Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Premier catalogue
    Edition Fictum
    Nb de signes :
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 09/09/2019
  • Nouvelles imaginaires
    L'Arlésienne
    Nb de signes : 6 000 - 45 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - policier - thriller - anticipation - humour - imaginaire - parodie
    Délai de soumission : 31/07/2019
  • Nouvelles ères
    Livr'S Éditions
    Nb de signes : 60 000 - 210 000 sec
    Genre : science-fiction - dystopie
    Délai de soumission : 01/12/2019
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 700 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 28/02/2020
  • Un verre de Vin Jaune
    Editions Aréopage
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2019
  • Banquet
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 18/09/2019
  • Sous l'océan
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 3 500 - 7 500 sec
    Genre : anticipation - conte
    Délai de soumission : 09/07/2019
  • Imaginaire
    La Conférie de l'Imaginaire
    Nb de signes : > 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - romance - bit-lit - steampunk - paranormal - space opera
    Délai de soumission : 17/06/2020
  • A nos amours
    Association Coulisses production
    Nb de signes : < 3 500 sec
    Genre : épistolaire
    Délai de soumission : 05/08/2019
  • Sarthe ou Mayenne
    Editions de la Reinette
    Nb de signes : > 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 05/06/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Kuroko no Basket

Un nouveau défi
[Histoire Terminée]
Auteur: elane Vue: 13800
[Publiée le: 2015-11-11]    [Mise à Jour: 2017-02-01]
13+  Signaler Général/Suspense/Amitié Commentaires : 80
Description:
La coupe du monde des moins de dix-neuf ans commence dans un mois et le Japon est prêt à présenter la meilleure équipe de son histoire. Au programme, la réunion de la GM avec quelques ajouts intéressants, du basket, du suspens, de l'humour et plein d'autres choses.

Attention, il s'agit de la suite de "Kise".
Crédits:
Rien à moi
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Cinquante-sept

[3540 mots]
Publié le: 2017-01-11Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Alors toutes les bonnes choses ont une fin... et c'est un des derniers chapitres. Je pense qu'il y en aura soit un très gros soit deux plus modestes. Cela dépendra du temps que j'ai pour écrire.

J'espère qu'il vous plaira, bonne lecture.

Salle de direction des Cleveland Cavaliers



Le draft de la NBA vient de sortir et Louise n'arrive même pas à réprimer son immense sourire en voyant que Jonas et Baptiste sont si haut placés dans la liste. Et il y a aussi Johnson un peu plus bas, et Vitoria à l'exacte place où se trouvait Ginobili.


Elle est convoquée avec tout le staff pour choisir deux joueurs pour les Cavs. Un dans le premier et un dans le deuxième ou dans le troisième draft, deux joueurs qui devront être choisis dans le bas du classement car le choix des clubs est conditionné par leur résultat en championnat.


En tant que finaliste, Cleveland ne peut prétendre obtenir les meilleurs joueurs.


Dans la salle de réunion, un à un, les membres les plus importants du club s'installent sous les yeux du patron du club, Nick Mileti, les coachs, tout le staff administratif et même les joueurs titulaires sont là.


Mileti se lève pour balayer la salle du regard, tandis qu'un immense écran projette les noms et les stats des joueurs du draft.


-Je sais que, vu nos résultats en championnat l'an passé, nous n'avons normalement pas le droit de viser trop haut dans le classement. Mais il y a un joueur que vous connaissez bien, Coach Hugo, dit-il en se tournant vers Louise, qui m'intéresse au plus haut point et pour qui je serai prêt à forcer un peu les choses.


Les stats et quelques actions de jeu de Jonas envahissent l'écran et, alors que LeBron James acquiesce le choix en disant qu'il avait joué contre lui, Louise blêmit.


Le choix de Jonas semble satisfaire tout le monde sauf elle.


-Coach Hugo ? s'étonne Mileti. Il y a un problème ?


Oui, il y en a un, et un énorme.


Parfois, faire ce qui est juste vous met dans une situation atroce. Le regard de Lucas lui broie le cœur.


-Rien ne me ferait plus plaisir de recruter Jonas, dit-elle. Mais...


Toute l'assemblée se tourne vers elle, attendant son explication. Louise ferme les yeux un instant, cherchant ses mots :


-Jonas est fait pour briller, pour tenter et réussir quelques actions impossibles sous les regards émerveillés de la foule. Et plus il attirera les regards, et plus il brillera. Si nous le recrutons...

-...il se retrouvera sur le banc, termine Nick Mileti, et adieu les stats délirantes.


Louise acquiesce, la mort dans l'âme, et Lucas n'ose pas lever les yeux, car il sait qu'elle a raison.


-Alors vous voulez dire, qu'avec son classement, il rejoindra sûrement le cinq majeur d'une petite équipe qui n'a jamais encore brillé. Et que porteur des espoirs d'une équipe qui n'a jamais rien gagné de majeur, il sera un nouveau danger sur lequel il faudra compter...

-C'est à peu près ça, avoue Louise.

-On devrait le prendre alors, continue Mileti, pour éviter un futur problème...


Louise et Lucas regardent avec terreur le patron du club des Cavaliers, qui part dans un immense éclat de rire :


-C'est une blague, bien sûr. Je n'ai rien contre un peu de compétition. Plus il y a du spectacle, plus il y a de spectateurs. Nous tiendrons à l’œil votre ami.


Tokyo

Bleu Café




Kise presse le pas en passant la porte du café. Un petit couple adorable lui avait poliment demandé un autographe et il aime tellement ses nouveaux fans qu'il n'avait pas pu s'empêcher d'échanger quelques mots avec eux. Et, sans même s'en rendre compte, il se retrouve en retard pour son rendez-vous avec Akashi qui, bien sûr, est à l'heure, lui.


-Je suis désolé !


Assis devant deux tasses de thé, Akashi le salut et l'invite à s'asseoir en face de lui. Kise a beau jouer avec brio l'acteur devant les caméras, il a du mal à cacher à quel point il est nerveux.


-Je voulais d'abord te remercier de m'avoir conseillé mon nouvel agent...


Alors que Kise se répand sur toutes les excentricités de ce petit homme étrange, réputé comme un des meilleurs agents de talent du pays, Akashi se rappelle surtout que c'est son père qui le lui avait recommandé pour aider son ami, dans ses nouveaux choix de carrière. Cet homme s'était révélé particulièrement efficace.


-Et je voulais aussi te dire que je ne demanderai pas cette bourse.


Akashi n'est pas vraiment surpris. Il avait compris l'importance de son métier pour Kise. Mais son ami est trop tourné vers lui-même pour s'en rendre compte.


-Tu dois me considérer comme le dernier des ingrats, continue Kise. C'est une opportunité incroyable mais je ...

-Tu n'as pas à te justifier, le coupe Akashi. C'est ton choix.


Kise regarde Akashi avec un petit sourire. C'est peut-être son choix, mais il sait que c'est grâce à lui qu'ils avaient tous eu cette opportunité. Il lui doit une explication. Et une bonne.


-Quand j'ai eu mon premier rôle, dit Kise, j'ai cru que ce serait facile pour moi. J'ai toujours eu l'habitude de montrer ce que l'on attend de moi, de me glisser derrière un masque. Je l'ai fait depuis si longtemps que j'ai bien failli m'y perdre moi-même.


Akashi se dit qu'il doit sûrement être un expert dans le domaine.... se perdre soi-même.


-Dès le premier jour, j'ai compris que j'avais tort. Incroyablement tort. Jouer, ce n'est pas se dissimuler derrière un masque ou un faux-semblant. C'est tout le contraire, en fait. C'est rechercher en soi la pièce qui permet de comprendre le personnage que l'on incarne, de l'apprivoiser, de lui donner une part de soi pour le rendre tangible. Et, à chaque nouveau rôle, à chaque personnage que j'incarne, j'ai l'impression de me retrouver, pièce après pièce, de redevenir celui que j'étais ou plutôt celui que j'aurai dû être.


Akashi aurait voulu dire à son ami qu'il n'avait pas à tout lui expliquer, mais il est trop touché pour parler.


-Akashi, dit Kise, il y a quelque chose que je dois te demander.


Kise regarde Akashi dans les yeux avec toute la confiance que l'on peut accorder à un ami avec qui on a traversé de nombreuses épreuves et Akashi se sent prêt à tout accepter.


-Ne dis rien à Tetsuya, dit-il.


Tout sauf ça, se dit Akashi.


-Je ne veux pas qu'il refuse cette bourse uniquement parce que je vais rester ici.


Alors qu'Akashi s'apprête à protester, Kise lui prend la main :


-Je ne veux pas que la personne, qui compte le plus à mes yeux, renonce à son rêve pour moi.


Non.


Mais Akashi n'insiste pas et promet, à contrecœur, comme le lui intime Kise, qu'il ne dirait rien à son rival.


Mais il n'est pas prêt à laisser une telle chose arriver. Il ne sait pas encore comment, mais il sait à qui demander de l'aide. Et pour ses amis, il n'hésite pas une seule seconde.


Il prend son portable et pianote rapidement un numéro.


- Allo père ?

Appartement de Kagami



Après quelques un contre un bien disputés, avoir fini le cours d'anglais, Aomine et Kagami se posent devant un match de la pré-saison, les Pélicans contre les Hornets de Charlotte.


Les Hornets avaient choisi Jonas lors du dernier draft, qui avait déjà rejoint, avec brio, le cinq majeur du club du grand Michael Jordan. En quelques matchs, Jonas s'était déjà fait un nom dans l'équipe de Charlotte et son style flamboyant ravit tous les fans de sa nouvelle équipe, qui s'étaient empressés d'acheter des jerseys à son nom, d'applaudir à tout rompre à chacun de ses coups d'éclats, et de rêver des play-offs pour la nouvelle saison.


Un vrai plaisir pour les yeux qui ravit aussi bien les spectateurs dans les tribunes que Kagami et Aomine, dont les sourires s'agrandissent à mesure que les Hornets prennent l'avantage au score.


-Aomine, demande Kagami, tu as déjà choisi ton université ?

-Mes parents sont juste en train de se faire à l'idée, répond-il. Alors je n'ai pas vraiment encore eu le loisir de me pencher sur mes choix.

-Mon père peut leur passer un coup de fil, si tu veux.


Aomine étouffe un petit soupir désabusé.


-Le père d'Akashi les a appelés en personne. Puis ils ont appelé notre ancienne coach, qui a pris le temps de tout leur expliquer. Ils ont tout pris en note, consciencieusement. Mais, c'est comme si tout cela leur paraissait trop irréel, trop loin. Je ne sais pas. Ils n'ont toujours pas rempli les papiers et …


Aomine tente de cacher cette amertume, qui l'envahit à l'idée que, pour lui aussi, tout commence à sembler comme un rêve de plus en plus lointain.


-Ca arrangerait peut-être tes parents si on allait à la même université. Mon père a une immense maison à Los Angeles …


Immense maison... vu la taille de cet appartement, il se demande à quel point cette maison pouvait être grande.


-… c'est pas très loin de UCLA, qui a une super équipe de basket. Un coup de fil de mon père pourrait sûrement les décider à remplir les papiers.


Aomine réprime difficilement un sourire. Depuis qu'ils avaient commencé à se voir régulièrement, à force de un contre un, de cours d'anglais et de bons repas en regardant de supers matchs, ils étaient devenus amis. Même s'il ne l'avouera jamais à haute voix ! L'idée de convaincre ses parents à aller dans une super université en Californie, qui a une des meilleures équipes de basket universitaire, et qu’il soit avec un ami... c'est une bonne idée. Une excellente idée même.


Salle commune des Cavs



Toute l'équipe regarde avec beaucoup d'attention le match des Hornets contre l'équipe de La Nouvelle Orléans. C'est presque un test pour le nouvel ailier fort de l'équipe de Charlotte. Et un test plus que réussi. Jonas est déjà en double double avec plus de vingt-cinq points au compteur et dix rebonds offensifs, alors que le quatrième quart temps commence à peine et que les Hornets viennent de prendre l'avantage.


Dans la salle des Cavs, les réactions sont assez différentes d'un spectateur à l'autre. Louise et Lucas sont ravis de voir leur ami réussir aussi bien dans son équipe, partageant l'enthousiasme des supporters des Hornets, LeBron James a hâte de se retrouver face à ce grand Français, qui est l'ancien partenaire de son équipier, et le coach Tyronn Lue et le propriétaire des Cavs regardent la prestation de la nouvelle acquisition de Michael Jordan avec perplexité.


-On aurait dû en rester au premier plan, dit Tyronn Lue presque pour lui-même.


Tous le regardent sans comprendre. Tous, à l'exception de Nick Mileti, qui acquiesce d'un hochement de tête :


-On aurait dû le recruter. Sur notre banc, il aurait été beaucoup moins dangereux...


Maison des Aomine



Madame Aomine relit, une nouvelle fois, le bout de papier qu'elle tient dans la main sans y croire.


Le bulletin scolaire de son fils.


Il n'y avait rien de mirobolant dans cet état des lieux de son dernier trimestre. Une succession de « Assez bon travail » et autre « Travail correct »... mais pour son fils, ce n’est rien de moins qu'extraordinaire.


Elle ressort les notes qu'elle avait prises auprès de la coach de son fils, et les relit méthodiquement. Elle avait pris le temps de tout lui expliquer, d'apaiser ses craintes calmement alors, qu'avec son nouveau travail, du temps, elle ne devait pas en avoir beaucoup. Le père d'Akashi avait aussi appelé et le père de Kagami, ce matin, lui avait dit qu'il était prêt à accueillir son fils et veiller sur lui s'il choisissait l'Université de Californie comme son propre fils.


Sur ses notes, la coach de son fils avait mis UCLA dans le top trois des meilleures universités car elle avait un excellent niveau en tant qu'université et une équipe qui avait fini finaliste l'année dernière et dont le cinq majeur s'était entièrement fait drafter.


Madame Aomine sort enfin son stylo et commence à remplir le dossier consciencieusement.


Son fils le mérite.


Et quand elle se retrouve à la case de l'université choisie, elle ne réfléchit pas et remplit UCLA.



Trois mois plus tard

Tokyo Talent Agency



Kise passe un à un les bureaux de l'agence avant d'arriver à celui de son agent, qui avait dû lui laisser dix messages pour lui souligner l'urgence de la situation.


Même lorsqu'il avait eu le rôle pour la série qui avait bouleversé tout le Japon, pendant des mois, il ne lui avait envoyé qu'un seul petit message. Alors là, il ne peut s'empêcher de se dire que cette fois, ça doit être du sérieux.


Vraiment du sérieux !


Il prend une grande inspiration pour tenter de calmer un peu son cœur et ses attentes. Son agent l'accueille comme d'habitude, en lui offrant un siège et un thé et il a l'impression d'avoir été un peu ridicule sur ce coup-là.


-Kise, dit-il en prenant sa propre tasse, j'ai reçu une proposition assez incroyable pour toi. Il faut qu'on en parle...


Lentement, comme pour ne pas l'effrayer, il lui explique la situation. Un grand studio américain avait adoré la série dans laquelle il venait de jouer et voulait absolument en faire un remake. Et ils souhaitaient absolument faire un essai avec lui pour voir s'il pouvait reprendre son rôle dans la version américaine.


Cela nécessiterait une audition, bien sûr. Son agent lui a déjà prévu un coach pour l'anglais et un entretien avec le futur réalisateur. Pour l'instant, ce n'est qu'une audition, rien n'est joué. Mais il a déjà vérifié le réalisateur, et le scénario bien qu'adapté « à l'américaine » est solide et les acteurs, déjà choisis, sont tous des pointures.


De toute façon, Kise avait vite appris qu'il pouvait faire confiance, les yeux fermés, à son agent.


-Si tout se passe bien, ajoute-t-il...


Une chose dont il n'a pas l'air de douter...


-…, ce contrat te forcera à passer plus de quatre mois au Canada, à Toronto, pour le tournage.


Un contrat de quatre mois au Canada... Quatre mois à partir de la rentrée universitaire au Canada, dans la patrie des Raptors, qui font partie depuis peu du circuit de la NBA et dont l'université a intégré le tournoi universitaire américain, depuis quelques années maintenant.


L'opportunité semble presque trop belle.


Mais à cet instant, il est trop heureux pour se poser les bonnes questions.



Une semaine plus tard


Appartement des Kise




Se retournant entre ses draps, Kise prend Kuroko, endormi, dans ses bras. Ses parents l'avaient laissé passer le week-end chez lui et il savoure autant l'instant qu'ils avaient passé avant que celui où Kuroko dort paisiblement entre ses bras.


Mais il doit lui parler.


Briser cet instant ne lui plaît guère mais il n'a pas le choix.


-Tetsuya, lui murmure-t-il à l'oreille...


Comme il le savait déjà, Tetsuya ne dort que d'un œil. Il se niche un peu plus contre lui et Kise passe sa main dans ses cheveux...


-… Je peux te poser une question ?


Une question importante, nul besoin de préciser. Kuroko sait très bien de quoi il veut lui parler et il décide d'acquiescer, mais pas ici et maintenant. Il se lève, prend une douche et décide de lui faire face dans la cuisine derrière sa tasse de thé.


-Tetsuya, lui demande-t-il, pourquoi n'as-tu pas rempli ta demande de bourse ?


Kuroko hésite un instant à lui retourner la question, mais lui montrer qu'il est courant du fait que Kise n'a pas lui-non plus rempli sa demande prouverait qu'il sait... Et il n'est pas prêt à lui donner la véritable raison de son choix.


-J'y ai beaucoup réfléchi. Vraiment. Même si tout se passait au mieux, que j'intégrais une bonne université, que je m'illustrais dans le championnat universitaire, jamais je ne me ferai drafter.


Kise s'apprête à protester mais Kuroko l'arrête d'un geste :


-Regarde-moi, dit-il. Je n'ai pas le physique d'un joueur de basket et je pourrais m'entraîner toute ma vie, je ne l'aurais jamais. Une saison de NBA, c'est une vingtaine de match en summer league, une dizaine en pré-saison et, au minimum, 82 matchs en saison régulière et c'est sans compter les possibles play-offs, les matchs d'exhibition, ou même les matchs pour les compétitions internationales, soit près d'un match officiel, tous les deux-trois jours.


Kuroko prend la main de Kise dans la sienne, plonge son regard dans le sien comme pour achever de le convaincre :


-Regarde-moi et dis-moi quelle équipe miserait sur un joueur aussi chétif que moi ?


Kise le prend dans ses bras, doucement :


-La même qui a pris Vitoria en premier choix et crois-moi, les Spurs ne sont pas les seuls qui voulaient recruter celui qui se considère comme ton rival.


Kuroko lui offre un pauvre sourire. Il n'avait même pas réussi à se convaincre lui-même malgré ses arguments plus que solides.


-Je n'aurai jamais le courage d'aller à l'autre bout du monde sans toi, avoue Kuroko du bout des lèvres.

-Bien sûr que si.


Kise libère lentement Kuroko et lui montre le formulaire qu'il avait rempli pour Kuroko en inscrivant en premier choix l'université de Toronto.


Etonné par le choix que Kise avait fait pour lui, Kuroko lui demande :


-Pourquoi Toronto ?


Kise sourit malgré lui. Un grand et large sourire. Ils pourraient au moins passer les quatre premiers mois de l'année universitaire ensemble, grâce au tournage qu'il vient de décrocher.


Et il a autant hâte de voir son Tetsuya briller sur le parquet que de commencer son aventure américaine.


Pour le reste, ils auraient le temps de voir venir...



Au même moment

Havoc Corp


Le grand patron du groupe Havoc raccroche son téléphone, après avoir échangé quelques mots avec son nouveau partenaire japonais, Akashi Masaomi.


Il lui avait fait découvrir cette incroyable petite série japonaise au détour d'une conversation, et il avait regardé, avec curiosité et intérêt, cette enquête bien menée.


Et deux choses lui avaient apparues évidentes : premièrement cette histoire avait un incroyable potentiel et deuxièmement, ce jeune Japonais, qui joue dans l'équipe nationale de basket, est une star en herbe. Un diamant brut à polir, qui pourrait avoir un grand avenir, s'il arrivait à franchir la barrière de la langue.


Il lui avait quand même fait passer un petit test pendant l'audition, car tout ce qui touchait, de prêt ou de loin, au basket avait tendance à le passionner plus que de raison. Il avait eu peur de ne pas être trop objectif ! Le jeune homme avait convaincu tout son staff dès la première minute. Et le fait que ce soit un athlète, un champion du monde dans son sport favori, allait l'aider à se forger au plus vite un nom sur le marché américain.


De tous les départements de son groupe, celui qui s'occupe de l'audiovisuel est son préféré. Alors il passe personnellement en revue les projets qui pourraient convenir à ce jeune acteur... Décidément, sa coopération avec le groupe Akashi lui avait apporté beaucoup plus qu'il ne l'avait espéré.


Extra scene


Le téléphone de Louise vibre dans sa poche et elle le regarde avec appréhension. C'est Jonas...


Elle lui avait dit pourquoi elle avait conseillé aux Cavs de ne pas le recruter. Il avait écouté ses raisons en silence. Et, depuis qu'il avait été recruté par les Hornets de Charlotte, ils ne s'étaient pas parlé.


Louise prend une grande inspiration avant de décrocher :


-Jonas...

-Louise, tu sais qui est mon nouveau boss !


Oui, elle le sait. Mais elle ne répond pas, trop soulagée de voir que son ami à retrouver son enthousiasme habituel.


-Michael Jordan ! S'exclame Jonas. Mon boss, c'est Michael Jordan ! Et tu sais quoi ?

-Quoi ?

-Il est venu à l'entraînement pour un un contre un avec moi ! J'ai joué contre Michael Jordan !

-Et t'as gagné ? Demande Louise en souriant...

-Hé, c'est de Michael Jordan dont on parle...


Louse sourit en écoutant Jonas s'étendre sur sa petite séance d'entraînement avec l'incroyable Michael Jordan...


-Louise, dit Jonas d'une voix plus calme...

-Oui, Jonas ?

-Tu as eu raison.


  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales