Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Pierres d'Encre n° 9
    Le Temps des Rêves
    Nb de signes : < 2 500 sec
    Genre : poésie
    Délai de soumission : 09/04/2019
  • Prix Alain le Bussy 2019
    Galaxies et Géante rouge
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 31/03/2019
  • Crime partagé
    Éditions 12-21
    Nb de signes : 20 000 - 35 000 sec
    Genre : noir - policier
    Délai de soumission : 10/02/2019
  • Cellule de crise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/04/2019
  • Fables et contes
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 28/07/2019
  • Halloween
    Éditions GandahaR
    Nb de signes : 10 000 - 40 000 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 30/04/2019
  • Nutty Time Travel
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 40 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 30/04/2019
  • Histoire du soldat
    Revue des Citoyens des Lettres
    Nb de signes : 10 000 - 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2019
  • Dystopie à la française
    Kelach éditions
    Nb de signes : 15 000 - 50 000 sec
    Genre : dystopie
    Délai de soumission : 01/04/2019
  • Oiseaux de nuit
    Éditions HPF
    Nb de signes : 500 - 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - policier - historique - réaliste
    Délai de soumission : 30/04/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Le musée de la vie romantique
 par   - 162 lectures  - Aucun commentaire

Comme vous le savez, Paris regorge de musées de toute taille, proposant des thèmes différents et disséminés un peu partout.

Après avoir raté mon avion pour Budapest (j'ai les boules!), j'avais envie de voir le musée de la vie romantique dédié à George Sand. Certains diront maigre consolation. Oui et non ! J'ai été agréablement surprise. Ce musée se trouve dans le neuvième arrondissement non loin de Pigalle et n'est pas payant sauf lors des expositions temporaires. Vous pouvez contribuer à la conservation des collections et à l'acquisition de nouveaux objets en donnant deux euros. Le musée, qui se trouve être la demeure du peintre Ary Scheffer, se situe dans la maison Chaptal comprenant huit pièces (quatre en haut, quatre en bas). Construite en 1830, celle-ci est un des derniers exemples des demeures construites sous la Restauration et la Monarchie de Juillet.


Lire la suite...
tintouillet dans l'hémisphère sud pour un an
 par   - 270 lectures  - 1 commentaire [07 février 2019 à 12:17:53]

tintouillet est parti pour un grand voyage d'un an environ dans l'hémisphère sud.
Elle est actuellement en Nouvelle Zélande depuis fin décembre.

Vous pouvez suivre son voyage sur son blog : Océanie et Asie (enfin une partie !) en un an où elle relate ses visites et ses aventures accompagnées de belles photos.

 

Les personnages féminins dénigrées dans les fanfics
 par   - 2148 lectures  - 53 commentaires [27 décembre 2018 à 03:05:08]

La fanfiction revêt un intérêt tout particulier pour les amateurs d'écriture car elle permet de faire durer un univers créé par un auteur dans notre imagination. On peut s'imaginer et jouer avec les personnages, moduler le monde qui nous facine de bien des manières.
Mais il est un constat flagrant et particulièrement déroutant qui est le dénigrement des personnages féminins surtout dans les fanfics du genre yaoi. Dans la plupart quand les filles ne servent tout simplement pas de décor, elles sont décrites comme cruches, écervellées seulement pour justifier l'orientation sexuelle des personnages masculins. Soit c'est une pleurnicheuse, soit une mijorée qui s'extasie devant le héros gay.
J'ai constaté que dans 90% des fics les personnages féminins sont totalement ridiculisées. Pourtant, la majorité des auteurs qui écrivent sur du yaoi sont des filles.
Alors je me demande: est-ce la vision que vous avez de la femme vous qui en êtes une? Vous vous voyez faible et cruches comme vos persos, incapables d'aligner un mot devant un beau garçon? Vous vous considérez réellement comme des pipelettes qui pleurnichent pour un ongle cassé? Car c'est comme cela que vos personnages féminins sont dans les fics. Pourtant si on regarde bien, en amour puisqu'il s'agit de cela, un homme réellement amoureux peut se montrer parfois bien  plus fragile qu'une femme lorsqu'il vit une déception amoureuse ou qu'il est dans une vraie relation. Soyez fière de ce que vous êtes et ne rabaissez pas la femme ainsi.
Je serais curieuse de savoir pourquoi tous ces auteurs ont besoin que dans une fic ou les personnages sont gays, la femme n'a pas sa place. Et dans le genre opposé pourquoi la fille est toujours celle qui joue le rôle de l'amoureuse transie au premier regard.
Evidemment, ce sont des généralités mais c'est rare de voir une fic yaoi réaliste avec une égalité des sexes.
Qu'en pensez-vous?

Cet article est une réflexion fondé sur des constat et après plusieurs recherches.
Merci d'avoir lu.

Writecontrol, le couteau suisse pour écrire vos histoires
 par   - 1376 lectures  - Aucun commentaire

Writecontrol est un outil d'écriture en ligne, sécurisé, accessible et personnalisable.
Ce que vous écrivez est sauvegardé automatiquement.

Éditeur de texte avec compteur de mots
gestion de chapitres
gestion des personnages
dictionnaire de synonymes
divers thèmes
des éléments modulables
recherche wikipédia
gestion de favoris
export du livre
couverture personnalisable
etc.
En bref, tout ce qu'il faut pour écrire un livre. Et encore, plein d'autres fonctions sont prévues (*) !

Et vous savez quoi ? C'est gratuit !

(*) Il y a un sondage sur le site pour savoir quelles nouvelles fonctions seraient le plus utiles.

La page facebook : https://www.facebook.com/writecontrol/

 


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Lady Oscar

Hermès, le messager du vent
[Histoire Terminée]
Auteur: venusia45 Vue: 6217
[Publiée le: 2015-07-10]    [Mise à Jour: 2015-11-22]
13+  Signaler Romance/Mystère Commentaires : 33
Description:
Oscar reçoit de mystérieuses lettres. De qui proviennent-elles ? Et surtout, quel est le but de leur auteur ?
Crédits:
Les personnages de Lady Oscar sont la propriété de leur auteur, Riyoko Ikeda.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 5

[1165 mots]
Publié le: 2015-07-28Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

V.


Minuit sonnait au clocher de l'église voisine.


Minuit. L'heure de la relève de la sentinelle.


La nuit recouvrait de son manteau étoilé la caserne des Gardes françaises, toute entière assoupie, du simple grenadier au commandant des troupes, passablement ébranlée par le fait que la lettre reçue tantôt aurait pu impliquer son ami de toujours, quand soudain...


« Il y a quelqu'un ? »


Le chandelier éclairait à peine la chambre, et faisait, de ses lumières chevrotantes, danser les ombres sur le mur du bureau attenant...Se glissant hors de son lit, Oscar se risqua vers la pièce principale, persuadée d'avoir entendu un bruit inhabituel, comme si un intrus avait pénétré dans son logement. Elle était pourtant persuadée d'avoir fermé à clef, mais la fatigue lui faisait visiblement perdre l'entendement.


A cet instant le fier colonel, sanglé dans son armure de tissu, avait laissé la place à une jeune femme brusquement tirée du lit, vêtue uniquement de sa candeur et d'une chemise qui lui descendait sur les cuisses, dévoilant des jambes d'une interminable longueur et d'une finesse incomparable. Quoique musclées par des heures d'entraînement et de combats, elles gardaient leur élégance et leur gracilité. Leur féminité. La chemise entrouverte laissait d'ailleurs deviner des attributs qui, quoique peu développés, ne laissaient aucun doute sur la véritable nature de leur propriétaire. Les yeux d'océan brillants et embrumés de sommeil, la chevelure en bataille, les pieds nus sur le sol complétaient ce charmant tableau, loin de l'image compassée et rigide qu'elle donnait à qui la croisait d'ordinaire. Le clair-obscur ajoutait à la beauté irréelle de la scène que n'eût pas reniée un La Tour1. On était loin du colonel altier, droit dans ses bottes et aboyant ses ordres à ses troupes. Très loin.


Les yeux d'azur s'écarquillèrent brusquement en apercevant, se découpant sur le mur, une ombre, dressée devant la porte, dont la pâle lueur des flammes soulignait le menton carré, les favoris noirs et le regard perçant. Et lui, il la regardait comme peut-être personne ne l'avait regardée...ou comme elle n'avait jamais pensé qu'on puisse la regarder. Sauf peut-être André, lors de cette nuit qu'elle avait préféré effacer de sa mémoire... Il la contemplait avec un regard où affleurait...Elle n’aurait su l'expliquer, mais ce n'était certes pas le regard d'un soldat, d'un subordonné s'adressant à son supérieur hiérarchique à ce moment précis. Et cette flamme dans les yeux...Ces prunelles surprises, pétillantes et étonnées tout à la fois...


« Alain, mais qu'est-ce que...


– Je...j'allais prendre mon tour de garde, et je suis passé devant vos quartiers...Et c'est là que j'ai trouvé ça. J'ai frappé mais vous n'avez pas entendu alors j'ai pris la liberté de... »


Il tendit sa main. Une lettre. Un nom écrit dessus : « Oscar François de Jarjayes ».


Oscar ravala un cri de stupeur et tendit gauchement la main à son sergent. Elle dissimulait à grand peine sa nervosité et demanda d'une voie rauque et tremblante :


« L'avez...L'avez-vous lue ?


– Non, commandant. C'est pour vous. Je n'ai pas l'habitude de lire les lettres qui ne me sont pas adressées. »


Oscar, pensant qu'elle l'avait vexé, balbutia :


« Veuillez m'excuser sergent, je ne voulais pas, enfin je n'avais pas...


– Vous êtes toute excusée Commandant...C'est moi qui m'excuse de venir vous déranger dans...dans ce moment disons personnel... »


Oscar baissa les yeux et rougit.


« Ne rougissez pas commandant, tout le monde sait que vous êtes...ce que vous êtes... »


Oscar esquissa un sourire et murmura :


« Merci Alain.


– Vous allez bien commandant ? Demanda le soldat.


– Je vous demande pardon ?


– Vous avez l'air...bizarre...Aujourd'hui vous étiez...fatiguée et là, on dirait que cette lettre vous a surprise.


– Oui enfin non...Je veux dire...C'est inhabituel, c'est tout. Et merci de vous inquiéter pour ma santé, mais je vais bien, j'ai juste mal dormi la nuit dernière.


– Je vois. Vous devriez...hum...vous devriez retourner vous coucher, vous allez prendre froid dans cette tenue. Et encore toutes mes excuses pour cet après-midi, mes mots ont dépassé ma pensée, je ne voulais pas vous manquer de respect...Je...je vais aller prendre mon poste. »


A dire vrai, il n'avait pas du tout envie, à cet instant, de prendre son poste. Il serait bien resté là, dans cette chambrette, à contempler le magnifique spectacle que ses yeux avaient pour quelques minutes arraché à la nuit. Cette femme, qui pouvait se montrer si dure, cassante et martiale, se tenait là, devant lui, dans une chemise suggérant ses charmes, voilant sa taille fine tout en la dévoilant, révélant l'arrondi de ses hanches, la longueur de ses jambes, la rondeur de sa poitrine...Ô Ciel ! Alain n’était qu'un homme, et voir son commandant là, devant lui, toute de grâce et de vénusté, lui faisait venir de drôles d'idées qui n'avaient rien à voir avec la hiérarchie militaire à ce moment précis...Fort heureusement, la voix d'Oscar le ramena sur terre :


« Bonne...bonne garde Alain. »


L'homme fit demi-tour pour sortir. Il posa la main sur la poignée. Puis, subitement, se ravisant, il revint sur ses pas, rejoignit en deux enjambées son commandant stupéfait et déposa dans un geste empreint de douceur sa large paume sur la joue blanche d'Oscar.


« Alain, que...


– Il en a de la chance ce bougre. Même s'il ne le sait pas. » murmura-t-il pour lui-même.


Approchant son visage de celui d'Oscar, il s'enhardit et déposa alors un chaste baiser sur son front. Il n'aurait sans doute plus jamais l’occasion de le faire, il le savait bien, mais là, dans le clair-obscur de cette pièce, à la lueur dansante des bougies qui relayaient les battements erratiques de son cœur, il n'avait pu se contenir. Une fois. Rien qu'une, avant qu'elle ne retourne vers lui, peut-être...


« Bonne nuit commandant. »


Et il se glissa hors de la pièce sous le regard ahuri et interdit de son chef...


Au dehors, une brise légère se levait, adoucissant de son souffle tiède le couloir en même temps que le cœur d'Oscar.




1Georges de La Tour, peintre français du XVIIème siècle, est connu pour ses tableaux qui mettent en évidence les jeux d'ombre et de lumière (voir par exemple la série des Madeleine pénitente)

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales