Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • New Game +
    Réticule
    Nb de signes : 4 800 - 24 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Relation humain / animal
    Bleu héron
    Nb de signes : 150 000 - 160 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Beurk !
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 50 - 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/02/2021
  • Mobilités alternatives
    Encres
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/01/2021
  • Grand Prix Littéraire du Golf
    Fairways Magazine
    Nb de signes : 500 - 6 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 01/03/2021
  • Paradis artificiels
    [erminbooks]
    Nb de signes : 30 000 - 90 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • La Commune de Paris
    La Clef d'argent
    Nb de signes : 10 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/05/2021
  • Avis de tempête(s)
    Éditions des embruns
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • De Mythologia
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Horizon perpétuel 21
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 10 000 - 80 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 31/03/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Changement d'adresse IP non prévue
 par   - 58 lectures  - Aucun commentaire

Fanfic Fr a été inaccessible suite à un changement d'adresse IP non prévu.
Le changement a été fait sans me prévenir, ce qui fait que les serveurs DNS n'étaient pas à jour et continuaient à rediriger vers l'ancienne adresse.

 

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 885 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

FullMetal Alchemist

La légende de l'Alchimiste
[Histoire Terminée]
Auteur: Jill Kuchiwa Vue: 10033
[Publiée le: 2016-02-24]    [Mise à Jour: 2017-05-22]
G  Signaler Action-Aventure/Amitié/Tranche de vie Commentaires : 83
Description:
Il est l'heure de faire place à la génération suivante.
Lorsque Rina Elric, digne fille de son père, veut trouver par tous les moyens ce pour quoi elle est faite et quel est véritablement son destin, elle ne se doute pas une seule seconde des choses, bonnes et mauvaises, qui l'attendent... Et que va tout changer. Autant pour elle que pour son entourage.

L'histoire est divisée en 44 chapitres + prologue et épilogue.

ATTENTION : Si vous ne voulez pas être spoiler, tâchez d'avoir fini le manga ou l'anime "FMA Brotherhood"... Promis, un jour je ferais une fic dont même ceux qui n'ont pas finis le manga pourront lire !
Crédits:
Aloooooors, comment dire... Il y a beaucoup de personnages n'à moi, rien qu'à moi !
Les autres personnages et l'univers dans lequel ils évoluent, viennent de l'oeuvre originale de Hiromu Arakawa, que je ne remercierais jamais assez d'avoir créer "Fullmetal Alchemist".
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Revenir auprès des siens

[4226 mots]
Publié le: 2016-06-11Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Deux jours plus tard, Rina se dirigeait lentement vers la maison de Hiro, puisque ses côtes encore douloureuses ne lui permettaient pas d’aller plus vite. La veille, elle était restée couchée toute la journée pour se reposer, mais aujourd’hui, elle en avait déjà assez de ne rien faire… Alors, quitte à devoir rester assise, autant tenir compagnie à Ayame ! Elle s’était tout de même reposée toute la matinée et ‘était partie après avoir mangé un truc rapide.

Son cœur se serra lorsqu’elle repensa au coup de fil qu’elle avait eu de son frère, pile à son retour à l’hôtel, la veille. Il avait été très inquiet puisqu’il n’avait pas réussi à la joindre le soir-même de son test d’entrée, ni le lendemain matin. Rina n’avait pas voulu l’inquiéter en lui disant qu’elle était à l’hôpital et avait donc dit qu’elle avait passé la soirée avec son amie et qu’elle avait commencée tôt le matin. Elle s’était ensuite empressée de changer de sujet en lui demandant comme s’était passé sa journée. Excité comme jamais, Edwin lui avait tout détaillé et l’adolescente avait senti les larmes lui montées aux yeux quand elle réalisa à quel point elle aurait aimée être avec sa famille, ce jour-là.

« En tout cas, la télépathie Elric marche super bien avec nous ! Sans tes ondes positives, je crois que je n’aurais jamais réussi ! » Avait ensuite déclaré son frère.

Rina s’était mordue la lèvre, songeant honteusement qu’avec tout ce qu’il s’était passé, elle n’avait pas pensé une seule seconde à son frère, contrairement à ce qu’elle avait promis… Ainsi, dès qu’elle avait raccrochée, elle avait éclaté en sanglot.

Elle ne s’était jamais sentie aussi mal. Physiquement et moralement.

Oui, voir Hiro et Ayame lui feraient du bien… Elle se sentait si déprimée que même les piques de Darrick pourraient lui remonter le moral.


Ayame était à l’intérieur de la maison. Dès qu’elle vit Rina, son visage s’illumina et elle courut se réfugier dans ses bras. Rina grimaça lorsque ses côtes la lancèrent. Il fallait vite qu’elle se pose !

-Rina ! Darrick a dit que tu étais malade ! Tu vas mieux ?

-Darrick ? répéta l’adolescente en s’asseyant. Comme savait-il que…

-C’est lui qui t’a récupéré et qui a prévenu les secours !

Elle fronça les sourcils. Elle se rappelait qu’elle avait atterrit sur quelqu’un, après que l’homme l’ai lancée… Ça avait donc été Darrick ? Elle en fut choquée. Sur le coup, elle ne savait pas si elle devait ressentir de la colère et de la honte par rapport au fait qu'il soit intervenu pour lui venir en aide ou de la reconnaissance...

« En tout cas, je vais en entendre parler longtemps de ça, je suis sûre qu'il ne manquera pas de me rappeler mon incompétence à chaque fois que je vais le voir » maugréa-t-elle intérieurement.

-Dans ce cas, ça m’étonne qu’il ne m’ait pas balancer dans un ravin, grommela Rina.

-Dis, c’est a cause de moi que tu es aussi tombée malade ? s’inquiéta Ayame.

-Non, ne t’inquiète pas. J’ai juste un peu trop travaillée et je suis tombée de fatigue ! D’ailleurs, si ça ne te dérange pas, je vais rester un peu assise…

-Oh, d’accord ! Je vais chercher des feuilles et des crayons, on va dessiner !

Rina sourit devant l’enthousiasme de la fillette.

En fin d’après-midi, les deux filles entendirent la voix de Hiro, à l’extérieur.

-Ayame ?

-Coucou Hiro ! Coucou Darrick ! s’exclama la rouquine en ouvrant la porte pour le voir.

Les deux adolescents ne purent s’empêcher de sourire. Qu’il était bon de la revoir en si bonne forme !

-Tout s’est bien passé ? s'enquit Hire.

-Oui tout va bien ! Rina est là !

-Rina ? répétèrent Darrick et Hiro en chœur.

Étonnés, ils s’empressèrent de rentrer à l’intérieur de la maison.

-Qu’est-ce que tu fais là ? grommela Darrick quand il vit la jeune Elric.

-J’en avais marre de rester allongée, alors je suis venue voir Ayame. Je reste assise mais au moins, je sers à quelque chose.

Elle avait de légers cernes et rien que de parler semblait lui faire mal, vu la façon dont elle serrait son bras contre ses côtes. Quand elle voulut se relever, une grimace de douleur déforma son visage et, alors qu’elle allait se laisser retomber sur le sol, Darrick bondit pour la récupérer au vol et ainsi l'aider à se redresser. Rina se demanda sérieusement si c’était par compassion ou parce qu’il avait hâte qu’elle s’en aille.

-Darrick m’a raconté ce qu’il s’est passé, dit Hiro, la mine sombre. C’était qui, ce type ?

-J’aimerais le savoir, dit Rina. Au départ, c’était censé être un gars qui avait kidnappé un enfant, mais ça s’est avéré être un piège et il m’a attaqué… Personne ne comprend le pourquoi du comment de ce piège.

-Ils ont retrouvé le type ? demanda Darrick.

-Pas aux dernières nouvelles… Mais un gars aussi immense et baraqué que lui ne doit pas être si difficile à trouver !

-Immense et baraqué ? répéta Hiro, les sourcils froncés.

-La femme qui nous avait demandé notre aide à disparue, elle aussi…

-Une femme ?

-Oui, elle faisait partie du complot… C’est pareil, on devrait vite la retrouver, une femme aux yeux violets ne passe pas inaperçue !

Hiro se raidit et son visage devint soudainement pâle. Ayame, quant à elle, pencha légèrement la tête sur le côté en haussant un sourcil, l’air de ne rien comprendre à la discussion. Tout à coup, quelqu’un entra par la porte ouverte, tout en prenant néanmoins le soin de toquer. Rina, Darrick et Hiro eurent le même sursaut en reconnaissant le Führer. Aussitôt, Hiro se plaça devant Ayame et Darrick se prépara à riposter en cas d’attaque.

-P-Président ? bafouilla Rina, ébahie.

-Vous n’avez rien à faire ici, dit Darrick d’un ton menaçant.

-Tout va bien, je suis simplement venu chercher Rina, répondit Roy, l’air nullement inquiet de la situation.

-Commet savez-vous que…, commença l’adolescente.

Iyoko apparue, à côté du président, l’air embarrassé. Quand elle croisa le regard de Hiro, elle rougit légèrement, tout comme l’adolescent blond. Rina le remarqua et s’en amusa.

-Je voulais prendre de tes nouvelles, expliqua Roy. Comme tu n’y étais pas ce n’était pas difficile pour moi de savoir où tu te trouvais… Et WindStorm m’a confirmé mes pensées.

-Je suis désolée, Rina ! Je passais aussi te voir à ton hôtel pendant ma pause et j’ai croisé le président sur le chemin, il m’a bondit dessus pour que je lui dise où tu étais…

-Tu veux vraiment m’obliger à mettre des gardes devant ta chambre pour être sûr que tu n’en sortes pas ?

-A quoi bon puisque je rentre demain soir chez moi ? répliqua Rina.

-Oh, tu t’en vas ? demanda tristement Ayame.

Rina lui sourit.

-Seulement pour le week-end, mais je viendrais te voir avant de partir… (Elle lança ensuite un regard de défi à Roy) Et personne ne m’en empêchera.

-On en discutera sur le chemin, répondit le président, le visage impassible.

Hiro et Darrick ne commencèrent à se détendre que lorsque Roy sortit de la maison, suivit de Rina. Puis, avant de partir, l’adolescente se retourna pour croiser le regard de Darrick. Roy attendit un peu plus loin.

-J’ai appris que c’était toi qui m’a secouru. Ça me tue de te le dire, mais… merci.

Gêné d'être remercié, Darrick détourna le regard.

-Mouais… , grommela-t-il.

Puis, il se força à reprendre son assurance et toisa Rina du regard :

-Évite simplement de te prendre une raclée, la prochaine fois. Je ne serais pas toujours là pour sauver ta peau…

-Un simple « De rien » aurait suffi, tu sais ! répliqua Rina, néanmoins sans méchanceté.

L’adolescent aux cheveux bruns grommela dans sa barbe. Iyoko se demanda si un jour, il s'entendrait ces deux-là.

-Iyoko, c’est toujours bon pour demain soir ? demanda soudainement Hiro, les jours empourprés.

-Ou-Oui, bien sûr !

-Alors à demain !

L’intéressée hocha la tête et lui fit un petit signe de la main, avant de suivre Rina qui rejoignait le président.

-Tu vois Aya, c’est ce dont je te parlais, l’autre fois, fit Hiro en s’accroupissant pour se mettre à la hauteur de sa petite sœur. La raison pour laquelle ils se chamaillent… Enfin, je ne sais pas pour Rina mais en tout cas, c’est sûr que Darrick l’aime bien !

Il évita de justesse un coup de pied.

-Parle pour toi ! Tu crois que je ne te vois pas avec ta petite Alchimiste d'Etat ? répliqua-t-il en pivotant sur ses talons. Et quant à Rina, je ne sais pas comment tu fais pour apprécier la compagnie de cette emmerdeuse !

-Les gros mots, Darrick ! gronda Hiro.

Il soupira. Par moment, il avait l’impression d’avoir deux enfants à gérer… Et trois, quand Rina était là !


Tout en s’éloignant de la cabane, la jeune Elric donna des petits coups de coudes à Iyoko, un sourire et un regard pleins de sous-entendus.

-Dis donc… C’est l’amour fou entre vous deux, non ?

-Je ne vois pas de quoi tu parles, dit l’Ishbal en rougissant violemment.

-A ce que j’ai compris, vous vous voyez demain ?

-… Oui, finit par lâcher Iyoko. On s’est croisés hier et il m’a invité à passer la soirée avec lui et Ayame, pendant que Darrick était à son travail de nuit.

-Dis donc, ça deviens sérieux ! Dimanche matin, je veux que tu m’appelles que tu me racontes tout !

-Promis.

-Au fait, Votre Excellence, lança innocemment Rina à Roy, tandis qu’ils marchaient vers l’hôtel. Vous pourriez me garder Nori ce week-end ?


**

Edwin entra dans le bureau de son père après avoir toqué.

-Maman m’envoie te prévenir qu’on va dîner.

-Hum…

L’adolescent haussa un sourcil amusé et s’approcha de son père. Pour que ce dernier ne bondisse pas dans la cuisine à l’annonce du repas, c’est qu’il devait être très concentré.

-Un jour, faudra que tu m’expliques comment tu fais pour lire encore et toujours ces bouquins… Tu ne les connais pas par cœur, depuis le temps ?

-En fait, c’est plus compliqué que ça !

Il s’adossa contre le dossier et recula sa chaise afin d’étendre ses jambes. Puis, il poursuivit :

-Il y a quelques années, j’ai découvert un code, dans un de mes livres. Je me suis alors demandé si c’était le cas pour tous… et ça l’est ! Et mieux, encore ! Chaque livre te permet de découvrir un nouveau code, qui lui, te permettra de décoder un autre livre…

-Donc tu les étudies tous depuis tout ce temps afin de tous les décoder entièrement ?

-Oui, mais pas seulement ! Je suis sûr qu’une fois que j’aurais réunis toutes les informations que j’ai trouvées, je découvrirais LE truc. Peut-être l’Alchimie ultime, qui sait ! Ou un méga cercle de transmutation !

-Pourquoi tu n’écrirais pas un livre, toi aussi ? Tu as découvert suffisamment de choses pour écrire ton propre bouquin, proposa Edwin en désignant une énorme pile de papier, soigneusement posée dans un coin du bureau.

Ce tas-là était tout ce qu’Ed avait écrit « au propre ». On le comprenait vite puisqu’il contrastait avec les feuilles roulées en boules, à moitié déchirées ou griffonnées et gribouillées de partout.

-Ecrire mon propre livre ? Hum… Je ne sais pas… Déjà, je ne pense pas vivre assez longtemps pour tout décrypter. Depuis le nombre d’année que j’étudie ça, j’en suis qu’à la moitié… Et toutes les découvertes ne sont pas bonnes à dévoiler, tu sais. Si tout ça cache quelque chose d’aussi puissant que je le pense, alors ma découverte servirait plus pour le mal que pour le bien… Regarde la pierre philosophale, par exemple ! Ça aurait mieux fait de rester une légende…

-Alors, tu auras passé tant de temps à étudier ces livres pour rien ?

Il était presque déçu pour son père. C’était quand même assez triste… Mais pourtant, Ed fit un grand sourire.

-Pas pour rien, corrigea-t-il, ces recherches me passionnent, tout simplement ! Tous les Alchimistes devraient s’intéresser davantage aux secrets que cachent les livres... Après tout, nous sommes des scientifiques ! D’ailleurs, j’aimerais bien que ta sœur s’y intéresse un peu plus, elle aussi, ajouta-t-il dans un soupir.

-Tu crois mes livres sur les auto-mails sont codés, eux aussi ? taquina son fils.

-Pourquoi pas ? répondit Ed en rentrant dans son jeu. Peut-être que si c’est le cas, tu découvriras comment fabriquer l’auto-mail le plus classe du monde !

-Oh ! Imagine un modèle unique et rarissime, que je serais le seul à connaitre ! s’exclama-t-il.

-Ta mère serait folle de jalousie, ricana Ed.

-Tu crois qu’elle serait capable de me torturer pour que je lui dise tout ?

Ed lâcha un petit rire, et alors qu’il allait répondre qu’elle était carrément capable de tuer pour un auto-mail, la voix de Winry l’interrompit :

-J’ignore de quoi vous parlez, mais pour le moment, je serais surtout capable de vous attraper par la peau des fesses pour vous amener dans la cuisine, lança-t-elle au seuil de la pièce.

-On arrive, annoncèrent en chœur Ed et Edwin.

Puis, dès que Winry s’éloigna, père et fils échangèrent un regard complice avant d’exploser de rire. La mécanicienne sourit en les entendant. Rina leur manquait à tous terriblement, mais il fallait bien admettre que son absence avait permis à Ed et son fils de se rapprocher davantage. Ils avaient toujours été proches, mais depuis qu’Edwin travaillait avec sa mère, il s’était légèrement éloigné de lui. Enfin, c’était la sensation que Winry avait eu mais visiblement, les liens restaient toujours intacts.


~*Le lendemain soir*~


-Riiinaaaaa ! s’écria une voix, dès que l’adolescente descendit du train.

La jeune Elric eut tout juste le temps de se tourner en direction de la voix, que sa mère la serrait déjà dans ses bras. L’adolescente étouffa avec beaucoup de mal un cri de douleur, ses blessures n’étant toujours pas parfaitement remises.

-Maman… souffla Rina, tu me sers un peu fort… Je peux plus respirer…

-Oh pardon ! s’excusa Winry en la relâchant. Mais tu m’as tellement manquée ma chérie ! Comment tu vas ?

Sans attendre la réponse de sa fille, elle lui tourna autour, semblant l’analyser attentivement.

-Hum… Tu n’aurais pas maigris, toi ? conclut-elle. Tu es sûre que tu manges suffisamment, là-bas ?

-Je me dépense beaucoup, tu sais !

-Oui, mais il y a des limites tout de même ! Regarde, tu as les joues presque creuses…

Le puissant éclat de rire retentit. Le cœur de Rina bondit de joie dans sa poitrine quand elle le reconnut.

-Ne pars plus jamais deux semaine d’affilée, lança Ed en s’approchant d'elles, ta mère à trépigner d’impatience toute la journée !

-Tu peux parler toi, tu regardais l’heure toutes les dix minutes ! répliqua Winry.

Ed sourit et enlaça tendrement sa fille. Cette dernière se blottit davantage contre lui, réalisant à quel point il lui avait manqué.

-Comment tu vas ?

-Ça va, murmura-t-elle, ça fait du bien de rentrer !

Quand ils rompirent l’étreinte, l’adolescente blonde regarda autour d’elle, à la recherche de son frère.

-Edwin n’est pas avec vous ?

-On va le croiser, il s’est arrêter pour récupérer une lettre, expliqua Winry.

-Une lettre ? … Attends… LA lettre ?

-LA lettre, confirma Ed en commençant à marcher. Il n’a pas voulu attendre que le facteur passe, il voulait la récupérer de ses propres mains. Et comme on venait te chercher, ça tombait bien.

-Tu le verrais, il est nerveux comme tout ! soupira Winry.

-Si tu veux mon avis, il n’y a que lui qui n’y croit pas, glissa son mari.

-C’est vrai, il m’a tout raconté et ça a l’air de s’être super bien passé, approuva Rina.

-Il s’est débrouillé comme un chef, oui ! Il a impressionné les jurys. Alors si avec ça il n’est pas accepté…

Ils croisèrent effectivement Edwin sur le chemin. Rina constata que sa mère n’avait pas exagérer : Son frère était blanc comme un linge à cause de la nervosité.

-Alors, tu es le « Edwinner » ? lança-t-elle en accourant vers lui, pas peu fière de son jeu de mot. (nda : moi aussi ^^)

-Je n’ai pas encore ouvert la lettre, j’attends d’être la maison…


Quelques minutes plus tard, tout le monde était réuni au salon. D’une main tremblante, Edwin déchira l’enveloppe pour en sortir la lettre annonçant son admission… ou au contraire, son élimination. L’adolescent hésita quelques secondes, avant de finalement tendre la lettre à Rina.

-A toi de l’ouvrir.

-Qui ça, moi ? Pourquoi ? s’étonna Rina.

-Parce que tu es la première à avoir appris que je partais faire cette formation… Je veux donc que tu sois la première à savoir le résultat !

Rina hocha la tête et s’avança vers son frère pour prendre la lettre dans ses mains.

-Tu es prêt ? lui demanda-t-elle.

Quand Edwin fit signe que oui, Rina déplia la lettre et commença à parcourir les lignes. Winry attrapa la main d’Ed et la serra fort dans la sienne. L’ex-Alchimiste grimaça et se demanda avec combien de phalanges en moins il allait s’en sortir…

Tout à coup, la jeune Elric leva les bras en l’air, le visage rayonnant.

-Félicitation Edwin ! Tu es admis ! s’exclama-t-elle.

Elle éclata de rire lorsqu’il la serra dans ses bras… puis, ne put s’empêcher d’avoir une légère grimace lorsque ses côtes la lancèrent. Elle se ressaisit vite avant que quelqu’un ne le remarque… Heureusement, Winry bondit bien vite pour se joindre à l’étreinte.

-Je savais que tu y arriverais ! fit la mécanicienne à Edwin.

-Bravo, fiston ! félicita Ed en ébouriffant les cheveux de son fils.

Rina profita du fait que l’attention était centrée sur Edwin pour reculer de quelques petits pas et passer un bras discret contre ses côtes. L’adolescente blonde n’avait jamais eu autant envie d’aller se coucher pour enfin pouvoir se poser… Ce qu'elle ignorait, c'était qu'Ed la regardait du coin de l’œil, d'un air perplexe.


~*Le lendemain*~


Ed alla trouver Rina dans sa chambre. L’adolescente ne l’entendit même pas entrer. Elle était assise sur sa chaise de bureau, tournée vers sa fenêtre pour contempler le paysage, l’air complètement perdue dans ses pensées.

-Durant ton absence, j’ai l’impression que je me suis un peu enrouillée, lança-t-il, faisant sursauter sa fille. Ça te dit un petit combat ?

-Là, maintenant ? Euh… Je ne sais pas…

Ed fronça les sourcils.

-Ça va ? s’inquiéta-t-il.

-Bien sûr ! Pourquoi cette question ?

-Ben… C’est bien la première fois que je te vois hésiter lorsque je te propose un combat.

Le cœur de Rina se serra. Si elle voulait que son père ne se doute de rien, elle n’avait pas le choix.

-C’est juste que j’ai peur pour toi, papy, se força-t-elle à plaisanter. Comme tu viens de dire que tu es enrouillé, je pensais que…

-Dehors, exécution ! s’écria Ed d’un air faussement vexé, en tendant le bras en direction du couloir.

Rina s’empressa de sortir de sa chambre en éclatant de rire.

-Sale gosse ! entendit-elle, dans son dos.


Rina se mit en garde et s’efforça de se détendre. Elle allait d’abord devoir rester en défensive, pour éviter un maximum de coups et espérer que son père finisse par se fatiguer. Sur le coup, les images de son combat de l’autre jour lui revinrent en mémoire et elle se crispa…

Non, c’était son père, il n’y avait aucune raison d’avoir p…

« Non, je n’ai pas peur » se reprit-elle en secouant la tête.

Elle chassa les images de sa tête et se concentra sur le combat.

Seulement, dès qu’il commença, Rina devina que ça ne serait pas aussi simple. Elle se reposait si peu que ses blessures ne guérissait pas correctement et l’empêchait donc d’être libre de ses mouvements. Chaque esquive, chaque figure lui demandait un effort inconsidérable et la faisait souffrir de plus en plus. Et elle ne s’en rendait pas compte, mais elle ne pouvait s’empêcher de porter sa main vers ses côtes blessées afin de les protéger du moindre coup. Heureusement, Ed semblait être trop pris par le combat pour s’en rendre compte.

Rina eut l’impression qu’une heure entière venait de passer… Alors qu’en réalité, ce n’était que deux minutes. La douleur était à présent insupportable. Rina avait l’impression que ses muscles entiers brulaient et que son corps était parsemée de bleu. Chaque mouvement était une torture. L’autre problème était que son père ne semblait jamais se fatiguer… Et pourtant, il allait bien falloir passer à l’attaque, sinon Ed allait définitivement se douter de quelque chose. A moins que ce soit même déjà le cas… D’ailleurs, elle réalisa quelque chose… Les coups de son père était plus lent que d’ordinaire, jusqu’à être extrêmement prévisible. Comme s’il voulait être sûr qu’elle éviterait l’attaque… Avait-il remarqué quelque chose ? Si c’était vraiment le cas, il ne fallait plus attendre pour faire quelque chose, elle devait réagir. Rina se décida alors à l’attaquer, mais se demanda très rapidement à quoi bon… Attaquer était encore plus douloureux que d’esquiver. A peine quelques secondes plus tard, Ed mit fin au supplice.

-Arrêtons-là. Tu n’es pas dedans, ça sers à rien de te forcer… Si tu allais te reposer, un peu ? Tu m’as l’air épuisée.

-Excuse-moi…

Ed la regarda longuement, comme s’il cherchait à lire ses pensées.

-Ce n’est rien, finit-il par soupirer, on a tous nos coups de mous.

-J’ai eu deux semaines assez chargées… Ça ira mieux après une bonne nuit de repos, tu verras.

-Hum, fit Ed, visiblement pensif. Dis-moi… Tu me le dirais s’il y avait quelque chose ?

-Oui… Bien sûr.

Elle se retourna ensuite si vite, qu’elle ne vit pas son père froncer les sourcils, l’air contrarié.


Deux heures plus tard, Edwin rejoignit Rina dans sa chambre. L’adolescente somnolait sur son lit.

-On va manger, tu viens ?... Tu dormais ?

-Non, non, je me reposais juste un peu.

-Papa a dit que tu étais bizarre… Quelque chose ne va pas ?

-Ce n’est rien, t’inquiète pas.

-Ça à un rapport avec… tes « travaux d’intérêt général » ? Il y a eu un problème ? Il t’est arrivé quelque chose ?

-J’ai… J’ai pourchassé un gars et…

Elle s’interrompit en se mordant la lèvre inférieure. Non, elle ne pouvait pas lui raconter ce qu’il s’était passé… Il partageait déjà son secret à contrecœur, alors si elle disait qu’elle était tombée dans un piège et qu’elle s’était presque fait battre à mort, il s’inquiéterait et regretterait peut-être tellement sa décision qu’il filerait en parler à leur père, afin qu’il ne lui arrive plus ce genre de chose. Il était aussi protecteur que son père.

-Et va savoir comment, ça a fini sur un toit et… je l’ai arrêté avec un peu trop d’entrain et on a dégringolé tous les deux du toit.

-Qu.. ? Bon sang ! Tu n’as rien ? paniqua-t-il en s’approchant d’elle.

-Juste deux côtes cassées, mentit-elle en omettant volontairement la troisième (c’était déjà ça…), elles ont été très vite soignées. Tout va bien !

-Rina…

Il soupira.

-On en reparlera après manger… Viens…

Rina attendit quelques secondes, le temps de se redresser et de se préparer psychologiquement avant de descendre manger.


-Hikari m’a appelée, hier soir, apprit Winry a la fin du repas. Elle a été admise, elle aussi. Vous l’auriez entendu, elle en pleurait presque ! Elle m’a demandé de passer, un de ces jours, pour voir la boutique.

-Bonne idée, je pourrais la rencontrer comme ça, dit Edwin.

C’était important pour lui de faire plus connaissance avec celle qui le remplacerait et aiderait sa mère.

-Tu t’intéresse aux filles, maintenant ? se moqua Rina.

-Professionnellement, oui. Et toi, d’ailleurs ? Tu n’as pas rencontré des garçons là-bas ?

-Nan, ils ne sont pas très accueillants, à Central, grommela l’adolescente, en songeant à Darrick.

Puis, elle tressaillit quand elle réalisa que Darrick était le premier à lui être venu à l’esprit.

-Je ne suis pas encore prête d’avoir un gendre, alors, soupira Winry.

Étrangement, Ed ne répliqua pas, alors qu’il montait toujours sur ses grands chevaux, à ce sujet. La mécanicienne lui lança alors un regard étonné, qu’il ne vit pas. Silencieux depuis le début du repas, il semblait perdu dans ses pensées. Winry fronça les sourcils, comprenant que quelque chose le tracassait.

-Je suis à Central pour réparer mes bêtises, pas pour trouver l’amour ! riposta Rina.

-Ne fais pas comme si tu n’avais pas cherché à faire quelques rencontres, taquina Edwin.

-Pourtant, c’est la vérité.

Ed eut l'air en avoir assez. Il leva la tête et planta son regard dans celui de sa fille.

-Vu que c’est visiblement l’heure de vérité, tu pourrais peut-être arrêter ce cirque ? cingla-t-il d'une voix trop calme pour l'être réellement.

Rina tressaillit et Edwin avala de travers sa bouchée et s’étouffa. Tous deux avaient la même pensée : Leur père avait-il finalement tout découvert ?

L’adolescente voulut lui assurer qu’elle n’avait rien à cacher, mais qu’y gagnerait-elle, hormis de faire un nouveau mensonge ? Elle voulut alors lui demander ce qu’il insinuait par-là, mais les mots ne sortirent pas de sa gorge.

« Je suis morte, je suis morte, je suis morte, je suis morte… » songea-t-elle, plus pâle que jamais.

Un silence tendu s’était installé… Où, seul Edwin se faisait entendre car pendant ce temps, il continuait d’agoniser suite à son étouffement. Alors, Ed finit par lâcher, tranquillement :

-Tu n’aurais pas quelque chose à dire au sujet de… tes côtes, par exemple ? Tu n’en aurais pas une ou deux de cassées, par hasard ?



Commentaire de l'auteur Et oui, le chapitre s'arrête effectivement sur cette dernière phrase de notre détective Edward. La semaine prochaine, on se retrouve donc sur un chapitre un peu hors-sujet, avec surtout des flash-back et... NOOOON rangez vos couteaux, c'était une blague ! On reprendra directement la suite de la conversation, rassurez-vous !

Réponse aux commentaires du chapitre précédent :

Caramel-mou : Coucou ! C'est moi ou tu es encore plus sadique que moi ? Tu m'as tuée x) « Oh ba ca va ! Je m'attendais à pire ! » haha. Ah, les meilleurs ennemis, Darrick et Rina... N'empêche, j'adore les écrire ensemble, ce deux-là !
Héhé, il a plu mon auto-mail de la fin ! Il fallait faire un coup comme ça puis ça permettait de finir sur une touche d'humour.

Pika-78 : Saluuut, et oui, ma petite Rina a découvert que le monde n'était pas qu'amusement et que les personnes ne sont pas toutes forcement bonnes. Il y a bon nombre de psychopathes et ça, elle va en croiser dans l'armée...
Moi j'aime bien Darrick et Rina en mode chien et chat, mais effectivement on peut voir que leur relation s'améliore d'ores et déjà et petit à petit. Pour les paroles de l'homme, il va falloir encore attendre un petit moment.
Je me suis bien amusée à écrire ce fameux passage de l'auto-mail ! C'est pas parce qu'Ed est grand maintenant qu'il ne faut plus le taquiner sur son ancienne petite taille. Surtout quue Winry était souvent la première à l'embêter avec ça, donc c'était légitime que se soit de sa part, cette petite piqûre de rappel.
Ah faut bien qu'elle rentre chez elle le week-end ma Rina, sinon Winry m'aurait tuée x) Deux semaines sans voir sa fille c'était déjà assez long, imagine trois semaines !

On se retrouve la semaine prochaine pour le chapitre 15 : Quand la vérité à sonné.
Alors ? Bon présage ou non pour Rina, à votre avis ?
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales