Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Les Arts
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 22/03/2020
  • Coups de vent en mer
    Marathon Editions
    Nb de signes : 18 000 - 22 000 sec
    Genre : imaginaire
    Délai de soumission : 20/01/2020
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019
  • Pôle emploi
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 06/12/2019
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Naruto

~¤ Tales of Akuma ¤~ Auteur: Ridelliz Vue: 2627
[Publiée le: 2007-11-04]    [Mise à Jour: 2008-08-18]
G  Signaler Romance/Action-Aventure/Mystère Commentaires : 32
Description:
[Univers alternatif]

Le Royaume de Konoha est partagé en deux communautés: les Femmes et les Hommes. Les Prêtresses et les Ninjas. Leur point commun: une haine mutuelle.
Mais chacun devra surmonter ses préjugés pour accomplir une terrible Prophétie. Filles et garçons de la nouvelle génération devront unir leurs forces et leurs savoirs pour le meilleur...et surtout pour le pire.

Couples: affirmatif! Pas j'ai pas envie de le dire...
Bon, indices? Ok, alors, disons que nous resterons dans les grands classiques du genre pour la plupart. Ni Yuri, ni yaoi. Classique, je vous dis!!
Crédits:
Fic co-écrite avec Golden. Rassurez-vous, tout n'est pas issu de mon esprit tordu!!

Les persos appartiennent au vénérable Masashi Kishimoto
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 2

[12091 mots]
Publié le: 2007-11-24Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

TALES OF AKUMA

 

Bonjour, bonjour !!! Ou plutôt devrais-je dire bonsoir, vu l’heure! C’est nous que revoilà, Golden and Ridelliz pour ce deuxième chapitre que se sera fait attendre (enfin moins longtemps par rapport aux délais auxquels je vous habitue…--‘) !! Mais une collaboration longue distance prend du temps, Golden et moi sommes très occupées par ailleurs, travail et étude obligent !!!! J’en profite donc pour remercier encore une fois les gens qui ont pris le temps de laisser un commentaire !!! Golden a aussi été très touchée (elle est venue voir sur le site) et vous embrasse aussi !!

 

Voici donc ce chapitre number 2, très long…et on entre dans le cœur de l’histoire !

 

¤ Petit rappel :

 

Chez les ninjas :

 

Genin a 16 ans

Chunin à partir de 18 ans

Jounin à partir de 20 ans.

Kiba et Naruto (18 ans), les deux cancres, sont toujours genins et s’apprêtent à passer l’examen chunin.

Sasuke, Gaara (18 ans) et Lee (19 ans) sont Chunins.

Neji (19 ans) et Shikamaru (18 ans) sont quant à eux Jounins fraîchement promus.

Itachi est anbu depuis son âge de 18 ans (il en a 21).

Vous noterez qu’il y a quand même de sacrés petits génies dans la troupe !!!lol

Tous ont une affinité avec un élément. Vous le saurez au fur et à mesure.

 

¤ Chez les filles, vous avez du comprendre qu’il existait différents niveaux d’apprentissage pour devenir prêtresse.

Les « Deshi » sont au premier niveau : Hinata, Ino et Sakura (17 ans) sont des Deshi.

Tenten (18 ans) est au deuxième niveau d’apprentissage, elle est « Teishi ».

Quant à Temari (19 ans), elle a atteint le troisième niveau, elle est « Takai ».

Hinata est une Prophétesse (appelée aussi Sybille ou souvent Oracle) qui a le don de voyance. Sakura est une Magicienne Blanche spécialisée dans les soins magiques et le contrôle quasi parfait de son énergie qu’elle transforme en force brute. Ino est une Sylphide, qui peut contrôler corps et esprit. Tenten est Psychie, c'est-à-dire télékinésiste. Quant à Temari, c’est la Gardienne des Elements. Je crois que tout est dit dans son appellation ! On a essayé de garder quelques similitudes avec leur attribution dans l’histoire originale de Masashi Kishimoto, pour ne pas faire trop dans le OOC.

 

Allez, bonne lecture !

 

 

 

 

 

Chapitre II

 

Assise contre le montant de la grande fenêtre, une jambe ramenée contre elle, Tenten sentait le voile blanc faisant office de rideau lui caresser le visage au gré de ses mouvements fluides guidés par la légère brise. La Psychie regardait au dehors depuis un moment déjà et pourtant elle ne distinguait strictement rien. Il faisait nuit noire et aucune étoile ne venait parsemer ce voile opaque de son éclat blanc. La lumière rassurante de la pleine lune ne filtrait que très peu ; les flammes des lanternes vacillaient faiblement. Le silence imposait un calme presque oppressant. C’était une nuit sombre et étrange, propice à tous les mystères. Un nuit qui…

 

- Aaaaaaaaah ! Mais c’est pas possible !!! Qu’est-ce qu’elles fabriquent ces deux idiotes ?! Tu vois quelque chose Tenten ? Non bien sûr, jamais pressées ! Non mais quelles plaies celles-là !!! Je les retiens !!! Je les retiens !!!

 

Tenten soupira. Son beau tableau venait de se briser. Elle délaissa le spectacle nocturne pour poser un œil sur une Sakura visiblement excédée et à bout de nerfs. En tenue de nuit, les cheveux roses tressés, elle tournait et virait dans la chambre depuis plus d’une demi-heure, pestant contre ses deux amies fuyardes. Hinata, assise en tailleur sur son lit à baldaquin, la suivait silencieusement des yeux et Tenten se demandait comment elle faisait pour ne pas s’étourdir de ce manège fatiguant. Car elle, elle commençait sérieusement à s’agacer d’entendre la Magicienne Blanche ruminer et ses pas piétiner furieusement le sol.

 

- Sakura, tu ne veux pas te calmer ?

 

- Comment veux-tu que je me calme ? S’emporta la jeune femme aux cheveux roses en se tournant vers elle, énervée de voir son amie si calme. Le couvre-feu est passé depuis 15 minutes et aucune nouvelle d’elles !! Shizune va venir faire sa ronde d’une minute à l’autre et on va se faire prendre !!

 

- Si tu continues de râler comme ça, c’est sûr qu’elle va rappliquer plus vite que prévu, fit remarquer Tenten, de nouveau plongée dans sa contemplation.

 

Sakura songea réfléchir un instant à la portée des mots de son amie. Ce qui ne sembla pas faire l’effet escompté, malheureusement :

 

- JE VAIS LES TUER !!!

 

- Sakura, intervint alors doucement Hinata, Temari et Ino ne feraient jamais rien qui puisse nous nuire.

 

- Le fait de se faire la belle comme ça, tu crois que ça ne nous nuit pas, peut être ? Rétorqua Sakura en croisant les bras.

 

- Ce que Hinata veut dire, c’est que quoiqu’elles fassent, elles assumeront et nous épargneront les désagréments.

 

- Peut être mais avec leur escapade, elles nous rendent complice de leur bêtise malgré nous ! S’entêta Sakura.

 

- C’est à ça que servent les amies non ? On s’entraide et on se couvre. Elles feraient la même chose pour nous.

 

- Hn.

 

- Faisons-leur confiance, ajouta Hinata en souriant à la jeune femme.

 

- Hum.

 

Mais cela n’empêcha pas Sakura de gesticuler et de ronchonner à haute voix. Comment n’avait-elle pas encore fait un trou dans le sol à force de tourner en rond et de taper nerveusement du pied ?

 

Mais Tenten et Hinata comprenaient son attitude. Sakura était en vérité morte d’inquiétude. Les jeunes prêtresses n’ignoraient pas le danger permanent qui planait lors de ce genre d’expédition au village des Ninjas. Bien que Temari et Ino semblaient prendre cette escapade à la légère, elles connaissaient parfaitement les risques qu’elles courraient. Alors ce retard avait de quoi stresser les filles.

 

S’énerver et proférer des menaces de mort atroce contre ces deux « inconscientes » était la manière de Sakura pour l’exprimer. Elle était vraisemblablement la plus inquiète.

 

Mais l’entendre geindre était terriblement agaçant. Toujours zen, en apparence, Tenten ferma les yeux et se concentra.

 

- Elles ne perdent rien pour attendre. Je vais…Hééééééééééé !

 

Un « boom » se fit entendre suivi d’un strident :

 

- Tenteeeeeeeen !

 

Les réprimandes de Sakura et les gloussements d’Hinata confirmèrent à la brune aux macarons, tout sourire, qu’elle avait parfaitement réussi son coup. Déplacer les objets par la pensée devenait un véritable jeu d’enfant pour elle. Alors faire venir une chaise de bureau derrière Sakura et la faire tomber les fesses dessus pour l’empêcher de continuer son manège n’était qu’une simple formalité.

 

- Ton don peut parfois être agaçant, grogna Sakura en se frottant les fesses.

 

- Il est surtout très pratique, déclara Tenten avec un clin d’œil.

 

- Alors, on s’amuse à faire des tours de passe-passe en attendant les plus belles ?

 

Hinata et Sakura sursautèrent et se tournèrent de concert vers la fenêtre où étaient accoudées Temari et Ino, sourire jusqu’aux oreilles. Tenten leva les yeux au ciel, blasée, et ramena ses deux jambes contre elle pour laisser la place aux deux fugitives.

 

La Magicienne Blanche écarquilla les yeux de surprise puis les plissa, dardant sur chacune d’elle un regard assassin, signe d’une colère imminente, tandis que ces deux dernières enjambaient l’appui de fenêtre …Colère qui ne se fit d’ailleurs pas attendre :

 

- NON MAIS VOUS AVEZ VU L’HEURE ???? VOUS VOUS FICHEZ DE NOUS ???  VOUS INCONSCIENTES ET IRRESPONSABLES  MA PAROLE!!!!

 

Temari l’écoutait d’une oreille distraite en se déshabillant et Ino se bouchait les oreilles en grimaçant exagérément. Et c’était reparti pour une leçon de morale !

 

- Si tu tiens à nous griller, continue de brailler grand front, t’es sur la bonne voie, marmonna la blonde aux yeux bleus.

 

Temari, sans un mot, s’installa sur son lit et regarda Sakura, toujours plantée au milieu de la chambre, rouge de colère.

 

- Ino, tu n’as pas compris que Sakura nous crie dessus vous évacuer son angoisse ?

 

La blonde se tourna vers la rose, sourcils arqués. Elle joignit les mains et s’exclama la bouche en coeur:

 

- Tu t’inquiétais pour nouuuuus ?

 

Sakura se détourna, en croisant les bras et marmonna :

 

- N’importe quoi, c’est le cadet de mes soucis s’il vous arrivait quelque chose, ça vous ferait peut être les pieds. C’est juste que je ne veux pas plonger pour vous.

 

Ino se jeta à son cou à la limite de l’étouffer.

 

- Oh Sakura, tu ne penses pas un seul mot de ce que tu dis !!! Tu étais morte d’inquiétude pour nous ! Pardon !! Désolée de t’avoir angoissée, c’est pas très cool de notre part !! Pardon ! pardon !

 

- Evidemment que j’étais inquiète, idiote, avoua Sakura de mauvaise grâce. On est amies, non ?

 

Ino lui fit un grand sourire lumineux comme elle avait le secret et lui fit un gros bisou sur la joue, ravie. Sakura se dérida et lâcha un gros soupir à fendre l’âme.

 

Hinata regardait la scène, attendrie par cette démonstration d’amitié, Tenten secoua la tête et Temari n’afficha qu’un léger rictus amusé.

 

Tenten descendit de son perchoir et alla à son tour s’allonger sur son lit. Au passage, elle éteignit les lanternes qui éclairaient la grande chambre. Seules les bougies des tables de chevet apportaient leur lumière à la pièce. Cela signifiait clairement qu’il était plus que temps de se mettre au lit si elles voulaient éviter les remontrances de Shizune. Toutes se dirigèrent vers leur lit à baldaquin et se glissèrent entre leurs draps.

 

- Il était légitime qu’on s’inquiète, reprit Hinata en s’accoudant. Vous n’êtes jamais en retard d’habitude.

 

- C’est de la faute d’Ino si on a manqué le couvre-feu, se justifia Temari en bâillant. Elle était en train de flirter avec un brun. J’ai cru qu’elle ne le lâcherait jamais…

 

- Temariiiii, je ne flirtais paaaas ! Reprocha gaiement Ino, alors que son sourire niais et ses yeux étrangement brillants prouvaient tout le contraire.

 

- NON MAIS JE REVE !!! Tu as parlé avec un homme ? Tu as DRAGUE un homme ? Si on a eu toutes ses frayeurs, c’est que TU étais avec un HOMME ?? Et moi qui avais peur qu’il t’arrive quelque chose !!!! Beugla Sakura en balançant son oreiller à la figure d’Ino.

 

- Ne sois pas si étroite d’esprit Sakura, répliqua cette dernière en lui renvoyant son bien.

 

- Je suis d’accord avec Sakura, intervint Temari en se redressant à son tour. Tu perds vraiment ton temps, Ino. Ces êtres ne sont pas dignes de notre intérêt. Perfides, fainéants et machos. On ne peut être qu’étroite d’esprit en parlant d’eux.

 

- J’ai le droit de m’amuser non ? Bouda Ino

 

- Je ne vois même pas ce qu’il y a de drôle à s’amuser d’eux. Ils n’en valent même pas la peine.

 

- Tu es bien plus dure que Sakura, observa Tenten en regardant attentivement Temari. On se demande même pourquoi tu vas dans ce village.

 

- Par curiosité, répondit de but en blanc son aînée en détachant ses quatre couettes.

 

- Bon alors, vous ne voulez pas savoir ce qui m’est arrivé ? Demanda Ino, toute excitée.

 

- Une fois que Shizune sera passée, répondit à voix basse Hinata en pointant du doigt la porte.

 

Les filles comprirent et se turent sur le champ. Elles ramenèrent leurs draps jusque sous le menton. Quelques minutes plus tard, Shizune vint faire sa ronde et s’assurer que tout était en ordre. Elle réprimanda gentiment Ino qu’elle trouvait un peu trop excitée et ne fut pas dupe quant à ce silence religieux à son arrivée. Ces jeunes prêtresses étaient des jeunes filles avant tout et des pipelettes par-dessus tout !! Elle leur souhaita bonne nuit avant de disparaître.

 

- Vraiment très pratique, ton troisième œil, fit Temari en souriant à la brunette.

 

- Bon alors, Ino, raconte-nous tes folles aventures ! Lança Tenten, amusée de voir sa Sylphide d’amie impatiente de partager son aventure.

 

Ce fut sous l’œil réprobateur et un brin curieux de Sakura que l’énergique blonde raconta sa « mésaventure » avec le jeune homme brun.

 

- Il a lâché son nom subitement. Kiba

 

Ino avait prononcé son prénom d’un ton rêveur que n’apprécia guère Sakura.

 

- Tu ne t’es pas entichée d’un ninja quand même ?

 

- Tout de suite les grands mots ! C’est juste qu’il était … spécial…

 

- Si ce que tu nous dis est vrai, il assez bizarre en effet, reprit Tenten, songeuse.

 

- Je vous jure les filles, il a eu de la considération pour moi. Enfin un peu. Vous vous rendez compte ? Ce que je veux dire, c’est qu’il n’a pas agi comme les autres et de la manière qu’on raconte !! Il m’a mise en garde contre les autres hommes et m’a conseillée de ne plus trop traîner pour ne pas m’attirer des ennuis. Il croyait que je venais des maisons closes et que je sortais du quartier, il aurait pu me dénoncer !! Au contraire, il a été…gentil, acheva Ino, comme bouleversée par son propre mot.

 

- Ca cache quelque chose. Les hommes ne font jamais rien par intérêt. On ne peut pas leur faire confiance, déclara fermement Sakura, plus que sceptique face à cette histoire. Faut pas te laisser embobiner par leurs belles paroles.

 

- C’est l’exception qui confirme la règle, point barre, trancha Temari.

 

- Une chance pour toi qu’il n’ait pas découvert que tu étais une prêtresse, sa réaction aurait peut être été toute autre, supposa Tenten.

 

- Et puis il venait du quartier des plaisirs, non ? Ajouta Hinata.

 

- Je crois…

 

- C’est qu’il venait sûrement faire ce que tous les autres hommes font dans ce genre de quartier: se défouler, conclut Temari avec dégoût.

 

Ino était déconfite.

 

- Je …Je…

 

Ino se rappelait bien le moment qui avait précédé sa collision, où son inconnu avait beuglé qu’il n’était pas un homme sans « expériences ». Il tentait bruyamment de se justifier et ne paraissait pas vraiment à l’aise dans ce quartier, ce qui permettait à Ino de douter de ses réelles intentions dans ce coin du village. Il paraissait même totalement déboussolé. Elle sourit en repensant de nouveau à ses « je ne suis pas puceau ! » à tue-tête.

 

- Oublie ça, Ino. Ce n’est qu’un homme comme les autres, conseilla Sakura. Tu connais les conditions des femmes là-bas. Ne te fais pas d’illusions.

 

Sur ces dernières paroles, les filles soufflèrent sur leurs bougies, plongeant la chambre dans l’obscurité réparatrice.

 

Ino songea alors aux dernières paroles de son amie. Les conditions de la femme. Elle en avait eu un échantillon lors de son escapade au village. Et cela l’avait choqué.

 

Elle était dissimulée sous une cape et pourtant, elle sentait les regards lubriques, dégoûtés ou assassins des hommes posés sur elle. Elle n’avait croisé aucune femme dans les rues. Elle prit alors conscience de l’ampleur du danger qu’elle courrait lorsqu’elle se rendait au village. Sans être une prêtresse, le fait d’être une simple femme marchant dans la rue pouvait lui attirer beaucoup d’ennuis. Elle n’osait imaginer ce qu’il aurait pu advenir d’elle si on avait découvert son identité !

 

Les seules femmes qu’elle avait aperçues étaient cloisonnées derrière leur fenêtre de maison, le périmètre de sortie autorisé semblait s’étendre au-devant de la demeure. Pas plus. Les visages semblaient fatigués et résignés. Aucune n’affichait l’envie de se rebeller. Elles acceptaient leur sort et cela révoltait Ino. Les autres qu’elle avait pu voir étaient les filles de joie, cantonnées à leur quartier de débauche. Même si elles pouvaient se montrer en public, sourire aguicheur, visage outrageusement maquillé et kimono affaissé, leur sort n’en était pas à envier pour autant. Tout n’était que façade et artifice. Satisfaire les pulsions parfois violentes des hommes, utiliser son corps de manière aussi provocante et obscène. Sans sentiments, sans émotions sauf peut-être un plaisir simulé. Elles n’étaient que des esclaves.

 

Ino avait été écoeurée. Y repenser maintenant, dans le noir, à tête reposée lui fit monter les larmes aux yeux. Elle était vraiment chanceuse d’être une prêtresse malgré ce qu’on disait sur elles. Hors des limites du Sanctuaire, elle n’était plus rien. Alors, voir cet homme, Kiba, agir de la sorte avec elle, lui redonnait espoir que tous n’étaient pas aussi cruels et que certains pouvaient prendre soin d’elles. L’espoir qu’un jour tout pourrait changer. Ino était une éternelle rêveuse.

 

Essuyant furtivement ses larmes, la Sylphide rejeta sans bruit ses couvertures et se dirigea sur la pointe des pieds vers le lit à baldaquin en face du sien. Sakura ouvrit les yeux et sans un mot, un doux sourire sur les lèvres, se décala et ouvrit sa couverture. Ino renifla comme une gamine et sourit à son tour. Elle s’allongea à coté de sa meilleure amie. Sakura lui prit la main et la rassura silencieusement. Sous ses airs de grande rebelle, Ino était extrêmement sensible. Et dans les moments où elle avait besoin de se sentir rassurée, c’était toujours vers Sakura qu’elle se tournait. La Magicienne Blanche endossait alors le rôle de la grande sœur. Et elles n’avaient pas besoin de mots pour se comprendre.

 

Elles avaient toujours fonctionné ainsi, aussi loin qu’elles pouvaient se souvenir. Toujours à se crêper le chignon pour des broutilles, à s’envoyer des vannes pour faire sortir l’autre de ses gonds, à se dépasser pour être meilleure que l’autre. Mais leur amitié ne se résumait pas à une simple compétition et prise de tête. Tout n’était qu’apparence et jeu. En vérité, Sakura et Ino s’aimaient comme des sœurs. Elles n’avaient aucun souvenir de leur petite enfance mais se rappelaient très bien que c’était vers l’autre qu’elles s’étaient tournées en premier. Toujours collées l’une à l’autre, toujours l’une pour prendre la défense de l’autre, à l’encourager ou la réconforter. Elles avaient toutes deux un caractère bien trempé mais différent. Cela s’illustrait en tout point de vue au sujet de cette escapade au village des Hommes. Ino aimait s’amuser, bafouer les règles et l’aventure. Sakura était sérieuse et rigoureuse. En fait, elles se complétaient et se ressemblaient bien plus qu’elles ne voulaient le croire, comme le pensait à cet instant Tenten qui voyait Ino demander silencieusement à Sakura de lui faire un peu de place à ses cotés. Un sacré duo ces deux-là!

 

- Ca va ? Chuchota Sakura

 

Ino hocha la tête et sourit, faiblement, pour la rassurer.

 

Sakura se demandait encore pourquoi Ino s’obstinait à aller au village. Elle en revenait chaque plus tourmentée que jamais.

 

Ino ramena un peu plus la couverture sur leurs deux têtes et chuchota à son tour :

 

- Sakura, j’ai vu un truc que j’aurai peut-être pas dû voir…

 

Cette dernière fronça les sourcils, intriguée. Ino jeta un coup d’œil autour d’elle et se concentra. Respiration régulière, aucun mouvement suspect. Toutes les autres devaient dormir mais il valait mieux être sûre. Il n’y avait qu’à Sakura qu’elle pouvait en parler. Cette dernière d’ailleurs se posait des questions. Ce « truc » en question devait vraiment perturber Ino pour qu’elle ne lui en fît part qu’à elle seule.

 

- Je t’écoute.

 

Sakura se rapprocha davantage, le nez quasiment collé à celui d’Ino et ouvrit grand les oreilles. La blonde baissa le ton qui ne fut plus qu’un faible murmure :

 

- En fait, tu sais que Temari et moi, on se sépare à l’entrée du village et on se retrouve que pour revenir ?

 

Sakura hocha la tête, avide de savoir.

 

- On prend chacune notre chemin pour ne pas attirer l’attention, comme d’habitude. Mais cette fois, alors que je flânais dans les rues, je l’ai aperçue, par hasard.

 

- Et alors ? S’impatienta Sakura.

 

- Elle marchait vite mais elle paraissait sûre d’elle et du chemin qu’elle prenait. J’étais très curieuse alors je l’ai suivie discrètement. Elle a fait des détours et est arrivée dans un coin assez reculé du village. Là, elle s’est arrêtée à l’angle d’une ruelle… Et tiens-toi bien : elle a regardé droit devant elle et a souri comme je ne l’ai jamais vu sourire. Un sourire très doux !

 

- C’est tout ?? Râla Sakura à voix basse, déçue.

 

Elle s’attendait à un truc énorme. Mais Ino s’enthousiasmait souvent pour un rien…

 

- Mais non c’est pas tout, le truc énorme c’est…

 

Il y avait finalement un truc énorme.

 

- …C’est que j’ai vu soudain une main se tendre vers elle. Je ne voyais pas la personne, elle était dissimulée par le mur. Et Temari a continué de sourire et a saisi la main ! Puis hop ! Elle a disparu !

 

- Nooon ???

 

Ino bâillonna aussitôt Sakura qui avait laissé échapper sa surprise à haute voix. Elle lui fit les gros yeux et Sakura s’excusa.

 

- Elle est partie avec quelqu’un ? Demanda t-elle de nouveau à voix basse.

 

- Oui ! J’ai couru à l’endroit où elle s’était engagée mais il n’y avait plus personne. Comme on commençait à me regarder plus bizarrement qu’on ne le faisait d’habitude, j’ai déguerpi. Mais c’est carrément louche non ?

 

- C’est vraiment étrange. Temari voit donc quelqu’un au village. Elle a des contacts…mais avec qui ?

 

- D’où j’étais, je pouvais voir assez clairement la main. Et c’est bien une main d’homme, confessa Ino avec gravité.

 

Cette révélation, bien qu’assez évidente, sembla choquer Sakura. Temari avait donc une raison précise pour aller au village. Elle y rencontrait quelqu’un. Ou peut être plusieurs personnes… Car la conclusion hâtive à laquelle en vinrent Sakura et Ino ne laissait guère d’autres possibilités :

 

Temari se prostituait-elle ?

 

Etant la seule « activité » reconnues des femmes au village, elles ne voyaient pas d’autre explication.

 

- Mince alors…

 

- Tu l’as dit…

 

- Ne nous enflammons pas, modéra Ino, pourtant consterné par cette perspective. Temari a sûrement de bonnes raisons d’agir ainsi.

 

- On ne lui dit rien, décida Sakura. On fait comme si tu n’avais rien vu. On réglera ça en temps voulu. Et on verra si on en parle aux filles.

 

- D’accord. C’est peut être une mission de Tsunade-sama… supposa Ino, excitée à l’idée de résoudre un mystère.

 

Sakura fit une grimace sceptique devant l’engouement de son amie.

 

- Et si on dormait ? Proposa t-elle en chuchotant.

 

Ino hocha la tête mais ne regagna pas son lit, comme l’avait supposé Sakura. Une fois de plus, elle allait devoir partager le sien. Ino était vraiment une grande gamine…et Sakura ne savait pas dire non.

 

Elles se souhaitèrent bonne nuit et fermèrent les yeux. Avant que Morphée ne vint les accueillir, Ino murmura à l’oreille de Sakura :

 

- Je sais qu’au fond, et malgré les apparences, tu m’envies Sakura. Mais sache que moi aussi, je t’envie.

 

Sakura ouvrit les yeux tandis qu’Ino fermait les siens.

 

Sakura râlait après Ino mais Sakura enviait Ino. Elle aimerait être comme elle : plus libre, plus joueuse, plus rebelle mais il lui manquait du cran et un grain de folie.

 

Ino faisait enrager Sakura mais Ino enviait Sakura : Brillante, érudite, assidue, vive et destinée à la succession de Tsunade. Mais il manquait à Ino l’esprit, le sérieux et la patience.

 

Le monde à l’envers.

 

¤¤¤¤

 

 

La nuit était toujours aussi calme. Mais l’obscurité oppressante que Tenten avait ressentie s’accroissait. Aucune des prêtresses profondément endormies dans leur lit douillet ne sentait la tension qui émanait de la pièce et qui augmentait à chaque seconde ni n’entendait la respiration de plus en plus saccadée de l’une d’entre elles.

 

Cette sérénité ambiante se brisa brusquement lorsque des cris résonnèrent dans le Sanctuaire.

 

Les Prêtresses se réveillèrent en sursaut. Qui avait hurlé de façon aussi angoissante ?

 

Sakura se tourna aussitôt vers la gauche et renversa Ino au passage, qui se retrouva les quatre fers en l’air et pour le coup, bien réveillée.

 

Son regarda se figea instantanément sur Hinata. Une sueur froide lui électrisa la colonne vertébrale. Ses yeux écarquillés ne pouvaient se détacher de cette vision terrifiante.

 

Hinata convulsait…à 20 centimètres au dessus de son lit.

 

-         Hi…Hinata…. HINATA !!

 

Son cri alarmant fit réagir de suite ses amies.

 

Elle bondit hors de son lit et se précipita vers celui d’Hinata. Temari, Tenten et Ino, une fois relevée, accoururent à leur tour.

 

Ino étouffa un cri, horrifiée, Temari et Tenten étaient tétanisées. Toutes les quatre assistaient à un spectacle cauchemardesque.

 

Hinata lévitait, le corps agité de violents soubresauts. Un air glacial s’engouffrait par la fenêtre, agitant les rideaux et les voiles des baldaquins. La lumière de la lune éclairait la scène. Le plus terrifiant était de la voir les yeux grands ouverts, les pupilles non plus blanches mais noires, des veines parfaitement visibles sur ses tempes. Un nouveau cri déchirant sorti de sa gorge, terrorisant ses quatre amies, impuissantes.

 

- Par tous les Dieux…murmura Tenten. On ne peut pas la laisser comme ça !

 

Ino serrait le bras de Sakura à l’en broyer.

 

- SakuraSakura, fais quelque chose ! Supplia t-elle. Tu le peux, toi !

 

Sakura ne pouvait détacher son regard écarquillé d’Hinata. Elle se sentait totalement impuissante. Elle, la Guérisseuse, ne pouvait rien faire. Ce mal qui la rongeait lui était inconnu. Et puis surtout…

 

- Je ne peux pas l’approcher…Je ne sais pas quoi faire…

 

- Comment ça, pas l’approcher ? Pressa Ino, tremblante.

 

Pour toute réponse, Ino vit Temari s’avancer d’un pas décidé vers le corps de la jeune Hyûga. A peine s’était-elle approchée du lit qu’elle sentit une force lui interdire le passage et la repousser.

 

- Un kekkai…fit-elle en serrant le poing.

 

- Qu’est-ce que ça veut dire ?

 

- Vous croyez que ça à voir avec son don ? Demanda Tenten d’une petite voix. Ce dont parle sans arrêt Kurenai-san

 

- On s’en fiche de savoir !! On ne peut pas la laisser comme ça ! S’écria Ino, paniquée. Elle doit souffrir !

 

Temari et Sakura réagirent aussitôt.

 

- Tenten, va chercher Tsunade et Kurenai ! Ordonna Sakura en concentrant son énergie.

 

Tenten s’exécuta.

 

- Ino, ne tente pas de t’immiscer dans son esprit pour voir ce qu’il lui arrive, tu risques d’empirer les choses, intima Temari en allumant les lanternes avec son contrôle du feu.

 

La blonde hocha la tête, tremblant de tous ses membres.

 

Hinata lévitait toujours mais son corps était raide, ses yeux encore ouverts.

 

- Temari a raison, ne faites rien !

 

Kurenai, Tsunade et Shizune venaient de rentrer précipitamment dans la chambre.

 

- Elles ont senti une activité anormale et elles étaient déjà en train de venir ici, expliqua Tenten, à peine partie plus de 10 secondes.

 

Shizune éloigna les prêtresses du lit d’Hinata tandis que la Grande Prêtresse et l’actuelle Oracle s’approchaient avec prudence.

 

- Ca y est…murmura Kurenai en regardant son élève avec gravité, sans faire le moindre geste pour lui venir en aide. C’est arrivé beaucoup plus tôt que prévu. Et je n’ai rien vu…

 

- Que peut-on faire ? Interrogea Sakura, sur les nerfs. On doit l’aider.

 

Tsunade qui observait la scène en silence, le visage soucieux, prit la parole.

 

- On ne peut rien faire et on ne doit rien faire. Sa vision doit s’accomplir.

 

- Vous voulez dire que tout ça, c’est le résultat d’une stupide vision ? S’emporta Ino. Jamais elle n’a eu de réaction comme ça ! C’est pas normal !!!

 

- Ce qui n’est pas normal, c’est le kekkai, répondit sombrement Tsunade. Moi-même je n’arrive pas à le traverser.

 

- Qu’est-ce que ça veut dire ? S’impatienta Temari d’une voix dure.

 

- Ce veut dire que la vision qu’a Hinata dépasse toutes celles que j’ai pu avoir. Et la violence de sa réaction ne présage rien de bon, annonça gravement Kurenai, visiblement très inquiète.

 

Les jeunes prêtresses, chamboulées, se jetèrent des regards mélangeant interrogation et angoisse.

 

- Sakura ! Prépare-toi. Dès que le kekkai se brise, on prend en charge Hinata, ordonna Tsunade. Elle ne sortira pas indemne de cette douloureuse expérience.

 

- Compris.

 

Tsuande, Shizune et Sakura se mirent en place, prêtes à agir, alors que les autres s’éloignèrent.

 

- Hinata

 

- Oh non, ça recommence…

 

Le corps de la brune fut de nouveau agité de convulsions. Il dégageait une force incroyable qui faisait reculer les trois guérisseuses. Ses pupilles étrangement noires contrastaient avec sa peau de porcelaine, plus pâle que jamais. Sa vision devait être vraiment terrible, pensèrent les jeunes prêtresses, impuissantes.

 

***

 

Quand sortirait-elle de cet enfer brûlant ? Pourquoi assistait-elle à toute cette horreur ? Ces rires démoniaques, tout ce sang, ce feu ardent, ces ruines, ces cris de terreur et d’agonie, l’odeur de mort… Ce chaos. Elle voyait tout se détruire autour d’elle ; le Sanctuaire n’était plus que pierre en ruine, le village n’était plus que cendres…elle voyait les gens, hommes et femmes, mourir devant ses yeux. Et elle était une spectatrice totalement impuissante. Et soudain. Ce qu’elle vit…

 

***

 

 

Les prêtresses virent les muscles d’Hinata se tendre, elle se cambra brusquement et un cri de désespoir venant du plus profond de ses entrailles raisonna dans la chambre.

 

- NOOOOOOOOOOON !!!!!

 

Incapable d’en supporter davantage, Ino se détourna, les larmes aux yeux. C’était trop dur de la regarder souffrir en silence.

 

Tenten, au bord du malaise la soutint alors que Temari, force de caractère oblige, ne sourcilla pas une seule fois, les yeux rivés sur Hinata. Son poing serré jusqu’à en voir la jointure des phalanges traduisait sa colère sourde.

 

Enfin, le corps d’Hinata descendit doucement vers le lit où il se posa en douceur, tout muscle détendu. Les veines sur ses tempes avaient disparu et ses pupilles reprirent couleur opale avant que la jeune Oracle ne fermât les yeux. Le souffle glacial s’estompa, la lueur des bougies cessa de vaciller et les voiles blancs des rideaux et des baldaquins reprirent leur place initiale, sans bouger. Ainsi allongée sur son lit, la chambre redevenue aussi calme qu’une heure auparavant, Hinata semblait dormir, sereine. Sereine elle aurait semblé si des larmes ne ruisselaient pas sur son visage pâle.

 

Aussitôt le kekkai brisé, Tsunade et ses deux apprenties purent s’occuper d’elle. Son corps accusait le coup et portait des marques. Elle était complètement affaiblie et respirait difficilement.

 

Un halo de lumière verte l’entoura, bienfaisante et réparatrice.

 

Kurenai s’approcha de sa protégée et lui caressa le front d’une geste maternel. Sakura essuya le sien, dégoulinant de sueur. Les autres prêtresses, encore tremblantes, s’approchèrent du corps frêle et inerte de leur amie.

 

- Comment va-t-elle ? S’enquit Temari.

 

- On en saura plus lorsqu’elle se réveillera…dans un instant, fit Tsunade.

 

De ce fait, Hinata ouvrit brusquement les yeux et s’assit d’un bond, haletante, comme si elle venait d’émerger d’un vilain cauchemar. Son corps fut parcouru de tremblements et des sanglots ne firent pas attendre. Elle ne pouvait retenir son flot de larmes.

 

Tsunade s’assit sur le lit et entoura ses épaules.

 

- Essaie de garder ton calme, encouragea-t-elle.

 

Aucune des prêtresses n’osaient prononcer le moindre mot.

 

Hinata tenait vainement d’essuyer des larmes mais elles n’en finissaient pas de couler. Elle était incapable d’arrêter de pleurer. Ses mains se crispèrent sur son drap et seuls ces mots purent sortir de voix étranglée entre deux hoquets.

 

- J’ai…J’ai tout vu…La destruction…la mort…la fin. La fin du monde.

 

(Le lendemain matin)

 

 

La nuit avait été très courte au Sanctuaire. Hinata reposait dans sa chambre, très affaiblie. Ses amies, malgré les recommandations de Tsunade, ne purent retrouver le sommeil après cette nuit cauchemardesque. Après une proposition de Temari, les 4 jeunes prêtresses décidèrent de veiller leur amie chacune leur tour.

 

De leur coté, Kurenai, Shizune et Tsunade étaient rassemblées dans le bureau de la Grande Prêtresse. Une discussion sérieuse avait eu lieu après cet incident nocturne. Anko avait été aussitôt chargée de vérifier si tout était en ordre en dehors du Sanctuaire. Tsunade craignait que la puissance dégagée par Hinata n’eût affectée son environnement direct, principalement le kekkai qui protégeait le Sanctuaire et que cette perturbation magique n’alertât les Hommes. Cela pourrait entraîner des complications inutiles. Et les prêtresses n’avaient vraiment pas besoin d’embrouilles avec les ninjas qui ne se gêneraient pas pour les accuser de « sorcières dégénérées».

 

Kurenai s’en voulait de ne pas avoir pu anticiper cet événement mais Tsunade lui rappela qu’elle n’aurait rien pu faire et n’aurait pu empêcher le cours des choses. Hinata était née avec ce don et cette Pupille. Un jour ou l’autre, elle devait avoir cette vision révélatrice qui ferait d’elle l’Oracle le plus puissant. Seulement, aucune n’avait prévu qu’elle viendrait à Hinata si tôt, et de manière aussi violente.

 

C’était cela même qui inquiétait les prêtresses.

 

Les derniers mots d’Hinata étaient plus qu’alarmants. Une chose terrible lui était apparue, c’était indéniable. Mais pour en savoir plus et agir en conséquence, il fallait attendre le réveil de la jeune Sybille.

 

Dans la chambre des jeunes apprenties, c’était autour de Tenten de veiller sur Hinata. Tenant sa main frêle et froide dans la sienne, la jeune Psychie sentit une faible pression au creux de sa paume qui la fit sursauter. Un coup d’œil vers le visage d’Hinata : ses yeux papillonnaient et un râle rauque s’échappa de sa gorge.

 

Elle se tourna précipitamment vers les trois autres prêtresses.

 

- Elle se réveille !!!

 

Ino et Sakura bondirent de leur lit, Temari abandonna son poste d’observation à la fenêtre pour s’approcher.

 

Toutes attendaient une réaction d’Hinata. Cette dernière avait mal à la gorge et avait du mal à prononcer ses premiers mots. Tenten serra davantage sa main en lui souriant tendrement :

 

- Prends ton temps, Hinata. Tout va bien.

 

Ino et Sakura échangèrent un coup d’œil. Elle était vraiment mal en point. Déjà pâle de nature, Hinata avait le teint livide et les yeux cernés. Ses forces semblaient l’avoir abandonnée et la lueur du jour paraissait lui brûler les yeux qu’elle plissait fortement.

 

Temari décida d’aller prévenir Tsunade de son réveil tandis que Sakura apportait une bassine en quatrième vitesse à son chevet et Ino, un linge humide.

 

Sa vision l’avait rendue extrêmement malade.

 

Une demi-heure plus tard, toutes les prêtresses étaient rassemblées autour de la jeune Oracle. Celle-ci avait retrouvé peu à peu l’usage de la parole. Très patientes, Tsunade et Kurenai avaient attendu avant de la questionner.

 

Mais l’heure était à la révélation sur cette mystérieuse vision.

 

- Hinata, tu as conscience de ce qui t’est arrivé cette nuit ? Demanda doucement Tsunade.

 

Assise dans son lit, une couverture entourant ses épaules, ses mains tenant une tasse d’infusion fumante, Hinata hocha positivement la tête.

 

- Je viens d’acquérir le pouvoir ultime de ma pupille, n’est-ce pas ? fit-elle en regardant Kurenai.

 

- Oui, c’est arrivé beaucoup plutôt que prévu, et c’est ce qui m’inquiète. Cette vision doit être extrêmement importante pour qu’elle te soit parvenue maintenant. Rien n’est le fruit du hasard…

 

Hinata ne répondit pas et son regard se perdit dans sa tasse. Ces images ne cessaient de lui assaillir la mémoire. Ses mains se crispèrent dangereusement.

 

- C’était tellement horrible… murmura t-elle en réprimant un sanglot. Tout est obscur… tellement obscur…

 

Ses amies la regardèrent, attristées. C’était visiblement trop dur pour elle d’en parler. Et Tsunade en avait parfaitement conscience. Elle lui prit la main et reprit :

 

- Hinata, il faut impérativement que l’on sache ce que tu as vu, même si c’est un peu flou. Je sais que c’est dur pour toi mais par cette vision, tu es devenue notre messagère. Ce doit être une prédiction de la plus haute importance que tu dois nous transmettre. Et nous devons savoir. Tu comprends, n’est-ce pas ?

 

- Oui. Je suis le nouvel Oracle. C’est mon devoir, dit Hinata d’une voix morne.

 

- Je suis là pour t’épauler, assura Kurenai en posant une main sur son épaule.

 

- Si tu n’arrives pas à en parler, laisse-moi voir ta vision, fit alors Tsunade.

 

Les jeunes femmes se tournèrent de concert vers leur maître, ahuries.

 

- Vous pouvez faire ça, sensei ? S’étonna Sakura, les yeux ronds.

 

- Tu devrais savoir que rien n’est impossible pour une grande Prêtresse comme moi, Sakura, se vanta la vieille femme avec un rictus.

 

Puis, reprenant son sérieux, elle se mit bien en face d’Hinata et attendit son feu vert, qu’elle lui accorda volontiers. Que quelqu’un partage ces images, elle sentirait moins le poids de la fatalité et de la solitude face à tout ça.

 

- Tu as juste à te concentrer sur ce que tu as vu. Courage.

 

Tsunade apposa ses deux mains sur ses tempes et ferma les yeux. Une faible lumière blanche entoura ses mains. Les prêtresses retinrent leur souffle. Hinata se tendit brusquement, le Byakugan enclenché et un flot d’images parvint à Tsunade dont le visage se crispait au fur et à mesure de la manipulation de l’esprit. La pression fut tellement forte que la tasse d’Hinata se brisa.

 

Sakura était littéralement bouche bée. Sa sensei était vraiment extraordinaire !

 

Le transfert s’acheva brutalement. Tsunade, le souffle court, lâcha brusquement Hinata et la regarda, ébranlée. Le jeune Hyûga lui renvoya un regard compatissant et triste.

 

Toutes étaient suspendues aux lèvres de la grande patronne du Sanctuaire.

 

- Oh mon Dieu… Articula t-elle dans un souffle.

 

- Tsunade-sama ! Qu’avez-vous vu? Interrogea prestement Shizune, angoissée.

 

La grande Prêtresse se leva lentement et regarda sa petite assemblée d’un air grave.

 

- On court vers un grave danger. C’est pire que ce que nous nous étions imaginés. La destruction de Konoha et notre mort sont… imminents.

 

Un silence de plomb suivit cette tragique annonce. Puis les réactions ne se firent pas attendre plus longtemps. Questions pressantes, colère, angoisse… les Prêtresses refusaient d’y croire.

 

- Rien n’est plus véridique et réel qu’une vision d’un Oracle. Surtout d’un Oracle avec la Pupille Blanche. C’est très sérieux et extrêmement grave ! Affirma Kurenai, dissimulant mal son inquiétude.

 

Bien sûr, les apprenties prêtresses connaissaient leurs pouvoirs. Elles y croyaient et ne les remettaient pas en cause. Seulement cette fois, il était plus aisé de refuser d’y croire que d’admettre cette terrible vérité. Dans un futur proche, elles allaient être tuées. Oui, tuées. Tel était le mot qu’avait employé Tsunade en relatant ce qu’elle avait vu. Le chaos, la destruction, la mort…c’était ce qui les attendait dans les prochaines semaines. Alors comment réagir face à une telle déclaration ? Temari et Sakura avaient été les plus virulentes, Ino avait perdu l’usage de la parole et Tenten, essayant de calmer ses tremblements, préférait s’occuper d’Hinata, encore bouleversée. Après les révélations de Tsunade, toutes avaient pris conscience de l’horreur dans laquelle avait plongée Hinata durant sa vision. Et Tenten voulait se montrer rassurante envers la jeune Hyûga et la supporter dans cette épreuve.

 

- C’est tout Konoha qui est en grand danger. Nous devons réagir au plus vite.

 

- Qu’allons-nous faire, sensei ? Demanda alors Sakura d’une petite voix.

 

- Si Hinata a reçu cette vision, c’est bien pour qu’on fasse tout pour empêcher que ça se réalise non ? S’énerva Temari qui avait du mal à garder son sang froid et refusant toute fatalité.

 

- Ce n’est pas aussi simple, nuança Tsunade. Cette vision est encore floue. Nous n’avons que peu d’informations.

 

- Hinata aura d’autres visions qui viendront compléter celle-ci, apprit Kurenai. Si notre destinée est d’enrayer cette machinale infernale, ajouta t-elle, sombre.

 

***

 

La matinée au Sanctuaire était étrangement calme. Les filles étaient évidemment exemptées de cours. Chacune méditait dans son coin à sa manière. Ino toujours muette, le regard vide, Sakura hystérique, Tenten calme (en apparence), Temari véhémente et Hinata comateuse.

 

Tsunade était enfermée dans son bureau, se retournant le cerveau mais rien ne venait éclairer sa lanterne. Le temps jouait indéniablement contre elles. Contre eux. Car elle et ses jeunes prêtresses n’étaient pas les seules concernées. Il lui fallait impérativement des précisions ou bien elles sombreraient dans une impasse, impuissantes à cette sombre destinée. Mais au fond d’elle, elle savait qu’elle et ses apprenties avaient un rôle à jouer et que cette vision était une première indication sur la voie à suivre.

 

La porte s’ouvrit à la volée, l’interrompant dans ses sombres réflexions. Avant qu’elle n’ait pu enguirlander cette malpolie, Shizune annonça, essoufflée :

 

- Hinata vient d’avoir une autre vision !!!

 

***

 

Tout s’éclairait petit à petit. L’avenir s’obscurcissait mais les réponses affluaient. Tsunade savait maintenant ce qu’elles avaient à faire.

 

Réunies autour du lit d’Hinata, affaiblie par sa dernière vision, Tsunade prit une grave décision qui allait sûrement changer le cours des choses et l’Histoire de Konoha. Une décision que même Temari et Sakura ne contestèrent pas :

 

- Nous devons aller au village Ninja et les avertir de la menace. Nous devons nous allier avec les Hommes.

 

 

***

 

- ‘Tain ! Kiba !!!!

 

Le dit Kiba était affalé par terre, plein de poussière. Pour la quatrième fois, il venait d’être mis k.o par Naruto qui n’avait eu guère à forcer son talent. Le blond commençait sérieusement à s’échauffer de voir son ami ne pas réagir et se battre aussi mollement.

 

- T’as bouffé quoi hier pour être aussi mou qu’un escargot ? T’es pitoyable ce matin ! C’est pas drôle de te flanquer ta raclée !!! Bouge ton cul !!

 

- Ouais, ouais…Marmonna Kiba, qui pourtant, restait assis par terre, la tête ailleurs.

 

Naruto fronça les sourcils et croisa les bras.

 

- T’es chiant, mec. C’est moi qui me barre aujourd’hui, m’entraîner tout seul ou trouver un partenaire plus potable !! Même Akamaru en a raz-le-museau !!

 

Akamaru approuva d’un aboiement. Son maître était totalement à l’ouest. Il avait même oublié de lui donner sa pâté hier soir ! Non mais vraiment !

 

Naruto laissa son ami à ses pensées et partit à la recherche d’un adversaire, complètement ahuri : Kiba traçait des cercles dans la terre avec un petit bout de bois !!! Naruto secoua la tête : n’importe quoi !

 

Mais Kiba n’avait cure des réprimandes du blond. Ca rentrait par une oreille, ça sortait aussitôt par l’autre. Car à ce moment, il avait, non pas un blond, mais une blonde qui hantait sa tête.

 

Depuis sa rencontre avec cette belle inconnue la veille au soir, impossible de sortir l’image de sa tête. Pourtant, du genre arrogante, piquante et grande gueule, elle n’était pas la dernière ! Mais un charme fou et mystérieux émanait d’elle. Ses yeux bleus rieurs l’avaient hypnotisé ainsi que son petit sourire qu’elle lui avait adressé lorsqu’elle avait disparu… Pourtant, cette fille n’avait rien à faire dehors. Elle avait un comportement étrange. Cette inconnue était une énigme à elle seule, une énigme que Kiba aimerait bien percer.

 

Sasuke observait son frère aîné à la dérobée. D’habitude peu bavard et solitaire, aujourd’hui, c’était le summum. Itachi n’avait pas décroché un mot depuis qu’il était rentré de mission avec son père. Il s’isolait et semblait particulièrement soucieux. Et Itachi ne s’en faisait jamais pour un rien. Quelque chose le tracassait, quelque chose d’assez grave pour tracasser à son tour son petit frère.

 

Sasuke s’assit à coté de lui, sur le perron de bois qui bordait la demeure Uchiha.

 

- C’est quoi le problème ? Demanda t-il sans préambule.

 

Itachi ne répondit pas immédiatement. Il jeta un regard en coin à son petit frère et reporta ses yeux étrangement rouges vers l’horizon. Il se décida enfin à prendre la parole.

 

- Le calme, dit-il simplement.

 

- Le calme ? Réitéra Sasuke en fronçant les sourcils. C’est ça, le problème ?

 

- Sasuke, quel est ton sentiment sur la situation actuelle ? Demanda alors Itachi, toujours plongé dans sa contemplation.

 

- Rien de palpitant, les missions ne sont pas vraiment intéressantes, tout est calme, répondit le plus jeune Uchiha, perplexe face à la question de son aîné.

 

Il vit un demi-sourire étirer le coin des lèvres d’Itachi. Sasuke comprit aussitôt. Il venait lui-même de le dire.

 

- C’est le calme qui règne en ce moment qui te rend songeur ?

 

Itachi ne répondit pas.

 

- Tu trouves ça…trop calme ?? Reprit le cadet, étonné.

 

Cette fois, Itachi se tourna vers son frère.

 

- Tu devrais sentir que ce calme n’est pas normal. Toi plus que quiconque, souligna t-il en plantant ses iris rouges dans les prunelles noires de Sasuke.

 

Troublé, Sasuke chercha la signification de ses paroles.

 

Itachi se leva et s’éloigna. Il s’arrêta au bout de quelques pas et sans se retourner, il ajouta :

 

- Sois prudent.

 

Puis il disparut, laissant un Sasuke perturbé derrière lui. Depuis quand son frère se souciait-il de lui de cette manière ? D’accord, ils s’entendaient assez bien tous les deux même si Itachi avait tendance à faire abstraction de sa présence et si Sasuke avait fait de lui son plus grand rival. Mais cette fois, Itachi semblait véritablement inquiet. A propos de la situation et de lui. Lui. Alors, de cet avertissement venant d’Itachi, malgré ses réticences, Sasuke renforcerait sa vigilance. Mais pourquoi ?

 

«  Toi plus que quiconque ». Pourquoi lui ?

 

Un frisson lui parcourut soudain l’échine et un éclair lui traversa l’esprit. Non. Impossible. Il ne pouvait pas être revenu.

 

Sasuke secoua la tête, chassant cette idée ridicule et rejoignit son père qui réclamait sa présence.

 

Neji avait très mal dormi. D’habitude imperturbable en toute circonstance, Neji avait été réveillé en sursaut en pleine nuit, en sueur, le Byakugan étrangement activé. Une étrange sensation lui avait noué l’estomac. Impossible de retrouver le sommeil après cela.

 

Ce matin, Neji était songeur et de mauvaise humeur. Et il ne savait pas pourquoi.

 

Jiraiya lisait et relisait la missive attentivement. Ou du moins il la parcourait sans vraiment y voir ce qu’il y était écrit. Il connaissant par cœur le contenu depuis une demi-heure qu’il la ressassait.

 

Comment réagir ? Quelle attitude adopter ?

 

Jamais Tsunade ne prendrait la peine et le risque de lui envoyer une missive de ce genre pour le simple plaisir de se jouer de lui. Elle n’énonçait pas le problème mais elle insistait sur le temps et la gravité. Alors il devait prendre un minimum au sérieux ses dires.

 

Ce fut ainsi qu’à l’heure de midi, devant son Conseil réunissant les membres des clans les plus influents du village qu’il annonça avec autorité :

 

- La doyenne des Prêtresses demande une entrevue officielle de toute urgence avec le Conseil pour nous faire part d’un événement majeur.

 

Et les contestations virulentes ne se firent pas attendre. Mais personne ne pouvait empêcher la volonté d’un Hokage de s’accomplir.

 

Jiraiya renvoya la colombe à destination du Sanctuaire avec une réponse accrochée à la patte : Le Conseil attendrait les deux émissaires des Prêtresses demain, à l’aube. Une audience exceptionnelle leur était accordée.

 

Tsunade esquissa un sourire en lisant la réponse solennelle. C’était déjà un sacré pas en avant. Elle leva les yeux vers ses prêtresses réunies dans son bureau, attentives et crispées, à l’exception d’Hinata qui devait encore se reposer et déclara :

 

- Shizune, Temari, vous partez à l’aube pour le Village des hommes. Une entrevue nous est accordée. Vous savez ce que vous avez à y faire.

 

- Compris, acquiescèrent-elles d’une même voix.

 

Tenten approuva silencieusement le choix de Tsunade d’envoyer Shizune et Temari. Elles avaient déjà opéré des missions officielles au village avec l’accord de l’Hokage mais leur venue était toujours discrète et arrangée, afin d’éviter toute sorte d’incident. Cette fois, elles devaient rendre compte directement devant le Conseil, devant les membres des clans les plus puissants et non les moins hostiles. Mais Tenten avait confiance : Shizune et Temari, malgré les apparences, étaient diplomates et savaient rester calmes même en situation de crise. Et le sang-froid était de rigueur pour ce cas particulier. De plus, elles n’étaient pas du genre à se laisser démonter à la première insulte venant du conseil misogyne du village des Ninjas.

 

Sakura restait indifférente, trop préoccupée. Mais elle savait qu’elle aurait fait un malheur si c’était elle qui avait été envoyée, elle haïssait les hommes et ne le cachait pas. Ino, d’habitude une vraie pie, ne disait toujours rien mais elle était très inquiète. Cette histoire commençait à prendre une tournure vraiment angoissante. Et puis, quelle sera la réaction des Hommes quand ils apprendront la terrible nouvelle qu’elles leur apportaient ? Elles les entendaient déjà, profanant des inepties à leur encontre, les insultant de sorcières qui n’apportaient que des malheurs sur eux… La Sylphide soupira, lasse de réfléchir.

 

- Je vais tenir Hinata au courant, prévint-elle en saluant la Grande Prêtresse, désireuse de changer d’air.

 

Tenten et Sakura partirent à sa suite. Elles marchèrent en silence jusqu’à ce que Sakura les quitte à un tournant.

 

- Sakura, tu ne viens pas ? demanda Tenten.

 

- Désolée mais j’ai besoin de me défouler. Toute cette histoire me pèse, je vais m’entraîner pour évacuer tout ça.

 

Tenten et Ino esquissèrent un sourire, c’était Sakura tout craché. Elle trouvait toujours un moyen de s’entraîner même quand l’heure était grave.

 

- Alors, à tout à l’heure, salua son amie blonde, qui prononça là ses premiers mots de la journée.

 

Les deux prêtresses restantes poursuivirent donc leur chemin jusqu’à leur chambre commune où elles trouvèrent Kurenai au chevet de son élève, toujours endormie.

 

- Comment va-t-elle ? Chuchota Ino.

 

- Elle reprend des forces lentement, répondit Kurenai sur le même ton. Quelles sont les nouvelles ?

 

- Tsunade-sama va envoyer Shizune-san et Temari chez les Ninjas, annonça Tenten.

 

Les deux jeunes filles attendaient une réaction de leur Oracle mais elle se contenta de hocher la tête. Pour le moment, tout se déroulait selon la vision d’Hinata, jusque dans les moindres détails.

 

- Kurenai-san, est-ce que ça va aller pour Hinata ? Elle paraît tellement faible… s’inquiéta Ino en prenant une chaise pour s’asseoir à côté du lit occupé.

 

- Maintenant qu’elle a conscience de son pouvoir de Prophétesse, elle va tout faire pour en être digne. Elle arrivera à le maîtriser même si cela lui prendra du temps. Elle est encore faible, c’est vrai, mais il va arriver un moment où elle va en étonner plus d’un.

 

Elle affirmait cela avec certitude. Elle n’avait eu aucune vision de la Prophétie mais elle avait déjà vu l’avenir de son élève ainsi que celui de chacune des Prêtresses apprenties.

 

- Si vous le dites, sourit alors la jeune fille brune. On sera là pour la soutenir, notre petite prodige.

 

Il y avait au moins un point positif dans tout ça…

 

 

****

 

Le soleil venait tout juste de se lever sur le pays de Konoha. A l’entrée du Village des Hommes, deux Ninjas faisaient les guets, ils attendaient deux personnes très importantes.

 

- C’est bientôt l’heure, elles ne devraient plus tarder, dit l’un aux cheveux couleur argent, plus communément appelé Kakashi.

 

Il scrutait le chemin de son seul œil visible.

 

- Je me demande de quoi elles ont l’air… Eh, Kakashi, je te parie combien qu’elles viendront masquées !?! Défia l’autre en souriant, dans son éternel costume vert. Si je perds, je ferais deux cents fois le tour du pays en courant sans jamais m’arrêter ! Ajouta-t-il, plein d’entrain.

 

Kakashi soupira de désespoir. Quand Gai arrêterait-il ses jeux stupides ? Tous les deux avaient pourtant passé l’âge où ils faisaient des paris à tout bout de champ !!

 

- Alors, qu’est-ce que t’en dis ?

 

- J’en dis qu’elles arrivent, annonça Kakashi en reprenant son sérieux.

 

Les deux émissaires du Sanctuaire des Prêtresses se tenaient devant les deux hommes, vêtues d’une longue cape blanche et le visage recouvert de moitié par leur immense capuche.

 

- Bonjour, je suis Hatake Kakashi et voici Maito Gai. Hokage-sama nous envoie vous escorter jusqu’au Conseil.

 

Les deux femmes se contentèrent d’hocher la tête puis de les suivre calmement à travers les rues du Village. Les hommes, au courant de l’arrivée d’une délégation de la plus haute importance, parcouraient déjà les rues à cette heure de la journée afin d’apercevoir les silhouettes encapuchonnées escortées par les deux puissants Ninjas.

 

Des silhouettes de femmes.

 

Et leurs capes blanches montraient clairement qu’elles venaient du Sanctuaire des Prêtresses. Les regards noirs et haineux ne se firent pas attendre. Shizune et Temari sentaient clairement leur haine à leur égard, comme si ce sentiment avait empli l’atmosphère à une allure folle. Mais aucun n’osait faire le moindre geste à leur encontre. Gai Maito et Kakashi Hatake, les hommes de confiance de l’Hokage, les accompagnaient, afin d’éviter les débordements. Mais cela montrait aussi le caractère officiel et important de cette « intrusion ». Les murmures d’injures et de critiques venaient aux oreilles des deux jeunes femmes. Mais elles en avaient cure. Pour le moment, le plus important était de convaincre le conseil de prendre la Prophétie au sérieux. Et c’était loin d’être gagné.

 

Les quatre personnes, sans avoir échangés de mots, arrivèrent devant un immense bâtiment blanc et circulaire au toit fait de tuiles rouges. Dedans, se trouvaient le bureau de l’Hokage, ainsi que les locaux du Grand Conseil. Ils montèrent des marches jusqu’à arriver en haut. Kakashi frappa à la porte et la poussa. Gai et lui entrèrent d’abord.

 

- Elles sont là, annonça Gai d’un ton sérieux.

 

Les deux hommes dégagèrent alors le passage pour laisser entrer les deux émissaires. Le silence pesant les accueillit. Dans la grande salle, les chefs des différents clans du village étaient assis en tribune, chaque chef de clan accompagné de son aîné qui s’initiait aux pratiques du conseil en tant que futur leader. Tous les dévisageaient avec un regard suspicieux pour ne pas dire haineux. Ces femmes avaient une certaine prestance et un voile de mystère les accompagnait continuellement, où qu’elles aillent. On ne voyait jamais leur visage, on ne distinguait que leurs lèvres d’où s’élevait leur voix. Une voix qu’on disait ensorcelante capable des pires sorts. Mais ce n’était que des femmes, de surcroît des Prêtresse, sil n’y avait vraiment pas de quoi être subjugué jusqu’à en perdre la parole…

 

Le Jiraiya se racla la gorge, comme si cela détendrait un peu l’atmosphère extrêmement lourde.

 

- Bienvenue chez les Ninjas ! Souhaita t-il en esquissant un infime sourire.

 

- Merci de nous accorder cette audience, répondit humblement Shizune en inclinant légèrement la tête.

 

Temari s’inclina à son tour, en donnant un rapide coup d’œil autour d’elle. Elle se serait crue en plein cœur d’une arène devant une foule loin d’être amicale et avide de connaître leur sort.

 

- La réunion peut donc commencer. Quel est l’ordre du jour, mesdemoiselles ?

 

- La fin du monde, annonça Shizune sans préambule, d’un sérieux à faire frémir le plus stoïque.

 

Nouveau silence de plomb. Ils s’attendaient à toute sorte de divagations sauf à ça ! Mais le silence ne dura pas. Les clameurs et les rires s’élevaient. Le ricanement dédaigneux d’un homme se distingua. Shizune et Temari le reconnurent immédiatement à ses prunelles rouges, le Sharingan. C’était le chef du clan Uchiha, le plus puissant du Village. Mais aussi le plus virulent et intransigeant envers les Prêtresses. Un air condescendant sur le visage, Fugaku Uchiha se détendit dans son fauteuil et croisa les doigts sur son pupitre.

 

- Allons donc, qu’allez-vous encore nous raconter comme sottises ? Se moqua-t-il provocant le rire des autres chefs de clans. La fin du monde, et pourquoi pas la peste, tant que vous y êtes ?

 

-         Une invasion de sauterelles, ou bien le ciel qui nous tombe sur la tête ! Railla un autre chef.

 

Les rires et moqueries s’amplifièrent, se délectant de cette plaisanterie de mauvais goût.

 

Les Prêtresses ici présentes eurent vraiment du mal à contenir leur colère à l’égard de ces vieux débris entêtés qui ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez. Mais ils ne riront pas longtemps et imploreront notre aide grogna intérieurement Temari qui serrait les poings tandis que Shizune croisa les bras, attendant patiemment que les rires cessent. Temari espéra secrètement que son aînée lui donnât son accord pour qu’elle puisse les flamber sur le champ, tous autant qu’ils étaient à les toiser. Mais celle-ci n’en fit évidemment rien, diplomatie oblige, alors Temari s’adressa sarcastiquement à l’Hokage :

 

- Hokage-sama, loin de moi l’idée de vous manquer de respect, mais les membres du présent Conseil seraient-ils devenus séniles avant l’âge ou complètement fous, en espérant nous tourner aussi pathétiquement en ridicule ?

 

Les rires s’arrêtèrent instantanément. Jiraiya avait levé les yeux au ciel, agacé par Fugaku qui en faisant décidément trop pour attirer l’attention sur lui.

 

-         Elles ne manquent pas de répondant ces fillettes, fit un des hommes, visiblement amusé de voir Fugaku perdre de sa superbe.

 

L’Uchiha lui lança un regard noir.

 

-         Tu devrais en prendre de la graine, Shikamaru, enchaîna Shikaku Nara en donnant un coude de coude à son fils.

 

Ce dernier leva les yeux au ciel, véritablement ennuyé, et prit la parole.

 

-         Pourquoi ne pas aller au fond des choses, qu’on en finisse. On perd déjà assez de temps avec cette réunion.

 

Le seul œil vert glacial qu’il distingua sous la capuche et la lèvre pincée lui firent froid dans le dos.

 

-         Ce n’est pas une partie de plaisir pour nous non plus, répliqua froidement Temari en lui jetant un  dernier coup d’œil meurtrier.

 

-         Nous ne prendrions pas la peine de nous déplacer si cela ne revêtait pas de la plus haute importante, intervint Shizune pour calmer la situation.

 

Elle se tourna vers Jiraiya qui approuva :

 

-Poursuivons.

 

- Nos deux communautés courent un grave danger qui peut aboutir à notre disparition, expliqua gravement Shizune. Quand je parlais de fin du monde, ce n’était pas des paroles en l’air, Jiraiya-sama

 

- Qu’est-ce qui vous dit que nous courons tous un grand danger, comme vous dites ? Une aura maléfique qui plane en ce moment sur nous, ou bien une tasse qui se serait brisée entre vos mains ? Reprit un autre chef d’un ton nonchalant.

 

- Il n’y a vraiment pas de quoi plaisanter, c’est une vision qu’a eue notre Prophétesse, souligna Temari, essayant de contenir sa colère face à tous ces vieux débiles.

 

- Il nous faut des preuves, nous ne pouvons pas nous en tenir à une simple vision qu’aurait eue votre amie sorcière, réclama un homme d’une grande prestance aux longs cheveux noirs assis à droite de Fugaku. Pourquoi croirons nous vos élucubrations et vos hallucinations ?

 

Les deux femmes tournèrent la tête vers l’homme en question, et notèrent ses yeux clairs, comme ceux de Hinata. Hiashi Hyûga. Elles froncèrent les sourcils. Quelle serait sa réaction s’il apprenait que la Prophétie avait été révélée par sa propre fille ?

 

- Que savez-vous sur cette vision ? demanda soudainement Kakashi, intéressé.

 

- Une vision très violente avec des terrains maculés de sang, du feu, le chaos et surtout la souffrance, énormément de souffrance. Et d’après notre Grande Prêtresse, le sort de nos deux communautés est en jeu, peut-être même plus, relata Shizune avec un air grave.

 

- Vous soupçonnez quelqu’un d’être à l’origine de ce futur massacre ? Interrogea Jiraiya en joignant les mains sous son menton, plus inquiet qu’il n’y paraissait.

 

- Orochimaru, lâcha-t-elle sans sourciller.

 

Des murmures d’incompréhension et scandalisés s’élevèrent dans la pièce. Shizune savait que cela ferait son effet. Effet glacial à en juger par certains visages transfigurés par la peur à la simple évocation de ce nom.

 

- Comment est-ce possible ? S’emporta Fugaku en se levant d’un bond. Ce criminel a disparu depuis plusieurs années déjà, il est sûrement mort et enterré ! N’allez pas déverser votre malheur sur notre village ! Qui nous dit que vous n’avez pas monté ça de toute pièce ?

 

Temari soupira d’énervement. Pour qui se prenait-il, cet Uchiha, avec sa grande gueule ? Tsss, si on pouvait le laisser crever dans l’histoire, celui là…

 

Tous les ninjas protestèrent avec véhémence. Shikamaru remarqua cependant le manque de réaction d’Itachi, non loin de lui. Les bras croisés, il gardait les yeux fermés, comme indifférent à la situation. Une attitude que décrypta vite le génie du clan Nara.

 

- Orochimaru n’a plus donné signe de vie, raison de plus pour surveiller ses actions, rétorqua Shizune en restant aussi calme que possible.

 

- C’est complètement absurde ! Cette histoire de vision ne me convainc pas le moins du monde, et vous vous permettez de déclarer l’état d’urgence à cause de votre superstition ?!

 

-         Laissez-les finir, ordonna Jiraiya pour calmer les hostilités. Votre vision a-t-elle donné d’autres indices ou d’autres éléments de compréhension ? S’adressa t-il ensuite aux émissaires. Comprenez qu’il  nous faut un minimum d’information pour y croire.

 

Les deux prêtresses échangèrent un regard. Probablement le plus dur à encaisser et pourtant le plus grave.

 

Shizune expira avant d’annoncer :

 

- Il semblerait qu’Orochimaru ait trouvé le moyen de redonner vie aux Neuf Akumas

 

Cette fois, les Ninjas restèrent sans voix : Itachi ouvrit les yeux, pupilles dilatées. Jiraiya les avait écarquillés.

 

-         Et il a déjà commencé.                     

 

Stupeur.

 

-         C’est pire que tout ce que j’avais pu imaginer, murmura Itachi.

 

Shikamaru fronça les sourcils. Alors comme ça, Itachi avait aussi des soupçons ?

 

Si cette vision était réelle, alors ils courraient droit à la catastrophe…un désastre qu’ils n’avaient jamais connu jusqu’à maintenant…droit à la mort. Et tous en avaient conscience.

 

Alors autant ne pas croire à ces prédictions.

 

- C’est du grand n’importe quoi ! Cracha Fugaku. Vous voudriez nous faire croire que ce vieux fou, s’il n’est pas déjà six pieds sous terre, aurait mis la main sur les 9 démons à queue ?

 

- Il faut croire, reprit Temari en tentant de garder son calme, ce vieux fou, comme vous dites, a déjà failli éradiquer nos peuples et a fait un carnage parmi les vôtres, inutile de vous rappeler la dernière guerre, n’est-ce pas Uchiha sama ?

 

Fugaku bizarrement ne répliqua pas. Parce que, lui, il ne pouvait que se rappeler cette guerre. Celle qui avait failli sonner le glas de son clan. Comment cette Prêtresse avait-elle connaissance de ces choses ? Cela ne concernait que son clan et les éminences du village. Personne ne savait. Et cette harpie se permettait de le lui lancer en pleine figure avec arrogance ! Itachi, impassible, se contenta d’un regard en biais vers son père, ce dernier complètement déstabilisé : réduit au silence et objet de regards interloqués de ses concitoyens, il ne put s’empêcher d’émettre une injure dans sa barbe :

 

- Soyez maudites, sorcières.

 

- Nos ancêtres ont pris soin d’éparpiller des démons à travers le Royaume lorsqu’ils les ont scellés et de cacher leur existence. Comment aurait-il pu mettre la main dessus ? Contre-attaqua Hiashi.

 

- Je vous rappelle que notre communauté a elle aussi scellé 4 de ces démons et les a minutieusement dissimulés. Nous connaissons parfaitement l’histoire, rappela Shizune. Or il semble que ces années passées sous silence, Orochimaru effectuait ces recherches.

 

- Comment aurait-il réussi à les ressusciter ? C’est tout bonnement impossible ! Décrétèrent les Hommes.

 

- Ne sous-estimez pas Orochimaru, intervint Kakashi.

 

- Et nous perdons un temps précieux, souligna Shizune.

 

- Combien de temps avons-nous? Demanda gravement Jiraiya.

 

- Hokage-sama ! Vous n’allez pas croire ces mensonges ??

 

- SILENCE !

 

Jiraiya dut faire preuve d’autorité afin de calmer les siens. Une fois le silence revenu, il se tourna vers la Prêtresse avec le voix douce qui menait cette entrevue. Shizune lui répondit donc :

 

- Nous n’en savons encore rien. D’autres visions viendront probablement éclairer ce point. Mais peu de temps. Très peu de temps. D’où l’urgence. Mais je constate que nos opinions divergent grandement, comme nous l’avions prévu.

 

- Vous raisonner aurait tenu de l’exploit, ne put s’empêcher d’ajouter Temari. Nous sommes des magiciennes, pas des faiseuses de miracle.

 

- C’est pourquoi Tsunade-sama vous demande d’organiser une mission de reconnaissance pour voir exactement ce qu’il en est. De cette manière, nous serons tous fixés, enchaîna prestement la Magicienne Blanche avant que Temari ne dérapât pour de bond.

 

Shizune avait sorti son dernier joker. La balle était dans leur camp.

 

Jiraiya s’adossa plus confortablement dans son fauteuil, il réfléchit. Les arguments qu’elles débitaient sur Orochimaru tenaient tout à fait la route, et Itachi l’avait lui-même prévenu qu’il préparait peut-être quelque chose à l’abri de tous les regards. Chacun y allait de son commentaire, mais tout dépendrait de la décision de Jiraiya.

 

- C’est d’accord, décida-t-il.

 

- Hokage-sama ! S’indigna Fugaku.

 

Mais le chef l’ignora superbement et continua de discuter avec les Prêtresses, qui soupirèrent de soulagement.

 

- Je vais rassembler des hommes et nous vous tiendrons au courant.

 

- Sauf votre respect, je pense qu’il serait préférable que l’une d’entre nous accompagne cette mission, objecta Shizune. Dois-je vous rappeler que nous sommes tous concernés ? Nous voudrions faire un rapport à Tsunade-sama. De plus vous avez besoin de nous pour trouver Orochimaru.

 

Jiraiya céda une fois de plus à sa demande. Les ninjas n’osèrent protester mais un bruit sourd emplit la salle du Conseil. Depuis quand faisait-on confiance aux Prêtresses ? Fugaku se rassit furieusement, en colère contre le Hokage et sa mollesse, contre les Prêtresses et leur sort d’ensorcellement. Shizune et Temari sourirent devant la mine colérique qu’affichait le chef du clan Uchiha. Et il n’était pas au bout de ses surprises, car l’instant d’après, son fils aîné Itachi se leva pour prendre la parole à son tour.

 

- Jiraiya-sama, si vous le permettez, j’aimerais me porter volontaire pour cette mission de reconnaissance.

 

L’Hokage haussa un sourcil. Pourquoi soudain une telle proposition ?

 

- Itachi, enfin ! Gronda son père, outré.

 

- J’avais aussi des soupçons, je veux voir de mes propres yeux si la menace est bien réelle, s’expliqua-t-il alors. Je vous ferai un rapport détaillé, je n’omettrai aucun détail.

 

Jiraiya sourit alors que son père blêmissait à vue d’œil. Depuis son grand fils se permettait-il de lui désobéir et d’aller à l’encontre de l’opinion du clan, en séance publique par-dessus le marché ? Quelle humiliation !

 

- Itachi, tu m’avais déjà mis en garde contre des éventuelles activités cachées. Et tu fais partie de l’élite des Anbus, je ne peux que te faire confiance. Je te donne mon accord, permit le chef. Cela m’évite de nommer un homme borné dans ses convictions ou tout simplement peureux, ajouta t-il plus durement à l’assemblée qui ne pipa mot.

 

- Merci, je ferais de mon mieux, répondit Itachi, toujours impassible.

 

- Jiraiya-sama, je me charge de trouver d’autres hommes pour cette mission ! Lança Fugaku, espérant de nouveau attirer l’attention sur lui et regagner les faveurs du Chef du village.

 

- Je ne pense pas que cela soit vraiment utile, interrompit Shizune en s’avançant d’un pas. Deux personnes suffiront largement. J’irai avec lui. Ce n’est qu’une mission de reconnaissance, nous devons en aucun cas nous faire remarquer.

 

Itachi dirigea son regard rouge sur le visage couvert de la Prêtresse. Il allait devoir faire équipe avec une femme… Une Prêtresse était-elle vraiment capable de faire ce genre de mission ? Légèrement méfiant mais indifférent, il se rassit.

 

Shizune leva la tête vers Itachi, son visage toujours dissimulé. Une mission avec l’héritier du clan Uchiha… Avantage comme inconvénient. Le point positif était son volontariat.

 

Temari se rapprocha de Shizune.

 

- Est-ce bien prudent ? Chuchota-t-elle.

 

- Ne t’en fais pas, Tsunade-sama est au courant. Tout était prévu. Notre doyenne est très perspicace !

 

Temari ne savait rien de cette mission, pour la simple et bonne raison que Tsunade et Shizune en avaient discuté le matin-même en privé. « Je veux que tu fasses partie de cette mission. Car mission il y aura, je te le garantis. Ton rapport sera plus fiable que tout ce que les hommes pourront nous raconter », tels avaient été ses mots.

 

Jiraiya esquissa un sourire.

 

-         Je vois, ça ne m’étonne pas de Tsunade-hime, toujours aussi directe. Très bien, je verrai avec elle pour le déroulement de la mission. Le plutôt sera le mieux.

 

- Nous pouvons partir dès qu’Uchiha-san sera prêt, coupa Shizune.  Je suis déjà préparée pour cette mission.

 

- Vous voyez réellement tout de l’avenir ? S’interrogea Jiraiya, épaté malgré lui.

 

- Non, ce n’est qu’une simple précaution de notre part. Agir le plus rapidement possible. Il semble juste que Tsunade-sama vous connaisse assez pour anticiper vos actions, répondit Shizune avec malice.

 

Vexé d’être aussi prévisible, Jiraiya se renfrogna. Il se tourna vers Itachi.

 

- Quand peux-tu être prêt ?

 

- Dans l’heure, affirma Itachi.

 

- Parfait. Sois dans une heure aux Portes.

 

- Si la vision de notre Prophétesse se révèle juste, nous serons de retour dans 5 jours, si tout va bien, fit savoir Shizune.

 

-         De notre coté, nous allons renforcer notre vigilance, déclara l’Hokage.

 

-         Plus que quiconque. Vous avez un Akuma derrière vos murs, fit Shizune.

 

-         Hum.  Nous attendrons votre retour pour prendre une quelconque décision. La discussion est close.

 

Les femmes saluèrent brièvement les hommes avant  de ressortir de la salle, toujours accompagnées de Kakashi et Gai. Puis le Conseil se dispersa dans le plus grand brouhaha. Fugaku ne cessait de pester contre Itachi qui entachait selon lui la crédibilité du Clan. Lui qui était la fierté des Uchiha, le prometteur successeur acceptait la coopération avec une Prêtresse. Une honte !

Ce dernier se retourna finalement vers son père et déclara, toujours imperturbable :

 

- Je fais ce que je crois être juste. Pour le Clan et pour le Village. Mais je ne rendrai compte qu’à Jiraiya-sama. Jugez-moi comme bon vous semble mais je suivrai mon intuition.

 

Fugaku en resta sans voix.

 

Songeur, Shikamaru traînait un peu derrière. Dans 5 jours, il saurait si on pouvait vraiment faire confiance aux femmes et à leur pouvoir de divination. D’ores et déjà, il faisait confiance à Itachi. Si celui-ci avait des craintes, Shikamaru en aurait aussi.

 

- T’en penses quoi Neji ?

 

Neji aussi avait assisté silencieusement à l’audience aux cotés de son oncle. Et ce qu’il en pensait ?

 

- Je savais que la journée serait particulière…murmura t-il, se souvenant de l’étrange nuit qu’il avait passée. Mais pour te répondre, un retour d’Orochimaru ne me surprendrait guère. J’aurai tendance à me fier à l’intuition d’Itachi et me méfier… Nous verrons dans 5 jours. D’ici là, peut être serait-il bon de garder un œil sur Naruto.

 

Shikamaru acquiesça. Il  avait pensé à la même chose. Et si tout était vrai… Qu’allait-il se passer ? Inquiet, il prit la décision d’expliquer lui-même la situation à Naruto avant que la rumeur ne se propageât. Après tout, cela le concernait en premier lieu…parce qu’il était en première ligne.

 

Une heure plus tard, Itachi était aux portes du Village, fin prêt pour la mission. Avant de partir, il  avait pris le temps nécessaire afin de prendre les devants sur son borné de père et relater en deux mots la situation actuelle à son frère cadet. Il n’avait cependant pas le temps ni l’envie de le raisonner : Sasuke avait réagi exactement comme son paternel : véhément et incrédule. Il lui avait même reproché de faire cette mission. C’était « comme s’incliner devant ces créatures manipulatrices », synonyme de déshonneur et de faiblesse. Mais Itachi n’avait pas manqué le trouble et l’angoisse furtive qui avait traversé son regard noir au nom d’Orochimaru. Il aurait matière à réflexion pendant son absence.

 

Gai était chargé de raccompagner Temari jusqu’à l’Arbre Sacré entouré d’un ruban blanc, symbolisant le début du kekkai. Le ninja à la tenue pour le moins ridicule essayait d’engager la conversation avec la « mystérieuse créature enchanteresse » qu’était Temari, soucieux de le raconter à Lee par la suite. La Gardienne des Eléments quant à elle,  était terriblement impatiente de rentrer afin de s’éloigner au plus vite de cet énergumène avant de lui mettre le feu aux fesses.

 

Shizune attendait patiemment aux portes, toujours encapuchonné de sa cape immaculée, escortée de Kakashi qui lisait un étrange bouquin orange que la Prêtresse jugea bon d’éviter. Itachi, ponctuel, arriva aux portes au moment où le soleil était au zénith. Il jeta un œil à la jeune femme puis regarda Kakashi

 

- Tenez, voici quelques vivres, fit le ninja copieur en leur montrant un panier. En espérant qu’il y ait assez.

 

Shizune le remercia, prit les vivres une par une et les rangea dans son sac en toile qu’elle maintenait en bandoulière.

 

- Hâtons-nous, nous avons deux jours de marche.

 

- Hn.

 

- Soyez prudents, fit Kakashi en les regardant s’éloigner.

 

Les deux « coéquipiers » s’enfoncèrent dans la forêt.

 

- Nous pouvons aller à votre allure, je serai capable de suivre, pendant un bon moment au moins, dit alors Shizune.

 

Itachi, qui marchait à ses cotés, s’arrêta. Les Prêtresses étaient capable de parcourir d’arbre en arbre comme le faisaient les ninjas ? Intéressant. 

 

- Très bien.

 

Il vit alors Shizune remonter sa toge blanche et la maintenir au niveau de sa taille afin que celle-ci ne l’encombre pas dans ses mouvements. Il remarqua que la Prêtresse avait revêtu une tenue pratique pour le voyage : un pantalon de lin, certes blanc, était resserré aux chevilles, il aperçut deux kunais  à sa ceinture ainsi qu’une sangle d’étuis à poisons accrochés à son bras. Le voyage s’annonçait déjà plus simple que prévu alors Itachi s’était pourtant préparé à marcher à son rythme.

 

Cependant, Shizune maintint sa capuche sur sa tête. Les Prêtresses ne devaient pas se découvrir et Itachi respectait cela.

 

- Nous pouvons y aller. Vers le Nord.

 

Itachi hocha la tête et tous deux s’élancèrent à vive allure à travers les arbres. Direction le repère d’ Orochimaru.

 

Au Sanctuaire, Temari annonça aux Prêtresses que tout s’était déroulé comme prévu.

 

- Shizune-san est partie en reconnaissance avec Itachi Uchiha.

 

A cette évocation, les jeunes prêtresses, Sakura en tête,  ne purent empêcher une grimace de dégoût déformer leur visage. Un homme, un Uchiha de surcroît !!! Quelle horreur.

 

- Pauvre Shizune-san, gémit Sakura. Je n’aimerai pas être à sa place.

 

- Elle aurait pu tomber plus mal, crois moi, fit Tsunade.

 

Elle regarda à travers la vitre le décor enchanteresse de son Sanctuaire. Tout ce ci ne devait pas disparaître.

 

Cette mission d’Itachi et Shizune étaient déjà un grand pas en avant. Le début d’une longue coopération de la nouvelle génération entre les Prêtresses et les Ninjas, du moins l’espérait-elle.

 

Yooooooosh !!!! Alors, alors ? Votre avis ? Franchement Itachi a TROP LA CLASSE !!! Et son père est à claquer !!!! lol

 

Mais ce n’est pas la seule chose qu’il y ait à retenir de ce chapitre, certes illuminé par la prestance et le charisme du grand Itachi et….ok je me tais. Pour l’instant, on ne voit pas beaucoup les ninjas (hormis Fugaku et sa grande g…..) mais ça va venir ! On s’excuse pour les fautes d’orthographes susceptibles de plomber votre lecture.

 

Golden et moi vous embrassons et on vous dit au prochain chapitre ! Miss Goldeninounette planche déjà dessus !

 

Gros bisous !!!

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales