Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Because there are some magic everywhere Auteur: Sarah Vue: 21533
[Publiée le: 2009-02-19]    [Mise à Jour: 2011-06-23]
13+  Signaler Romance/Surnaturel/School-Fic Commentaires : 59
Description:
AVANT : "Un seul passé contre une vingtaine de possibilités"

Sakura Haruno est une adolescente de dix-sept ans. Ses parents sont divorcés. Sa mère a l'intention de se remarier lorsqu'elle tombe enceinte. Sakura va donc se retrouver avec deux demi-frères ainsi qu'un beau-père. Naruto, Pain et Minato Uzumaki. Sans oublier le bébé à naître !
Quoi de plus normal de nos jours ! Parents divorcés puis familles recomposées. Banal de chez banal.
Mais ça vire rapidemnt à l'iréel lorque son père lui apprend qu'elle est une sorcière, qu'elle va aller dans une école de sorciers.

Couples : Banals je pense.

Chapitre 12 - ENFIN en ligne !
Crédits:
La quasi totalité des personnage appartient à Masashi Kishimoto.
Certains termes appartiennent à J.K Rowling.
Quant aux autres personnages, ils m'appartiennent.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Konoha High School

[8521 mots]
Publié le: 2009-02-19
Mis à Jour: 2010-07-17
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Konoha High School :

 

 

Distraitement une main tourna une énième page du volume. Rapidement elle parcourra la page des ses yeux vert émeraudes, pour finalement abandonner et refermer en un bruit sourd l’énorme volume poussiéreux. Ce soir, c’était trop, lui demander de se concentrer, pas avec l’excitation qui règne en elle depuis ces deux dernières semaines. Assise près de la fenêtre de sa chambre, elle laissa glisser le volume à terre et leva les yeux au plafond. Elle se demandait vraiment si l’énorme travaille qu’elle avait fournit pendant les deux dernières semaines de vacances réussirait à compenser l’année scolaire qu’elle avait manqué. Elle avait hate.

Si Sakura Haruno avait les pouvoir d’accélérer le temps pour que les deux prochains jours se soit écoulé durant les deux prochaines secondes. Elle l’aurait utilisé. Ses yeux verts fougère à présent clos, elle repensait à la masse d’événement surprenant qui l’avait conduite à etre là assise contre cette vitre. Oui le mot pour décrire tout cela c’était…

 

Flash-back :

 

La jeune fille assise sur la banquette arrière de la petite Twingo noire garée devant une des nombreuses maisons de allée des Flocons, triturait une mèche rebelle entre ses doigts, l’entortillant pour finalement la lâcher et la replacer derrière son oreille. Elle se recoiffa légèrement pour avoir l’air moins dépareillée qu’elle ne l’était. Elle vérifia une énième fois ses lacets, replaça correctement les écouteurs sur ses oreilles, ajusta les larges bretelles de son débardeur rouge, vérifia le contenu de son sac à main ; tous ces gestes cela faisait déjà quatre minutes qu’elle les répétait.

 

Deux minutes que sa mère était sortit de la petite Twingo.

Deux minutes que son cerveau s’était momentanément bloqué.

Deux minutes… qui lui paraissaient interminables.

Malgré la musique dont le volume était à son maximum elle ne put ignorée quand on l’appela.

 

« Sakura. »

 

Ce n’était pas un cri, simplement un appel. La dite Sakura rangea donc son mp3 dans la poche arrière de son jean délavé, et décida de sortir, ça ne servait à rien de tarder : le résultat en sera de même, au moment où elle ouvrit la porte pour en sortir elle croisa son propre regard dans le rétroviseur, un regard vert faisant penser aux plus belles émeraudes. Elle fronça ses fins sourcils, essaya vainement de sourire sans succès, tout ce que cet étirement du visage lui avait apporté c’était le reflet d’une horrible grimace. Un soupir dédaigneux s’échappa de ses lèvres soigneusement glossées, puis finalement elle claqua fermement la porte de la voiture pour montrer qu’elle en y était bien sortit. Un coup de vent la fit frissonner et ses cheveux roses s’envolèrent ébouriffant définitivement sa tignasse. La porte de la maison était légèrement entrouverte.

La fleur de cerisier y entra.

C’était dans un petit couloir où elle était, la jeune fille entendit des rires provenant du salon, sur le seuil elle vit sa mère ; Haruka, femme assez petite de peau halé avec de longs et brillants cheveux blonds attachés en une queue de cheval basse, elle possédait de grands yeux bleus foncés, et depuis peu un ventre rebondit due à sa grossesse autant dire que Sakura n’avait rien hérité d’elle mis à part ses généreuses formes. Sakura eu un sourire ironique quand elle eu vu les visages des trois autres personnes présentes.

Tous blonds, ils avaient également tous les yeux bleus, Sakura, elle avait la désagréable sensation de faire tache avec ses tifs roses. Cependant elle n’eu pas plus de temps pour réfléchir à cette situation nouvelle que sa mère bondit du sofa en cuir rouge et cria son prénom de sa voix fluette :

«  Sakura !!! Couina-t-elle, où donc étais-tu passée ? »

Sakura préféra ignorer sa question. Son regard se posa alors sur les trois hommes présent : comme remarqué précédemment, ils étaient tous blonds, tous doté d’une peau halé et de grands yeux céruléens, ayant remarqué qu’elle les regardait avec insistance le plus âgé d’entre eux se leva. Et lui tendit la main. Sakura le reconnu comme étant le père des deux autres.

« En…Enchanté je suis Minato Uzumaki. Bafouilla-t-il avec gêne. »

Sakura regarda sa main tendu d’un air méprisant.

Un silence de mort venait de s’installer.

 

Pour dissiper la gêne crée Minato se passa la main que la rose avait royalement refusée dans les cheveux avec un grand sourire. Décidément cette jeune fille le mettait mal à l’aise avec son regard glacial Décidant de ne pas s’attarder sur cela Minato Uzumaki quémanda à ses deux fils de se lever et les plaça à coté de lui évitant de croiser le regard frigorifique de la jeune fille.

 

Les deux se levèrent et Sakura devait l’admettre, ils avaient du style. Du moins le plus grand. D’ailleurs celui-ci était grand (1m85) avait des piercings sur le nez, et toute son oreille droite était percée, il portait simplement un jean noir déchiré au niveau des cuisses et un débardeur à large bretelles également noir et moulant, l’avantage à ce qu’il portait un débardeur c’était que la jeune fille pouvait mater sans vergogne le tatouage qui partait de son épaule pour aboutir à la naissance de son poigner représentant un dragon chinois.  Quant au second, il était légèrement plus petit mais toutefois plus grand que la rose qui elle paraissait médiocre avec son lamentable mètre 67.

-         Yo, moi c’est Pein, Grogna l’aîné visiblement ennuyé.

Ce dernier examina Sakura de haut en bas puis il lui fit un sourire discret.

-         Et moi, moi je suis Naruto ! Naruto Uzumaki ! »

Lui par contre souriait de toutes ses dents, rien à avoir avec son ainé.

Il était habillé d’un vieux et large jean et d’un tee-shirt orange que Sakura qualifia mentalement d’immonde serpillière.

Et avant qu’elle ne put ouvrir la bouche sa mère la gronda.

-         Enfin Sakura où sont tes bonnes manières !! Présente-toi. »

Puis sans raison elle éclata de rire.

Si certaines personnes pensaient que la grossesse était la période la plus géniale où l’on peu entrer en communion avec sa future progéniture, eh bien Sakura dirait à ses personnes d’essayer de passer minimum une semaine avec sa mère, elle pensait plutôt que cela représente neuf longs mois où sa mère avait plus que l’air d’une choutée.

La jeune Sakura Haruno en avait plus que ras-le-bol des soudaines crises d’hystérie de sa mère, mais bon ca valait mieux que les nausées matinales, hein ?

Mais bon n’accélérons pas les choses après tout c’en était qu’au quatrième mois seulement.

-          Mon prénom, vous le connaissez mon nom, Haruno, mon âge 17 ans. Acheva celle-ci sans plus de cérémonie. 

Elle se sentait vraiment mal, comme si une main invisible s’amusait à jouer à la pate à modeler avec ses enrailles.

Sakura sortit de la maison murmurant qu’elle partait se balader.

Durant le court moment qui suivit, elle se demanda tout en marchant vers le bout de l’allée, ce qu’elle faisait.

Ici, à Konoha, dans cette allée, avec eux.

En effet depuis sa rentrer en seconde datant e septembre dernier la vie de Sakura Haruno était un chantier en reconstruction.

Mais qu’est-ce que cela allait-il donné ?

Pourquoi le petit parc paisible qu’était sa vie avait-il été rasé ?

Qu’est-ce que cela donnera-t-il ?

Un parking grand et froid ?

Ou un autre parc plus beau, plus grand, plus heureux que le précédent ?

Prise de nostalgie elle sortit de son sac à main une photo.

Une très vielle photo corné sur pratiquement tous les coins.

Sur cette photo il y’avait sur la droite sa mère sur la gauche son père et au milieu…elle.

Si durant ces derniers mois elle n’avait pas autant pleurée, elle aurait fondu en larmes. Mais elle avait dépassé tout ça. Depuis Septembre dernier, avant sa rentrée en seconde ses parents ; Haruka et Keith Haruno, avaient commencés à parler de divorce pour une raison qui lui était floue. Finalement le divorce fut prononcé le 26 janvier de notre année 2008. Puis après elle voyait son père tout de même mais rarement ; Keith Haruno étant professeur universitaire n’avait déjà pas suffisamment de temps car les seules fois où elle le voyait était durant les vacances scolaire. Habitant à Oto, celui-ci travaillait dans une autre ville. C’est alors que le 12 avril (un jour avant son anniversaire) sa mère lui annonça qu’elle était enceinte, à ce moment là elle était plutôt heureuse jusqu’à qu’elle soit obligée de venir vivre à Konoha, la capitale le 14 août, aujourd’hui nous déménagions.  Et sur le chemin la rose apprend qu’elle possède deux demi-frères, âgés de 16 et 18 ans. Arrivée au bout de l’allée elle entendit sa mère l’appeler. Elle rangea alors la photo précipitamment et ne prit pas la peine de se retourner qu’après quelques secondes sa génitrice se trouva devant elle.

-         Sakura mon petit cœur ! Où vas-tu ?

-         Moi ? Euh laisses-moi réfléchir…Ah oui ! Je m’éloigne de toute cette comédie. Rétorqua la concernée.

-         Sakura….commence-t-elle d’un ton réprobateur, Ils sont tellement gentils.

-         Oui, oui c’est pour ça que t’as attendu 5 mois avant de me les présenter !!

-         Sakura ce n’est pas si facile…tu m’as bien dis que tu allais en ville ?

-         C’est toi qui est difficile au lieu de résoudre le problème en passant par A pour arriver à B tu fais le chemin de A à D…et ne change pas de sujet s’il te plait !! Cria-t elle presque

-         Sakura…je sais que tu as l’impression que ton père et moi t’avons trahis mais…-elle sort un papier de sa poche-…Rends-toi à cette adresse.

-         Pas trop convaincue elle prit le papier dans sa main droite.

-         Hn…C’est quoi ?

C’était pas possible comme elle était curieuse !

-         Apparemment ravie que sa fille est ait finit de crier elle exposa d’un ton enjoué :

-         Une surprise !!

-         Génial…marmonna- Sakura définitivement convaincue que cette journée allait entrer dans les annales de ses pires journées.

-         N’est-ce pas ? Je suis sure que ça te fera plaisir. affirma-t-elle.

-         Oui, et moi j’ai mangée une pomme hier. Railla la jeune fille.

Le visage de Haruka se décomposa. La dépassant de quelques centimètres, Sakura lui baisa le front avec tendresse.

Haruka sourit gentiment avant de secouer la tignasse rose de sa fille comme elle le faisait quand Sakura était petite.

-         Tu ferais mieux d’y aller ton don juan t’attend. Informa la rose.»

 

***

 

Haruka Haruno, s’il y’a un an jour pour jour on lui aurait narrer l’histoire d’une femme de 38 ans qui avait quittée son mari, pour ensuite tomber enceinte d’un autre homme et suivre ce même homme vers la capitale pour y refonder une famille recomposer alors elle aurait alors qualifier cette conduite d’inacceptable.

Inacceptable ?

Sûrement.

Peut-être était-ce les hormones qui étaient en ébullition à cause de la grossesse ou simplement une folle envie de…

De quoi au juste ?

De mûrir…?

Ou plutôt …

De régresser…?

Où encore… ?

***

 

A présent la jeune Haruno se trouvait dans le centre ville assise sur un banc à écouter de la musique et à fixer le bout de papier acquit précédemment. La faim commençant à se faire sentir elle leva les yeux du bout de papier à la recherche de…ses yeux s’arrêtèrent alors sur une boulangerie. C’était modeste mais inéluctablement cette enseigne l’attirait. Elle représentait une petite spirale blanche sur un fond pourpre. Sans réfléchir elle poussa la porte où une petite mélodie s’enclencha. La jeune fille au comptoir lisait un livre apparemment lorsqu’elle vit la fleur elle lui fit un grand sourire et Sakura pu la détailler ; Elle avait de longs cheveux noirs qui brillaient à la lueur de la lumière tamisée et de grands yeux blancs couleur des perles de nacre, sa peau était d’une blancheur inégalé son sourire était tellement doux que la rose ne pu s’empêcher de le lui rendre. Sakura s’approcha du comptoir et elle lui pris la main et commença à parler doucement. La brune eu une expression des plus étonné, puis comprenant où la rose voulait en venir elle éclata de rire :

-         Mais qu’est qui te fais rire ? maugréa- la fleur de cerisier.

-         Tu sais je ne suis pas aveugle ! Parvint à dire la brune entre deux gloussements.

-         Tu n’es pas aveugle ? Répéta- Sakura, stupéfaite.

-         N…non, dit-elle, et je me présente Hinata Hyuga.

-         Oh excuse moi, Sakura, Sakura Haruno. 

Les deux adolescentes regardèrent leur mains étroitement liée puis elle éclatèrent d’un rire cristallin.

Un instant plus tard de l’arrière boutique sortit un jeune homme d’une rare beauté (sans mâcher mes mots : c’est un canon !!) Il ressemblait à Hinata ; les même yeux et les même cheveux noirs brillants, la même peau immaculé sauf que c’était sa version masculine de plus il était vêtu d’une combinaison en tissu pourpres avec des protections aux coudes et aux genoux assez moulante vu qu’il était trempé dès qu’elle le vit Hinata attrapa une serviette qui était sur un radiateur proche elle le fit s’asseoir sur un tabouret en bois et lui frictionna énergiquement ses longs et beaux cheveux d’ébènes dont Sakura était jalouse. Il n’avait pas remarqué la présence de la rose.

-         C’était merdique !! En plus l’autre qui fait que de donner des ordres et l’autre flemmard sans compter le temps pourri ! C’était merdique…

-         Mais enfin Neji ça ne devait pas être si….Commença Hinata soudain prise d’une grande timidité.

-         Oh que si ça l’était.

-         Bien je sers Sakura et après je m’occupe de…

-         La jeune Hyuga regarda Sakura du coin de l’œil à travers ses mèches brunes.

-         -…de tu-sais quoi. Finit-elle d’une voix tel que Sakura ne puisse rien entendre. 

Quand il entendit le nom il regarda vers le comptoir où en voyant la jeune fille il fit un bref signe de la tête  dans sa direction et partit avec un vague ;  « Je vais dans la bibliothèque. »

Intéressée elle demanda à Hinata :

-         Il y’a une bibliothèque ?

-         Euh oui mais c’est pour les membres de…du..du club de catcheurs professionnel !! Acheva-t-elle rouge comme une pivoine.

-         -Oh…Bon eh bien je prendrai une de ces tartelettes à la fraise. Concluais-je en sortant la monnaie.

-         Ce n’est pas la peine, je te l’offre. Dit-elle en souriant.

-         Merci, dis-je, Eh bien au revoir Hinata.

-         Au revoir Sakura. 

Hinata semble soulagée du départ de la rose. Décidément Hinata Hyuga n’était pas faite pour le mensonge. Derrière le rideau pourpre elle entendit de grands rires ; parmis eux Neji, elle aurait aimé se joindre à eux mais ce n’était pas si facile surtout si Naruto continuait dans sa lancée. Elle émit un grognement puis reprit sa lecture accoudée au comptoir.

La rose quitta alors la « boulangerie/bibliothèque du club de catcheur professionnel » et engloutit sa tartelette à la fraise. C’était son péché mignon. Son père lui disait toujours que c’était une petite gloutonne. Elle en riait beaucoup. Après avoir mangé sa pâtisserie elle ressortit le papier sur lequel on pouvait clairement voir griffonné d’une écriture tremblotante :

24 allée de Acajou.

Intriguée Sakura entreprit de se rendre à l’adresse donnée.

Avec l’aide de quelques âmes charitables, elle réussit avec un quart deux et une bonne demi-douzaine de jurons, elle y arriva. Rien de bien particulier, c’était un immeuble assez charmant, elle monte donc les trois premiers étages menant au numéro 24. Devant la porte rouge foncé et le numéro doré elle hésite une dernière fois en s’interrogeant mentalement sur ce que sa mère à bien pu vouloir dire par « Ça va te plaire ! ». Puis elle frappe,

Toc…

Toc…

Toc…

Trois coups bien distincts.

Elle entendit un vague « J’arrive ! » Puis la porte s’ouvrit avec une lenteur infini. Sa première réaction fut d’ouvrir ma bouche en un parfait O. Sa deuxième fut de me jeter sur cet individu que nous définirons comme étant…son père ! Grand avec son éternel air calme, ses cheveux bruns en bataille ses grands yeux verts et ses lunettes rectangulaires. Une larme coula le long de sa joue puis disparut dans la chemise blanche de son géniteur.

-         Papa !! Mais qu’est-ce que tu fais là ?!! Dit-elle avec un air ahuri.

-         Bonsoir Sakura, je vais bien merci et toi ? Ironisa celui-ci.

-         -Roh ! Je vais bien…Mais dis moi ?!! Interrogea-la rose de avide connaître le fin mot de tout ce bordel.

-         Eh bien tu sais que je n’ai jamais enseigné à Oto mais dans une ville avoisinante ?

-         Bah oui. Lança-elle comme si c’était une évidence.

-         Bien. Et cette fameuse ville où j’enseigne est Konoha.

-         Eh bien disons que là notre petite Sakura était sur : le cul !

-         A-ah bon ?!

-         Oui et heu…il y’a une autre chose dont on m’a chargé de te parler. Marmonne-t-il visiblement gêné.

-         Ah oui quoi donc ? Questionna-la fleur de cerisier.

Il la regarde et finalement l’entraîne dehors où on ils se dirigent en ville bien qu‘il soit déjà 19h30. Sur le chemin, du coin de l’œil elle inspecte son père, c’est assez bizarre de se dire que cela faisait plus de 2 mois qu’elle ne l’avait vu. Mais il avait changé ; ses cheveux bruns autrefois soignés étaient ébouriffés ses yeux verts dont l’adolescente avait hérité paraissaient éteints et d’immense cernes se dessinaient sous ses yeux. Captant son regard Haruno père, la regarde suspicieux et pour masquer les rougeurs sur ses joues elle grogne :

-         J’ai faim !!

-         Ah bon ? Ben là où nous allons tu pourras manger  !

-         Sakura regarde son père avec un drôle.

-         Où donc l’emmeneait-il ?

-         Ne me regarde pas comme ça ! Nous sommes arrivés ! Dit-il en montrant…La façade de l’épicerie d’Hinata. En entrant lorsque Hinata entend la clochette elle lève les yeux quand elle s’incline respectueusement.

-         Bonjour Monsieur Haruno et Oh ! Sakura ! Bredouille-t-elle.

-         Euh ! Salut !

-         Ah vous vous connaissez ? S’étonne mon géniteur.

-         Oui, Sakura est passée avant pour une tartelette à la fraise et nous avons sympathiser. Débita Hinata.

-         Et je croyais que tu avais faim ? Gloutonne !! Se moque gentiment mon père.

-         Grillée…

-         Hinata sourit tendrement.

-         Mais J’AI faim !!! Ben oui ça creuse de marcher ! Mais au fait…s’étonna-elle, Comment toi tu connais Hinata ?

-         Moi , Eh bien  en plus d’etre une pâtissière hors norme, -elle rougit- Hinata est une de mes élève !!

-         QUOI !!

-         Oh vous voulez dire que Sakura est votre fille M. Haruno ? bégaya

-         Hinata.

-         Oui c’est cela. Répond le père de Sakura..

-         -Voulez vous que je vous réserve un box ? Interrogea Hinata.

-         Tu seras gentille. Merci. 

Hinata sourit gentiment, plus Sakura la voyait plus la jeune fille lui trouvait des airs angéliques.

 

***

 

Passée derrière le rideau, la brune n’accorda vraisemblablement aucune importance au décor magnifique qui s’y dressait ; quand on avait l’habitude on n’y faisait plus vraiment attention. Hinata passa devant un groupe d’amis, installés au box n°9 durant une fraction de secondes, les rires ou simple sourires en coin se figèrent sur les visages, durant les quelques secondes qu’elle mit à passer devant ce même box, dans son cou elle sentit un regard glacé, un regard qui la fit frissonner.

Ça aussi elle avait l’habitude.

Préférant ne pas savoir (bien qu’elle s’en doutait) à qui appartenait ce regard elle continua son chemin pour arriver au bon n°10 qui voisinait le box n°9 ce box contrairement à l’autre était vide, de son coté la ravissante Hyuga put entendre que les rires d’a coté reprenait, ses yeux se plissèrent et elle étouffa un soupir tout en arrangeant le petit espace.

 

***

 

Quelques minutes plus tard, Hinata revint au comptoir tout sourire annonçant à Monsieur Haruno que le box n°10 était prêt. Doucement Hinata releva le rideau pour que Sakura puisse pleinement profiter du spectacle ; une grande et majestueuse pièce ; le sol était parsemés de nombreux tapis orientales, l‘éclairage tamisé donnait une impression sécurisante, c’était…impressionant. Mais avant d’atteindre les rangés de vieux livres de petits box longeait l’allée principale, au fond de cette allée une grande porte en chêne imposait sa grandeur et son ancienneté  encadrée par deux chênes qui semblait incrustés dans la pierre et entourait la porte. . De jeunes adolescent y‘était ; ils parlaient lisaient ou encore mangeaient.  des pâtisseries. Certains serraient la main de mon père, d’autre le saluait d’un geste de la main. Presque arrivés au  numéro 10, ils passèrent devant le box n°9 cette fois ci le silence polaire laissa place à des cris de joie ; presque tout les adolescents présent se précipitèrent sur Monsieur Haruno pour lui souhaiter bonjour ou encore lui demander de ses nouvelles. En tout il y’avait sept adolescent présent. Un en particulier attira l’attention de la fleur ; Naruto.

Elle ne l’avait pas remarquée tout de suite trop omnibullée par cette immense endroit. Elle était dans une sorte de transe puis se rappelant d’une chose dite précédemment elle se tourna vers le blondinet oubliant pour un temps sa rancœur puis demanda :

-         «  Naruto !! Je ne savais pas que tu faisais du catch professionnel !!!

Monsieur Haruno et les adolescents froncèrent les sourcils tandis que le peu de couleurs présentes sur le visage de Hinata disparaissaient. Personne n’eut le temps de demander de plus amples explications, que Monsieur Haruno entraîna rapidement sa fille dans le box en disant qu’ils feraient connaissance plus tard. Perplexe, la fleur de cerisier regarda l’intérieur du box ; le sol était aussi recouvert d’un tapis oriental ( dans les tons rouges et ors contrairement à coté où le tapis était argent et saphir) il y’avait une petite tables d’où s’échappait un encens à l’odeur des fruits des bois, sur cette même table basse se trouvait deux petit verre d’où s’échappait un thé brûlant. Le tapis était jonché de poufs et de coussins .la jeune fille en choisit un puis s’installa à son aise devant son père qui lui s’était déjà assit. Pendant un court laps de temps il sembla inspecter sa fille aux rayons X. Alors qu’il s’apprêta à parler, il ravisa son geste pour finalement boire une gorgée de thé brûlant. Monsieur Haruno prit son temps pour avaler le thé tout en inspectant sa fille au dessus de ses lunettes rectangulaires. Puis finalement il prit difficilement la parole. Comme pour lui avouer…je ne sais pas moi, peut-être une nouvelle lourde en conséquences ? :

-         Sakura j’aimerais que tu ne m’interrompe pas, c’est déjà assez difficile comme ça.

Cette dernière accepta d’un hochement de tête.

-         Tu te rappelle la rentrer dernière -en seconde- ? C’est à peu près là que ta mère et moi avions commencé à parler de notre divorce. Il y’avait d’innombrable facteurs du à tout cela bien évidemment, mais la principal ce fut toi.

-         -M-Moi ? Bredouilla Sakura un tantinet inquiète.

-         -Ou plutôt ta scolarité, précisa-t-il, je voulais t’envoyer dans l’école dans laquelle j’enseigne mais il se trouve que ta mère s’est formellement opposé à cela comme tu as du le deviner…

-         Mais pourquoi a-t-elle refusée ?!! S’emporta la Haruno.

-         J’y viens, j’y viens, souffla-t-il, il se trouve que l’établissement dans lequel j’enseigne est…spécial.

-         Spécial ? Questionna la rose arquent un sourcil, Spécial dans quel sens ?

-         Son père prit un grand souffle puis lui souffle presque inaudiblement :

-         C’est une école de sorcellerie.

Les yeux émeraudes de la Haruno s’agrandirent elle scruta alors attentivement le regard de son géniteur à la recherche du moindre indice qui qu’il lui indiquera qu’il, se payait sa tête. Puis n’y tenant plus, elle éclata de rire, en frappant du poing sur la table. Son père la regarde dans les yeux…Avec un sourire idiot accroché au lèvres Sakura regarda l’homme qui lui faisait face, au moment où il ouvrit la bouche la rose sut immédiatement qu’elle aurait du se boucher les oreilles :

-         Sakura. Sois sérieuse je t’en prie. Dit-il d’un ton grave.

-         Mais je suis sérieuse c’est toi qui déraille ! Railla celle ci.

-         D’accord donc je déraille ? Bien, d’après toi où sommes nous ? Et que font tous ces élèves ? Demanda-t-il avec une pointe d’énervement dans la voix.

-         Un instant la jeune fille tourna son regard émeraude vers le box qui faisait face au n°10 ; une bande d’adolescents étaient en train de feuilleter ensemble un vieux volume tout en riant. C’est à ce moment là que Sakura se rendit compte que l’hypothèse que Hinata avait soumit à son esprit ne pouvait être qu’erroné : Cet endroit ne pouvait pas être une « boulangerie/bibliothèque du club de catcheur professionnel ». C’était ridicule… Naïvement elle finit par dire avec un semblant d’assurance :

-          Facile, nous sommes dans une Boulangerie/Bibliothèque et ces élèves sont en train de réviser voilà tout !

-         Non, et oui, De un nous sommes dans un des rares connecteurs spatiotemporel de Konoha à Konoha Gakuen ensuite cette bibliothèque contient de grimoires très anciens datant de Merlin lui-même, et enfin d’après toi pourquoi tout à l’heure Hinata ne ta pas proposée de venir dans la bibliothèque ? 

Paraissant lire dans son esprit il ajouta moqueur :

-         « Et tout ces élèves ne sont pas de puissants catcheurs professionnels, Hinata n’est pas douée pour le mensonge. Alors ? D’après toi pourquoi tout à l’heure Hinata ne ta pas proposée de venir dans la bibliothèque ? Répéta le professeur.

-         Parce que. Parce que ! J’en sais rien merde !! Hurla Sakura dans un accès de rage. 

-         Là c’était sur dans les box avoisinant ils n’y avait plus aucun bruit.

-         A part peut-être :

-         Ouille !!!!!

Mais ce n’était pas ce qui importait du moins pas pour le moment.

C’était totalement inconcevable !! Oui ! Son père a toujours été quelqu’un de logique ! S’appuyant continuellement sur des arguments rationnels ! Il l’avait jusqu’alors éduquer sur ces fondements ! Pourquoi alors essaye-t-il de tout casser !!?

-         D’abord jeune fille tu t’assied, ensuite comme tu fais ta tête de mule je vais te donner une preuve. Murmura-t-il d’un ton ferme. 

La jeune fille se rasseyais brutalement sur le pouf doré.

Il claqua trois fois des doigts puis une magnifique tartelette à la fraise apparut face à la jeune fille à présent abasourdit, le regard de la rose se fit vague, ses mains tremblaient sans qu’elle puisse les contrôler tout indiquait que la jeune fille peinait à croire cette hypothèse complètement irrationnelle. Dans le box voisin elle n’était pas sans savoir que la bande d’adolescents avait tendu l’oreille. Voyant qu’elle semblait confuse son père qui n’était pas né de la dernière pluie appela un prénom.

« Naruto.»

 

***

 

-         Parce que. Parce que ! J’en sais rien merde !! Hurla Sakura dans un accès de rage. 

Les jeunes présents se regardèrent outrés, comment osait-elle lui parler comme ça ? Pein fronça légèrement les sourcils, alors comme ça elle n’était pas au courant ? Quant à Naruto tout ce bruit avait éveillé sa curiosité ; il se colla contre la paroi en bois et tandis l’oreille. Un des adolescents présents leva alors les yeux de sa lecture et souffla visiblement agacé par les inepties du blond :

-         Naruto je vois que tu nous donne encore une fois de plus le loisir d‘admirer ta connerie profonde : Monsieur Haruno n’est pas stupide, et ça tu n’est pas sans l’ignorer de plus si tu veux mon avis, il doit déjà être au courant que tu l’espionne lui et cett étrange fille.

Naruto se tourna vers Sasuke et lui tira la langue.

-         Révise tes formules au lieu de faire le pitre !

-         Mais Sasuke parle moins fort et d‘abord ces formules ces pour les débutants ! puis parlant plus pour lui-même, attend il a dit qu’il allait lui donner une preu…

« Naruto.»

A l’entente de son prénom le blondinet fit un bond de 14,651 mètres puis plaqua ses mains devant sa bouche terrifié. Son frère éclata alors de rire.

Le dénommé Sasuke quant à lui, il lui adressa un sourire des plus sardonique et même s’il ne dit rien, Naruto put clairement lire sur ses lèvres ; Chopé.

Naruto blêmit puis faisant semblant de parler il dit haut et fort  :

-         Sasuke j’ai pas bien compris c’te formule ! Explique toi voyons !! Et il argumenta cela en faisant de grands gestes pour montrer à Sasuke de jouer le jeu.

-         Mais quelle formule ? Je croyais que tu étais au dessus de tout cela ? Pour toi c’est l’espionnage qu’il faudrait t’expliquer ! Répliqua Sasuke en étirant ses lèvres en un sourire bien sadique sans oublier bien sur d’élever le ton pour se faire entendre du box voisin, d’où un léger rire s’en échappa.

Après que Monsieur Haruno l’eu à nouveau appelé, Naruto supplia du regard Sasuke de l’accompagner. Ce dernier ferma d’un coup sec son grimoire pour se lever et arranger ses vêtements et enfin ouvrir la marche devant un certain blond qui traînait des pieds.

 

***

 

Monsieur Haruno qui avait très bien compris l’allusion ria légèrement puis il réitéra son appel. Cette fois ci des pas lourds se firent entendre puis une nano seconde plus tard un brun d’une grande beauté apparut dans l’encadrement de la petite entrée, durant ces quelques secondes Sakura oublia furtivement sa colère et examina du regard le nouvel arrivant qu’elle avait seulement aperçu tout à l’heure.

Il était assez grand, sa peau était aussi pale que s’il l’avait enduite de farine, et son visage était magnifiquement sculpté on aurait dit dans du marbre comme tout le reste de son corps sûrement, à peine cette pensée de grosses plaques rouges apparurent sur les joues de la rose le jeune homme dont-elle ignorait le nom la regarda de son regard de jais. Des mèches rebelles venaient encadrer ce visage d’ange. La fleur eue la vague impression qu’il lui souriait, un tout petit sourire. De son coté le jeune homme aussi détaillait la jeune fille, mais il fut tiré de sa contemplation avec l’arrivée de Naruto qui honteusement se plaça à coté du brun en fixant le tapis. Le brun en question qui avait détourné les yeux de la jeune fille durant l’arrivé du blondinet se retourna et il la regarda pour finalement lui lancer en pleine figure :

-         Quand vous aurez finie de mater la moindre petite parcelle de mon être alors peut-être que l’on pourra savoir ce que l’on fait ici. Dit-il d’une voix où l’on percevait une pointe de moquerie. 

La Haruno se dit à ce moment là que si durant ces dernières secondes elle avait pu formuler la moindre pensée positive à son sujet et bien elle retira tout ce qu’elle avait pu penser pour laisser place à sa mauvaise humeur qui s’était apaisée durant un temps.  Non mais pour qui se prend-il ?! Ce petit prétentieux et arrogant !

C’est alors que son géniteur coupa court à la moindre réflexion pour prendre la parole :

-         Sasuke ? Il ne me semble pas t’avoir appelé ?

Le dit Sasuke s’humecta alors les lèvres avec sa langue  sensuellement-ce à quoi soi-disant en passant Sakura regarda avec attention- en proie à une petite vengeance, puis le jeune homme fini par répondre :

-         Naruto a failli s’uriner dessus tellement il flippait.

-         SASUKE !

-         Quoi ce n’était peut-être pas vrai ? Fit-il en faisant une mine innocente.

-         Va te faire…

-         Hum hum. Toussota Keith Haruno ne tenant pas vraiment à entendre le reste de la conversation.

-         Excusez-moi professeur. Souffla le brun sans vraiment le penser tout en passant une des mains dans se cheveux.

-         Puisque vous êtes là, vous pouvez appelés les autres. Informa le professeur. 

Quelques instants plus tard la bande d’adolescents au complet déboula dans le box n°9. Monsieur Haruno leur demanda alors de se présenter. Ce fut Naruto qui commença et Sakura puis constatée qu’entre temps il s’était changé depuis qu’elle l’avait vu à l’allée des Flocons, car il avait troqué son jean et son –horrible- t-shirt orange pour un jogging beige avec des bandes orange :

-         Naruto Uzumaki, j’adore les ramens, je déteste Sasuke et les champignons…berk !!! Finit-il avec une moue enfantine.

-         C’était…Euh…Intéressant. Argumenta Keith. Bon Sasuke à toi.

-         Hnn…Sasuke Uchiwa 17 ans j’aime faire chier Naruto je déteste…les groupies. Acheva le ténébreux en fixant Sakura avec un regard de braise.

Comprenant que la fin de sa phrase s’adressait à elle la rose répondit le plus naturellement du monde :

-         Seigneur, Marie, Joseph !! Ça va tes chevilles, pas trop enflées ?

-         Qui vous a donné la permission de me tutoyer ? Interrogea Sasuke en regardant la jeune fille de haut.

-         La permission ? Oh veuillez m’excusez votre seigneurie. Ricana la Haruno.

-         Quelle impolie tu fais ma pauvre ! Et pour parfaire le tableau tu es laide !

-         Dégénéré mental !

-         Dégénéré ? Si je suis un dégénéré toi tu es une folle !

-         Folle ?! Espèce de sale petite…tache.

-         Insulte moi tant que tu veux tes insultes sont tellement futiles qu’elles rebondissent sur moi sans m’atteindre.

-         Sur toi ? Dis plutôt sur ton ego surdimensionné oui !

-         Vaux mieux avoir un ego surdimensionné que d’avoir une cervelle de groupie complètement H.S !

-         Groupie, nan mais tu t’es vu ?

-         Oui chaque jour depuis 17 ans dans ma glace, et chaque fois je m’en réjouis, ce qui ne dois pas etre le cas pour toi. Dit-il avec un calme olympien, tandis que la rose commença tout juste à rougir de colère. Mais Keith Haruno préférant éviter une tuerie lança :

-         Je crois que nous avons compris, bon heu Shikamaru à toi.

-         Shikamaru Nara ZzzZzzzzzzzzzZZz…

-         Shikamaru Nara donc après s’être présenté se coucha sur le sol et attrapa un oreiller.

-         Décidément, Monsieur Nara tu as de la chance que Miss Temari ne soit pas là ! Railla le professeur.

-         ZzzzzZZzzz….A qui le dites vous…ZzzzZZzzzzz …

-         Bon heu…à…Tenten veux tu ?

-         No problem. Salut Sakura, je m’appelle Tenten Irushi et je vais à la Konoha High School avec cette bande de dégénérés, mais heureusement Tema-chan n’est pas là !! Débita une petite jeune fille qui était coiffée de deux chignons bruns.

Sakura la trouvait vraiment belle. La jeune fille était habillée d’un pantacourt neige qui mettait en valeur ses longues jambes basanées comme il faut. En haut elle portait une chemise blanche avec sur le dessus un pull brun sans manches. Tenten lui fit un sourire plein d’assurance.

-         Neji…

-         On s’est vus tout à l’heure. interrompit Neji.

-         Pein alors vas-y.

-         Pein Uzumaki on s’est déjà vu.

-         Sai Gaka, on s’embrasse ? enchaîna un brun aux grands yeux noirs.

-         Keith –ainsi que tout le monde-  le regarda intensément et le Gaka se reprit aussitôt.

-         Sur les joues ! Fit-il avec un sourire faux.

-         Passons, murmura Keith Haruno en jetant un drôle de regard à Sai. Bon eh bien pour le reste je suppose qu’il faudra attendre la rentrée n’est-ce pas ?

-         Oui monsieur, Temari, Gaara et Kankuro et Kiba sont en vacances, Lanae est chez…Commença Pein.

-         CA SUFFIT !!!

Surpris, tous tournèrent la tête vers la Haruno pour voir ses traits encore enfantins d’habitude si doux déformés par la colère. Monsieur Haruno,  semblait vouloir calmer sa fille :

-         Sakura, ma chérie, qu’as-tu ? Tu voulais une preuve…Non ?

La rose respira profondément, puis elle reprit calmement même si dans sa voix on pouvait déceler une pointe d’amertume.

-         Si j’ai tout suivi, tu es professer dans une école magique et moi je suis une sorcière et je devrais faire ma rentrée dans cette même école, pour débuter une scolarité spéciale, entourée d’élèves que tu côtoie depuis, euh…un an voir plus, alors que moi je ne te voyais seulement qu’en courant d’air c’est ça ?

L’Haruno se mordit la lèvre inférieure, tandis que son père approuve  d’un petit hochement de tête. Les élèves présent se sentaient de trop mais ils restèrent tout de même certains devant le seuil à bloquer le passage.

 

***

 

Shikamaru qui feignait le sommeil avait ouvert les yeux et fixait la seule partie du corps qu’il pouvait voir de la rose, son dos. De là où il se trouvait, il pouvait tout de même apercevoir la gène se peindre sur le visage de son professeur lorsque celui-ci hésitait à dire quelque chose.

 

***

 

Sasuke, lui s’était accouder contre le rebord de la porte puis il avait croisé les bras sur son torse un sourire intéresser naissant sur son visage, il sentait qu’il allait se passer quelque chose de…hum….distrayant.

 

***

 

Pein sortit, nonchalant, une cigarette de sa poche puis il s’adossa contre un mur et observa la scène avec indifférence, cette gamine était vraiment exaspérante, d’accord c’était soudain mais était-ce la peine de faire un cirque pareil ?

 

***

 

Naruto lui était assied sur le coté de la table basse, il était dos à l’entrer Le blondinet avait les yeux comme des billes et il les bougeait si rapidement en passant de Monsieur Haruno à Sakura et ainsi de suite :

On aurait dit qu‘il suivait un match de ping-pong.

 

***

 

La jeune fille aux macarons elle réfléchissait une main sous le menton, assise à la droite de Shikamaru. Ses yeux était exorbités comme Naruto sauf qu’elle, elle gardait le regard fixé sur la petite tartelette à la fraise. Il allait se passer quelque chose, elle le sentait.

 

***

 

Neji, lui s’asseyait aux cotés de Shikamaru -qui  se mit en position assise- et Tenten, il était presque certain que la réaction de la jeune fille allait être…frappante. Mais ce n’était que des suppositions, bien sur.

 

***

 

Sai pinça légèrement son nez, il était plus que vexé de ne pas avoir eu le temps de se présenter plus amplement à la fille de Monsieur Haruno, d’ailleurs en parlant d’elle il lui jeta une œillade non dissimulée, et sa seule pensée fut : pas mal du tout. Un assez joli lot. Son regard descendit alors sur les hanches de la Haruno, oh que oui, pas mal du tout Un sourire carnassier se dessina sur las lèvres du jeune Gaka comme lorsque qu’un chasseur a trouvé sa prochaine proie.

 

***

 

La réaction de la jeune Haruno ne se fit pas attendre, elle releva les yeux vers son géniteur et pendant une fraction de secondes durant lesquelles elle rencontra le regard vert menthe et malheureux de son père elle se demanda ;

Combien de fois avait-elle vu ce regard ?

Des centaines de fois sûrement…

Pendant toutes ces années, il lui avait mentit.

Pendant ces derniers mois elle en avait terriblement voulut à sa mère…

Maintenant qu’elle y repensait elle ne savait rien de lui.

C’était un étranger… un étranger.

Elle ne connaissait pas cet homme.

Était-elle égoïste ?

Oh que non Sakura se sentait plutôt victime de tout cela.

L’égoïste ici, ce n’était pas elle.

Elle regarda alors les adolescents présent ici, lorsque qu’elle posa les yeux sur Tenten, celle-ci se contenta de baisser les yeux, Shikamaru mima un bâillement, Neji, lui semblait totalement désintéresser, Naruto faisait rouler ses yeux dans leur orbites, Sasuke était adossé à la porte avec son sempiternel sourire narquois et jaugeur, Pein fumait tranquillement tout en la fixant, Sai ne se privait pas pour la détailler sous toutes les coutures…

Ça faisait combien de temps que tout ce petit monde connaissait son paternel ?

Dans un violent accès de rage elle balança de toutes ses forces la petite tartelette au visage de celui-ci et elle se mit à hurler :

-         Espèce de sale… Je te déteste !! Je ne veux plus te voir tu n’es qu’un égoïste et….et c’est de ta faute si….si ça s’est passé comme ça !!! Je te hais, tu n’es pas mon père sale monstre. Dit-elle en laissant libre court à ses larmes.

Durant ce court échange, tout les ados présents s’étaient redressés outrés et avait froncés les sourcils en observant l’adolescente qui pleurait à chaude larmes tandis que le professeur semblait plus que choqué par l’attitude de sa fille dont il ne cessait de faire l’éloge de ses qualités durant ces trois dernières années.

Le box -et les autres box avoisinants- étaient silencieux.

Malgré ses sanglots Sakura releva la tête et comme si elle venait juste de se rendre compte de ce qu’elle venait de faire un cri suraigu s’échappa de ses lèvres à présent gercées. Devant elle son père se tenait, il semblait fixer un point invisible de la crème pâtissière sur son visage, ses yeux verts étaient écarquillés. Les morceaux de tarte commençaient à tomber se répandant sur sa chemise, ses lunettes rectangulaires légèrement rabaissées étaient à moitié couvertes de crème pâtissière.

Une demi-fraise glissa de ses cheveux bruns pour atterrir sur la table basse, en un bruit presque inaudible. Prenant compte de son acte elle se leva les jambes flageolantes elle passa rapidement son regards sur les adolescents qui eux étaient comme figés. La rose se dirigea alors vers la sortie du box où elle bouscula Sasuke qui la regarda filer vers l’énorme porte du fond sous les regards méchants des autres étudiants. Le ténébreux fronça ses sourcils, où allait-elle en passant par là ? Après qu’elle eu passée la porte tout en la claquant L’Uchiwa reporta son attention sur l’intérieur du box où il vit Tenten proposer un mouchoir à Monsieur Haruno qui semblait figé depuis tout à l’heure. Naruto se mit à son tour debout et regarda avec inquiétude l’allée menant à la porte en chêne. Puis il s’élança lui aussi vers la porte.

 

***

 

La jeune Haruno avait courut sa vue était tellement brouillée que tout ce qu’elle avait pu distinguer, c’était cette grande porte entourée de chênes et de toutes sortes d’inscriptions illisible. En la poussant, elle put se rendre compte de l’épaisseur de celle -ci. Lorsque qu’elle l’eu passée, Sakura se sentit pendant une demi seconde, elle se sentit flotter. Elle ferma les yeux, et ses pieds rencontrèrent un sol froid, trop engourdis pour etre rester en position assise tout à l’heure ils ne supportèrent pas son poids et elle s’écroula lamentablement. Tant bien que mal elle se redressa à genoux, et elle observa attentivement ce qui l’entourait, elle se trouvait aussi dans une bibliothèque mais une bibliothèque beaucoup plus froide et plus triste, une bibliothèque plus grande, dans ce lieu il n’y avait pas de tapis orientaux simplement un parquet foncé aussi froid que la glace, là il n’y avait pas de rires de jeunes. Simplement une dizaine d’allées. La fleur voulut retourner en arrière mais lorsque qu’elle tata le vide mais elle ne put que s’y résoudre : la porte avait disparu. Elle entendit alors des bruits de pas lointain, faut dire que son arrivée n’avait pas été silencieuse. Sakura poussa un juron puis commença à courir le long des allées cherchant désespérément une sortie de plus elle entendait toujours les pas et le fait que malgré qu’elle est commencée à courir l’individu marchait toujours la jeune fille paniqua puis au bout d’un moment elle vit une porte mais au moment où elle toucha la poignée de la porte un cliquetis résonna dans l’immense bibliothèque et un homme se plaça devant la jeune fille un homme avec de grands yeux blancs et un sourire mi-sadique mi-amusé. Sans demandé d’explications elle le poussa et elle arriva dans une grande rue. Il pleuvait tellement qu’à peine sortit Sakura regretta de ne pas s’être vêtit de façon plus chaude. Perdue et sentant la faim lui tirailler le ventre la jeune fille s’assied dans une petite ruelle remplie de cartons, elle s’adossa contre le mur et se recroquevilla sur elle-même pour finalement sombrer dans un sommeil profond. 

 

***

 

-         Sakura !!

-         SAKURA !!!

-         MADEMOISELLE HARUNO !! 

Naruto désespérait à retrouver la jeune fille, la foule qui se trouvait dans l’autre Konoha ne l’aidait pas non plus. Le blondinet se prit la tête dans les mains, que faire ? Cette idiote était partie à travers la porte transdimensionelle de Konoha, vu son niveau magique très faible elle avait forcément atterrit dans la bibliothèque, mais où était-t-elle partie en suite ?

Un cri se fit entendre et le jeune Uzumaki courut vers sa provenance, malgré la foule, il avait réussi à entendre un faible cri il se hâta dans la rue principale sans même s’excuser auprès des personnes qu’il bousculait le jeune homme arriva finalement à la source du petit bruit, où il la reconnut ; adossée contre le mur ses cheveux rose ruisselait d’eau ses yeux était mi-clos, sa lèvre inférieur trembla mais elle pu tout de même prononcer un mot « Désolé. » puis elle s’endormit. Un sourire tendre et affectueux vint naître sur les lèvres de l’Uzumaki, il ôta son blouson puis il la recouvrit avec avant de la porter en direction de l’autre coté de Konoha il déposa un doux baiser sur son front déjà brûlant.

Quelques minutes plus tard il arriva dans la bibliothèque de Neji et Hinata où il trouva tout le monde près du professeur lorsque celui-ci vit sa fille il se leva, inquiet. Alors qu’il se levait Naruto finit par dire qu’ils devaient rentrer car il était tard Pein qui n’avait pas bougé depuis tout à l’heure se redressa, et après avoir salué tout le monde ils rentrèrent à l’allée des flocons.

 

***

 

Quelques heures plus tard, un regard de jade scrutait la pièce où elle se trouvait toujours allongée elle retira un linge encore humide de son front et se redressa en position assise, de toute évidence c’était une chambre assise sur le lit la jeune fille détailla cette pièce ; c’était sobre les murs étaient beige les sol était en moquette assortie et les meubles étaient en bois simple, les volets étaient fermés mais une lampe de chevet éclairait tout de même la pièce.

Sakura éternua plusieurs fois avant de s’arrêter et elle regarda la porte s’ouvrir avec une lenteur infinie…pour finalement voir dans l’entrebâillement de celle-ci le regard turquoise de Pein. Durant un instant il l’examina de haut en bas pour finalement s’approcher pour s’assoir sur le petit tabouret près du lit. Puis de but en blanc il prit la parole :

-         Je te trouve bien égoïste gamine

La jeune fille fronça les sourcils face au regard accusateur de l’aîné voyant cela il reprit d’une voix impassible :

-         Cet après-midi à la bibliothèque. Tu as été particulièrement désagréable qu’en pense-tu gamine ?

-         Excuse moi mais je peux savoir pourquoi tu viens me faire la morale, et d‘ailleurs où sommes nous ?

-         Pourquoi ? Parce que tu es une gamine gâtée qui ne se rend pas compte de la chance qu’elle a. D’ailleurs tu en as donné la preuve cet après-midi, et ce devant tout le monde. Que je sache, tes deux parents sont en bonne santé. Et nous sommes dans la chambre de Naruto.

-         Et alo…

-         Je n’ai pas finis. De plus, tu t’es plainte de ne pas le voir mais, à la Konoha High School tu le verras tout le temps. Tu sais il y’a pire petite.

Voyant la jeune fille baisser la tête se plongeant dans son mutisme il ajouta :

-         Un divorce ce n’est pas la mer à boire.

La jeune fille posa ses yeux sur un cadre photo posé sur la table de chevet, c’était une photo de famille. Suivant son regard Pein regarda la photo puis précisa que c’était une photo qu’on avait prit il y’a deux ans environ, et que Naruto l’avait toujours avec lui. La Haruno détailla la photo, dessus se dressait 4 personnes 3 hommes une femme, les trois qu’elle reconnut tout de suite était Pein, Naruto et leur père quant à la femme, elle avait une légère ressemblance avec les jeunes hommes mais elle était rousse de longs et flamboyants cheveux roux.

Leur mère.

Elle remarqua qu’il était tous en tenu de bal et souriaient.

Sakura eu un léger pincement au cœur puis demanda d’une voix cassée :

-         Elle est…elle est…

-         Oui. Acquiesça lentement Pein. 

Voyant que la jeune fille se sentait mal et que ses yeux larmoyaient le jeune homme d’habitude indifférent la prit contre lui et lui secoua les cheveux tel une enfant et il dit joyeusement :

-         Allez debout vaut mieux ne pas rester dans la chambre de Naruto, allons parler de la Konoha High School je suppose que tu as des questions n’est-ce pas ? 

La jeune fille hocha la tête pour lui emboîter le pas tout en se dirigeant vers le jardin où Naruto se balançait à l’une des trois balançoires

La rose à ce moment là se promit de s’excuser le plus rapidement possible auprès de son père. Et puis elle commença son interrogatoire avide de réponses.

-         C’est comment la Konoha High School ?

-         C’est génial en fait en tout il y’a 5 ans d’études, et nous nous allons rentrés en 4ème année, cette école est géniale les profs sont parfois louches mais ils sont super, ton père en fait partie et mon vieux aussi…s’exclama Naruto sans reprendre sa respiration.

-         Ton…ton père ? S’exclama Sakura franchement surprise.

-         Ben oui, je te l’avais pas dis ?

-         Non…

Pein qui jusque là n’avait pas ouvert et s’était contenté de scruter la surface de l’herbe ajouta :

-         Par contre tu es beaucoup trop faible pour rentrer directement en 4ème année, ‘faudra t’entraîner petite.

Sakura grimaça. C’est sur qu’avec 3 année de loupées…

-         Mais t’inquiète on va t’aider. Hurla Naruto avec son euphorie habituelle.

Pour la première fois Sakura lui fit un franc sourire.

-         C’est pour ça que tu as atterris dans l’autre bibliothèque de l’autre Konoha. Rajouta Pein en sortant une cigarette.

-         Comment ça ? S’étonna la fleur de cerisier.

-         Selon ta puissance magique tu peux choisir ton lieu après avoir passée la porte transdimensionelle de la bibliothèque de Neji mais comme le ministère de la magie ne voulait pas que des débutants se retrouve dans le néant à cause de leur faiblesse, il a divisé cette bibliothèque en deux parties : une parties dont Neji et sa sœur on la charge et l’autre partie -qui est donc dans l’autre Konoha- est dirigé par une autre personne.

-         J’ai vu un type louche….Se rappela Sakura.

-         Bon assez parler on va chez Neji ? Demanda Naruto. »

Puis en faisant un clin d’œil à Sakura :

-         Ce sera l’occasion de t’excuser. 

Ce à quoi Sakura s’empourpra.

 

***

 

En arrivant là-bas Sakura salua poliment Hinata tandis que Naruto et Pein passait rapidement de l’autre coté sans lui accorder la moindre intention. Cela de fait elle passa derrière et elle se retrouva à nouveau devant ce paysage merveilleux. Elle hésita un instant voulant partir puis finalement elle prit son courage à deux mains et entra son père qui lisait un livre dans son coin sembla relever la tête et un demi sourire illumina son visage fatigué. Sakura lui présenta donc ses plus plates excuses lui promit qu’elle ne recommencera plus, Monsieur Haruno quant à lui il serra sa fille dans ses bras. Puis elle regarda le petit monde qui discutait joyeusement, finalement Sakura finit par oser demander :

-         Est-ce que Hinata peut se joindre à nous ? 

Un silence pesant s’en suivit et Sakura eut l’impression que tout le monde s’était tourné vers Naruto mais cette impression ne dura quelques secondes jusqu’à ce que Naruto murmure du bout des lèvres :

« Bien sur. »

 

Fin du Flash-back

 

…surprenant, oui c’était le mot qu’elle cherchait

Depuis ce jour Sakura s’était entraîné avec à peu près tout le monde pendant deux longues semaine et ce matin là son père lui avait remit la lettre lui faisant promettre de ne l’ouvrir que demain lorsqu’ils seraient tout les deux dans l’autre Konoha pour faire leurs emplettes de pré-rentrée.

Plus que deux jours…

Deux longs jours…

Deux interminables jours…

Avant d’aller enfin à la très réputé école de sorcellerie dirigé par la célèbre Sannin connue pour sa monstrueuse force surhumaine…

La Konoha High School dirigée par Tsunade Shodaime.

 

 

 

Donc 1er chapitre, cela fait plusieurs mois que je cogite quant à la publication de cette histoire ben voilà, je me lance !

J’espère que ca ne fait pas trop niais !!!!

Donnez-moi vos avis ou conseils.

J’espère que ça vous plait.

Sasuke68

 

 

 

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales