Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

Because there are some magic everywhere Auteur: Sarah Vue: 21534
[Publiée le: 2009-02-19]    [Mise à Jour: 2011-06-23]
13+  Signaler Romance/Surnaturel/School-Fic Commentaires : 59
Description:
AVANT : "Un seul passé contre une vingtaine de possibilités"

Sakura Haruno est une adolescente de dix-sept ans. Ses parents sont divorcés. Sa mère a l'intention de se remarier lorsqu'elle tombe enceinte. Sakura va donc se retrouver avec deux demi-frères ainsi qu'un beau-père. Naruto, Pain et Minato Uzumaki. Sans oublier le bébé à naître !
Quoi de plus normal de nos jours ! Parents divorcés puis familles recomposées. Banal de chez banal.
Mais ça vire rapidemnt à l'iréel lorque son père lui apprend qu'elle est une sorcière, qu'elle va aller dans une école de sorciers.

Couples : Banals je pense.

Chapitre 12 - ENFIN en ligne !
Crédits:
La quasi totalité des personnage appartient à Masashi Kishimoto.
Certains termes appartiennent à J.K Rowling.
Quant aux autres personnages, ils m'appartiennent.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Le réveil

[6171 mots]
Publié le: 2010-07-16
Mis à Jour: 2010-07-17
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Kikou everybody !

Donc voilà le chapitre 9 de ma fanfiction. Merci à tous ceux qui m’ont laissé un commentaire. Donc sur ce, bonne lecture !

 

Chapitre 9 : Le réveil.

Lorsque Sakura ouvrit les yeux, elle les referma aussitôt. En effet un rayon un peu trop lumineux l’avait éblouie. Les yeux clos, la tête enfoncée dans l’oreiller elle put toutefois constater quelques petites choses… Par exemple, elle sentait encore sa robe donc elle s’était endormie habillée sur le ventre, ensuite pour une obscure raison sa robe était ouverte de derrière dénudant ainsi son dos et, enfin, d’où venait donc cette chaleur à coté d’elle, ce souffle régulier sur son visage et cette pression sur sa taille ?!

Alors, délicatement, la fleur ouvrit ses paupières pour laisser place à deux émeraudes. Elle retint alors de justesse un cri en enfonçant sa tête dans l’oreiller tout en rougissant comme une pivoine de l’ongle de son petit orteil jusqu’à son cheveux le plus fourchu. Le souffle régulier était en fait la respiration de Sasuke Uchiha endormi. Sur le ventre, comme elle, un de ses bras était enroulé autour de la taille de la Haruno tandis que l’autre pendait hors du lit. Lit d’ailleurs prévu pour un seul occupant d’où l’exigüité de l’espace étant donné qu’ils étaient deux. D’ailleurs elle se mit à envier ce lourdaud de Naruto qui juste en face avait un lit à lui seul. Le blond dormait profondément avec un doux ronflement.

D’un tempérament impulsif, la jeune fille avait l’intention d’éjecter le jeune homme du lit avec un bon coup de pied, mais lorsqu’elle sortit sa tête de l’oreiller qui avait étouffé son cri, son regard tomba sur la table de chevet. Sur celle-ci il y avait un gros tube de gel anti douleur, des bandages et un ciseau. Incertaine, elle tâta son dos et comprit qu’il était soigneusement bandé. Et la nuit dernière lui revint, la vente, Sasuke, les photos, le massage… Son envie de repousser le brun s’atténua aussitôt et, à la place, elle se dégagea du bras de l’Uchiha et se poussa de manière à lui faire de la place. Il s’étala et se retourna sur le dos. Alors, assise sur le lit, Sakura l’examina attentivement : il dormait paisiblement, deux mèches noires encadraient son visage, une tombait négligemment sur sa joue son souffle régulier faisait légèrement bouger cette mèche ébène. Son visage pale n’avait, pour une fois, pas d’expression froide. Il était serein. Beau. Ses yeux noirs étaient clos, son nez était droit et sa bouche… elle était rose pale et, pour une fois, il n y avait pas de rictus moqueur dessus… c’était presque un sourire. Peut-être faisait-il un beau rêve ? Elle put également remarquer qu’il était aussi habillé, de son pantalon noir, et de sa chemise blanche entièrement ouverte… ouverte… Elle rougit violemment et baissa les yeux, évitant de fixer trop longtemps son torse imberbe. Elle se souvint alors de la fois où il l’avait surprise en débardeur, la fois où sur un accès d’agacement Sasuke lui avait proposé de toucher ses abdominaux afin de lui prouver qu’il ne frimait pas… Elle rougit encore plus et s’en qu’elle ne s’en soit rendu compte, sa main se trouvait à présent à deux centimètres du ventre du brun endormi. Sa main tremblait. Elle leva les yeux vers l’Uchiha et, un bref instant, elle eut l’impression qu’il la regardait au travers de ses cils. Sakura sursauta et éloigna sa main.

Elle s’approcha alors de son oreille et chuchota pour ne pas réveiller son frère bien qu’il avait un sommeil de plomb.  

-         Hé ? Sas’ke ? t’es… tu es réveillé ?

Pas de réponses, respiration régulière.

Elle avait dû imaginer… elle rajouta tout de même pour la forme, bien qu’elle était persuadée qu’il dormait toujours :

-         Et puis d’abord je ne fait rien de mal… tu m’avais proposé de… euh… tu vois… Euh nan tu peux pas voir vu que tu dors… mais bon voilà…

Sa main tremblante s’aventura donc jusqu’au torse marmoréen du brun. Et elle la posa tout en fixant l’Uchiha des yeux. Toujours pas de réactions. Elle regarda alors sa main, sur le torse du jeune homme. Etrangement leurs peaux claires s’accordaient bien. Délicatement elle bougea sa main vers le ventre pour « tâter » les abdos en question, elle fut d’abord surprise par la douce et agréable chaleur de son ventre puis elle avoua qu’il n’avait pas mentit...ses abdos étaient en béton.

En plus d’avoir une peau des plus douces, il possédait une musculature à se faire damner.

Sakura bougea encore sa main sur le ventre et le torse du brun, elle était comme dans un état second… la peau était douce et elle aurait pu continuer à la toucher si un éclair de raison ne l’avait pas subitement frappée. Elle retira sa main comme si elle s’était brulée et s’assura que Sasuke et Naruto plus loin dormaient. Quelle honte si elle devait expliquer son comportement ambigu ! Qu’aurait-elle pu inventer ?

Les parts Innocente, Timide, Miss-Perverse-et-Obsédée et Morte-de-Honte de la jeune Haruno se mirent alors à débattre dans sa tête :

« Euh ! Je te caressais pas le ventre, j’étais juste en train de vérifier si tu étais… euh… malade ? »  Lancerait innocemment la Part Innocente.

 « En fait je… euh… je… j’étais… euh…*rougit puis s’évanouit* »  bafouillerait la Part Timide.

 « J’avais juste l’intention de te violer dans ton sommeil, ne t’en fais pas sinon… » Susurrerait Part Miss-Perverse-et-Obsédée

 «  O…kay…Tu m’attends ici? Je vais me suicider… » Grognerait la Part Morte-de-Honte.

Sakura se mit alors à envisager quelle solution elle aurait choisi tandis que ses Parts attendaient impatiemment la réponse.

La première aurait fait sourire sarcastiquement Sasuke et il aurait rajouté « Aha, petite perverse, tu voulais jouer au docteur… ». Part Innocente est donc éliminée.

Pour la seconde, Sasuke aurait attendu qu’elle se réveille pour la harceler avec des questions du genre « Ca t’a plu de me tripoter à mon insu ? » Part Timide éjectée.

La troisième était tout simplement inenvisageable car elle ne s’appelait pas Ino et elle n’aurait jamais osé dire ça à son ennemi juré. Part Miss-Perverse-et-Obsédée définitivement Hors Jeu.

Quant à la quatrième Part… c’était… la décision la plus rationnelle d’après la jeune fille. Elle aurait choisit la Part Morte-de-Honte. D’ailleurs la dite part se mit à ricaner et les autres lui firent remarquer que si elle était si Morte-de-honte elle n’avait qu’à aller se suicider.

Sakura se frappa le front avec la paume de la main. Sans s’en rendre compte elle avait laissé sont côté folle prendre le dessus et imaginer une histoire burlesque. (La Part Folle-Timbrée partit bouder dans son coin pour avoir été renié par Sakura). La fleur se leva précautionneusement du lit et posa un pied à terre, puis l’autre. Sakura referma sa robe du mieux qu’elle put puis elle se dirigea vers la porte. Elle esquissa de lents pas vers la porte, puis délicatement elle l’ouvrit et sortit. La rose soupira dans le couloir, et retourna dans la chambre.

Elle regarda longuement Sasuke toujours dans le sommeil. Elle soupira une nouvelle fois, puis leva sa baguette, Sakura fit un grand mouvement circulaire avec et, les draps de Sasuke se plièrent sur lui pour le couvrir et, dans une toute petite détonation un bout de papier apparut et se déposa sur la table de chevet.

Elle referma la porte et sortit pour se diriger à grands pas vers son dortoir.

Lorsqu’elle fut partie, Sasuke se redressa légèrement en souriant avec une satisfaction très grande peinte sur les traits puis il attrapa la note sur la table de chevet.

Merci, je suppose que dans ton esprit dérangé je te dois quelque chose en retour?

Ca ne m’étonnerait pas…

Bref, cette « trêve » est finie maintenant. Encore merci.

SH.

Il esquissa un autre micro-sourire puis se recoucha en déposant la note sur sa table près des bandages.

Alors comme ça je lui fais de l’effet hein ? pensa-t-il les bras sous la tête l’air songeur.

Finalement le beau brun se rendormit avec un grand bâillement tout en songeant à tout ce qu’il pourrait lui demander dans un avenir proche.

***

 Dans une salle de cours du château, une jeune fille ouvrait difficilement les yeux… Tenten ouvrit puis referma plusieurs fois ses paupières. Etrangement elle avait mal un peu partout et sa tête reposait sur des jambes… des jambes ?!!! Lorsqu’elle ouvrit les yeux définitivement elle se retrouva nez-à-nez avec un regard sombre. Itachi Uchiha. Tenten a rougit furieusement en se levant des jambes de son professeur.

-         Pro-professeur ? Qu’est-ce que je fiche encore ici, moi ?

Il lui sourit.

-         Tu t’es endormie hier.

-         Oh… euh vous savez pour…

-         Tutoie-moi s’il te plaît Tenten.

Elle a rougit.

-         Tu vas me collée ?

Itachi a froncé les sourcils, perdu.

-         Hein ? Pourquoi je te collerais ?

La brune s’est alors mise à triturer nerveusement ses doigts.

-         Euh… je me suis un peu emportée hier…

Le jeune professeur se mit debout, s’étira un peu et répondit avec un grand sourire à la jeune fille assise.

-         Ne t’en fais pas, je ne vais pas te punir… C’est ton plus cher désir après tout… et si ça peut te rassurer, tu n’es pas la seule à t’être plainte, bon c’est vrai que certains l’ont fait avec moins d’ardeur…

Tenten se releva à son tour en attrapant la main que lui tendait le jeune professeur.

-         A propos… commença-t-elle, je préfère que vous…que tu –si vous y tenez-  oubliiez ce que vous avez vu. 

-         Ca va être un peu difficile d’oublier surtout en sachant que ce désir te rend si triste…

La brune soupira et se dirigea vers la sortie sans un mot, les joues en feu. Itachi la regarda sortir silencieusement puis se passa une main sur le visage. Il avait les moyens d’aider cette adolescente à réaliser son désir… D’ailleurs il attrapa son emploi du temps et la liste des élèves d’une certaine classe. Son regard sombre s’arrêta sur un nom. Neji Hyuuga. S’il ne s’était pas trompé, à l’heure qu’il était, le jeune homme devait être plutôt troublé de les avoir espionnés sans connaitre le désir de la macaronée.  Il allait beaucoup s’amuser à jouer les entremetteurs…

***

Dans son lit, Neji Hyuuga regardait distraitement le plafond. Il n’avait pas dormi, ou alors très peu. Il pensait surtout. Hinata était dans la salle de bain et Gaara et Lanaë étaient déjà partis manger.

Pourquoi Tenten était en larmes la nuit dernière ? Ce connard de prof avait refusé sa déclaration, peut-être ? Mais il l’a serré dans ses bras… Et que signifiaient ses paroles ? « Ce n’est pas impossible » ? Il voulait peut-être tenté sa chance avec elle malgré tout ? Cet enfoiré… Mais c’est interdit d’avoir une telle relation… Oui mais Tenten avait l’air si malheureuse…

En gros c’étaient les pensées du jeune homme. Il était tourmenté… il s’était vu lui-même avec Tenten dans ce fichu miroir… et, depuis, il se sentait mal rien qu’en pensant au fait qu’elle ait embrassé ce foutu professeur. Il se sentait mal rien qu’en se demandant ce qu’elle avait vu dans le miroir… s’était-t-elle vu avec lui ? Sûrement. Neji serra les poings à s’en faire terriblement mal, enfonçant ainsi ses ongles dans sa paume. Il ne comprenait pas d’où lui venait ce soudain intérêt pour Tenten, c’était une amie comme une autre, non ? Alors pourquoi il avait cette drôle de sensation de frustration ? Avant il s’en fichait d’elle comme il se fichait des fesses de Kankuro ou du brushing d’Ino. Finalement lorsqu’il se trouva une raison de se sentir aussi frustré, Hinata sortit de la salle de bain, habillée façon Moldue étant donné que nous étions dimanche.

-         Ca va Neji ?

Il se redressa sur son lit.

-         Oui et toi ?

-         Très bien merci, je vais te laisser Neji d’accord ?

-         On se voit au petit déjeuner.

Et lorsqu’elle ferma la porte Neji se répéta mentalement la raison pour laquelle il était agacé : C’est parce qu’elle était une amie proche rien de plus.

***

Gaara poussait le fauteuil de Lanaë dans un couloir direction la Grande Salle. La jeune infirme pensait surtout à la nuit qu’elle avait passée avec son rouquin préféré. Ils s’étaient assis sur un banc au clair d’un croissant de lune et ils avaient discuté. De tout et de rien. Lanaë avait eu très envie de lui avouer son affection parce que tout semblait parfait.

Elle pencha son cou en arrière pour croiser le regard turquoise du roux, il lui sourit. Elle le lui rendit.

Finalement elle n’avait rien dit. Parce qu’elle n’était pas assez bien, parce qu’il n’éprouvait sûrement que de l’amitié, parce qu’elle ne voulait pas tout gâcher, parce que même si on ne lui dit jamais, s’occuper d’une infirme c’était chiant…

Elle ravala ses sanglots, il sembla le remarquer car il arrêta le fauteuil.

-         Ca va Lana’ ?

-         Oui, oui c’est bon.

-         Tu sais Lana’ hier je voulais te dire un truc…

Elle releva les yeux et il rougit. La jeune fille fronça les sourcils. L’atmosphère était si intime, elle pouvait sentir son cœur battre la chamade contre ses côtes.

-         Qu’est-ce que c’est ?

Il cligna des yeux, hésita et reprit :

-         Eh bien je voulais t’avouer que je…

-         Hum hum !

Ils ont relevé tout les deux la tête avec une synchronisation parfaite. Au bout du couloir en arrière, une jeune fille brune en uniforme les regardait en souriant. Elle était assez petite mais généreusement formée, la peau bronzée, de grands yeux jaunes et une crinière brune.

Lanaë ne connaissait pas cette fille malgré son statut de préfète. Il était d’ailleurs étrange qu’elle porte l’uniforme scolaire un dimanche. Généralement ce jour-là on pouvait observer une explosion vestimentaire à l’école d’ailleurs l’infirme était elle-même vêtue d’un simple jean/tee-shirt avec sa sempiternelle couverture noire. Ce petit plaid qui reposait sur ses jambes malades. C’était Gaara qui la lui avait offerte à son réveil, après son accident.

Gaara, lui, sembla d’abord étonné puis agacé, pour laisser place à une petite dose de colère.

La rousse s’approcha.

-         Bonjour Gaara ! Oh et…bonjour…toi.

-         Je m’appelle Lanaë, Lana si tu veux.

La rousse parut se ficher royalement du comment et du pourquoi concernant la fille en fauteuil roulant.

-         Qu’est-ce que tu fais ici, Tsuki ?

-         Ma mère vient de m’inscrire ici ! C’est génial !

Gaara lui rendit son sourire, crispé. Il se tourna alors vers Lanaë.

-         Lana, tu peux m’attendre à la Grande Salle ? On reprendra notre conversation plus tard. Je te rejoins dans deux minutes d’accord ?

-         Euh bien.

La brune haussa les épaules et commença à faire avancer son fauteuil. Du coin de l’œil elle vit Gaara empoigner l’autre brune et courir en sens inverse avec elle. Des milliers de questions se mirent alors à fourmiller dans sa tête… Qui était-t-elle ? Pourquoi était-elle ici ? Quel lien entretenait-elle avec Gaara ?

***

Le rouquin entraina Tsuki à sa suite, furieux. Il la poussa dans la première classe vide et entra.

-         Qu’est-ce que tu fiches ici ?! s’écria la roux en perdant son sang-froid.

-         Moi ? Mais enfin je suis ta future sœur Gaara-chou !

Gaara fit mine de chasser une mouche.

-         Tu te fous de ma gueule ? Je m’en contrefous que mon père va épouser ta grognasse de mère, t’es pas ma frangine ! Et c’est quoi ce look ?! rugit-il en lorgnant les cheveux bruns et les lentilles jaunes.

-         Oh tu t’inquiète pour moi, chou ?

-         Je m’en fiche de toi comme de la goule qui traîne au grenier… !

Tsuki cessa de sourire. Un instant elle parut sérieuse.

-         Ne me parle pas comme ça grand-frère, ou je vais voir l’autre handicapée pour tout lui dire sur toi… et sur ta… condition.

Gaara pâlit et la regarda droits dans les yeux.

-         Tu fais ça et t’es morte. Et puis pourquoi t’es en uniforme ?!

-         Je suis inscrite ici. Je suis même dans ta maison ! lança Tsuki toute guillerette. Et je lui dirai si je veux. Tu le sais toi-même, cette fille est fragile, et toi tu es dangereux. Dans quel conte as-tu lu que le grand méchant loup-garou s’amourache de la petite handicapée diminuée ?

Le roux serra les poings.

-         Ne la traite pas comme ça… et ma vie sentimentale ne te regarde pas…

-         Oh tu préfère que j’aille lui dire tout de suite ?

L’adolescente se dirigea alors vers la porte mais le rouquin la plaqua alors violemment contre le tableau qui trembla. Il se mit à murmurer à quelques millimètres de son visage

-         Si tu lui dis un seul mot, à la prochaine pleine lune, je m’arrangerai pour être enfermé avec toi. C’est clair ?

-         Limpide même. Mais n’oublie pas que dans quelques semaines nous serons une famille, ça jetterait un froid si tu tuais ta future sœur…

-         Rien à foutre.

-         Très bien, il y a une chose qui me rendrait muette comme une tombe, et tu peux me la donner.

-         Quoi ? Un bon coup de poing ?

Elle rit toujours aussi heureuse.

-         Je veux un baiser…

Gaara la regarda droit dans ses yeux jaunes. D’ordinaire ils étaient bleus. Il fronça les sourcils.

-         Si je fais ça… elle n’en saura rien ?

-         Cette handica-... fille je veux dire ? Elle n’en saura rien à condition que tu y mettes du tien mon louloup-garou préféré.

Il la regarda fixement et abdiqua. Au pire si elle ne respectait pas sa promesse il s’enfermerait avec elle un de ces soirs qui que pour lui rappeler à quel point c’était dangereux d’irriter un loup-garou.

***

Quelque part dans la forêt, au bord d’une mare magique une certaine blonde à quatre couettes émergeait lentement du sommeil.

Elle se dégagea avec une violence non contenue des bras d’un certain flemmard.

-         Gné ! Qu’est-ce qui s’passe ???

Shikamaru venait d’ouvrir les yeux et regardait avec une expression ahurie.

-         J’te signale que je me suis réveillée dans tes bras ! Patate ! beugla la blonde.

-         Ouais bah, j’aurais peut-être dû te laisser mourir de froid avec ta robe toute fine ??? On est en Octobre j’te signale !

Temari se calma un peu.

-         Moui. J’te pardonne.

-         Tu ME pardonnes ? c’est à moi de te pardonner de m’avoir éjecté contre un arbre !

-         Héhéhé… hé mais t’as l’heure au fait, j’crève la dalle…

-         Hum attend… sept heures quarante.  

La blonde se releva instantanément et se mis à marcher rapidement, le fainéant la suivant. Apparemment le déjeuner était sacré chez une No Sabaku. Elle engagea tout de même la conversation avec Shika.

-         J’voulais te dire…

-         Mmmh ?

-         Ne montre cette mare à personne. grogna la blonde.

Shikamaru fronça les sourcils.

-         Et pourquoi ?

-         Parce que c’est n… mon endroit. Si jamais t’avais l’envie d’aller y faire un tour avec genre, Ino ou autre, j’te bute.

Le brun s’arrêta un moment en plein parc.

-         Je vois… fit-il en souriant.

Temari le regarda.

-         Tu vois quoi ?

-         Oh rien… mais toi aussi dans ce cas ne la montre à personne.

-         C’est ma mare je te rappelle !

-         Et alors ? Ce qui vaut pour moi vaut pour toi.

Puis ils reprirent la route vers le château. Mais le silence fut encore interrompu par notre Temari nationale.

-         Hé Shika ?

-         …

-         Shika !

-         Mais quelle femme bavarde… quoi ?!

-         Tu le pensais quand tu m’as dit que j’étais canon hier ?

L’ananas ambulant fixait le dos de Temari pendant qu’elle marchait dans l’herbe. Sa robe lui allait toujours aussi bien. Il s’activa un peu (chose vraiment exceptionnelle) pour se mettre à sa hauteur.

-         Ben ouais je le pensais… surtout que ton frangin me regardait avec de ces yeux… plaisanta-t-il.

Temari rigola et ensemble ils continuèrent le chemin vers le château dans un concert des gargouillis de ventres.

***

Ino se réveilla dans la chambre de Sai. Plus précisément dans ses bras. La nuit dernière avait été confuse. Avec la hâte d’une furie elle se rhabilla. Un dernier regard pour Sai, quand il dormait il était si attendrissant… D’accord elle aimait Sasuke mais Sai était, à sa manière, beau. Et puis la nuit dernière c’était elle, Ino Yamanaka, qui avait passé la soirée avec Sai Gaka. Pas de Sakura Haruno en vue. D’une façon étrange son esprit se mis à imaginer une relation avec le Gaka. Elle déposa un baiser sur le front de l’endormi, arrangea ses cheveux et sortit de la chambre. Hier il l’avait mise à nue, il avait déchiffré tout son sale caractère en seulement dix minutes. La belle blonde s’était sentie comme soulagée… Sai l’avait mise à nue, elle avait fondue en larmes et ils avaient passé une nuit d’amour ensemble… Pour une fois qu’elle recevait un peu d’amour, ça faisait environ deux ans qu’il ne lui restait que son père et l’amour il ne connaissait pas… Quelque part, ça lui avait fait un grand sentiment de bonheur que Sai la découvre ainsi…

Oui, au déjeuner elle irait le voir pour lui parler. Sai, qu’envisageait-il avec elle ? Bien sûr une part d’elle continuerait à aimer Sasuke Uchiha parce qu’il était Sasuke Uchiha.

***

Kiba marchait main dans la main avec Kin. Tout deux se remémoraient en rigolant quelques scènes des séries qu’ils avaient vus la veille.

-         Sinon tu te rappelles dans Ma famille d’abord ?

Kin gloussa.

-         Cette série est trop drôle sérieux… ! Junior me fait trop rire !

-         Mais non c’est Michael Kyle le plus marrant ! Moi j’étais mort de rire quand sa femme lui a dit « Michael mes enfants ne mentent pas ! » et lui il a répondu « Ah bah c’est bizarre parce que les miens si. »

-         Oui c’est vrai cette série est trop marrante… Ou tu te souviens dans Docteur House ?

Kiba fit mine de réfléchir tout en continuant à avancer vers la Grande Salle.

-         Ah oui ! Lui et sa vicodin…

-         C’est sûr !

Et ça continuait ainsi sur le chemin de la Grande Salle, finalement ils y arrivèrent. Kin murmura qu’elle devait aller manger à sa table en voyant Keiko sortir de la salle au même moment. Kin s’éloigna donc à grands pas. Kiba resta un instant à la regarder puis quelqu’un lui rentra dedans.

-         Ah pardon !

Il baissa les yeux et reconnu la préfète des Serdaigle : Keiko. Il eut soudain l’envie de la serrer contre lui mais il se ravisa et fit mine de l’ignorer en allant s’asseoir à sa table.

Keiko en resta baba. D’habitude il lui aurait sortit une connerie du genre « C’est si agréable de se faire bousculer par un ange » ou autre mais là rien, nada, niet. Il l’avait ignoré… Elle se surprit à s’en trouver triste. Inconsciemment son regard s’était levé vers la table des Pousouffles ou Kin s’était installée… Cette dernière leva un instant les yeux et Keiko la regarda avec une petite dose d’agacement avant de sortir à grands pas. Kin fronça les sourcils.

Kiba, lui, ne vit rien de l’échange des deux jeunes filles. Il s’était installé à côté de Choji, Neji, Hinata et Lanaë qui paraissait soucieuse.

-         Ca va Lana ? T’as l’air ailleurs… et il est où Gaara ? Il est avec toi d’habitude.

-         Hein ? Il a à faire avec une fille brune, une dénommée Tsuki. Heu, vous savez je crois que je vais aller le chercher…

Et elle s’éloigna de la table des gryffons. En partant elle salua Shikamaru et Temari qui, eux, arrivaient. Temari s’installa avec sa robe, et se servit un grand bol de lait. Elle en but une gorgée et se tourna vers Choji.

-         Tu ne saurais pas où va Lana ?

-         Elle va chercher Gaara. Il était avec une brune, une Tsuki je crois, lâcha Kiba en croquant son petit pain.

-         Tsuki ? T’es sûr qu’elle n’était pas blonde ?

-         Nan j’t’assure Lana a dit qu’elle était brune.

Shikamaru lui lança un regard interrogateur. Temari débuta :

-         On est partis en vacances cet été, en Egypte. Notre père a fait venir avec lui sa secrétaire qui travaille dans son département –cette blondasse conne comme une palourde- … et sa fille, une certaine Tsuki. Mais si tu me dis que celle-ci est brune alors y a pas de soucis à se faire. Ca doit être une préfète ou autre…

***

Lanaë faisait machinalement rouler son fauteuil dans les couloirs. Gaara ne devait pas être loin normalement. Etrangement elle ne voulait pas le savoir seul avec une fille inconnue qui semblait le connaitre.

Elle entendit des éclats de voix. Ils provenaient apparemment d’une salle de cours vide. En bonne préfète elle s’approcha afin de calmer les deux protagonistes, mais elle se ravisa en apercevant le rouquin et la brune. Soudain Gaara la saisit par les épaules pour la plaquer contre le tableau.

Lana’ retint un hoquet en se plaquant les mains sur la bouche.

Ils échangèrent quelques mots à quelques centimètres l’un de l’autre. Des mots qu’elle ne perçut pas. Et ce qu’elle craignait arriva.

Gaara se pencha tout doucement vers elle, et leurs bouches entrèrent en contact. Le baiser était sauvage.

Une larme s’échappa des yeux mordorés de l’infirme, ses mains se crispèrent sur sa couverture noire. Couverture qu’il lui avait offerte. Elle la laissa glisser sur son jean et entreprit de faire demi-tour.

Elle roula le long du couloir, laissant couler sa peine sur ses joues. Arrivée au bout de ce même couloir elle faillit rentrer dans Sai. Il l’évita. Elle l’entendit vaguement lui demander si elle allait bien… Lana’ continua sa route en sanglotant. Ce dimanche était fichu, elle voulait seulement monter dans la tour des gryffondor et laisser partir sa peine…

***

Ino qui était installée à la table des Poufsouffles vit Kin, son admiratrice, s’installer. Elle ne lui accorda pas un regard. La blessure de la veille était trop fraîche. C’est donc Ino qui engagea la conversation.

-         Kin, je m’excuse pour hier. J’ai… j’ai été exécrable. Je… je m’en veux de t’avoir interdit de porter les mêmes chaussures que moi…

Kin avait lâché son croissant, qui tomba sur la table. Les yeux exorbités elle regardait Ino. Venait-elle de s’excuser ? Impossible… Ino Yamanaka ne s’excusait jamais. Elle avait eu une prise de conscience ou quoi ?

-         Je… euh… ça va Ino ?

C’était tout ce qu’elle arriva à bégayer.

-         Parfaitement bien. Tu sais, j’ai décidé de ne plus reporter ma rancœur sur les autres… Il y a des gens qui me comprennent… C’est difficile de t’expliquer mais je suis navrée de mon attitude. Tu m’excuses ?

-         Euh… je… oui…

-         Bien. sourit la blonde.

Kin crut avoir une attaque. Que s’était-il passé hier soir pour que la harpie se transforme en princesse ? Son sourire n’était plus crispé, machiavélique il semblait doux.

-         Ah et Kin, juste pour info la préfète des Serdaigle te fixe.

Et Ino se détourna pour se lever et sortir de la Grande Salle. Kin se retourna pour rencontrer le regard agacé de Keiko… intéressant se dit la jeune fille en reprenant son déjeuner.

***

Sai marchait dans les couloirs. Il repensait à sa nuit avec Ino, mince consolation d’avoir loupé Sakura.

Tout d’un coup on le percuta de plein fouet. Il vacilla.

Lanaë en larmes roulait le plus vite possible. Il lui demanda si elle se sentait bien, elle l’ignora et continua sa quête vers la tour de Gryffondor. La peintre haussa les épaules et continua son ascension vers la Grande Salle. Il avança dans le couloir et vit la couverture de Lana’ au sol devant une salle de classe.

Il soupira et s’approcha pour la ramasser quand simultanément, Ino apparut au bout du couloir et Gaara sortit de la salle de classe l’air passablement énervé.

-         Qu’est-ce que tu fiches ici, toi ?! grinça le rouquin en fusillant Sai de son regard bleu.

-         Bah rien… je ramassais juste ça… je crois que Lana’ l’a fait tombé… en même temps elle n’a pas dû s’en rendre compte vu comme elle pleurait… répondit innocemment le Gaka.

Gaara blêmit sensiblement.

-         Elle est partie où ?

-         Vers la tour…

Gaara se mis alors à courir tandis qu’Ino arrivait à leur hauteur.

Tsuki sortit de la salle à sa suite et elle le regarda s’élancer à travers les couloirs en souriant.

-         Ah Sai je te cherchais… tu sais après ce qui s’est passé la nuit dernière, on pourrait peut-être aller ensemble à Kusa la semaine prochaine ? Au fait il se passe quoi ?

Ino avait tout lâché d’une traite, l’air radieux. Parce qu’elle était heureuse. Sai fronça alors les sourcils.

-         Ecoute Ino, j’ai cru que t’avais compris que c’était juste comme ça… tu sais… Je suis désolé mais je ne t’aime pas plus que ça…

Le visage rayonnant de la blonde se figea en comprenant sa phrase. Et lui il s’éloigna vers la tour parce qu’il pressentait qu’il s’était passé quelque chose. Tsuki rit bruyamment.

-         Je crois que tu viens de te prendre un méga râteau…

Ino se tourna lentement vers la brune. Son visage n’exprimait rien sinon la haine. Toutes ses belles intentions de changements venaient de voler en fumée. Personne ne la comprenait et ça, ça ne changerait pas.

-         T’as dis quoi morpionne ? Et puis tu es qui, pour porter un uniforme un dimanche ?

Le sourire de Tsuki s’élargit et elle répondit avec un air machiavélique :

-         Moi ? Je suis juste la future demi-sœur de Temari, Kankuro et Gaara… On peut aussi dire que je suis un sacré maitre-chanteur...

Ino fronça ses sourcils blonds. C’était quoi cette fille ??

***

Lanaë avait réussi à se trimballer jusque dans la salle commune, à renforts de sortilèges d’attraction pour monter les escaliers.

Elle pleurait, gémissait.

Sa baguette lui glissa des doigts mais elle s’en fichait, il fallait qu’elle monte dans sa chambre. Sakura qui sortait du dortoir des garçons de précipita en voyant son amie en larmes.

-         Lana’ ? Qu’est-ce qui se passe ? Tu pleures ?!

La brune gémit et se courba jusqu’à tomber sur les marches, rampant lamentablement le buste pour monter.

-         Aide-moi ! Aide-moi Sakura, il arrive ! Aide-moi ! sanglota-t-elle.

Hinata venait de descendre du dortoir de son cousin. Elle fut un peu déboussolée.

-         Ne bouge pas ! On va t’aider !

Et Sakura et Hinata la soulevèrent en délaissant le fauteuil roulant renversé. Elles montèrent les escaliers avec Lana’ qui pleurait dans leurs bras. Sakura l’étendit sur son lit avec l’aide d’Hinata, elles voulurent la questionner mais l’infirme les pria de partir, de la laisser seule.

En redescendant en bas, elles virent Gaara essoufflé en face du fauteuil.

-         Elle… est… en haut ?

-         Euh oui... répondit Hinata en s’installant sur le canapé avec Sakura.

Gaara se précipita vers en l’escalier mais à peine eut-il marché sur la cinquième marche que l’escalier glissa et il se retrouva en bas.

-         LANAE ! C’EST PAS CE QUE TU CROIS ! DESCENDS JE T’EN PRIE !

Le cri du jeune homme avait alerté toute la tour car ceux qui étaient encore au lit descendirent précipitamment. Naruto clignait des yeux, Sasuke baillait –toujours avec la chemise ouverte remarque la rose en détournant le regard- Neji fixait Gaara allongé par terre…

***

Toute la bande était réunie dans la salle commune. Sakura et Tenten portaient encore leurs robes de soirée, elles restaient assises et silencieuses. Naruto était en pyjama bleue avec de minuscules vifs d’or cousus dessus, il faisait une tête du style « Euh…quelqu’un peut m’expliquer… ». Shikamaru baillait. Neji fixait Tenten, l’air de se foutre de tout. Hinata tripotait ses doigts. Choji mangeait des chips multicolores. Sai regardait Sakura. Kiba attendait avec son chien sur les genoux. Pain et Kankuro étaient à l’écart.

Finalement Temari descendit du dortoir où Lana ‘ s’était exilée.

-         Je lui ai expliqué que c’était notre future sœur. Elle a répondu qu’elle s’en fichait et qu’on n’embrasse pas ses sœurs avec la langue.

-         Mais qu’est-ce qui se passe là, j’ai rien pigé moi ! s’écria Naruto. Pourquoi Lanaë est triste ?

-         Naruto, primo la future demi-sœur de Temari, Gaara et Kankuro est ici. Deuxio cet imbécile de Gaara l’a embrassé et ne veux pas dire pourquoi et tertio : ton pyjama est affreux. Lança Tenten en jetant un coup d’œil furieux vers Gaara.

-         Oooh… mais Gaara pourquoi t’as fait ça ?

Le roux lança un regard malheureux vers sa sœur qui le lui rendit. Il haussa les épaules et grogna un faible « parce que j’en avais envie ». Ce qui était faux. Mais avouer à ses amis sa condition, ça il ne pouvait se le permettre… Il s’en voulait d’avoir blessé la fille qui comptait le plus à ses yeux. Son poing se serra sur le plaid noir sur ses genoux.

-         Quel dimanche pourri… lâcha Kiba.

-         Comme t’as raison… renchérit Pain.

Et tous approuvèrent silencieusement.

***

Quelques jours passèrent, Lana n’avait plus aucun contact avec Gaara. Elle semblait froide et distante. Plus Halloween approchait plus la relation entre les deux se fissurait. Quand on les voyait s’éviter mutuellement, s’ignorer en plein repas… personne n »aurait pu croire que quelques jours auparavant ils étaient à deux doigts de sortir ensemble.

Tsuki elle était ravie. Elle passait son temps avec Gaara bien qu’il haïssait tout d’elle, le suivait partout. Temari devait plusieurs fois être retenue par Tenten dans une journée afin de l’empêcher de se jeter sur sa future sœur afin de la déchiqueter telle une lionne. Même le 10 octobre pendant les festivités de l’anniversaire de Naruto, l’atmosphère était restée pesante.

Tenten ne séchait plus les cours de Sortilèges, au contraire, elle s’y rendait à tous. Neji faisait mine d’ignorer la complicité élève-prof qui s’établissait  entre les deux sans qu’il sache que c’était lui le centre de toutes leurs discussions.

Hinata était chaque jour un peu plus proche de Sakura, elle ne participait pas souvent aux évènements collectifs (d’ailleurs elle avait mystérieusment disparue durant l’anniversaire du blond, Sakura l’avait retrouvée dans son lit assoupie).

Sakura évitait soigneusement de croiser le regard de son ennemi juré dit Sasuke. Depuis la vente leurs habituelles chamailleries avaient repris. Malgré tout une infime partie de Sakura lui était reconnaissante de ne pas citer durant leurs disputes ce qu’elle lui avait raconté sur elle. La rose avait vite fait de retrouver son rythme de vie impossible carburant à la caféine. Elle avait tellement à gérer ! De plus Ino paraissait la hair un peu plus au cours des jours qui filaient, un jour elle lui avait fait un croche pied à la bibliothèque, ce jour-là pour la première fois de sa vie elle avait été contente que Sasuke soit dans le coin. En effet grâce à un Repulso il avait empêché une bibliothèque de l’écraser…

Sasuke combinait les séances d’entrainement de Quidditch avec les cours sans y ressentir la moindre fatigue. Il se donnait toujours un malin plaisir à taquiner la fleur. Sasuke venait lui rendre visite tôt le matin à la bibliothèque et ça finissait en engueulades monstres. Quand elle lui demandait la cause de son harcèlement permanant, il lui répondait que Pain s’inquiétait de l’état mental d’Ino qui était devenue très violente à son égard. Bien sûr le jour où il l’avait sauvé d’une bibliothèque ils avaient également reçus tout deux trois bonnes heures de colles pour avoir fait s’effondrer toute une étagère.

Shikamaru passait le plus clair de son temps à dormir, parfois il suivait un peu le rythme de vie du château mais sans plus. Heureusement que Temari était là pour le réveiller sinon ça ferait longtemps qu’il serait tombé dans le coma. Entre deux prises de têtes chacun d’eux allait parfois se détendre à la mare magique. Le plus amusant c’est qu’ils ne s’y retrouvaient jamais ensemble. Chacun de leurs côtés ils y allaient.

Kiba ignorait ostensiblement Keiko et passait son temps avec Kin. D’ailleurs Keiko était à chaque fois agacée de les voir glousser ensemble.

Sai courait après Sakura en surveillant tout de même Pain et Naruto qui n’approuvaient pas du tout. Il ne faisait nullement attention à Ino qui le dévisageait haineusement aux repas.

Ino reversait toute sa rancœur sur Sakura. Entre regards venimeux et croches pieds.

Choji avait des rendez-vous secrets avec Ayame, une gentille Poufsouffle un peu potelée, aux cuisines où les elfes se pliaient en quatre pour leur faire de bons petits plats.

Tout semblait bien mis à part le no man’s land qui s’était instauré entre Gaara et Lanaë.

Halloween approchait et, dans cette ambiance un peu tendue, chacun réfléchissait à son déguisement pour la journée d’Halloween. La directrice semblait particulièrement fana de ce genre d’évènements, s’était dit Tenten quand elle avait vu le flyer orange fluo qui disait :

Sortez vos costumes, Halloween approche…Mouhahaha !

Le tout avec des lettres dégoulinantes… Hinata, elle, s’était tristement dit que juste après Halloween, deux jours plus tard, la Semaine Parentale débuterait, elle avait haussé les épaules et était montée dans le dortoir. Bien sûr le flyer orange avait été accompagné de la date de la prochaine sortie à Kusa, le village sorcier pas très loin de l’école.

 

 

 

Yatta ! Fin ! Donc voilà je poste ce chapitre avant de partir en vacances dimanche donc je poste maintenant parce que je doute que ce week-end j’aurai du temps. Bisous, bisous. Laissez un commentaire pour me donnez vos impressions, ça prend trente secondes et ça coûte rien… (Enfin si un clic… XD)

(Je vous l’accorde dans ce chapitre je suis un peu partie en cacahuètes… ^^’)

<3   <3   <3

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales