont plaints. Une unité demandée sur place.

Temari attrapa le combiné.

_Ici 3W86, on s'en occupe.

Elle raccrocha le micro à la radio.

_Prends le gyrophare dans la boîte à gants, lui demanda-t'elle.

Il s'exécuta, gardant pour lui la remarque acerbe qu'il aurait aimé lui faire sur un certain mot magique. Inutile d'attiser les flammes de son propre bûcher.

Quelques instants plus tard, la lumière rougeoyante brillait de milles feux sur l'avenue, tandis que le bruit strident de la sirène faisait tourner les regards vers la Mustang. Le moteur de celle-ci vrombit et le véhicule s'élança en avant. Instinctivement, Shikamaru se cramponna à son siège. Ils étaient bien au delà de la limitation de vitesse et, comme si ça ne suffisait pas, la voiture zigzaguait entre les automobilistes, se frayant à toute allure un chemin dans cette marée de métal. Le jeune homme risqua un œil vers sa coéquipière. Elle semblait détendue. Elle semblait parfaitement sûre de ce qu'elle faisait.

_Galère...je suis tombé sur la fille de Schumacher...

Cependant, il devait bien avouer que la situation avait quelque chose d’excitant. Remonter à toute vitesse une avenue bondée de monde avec une voiture aussi classe...Ca faisait très Starsky et Hutch. Ah...nostalgie quand tu nous tiens…

Les pneus crissèrent sur le macadam tandis que la bête motorisée décrivait un brusque virage pour s'engouffrer dans la rue Baker. L'expression "un tigre dans le moteur" prenait tout son sens pour Shikamaru, dont l’estomac semblait danser la samba à l’intérieur de son corps. Les vibrations du véhicule se répercutaient partout dans son corps. Il avait l'impression d'avoir des abeilles dans les oreilles.

_On est bientôt arrivés, le prévint Temari. C'est certainement une embrouille de couple qui a mal tourné, c'est souvent ça. Mais fais gaffe quand même.

_Ouais, fit-il.

Le ton employé par la jeune femme était agaçant. Elle lui parlait comme à un gamin. Shikamaru décida cependant de ne rien dire. Les flammes du bûcher. Ne pas attiser les flammes du bûcher…

Nouveau dérapage vers la droite. Shikamaru eut le temps d'apercevoir le panneau. Avenue Honga. Et voilà, il y était. La première intervention de son premier jour dans la police. Il sortit son arme de l'étui de poitrine et sortit le chargeur de la crosse. Purement inutile de le vérifier, il avait lui-même chargé son arme le matin même, mais cela l'aidait à gérer le léger stress qui commençait à le gagner.

_C'est quoi cette arme de grand-père? fit Temari, goguenarde.

Il la regarda avec mépris, enfourna de nouveau le chargeur dans la crosse de son Colt M1911 et le rangea dans son étui. Elle recentra son attention sur la route, satisfaite de sa remarque.



A l'école de police, on se moquait de Shikamaru quand on voyait ce qu'il trimballait comme arme. Pareil quand on le voyait avec son étui de poitrine. Ils croyaient tous qu'il faisait ça pour ressembler à Nicky Larson. Pour se moquer, ils l'appelaient Nicky Personne. Tous les autres avaient des étuis à la hanche. Ils trouvaient ça beaucoup plus pratique. Un jour l'un d'eux avait voulu humilier Shikamaru en lui proposant un concours. Chacun une cible, cinquante mètres de distance. Il devait dégainer le plus vite possible et coller chacun six balles dans la cible.

_Alors Nicky Personne, tu vas tirer plus vite que ton ombre? Se moqua son adversaire.

Lorsque le signal avait été donné, Shikamaru avait sorti son arme en un éclair. Les six balles avaient fusé presque simultanément vers la cible et l'avaient atteint en plein milieu du front. D'un geste très rapide, le jeune homme avait rangé son arme dans son étui. Le tout avait dû se passer en moins de cinq secondes.

L'arme de son adversaire était toujours levée vers la cible. Son propriétaire était effaré. Il n'avait eu le temps que de tirer une seule fois.

_Non, avait finalement lâché Shikamaru en tournant les talons. Juste plus vite que toi.



La Mustang s'immobilisa devant l'immeuble du 2204 avenue Honga. Le gardien les y attendait.

_Ah enfin vous voilà! s'écria-t'il affolé. Vous devez faire vite! Ca commence vraiment à devenir inquiétant, on dirait qu'ils se lancent des meubles!

_Quel appartement? demanda Temari.

_Première porte en sortant de l'ascenseur à droite, au douzième.

_Merci.

Les deux policiers entrèrent dans l'ascenseur. Le sergent pressa le bouton, déclenchant la fermeture de la cabine, qui s'ébranla en commençant son ascension.

_Stressé? demanda Temari d'une voix dans laquelle il ne décela étrangement aucune moquerie.

_Non.

Ce n'était pas tout à fait vrai. Mais il essayait de garder la tête froide.

Après tout, ce n'était pas comme si il allait se retrouver dans un hangar rempli de mecs armés jusqu'aux dents et camés jusqu'à la moelle. Remarque, dans la vie on ne sait jamais sur quoi on va tomber, jusqu’à ce que ça nous tombe dessus.

Temari se rappelait parfaitement de sa première mission. Un mac qui agressait une prostituée en pleine rue et en pleine nuit. Elle était toute seule, son équipier et supérieur étant parti se cuiter dans un bar de strip-tease. Elle avait été obligée d'abattre le proxénète après que celui-ci lui ait tiré dans sa direction. Elle avait eu du mal à se faire à l'idée qu'elle avait tué un homme. La première mission est toujours stressante, mais ensuite le métier rentre.



Dès qu'ils arrivèrent sur le palier, les hurlements en provenance de l'appartement les assaillirent. Des voisins étaient dans le couloir, observant ce qu'il se passait. Temari leur fit signe de rentrer chez eux. Elle et Shikamaru se mirent chacun d'un côté de la porte tandis qu'elle appuyait sur la sonnette. Le vacarme à l'intérieur ne diminua pas le moins du monde. Un cri de douleur féminin les fit sursauter. Cette fois, il fallait y aller.

_Ok on y va! décida Temari.

D'un coup de pied, elle ouvrit la porte et pénétra dans la pièce principale de l'appartement, sa main posée sur la crosse de son Glock 21. Shikamaru était sur ses talons. Deux hommes étaient debout dans le salon, dominant de toute leur hauteur une femme allongée sur le sol, le visage tuméfié et les bras couverts de bleus.

Shikamaru lut la stupeur sur les visages des deux hommes, et la fureur sur celui de Temari. Les deux policiers croisèrent du regard les deux agresseurs. L'un des hommes hurla à son comparse:

_Putain moi j'me tire de là!

Surprenant les deux agents, il courut jusqu'au balcon, prit appui sur la balustrade et sauta. L'immeuble d'à côté était très proche, il n'eut donc aucun mal à atterrir sur le toit, indemne. Déterminée à ne pas le laisser s'enfuir, Temari se tourna vers son équipier.

_Occupe toi de celui-là, ordonna-t'elle en désignant le bandit qui était resté. Moi je prends l'autre!

Elle fonça vers le balcon...

_Attendez, vous n’allez pas..., fit Shikamaru

...et sauta sur le toit de l’immeuble d’en face.

_Ah ben si, termina le jeune policier stupéfait.

L'homme qui était resté dans l'appart mit quelques secondes avant de remettre son cerveau en mode "marche". Comprenant enfin la situation dans laquelle il était à présent, il attrapa la jeune femme par le cou et la plaça devant lui en lui apposant un couteau sur la gorge. La jeune recrue de la police dégaina son arme à toute vitesse, se maudissant de s'être laissé surprendre. Il était seul pour gérer à présent. Génial, premier jour dans la police: une prise d'otage. S’il commettait une bavure dès le premier jour, sa carrière dans la police serait sérieusement compromise...

_Galère.

*********************************************************************************

Ce mec courait vite, Temari devait bien le reconnaitre. Il sautait par dessus les tuyaux et les bouches d'aération avec une grande aisance, mais il était stupide. Temari connaissait cette ville comme sa poche. Il ne pouvait aller nulle part, ce toit ne donnait sur rien, uniquement sur la rue. Et à cette hauteur, ce serait du suicide. Elle n'avait qu'à attendre qu'il arrive au bout de sa course pour le rejoindre et le neutraliser.

Comme elle l’avait prédit, après quelques poignées de secondes, l'homme s'arrêta, coincé entre elle et le vide.

_Et voilà mon pote, maintenant c'est entre toi et moi, lui lança la policière.

Il se tourna vers elle, apparemment furieux. Pas question de se laisser choper, surtout pas par une fliquette! Ayant décelé dans le regard de l’homme son envie d’en découdre, Temari se mit en garde. Avec un cri de rage, il bondit sur elle.

Son coup de poing passa au dessus de la tête de Temari, qui s'était baissée instinctivement. D'un geste vif, elle frappa l’estomac de l’homme pour le faire plier en deux.

_Maintenant, la tête, récita-t’elle dans sa tête.

Elle lui asséna un violent coup de pied rotatif en pleine mâchoire, ce qui sonna le fuyard.

_Alors t'aimes ça cogner les femmes, hein? S’énerva-t'elle, en détachant les menottes de sa ceinture. Sale connard.

Elle lui passa les menottes, en prenant bien soin de les serrer autant qu'elle le pouvait, malgré les protestations bruyantes et grossières de son prisonnier. Elle souffla un grand coup pour se calmer et expulser la frustration qu'elle ressentait de ne pas pouvoir infliger à cet enfoiré un châtiment à la hauteur de son crime. Les violences faites aux femmes étaient bien trop répandues dans cette ville. Elle préférait recevoir une balle que d'intervenir dans des cas comme celui- ci. C'était comme contempler l'étendu de la lâcheté humaine. C'était répugnant.

Soudain, Temari sursauta. Un coup de feu venait de retentir dans l'immeuble où se trouvait son équipier.



Commentaire de l'auteur J'espère que vous avez kiffé!

N'hésitez pas à commenter, à dire ce qui vous a plu ou déplu, etc...

A la prochaine!
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales