Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • New Game +
    Réticule
    Nb de signes : 4 800 - 24 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Relation humain / animal
    Bleu héron
    Nb de signes : 150 000 - 160 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Beurk !
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 50 - 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/02/2021
  • Mobilités alternatives
    Encres
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/01/2021
  • Grand Prix Littéraire du Golf
    Fairways Magazine
    Nb de signes : 500 - 6 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 01/03/2021
  • Paradis artificiels
    [erminbooks]
    Nb de signes : 30 000 - 90 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • La Commune de Paris
    La Clef d'argent
    Nb de signes : 10 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/05/2021
  • Avis de tempête(s)
    Éditions des embruns
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • De Mythologia
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Horizon perpétuel 21
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 10 000 - 80 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 31/03/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Changement d'adresse IP non prévue
 par   - 59 lectures  - Aucun commentaire

Fanfic Fr a été inaccessible suite à un changement d'adresse IP non prévu.
Le changement a été fait sans me prévenir, ce qui fait que les serveurs DNS n'étaient pas à jour et continuaient à rediriger vers l'ancienne adresse.

 

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 885 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

FullMetal Alchemist

La légende de l'Alchimiste
[Histoire Terminée]
Auteur: Jill Kuchiwa Vue: 10044
[Publiée le: 2016-02-24]    [Mise à Jour: 2017-05-22]
G  Signaler Action-Aventure/Amitié/Tranche de vie Commentaires : 83
Description:
Il est l'heure de faire place à la génération suivante.
Lorsque Rina Elric, digne fille de son père, veut trouver par tous les moyens ce pour quoi elle est faite et quel est véritablement son destin, elle ne se doute pas une seule seconde des choses, bonnes et mauvaises, qui l'attendent... Et que va tout changer. Autant pour elle que pour son entourage.

L'histoire est divisée en 44 chapitres + prologue et épilogue.

ATTENTION : Si vous ne voulez pas être spoiler, tâchez d'avoir fini le manga ou l'anime "FMA Brotherhood"... Promis, un jour je ferais une fic dont même ceux qui n'ont pas finis le manga pourront lire !
Crédits:
Aloooooors, comment dire... Il y a beaucoup de personnages n'à moi, rien qu'à moi !
Les autres personnages et l'univers dans lequel ils évoluent, viennent de l'oeuvre originale de Hiromu Arakawa, que je ne remercierais jamais assez d'avoir créer "Fullmetal Alchemist".
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Ne jamais capituler

[4974 mots]
Publié le: 2016-08-20Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Oui je sais, j'ai osée vous faire ce coup deux fois de suite... Mais je pense que vous allez devoir vous y habituez ! En effet, demain je vais partir pour (enfin) faire ma dernière formation et donc j'aurais moins le temps de poster entre le centre de formation et le stage... Donc je pense que ça va partir sur un chapitre une semaine sur deux !
Pas de panique, même si j'ai peu d'espoir de réussir à vous publier les 3 fics qui suivantes, quoiqu'il arrive je finirai de vous poster celle-là !

-C’est le grand jour, fit Ed en regardant par la fenêtre. Elle doit être en train de faire ses derniers exercices avant son départ demain matin.

Winry, qui était venu faire sa pause-café dans le bureau de son mari pour passer quelques minutes avec lui, hocha la tête.

-Je me demande dans quel état elle est…

-On n’a pas eu de coup de fil de l’hôpital ou de mon maître pour nous apprendre sa mort, donc je suppose qu’elle tient encore debout !

-Je crois que le proverbe « Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort » a été créé pour elle… Et pour toi, aussi.

-Je ne le connaissais pas, celui-là ! Je l’aime bien !

Winry sourit et se pencha pour l’embrasser.

-Il faut que je retourne travailler, murmura-t-elle contre ses lèvres.

-Tu es sûre ? Je suis certain qu’Edwin se débrouille très bien…

-C’est toi qui te sens délaissé, maintenant ? se moqua gentiment Winry en s’asseyant sur ses genoux.

-On ne s’est pas beaucoup vu ces derniers temps, hormis pour les repas…

-Je sais… Il y a beaucoup de commandes dernièrement et le peu de temps que je peux passer avec toi, Ayame te monopolise.

En effet, la fillette ne cessait de proposer des balades ou de quémander des histoires, plus particulièrement lorsque Winry pouvait enfin se retrouver avec Ed. La jeune femme ne pouvait s’empêcher de penser qu’Ayame essayait de s’approprier Eward… Le regard noir que lui lançait la rouquine lorsqu’Ed acceptait de jouer avec elle le confirmait souvent… Les relations étaient de pire en pire en la mécanicienne et la petite fille… Quant à Edwin, c’était tout juste si Ayame captait sa présence. Elle n'était pas aussi agressive avec lui qu'avec Winry, mais continuait de l’ignorer.

-Je crois qu’il n’y a plus rien à faire, soupira ensuite Winry. Elle ne m’acceptera jamais…

Ed tourna la tête vers sa femme et fronça les sourcils.

-Ça ne te ressemble pas de te laisser faire, comme ça.

-C'est à dire ?

-Eh bien… Edwin ou Rina se comporteraient comme ça, tu leur aurais remonté les bretelles depuis longtemps… Qu’elle ne t’aime pas O.K, mais je vois bien qu’elle te manque de respect, tu sais… Et ça m’étonne un peu que tu te laisses marcher sur les pieds. C’est vrai que c’est une orpheline et qu’elle n’a pas eu une vie facile, certes… Mais j’ai l’impression qu’elle sait qu’elle te fait de la peine et qu’elle en joue pour faire tout ce qu’elle veut. N’oublie pas que c’est une enfant, et tous les enfants ont besoin d’avoir une limite. Je t’aiderai bien mais pour qu’elle te respecte enfin, c’est à toi de fixer cette limite.

-Et toi qui devine toujours tout, je parie que tu sais déjà pourquoi elle a autant de mal avec Edwin et moi, soupira Winry d'un air désespérée.

-J’ai ma petite idée… Mais je te laisse avoir la confirmation.


**

-Ils ont vachement progressé ! s’exclama Iyoko.

-De toute façon avec cet entraînement il n’y avait pas trente-six solutions, fit remarquer Elizabeth, soit ils progressaient, soit ils crevaient la gueule ouverte a cause de la fatigue…

-Pas faux… Dîtes, je peux vous poser une question, adjudant-chef ?

Ayant une petite idée de la question, Elizabeth hésita un petit moment avant de faire un léger hochement de tête.

-Qu’est-ce que vous avez contre Rina ? J’ai du mal à croire que vous la détestez seulement parce qu’elle a attrapé Hiro et Darrick avant vous…

Mustang se retint de lever les yeux au ciel, elle en était sûre…

-J’aime avoir les choses sous contrôle, qu’on respecte les règles… Et elle, elle est imprévisible, incontrôlable et ne respecte que ses propres règles. Ces personnes-là ne sont bonnes qu’à attirer les problèmes… (Elle soupira) Je sais que mes réactions avec elle sont excessives, je le sais… Mais je ne peux pas m’en empêcher. Elle représente tout ce que je déteste.

Les deux jeunes filles restèrent silencieuses.

-Vous n’avez rien à dire, WindStorm ? demanda Ellie, au bout d’un moment.

-J’ai demandé à ne vous poser qu’une seule question, adjudant-chef… Mais, si je peux me permettre une remarque, vous ne la connaissez pas assez pour la juger ainsi. Vous devriez apprendre à la connaître… D’ailleurs, je trouve qu’il y a une part de vous en Rina. Une part que vous voulez oublier.

-Nous n’avons rien en commun.

-Le colonel Jon m’a dit qu’avant, vous étiez proche de votre père, vous aussi.

-Ce fichu Jon, il parle trop, grogna Elizabeth. C’est vrai que s’il y a une part de moi que j’aimerais oublier, ce serait mon père…

Tout à coup, quelque chose passa à vive allure entre elles, provoquant comme un courant d’air. Iyoko et Elizabeth tournèrent la tête en même pour suivre la direction du « projectile » … Et découvrirent qu’il s’agissait en fait de Rina, qui avait été une nouvelle fois envoyé au loin par son maître. La pauvre adolescente gisait sur le dos, complètement essoufflée et épuisée.

-J’en peux plus, souffla-t-elle en s’asseyant. Dire qu’on doit tenir encore une heure… Et qu’après on a quatre-cents pompes à faire… Et après trente-cinq kilomètre de cou… (Elle enfoui son visage entre ses mains) Olala, je ne finirais jamais cette journée vivante.

Iyoko sourit et s’approcha de son amie pour lui masser les épaules façon « Coach de boxeur ».

-Allez championne ! encouragea-t-elle. J’ai confiance en toi ! Tu as tenu jusqu’à aujourd’hui, je ne tolérerais pas que tu te laisses abattre maintenant !

Rina éclata de rire et attrapa la main que lui tendait l’Ishbal pour l’aider à se relever. Pendant ce temps, Darrick continuait de s’acharner contre Izumi. S’il n’arrivait que rarement à la toucher, il en était de même pour Izumi désormais, ce qui était un vrai progrès. Tout à coup, elle se déporta sur sa gauche, le côté de son œil crevé.

« Elle veut profiter de mon angle mort ! » devina Darrick.

Comprenant qu’il n’avait pas le temps de réagir, il se prépara à se mettre en garde. Tout à coup, Izumi revint dans son champ de vision quand elle recula, afin d’éviter un coup de pied de Rina. Elle avait compris ce que leur maître avait cherché à faire et était vite intervenue pour le protéger. Izumi eut un sourire en coin, satisfaite. Si Darrick et Rina ne s’entendaient pas toujours, ils avaient réussi à atteindre un grand niveau d’esprit d’équipe, ce qui révélait de l'exploit !


~*Le soir même*~


Rina sursauta quand, lorsqu’elle entra dans la salle de bain, elle découvrit Darrick dans la pièce.

-Oh, excuse-moi ! s’empressa-t-elle de dire. Je-Je sors tout de suite.

-Ce n’est rien, j’essaye juste de nettoyer mon œil…

-Ah ! Tu veux que je t’aide ?

-Non… C’est bon je peux me débrouiller tout s…

Mais Rina s’approchait déjà.

-Laisse-moi voir, ordonna-t-elle d’un ton ferme et doux à la fois.

Elle leva doucement le bras pour frôler le pansement. Elle demanda l’autorisation à Darrick du regard. L’adolescent la lui donna d’un hochement de tête. Rina souleva délicatement le pansement et fronça les sourcils lorsqu’elle vit la grande cicatrice qui remplaçait son œil. Ce n’était pas bien joli-joli…

« Et encore, c’est en voie de guérison… Je n’ose pas imaginer à quoi ça ressemblait au début… »

-Alors ? Je suis toujours aussi beau-gosse ? plaisanta Darrick.

-Ça te donne encore plus un air de bad-boy, fit Rina riant. Toutes les filles vont tomber à tes pieds.

-Parfait.

Rina entreprit de nettoyer l’œil, assez fière de la confiance que lui témoignait désormais Darrick. C’était tout de même la première fois qu’il acceptait de se faire soigner par quelqu’un.

Elle était tellement appliquée sur sa tâche qu’elle ne vit pas que Darrick cherchait à croiser son regard. Après nettoyage, Rina constata que la plaie était finalement plus jolie que ce qu’elle avait pensé au départ. Elle attrapa de quoi faire un nouveau pansement et se mit à la tâche.

-Voilà, dit-elle quand elle eut presque fini. Ça cicatrise bien, je pense que tu vas bientôt pouvoir enlever ton pansement…

-Je mettrais quand même un bandeau pour le cacher parce que je suppose que ce n’est pas très agréable à voir, hein ?

-Hum… C’est vrai qu’un truc genre bandeau pirate t’irait à merveille !

-Bien sûr et où va passer mon côté bad-boy ?

-Ayame adorerait, tu sais ! pouffa Rina.

Puis, elle croisa son regard et son cœur se mit à battre plus fort. Elle avait remarqué qu’une certaine complicité s’était installée, dû au fait qu’ils s’étaient rapprochés avec leur entraînement. Rina devait bien admettre qu’elle commençait à apprécier la présence de Darrick auprès d’elle au quotidien. Sans lui, elle serait sûrement en train de se morfondre dans sa chambre, à se plaindre de sa faiblesse… Même ses parents et son frère n’auraient pu lui remonter le moral. C’était grâce à lui qu’elle avait eu le courage de se lancer dans cette enquête. Et si elle avait réussi à tenir à l’entraînement toute cette semaine, ça avait aussi été grâce à sa présence.

Elle sortit de ses pensées lorsqu’elle se rendit compte que ses yeux étaient toujours plongés dans celui de Darrick. Ses joues s’empourprèrent légèrement.

-Je… Euh… Je vais y aller…Hem hem… Je… Je dois aller euh… Faire mes valises…

-D’accord mais… Euh… Tu ne voulais pas la salle de bain ?

Rina fut si gênée que son visage entier devint rouge vif. Elle en avait oublié la raison initiale de sa venue dans la pièce…


Pendant ce temps, à Central City.


-Tu as des nouvelles des gamins ? demanda Garray à Jon.

Ce dernier approuva d'un signe de tête avant de faire signe au barman de les resservir. Les deux collègues et amis avaient s'étaient retrouvés au bar pour profiter d'un moment de détente.

-L'adjudant-chef Mustang m'a appelée tout à l'heure pour confirmer leur heure d'arrivée. J'ai demandé si l'entraînement s'était bien passé mais elle est rester très vague sur le sujet. Apparemment, je verrais bien demain.

-C'est tout Mustang, ça... Pas très avare sur les détails (Il avala une gorgée de Whisky). Tu lui as dis ?

-Non, il vaut mieux qu'ils l’apprennent demain en revenant...

-Hum, répondit simplement Garray, sceptique.

-Je sens venir une remarque, fit Jon en souriant.

Il connaissait son meilleur ami par cœur. Après tout, ils traînaient ensemble depuis le lycée, malgré leur différence flagrante de caractère.

-Tu devrais cesser de les couver comme tu le fais, lâcha effectivement le lieutenant. Ils sont jeunes certes, mais se sont des militaires maintenant. Des épreuves difficiles, ils vont en affronter alors autant ne pas retarder les échéances quand on a un truc à leur annoncer.

-Il n'y a pas trop d'urgence encore. Et je ne retarde pas l'échéance ! Ça fait seulement trois jours que ça s'est passé et ils reviennent demain, donc...

-Tu sais que Mustang déteste qu'on lui cache des choses. Et ça doit être pareil pour la petite Elric.

Jon haussa les épaules et s'attaqua lui aussi à son verre.

-Changeons de sujet... Toujours aucune « future madame Garray » en vue ?

Garray soupira. A chaque fois, Jon ne pouvait pas s'empêcher de lancer le sujet.

-Jon...

-Ça, c'est parce que tu te concentre trop sur le boulot ! Et puis, tu fais toujours si sérieux avec ta tête d'enterrement, tu ne risque pas d'attirer les femme ainsi ! Il serait peut-être temps que tu te poses avec quelqu'un, mon grand ! Moi aussi j'ai envie d'être témoin de mariage et d'être appelé « tonton » par tes enfants !

-Parce que tu crois vraiment que je laisserais mes enfants te côtoyer ? Tu les rendrais complètement marteaux, taquina Garray, un rare sourire sur son visage.

-Mes petits ne sont pas si fou et puis, ils seraient contents d'avoir des copains !

-Et si on rechangeait de sujet ?

Jon avait peut-être raison, il se concentrait trop sur son travail et les rare fois où il sortait de chez lui, c'était pour boire un coup avec Jon ! Mais c'était plus fort que lui, il n'avait pas envie de se lancer à corps perdu dans une relation. Il s'entendait très bien avec la femme de Jon et aimait bien ses enfants, mais il n'avait jamais envié son ami. Si cela réussissait parfaitement bien à Jon, Garray, lui, ne se voyait pas en père de famille. Et ça, Jon avait du mal à le comprendre.

-D'accord, d'accord..., soupira Jon. Faisons comme à chaque fois, parlons de boulot alors qu'il y a des tonnes de sujets beaucoup plus palpitants !

Satisfait, Garray leva son verre. Jon l'imita. Ils trinquèrent, un sourire complice aux lèvres.



~*Le lendemain*~


-Dommage que cet entraînement n’ait duré que deux petites semaines ! On s’est bien amusés, non ? lança joyeusement Izumi.

-Je n’aurais pas forcément utilisé ce terme, grommela Darrick dont rien que respirer le faisait atrocement souffrir.

Rina sourit et s’inclina respectueusement… Elle profita que son visage ne soit pas visible de son maître pour grimacer de douleur.

-Merci pour tout, maître…

Izumi lui sourit.

-Vous avez étés de bons élèves, j’espère que votre entraînement va porter ses fruits. N’hésitez pas à me donner des nouvelles de votre enquête... Et bien sûr, j'attends de vous que vous veniez vous entraîner de temps en temps !

-Nous n’y manquerons pas ! Dois-je saluer mon père de votre part ?

-Non, tu vas faire mieux que ça : Tu vas lui dire qu’il a obligation de ramener ses fesses et celles de sa famille ici dès que cette histoire sera finie !

-D’accord, le message sera passé !

Darrick remercia à son tour Izumi et le groupe décida bon de partir pour prendre leur train. Izumi les regarda partir, le cœur serré.

-Je venais seulement de m’habituer à vivre dans le calme, soupira-t-elle. Tout est à refaire !

Sigu l’attira près de lui et l’enlaça. Il était vrai qu’il y avait eu pas mal d’agitation, ces derniers jours ! Même si ça n’avait duré que deux semaines, il allait être dur de s’habituer à nouveau au calme, après ça !

-C’est bon, on est assez éloigné, elle ne vous voit plus, lâcha Elizabeth.

A peine eut-elle finit sa phrase, que Darrick et Rina s’écroulèrent par terre, tous deux K.O. Ils s’étaient forcés à faire bonne figure devant Izumi, pour leurs au-revoir. Iyoko se demandait sérieusement comment ils avaient fait pour réussir à tenir aussi longtemps, dans leur état…

-J’ai mal de partout, se plaignit Rina. Le moindre mouvement est une torture, même respirer est douloureux !

-J’ai mal à des muscles dont j’ignorais complètement l’existence, râla Darrick.

Ils étaient incapables de se lever… Tenir debout face à Izumi leur avait demandé beaucoup trop d’effort. Elizabeth et Iyoko durent leur venir en aide.

-Courage, fit l’Ishbal en aidant Rina à se relever, vous pourrez dormir dans le train pendant le trajet.

-Dormir, soupira Darrick.

-Ça, je me sens capable de dormir pendant une semaine, confirma Rina.


**

Comme il fut convenu, le colonel Jon vint les accueillir à la gare. Quand il vit le groupe d’adolescent, il attira leur attention en leur faisant signe de la main. Quand ils s’avancèrent vers lui, Jon les salua d’un grand sourire… Sourire qui disparut lorsqu’il découvrit Rina et Darrick. Les yeux cernés et gonflés, les joues creuses, les bras ballants, les pieds traînants… Toute la fougue qu’ils avaient avant leur départ était partie ! C’était comme si on avait aspiré leur vie !

-Bonjour les jeunes ! J’avoue ne pas savoir si je dois oser vous demander comment vous allez…

-Ça va, dit Rina d’un ton ensommeillé.

-Ouais… Au top, approuva Darrick en baillant.

Dormir pendant le trajet leur avait fait autant de bien que de mal bien. Si cela leur avait permis de récupérer suffisamment de forces pour pouvoir marcher sans l’aide d’Iyoko et Elizabeth, ils avaient beaucoup de mal à émerger.

Jon fit un signe discret à Elizabeth pour l’inciter à s’approcher. Quand elle fut près de lui, il se pencha pour lui chuchoter à l’oreille :

-Adjudant-chef… Vous êtes sûre qu’ils vont bien ? Ils ont l’air de morts-vivants…

-Vous ne croyez pas si bien dire… Ils reviennent de loin, tous les deux !

-C’était un entraînement si intensif que ça ?

-Le mot « intensif » est faible, colonel.

-Après une bonne nuit de sommeil, on sera en pleine forme pour aller à l’entrepôt, dit Rina. On y va quand, d'ailleurs?

Jon eut l’air gêné, tout à coup. Le moment tant redouté était venu.

-Eh bien… J’aurais aimé te dire « Demain, à la première heure », mais…

Les quatre adolescents froncèrent les sourcils devant sa soudaine hésitation.

-Mais quoi ? demanda Darrick, soudainement plus éveillé.


Roy attendait patiemment dans son bureau. Par la fenêtre de son bureau (qui lui permettait d’avoir une vue imprenable sur la ville), il avait vu Rina et les autres entrer dans le bâtiment et il savait déjà comment ça allait finir…

-Trois… D…

La porte s’ouvrit violemment avec fracas.

« Ah, mauvais calcul, elle est encore plus rapide que son père... »

-Comment ça, l’enquête est annulée ?! rugit Rina en débarquant dans le bureau du Führer.

-Je peux savoir pourquoi nous sommes les derniers à l’apprendre ? gronda Elizabeth, juste derrière.

-C’est quoi cette histoire, au juste ? ajouta Darrick, aussi furieux que les deux filles.

-Nous sommes quand même les premiers concernés dans cette enquête ! conclut Iyoko, visiblement très énervée, elle aussi.

Sans voix, Roy lança un regard désespéré à Hawkeye, qui semblait se sentir aussi dépassée que lui. Ils n’avaient pas du tout pensé que les quatre se jetteraient sur lui en même temps. Gérer le petit groupe serait difficile…

-Je suppose que le colonel Jon ne vous a pas raconté ? soupira le Führer.

-Raconter quoi ? interrogea Rina.

-A vrai dire, je n’en aie pas eu le temps, fit Jon en entrant dans la pièce d’un air embarrassé.

-Je vois…, fit Roy, avant de se tourner à nouveau vers le groupe. Le sous-lieutenant Prell s’est fait attaquer, il y a trois jours.

-Comment va Prell ? s’inquiéta immédiatement Ellie, dont la loyauté pour les membres de son équipe était sans faille.

-Sa santé n’est pas en danger, il s’en sortira avec quelques ecchymoses et la rotule fracturée.

-Attaqué, souffla Iyoko. Par qui ? Nos ennemis ?

-Oui, les deux mêmes.

-Les deux ? ne comprit pas Rina.

-La femme qui a tué Hiro et l’homme qui vous a agressé, Darrick et toi.

Ces deux derniers échangèrent un regard interloqué.

-C’est impossible ! s’exclama Darrick. Cet homme est mort !

-Pourtant, Prell est catégorique, c’est le même, il n’y a pas d’erreur possible.

-Il est mort ! Je l’ai tué de mes propres mains.

-Et il a attaqué Prell de ses propres mains, insista Roy d'une voix sèche.

Darrick lâcha un juron et détourna le regard tout en serrant ses poings, irrité comme jamais.

-C’est impossible, répéta-t-il d’une voix tremblante de colère.

Rina lui lança un regard inquiet. Puis, elle tendit discrètement le bras et lui effleura le poing. Le contact de la jeune Elric sembla le calmer légèrement, puisqu’il rouvrit de nouveau la main en soupirant, comme pour chasser son trop plein de colère.

-Et ça ne nous explique toujours pas pourquoi avoir suspendu l’enquête, fit remarquer Elizabeth.

-Ils vont s’en prendre à nous tous, petit à petit, dit Jon en regardant Iyoko et Elizabeth. Ils ne veulent pas nous tuer, puisqu’ils auraient eu cent fois l’occasion d’éliminer Prell et qu’à la place, ils se sont contentés de suffisamment l’amocher pour qu’il ne puisse plus travailler.

-Et donc, être en dehors de l’enquête, comprit Iyoko.

-A mon avis, ils comptent faire ça avec nous tous… Jusqu’à ce qu’il ne reste que toi, Rina…

-Moi ? répéta l’adolescente en sursautant.

-Les ennemis ont fait allusion à toi, lui apprit le Führer.

-Quoi, ils me cherchaient ?

Roy regarda Jon et lui fit un bref signe de tête. Le colonel expliqua alors à la jeune Elric :

-Prell nous a dit qu’il avait cru qu’ils te voulaient et leur a alors dit que tu n’étais pas là, sans dire où tu étais bien sûr… Apparemment, le fait que tu te sois absentée les a agréablement surpris… Selon eux « le message est passé, finalement ».

-Est-ce que tu as une petite idée du message dont ils ont fait allusion ? demanda Roy à Rina.

Darrick observa un bref instant les mains et les jambes tremblantes de Rina et échangea un regard inquiet avec Iyoko, qui avait elle aussi remarqué ce détail. Ils devinaient qu’elle était effrayée…

-Je… Je ne sais pas… C’est peut-être ce que m’a dit l’homme l’autre jour, mais je ne m’en souviens toujours pas… Je ne cesse pas d’essayer de m’en rappeler, mais rien ne vient…

Le Führer hocha la tête d’un air compréhensif et à peine une seconde plus tard, son visage se fit plus sévère.

-A partir de maintenant je ne veux plus que votre équipe enquête sur la mort de Hiro. Si nos ennemis veulent vous écarter de l’enquête, c’est qu’ils cachent quelque chose de beaucoup trop gros. Le service public n’a pas à gérer ça, mon équipe personnelle s’occupera de cette affaire.

-Non ! s’exclama Rina.

-Notre équipe peut s’en charger, ajouta Elizabeth.

-Non, elle ne le peut pas, rétorqua Roy en fusillant sa fille du regard.

Agacée, Ellie détourna la tête et ferma les yeux, signe qu’elle ne désirait plus entendre ne serait-ce qu’un mot.

-Vous ne pouvez pas nous écarter de cette enquête ! s’entêta Rina. C’était un ami, je dois savoir qui lui a fait ça !

-Rina…, tenta de calmer Iyoko.

Étant la plus sage du groupe, elle avait comprit que la décision du Führer était prise et qu’il ne changerait pas d’avis.

-Et tu le sauras, assura Roy. Je te tiendrais au courant de l’avancée de…

-Je m’en fiche que vous nous teniez au courant, c’est à moi de trouver ces types ! lâcha Darrick, n’y tenant plus.

-Et moi, j’ai promis que je l’aiderais ! ajouta Rina. Être tenue au courant ne nous suffira pas, on doit participer !

-Ça suffit ! déclara sèchement Roy en frappant sa main sur son bureau. Darrick, ne m’oblige pas à te mettre en garde à vue pour t’empêcher d’enquêter et Rina, tant que tu seras dans mon bâtiment, tu obéiras à mes ordres. Vous obéirez… Regardez-moi, adjudant-chef… (Il attendit que sa fille croise -à contrecœur- son regard avant de poursuivre d’un ton sec et en insistant sur chaque syllabe) Plus aucun d’entre vous n’enquête sur cette affaire et personne ne s’approche de l’entrepôt sans ma permission… Je n’aurai aucune tolérance si vous désobéissez !

Tous comprirent que cela signifiait qu’ils auraient une punition lourde, s’ils n’obéissaient pas au Führer.

-Fais chier, grommela Darrick en pivotant sur ses talons. J'aurais dû agir seul et ne jamais vous en parler.

Trop énervée, Rina ne préféra même pas parler. Tout en suivant Darrick, elle lança un regard noir au président. Ce dernier reconnut la lueur qui brillait dans ses yeux. Une lueur de rage... Et de défi, qu'il n'avait que trop côtoyée... Son père avait toujours eu cette même lueur lorsqu'il avait l'intention de ne pas obéir à un ordre.

Sur leurs pas, Iyoko et Elizabeth sortirent également du bureau, préférant garder le silence. La première parce qu’elle était démoralisée et la deuxième parce qu’elle se retenait d’exploser.

-Je crois que vous venez de vous faire quatre ennemis, glissa Jon lorsque la porte se referma derrière le petit groupe.

Mais Roy n'était pas d'humeur à plaisanter.

-Il va falloir que vous les surveilliez, colonel Jon. Ils ne vont pas se contenter de rester assis et d’attendre sagement que l’enquête avance de notre côté. N’hésitez pas à demander de l’aide au lieutenant Garray… Ou même à envoyer quelques sergents habillés en civil les surveiller.

-Ça ressemble plus à de l’espionnage qu’à de la surveillance…

Mais Roy l’ignora.

- Si vous découvrez qu’ils préparent quelque chose, dites-le-moi sur-le-champ. Et soyez sur vos gardes, ils pourraient décider d’intervenir la nuit pour plus de discrétion.

-On dirait que vous savez de quoi vous parler.

-Disons que je connais ce genre de personnage. L’une en est la fille… Et l’autre, la mienne, conclut Roy en soupirant.


-Je suis désolé de te dire ça, Rina, mais le président à bien faire de vous écarter de l’enquête, dit Ed, au téléphone. Après ce que tu viens de me dire, il ne l’aurait pas fait ça aurait été moi qui t’aurais ordonné de tout arrêter.

L’adolescente avait décidé d’appeler son père pour tout lui raconter.

-Dire que j’avais un petit espoir pour que tu essayes de faire changer d’avis le Führer... Mais visiblement, tu es de son côté.

-Tu sais bien que je serais toujours du côté qui te permettra d’être en sécurité… D’ailleurs, ça ne me rassure pas que tu sois à Central, non loin de ceux qui te veulent du mal… Tu es sûre que tu ne veux pas rentrer ?

-Oui. Je préfère rester sur place pour être sûre que le président me donnera bien des nouvelles et si je pars, peut-être qu’ils s’en prendront encore à l’équipe. (Elle soupira) Papa, pourquoi est-ce qu’ils en ont après moi ?

Son père resta silencieux. Rina devina qu’il était en train de réfléchir intensément.

-Je ne sais pas, finit-il par lâcher. Il n’y a aucune raison d’en avoir après une adolescente qui a passé sa vie dans une campagne perdue loin de tout… Après, les psychopathes n’ont pas forcément besoin de raison particulière pour choisir quelqu’un… Écoute, je vais y réfléchir de mon côté. Tu ne fais rien tant que tu n’en as pas l’autorisation, d’accord ?

-D’accord… (Elle soupira) Dire qu’on s’est entraîner pour rien… Tu n’as pas idée du calvaire qu’on a vécu et savoir qu’on a subi pour finalement abandonner…

-Oh si, je sais parfaitement ce que tu as vécu, ma fille ! Rassure-toi, tu n’as pas fait ça pour rien, ça peut toujours servir. En attendant, promet-moi de faire attention à toi… Tu veux que je vienne à Central ?

Rina ne put s’empêcher de sourire.

-Pas la peine. Je ferais attention, promis.


-Pour qui il se prend ? grommela Elizabeth, les dents serrées.

-Pour le président, adjudant-chef Mustang, soupira le colonel Jon.

Sa collègue grogna dans sa barbe, puis, elle vit Rina entrer dans leur bureau. Iyoko se dirigea tout de suite vers elle.

-J’en reviens pas qu’on ait étés retirée de l’enquête, dit tristement l’Ishbal.

-Moi aussi… Je suis désolée, j’aurais tous pu vous mettre en danger…

-Ce n’est pas de ta faute… A moins que tu ne te sois mise dans leur ligne de mire volontairement, mais j’en doute ! (Son visage redevint sérieux) Néanmoins, je reste inquiète pour toi… Le fait qu’on ne s’occupe plus de leur affaire ne va pas les empêcher de continuer à s’en prendre à toi !

-WindStorm à raison, lâcha Elizabeth en s’approchant d’elles. Quelque part, le président se comporte exactement comme ils veulent. Ils n’ont plus à se débarrasser de nous puisque désormais la voie est libre pour t’atteindre.

-Eh bien qu’ils viennent, je les attends !

-Tu devrais demander une escorte, conseilla Iyoko.

Les yeux dans le vague, Rina hocha la tête sans vraiment avoir écouter son amie. De toute façon, elle savait déjà ce qu’elle allait faire. Elle le savait depuis qu’elle avait quitté le bureau du Führer. Il était hors de question d’attendre que ses ennemis viennent à elle. Ce serait-elle qui viendrait à leur rencontre. Ça, c’était se comporter exactement comme ils le voulaient, mais Rina s’en fichait. Elle voulait savoir une bonne fois pour toute ce qu’on lui voulait, même si ça voulait dire se jeter dans la gueule du loup.

Puis, quand elle remarqua qu’Elizabeth la scrutait, elle secoua doucement la tête pour sortir de ses pensées.

-Je dois aller aux toilettes, dit-elle en s’empressant de se lever.

Sur ce, elle partit à grande enjambée.

-Je vais aller me rafraîchir un peu, aussi, soupira Ellie en se dirigeant vers a porte pour sortir.

-Ne vous laissez pas abattre, tenta de relativiser Garray, on en aura d’autres des missions.

-Oui, mais pas qui nous tiendront autant à cœur, murmura Iyoko, une lueur triste dans le regard. Cette mission… C’était personnel.

Garray et Jon échangèrent un regard inquiet.


« Je n'ai pas le choix, c'est la seule chose à faire » songea Rina en se regardant dans le miroir.

L’adolescente ne fit pas attention lorsqu’elle vit Elizabeth entrer dans les toilettes. Par contre, elle fut un peu plus étonnée lorsqu’elle la vit ouvrir chaque porte afin de vérifier qu’elles étaient libres.

-Vous trouvez votre bonheur, adjudant-chef ? lança Rina.

Ellie l’ignora et prit le temps de vérifier tout le reste avant de s’approcher de l’adolescente et de poser sa main sur le rebord de l’évier de façon déterminée.

-J’en suis, déclara-t-elle d’un ton ferme.

-… Hein ?

-Tu comptes aller à l’entrepôt, n’est-ce pas ? Je viens aussi.

-Qu… ?

Avait-elle pensé à voix haute, tout à l’heure ? Non, sinon les autres auraient aussi entendus…

-Comment vous le savez ?

-C’est ce que je ferais, moi aussi, avoua-t-elle en haussant les épaules. Rendez-vous à la grande place dans une heure, on partira ensemble de là-bas puisqu’il vaut mieux partir séparément ici pour éviter les soupçons, ajouta Elizabeth. Vu nos différents, ce serait trop louche qu’on quitte le Q.G toutes les deux ensembles.

-Ce n’est pas à vous de décider de tout ça, je…

-Tu n’es pas encore Alchimiste d’Etat et de ce fait, je suis ton supérieur. Alors, obéis.

Sans attendre de réponse, elle sortit des toilettes… Laissant derrière elle une Rina ahurie.




Commentaire de l'auteur urant les deux prochaines semaines, je devrais pouvoir vous poster un chapitre par semaine car je ne suis qu'en centre de formation, mais à partir de Septembre je vais commencer à enchaîner avec le stage donc comme dis plus haut, on partira sur une semaine sur deux !
Sinon, j'espère que ce chapitre vous a plu ! Je pense que vous l'avez compris, il va y avoir de l'action dans le prochain chapitre et si vous voulez mon avis... Préparez-vous !

Réponse aux commentaires du chapitre précédent :

Kanade-Chin : *Comme j'étais parti le petit prince a dit... Puisque c'est ainsi nous reviendrons mardi *
Le hasard fait bien les choses parfois ! J'ai eu beaucoup de chance avec le timing x)
Merci beaucoup pour ton commentaire.
D'un côté, comment ne pas aimer notre Izumi-sensei ? C'est pour ça que j'adore Hiromu Arakawa, elle a un don avec les personnages secondaires ^^
Mdr ! Pauvre Ayame, finalement il vaudrait mieux pour elle qu'elle ne soit pas adoptée par Ed haha. Pauvre petite Cendrillon...
Naon ! Reviens Kanade !! J'ai besoin de toiiiiiii !!! (pour le smiley je vais plutôt opter pour la sorcière parce que... le fantôme japonais, c'est pas encore ça...)
Mes vacances se sont super bien passées, merci, j'espère que ça a également été ton cas !
Oh la vache, quelle inspiration pour tes smiley xD
Ben non voyons, qui connait What the Cut en 2016 ? Blague à part, oui je suis une adepte de WTC, tout comme de Salut les Geek, Joueur du grenier, et tout un tas d'autre personnes connues sur youtube ^^

Pika-78 ; Yooo ! Pas de soucis, comme d'hab ^^
Faut dire qu'Ed et Al y sont tout de même allés encore plus jeune que Rina et Darrick ! Et en plus ils ont eu de la chance, Izumi n'aura pas eu le temps de les abandonner lâchement sur une île ^^
Héhé ! Il est temps de rapprocher ces deux familles et de les unir !


J'espère que j'arriverai à vous poster le prochaine chapitre la semaine prochaine ! Il se nomme : Contre-attaque.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales