Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Articles

(Consulter tous les articles)

Travail scientifique: L´auteur fanfiction
 par   - 3437 lectures  - 6 commentaires [01 septembre 2022 à 23:42:31]

Karl Helbig, un étudiant allemand, entreprend un travail scientific sur la fanfiction francaise comme genre litteraire. Quels sont vos opinions sur ses questions?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Kamikaze Kaitou Jeanne

Je t'aurai
[Histoire Terminée]
Auteur: Storine Vue: 492
[Publiée le: 2008-03-08]    [Mise à Jour: 2008-03-08]
G  Signaler Romance/Drame/One-Shot Commentaires : 3
Description:
Réflexions de Noin Claude sur ses deux amours perdus...
Oneshot.
Crédits:
BOUHOUHOU ! NOIN ! JE TE VEUX ! XD
Et non... Noin Claude ainsi que tous les personnages et l'histoire du manga/anime "Kamikaze kaitou Jeanne" appartiennent à Arisa Tanemura...
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Je t'aurai

[1073 mots]
Publié le: 2008-03-08Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
ÿþJ'ai eu l'illumination soudaine (ça m'arrive souvent, ces temps-ci -_-") !

Et... j'ai décidé d'écrire ce petit one-shot sur Kamikaze kaitou Jeanne... parce que mon autre était tout simplement nul et que je voulais écrire à travers le personnage de Noin Claude depuis un bon bout de temps déjà...

Voyons voir ce que ça va donner...





C'est si injuste...

La vie, Dieu, le destin...

Tout ceci est trop injuste.

Nous filions le parfait bonheur, tous les deux. Rien que nous deux.

En fait, non.

Nous n'avons jamais été seuls.

IL était toujours là, à nous surveiller. À t'ordonner d'accomplir ta mission. Et, moi, je t'aimais tellement...

Je voulais t'épouser, te rendre heureuse, vivre avec toi jusqu'à notre mort. Mais ça ne s'est pas passé comme ça.

Je t'aimais tellement.

J'aimais ton regard décidé, tes grands yeux brillants habilement voilés par de longs cils noirs. J'aimais tes sourcils qui traçaient un arc parfait au-dessus de ces deux merveilles. Ton nez droit, ta bouche au goût sucré que j'adorais embrasser... tes joues qui prenaient une légère teinte rosée à chaque fois que nous nous regardions... tes cheveux d'une douceur ininmaginable, ta peau d'une blancheur éclatante, tes jambes fines, ton corps qui devait m'appartenir...

Qui DEVAIT m'appartenir.

Dieu nous a trahi. Ils t'ont capturée. T'ont torturé. Tu as refusé d'avouer des crimes dont tu n'étais pas responsable.

Ils ont volé ton corps qui devait n'être qu'à moi et à moi seulemement. Ils ont volé ta pureté.

Je n'ai pas pu te sauver.

Le feu t'a consumée, toi que j'aimais tant. Devant mes yeux qui t'avaient regardée avec amour. Devant moi, impuissant, qui hurlait à ce Dieu injuste qu'il se devait de sauver sa protégée.

Et, tout ce que je sentais, c'était du vent.

Le kami kaze, comme on l'appelle. Le vent de Dieu.

Mais qu'est-ce qu'une simple brise peu faire contre un feu, un brasier qui consumait mon amour ?

Rien.

Absolument rien.

Sauf, peut-être, alimenter ce feu ardent...

J'ai hurlé, pleuré, crié de désespoir. Mais ton Dieu ne m'a pas entendu.

Jamais il n'a répondu à mon appel déchirant.

Je voulais te rejoindre. M'enlever la vie de mon épée et te retrouver, n'importe ou, que ce soit en enfer, au paradis, ou à un autre endroit. Peu m'importait.

Au lieu de cela, il est apparu devant moi.

Comment devais-je l'appeler ?

Aujourd'hui encore, je l'ignore.

Mais, il m'a permis de rester en vie assez longtemps pour te chercher, te retrouver et t'avoir de nouveau...

J'ai renoncé à mon humanité. J'ai renoncé à mon âme pour obtenir l'immortalité. Je me suis offert, de mon plein gré, aux créatures malfaisantes que tu combattais.

Et j'ai attendu.

Je T'AI attendue.

J'ai vécu des siècles et des siècles durant, vivant l'histoire, faisant l'histoire. À chaque fois, je priais pour sentir la présence de ton âme. Je priais intérieurement, pour moi-même et pour toi. Je ne priais pas Dieu. Je voulais le détruire.

Puis, un jour... une étincelle en moi. Mon coeur noirci s'est illuminé de nouveau, lorsque, d'abord, j'ai SENTI que tu étais de retour. Mais je n'en étais pas certain.

Ce qui m'a délivré de toutes ces incertitudes... ce fut LUI. Le Diable, le Démon, le Vilan, la Bête. Quand il m'a demandé d'aller au Japon anéantir une nouvelle traqueuse de démons.

Une nouvelle Jeanne...

On t'appelait Maron, cette fois. Maron Kusakabe.

La réincarnation de mon amour détruit, de mon amour perdu.

Toujours aussi belle...

Mais tu souffrais, mon amour. Ton âme était en peine.

Et la personne qui aténuait tes souffrances n'était pas moi...

J'ai voulu le tuer - combien de fois ? J'ai oublié.

Je l'aurais étranglé de mes mains pour ne plus jamais le revoir. Pour te ravoir pour moi et moi seulement. J'aurais tout fait pour te retrouver.

Et, là, quelle magnifique occassion j'ai eu.

Tout ce que j'avais à faire pour que tu cesses d'être une Kaitou, c'était de t'enlever, contre ton gré, cette pureté. Tu m'aurais détesté, j'en suis sûr... mais nous nous serions aimés de nouveau. Aucun doute possible là-dessus.

Et LUI qui revient tout gâcher au moment ou j'allais t'avoir. Chiaki. Je l'aurais assassiné tellement j'étais en rogne...

Puis, peu à peu, j'ai appris à la connaître. Pas toi, Jeanne, mais Maron. Ta réincarnation. Une jeune femme totalement différente, mais si semblable que toi en même temps !

Te revoir alors que tu allais te faire exécuter a été si douloureux... mais c'est ce qui m'a permis de me rendre compte que je voulais rester démon. Rester démon pour avoir une chance de rencontrer Maron à son époque.

Excuse-moi, Jeanne... excuse-moi...

Peut-on aimer deux personnes à la fois ? Deux femmes extraordinaires ?

Maron ne m'a jamais aimé comme tu m'avais aimé, ou comme je l'aimais, elle. J'aurais pu faire tant de choses pour la contraindre à m'apprécier, mais je n'ai rien fait. Je l'ai laissée choisir de son plein gré. Et elle a choisi l'autre.

J'en souffre tellement... c'est comme si je t'avais perdu une seconde fois, Jeanne. C'est si douloureux...

Et lorsque j'ai appris que ton âme, l'esprit de Jeanne ne pourrait plus se réincarner, j'ai voulu mourir. Plus aucune chance de te ravoir.

Jusqu'à ce que Maron affirme que son propre pouvoir - celui de Maron, pas de Jeanne, pas de la Kaitou - serait suffisant pour ses réincarnations futures.

Alors, j'ai presque sauté de joie.

Je t'aurai bien, ma belle. Qu'on t'appelle Jeanne, Maron, une Kaitou ou bien une Kami kaze... je t'aurai à ta prochaine réincarnation.

Et, cette fois, j'apprendrai à t'aimer sincèrement.

C'est seulement là que je pourrai trouver mon bonheur. Et demander à Dieu son pardon.



La vie est parfois injuste.

Mais nous décidons des chemins à emprunter vers cette injustice.



Justement, mon coeur meurtri s'illumine de nouveau.

Serait-ce...?

Peut-être bien...

Peut-être... bien...
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2022