Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019
  • Pôle emploi
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 06/12/2019
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019
  • Les meutes
    animal DEBOUT
    Nb de signes : 6 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Demain
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 7 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/10/2019

Studio Infinite

  • ATELIER D’ÉCRITURE : écrire le côté obscur au Comics Corner (10 PLACES) [ Le 01/12/2019]
    Participez à un atelier d'écriture créative au Comics Corner dimanche 1er décembre 2019 pour créer votre personnage avec notre studio infinite !
  •  [ Le Atelier d’écriture : écrire de l’imaginaire à la librairie Le Nuage Vert (COMPLET)]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Kuroko no Basket

Pénombres
[Histoire Terminée]
Auteur: elane Vue: 5799
[Publiée le: 2015-07-16]    [Mise à Jour: 2015-10-24]
13+  Signaler Romance/Amitié Commentaires : 11
Description:
Les véritables raisons qui ont amenées Kuroko à refuser la proposition de Kise qui aurait tout fait pour devenir sa nouvelle lumière.
Crédits:
Rien à moi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Dix-neuf

[4022 mots]
Publié le: 2015-10-03Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Teiko

Deux ans plus tôt

 

Haruko, un grand brun aux yeux clairs portant le numéro 12 ne peut s’empêcher de sourire comme un idiot à l’idée de jouer son premier match sérieux. Il vient à peine de commencer le basket et il avait déjà réussi à trouver sa place en tant que titulaire dans l’équipe B de Teiko.

Il a beau être considéré par tous comme un génie, il n’est pas un miracle.

Et il n’a même pas le niveau pour chauffer le banc de l’équipe A.

Mais ça ne le dérange pas tant que ça. Les membres de la génération miracle sont tous en dernière année, il aurait sa chance l’année prochaine. Et il adore le basket. Il vient juste de découvrir ce sport et il est déjà accroc. Et aujourd’hui, il allait jouer son premier match sérieux en tant que pivot de l’équipe, un match contre le collège Seiho et il allait avoir la chance de jouer avec des renforts de l’équipe A pour assurer la victoire.

Et il est si impatient de voir jouer un de ces génies du basket sur le parquet qu’il met bien longtemps à se rendre compte qu’il est bien le seul.

Surpris, il interroge du regard son capitaine sur l’ombre noire qui s’est abattue sur tous les joueurs.

-          A Teiko, il n’y a que la victoire qui compte. Mais parfois, je me demande si le prix à payer n’est pas un peu trop lourd.

Lorsque le fameux renfort fait enfin son apparition, il est surpris de voir un jeune garçon aux cheveux bleus qui n’a pas l’air bien impressionnant.

Il se demande bien ce que ce petit joueur allait bien pouvoir leur apporter dans un match sérieux.

Jusqu’à ce qu’il voit son capitaine qui doit dominer le gamin d’au moins vingt centimètres le saluer avec un respect qu’il n’avait jamais montré envers qui que ce soit.

Et il est encore plus surpris de voir que les sourires sont revenus sur les visages.

 

Mardi matin

Chambre de Kise

 

« Everybody had a hard year
Everybody had a good time
Everybody had a wet dream
Everybody saw the sunshine »

I’ve got a feeling, The Beattles

-          Tu as dit que je pourrais te faire la même chose…

Dans la pénombre, allongé sur son lit, le cœur et la raison de Kise s’arrêtent définitivement à ces mots murmurés dans la nuit, à cette main blanche qui effleure son torse, à ses lèvres qui tremblent alors que Kuroko se relève pour le dominer d’un regard qui s’embrase.

La lueur sombre qui danse dans les yeux du joueur fantôme l’hypnotise et il se laisse surprendre par ses lèvres sur les siennes. Il entrouvre la bouche et laisse la langue de Kuroko en explorer les moindres recoins avec une urgence qui le fait trembler.

Et lorsque Kuroko délaisse ses lèvres frémissantes, il a presque envie de protester jusqu’à ce qu’il sente sa langue dessiner avidement la ligne de son cou avant de s’attarder sur ses épaules et de se plonger sur son torse, bien décidée à laisser ses marques sur sa peau blanche.

Kuroko relève une seconde la tête avec un sourire possessif qui lui coupe le souffle.

Le regard de Kise se voile et il sent son esprit dériver à mesure que Kuroko taquine sa peau de sa langue mutine, redessinant avec une lenteur toute mesurée la ligne de ses muscles fins, et il sent qu’il se perd un peu plus quand il sent ses cheveux soyeux frôler sa taille à mesure qu’il continue son exploration.

Son cœur s’emballe alors que Kuroko se penche un peu plus et s’affaire avec beaucoup d’application, embrassant, suçant allant même jusqu’à mordiller l’intérieur de ses cuisses.

D’ordinaire  c’est toujours lui qui prend les choses en main. Que ce soit dans la réalité ou dans son imagination.

Et il ne s’était jamais vraiment demandé ce qu’il ressentirait si les rôles s’inversaient.

Kuroko relève la tête une seconde, les cheveux sauvagement en désordre, une lueur de désir irrésistible et une question au fond des yeux alors que sa main effleure le dernier bout de tissu qui lui fait barrage.

Il y a longtemps que Kise a perdu tout contrôle sur son corps qui tremble sous l’assaut de l’adrénaline et du plaisir.

L’envie le transperce. Un besoin dévorant et terrifiant.

-          Oui, dit-il le souffle court.

Il a autant envie de prendre Kuroko sur ce lit jusqu’à ce qu’il crie son nom et en oublie jusqu’au sien que de voir le plaisir ravir ses traits alors qu’il se fond en lui.

Bip Bip Bip…

Se réveillant dans un sursaut affreux, il arrête d’un geste nerveux son réveil. Il tente de reprendre son souffle, une goutte de sueur coule lentement sur sa tempe alors qu’il serre nerveusement le t-shirt que Kuroko lui avait laissé.

Il se lève lentement les muscles et l’esprit encore tremblants de la moiteur de son rêve….

Un rêve.

Encore un.

Mais différent des autres.

Définitivement différent.

 

Lycée Kaijo

Mardi matin

 

Kise étouffe un bâillement.

L’entraînement de cette après-midi, le match de demain, Kuroko et son rêve lui occupent trop la tête pour qu’il puisse accorder une attention soutenue aux paroles du prof en face de lui.

Pour être honnête, c’est surtout son rêve qui lui occupe l’esprit.

Il avait passé beaucoup de temps à rêver tout ce qu’il pourrait faire le jour où Kuroko lui dirait oui. Il n’avait jamais pensé que la situation pouvait être un jour inversée.

Ce qu’il avait ressenti dans son rêve est peut-être différent mais c’était tout aussi intense que tout ce qu’il avait pu un jour imaginer.

Il en avait aussi envie. Furieusement envie.

Et ça le surprend lui-même.

Il revient soudain à son cours lorsqu’il entend le professeur d’art plastique prononcer le mot rêve.

Il se met à écouter, curieux, le sujet du devoir que leur donne son professeur.

-          Je veux que vous représentiez un rêve impossible, dit-il avant de se reprendre. Non pas un rêve mais votre rêve impossible…

Alors que le professeur se perd dans les consignes sur la forme que doit prendre le devoir, l’esprit de Kise s’égare sur des domaines qui, il est sûr, ne plairait pas à son prof, pense-t-il avec un sourire bien peu innocent.

Avant de se rendre compte que beaucoup trop de filles de la classe lui retournent le même sourire.

Il est fou ce prof de proposer ça à une classe d’ados débordant d’hormones et d’énergie, pense Kise, une goutte de sueur sur la tempe.

Lorsqu’une idée lui traverse l’esprit.

Il sait exactement ce qu’il allait faire pour son devoir.

Et oui, il aurait besoin de Kuroko.

 

Gymnase de Seirin

 

Dans la salle du club encore vide, Riko sourit en pensant à ses joueurs.

L’entraînement avait payé, leur endurance avait grandement augmentée, même celle de Kuroko. Et avec sa nouvelle technique, il peut espérer jouer beaucoup plus longtemps sur le parquet.

Quant à Kagami, il s’est synchronisé avec une grande facilité avec les nouvelles passes de Kuroko.

Kagami et Kuroko, l’ombre et la lumière de Seirin.

Leur progrès et leur complémentarité semblent rejaillir sur tous les autres membres de l’équipe qui ne cessent de progresser.

La fin de l’année approchant à grand pas, nombre de futurs lycéens les avaient contactés pour rejoindre Seirin. La victoire à la Winter Cup leur avait donné une nouvelle aura et de nombreux joueurs plus que prometteurs veulent intégrer Seirin l’année prochaine.

Et le plus intéressant n’est autre que l’immense Haruko Toru, le pivot de Teiko de l’année dernière, capitaine de l’équipe B à l’époque de la génération miracle, il était celui qui avait porté son équipe de collège jusqu’au titre aux nationales, continuant ainsi la longue succession de victoires de Teiko.

Un joueur qui ne s’annonce rien de moins qu’exceptionnel et qui est de loin le plus motivé pour les rejoindre.

Il ne devrait d’ailleurs pas tarder car il a prévu de passer voir l’équipe à midi pour se présenter et d’assister demain à leur match face à Kaijo.

Passer du statut d’équipe inconnue à celui de vainqueur de la Winter Cup a de quoi rendre euphorique. Mais elle sait qu’elle peut compter sur ses joueurs pour garder les pieds sur Terre.

Ce grand pivot pourrait peut-être, s’il se révélait aussi bon qu’elle l’espérait, prendre la place de Kyoshi au sein de l’équipe.

Et dans les futures recrues, il y a quelques perles qu’elle a hâte de rencontrer.

Lorsqu’il arrive devant la salle du club, elle l’invite à entrer d’un geste de la tête. Le jeune pivot s’avance et se tient droit comme un I en face d’elle.

-          Coach, la salut-il en s’inclinant avec plus de respect qu’elle en avait jamais eu de la part de ses joueurs.

Le collégien qui doit bien faire 1m90 possède une musculature que beaucoup de membres de son équipe pourraient lui envier, des yeux clairs et des cheveux noirs et courts. Et après un rapide examen, elle se rend compte qu’il est loin d’avoir fini sa croissance.

-          Je vais être complètement honnête avec toi, dit Riko, Seirin est une excellente équipe mais c’est aussi une équipe très jeune. Nous n’avons ni les moyens, ni l’expérience de lycées comme Shutoku ou Kaijo. Avec ton parcours, tu pourrais intégrer sans problème n’importe quelle équipe de n’importe quel lycée. Alors pourquoi Seirin ?

Elle veut autant le tester que savoir pourquoi ce joueur que tous les lycées avaient dû courtiser veut absolument intégrer son équipe.

Le collégien qui porte encore l’uniforme immaculé de Teiko fronce les sourcils une seconde et se met à réfléchir longuement à la question pour chercher ses mots.

-          J’ai commencé le basket en deuxième année à Teiko alors que les membres de la génération miracle rentraient dans leur dernière année, écrasant tout sur son passage. Je suis devenu assez vite le capitaine de l’équipe B, j’aurais pu prétendre à n’importe quel poste de titulaire dans un autre lycée mais à Teiko, je n’étais même pas assez bon pour être sur le banc de l’équipe A. La génération miracle, ces génies étaient aussi pétris de talents qu’ils étaient arrogants et méprisants, même envers nous. Tous sauf un.

-          Kuroko, souffle Riko.

Le jeune joueur acquiesce gravement :

-          Régulièrement, les joueurs de l’équipe A étaient appelés en renfort de l’équipe B pour assurer la victoire. J’ai joué avec tous les joueurs de la génération miracle et toutes nos victoires avaient un goût amer. Sauf quand on jouait avec Kuroko senpai. Avec lui sur le terrain, je retrouvais toutes les raisons pour lesquelles j’aimais ce sport. Je crois que j’aurai préféré perdre avec lui plutôt que gagner avec n’importe quel autre membre de l’équipe A.

Haruko prend une longue respiration avant de se reprendre maladroitement comme s’il avait été gravement pris en faute.

-          Mais je n’ai jamais perdu une partie ! Surtout pas avec Kuroko senpai !

Comme si gagner était si facile et perdre une honte inavouable, pense ironiquement Riko. Avec sa devise de victoire à tout prix, elle ne peut qu’imaginer la pression qu’avait mise le coach de Teiko sur les épaules de ce jeune garçon.

Teiko est définitivement un collège hors norme. Et effrayant.

-          Je suis prêt à accepter tout ce que vous me demanderez, continue-t-il, à me plier à toutes vos exigences, pour pouvoir faire partie de l’équipe de quelqu’un qui aime autant le basket que moi, de quelqu’un qui aurait pu nous regarder de haut comme les autres mais qui nous a toujours traité comme des équipiers, même si ce n’était que le temps d’une partie.

Riko sourit en voyant l’amour du basket qui éclate dans le regard clair du jeune garçon.

Il fera un excellent atout pour l’équipe. Et il va vite s’intégrer à toute l’équipe. Elle en est maintenant persuadée.

Décidemment l’aura de Kuroko s’étend encore plus loin qu’elle ne l’aurait cru.

-          Haruko kun ?

Riko et sa nouvelle recrue sursautent devant l’apparition.

-          Kuroko !

-          Kuroko senpai !

Kagami derrière lui rigole de voir la magie à nouveau opérer. Surtout lorsqu’il n’est pas celui qui se fait prendre par les apparitions inopinées du joueur de l’ombre.

-          Ça fait longtemps Haruko kun, dit Kuroko avec un petit sourire.

Riko se rend compte que sa future recrue s’incline avec encore plus de respect qu’il lui en avait montré.

-          J’ai vu la finale des nationales, continue Kuroko imperturbable. C’était une belle victoire.

-          Je ne me serais pas permis d’entacher le palmarès sans faute que vous nous aviez laissé. Teiko était, est et restera invaincu.

Une réplique énoncée avec une telle confiance que  les joueurs du club qui sont arrivés dans la salle en reste une seconde cois.

Et c’est la réaction de Kuroko qui accepte sans sourciller ces paroles qui les surprend encore plus.

Et lorsqu’ils discutent des autres membres de l’équipe de Teiko qui entrent dans leur troisième année, de la victoire de Teiko aux nationales, tous peuvent sentir l’immense respect du grand collégien pour leur ombre.

Et la même pensée leur traverse l’esprit. Un fait que le manque de présence et le physique chétif de leur passeur leur faisaient trop rapidement oublier.

Kuroko aussi faisait partie de la génération miracle.

-          Bon les gars, dit Riko en interrompant leurs réminiscences abruptement, si je vous ai demandé de venir, c’est pour vous donner les dernières consignes avant le match de demain.

-          Dernières consignes, s’étonne Hyuga, mais on se voit tout à l’heure à l’entraînement…

-          Non, dit Riko. Pas d’entraînement aujourd’hui. Je veux que vous soyez tous en forme pour demain et je sais que je vous ai demandé beaucoup ces derniers jours…

Beaucoup est un mot faible, pensent au même moment tous les membres de Seirin. Bien trop faible…

Une réaction qui amuse beaucoup Haruko qui observe beaucoup d’intérêt cette défiance muette des joueurs envers leur coach.

Kuroko se penche vers Haruko pour lui confier sur le ton de la confidence :

-          J’allais te dire que Seirin et Teiko sont très différents. Mais il y a quand même des constantes…

Riko lui retourne un regard glacé avant de reprendre :

-          Il me parait évident que Kaijo va chercher à prendre l’avantage dès les premières minutes. Ils ont une revanche à prendre et ils ne se priveront pas d’ouvrir les hostilités et Kise kun nous montrera toute l’étendue de ses talents dès le début du premier quart temps. Combien de temps cela durera-t-il ? Quand j’ai demandé à Kise kun de faire un panier il y a une semaine, je l’ai bien observé et je suis sûre de deux choses, leur as s’est encore amélioré et pendant sa démonstration, personne ne sera en mesure de l’arrêter. Notre stratégie sera de marquer au moins autant que lui pendant les minutes où il maintiendra ses parfaites copies.

-          Run and gun, acquiesce Hyuga.

La stratégie offensive qu’avait toujours adoptée Seirin avant l’arrivée de Kuroko et Kagami.

-          Oui, dit Riko. Nous ferons la différence sur le reste de la partie et la nouvelle technique de Kuroko sera un atout essentiel dans cette partie. Il sera pour une fois capable de rester beaucoup plus longtemps sur le parquet…

Tous s’amusent du sourire béat que lance Haruko vers leur ombre lorsqu’il entend les mots « nouvelle technique », et bien sûr Kuroko est le seul à ne pas s’en rendre compte.

-          Il ne sera pas si simple de faire la différence, dit Kuroko avec un étrange sourire, car Kise kun a lui aussi une nouvelle technique en réserve…

Tous les joueurs et Riko se retournent vers lui avec étonnement :

-          Tu veux dire, dit Kagami, que Kise a déjà réussi à suivre tes conseils…

Riko se tourne vers lui, des éclairs au fond des yeux :

-          Quels conseils Kuroko kun ?

-          Il m’a demandé comment il pourrait trouver une technique qui lui soit propre. Je ne lui ai donné que quelques indications, à peine une direction et il m’a dit qu’il avait déjà réussi à développer une technique.

Tous le regardent avec étonnement mais contrairement à ce qu’il avait redouté, c’est l’idée d’avoir à affronter l’inconnu et un adversaire encore plus dangereux qu’ils ne l’auraient cru qui les transpercent.

-          Nouvelle technique ou non, on va quand même gagner, dit Kagami en avançant son poing vers Kuroko qui répond à son geste avec un grand sourire.

Riko observe avec fierté ses joueurs qui sont plus qu’impatients d’affronter Kaijo, Kise et toutes les techniques qu’ils pourraient inventer. L’énergie de Kagami est si contagieuse que même elle se met à sourire bêtement.

Mais elle n’oublie pas que cela allait sûrement être un coup dur pour sa stratégie.

Haruko observe la scène et sans vraiment comprendre pourquoi ni comment il se laisse gagner par l’enthousiasme de l’équipe et sourit à son tour.

Il ne sait qu’une chose, il a envie de gagner avec eux.

Il décide de laisser sa future équipe à ses ultimes préparatifs et s’incline pour les saluer sur ses mots énoncés telle une évidence implacable :

-          Je viendrais vous voir gagner demain.

A cet instant, Riko comprend un peu mieux cette pression que le coach de Teiko avait fait peser sur les épaules de ce jeune joueur.

 

Lycée de Kaijo

Au même moment

 

Kasamatsu est surpris de ne pas voir Kise à l’endroit habituel où ils mangent tous les deux le midi. Par contre, il tombe sur des filles qui scrutent les lieux avec une attention rare comme des prédateurs qui suivraient sa proie, l’œil à l’affut.

Il n’est pas difficile de comprendre ce qu’elles cherchent.

Soupirant, il range son sandwich et commence à jeter un œil à toutes les planques qu’utilise habituellement son as pour éviter ses fans un peu trop envahissantes et fini par le trouver sur le toit du lycée, adossé à un mur, tentant littéralement de se fondre dans le décor.

-          Kise ?

-          Senpai !

-          Je t’avoue que je suis un peu étonné. Je pensais que depuis que t’étais, Kasamatsu cherche ses mots maladroitement, plus vraiment disponible, elles te laisseraient tranquilles.

Plus disponible, pense Kasamatsu et surtout plus accessible. Aux dernières nouvelles, Kuroko est un garçon…

Kise rigole une seconde :

-          Tu ne connais vraiment rien aux filles, senpai !

Kasamatsu le toise d’un regard froid. C’est peut-être vrai mais ça l’énerve quand même !

-          Quand j’ai annoncé ma relation à mon agent, il était extatique. Parce que j’ai peut-être perdu quelques fans mais j’en ai surtout gagné. Maintenant mes fans se divisent en deux groupes, celles qui nous trouvent trop mignoooons avec Kurokocchi et celles qui pensent qu’elles peuvent me remettre sur le droit chemin. Et j’ai même été abordé il y a peu par des garçons qui pensent qu’ils ont leur chance, dit-il en soupirant.

-          Et Kuroko, ça ne le dérange pas ?

Kise fronce les sourcils une seconde et dit presque pour lui-même :

-          Il sait maintenant que tout ceci ne sera que temporaire.

Il se reprend et se décale pour laisser Kasamatsu s’installer à ses côtés :

-          Mais il faut avouer que toute cette agitation vient du nouveau projet du prof d’art. Il nous a demandé de lui rendre une représentation de notre rêve impossible. Disons que ça a donné des idées à beaucoup trop de filles de la classe…

Kasamatsu se demande pendant une seconde comment il pourrait gérer une telle situation si cela lui arrivait. Il a déjà du mal à ne pas rougir comme un idiot quand une fille lui adresse la parole… Ce serait l’enfer.

-          Bon, je te cherchais c’est pour te dire que l’entraînement d’aujourd’hui est annulé. Le coach nous veut en pleine forme pour demain et il a déjà mis en place notre stratégie dans laquelle il a intégré ta nouvelle technique.

Le regard qu’il lui lance où la flamme du défi à relever éclate aurait suffi à faire tourner de l’œil nombre de ses fans.

-          Ta technique, dit-il, je reconnais qu’elle est redoutable. Mais le plus impressionnant, c’est tout ce que cela a entraîné pour l’équipe. Et je t’avoue que je suis soulagé, parce que je n’ai pas besoin de voir le match de demain pour savoir que tu as l’étoffe d’un capitaine.

-          J’ai fait des progrès, dit Kise, mais de là à mériter le titre de Capitaine, il y a un monde.

Alors qu’il écoute Kise s’emballer en lui parlant de toutes les autres techniques qu’il a envie de développer, il repense au sourire de Moriyama qui lui qu’il avait raconté comment ils avaient mis en place cette passe étrange. Et Kasamatsu se dit que l’ombre de Seirin n’a pas fait que lui montrer une direction. Il avait définitivement insufflé son aura sur ses conseils. Sinon comment une simple direction aurait pu provoquer de telles conséquences sur le jeu d’équipe et les capacités de Kise à mener ses joueurs.

-          Oh senpai, dit Kise, puisqu’on a pas entraînement ce soir, j’aurai une faveur à te demander. Pour mon devoir …

 

Gymnase de Kaijo

Mardi soir

 

Kuroko regarde à nouveau son portable. Kise lui avait demandé de venir pour un devoir et vu l’aide qu’il lui avait apporté en chimie, et qu’exceptionnellement il n’avait pas entraînement, il voit mal comment il aurait pu refuser.

Mais le message de Kise est plutôt vague et le fait qu’il a rendez-vous au gymnase de Kaijo alors qu’il est fermé et désert le rend un peu nerveux.

Il entre dans le gymnase par la porte de derrière comme lui avait demandé Kise et regarde avec appréhension le terrain plongé dans l’obscurité et lance un timide « Kise kun ».

Les lumières s’allument dans la seconde comme si elles répondaient à son appel.

Et déboulant avec un « Kurokocchi » sur les lèvres avec son énergie habituelle, Kise apparaît et le prend dans ses bras avant de l’amener jusqu’aux vestiaires sans lui laisser le temps d’ouvrir la bouche.

Une fois dans les vestiaires, Kuroko force Kise à se calmer une seconde :

-          Kise kun, tu ne m’as pas vraiment dit ce que je pouvais bien faire pour t’aider…

Et vu la façon dont il le dévore des yeux alors qu’ils sont seuls dans le vestiaire, il commence sérieusement à se demander ce qu’il fait là…

-          Le prof nous a demandé de représenter notre rêve impossible…

Il voit l’appareil photo que Kise a posé sur le banc et une goutte de sueur commence à perler sur sa tempe…

Rêve impossible

-          Déshabille-toi…

Les yeux de Kuroko s’agrandissent sous la surprise et fixent nerveusement Kise qui se débarrasse d’un geste de son propre t-shirt.

-          Y a tout ce qu’il faut dans le casier qui est devant toi, continue Kise.

Kuroko a presque peur d’ouvrir la porte du casier et tombe sur un uniforme de Kaijo portant le numéro 15, celui qu’il portait à Teiko.

-          Kise kun ?

L’as de Kaijo s’approche de lui avec un grand sourire.

-          Je pensais que c’était évident, dit Kise. Mon rêve impossible, c’est que tu sois de nouveau mon équipier …

Il s’approche de Kise, déposant un baiser sur ses lèvres…

-          ….et que je sois ta lumière.

Il regarde avec un triste sourire Kuroko se déshabiller pour enfiler l’uniforme de Kaijo avant de chasser rapidement ce sentiment amer qui menace de le submerger en entraînant Kuroko avec lui sur le terrain.

Il se sent prêt à passer tout le temps qu’il faut pour trouver la parfaite photo qui représenterait son rêve impossible parce qu’il ne se lasse pas du spectacle.

Kuroko portant le bleu de Kaijo.

Il prend nombre de photos et se rend compte que Yoshiaki avait raison, Kuroko est un modèle facile.

Au bout d’un moment, il s’assoit sur le banc de touche pour regarder les photos qu’il vient de prendre et Kuroko s’assoit à ses côtés. Et à mesure qu’il fait défiler les photos sur le petit écran de son appareil, il voit un cliché qui semble sortir de ses rêves ; une photo où Kuroko portant le même uniforme que lui s’apprête à lui faire une passe avec le sérieux qu’il réserve aux plus grands matchs, les cheveux en désordre, une flamme dévorante illuminant son regard de son amour du basket.

Il sait qu’il a trouvé le cliché parfait.

Et soudain, pris à la gorge par une foule d’émotions déchirantes, alors que Kuroko glisse timidement sa main dans la sienne, Kise ne sait pas trop s’il doit pleurer ou sourire.

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales