Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Pierres d'Encre n° 9
    Le Temps des Rêves
    Nb de signes : < 2 500 sec
    Genre : poésie
    Délai de soumission : 09/04/2019
  • Prix Alain le Bussy 2019
    Galaxies et Géante rouge
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 31/03/2019
  • Crime partagé
    Éditions 12-21
    Nb de signes : 20 000 - 35 000 sec
    Genre : noir - policier
    Délai de soumission : 10/02/2019
  • Cellule de crise
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/04/2019
  • Fables et contes
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 28/07/2019
  • Halloween
    Éditions GandahaR
    Nb de signes : 10 000 - 40 000 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 30/04/2019
  • Nutty Time Travel
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 40 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 30/04/2019
  • Histoire du soldat
    Revue des Citoyens des Lettres
    Nb de signes : 10 000 - 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2019
  • Dystopie à la française
    Kelach éditions
    Nb de signes : 15 000 - 50 000 sec
    Genre : dystopie
    Délai de soumission : 01/04/2019
  • Oiseaux de nuit
    Éditions HPF
    Nb de signes : 500 - 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - policier - historique - réaliste
    Délai de soumission : 30/04/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Le musée de la vie romantique
 par   - 162 lectures  - Aucun commentaire

Comme vous le savez, Paris regorge de musées de toute taille, proposant des thèmes différents et disséminés un peu partout.

Après avoir raté mon avion pour Budapest (j'ai les boules!), j'avais envie de voir le musée de la vie romantique dédié à George Sand. Certains diront maigre consolation. Oui et non ! J'ai été agréablement surprise. Ce musée se trouve dans le neuvième arrondissement non loin de Pigalle et n'est pas payant sauf lors des expositions temporaires. Vous pouvez contribuer à la conservation des collections et à l'acquisition de nouveaux objets en donnant deux euros. Le musée, qui se trouve être la demeure du peintre Ary Scheffer, se situe dans la maison Chaptal comprenant huit pièces (quatre en haut, quatre en bas). Construite en 1830, celle-ci est un des derniers exemples des demeures construites sous la Restauration et la Monarchie de Juillet.


Lire la suite...
tintouillet dans l'hémisphère sud pour un an
 par   - 270 lectures  - 1 commentaire [07 février 2019 à 12:17:53]

tintouillet est parti pour un grand voyage d'un an environ dans l'hémisphère sud.
Elle est actuellement en Nouvelle Zélande depuis fin décembre.

Vous pouvez suivre son voyage sur son blog : Océanie et Asie (enfin une partie !) en un an où elle relate ses visites et ses aventures accompagnées de belles photos.

 

Les personnages féminins dénigrées dans les fanfics
 par   - 2149 lectures  - 53 commentaires [27 décembre 2018 à 03:05:08]

La fanfiction revêt un intérêt tout particulier pour les amateurs d'écriture car elle permet de faire durer un univers créé par un auteur dans notre imagination. On peut s'imaginer et jouer avec les personnages, moduler le monde qui nous facine de bien des manières.
Mais il est un constat flagrant et particulièrement déroutant qui est le dénigrement des personnages féminins surtout dans les fanfics du genre yaoi. Dans la plupart quand les filles ne servent tout simplement pas de décor, elles sont décrites comme cruches, écervellées seulement pour justifier l'orientation sexuelle des personnages masculins. Soit c'est une pleurnicheuse, soit une mijorée qui s'extasie devant le héros gay.
J'ai constaté que dans 90% des fics les personnages féminins sont totalement ridiculisées. Pourtant, la majorité des auteurs qui écrivent sur du yaoi sont des filles.
Alors je me demande: est-ce la vision que vous avez de la femme vous qui en êtes une? Vous vous voyez faible et cruches comme vos persos, incapables d'aligner un mot devant un beau garçon? Vous vous considérez réellement comme des pipelettes qui pleurnichent pour un ongle cassé? Car c'est comme cela que vos personnages féminins sont dans les fics. Pourtant si on regarde bien, en amour puisqu'il s'agit de cela, un homme réellement amoureux peut se montrer parfois bien  plus fragile qu'une femme lorsqu'il vit une déception amoureuse ou qu'il est dans une vraie relation. Soyez fière de ce que vous êtes et ne rabaissez pas la femme ainsi.
Je serais curieuse de savoir pourquoi tous ces auteurs ont besoin que dans une fic ou les personnages sont gays, la femme n'a pas sa place. Et dans le genre opposé pourquoi la fille est toujours celle qui joue le rôle de l'amoureuse transie au premier regard.
Evidemment, ce sont des généralités mais c'est rare de voir une fic yaoi réaliste avec une égalité des sexes.
Qu'en pensez-vous?

Cet article est une réflexion fondé sur des constat et après plusieurs recherches.
Merci d'avoir lu.

Writecontrol, le couteau suisse pour écrire vos histoires
 par   - 1376 lectures  - Aucun commentaire

Writecontrol est un outil d'écriture en ligne, sécurisé, accessible et personnalisable.
Ce que vous écrivez est sauvegardé automatiquement.

Éditeur de texte avec compteur de mots
gestion de chapitres
gestion des personnages
dictionnaire de synonymes
divers thèmes
des éléments modulables
recherche wikipédia
gestion de favoris
export du livre
couverture personnalisable
etc.
En bref, tout ce qu'il faut pour écrire un livre. Et encore, plein d'autres fonctions sont prévues (*) !

Et vous savez quoi ? C'est gratuit !

(*) Il y a un sondage sur le site pour savoir quelles nouvelles fonctions seraient le plus utiles.

La page facebook : https://www.facebook.com/writecontrol/

 


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Lady Oscar

Botte secrète
[Histoire Terminée]
Auteur: venusia45 Vue: 4767
[Publiée le: 2016-04-23]    [Mise à Jour: 2016-11-29]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/De cape et d'épée Commentaires : 58
Description:
Quand Oscar et André se lancent aux trousses d'un mystérieux voleur de fusils...
Crédits:
Les personnages de La Rose de Versailles appartiennent à Riyoko Ikeda (sauf Louis Bellecourt, tout droit sorti de mon imagination).
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 12: J'ai des fourmis dans mon épée

[1631 mots]
Publié le: 2016-07-23Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 12 :« J'ai des fourmis dans mon épée ! »1



Dans cette enceinte presque close, dans ce domaine perdu au fond d'une forêt désertée, dans cette arène tragique, le duel faisait rage. Les attaques se multipliaient, rythmées par le vacarme des lames qui se croisaient et les clameurs des combattants affûtés, désireux de ne laisser aucune marge de manœuvre à leur adversaire.


Tierce, sixte, octave et feinte.


Bellecourt, quoique trapu, compensait sa petite taille par une dextérité sans faille et une étonnante agilité. « C'est un adversaire digne de moi », ne put s'empêcher de penser Oscar en affrontant la pointe de son épée, qui venait chercher la sienne, la chatouillait, l'agaçait, la rejetait avant de reculer à son tour sous ses coups. Un affrontement équilibré, entre deux duellistes éprouvés, un combat comme Oscar les appréciait d'ordinaire, comme elle aurait pu aimer celui-ci si l'issue n'en avait été si incertaine, si marqué du sceau du malheur et du sang déjà trop présent depuis les prémices de cette aventure...


Il fallait tenir. Pour elle, pour son père.


Pour l'honneur.


Pour tout ce qu'elle était, tout ce pourquoi elle avait combattu jusqu'à présent.


Pour André, qui donnait tout lui aussi.


Tout en combattant, Oscar jeta un coup d’œil vers son compagnon d'armes. Elle ne put s'empêcher de l'admirer. Ses attaques étaient déliées, ses gestes, amples et précis tout à la fois. Il était beau dans l'effort, élégant dans le combat, tout en souplesse et en agilité. Elle aussi était fière de lui...C'était un duelliste à la hauteur.


A sa hauteur...


Toutefois, il avait beau être aussi doué qu'elle, résultat des années d'entraînement imposées par le Général de Jarjayes à son héritier et à ce dévoué serviteur qu'il lui avait choisi, il avait affaire à forte partie et elle ne se pardonnerait jamais s'il lui arrivait malheur.


Oh bien sûr, il était habitué à l'accompagner dans ses pérégrinations, à se battre avec elle, à côtoyer la lie de la société dans les tavernes glauques et obscures, à prendre les coups qui lui étaient destinés à elle, à parer de son propre corps les brutalités les plus fortes, les violences les plus viles, celles que son corps de femme n'aurait peut-être pas supportées... Elle le savait maintenant, elle l'avait bien compris, et cette abnégation la touchait en même temps qu'elle l'agaçait les jours où elle désirait enfouir sa vraie nature sous une couche de brute masculinité...


Mais aujourd'hui, elle s'inquiétait pour lui.


Le compagnon de Bellecourt, Colin, aussi grand que l'autre était petit et courtaud, mesurait en effet plus de six pieds de haut2. Six pieds de muscles et de membres surmontés d'une face de carême au sourire édenté, mais une aisance surprenante et une agilité inhabituelle chez ce colosse. Oscar ne put s'empêcher de craindre pour André, son compagnon de toujours, l'autre moitié de son âme...


« André, à ta droite ! Jeta-t-elle, toute surprise de ses propres pensées qui la distrayaient de son propre duel, qui la jetaient de facto dans d'autres combats qu'elle pensait n'être pas prête à affronter encore...


« Merci Oscar ! Je tiens bon... » répondit André.


Le regard émeraude du valet s'était empli de hargne. Il combattait opiniâtrement lui aussi, pour lui, pour elle, pour cette mission, parce qu'il ne savait faire que cela, la protéger, depuis que cette tâche lui avait été assignée par le Général de Jarjayes vingt ans auparavant.


Et parce qu'il arracherait les yeux de quiconque oserait ne serait-ce qu'égratigner sa peau de soie.


Oui, même aux dépens de sa vie, même aux dépens de sa propre dignité, écorchée vive depuis que ces yeux de saphir avaient croisé sa destinée.


Aux dépens de lui-même.


Encore et encore.


Pour elle.


*****


Oscar fronça les sourcils. Il ne s'agissait pas là, elle le pressentait bien, d'un combat au premier sang tel que l'on pratiquait dans l'aristocratie. L'agressivité et la hargne de leurs adversaires ne trouveraient à coup sûr leur achèvement que dans la défaite totale, inéluctable, fatidique.


Un combat à mort.


Tout en ferraillant, ils étaient entrées dans l'aile ouest du château, parcourant un couloir, une grande salle, allant là où le combat les portait.


Blessée, les vêtements déchirés, Oscar montrait toutefois des signes de fatigue. Elle n'avait guère dormi depuis quelques jours, avait échappé à une tentative d'assassinat, avait fait face au vol de leurs montures, au meurtre du petit Michel. Elle sentait que ses défenses s'épuisaient face à un adversaire aussi coriace qu'elle pouvait l'être elle-même.


« Oscar ! » Lança André inquiet, voyant son amie reculer face aux assauts.


– Ne t'en fais pas, il n'est pas né, celui qui vaincra Oscar de Jarjayes ! » grogna-t-elle.


Elle serra les dents et fit appel à tout son sens de l'honneur pour asséner une attaque forcenée contre son adversaire. Jetant toutes ses forces dans la bataille, elle hurla de dépit autant que de courage en pointant son épée vers le bras de Bellecourt.


« Haaaaaaa »


Bellecourt hurla de douleur. Oscar avait eu recours à la botte des Jarjayes, dont son père lui avait enseigné les secrets depuis son enfance. Seuls la maîtrisaient le Général, Oscar et André, qu'elle avait tenu à mettre dans la confidence. Une feinte vers le bras droit, forçant l'adversaire à y porter son épée en parade à bras raccourci, avant un dégagement vers la gauche, épée coulée, pour venir, en dérobement, procéder à une seconde feinte et venir blesser le bras gauche de la pointe de l'épée, la douleur du muscle meurtri contraignant immanquablement le malheureux adversaire à lâcher son arme pour porter la main à son membre atteint.


« Fils de chien, sale pourceau de noble, tu me le paieras ! cracha odieusement Bellecourt. C'est qu'il est coriace ce petit coq hein, j'aurais pas cru qu'on soit si tenace chez les poudrés ! »


Il ramassa son épée, serrant les dents, le sang coulant de sa blessure.


« Arrête, tu ne peux pas te battre avec un bras dans cet état », grinça Oscar, toute ébaubie de constater que ce maroufle se remettait tant bien que mal à combattre. Rhaaaaaaaaaa....


Bellecourt se remit vaillamment sur se pieds. Les yeux d'Oscar s'écarquillèrent. Il se relevait, il esquivait, malgré la douleur qui devait tenailler son bras gauche, malgré les chairs à vif et le sang qui coulait sur sa main.


« Ah tu crois ! On n'est pas à Versailles ici. On m'a payé pour que tu meures et tu mourras, Colonel ! T'entends ? Même si je dois risquer ma vie ! Haaaaaaaaa ! Colin, et le tien ? Hurla-t-il, la rage au visage et la bave aux lèvres, se jetant contre Oscar de toute la force de son bras droit.


– Hum, pas mal non plus. Il se défend le bougre ! »


André, plus corpulent, rivalisait davantage, et, malgré les angoisses d'Oscar, sa solide constitution offrait à cette grande carcasse de Colin matière à une résistance plus efficace.


« T'en fais pas Louis... »


Mais c'est qu'il parlait en combattant, cet autre, ce paillard, cette outre à vin, ce...ce....qui osait s'en prendre à André. Il allait le payer une fois qu'elle en aurait fini avec Bellecourt, enfin, si tant est qu'elle puisse se défaire de ce coriace ennemi !


« ...J'ai fini ce que tu m'avais demandé hein ! Ça nous laissera le temps de partir en embarquant la marchandise. »


Mais de quoi peuvent-ils donc parler, s'interrogea Oscar en tentant de contenir les assauts de son adversaire, étonnamment résistant. Foutredieu qu'il était opiniâtre !


Bravache, meurtrie, épuisée de douleur, elle résista tant bien que mal lorsque l'épée fut remplacée par le poing, lorsque les règles de l'escrime firent place à celles de la rue, lorsque les soubresauts de sa conscience ne furent bientôt que lointains souvenirs. La lèvre ouverte, l’œil bleu, la pommette éclatée, elle frissonna, étouffa un gémissement sourd et s'avachit sur le sol sous les yeux effarés d'André, lui aussi bientôt pris pour cible par ce poing batailleur.


« Ne t'en fais pas mon joli soldat, tu vas bientôt te reposer » susurra Bellecourt d'une voix qu'elle perçut à peine.


« On l'a...payé...pour que je...meure...André... » furent les derniers mots qu'elle prononça avant de sombrer.


*****

Un bruit sourd. Puissant.


Vision d'apocalypse, de ce monde qui se mourait comme ce château, dans le feu de la colère trop longtemps contenue.


Les flammes qui crépitent et lèchent les murs...


Le souffle qui projette avec force les corps désarticulés...


Le système d'explosifs mis en place par Colin avait bien fonctionné, détruisant l'aile ouest du relais de chasse.


*****


A terre, parmi les moellons des murailles et les flammèches incandescentes qui se mouraient, là où s'était tenu le combat, là où le Colonel avait recouvré un temps sa nature guerrière, gisaient les lambeaux d'un corps et d'une veste rouge, écho du sang des blessures de ce duel.







































1Rendons à Cyrano ce qui est à Rostand : cette réplique est empruntée à Cyrano de Bergerac, d'Edmond Rostand, Acte I, scène 4.

22 mètres équivalent environ à 6,5 pieds.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales