Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • New Game +
    Réticule
    Nb de signes : 4 800 - 24 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Relation humain / animal
    Bleu héron
    Nb de signes : 150 000 - 160 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Beurk !
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 50 - 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/02/2021
  • Mobilités alternatives
    Encres
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/01/2021
  • Grand Prix Littéraire du Golf
    Fairways Magazine
    Nb de signes : 500 - 6 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 01/03/2021
  • Paradis artificiels
    [erminbooks]
    Nb de signes : 30 000 - 90 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • La Commune de Paris
    La Clef d'argent
    Nb de signes : 10 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/05/2021
  • Avis de tempête(s)
    Éditions des embruns
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • De Mythologia
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Horizon perpétuel 21
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 10 000 - 80 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 31/03/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Changement d'adresse IP non prévue
 par   - 82 lectures  - Aucun commentaire

Fanfic Fr a été inaccessible suite à un changement d'adresse IP non prévu.
Le changement a été fait sans me prévenir, ce qui fait que les serveurs DNS n'étaient pas à jour et continuaient à rediriger vers l'ancienne adresse.

 

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 899 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Get Backers

Je ne souhaite qu’une chose, c'est de t'avoir près de moi.
[Histoire En hiatus]
Auteur: Manaka Vue: 1290
[Publiée le: 2009-03-05]    [Mise à Jour: 2010-12-18]
G  Signaler Général/Romance/Mystère Commentaires : 7
Description:
Suite à une lettre, Madoka part pour les Etats Unis. Cette séparation rend quelque peu, Shido, malheureux. Le fait de ne plus la voir, le fait souffrir mais le fait d’avoir de ses nouvelles à travers des lettres, atténue sa douleur au cœur. Pour éviter de trop penser à elle, il se consacre entièrement au travail, dans l’espoir, d’économiser de l’argent pour pouvoir la rejoindre.

Pourtant un jour, plus aucune lettre n’arriva et cela inquiéta Shido. A cause de ca, Shido ne pu jamais totalement s’investir dans son travail, perturber de pas savoir ce qui avait pu arriver à la jeune femme.

Ce fut lors d’un travail, qui aller lui permettre par la suite de partir pour les Amérique, qu’il rencontra, une jeune femme…


Resumer Modifier


Crédits:
Les personnages appartiennent tous à l'auteur de Get Backers
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 3 : Je serais toujours là pour t'attendre.

[1941 mots]
Publié le: 2009-10-03
Mis à Jour: 2009-12-10
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Je n'ai pas abandonné cette fics même s'il y a peu de lecteur et comme je tiens à celui là, je ferais en sorte de le terminer. Mais pour ceux que ca intéresse la parution, se fera rarement.

 

Chapitre 3 :   Je serais toujours là pour t’attendre.

 

 

 Pov Shido

 

Moi qui ne souhaiter que chasser la tristesse de ton visage. Je ne m’attendais pas un seul instant à recevoir de plein fouet, une telle révélation. J’étais comme paralyser, ne sachant que faire, face à cette situation. L’idée même de ne plus jamais te revoir, me serra douloureusement le cœur. Pourtant je dû me montrer fort, pour toi dans les larmes ne cesser de couler. Ton corps secouer de sanglot, m’attrister d’avantage et je n’aimais te savoir ainsi. Instinctivement, je me mis à t’enlacer plus fort  contre moi pour apaiser ton chagrin.

-          Ne pleure pas Madoka. Murmurais-je à son oreille. Je n’aime pas te voir ainsi.

Avec beaucoup de tendresse, je me mis à lui caresser les cheveux, attendant patiemment qu’elle se calme.

Madoka mit une bonne dizaine de minutes avant de cesser de pleurer mais elle resta tout contre moi. Aucun de nous ne songea à parler et seul le battement de nos cœurs, semblait perturber le silence qui s’était installé dans la pièce. Contre toute attente, ce fut toi qui brisas en première ce silence.

 

-           Shido ? dit elle doucement

-           Oui.

-           Tu dois me trouver ridicule d’avoir tant pleuré…

-           Tant que c’est toi, je ne trouverais jamais cela ridicule.

-           Merci pour tout, Shido.

-           Ce n’est rien. Je serai toujours là pour toi, tu le sais bien Madoka.

-           Oui, je le sais. Mais…que vas-tu faire, si je ne suis plus là ? De plus, je serais en Amérique, à Los Angeles.

 

Comment lui expliquer, que l’idée de la voir loin de moi, aller me faire souffrir ?  Que je ferais tout pour qu’elle reste près de moi. Mais si je le  lui disais, n’agirais je pas de manière égoïste à tentant de la retenir  de cette manière ?

Non, je ne pouvais tout de même pas lui demander une telle chose. Madoka avait sa vie à elle et si elle avait prit cette décision, c’était son droit. De plus, que pouvais-je lui offrir en retour ? Une vie d’errance et la compagnie des animaux. Non, elle méritait mieux que ça et pour son bien, je devais accepter son départ.

 

-           Et bien…je travaillerais toujours comme récupérateur.  J’économiserais et je viendrais te voir aussi souvent que possible. Disais-je en lui souriant.

-           C’est vrai. Dit-elle en relevant la tête pour me fixer.

 

Comment ne pas fondre face à un tel visage rayonnant. En lui donnant de l’espoir, j’avais ramené la joie sur son visage et la voir ainsi, me fit sourire.

-           Oui. Disais-je en hochant la tête. Je viendrais si souvent te voir, que tu auras l’impression que l’on n’a jamais été séparé.

-           Mais…ce ne seras pas un peu trop cher pour toi ? demanda t elle l’air, quelque peu inquiète.

-           Bah ! Je me débrouiller…mais ne t’en fais pas, je parviendrais à venir te voir.

-           Alors moi, je te promets de t’écrire tout les jours. J’essayerai de convaincre mes parents de me laisser vivre ma vie, après tout je suis une adulte et je suis sûre qu’ils comprendront.

 

Comme toujours, Madoka trouvait toujours les mots pour me réconforter. Elle avait réussi à me redonner de l’espoir, que cette séparation n’aller pas signifier pour toujours. Mais je devais éviter de m’y accrocher, sinon je risquerais de sombrer dans la douleur si jamais, cette séparation été définitive. Décidé à ne pas dévoilé mes émotions, je me mis à lui parler d’une voix douce et confiante.

 

-           Fais comme tu le sens, Madoka ! Car peu importe ce qui se passe par la suite. Sache que je serais toujours là pour t’attendre.

-           Oh, Shido ! dit elle d’une voix émue tout en se serrant d’avantage contre lui.

 

Cette promesse, était bien la seule chose que je pouvais lui offrir et pour qu’elle parte l’esprit tranquille. Car peu importe le temps que dura notre séparation, je serais toujours là pour l’attendre.

 

 

Fin Pov Shido

 

 

Durant ses derniers jours avant son départ pour  les Etats Unis. Madoka et Shido passèrent des journées entières ensemble et vivaient pleinement ces moments pour se faire chacun, de merveilleux souvenirs.

Leur amis préparaient même une fête de départ pour Madoka, qui fut si émue qu’elle en pleura.

Les jours passèrent si rapidement, que le jour du départ arriva.

 

  

A l’aéroport  de Tokyo :

 

Madoka attendait nerveusement dans la salle d’attente, son vol. Tout s’était passé si vite ce matin, qu’elle avait à peine eu le temps de dire au revoir à tout ses amis. Mais ce qui l’attrister le plus, était de n’avoir pas dit au revoir à Shido qui étrangement n’était pas là au moment des adieux.

Elle espéra du fond du cœur, qu’il viendrait la voir au moins avant qu’elle ne prenne l’avion. Mais plus les minutes s’écoulaient et plus elle s’inquiétait de ne pouvoir lui parler une dernière fois.

-           Les passagers du vol 215 en partance pour les Etats Unis, sont prié de se présenter  à l’embarquement 65 A.

Madoka savait qu’il s’agissait de son avion. Mais elle préféra attendre un peu dans le seul, de pouvoir revoir une dernière fois Shido.

-           Mademoiselle Madoka ! l’interpella une voix féminine. Nous devons y aller !

-           Je t’en prie, Mira. Dit-elle en se retournant vers son interlocutrice. Accorde-moi, dix minutes.

-           Bien mademoiselle, Madoka.

Mira, qui était au service de Madoka depuis dix ans, avait parfaitement compris les raisons qui avait poussé la jeune femme, à retarder leur départ. Aussi décida t elle de s’éloigner de la jeune femme, pour qu’elle soit seule à seule avec son amoureux. Elle lui devait bien ça, puisque Madoka avait souhaité l’emmener avec elle, pour l’accompagner aux Etats Unis.

Dix minutes s’étaient écoulé et Shido n’était toujours arrivé au grand dam de Madoka qui désespérer de ne pouvoir le revoir. D’autant plus qu’elle ne pouvait se permettre d’attendre d’avantage, en entendant la voix de l’hôtesse.

-           Dernier appel, pour les passagers du vol 215, en partance pour les Etats Unis. Veuillez vous présenter à l’embarquement 65 A

Jusqu’au bout, elle l’avait attendu et à présent, il était trop tard.

Regrettant quelque peu de ne pouvoir voir Shido, Madoka se décida à partir le cœur lourd. Elle était si triste, que des larmes se mirent à apparaître aux coins de ses yeux.

-           Non, il ne faut pas que je pleure. Dit-elle en s’essuyant les yeux.  Je sais que Shido n’aimerai pas me voir ainsi…

-           Oui…parce que je te trouve plus jolie lorsque tu souris. Dit une voix masculine à son oreille.

Madoka ne pu s’empêcher de pousser un cri de surprise, en reconnaissant Shido. Celui-ci venait d’arriver et bien qu’essoufflé, il était arrivé silencieusement à côté de la jeune fille pour l’enlacer.

-           Pardonne-moi, d’être arrivé en retard. S’excusa t il auprès d’elle.

-           Ce n’est pas grave Shido. Répondit-elle en se retournant vers lui. Tout ce qui compte à présent, c’est que tu sois là !

 

Shido aurait tant aimé lui dire bonne chance ou encore lui dévoilé ses sentiments. Mais il était si timide encore, que ses mots moururent sur ses lèvres.

 

Mais Madoka n’avait pas besoin de mots pour s’exprimer et elle si heureuse de le revoir une dernière fois, qu’elle préféra agir plutôt que de parler. Alors  elle se colla tout contre lui.

 

A travers cette étreinte, Madoka voulait sentir sa chaleur, son odeur. C’était un moyen pour elle, de se donner du courage, lorsqu’elle serait en Amérique et pour mieux supporter son absence.

 

 Shido fut quelque surpris par ce geste mais il se dit, que c’était mieux ainsi pour se dire au revoir. Alors, il entoura Madoka de ses bras puissants  avec toute la tendresse qu’il pouvait avoir, vivant intensément ce moment, pour le graver, dans sa mémoire comme dans son cœur.

Dans les bras  de l’un et de l’autre, ils oublièrent tous ce qui les entouraient et c’était comme si le temps autours d’eux s’était arrêter, pour permettre à ces deux êtres, de savourer cet instant de paix. Pourtant rien n’était éternel et la voix féminine de Mira se fit entendre, interpellant poliment Madoka.

-          Mademoiselle Madoka ! Il est l’heure de partir.

Cette voix sonna la fin de leur étreinte, annonçant par la même occasion leur séparation. Shido ne parvenait à se défaire de Madoka car il avait tant besoin d’elle, de l’avoir près de lui. Pousser par l’intensité de ses sentiments, il prononça les mots que lui crier son cœur.

-          Reste, Madoka. Dit-il en lui murmurant au creux de l’oreille.

On l’entendant, Madoka sentie son cœur se gonflé de tristesse. Elle qui se voulait forte, ces simples mots avait suffit à la faire pleurer. Elle avait beau essayer de les retenir mais rien y fait. Shido les remarqua et se senti désolé de la voir en larme.

-           Pardonne-moi, de t’avoir dit ca ! dit-il en s’excusant.

Il se mit à les retirer de ses mains et lorsqu’une d’elle perla au coin d’un œil, Shido d’un geste tendre, embrassa son œil pour la faire disparaître. Ce geste bien qu’innocent et quelque peu involontaire de la part du jeune homme, fit quelque peu rougir Madoka. Celle-ci fut surpris par ce geste doux car c’était  bien la première qu’il montrait son affection pour elle. Lorsque celui-ci se rendit de ce qu’il avait fait, Shido en fut troublé et s’écarta brusquement d’elle, tout en rougissant.

-          Je…ne…sais pas ce qui…ma prit ! Bredouilla t il

Madoka  se mit à lui sourire, du trouble du jeune homme, dans elle ne pouvait s’empêcher de le trouver mignon.

-          Ce n’est pas grave, Shido !

Oui, ce n’était pas grave, car au moins, elle pourrait toujours se souvenir de ce baiser.

-           Bon…à présent je dois partir, Shido.

-           Je le sais et c’est pour cette raison, que je tiens à t’offrir un cadeau.

 

Le jeune homme se mit à prendre la main de Madoka et déposa une boîte au creux de sa main.

-           Qu’es ce que c’est ? demanda t elle, en touchant du bout des doigts l’objet.

-           C’est quelque chose qui te permettra de toujours te souvenir de moi et je tiens à ce que tu ne l’ouvres que dans l’avion.

 

C’était à cause de ce cadeau, que Shido était arrivé en retard et il avait eut quelque peu peur, de ne pas arriver à temps. Heureusement pour lui, la chance lui avait souris puisque Madoka l’avait attendue.

 

-           D’accord Shido. Dit-elle en lui souriant. Je te promets de l’ouvrir dans l’avions.

 

Une dernière fois, ils s’enlacèrent et puis se quittèrent, tout en se promettant de s’envoyer des lettres.


Shido resta longtemps à l’aéroport pour voir l’avion de Madoka partir. Ce ne fut que lorsqu’il n’était plus qu’un point dans le ciel, qu’il se décida à s’en aller. Bien qu’attristé par son départ, Shido savait que la jeune fille pensera toujours à lui, grâce au cadeau qu’il lui avait offert.

 

 

Dans l’avion, Madoka fut ébahi par le présent que lui avait offert Shido, qui était une bague. Mira lui indiqua que c’était une magnifique bague en or blanc, serti d’un petit diamant au centre, poser sur une paire d’aile. Mais ce que la jeune femme trouva de merveilleux, c’était l’inscription à l’intérieur, qui était en braille et qui disait « Je t’attendrai ». Elle se terminait par la lettre S, qui désigner Shido.

 

A présent, elle comprenait mieux, le sens des mots qu’il avait prononcé lorsqu’ils s’étaient quittés tout les deux.

 

-           C’est quelque chose qui te permettra de toujours te souvenir de moi…

 

Madoka fut toucher par le présent que lui avait offert Shido et elle se mit à le mettre à son annulaire gauche.

 

-           Peu importe la distance qui nous sépare… car jamais je ne cesserais de t’aimé. Dit elle d’une voix émue, tout en déposant un baiser sur la bague.

 

 

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales