Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Le grand jeu
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : réaliste - théâtre - poésie - libre - pastiche - imaginaire - art visuel - contemporain
    Délai de soumission : 14/10/2019
  • Nutty Seas : débauche marine
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : romance - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 23/11/2019
  • Revue Encre[s] N°4
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 12/09/2019
  • Insurrections
    ImaJn'ère
    Nb de signes : 22 500 - 27 500 sec
    Genre : policier - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/10/2019
  • Fantasy humoristique
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : humour - fantasy
    Délai de soumission : 20/12/2019
  • Livres Oubliés
    Aeternam AS Éditions
    Nb de signes : 200 000 - 800 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique
    Délai de soumission : 31/12/2019
  • Premier catalogue
    Edition Fictum
    Nb de signes :
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 09/09/2019
  • L'effondrement
    Réticule
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2019
  • Nouvelles imaginaires
    L'Arlésienne
    Nb de signes : 6 000 - 45 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - policier - thriller - anticipation - humour - imaginaire - parodie
    Délai de soumission : 31/07/2019
  • Nouvelles ères
    Livr'S Éditions
    Nb de signes : 60 000 - 210 000 sec
    Genre : science-fiction - dystopie
    Délai de soumission : 01/12/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Kuroko no Basket

Pénombres
[Histoire Terminée]
Auteur: elane Vue: 5629
[Publiée le: 2015-07-16]    [Mise à Jour: 2015-10-24]
13+  Signaler Romance/Amitié Commentaires : 11
Description:
Les véritables raisons qui ont amenées Kuroko à refuser la proposition de Kise qui aurait tout fait pour devenir sa nouvelle lumière.
Crédits:
Rien à moi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Sept

[2258 mots]
Publié le: 2015-08-10Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Maison des Kise

 

Kise, les cheveux encore humides de l’eau glacée qui lui avait un peu remis les idées en place, regarde Kuroko penché sur son bureau, les yeux rivés sur un exercice qu’il a visiblement du mal à résoudre.

Demain ses parents rentrent de leur voyage et c’est la dernière nuit qu’ils allaient passer ensemble avant longtemps. Peut-être même plus.

Et Kuroko fait sagement ses devoirs dans sa chambre.

Voilà donc où il se situe dans la liste de ses priorités.

Juste après ses devoirs.

Kise a la soudaine envie d’envoyer valser livres et cahier mais un seul regard vers Kuroko qui peine réellement sur ses calculs l’en empêche et il tire une chaise pour s’assoir à ses côtés et tenter de l’aider de son mieux.

Il se penche sur la feuille remplie de l’écriture soignée de Kuroko et comprend assez vite qu’il s’agit de chimie et où se trouvent ses problèmes.

Sans vraiment s’en rendre compte, il passe son bras contre les épaules de Kuroko le rapprochant de lui et commence à lui expliquer pourquoi il était visiblement parti dans le mauvais sens pour résoudre son exercice.

La lueur qui brille un court instant dans les yeux de Kuroko lui prouve qu’il a compris et il en ressent une étrange fierté. Lorsqu’il le voit commencer à résoudre seul ses exercices, il laisse sa main glisser de son épaule à sa nuque avant de s’aventurer dans ses cheveux.

Ses doigts frémissent et s’enhardissent au contact de ces mèches si douces et soyeuses qu’il caresse lentement.

Les yeux toujours rivés sur la feuille qui se remplit de symboles et de calculs, il voit soudain Kuroko s’arrêter sur la dernière étape du raisonnement qui est pourtant de loin la plus simple.

-          Kise kun ?

S’il ne connaissait pas si bien Kuroko, il n’aurait pas perçu l’urgence qui perce dans sa voix.

-          Kurokocchi ? demande-t-il un peu surpris.

-          Je suis désolé Kise kun, mais j’ai un peu de mal à me concentrer là…

Kise ne comprend pas tout de suite avant de se rendre compte que sa main n’a cessé de caresser ses cheveux clairs. C’est si agréable de perdre ses doigts dans ce paradis de soie bleue.

Avec un sourire satisfait, il ralentit un peu plus ses caresses pour les rendre plus douces encore, effleurant sa peau avec une lenteur insoutenable alors qu’il niche sa tête dans son cou pour déposer un baiser sur cette peau blanche qui frémit sous ses lèvres.

La respiration de Kuroko s’accélère brusquement et Kise se délecte de chaque soupir pour glisser à son oreille avec une insolence maîtrisée.

-          Vraiment ?

-          Kise kun…

-          Il faut finir cet exercice Kurokocchi, souffle-t-il.

Le bruit du stylo qui tombe sur le bureau est une victoire à elle seule aux oreilles de Kise qui sourit un peu plus en aventurant ses mains sous le tissu encombrant, parcourant du bout des doigt la peau blanche de son torse, dessinant la ligne délicate de ses muscles, se demandant quel goût pouvait bien avoir cette débauche de douceur si Kuroko le laissait utiliser ses lèvres plutôt que ses doigts. Il était déjà fou de son odeur, nul doute qu’il y perdrait ses derniers semblants de raison.

-          Kise kun …

La pointe de panique et la fatigue qu’il perçoit sont plus efficaces que toutes les douches froides. Effrayer Kuroko est bien la dernière chose qu’il voulait faire et il s’éloigne à regret de la nuque de Kuroko en baissant la tête. La simple pensée qu’il ne passerait peut-être jamais une nouvelle nuit avec lui, que…

-          Kise kun, dit calmement Kuroko en passant une main derrière sa tête pour la forcer à relever la tête et le regarder dans les yeux.

La fatigue lui fait papillonner les yeux et Kise ne peut s’empêcher de penser à quel point un Kuroko ensommeillé est adorable. Avant de se sermonner intérieurement sur ses manières de collégienne amoureuse qui reprenaient le dessus avec tant de facilité en mettant délibérément son cerveau sur pause. Quel idiot !

-          Mes parents sont plus souvent absents que présents, continue Kuroko impassible, et si tu veux bien et que tes parents sont d’accords…

Kise constate finalement que son cerveau fonctionne encore parfaitement et ne peut s’empêcher de prendre Kuroko dans ses bras.

-          T’as même pas besoin de poser la question, Kurokocchi, regarde !

Kuroko se demande bien de quoi Kise parle en promenant son regard dans la chambre avant de comprendre. Et de rougir atrocement en se rendant compte que ce n’était pas quelque chose mais l’absence de quelque chose qu’il lui fait remarquer.

Il n’y a pas de futon supplémentaire dans la chambre.

Hier la mère de Kise avait demandé à son fils d’en rajouter un dans sa chambre. Mais pas aujourd’hui. Et en repensant au diner, il y avait peut-être eu quelques allusions qui lui étaient passées bien au-dessus sur le moment. A quel point avait-il dû paraître naïf devant la famille de Kise ?

Mais apparemment, cela ne gênait personne qu’ils partagent le même lit dans cette chambre.

La propre mère de Kise les avait surpris endormis dans les bras l’un de l’autre ce matin et cela ne l’avait ni étonnée ni choquée. A cet instant, il se demande ce que ses propres parents auraient pu penser à la place de la mère de Kise.

Sûrement rien de plus qu’une indifférence un peu gênée.

Et lorsqu’il regarde à nouveau Kise, le grand blond ouvre de grands yeux comme s’il venait de comprendre quelque chose d’important.

-          Dis Kurokocchi, je croyais que tu ne pouvais pas lire en moi comme les autres ?

Kuroko s’empourpre un peu plus. Oui, il avait compris l’angoisse de Kise dans ses gestes et son empressement. Et il se sent un peu ridicule de ne pouvoir contrôler les tremblements et la panique qui percent dans sa voix quand Kise perdait son sourire lumineux pour celui plus sombre qu’il lui dévoilait lorsqu’ils étaient seuls, un prélude immuable à quelques tentatives du grand blond qui testaient habilement les limites de ce qu’il lui laissait faire. Même si pour être tout à fait honnête avec lui-même, il ne fait qu’improviser à chaque minute depuis leur première vraie discussion, ne sachant trop ce qu’il est en droit d’attendre ou de demander.

A vrai dire pense Kuroko, il avait toujours pu lire en Kise. Il n’avait juste jamais cru ce qu’il avait eu sous les yeux depuis si longtemps. Comment quelqu’un d’aussi parfait dans tous les domaines que Kise, un athlète hors norme, un modèle célèbre et en plus un élève brillant pouvait s’intéresser à quelqu’un qui avait fait de son manque de présence son seul et unique atout dans la vie ? Ses résultats à l’école ne sont ni bons ni mauvais, la seule fille qui avaient jamais jeté son dévolu sur lui l’avait fait parce qu’il l’intriguait en déjouant toutes ses statistiques sur un terrain, pas vraiment parce qu’elle le trouvait beau ou intelligent, encore moins les deux. Il n’avait qu’à lever la tête à l’entraînement ou pendant un match pour se rendre compte qu’il n’avait rien en commun avec ce que l’on attend d’un joueur de basket.

Physiquement, il est petit, fin, incapable d’acquérir la moindre endurance encore moins le moindre muscle. En un mot insignifiant.

Quelles pouvaient bien être ses qualités qui avaient pu attirer le regard de Kise sur lui?

Une question qu’il n’ose poser à haute voix de peur que cette chose incroyable ne lui échappe de la même façon qu’il l’avait obtenu, par pure et simple magie. Parce qu’à cet instant, dans l’esprit de Kuroko, c’est la seule chose qui peut expliquer la lueur si brillante qui illumine littéralement le regard de Kise qui le dévore des yeux.

Ce regard.

Celui qu’il lui réserve habituellement lors d’un match.

La raison pour laquelle il avait décidé de son propre chef que Kise serait son rival.

Ces yeux dorés qui s’enflamment et lui coupent le souffle, lui donnent envie de relever le challenge et de se mesurer à lui. De lever la tête et de se dépasser.

Et sous ce regard, il se sent vivant comme jamais, conscient de chaque seconde, de chacun de ses souffles, des battements de son cœur qui s’accélèrent brusquement lorsqu’il n’arrive pas à se détacher des lèvres de Kise qui laissent s’échapper un soupir surpris quand il comprend ce que Kuroko s’apprête à faire.

-          Kuro…

L’ombre de Seirin ne lui laisse pas le temps de finir sa phrase, glisse sa main dans le dos de Kise et le force doucement mais fermement à se pencher vers lui avant de poser ses lèvres sur les siennes.

Kise est trop surpris pour répondre à son baiser et il n’ose aller plus loin de peur d’avoir trop présumé de ce qu’il était en droit de demander. Mais à peine relâche-t-il la pression dans le dos de Kise que son cœur manque un battement alors que le grand blond agrippe le col de sa chemise brusquement et l’embrasse si violemment qu’il en perd son souffle. Il sent la langue de Kise chercher désespérément un passage dans sa bouche qu’il lui accorde sans pouvoir réprimer un frisson qui le rend fébrile et tremblant.

Kise détache à regret ses lèvres des siennes, les joues rouges, haletant comme s’il sortait d’une séance d’entraînement particulièrement difficile. Et il doit bien avouer qu’il n’est pas en meilleur état en sentant la chaleur qui envahit ses joues.

Kise fixe Kuroko avec un petit sourire amusé :

-          Ne croit pas que cela marchera à tous les coups.

Kuroko le fixe de ses grands yeux bleus remplis de confusion.

-          Penser que tu peux me faire oublier si facilement que tu ne m’as pas répondu.

Kise regarde l’exercice presque terminé sur la table et Kuroko force son esprit à se concentrer sur son problème qu’il termine le plus vite possible. Soudain la fatigue de ces derniers jours lui tombe dessus si brutalement qu’elle lui arrache un bâillement déchirant.

-          Fatigué ? demande Kise.

-          Complètement mort de fatigue, acquiesce Kuroko. La coach a doublé les entraînements pour préparer le match. Et comme ma nouvelle technique va me permettre de jouer plus longtemps sur le terrain, elle fait tout pour améliorer mon endurance. Et je pense qu’il y a une chance non négligeable qu’elle me tue à la tâche, dit-il laconiquement.

-          Elle a l’air vraiment terrible ta coach, dit Kise.

Mais si elle arrive à améliorer ton endurance, je suis sûr que je trouverai un moyen de la remercier, pense Kise la tête remplie de pensées qui feraient rougir n’importe qui…

-          Mais ses méthodes sont vraiment efficaces, continue Kise, tu t’es beaucoup amélioré Kurokocchi. La première fois que j’ai réussi à copier ta passe, j’ai vraiment été surpris par l’énergie qu’il faut déployer pour accomplir un tel tour de force.

-          Et moi j’ai failli tomber à le renverse quand j’ai vu que tu m’avais copié moi.

-          Tu croyais que je n’y arriverai pas ?

-          Non, en fait je me suis senti surtout flatté. Et effrayé en même temps. Cette technique que j’avais mis si longtemps à mettre en place avait l’air tout d’un coup d’être si facile à maîtriser. Et en même temps, je crois que c’est la première fois que je me suis rendu compte à quel point elle était dangereuse…

-          Et tellement cool ! s’exclame Kise des étoiles dans les yeux. Je suis vraiment content d’avoir pu te montrer, même si c’est qu’un tout petit peu, à quel point ton basket est incroyable. Il est peut-être différent de celui d’Aomine, mais il est aussi extraordinaire à regarder. Et c’est encore plus incroyable de jouer avec toi.

Kise se rapproche un peu plus de lui pour lui murmurer à l’oreille :

-          Et franchement, jouer contre toi, c’est presque indécent.

Alors que les joues de Kuroko s’enflamment, Kise le prend dans ses bras pour le porter sur son lit. Il se couche à ses côtés, se retenant à peine le temps d’une hésitation avant de l’entourer de ses bras, regrettant une seconde de ne pas s’être débarrassé de son t-shirt pour profiter pleinement du contact de sa peau si douce.

-          Il faut que tu récupères tes forces Kurokocchi, dit-il en blottissant sa tête dans son cou.

Et pour la première fois, c’est lui qui s’endort en premier.

 

Extra scene

Bien des mois plus tard

 

Alors que les joueurs s’élancent pour l’échauffement Riko observe avec circonspection le paquet que Kuroko lui avait donné. Un cadeau enveloppé dans un beau papier bleu pâle entouré d’un ruban doré extravagant de la part de Kise kun. C’est même plus un message subliminal à niveau-là, se dit Riko en souriant.

Non, la question qui lui vient à l’esprit, c’est pourquoi ?

Elle l’ouvre et découvre une jolie robe noire d’une marque française sûrement aussi chère qu’elle est élégante accompagnée d’un sac aussi discret que chic accompagné d’un mot.

A la seule fille qui embellit mes nuits.

Ryota Kise

Bien que surprise par le mot qu’elle ne comprend pas, elle est déjà conquise par le magnifique cadeau et ouvre le sac. Elle trouve deux places de concert de son groupe de musique favori avec une photo dédicacée des membres du groupe où Kise apparait au milieu d’eux avec un grand sourire et un autre mot.

Pour ton rendez-vous avec Huyga senpai.

Tu comprendras vite à quel point améliorer son endurance peut se révéler intéressant.

Ryota J

Et elle rougit violemment lorsqu’elle trouve dans la poche intérieure du sac une boîte de préservatifs bien fournie.

-          Vous savez quoi les gars, on double l’échauffement. Encore dix, non vingt tours de terrain !

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales