Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Après la guerre
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/04/2020
  • D'Eau et de Feu
    Les Amis du Livre
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 10/04/2020
  • Le fantastique et la mer
    IUT de Béziers
    Nb de signes : 6 750 - 11 250 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les Arts
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 22/03/2020
  • Coups de vent en mer
    Marathon Editions
    Nb de signes : 18 000 - 22 000 sec
    Genre : imaginaire
    Délai de soumission : 20/01/2020
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Ghost Hunt

Le Temple des Malheurs
[Histoire Terminée]
Auteur: Maggie31 Vue: 4202
[Publiée le: 2012-06-24]    [Mise à Jour: 2013-11-23]
G  Signaler Romance/Action-Aventure/Mystère/Horreur Commentaires : 5
Description:
Un étrange village comptait depuis des siècles de nombreuses disparitions. Lorsqu'une jeune femme intriguée, lu dans un article de journal ce fait des plus déconcertant, elle décida de découvrir ce qui s'y passait vraiment. Cependant, une rencontre en ce lieu changea sa vie à jamais et devint très vite un cauchemar. La fuite de la jeune femme et les conséquences de tout ceci la mirent dans un pétrin dans lequel elle ne pouvait s'en sortir seule. La SPR pouvait-t-elle la sauver et lever le voile qui recouvre tant de mystères ?
Crédits:
Aucun des personnages que vous connaissez ne sont à moi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 11 : Sauvé !

[4555 mots]
Publié le: 2013-02-22
Mis à Jour: 2013-04-12
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur bonne lecture !

Chapitre 11 :


Sauvé !




La jeune femme se retournait les paroles du garçon dans la tête. Plus les minutes passaient plus un sentiment de culpabilité l'envahissait. Il était vrai qu'il l'avait aidée et soutenu à plusieurs reprises et qu'elle ne l'avait jamais remercié. Pire encore, elle le repoussait sans arrêt et lui manquait de respect comme il le lui avait fait remarquer. En y pensant bien, la voyageuse ressemblait au patron de la SPR sur ces points là. Elle était froide et odieuse comme lui. Elle se pinça la lèvre. Il fallait qu'elle se calme et change d'attitude.

Elle sortit de la douche et se sécha. Toujours dans ses pensées, la jeune femme s'habilla. Elle se brossa les dents et se coiffa puis lorsqu'elle eut terminé, elle ramassa son pyjama et sortit. Cependant, elle ne vit pas la personne en face et la percuta.

C'était l'employée de la SPR. Elle avait l'air pressée et lui annonça rapidement que le patron réunissait tout le monde.

La jeune femme alla donc voir ce qui se passait, non sans se poser des milliers de questions. Alors qu'elle ouvrit la porte, elle entendit des éclats de voix. Elle entra et vit que la fille aux cheveux courts s'acharnait sur le boss égocentrique.

- « Naru ! Tu ne peux pas faire ça ! C'est n'importe quoi !

- Mai. Thé.

- Je ne vois pas qui, dans cette maison, pourrait créer ... » commença l'employée, éludant sa 'demande'.

Elle fut interrompu par le geste d'agacement de son patron. Il se leva et dit quelques mots à son secrétaire.

La voyageuse s'assit à côté de son frère. Elle sentit un regard appuyé sur elle et releva la tête. C'était l'employé de son père qui, gêné, détourna les yeux. La jeune femme ne comprit pas et soupira. Son frère l'observa, incrédule, mais il n'eut pas de réponse car le patron avait enfin prit conscience de la présence d'humains dans la pièce avec lui.

- « Nous allons faire un test. Il semblerait qu'il y ait un autre esprit dans cette maison. Je pense qu'il s'agit d'un poltergeist : un phénomène provoqué par la peur d'un adolescent. Comme vous avez l'âge requis, je vais pratiquer une séance d'hypnose afin de vous implanter une idée pour vérifier cette hypothèse »

Il y eut un grognement de la part de la fille aux cheveux châtains qui fut ignoré superbement puis le patron alla s'asseoir et continua :

- « Donc je demande à tous de venir ici à 19h. Merci. »

Encore une fois jetés dehors les jeunes gens allèrent se réfugier dans la cuisine. La voyageuse demanda à son frère et l'employé de son père ce qu'il voulait boire et fit chauffer de l'eau. Apparemment la manie du patron avait affecté tout le monde puisqu'ils voulait du thé. La jeune femme sortit des biscuits et de servit un verre de soda. Puis elle versa l'eau bouillit dans deux tasses et mit deux sachets dedans.

- « Naru est vraiment hargneux, remarqua le plus jeune.

- Naru ? Demanda sa soeur.

- Oui. C'est le surnom du patron de la SPR que Mai lui a donné.

- Mais dis moi, tu en sais des choses ! Tu es proche d'elle, petit frère ! Le taquina-t-elle.

- Arrête. Ça n'a rien a voir. Et puis je m'ennuie avec les deux autres quand je vous attends pour parler de 'l'affaire' » répondit-il en faisant les guillemets avec ses doigts.

L'employé de leur père s'excusa et sortit de la cuisine. Le frère de la jeune femme la regarda avec suspicion.

- « Qu'est-ce que tu lui as fait encore ?

- Comment ça, encore ? Demanda la voyageuse sur la défensive.

- Il ne dit plus rien.

- Ne me fais pas rire. Il était comme ça avant, répondit-elle du tac-au-tac.

- Avant ? Alors il s'est vraiment passé quelque chose, comprit son frère.

- Je me suis énervée et il m'a dit qu'il en avait marre que je lui manque de respect, avoua la voyageuse en soupirant.

- Ainsi donc c'est enfin arrivé ! Je n'arrête pas de lui dire de se défendre et de te clouer le bec. Il refusait à chaque fois mais la il l'a fait. Je suis fier de lui.

- T'es gonflé ! S'indigna-t-elle.

- Bah quoi ? C'est la vérité. Tu es méchante avec lui »

Cette remarque lui fit l'effet d'une gifle. Elle baissa les yeux.

- « Eh oui. Il faut assumer, soeurette. »

Ce fut à ce moment là que l'employé de leur père revint s'asseoir en face d'eux. La voyageuse ne put s'empêcher de prendre les jambes à son cou et s'enfuit lâchement. Elle sentit les regards étonnés dans son dos mais elle n'avait pas la force de les affronter. Ses yeux brûlait et sa gorge s'était nouée. Elle entendit que son frère lui rappelait la réunion de 19h mais elle s'en fichait.

Lorsqu'elle fut dans sa chambre, la jeune femme s'effondra sur son lit et pleura toutes les larmes de son corps. Elle se sentait coupable de toute la méchanceté du monde. Elle s'en voulait tellement.

À 19 heures, la jeune femme avait séché les sillons sur ses joues et rejoignait les autres dans la grange. Apparemment, son frère et l'autre garçon n'était pas encore la. Elle s'installa donc sur le canapé à côté de la jeune femme qui lui sourit.

Quelques minutes plus tard, les autres arrivèrent sous le regard noir du patron. Les yeux de l'employé de son père se posèrent sur la jeune femme mais alors que les siens les croisèrent, il détourna une nouvelle fois la tête.

Le boss, avec une voix douce et mystérieuse, hypnotisa ses hôtes. L'idée qu'il leurs implanta était qu'à minuit pile, un tableau se décrocherait du mur. Il était question de celui de la chambre de la voyageuse. Puis la patron les réveilla en rallumant la lumière. L'esprit encore embué, les jeunes gens posèrent un regard incrédule sur le beau jeune homme égocentrique et furent, de nouveau, jetés de la grange. Cette fois, la voyageuse alla se coucher directement prétextant un mal de tête.

Le lendemain, le tableau n'avait pas bougé de place et l'hypothèse fut écartée. Le patron était passablement irrité lorsqu'il leurs annonça la nouvelle en ajoutant qu'ils avaient quand même une autre piste à explorer.

La journée se passa rapidement. Rien de nouveau. Morne journée. Puis le soir arriva. Ils se rassemblèrent dans la salle-à-manger pour dîner. Il n'y avait que la jeune employée et le frère de la voyageuse qui parlaient. Le seul point positif pour cette dernière était qu'elle n'avait pas à subir les répliques cinglantes du boss. Puis lorsque le repas fut terminé, les deux brins et la jeune employée retournèrent dans la 'base' et le frère de la jeune femme monta. Dans la cuisine, la voyageuse faisait la vaisselle alors que le garçon malheureux rapportait les affaires dans la pièce. Puis quelques minutes plus tard, son frère revint et sortit les poubelles. Lorsqu'il retourna dans la cuisine, il leur souhaita une bonne nuit et repartit.

La jeune femme se sentait mal-à-l'aise. Le garçon qui essuyait la vaisselle ne disait mot. Pendant plusieurs minutes, un silence persistait entre eux. Puis le jeune homme le brisa ce qui surprit la voyageuse.

- « Je suis désolé, commença-t-il. Puis voyant qu'elle ne répondait toujours pas, il répéta. Je suis désolé pour ce que je t'ai dit »

Un nouveau silence s'installa. Il était pesant. Les paroles du jeune homme retentissaient dans le cerveau de la voyageuse. Et lorsqu'elle eut terminer de laver la dernière assiette, elle s'essuya les mains et courut presque vers la sortit. Cependant, le garçon était bien décider à parler ce soir-là.

- « Tu vas m'éviter encore combien de temps ? Demanda-t-il.

- Le problème c'est que ...

- Le problème c'est que quoi ? Insista le jeune homme.

- Ichiro, le problème c'est que ce n'est pas à toi de t'excuser, répondit la jeune femme hésitante. Ces paroles lui coûtaient beaucoup.

- Ah bon ?

- Comme tu lui as dit, je t'ai manqué de respect et je m'en excuse. Mais tu devrait comprendre que j'ai envie d'avoir ma tranquillité aussi.

- Comment ça ? Demanda-t-il, perdu.

- En fait, j'aimerai que tu sois seulement un ami. Tu comprends ? Pas quelqu'un qui soit toujours derrière moi à m'admirer ou je ne sais quoi. Je ne suis pas narcissique mais tu me donnes vraiment cette impression. Ça m'oppresse » Expliqua la voyageuse.

Gênée, elle attendait la réaction de son interlocuteur qui ne vint pas.

- « Ichiro ?... Je sais que c'est égoïste ... Pardon, tenta de s'excuser la jeune femme.

- J'essayerais de ne plus t'embêter dorénavant, déclara le garçon en se grattant la tête visiblement surpris.

- Tu ... commença-t-elle hésitante.

- Ne t'inquiète pas pour moi, je ne le prends pas mal et je comprends tout à fait »

Il s'approcha d'elle et la serra brièvement dans ses bras. Il lui sourit une dernière fois et sortit de la pièce, non sans la regarder avec une expression triste. La jeune femme se sentit mal, très mal. Elle se prit la tête dans ses mains et se mordit la lèvre inférieure. Des larmes commençaient à couler. Elle resta longtemps accroupi par terre à se morfondre.

Puis, alors que la voyageuse reprenait contenance, elle entendit le bruit des réacteurs d'un avion. Elle releva la tête subitement. La porte claqua. Elle se précipita dessus mais elle était bloquée. La jeune femme tenta l'autre sortie qui donnait sur le jardin mais sans succès. La panique la submergea. Elle était de nouveau victime de phénomènes paranormaux.

La voyageuse chercha un objet qui pourrait l'aider à forcer une des portes. Elle jeta son dévolu sur une longue fourchette à deux dents tandis que les réacteurs l'assourdissaient toujours puis elle entreprit sa tâche. Cependant, la jeune femme sentit une force l'attirer vers le sol et dans sa chute, la fourchette voligea loin d'elle. La voyageuse se retrouva plaquer par terre sans pouvoir bouger. Elle entendit des mouvements et des coups sur les deux portes alors qu'elle hurlait en sachant pertinemment que l'objet qui se déplaçait sur le plan de travail au-dessus d'elle, était un couteau de cuisine vraiment aiguisé. Son cri redoubla d'intensité puisque maintenant elle pouvait voir le bout de la lame. Elle se déplaçait doucement. On aurait dit que quelqu'un prenait un malin plaisir à lui faire peur cependant le danger était bien réel puisque l'objet tranchant continuait son chemin et que l'esprit avait décidé de la tuer.

La peur la tenaillait. Ses entrailles étaient complètement broyés et son cerveau surchauffait. Bien sur c'était une façon de parler mais la voyageuse était tellement mal qu'elle avait l'impression que c'était vrai, que c'était ce qui lui arrivait vraiment. Sa gorge se serra et elle eut du mal à déglutir. Les réacteurs lui vrillaient les tympans alors que la lame se rapprochait encore et encore.

Soudain, l'une des portes s'ouvrit à la volée et la jeune femme fut déplacée jusque dans le salon alors que le couteau tombait sur le sol à carreaux. La voyageuse ne pouvait toujours pas bouger. Elle ne vit donc pas qui la traînait ainsi. La moquette lui brûlait le dos.

Quelqu'un lui sauta par dessus et un autre s'agenouilla à côté.

- « On peut dire que tu as eu chaud, soeurette » dit une voix.

Lorsque la voyageuse la reconnu, elle se jeta sur la personne et pleura dans ses bras.


(...)


Le lendemain matin, la jeune femme était allongée sur son lit. Elle repensait à ce qui s'était passé la veille. La discution avec l'employé de son père et le moment où elle avait failli mourir poignardée. Elle se souvenait que son frère lui avait expliqué que le garçon l'avait entendu tomber et hurler et qu'il lui avait demandé son aide pour la sortir de la cuisine. Il avait d'ailleurs enfoncé la porte avec une telle conviction que s'en avait été impressionnant. Puis après que son frère se moqua encore une fois d'elle, l'équipe était arrivée et avait conclu que la voyageuse ne devait plus rester seule désormais. La jeune femme avait pensé à ce moment là, qu'il fallait qu'elle frôle la mort pour que le boss égocentrique la prenne au sérieux et qu'il pense à sa sécurité.

C'était donc pour cela que l'employée de l'agence avait dormi avec elle sur un lit de fortune à côté. Il avait aussi été décidé que d'autres membres de l'équipe viendraient plus tard mais la voyageuse n'en était pas sur puisqu'elle n'avait pas réussit à bien entendre lorsqu'elle pleurait dans les bras de son frère.

La jeune femme regarda la fille aux cheveux marrons dormir. Elle semblait paisible. Son regard balaya la pièce puis se fixa sur le plafond. Elle réfléchissait. Il fallait qu'ils trouvent une solution rapidement sinon elle allait y rester.

Quelques minutes plus tard, elle se leva et alla se doucher. Puis elle retourna rapidement dans la chambre ni vu ni connu. La voyageuse fit son lit et s'installa dessus. Elle regarda l'heure : 7 h 45. La jeune femme prit donc son livre et commença un nouveau chapitre.

À 10h30, elle entendit des pas descendre et reconnu la démarche de son frère. Comme elle dormait encore, la voyageuse sortit sans faire de bruit pour ne pas réveiller l'employée de l'agence.

- « Je croyais que tu ne devais plus te balader toute seule ? Remarqua son frère alors qu'elle entrait dans la cuisine.

- Je t'ai entendu descendre alors je suis venu. Donc je ne suis pas toute seule.

- N'empêche, t'étais seule quand tu es sorti de la chambre et que tu es descendu, dit-il en mordant dans une tartine.

- Jun, tu me saoules.

- Bien chef » répondit le plus jeune sans le prendre mal.

La voyageuse prit, elle aussi, une tartine et la mangea lentement toujours dans ses pensées.

- « Ça te fout pas un peu la trouille, c't histoire, toi ?

- Surveille ton langage, Jun, le rabroua-t-elle.

- Oui ou non ? Insista son frère.

- Un peu oui, répondit-elle après un instant de silence. Tu crois vraiment que je n'ai peur de rien et que je suis un super héros. Je suis ta grande soeur pas Superman, ajouta-elle en souriant.

- Pff, n'importe quoi, répliqua le plus jeune alors qu'il était gêné. Bref ! Et Ichiro ? Il ne t'a pas consolé ?

- Arrête avec ça, s'énerva la voyageuse.

- Bah quoi ? Vous ne sortez pas ensemble ? Je croyais qu'hier soir quand vous étiez seul, vous ... répondit le frère puis lorsqu'il vit l'employé de leur père il s'arrêta et dit : Tiens quand on parle du loup »

L'intéressé le regarda surpris puis s'assit à côté de la voyageuse.

- « Laisse tomber, répondit la jeune femme las.

- Cette histoire n'est pas classée, répliqua son frère, taquin.

- Mêle-toi de tes oignons, rétorqua-t-elle.

- Arina, il faut assumer ...

- Jun, tais-toi ! Tu m'énerves, cria la voyageuse.

- Calmez-vous voyons, essaya d'apaiser le garçon.

- JE suis calme. C'est elle qui commence à s'irriter pour rien, répliqua le plus jeune.

- Oui et c'est toi qui me cherche des noises, enchérit la soeur.

- Je demande juste quelque chose de simple, un truc intéressant mais bon. Si dans cette maison on ne peut plus parler ...

- Oh fais pas ta mauvaise tête. Et puis ce que tu avances est faux.

- Je ne veux pas faire le fouineur mais de quoi est-ce que vous parlez ? » Demanda le garçon.

Il y eut un silence puis le frère de la jeune femme éclata de rire.

- « Ça m'étonne que tu ne l'ai pas renvoyer balader. Il s'est vraiment passé un truc.

- Au cas où tu n'es pas au courant, oui il s'est passé un truc hier. J'ai failli me faire tuer alors arrête de me faire c*, s'énerva une nouvelle fois la voyageuse.

- Oui mais à part ça ?

- Arrêtes, vraiment ... commença la jeune femme.

- Nous avons clarifier les choses, coupa le garçon. C'est tout, ajouta-t-il en voyant que le plus jeune demandait plus d'informations dans son regard.

- Maintenant Jun tu devrais finir ton petit déjeuner et faire ton lit, ordonna sa soeur.

- Comme si je ne le faisais pas tout les jours, marmonna-t-il alors qu'il s'exécutait.

- Je te ferais dire que tout les matins Maman ou moi sommes obligées de le te rappeler, répondit la jeune femme à son frère qui sortait de la cuisine. Il ronchonne mais au moins il m'écoute » soupira-t-elle plus à elle-même qu'au garçon qui lui souriait.

Quelques minutes passèrent sans qu'il échange le moindre mot. C'est alors qu'ils faisait la vaisselle (le frère de la voyageuse avait laissé ses affaires sur la table sans les nettoyer), que la jeune femme décida d'engager la conversation.

- « Alors tu vas faire quoi après ? Je veux dire quand l'enquête sera terminée ?

- Je ne sais pas. Je vais sûrement continuer à travailler chez ton père, répondit le jeune homme surpris.

- Lina m'a dit que tu avais obtenu une bourse pour aller étudier à l'étranger. Ça sera dans quel domaine ?

- Soit dans la gestion-comptabilité soit dans la science, dit-il après un bref instant d'hésitation.

- D'accord. C'est pas vraiment les mêmes domaines mais si tu aimes bien il n'y a pas de raison.

- Tu veux que je parte c'est ça ? Rigola-t-il.

- Non, ce n'est pas ça » répondit la jeune femme gênée.

La conversation continua jusqu'à midi. La voyageuse et le jeune homme commençait à bien s'entendre. La première n'avait pas besoin de faire des efforts pour contrôler son dégoût puisqu'il était plus supportable donc moins collant et le second avait l'air plus à l'aise ainsi. Le frère de la jeune femme était étonné par ce brusque changement de comportement mais s'en accommodait bien.

L'après-midi, la voyageuse décida de rendre une petite visite à la SPR, histoire de voir l'avancement de l'enquête. Cependant, elle fut déçu puisqu'elle se fit mettre dehors par l'humeur massacrante du patron. Soit disant ils avaient trop de travail. Pff !

Alors que la voyageuse était à mi-chemin de la cuisine, la porte de la grange s'ouvrit et laissa apparaître la fille aux cheveux courts complètement blasée. Elle lui sourit tout de même quand elle referma la porte.

- « Je suis désolée pour ... commença-t-elle lorsqu'elles furent assise dans le salon avec une tasse de thé à la main. (la manie du boss avait décidément atteint tout le monde).

- Ce n'est rien. Je commence à avoir l'habitude de ce caractère difficile » répondit la voyageuse en affichant un air maussade.

Elles burent toutes les deux le liquide chaud et un silence pensif s'installa. Alors que les deux jeunes femmes regardaient en face d'elle sans bouger. Puis l'employée de l'agence décida de le briser.

- « J'ai déjà pensé à démissionné mais, à chaque fois, l'idée de ne plus faire ce métier venait et cela m'était insupportable, lâcha-t-elle en fixant la fenêtre devant elle.

- Et le patron vous manquerez aussi, ajouta la jeune femme ce qui surpris l'autre qui se retourna brusquement vers elle.

- Oh, vous savez que je suis ...

- Oui. Je ne veux pas vous vexer mais ça se voit comme le nez au milieu de la figure » répondit la voyageuse en souriant sans lâcher des yeux le point invisible devant elle.

L'employée se remit au fond du siège dans sa position antérieure.

- « Tu sais, tu peux me tutoyer. On n'est pas si différente que ça, reprit la fille aux cheveux châtain.

- Comment ça ? Demanda l'autre en tournant la tête comme elle l'avait fait juste avant.

- Toi aussi, tu es amoureuse.

- Ah oui ? Je suis bien la seule qui n'est pas au courant apparemment, rit-elle en regardant la pluie qui tombait dehors.

- Quelqu'un te l'a déjà dit ? S'étonna la fille aux cheveux courts. En même temps, 'cela se voit comme le nez au milieu de la figure', reprit-elle avec un sourire en coin sans méchanceté.

- Ça fait des années que ma famille est bien décidée à me caser avec l'employé de mon père et essaye donc de me persuader que je suis amoureuse de lui, répondit la voyageuse ce qui fit rire son interlocutrice.

- Je ne sais pas comment je suis tombée amoureuse de ce type, soupira l'autre fille.

- Il n'y a que son caractère qui lui fait défaut alors en même temps qui peut résister, la taquina-t-elle.

- Ichiro, lui, il a tout pour plaire. Il est beau, gentil, intelligent et j'en passe. Vous feriez un merveilleux couple, contra la fille aux cheveux courts.

- Oh, non c'est pas vrai. Tu ne vas pas t'y mettre aussi » désespéra la voyageuse.

Elles se regardèrent sans rien dire puis éclatèrent de rire. Le bruit que faisait les filles attira son frère et le garçon ce qui coupa court à la conversation.

La jeune femme regardait le ciel par la fenêtre alors qu'elle était assise en tailleur sur le lit. Les phares des voitures qui passaient l'amusait. Depuis qu'elle était petite, elle adorait les observer. Elle se sentait apaisée lorsqu'elle faisait cela.

Quelques minutes plus tard, l'employée de la SPR entra dans la pièce habillé de son pyjama. Elles discutèrent de tout et de rien et la fille aux cheveux courts insista encore une fois sur le garçon dont, soit disant, elle était amoureuse. Puis vers minuit, elles s'endormirent.

Cependant, la voyageuse se réveilla une heure plus tard. Elle avait encore fait un cauchemar. Mais cette fois, la fillette était plus présente et lui demandait de rester sur ses gardes et de ne pas rester seule. Elle avait vraiment insisté. Un mauvais pressentiment s'empara d'elle. Pourtant rien n'avait l'air anormal. Elle voulait allumer la lumière mais elle risquait de réveiller la jeune femme à côté. La jeune femme avait froid. Elle se frotta les bras mais s'arrêta bien vite puisqu'elle entendit des pas précipités monter les escaliers. Puis brusquement la porte s'ouvrit laissant apparaître le patron égocentrique tout essoufflé.

- « Qu'est-ce qu'il se passe ? » Demanda une vois ensommeillée à côté de la jeune femme.

Cependant, elle n'eut pas de réponse. Le boss appuya sur l'interrupteur et regarda partout dans la pièce sous les yeux des deux jeunes femmes.

- « Eh oh ! Il se passe quoi à la fin ?! » S'impatienta la voyageuse.

Pas de réponse. Le jeune homme sortit de la pièce et les deux filles le suivirent. Ils entrèrent dans la chambre du plus jeune. Le patron refit le même manège mais plus rapidement. Puis il redescendit et alla dans la grange suivit par tout le monde puisqu'il avait attisé la curiosité de tous. Le jeune homme parla en anglais à son secrétaire et fixa les écrans. Il prit les notes sur le bureau de fortune et resta sans bouger quelques minutes.

Soudain, le patron fronça les sourcils et se rapprocha d'un des écrans. Puis il regarda la température de la chambre et augmenta le son du casque qu'il venait de mettre. Le secrétaire se rapprocha et n'eut pas le temps de retenir le plus jeune puisqu'il sortit brusquement de la pièce.

- « Naru ! Non ! » avait-il hurlé avant de le suivre précipitamment.

Les autres qui restaient encore dans la salle ne bougèrent plus pendant plusieurs secondes puis la jeune employée les suivirent vite imitée par ceux de derrière.

Dans la chambre de la jeune femme, tout le monde était rassemblé immobile au centre de la pièce. La voyageuse sentait que quelque chose allait arriver.

La température avait vraiment chutée. La jeune femme jeta un coup d'oeil à la fille aux cheveux châtains qui fixait son patron. Puis soudain, le fauteuil dans le coin fut balancé au centre de la pièce ce qui dispersa le groupe. Les bruits de réacteurs réapparurent plus violents que jamais. Le patron cria quelque chose mais la voyageuse ne l'entendit pas.

Son frère lui prit le bras et la rapprocha de lui et de l'employé de leur père.

- « Il faut sortir » hurla le plus jeune.

Ils mirent debout et commencèrent à s'avancer vers la sortie. Cependant, la commode percuta le frère de la jeune femme qui s'effondra au sol assommé. La voyageuse n'eut pas le temps de réagirent puisque le coffre se déplaçait dangereusement vers elle et que le garçon lui attrapa le bras et la fit sortir de la pièce. Ils se retrouvèrent dans le couloir éteint. Ils entendaient toujours les réacteurs mais les bruits derrière la porte qui s'était refermée après leur passage inquiétait beaucoup la jeune femme. Elle se releva et tenta de la rouvrir mais le jeune homme l'en empêcha.

- « Laisse moi ! Hurla-t-elle.

- C'est trop dangereux !! répondit-il en réussissant à l'éloigner du panneau de bois.

- Ils sont encore à l'intérieur ! Il y a mon FRERE !!!!! »

La voyageuse se précipita à nouveau vers la porte mais elle fut interceptée par le jeune homme qui la força à se calmer. Mais lorsqu'elle releva la tête, elle vit une silhouette blanche loin d'eux. Alors que la jeune femme hurlait et que le garçon tentait de la raisonner, l'esprit approchait dangereusement. Soudain, une voix glaciale dit :

- « Je vais enlever ta vie comme tu l'as fais à ma fille »

La voyageuse sentit des mains autour de sa gorge. Elles se serraient de plus en plus. La jeune femme agonisait sous les yeux impuissant du jeune homme. Elle n'arrivait plus à respirer et perdait connaissance alors qu'il appelait au secours. Au moins avant de mourir, elle aurait comprit enfin quelque chose d'important qu'elle ne voulait pas concevoir jusqu'à présent alors que tout le monde s'évertuait à la raisonner.

Puis alors qu'elle se sentait partir, elle entendit une voix d'homme réciter des chants religieux. Avant de sombrer complètement, elle perçu une autre voix, cette fois féminine dire.

- « Eh bien ! Apparemment, on arrive juste à temps ! »


Commentaire de l'auteur À suivre ...
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales