Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Premier catalogue
    Edition Fictum
    Nb de signes :
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 09/09/2019
  • Nouvelles imaginaires
    L'Arlésienne
    Nb de signes : 6 000 - 45 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - policier - thriller - anticipation - humour - imaginaire - parodie
    Délai de soumission : 31/07/2019
  • Nouvelles ères
    Livr'S Éditions
    Nb de signes : 60 000 - 210 000 sec
    Genre : science-fiction - dystopie
    Délai de soumission : 01/12/2019
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 700 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 28/02/2020
  • Un verre de Vin Jaune
    Editions Aréopage
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2019
  • Banquet
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 18/09/2019
  • Sous l'océan
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 3 500 - 7 500 sec
    Genre : anticipation - conte
    Délai de soumission : 09/07/2019
  • Imaginaire
    La Conférie de l'Imaginaire
    Nb de signes : > 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - romance - bit-lit - steampunk - paranormal - space opera
    Délai de soumission : 17/06/2020
  • A nos amours
    Association Coulisses production
    Nb de signes : < 3 500 sec
    Genre : épistolaire
    Délai de soumission : 05/08/2019
  • Sarthe ou Mayenne
    Editions de la Reinette
    Nb de signes : > 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 05/06/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Kuroko no Basket

Pénombres
[Histoire Terminée]
Auteur: elane Vue: 5538
[Publiée le: 2015-07-16]    [Mise à Jour: 2015-10-24]
13+  Signaler Romance/Amitié Commentaires : 11
Description:
Les véritables raisons qui ont amenées Kuroko à refuser la proposition de Kise qui aurait tout fait pour devenir sa nouvelle lumière.
Crédits:
Rien à moi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Huit

[2510 mots]
Publié le: 2015-08-14
Mis à Jour: 2015-08-15
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

This is the way the world ends
Not with a bang but a whimper.”

T.S. Eliot

Seirin

Cours de Chimie

 

 

-          Hé Kuroko, souffle pas vraiment discrètement Kagami quelques secondes avant d’entrer en cours. T’as réussi ton exo de chimie ?

Kuroko lui tend sa feuille noircie de signes compliqués que Kagami consulte à toute vitesse.

-          Je croyais que t’y pigeais rien en chimie, dit Kagami surpris.

Mais Kuroko n’a pas le temps de répondre car le professeur arrive et tous se mettent en rang en silence. Kuroko s’était endormi en plein cours le jour d’avant et le professeur avait fini par le remarquer. Il s’était vraiment énervé contre lui et lui avait fourni une tonne d’exercices infaisables en leur promettant qu’il serait collé tous les soirs pendant une semaine s’il ne les avait pas tous faits sans fautes pour le lendemain.

Collé toute la semaine, cela voulait dire collé pendant l’entraînement de basket juste avant le match contre Kaijo… Pas possible !

Kuroko se dit que Kise ne sait pas à quel point il l’avait aidé en lui donnant un coup de pouce pour comprendre ce que l’on attendait de lui.

Le professeur attend ses exercices avec impatience. D’un regard, il consulte les réponses et son regard s’agrandit au fur et à mesure qu’il les déchiffre.

-          Kuroko, dit-il, vous pouvez m’expliquez comment vous êtes passé d’un niveau passable à ça en une nuit ?

-          Quelqu’un m’a aidé à comprendre, dit-il de son air impassible habituel.

-          Quelqu’un a fait l’exercice pour vous ?

-          Non, Monsieur.

-          Vraiment ?

Kuroko acquiesce d’un hochement de tête.

-          Bien, dit-il en reproduisant un exercice du même calibre au tableau, enchaînant formules et données chiffrées. Montrez-nous.

Kuroko prend la craie avec un furtif sourire qui n’échappe pas à Kagami. Kise lui avait vraiment fait comprendre son exercice. En quelques minutes, il avait cerné son problème et l’avait aidé à trouver seul la solution. Cet exercice au tableau n’est pas si différent et tout d’un coup tout lui paraît simple.

Et sous le regard halluciné de son professeur, il résout en quelques minutes tout ce qu’il lui présente.

-          Je ne sais pas qui vous a aidé à comprendre, Kuroko, mais c’est un sacré professeur ! Vous avez rempli votre part du marché, je ne vous collerai pas. Mais si je vous y reprends…

Kuroko n’a pas besoin d’entendre la suite pour comprendre la menace et reprend sa place en silence.

Les cours se déroulent comme un film ennuyeux qui passe devant ses yeux et il laisse son esprit dériver.

Il n’avait pas menti à Kise. Ces derniers jours avaient été éprouvants entre les cours, l’entraînement et ses nuits courtes. Beaucoup trop courtes. Et envahies par un grand blond qui n’occupait pas que ses nuits.

Il pensait à lui pendant l’entraînement. Il avait inventé cette nouvelle technique pour l’affronter sur le terrain. Et pour être tout à fait honnête, il ne voulait pas l’affronter uniquement dans l’ombre mais en pleine lumière, c’est pour ça qu’il avait cherché à développer une technique pour lui permettre de jouer contre lui face à face.

Il voulait mériter le regard brûlant de son rival qui embrase sa raison.

Il pensait à lui en tremblant lorsqu’il revoyait les tentatives d’approche de Kise qui essayait toujours de voir jusqu’où il pouvait pousser ses limites. Il est plus que conscient des efforts que fait Kise pour ne jamais le brusquer. Et il se sent ridicule de trembler autant devant quelque chose qui devrait être aussi naturel. Mais il n’y a pas si longtemps, il n’avait encore jamais embrassé personne et tout avait l’air si simple pour Kise. C’est aussi intimidant qu’excitant. Et c’est vraiment très excitant.

Et jusqu’à aujourd’hui la seule chose qu’il avait jamais aimé dans sa vie, qui lui avait jamais procuré de tels frissons c’est le basket.

C’est grâce à lui qu’il avait eu ses premiers amis, c’est grâce à lui qu’il avait pu se révéler aux yeux des meilleurs, d’abord Aomine, puis Akashi qui l’avait aidé à développer son basket. Et il avait gagné sa place parmi eux. Sans sortir de l’ombre, il avait attiré leur attention.

Et un jour tout ce qu’il avait construit s’était effondré.

Son monde avait pris fin, non dans une explosion mais dans un murmure.

En un mot et une lettre, il était redevenu ce qu’il avait toujours été, quelqu’un d’insignifiant. Il n’y avait eu ni effusion, ni colère, ni explications.

Tous l’avaient laissé partir sans un mot plus haut que l’autre.

Tous sauf Kise.

Il l’avait cherché pour connaître ses raisons.

Il l’avait appelé en colère pour lui demander pourquoi il l’évitait lui.

Il avait même été jusqu’à Seirin pour lui demander de jouer de nouveau avec lui.

Et il avait vraiment été furieux de voir qu’il avait choisi Seirin et Kagami pour nouvelle lumière.

Comment avait-il pu être aussi aveugle depuis si longtemps!

Et il se revoit se lever en plein milieu de la foule alors que Kise était à terre face à Haizaki qui se moquait ouvertement de lui, les poings serrés. Il avait crié, de toute ses forces pour qu’il se relève, pour qu’il l’affronte et pour qu’il gagne.

Parce qu’il ne supportait pas de voir Kise baisser la tête face à n’importe qui.

Parce qu’il avait vraiment envie de jouer contre lui le prochain match.

Parce qu’’il voulait mériter encore ce regard.

Parce que c’est son rival.

Et il se rend compte à ce moment qu’il n’avait pas été honnête ni envers Kise ni envers lui-même.

Au départ, il avait bien compris que cette recherche d’attention constante de Kise était autant une façon de s’intégrer au groupe qu’une façon de continuer sur un autre plan sa compétition avec Aomine. Et comme il considérait Kise comme son rival, il l’avait haït pour ça.

Puis ils avaient tous changés, les uns après les autres, se mettant à détester le basket. Et alors que pendant toute la deuxième année, il avait été le cœur de l’équipe, tentant de réconcilier les uns avec les autres, tentant de ramener Aomine à l’entraînement par tous les moyens, il avait commencé à baisser les bras.

Et c’est Kise qui avait tenté de prendre le relais. Proposant d’aller manger des glaces après l’entraînement, tentant de maintenir l’intérêt d’Aomine pour le basket en s’améliorant sans cesse lors de ses un contre un ou en lui promettant des autographes de ses idoles préférées qu’il rencontrait parfois dans son travail, tentant d’amadouer Murasakibara avec des friandises toujours nouvelles et étonnantes et il avait même fait quelques essais maladroits avec Midorima avec des porte-bonheurs plus ou moins extravagants.

Il avait vu tout ça.

Et chaque jour les vrais sourires faisaient un peu plus place à ce masque qu’il réservait aux magazines.

Et ça aussi, il l’avait vu.

Mais il était comme tous les autres à l’époque, trop tourné vers lui pour réagir.

Il avait regardé le navire sombrer et Kise mettre ses dernières forces pour tenter de le sauver. Et il n’avait rien fait.

La sonnerie du dernier cours du matin le fait revenir à la réalité et il prend le bento que la mère de Kise lui avait mis entre les mains avec un sourire contre lequel il n’avait pu lutter et se réfugie sur le toit.

Ses dons pour disparaître sont parfois utiles.

Il avait besoin de se retrouver seul avec lui-même maintenant qu’il avait ouvert les yeux.

-          Je pensais bien te trouver là !

-          Kagami kun.

Kuroko constate que Kagami devient de plus en plus insensible à ses dons alors qu’il s’assoit à ses côtés en regardant d’un air suspect son repas.

-          Je crois que c’est la première fois que je te vois avec un bento.

Oui, d’habitude il prenait un sandwich au self, ses parents avaient toujours été trop occupés par leur travail pour lui préparer quoi que ce soit.

-          Me dit pas que Kise a cuisiné pour toi !

-          Mais non voyons ! C’est sa mère qui me l’a donné et crois-moi, je ne pouvais pas refuser.

Kagami se met à rire.

-          Sa mère ?! Et comment ça se fait que sa mère t’ait donné un bento…

-          Ben c’est-à-dire que …

Alors qu’il s’empêtre dans ses explications tout seul, Kagami se met à rire encore plus fort avant de se reprendre plus sérieusement.

-          Tu deviens de plus en plus expressif en ce moment, Kuroko.

-          N’importe quoi !

-          Mais c’est pas une mauvaise chose Kuroko. Et puis franchement, je suis presque rassuré de voir que tu peut-être décontenancé comme tout le monde par quelqu’un qui te plait. Je ne pensais juste pas que ce serait Kise qui te rendrait comme ça.

-          Je…

-          Sérieusement, j’avais un peu peur que maintenant que tu as atteint ton but, tu relâches un peu tes efforts, que par exemple tu t’entiches de quelqu’un qui te fasse réviser un peu tes priorités et que ton basket en pâtisse. Parce que tu es toujours mon ombre, dit-il d’un air possessif. Mais là, non seulement tu t’entraînes deux fois plus en ce moment mais tu as inventé ta nouvelle technique pour l’affronter lui. Et je sais que de son côté, il te prend tellement au sérieux qu’il tremble d’excitation à l’idée de jouer contre toi à ton meilleur et que s’il a envie de trouver une technique à lui, c’est pour mieux te faire face.

Kuroko est sans voix devant Kagami qui met les mots si simplement sur tout ce qu’il est en train de vivre.

-          En fait, continue Kagami qui s’amuse de la situation, ce mec arrive à te rendre expressif, à te faire doubler tes entraînements, à te donner l’idée d’une nouvelle technique de fou et en plus, il t’a fait comprendre la chimie en une nuit. Franchement Kuroko, faut pas le laisser partir celui-là !

Alors que Kagami rigole bêtement en pensant que même s’il le voulait, Kuroko n’arriverait pas à détourner l’attention que lui porte Kise, il ajoute :

-          Sérieusement Kuroko, je me demande bien comment Kise a réussi à te motiver pour te faire comprendre la chimie en une nuit.

Mais Kuroko ne l’écoute plus vraiment.

Non à vrai dire, une idée commence à poindre dans son esprit. C’est encore confus mais il sait comment aider Kise pour qu’il trouve sa voie.

Il se tourne vers Kagami avec un grand sourire :

-          Merci Kagami kun.

Kagami s’attendait à bien de choses de la part de Kuroko mais pas un merci aussi sincère.

 

Kaijo

 

Kise ouvre son sac pour sortir son bento. Sa mère ne lui faisait que rarement à manger elle-même. Mais la présence de Kuroko lui avait donné envie de cuisiner tout d’un coup et le seul fait de repenser à la gêne du joueur fantôme face à sa mère bien déterminée à ce qu’il prenne son bento lui donne un sourire idiot.

Il avait déjà ramené des filles chez lui. Des filles si vaniteuses qu’elles ne se rendaient même pas compte qu’ils ne les séduisaient que par jeu parce qu’elles s’étaient jurées de ne jamais tomber amoureuse d’un mannequin.

Et les repas de familles n’avaient alors rien à voir ce qu’il s’était passé avec Kuroko. Le ton devenait rapidement glacé, voire carrément hostile. Et sa mère finissait toujours par se proposer avant la fin du diner pour les raccompagner en voiture parce qu’il était tard. Et le pire dans tout ça était que les filles en question étaient déjà trop perdues dans leur admiration pour lui pour pouvoir décrypter la situation.

Alors quand Kuroko lui avait dit que sa famille était formidable, il avait dû se mordre les lèvres pour ne pas lui rétorquer que certes c’était vrai mais pas avec tout le monde. Sa famille ne respecte que les gens qui en valent la peine. Et lorsque sa propre mère avait demandé à sa manière, gentiment mais fermement, de passer la nuit chez eux, il avait failli littéralement tomber de sa chaise.

Quand elle avait appris qu’il ne serait plus parmi eux ce soir parce que ses parents rentraient, elle lui avait dit qu’il serait toujours le bienvenue que ses parents soient là ou non avec une sincérité touchante. Ses sœurs les avaient accompagnés ce matin jusqu’au bout de la rue comme pour profiter de sa présence pendant quelques minutes encore.

La prochaine fois que Kuroko viendrait chez lui, il allait devoir se battre contre sa propre famille pour attirer son attention ! Il revoit encore son père passer la soirée à essayer de trouver un nom à sa nouvelle technique.

Kise, qui a l’habitude d’attraper un sandwich au self et de le manger avec Kasamatsu sur un banc qui se situe près du gymnase, l’attend tranquillement avec son bento. Il avait vite compris que la présence de son senpai décourageait assez facilement ses fans un peu trop empressées de l’aborder.

Lors de ses premiers jours, il avait trouvé cette aptitude inattendue de son capitaine très confortable. A Teiko, il avait rarement eu des pauses déjeuné calmes. Et rapidement, il avait découvert que Kasamatsu était quelqu’un de suffisamment censé pour mériter sa compagnie, une personne avec qui il peut parler de tout et de rien et qui donne son avis sans chercher à lui plaire ou à le flatter d’une quelconque manière. Bien au contraire. Il s’énerve souvent assez facilement devant ses réactions qu’il trouve parfois trop égocentrique mais ses paroles sont toujours vraies et il cherche le bien de l’équipe avant toute chose.

Une attitude qu’il respecte et dont il souhaite s’inspirer s’il doit réellement devenir le Capitaine de l’équipe.

Lorsque Kasamatsu arrive enfin, il observe avec surprise son bento et s’assoit à ses côté.

-          Kise, dit-il en guise de salut.

-          Capitaine, répond-il.

-          Un bento ? Encore le cadeau d’une fan ?

-          Non, dit-il avec un sourire amusé, c’est ma mère qui avait envie d’impressionner Kurokocchi je crois.

-          Ca doit être génétique alors, dit Kasamatsu.

-          Génétique ?

-          Cette admiration sans borne pour le joueur de l’ombre, dit Kasamatsu laconiquement.

-          Peut-être bien, s’amuse Kise.

-          Et alors, il t’a aidé pour ta technique ?

-          Non, pas encore. Leur coach a doublé l’entraînement et il avait du travail à finir.

-          Ils nous prennent au sérieux, approuve Kasamatsu.

-          Bien sûr qu’ils nous prennent au sérieux ! Kagami bouillonne d’impatience et Kuroko a inventé cette nouvelle technique pour me contrer, rétorque Kise les yeux étincelants.

-          C’est presque une déclaration, dit ironiquement Kasamatsu.

Mais Kise ne l’écoute plus car son téléphone se met à vibrer. Et que c’est un message de Kuroko.

Kise kun,

 je crois que je viens de trouver une idée qui pourrait peut-être t’aider à « trouver ta voie ». Alors comme je te dois au moins un diner, rendez-vous ce soir. Je viendrais te chercher après ton entraînement pour qu’on en parle.

A ce soir

Kuroko

Kasamatsu observe le sourire s’épanouir sur le visage de Kise en soupirant. Pas besoin de lui demander qui est l’auteur du message.

-          Kuroko a une piste pour moi, s’exclame-t-il comme un enfant qui découvrirait qu’on lui a offert le cadeau de ses rêves pour son anniversaire.

Il s’apprête à répondre lorsqu’un deuxième message arrive.

Il s’agit bien d’un rendez-vous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



-           

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales