Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Manuscrits imaginaires
    Les éditions des Arcanes
    Nb de signes : 200 000 - 1 000 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 18/10/2019
  • Dans la ville
    Aleph-Écriture
    Nb de signes : 2 500 - 5 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/06/2019
  • Noir
    Noir d'Absinthe
    Nb de signes :
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2019
  • Torbalan #2
    Torbalan
    Nb de signes : 3 500 - 25 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 24/06/2019
  • Micro-édition à l'atelier
    Association Constellation
    Nb de signes : 10 000 - 30 000 sec
    Genre : contemporain
    Délai de soumission : 31/12/2019
  • Faux-Semblants
    YBY Editions
    Nb de signes : 20 000 - 60 000 sec
    Genre : lgbt
    Délai de soumission : 29/09/2019
  • Amour, sexe et nourriture
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 3 500 - 8 000 sec
    Genre : érotique
    Délai de soumission : 21/05/2019
  • Prix Zadig de la nouvelle policière 2019
    Éditions Exæquo
    Nb de signes :
    Genre : policier
    Délai de soumission : 30/08/2019
  • Roman inspirant
    INDIGRAPHE édition inspirante
    Nb de signes : 235 000 - 500 000 sec
    Genre : fiction - contemporain
    Délai de soumission : 31/12/2019
  • Revue Gaueko no 2
    Éditions Les ruminant-e-s
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - horreur - poésie - merveilleux
    Délai de soumission : 31/07/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Goldorak

Inferno
[Histoire Terminée]
Auteur: venusia45 Vue: 9409
[Publiée le: 2014-10-08]    [Mise à Jour: 2015-02-21]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 9
Description:
Après la victoire sur les forces de Vega, Actarus doit faire face à une nouvelle mission, plus dangereuse que toutes les autres, qui l'emmènera aux confins du monde et laissera des traces indélébiles...
Crédits:
Merci à Go Nagaï et à la Toei animation pour les personnages de cette histoire (sauf Stygios et Asclépios, issus des méandres de mon imagination). Merci à Jean Racine, Paul Verlaine, Guillaume Apollinaire et tant d'autres. Et merci, surtout, à Dante et à sa Divine Comédie (XIVème siècle), mise en images au XXème siècle par...Go Nagaï. Cette histoire a été écrite en hommage à ces deux artistes.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 11

[1265 mots]
Publié le: 2014-11-12Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

XI.


La Terre était déjà bien loin. Akereb n'était cependant pas encore en vue. Le temps s'étirait, laissant à chacun des deux pilotes l'occasion de laisser divaguer ses pensées, tantôt vers ce qui les attendait, tantôt vers celles qu'ils avaient laissées sur Terre. Celles d'Alcor le ramenèrent vers le visage de Phénicia, vers ses longs cheveux auburn, vers ses yeux mutins et malicieux, vers la fraîcheur de ses lèvres, vers le grain de sa peau. Il eut tout à coup une irrésistible envie de la sentir à ses côtés, de l'étreindre, de l'embrasser, de la couvrir de caresses. Les yeux mi-clos, perdu dans ces délicieux vagabondages, il pouvait ressentir sa délectable douceur, sentir son odeur subtile, effleurer ses courbes exquises. Inconsciemment il relâcha le manche de son appareil et se laissa aller, le sourire aux lèvres et le corps en proie à une douce chaleur qui l'envahissait, avant de reprendre subitement ses esprits.


-« Alcor, tu dérailles, mon vieux, cette fille te rend complètement dingue ! Pense à ton pilotage sinon tu va faire une fausse manœuvre ! » se sermonna-t-il.


Au même moment, Actarus rompit le silence et interpella son compagnon de vol depuis la cabine de Goldorak :


- « Alcor, tu devrais utiliser le pilote automatique pour prendre un peu de repos. Cela fait déjà un bon moment que nous sommes partis...


-Je n'ai pas trop la conscience du temps. Depuis combien de temps sommes-nous partis ?


-Au moins six heures. Et j'ai l'impression que tu commences à fatiguer, ta trajectoire a légèrement viré.


-Déjà ? J'étais...hum... concentré sur mon vol et je n'ai guère vu le temps passer.


-Concentré sur ton vol ? Fais attention, tu as décalé ta trajectoire. On n'est pas à l'entraînement là...


-Tu as raison, Actarus, je vais y penser. Et toi aussi tu devrais le faire, toi aussi tu dois commencer à fatiguer, surtout que les derniers jours n'ont pas été de tout repos, fit le plus le jeune des deux sur un ton malicieux, histoire de détourner la conversation...


-Non mais, tu parles de quoi, là ? Répliqua Actarus sur le même ton badin


-Heu...rien voyons...Je faisais juste allusion à une certaine jeune fille à qui tu as mis bien longtemps à te déclarer, c'est tout, continua Alcor.


-Hum...Si tu savais à quel point je suis soulagé d'avoir trouvé le courage, lâcha Actarus sur le ton de la confidence. J'aurais dû le faire plus tôt, je le sais bien...Mais au moins maintenant je sais que ma vie a un sens, et pas seulement celui de lutter contre les forces du mal. Je sais que je peux rendre quelqu'un heureux et c'est inestimable, pour moi qui n'ai jusqu'à présent vécu que pour les autres, que pour mon devoir...Mais, sourit-il, je te signale mon cher beau-frère, que pour toi aussi, il s'est passé quelques petites choses sur ce plan-là...Et d'abord, m'as-tu demandé ma permission pour courtiser ma sœur ? se moqua-t-il.


-Ta permission ? Ah, décidément, tu es encore plus rigide que ce brave Rigel, Monsieur le Prince d'Euphor ! pouffa Alcor. Je crois que Phénicia est trop indépendante pour avoir besoin de la permission de qui que ce soit...Et comment m'appelles-tu ? Mon cher beau-frère ?? Enfin...rit Alcor, affectant le courroux...Mais c'est vrai après tout. J'étais déjà ton frère dans le combat, je le deviens par elle, rien que de très logique, s'adoucit-il...


-Et peut-être un jour par alliance, avança Actarus.


-Hein quoi ! Tu veux que Phénicia et moi...Mais enfin, on n'est ensemble que depuis quelques jours et...Tu vas un peu vite !


-Du calme p'tit frère ! Vous ferez bien ce que vous voudrez ! Je sais que tu as trop de constance et de sincérité pour lui faire du mal et cela me suffit ! Au fait, c'est bien à cause de cela que ton appareil a eu un souci d'assiette ? questionna Actarus, l'air innocent.


-Mais enfin, tu insinues que...bredouilla Alcor en rougissant.


-...Que tu pensais à Phénicia comme un homme peut penser à la femme qu'il aime, et que cela a affecté ta lucidité aux commandes. Il est plus que temps de prendre du repos Alcor », intima Actarus, sur un ton à la fois décidé et plein d'empathie. Leur ressenti était le même mais ils ne pouvaient se permettre de fausse manœuvre...


Cette conversation à la fois légère et directe leur avait fait le plus grand bien. Elle avait atténué quelque peu la fatigue mentale des deux jeunes hommes, rasséréné leurs âmes émues et oppressées, ravivé en eux les forces de vie. Actarus, imité par Alcor, se détendit, enclencha le pilote automatique, se laissant porter par son compagnon d'armes. Tous deux prirent, pour quelques temps, le chemin des songes, peuplé non plus des sbires de Véga mais de la présence aimante et rassurante, chaleureuse et souriante, de celles qu'ils aimaient.


*****************************************

A mesure qu'ils approchaient d'Akereb, l'atmosphère se chargeait de tension. Pas seulement parce que la planète avait dû subir plusieurs fois, pour asservir la population avant d'investir les lieux, les attaques de bombes au lasernium qui saturaient son atmosphère de radioactivité. Non, l'atrocité était ailleurs. Comme un avant-goût de l'Enfer, comme une réplique du Chaos originel. C'était comme s'ils avaient, depuis les cabines de Goldorak et de Cosmorak, entendu par avance les cris sans espérance de ceux qui avaient appelé la mort, faute de retrouver la vie. 1 Les deux jeunes gens ne pouvaient rester insensibles à cette aura.


- « Actarus..., fit Alcor d'une voix étranglée, interpellant son compagnon de route à bord de son vaisseau. C'est bizarre, je ne sais pas comment expliquer mais on dirait que, de là où nous sommes, on peut ressentir ce qui s'est passé ici...


-Je comprends, Alcor, je sais ce que tu ressens. Je le ressens aussi, mon frère. »


Les appareils continuaient à fendre les cieux. Le silence devenait lourd de sens. C'est alors qu'Alcor hasarda :


- « Actarus, je ne sais pas si tu te souviens...Il y a longtemps de cela déjà, lorsque nous sommes allés célébrer le nouvel an au somment de la montagne2. Une idée de ce bon vieux Rigel...Mizar  m’avait posé une question : il voulait savoir ce que j'allais demander aux dieux...Et moi, tout fier, je lui avais répondu...


-...Les dieux ne peuvent rien pour moi. Ce que je fais de ma vie ne dépend que de moi » termina Actarus. Alcor, aux commandes de son vaisseau, écarquilla les yeux devant une telle capacité de mémorisation.... « Oui je me souviens. Pourquoi me parles-tu de cela ?


-Je n'ai jamais été croyant ni même tenté de l'être, mais je crois que s'ils existent, j'aimerais que les dieux nous accompagnent sur le chemin que nous allons parcourir ensemble aujourd'hui... » balbutia Alcor.


Actarus acquiesça. Ils auraient sans nul doute besoin de toute la bienveillance des forces à l’œuvre dans l'univers pour dépasser ce qu'ils allaient découvrir.

1L'évocation des tourments endurés sur Akereb a été en partie inspirée par la lecture de l'Enfer de Dante (début du XIVème siècle), sans compter les épisodes 15 « Akereb la rouge » et 25 « les amoureux d'Euphor »

2Episode 14 « le jour du soleil levant »

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales