Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • New Game +
    Réticule
    Nb de signes : 4 800 - 24 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Relation humain / animal
    Bleu héron
    Nb de signes : 150 000 - 160 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Beurk !
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 50 - 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/02/2021
  • Mobilités alternatives
    Encres
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/01/2021
  • Grand Prix Littéraire du Golf
    Fairways Magazine
    Nb de signes : 500 - 6 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 01/03/2021
  • Paradis artificiels
    [erminbooks]
    Nb de signes : 30 000 - 90 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • La Commune de Paris
    La Clef d'argent
    Nb de signes : 10 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/05/2021
  • Avis de tempête(s)
    Éditions des embruns
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • De Mythologia
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Horizon perpétuel 21
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 10 000 - 80 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 31/03/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 817 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

FullMetal Alchemist

La légende de l'Alchimiste
[Histoire Terminée]
Auteur: Jill Kuchiwa Vue: 10003
[Publiée le: 2016-02-24]    [Mise à Jour: 2017-05-22]
G  Signaler Action-Aventure/Amitié/Tranche de vie Commentaires : 83
Description:
Il est l'heure de faire place à la génération suivante.
Lorsque Rina Elric, digne fille de son père, veut trouver par tous les moyens ce pour quoi elle est faite et quel est véritablement son destin, elle ne se doute pas une seule seconde des choses, bonnes et mauvaises, qui l'attendent... Et que va tout changer. Autant pour elle que pour son entourage.

L'histoire est divisée en 44 chapitres + prologue et épilogue.

ATTENTION : Si vous ne voulez pas être spoiler, tâchez d'avoir fini le manga ou l'anime "FMA Brotherhood"... Promis, un jour je ferais une fic dont même ceux qui n'ont pas finis le manga pourront lire !
Crédits:
Aloooooors, comment dire... Il y a beaucoup de personnages n'à moi, rien qu'à moi !
Les autres personnages et l'univers dans lequel ils évoluent, viennent de l'oeuvre originale de Hiromu Arakawa, que je ne remercierais jamais assez d'avoir créer "Fullmetal Alchemist".
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

impuissante

[4245 mots]
Publié le: 2016-06-03Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Salut, salut ! Bon, vous allez ENFIN retrouver Rina et ENFIN savoir ce qu'il lui arrive contre l'homme qu'elle poursuit. Si vous trouviez la fanfic trop calme jusqu'à maintenant, l'action arrive ne vous inquiétez pas ! En parallèle il y aura d'autres petits moments avec Edwin et ses parents, mais sur 7 pages de chapitre ils n’apparaissent qu'une page en tout. Agréablement surprise d'ailleurs, car le chapitre dernier à eu l'air d'avoir plu malgré l'énorme frustration lors de son annonce ^^
Sur ce, bonne lecture !



Même si la soudaine adrénaline qui s’était emparée d’elle la faisait courir plus vite, cela ne suffisait pas. Rina enfila rapidement ses gants, joignit ses mains et les plaqua au sol afin de créer une plateforme qui la propulsa plusieurs mètres plus loin. Ainsi, elle pu rattraper son retard et tant pis pour les dégâts causés par la plateforme, elle s’en occuperait plus tard ! L’homme lança un regard derrière son épaule afin de voir où en était l’adolescente. Quand il comprit qu’elle avait réussi à raccourcir la distance qui les séparait, il grommela dans sa barbe et tourna dans une ruelle. Rina le suivit et fut surprise de constater qu’il s’agissait d’un cul-de-sac. Au vu des nombreuses poubelles et de l’unique porte, ils devaient être à l’arrière d’un restaurant. L’homme fit demi-tour au dernier moment, prêt à attaquer Rina. Pendant sa manœuvre, il avait lâché la couverture qu’il tenait dans les bras et dans laquelle, Rina avait deviné que le bébé s’y trouvait. Alors, l’adolescente sursauta et bondit pour essayer de le rattraper mais pas assez vite, la couverture tomba au sol… Cependant, aucun bébé ne s’y trouvait.

« Qu’est-ce que… »

Avec la surprise, elle n’eut pas le temps de se mettre en garde et se prit un uppercut dans le ventre, lui coupant ainsi violemment la respiration. L’adolescente cria et se plia en deux sous la douleur. Puis, l’homme lui fit un tacle et Rina en tomba à terre.

« Très bien, si tu veux te battre, qu’il en soit ainsi ! Moi aussi, j’en meurs d’envie ! » se fit Rina, se moquant des étoiles qui dansaient devant ses yeux, à cause du choc de la chute.

Elle claqua ses mains et les posa ensuite contre le mur à côté d’elle. Un pilier sortit du mur et cogna l’homme, qui fut propulsé sur le côté. Rina se releva rapidement et à peine remise sur pied, elle dû s’accroupir pour éviter un coup de pied et tout de suite après, elle bondit sur le côté pour éviter un nouveau tacle. L’action se passa très vite et pendant son esquive, Rina sauta et donna un coup de pied dans la tête son ennemi. Ce dernier pencha la tête au dernier moment, évitant ainsi le coup et attrapa le mollet de Rina au vol. Ainsi, il se servit de la force de l’adolescente afin de la lancer plus loin. Rina atterrit sur le dos et glissa encore pendant plusieurs mètres sur le sol. Elle n’eut pas le temps de reprendre ses émotions, puisqu’elle vit l’homme bondir au-dessus d’elle, prêt à lui donner un coup de poing dès sa réception. Rina eut de nouveau recourt à l’Alchimie et créa rapidement deux piliers (un de chaque côté de son corps) qui propulsèrent l’ennemi contre des poubelles, les renversant au passage. Rina ne lui laissa pas le temps de respirer et accourut vers lui pour continuer à l’attaquer, mais son adversaire se releva vite et bondit également vers elle. Un combat au corps-à-corps s’engagea, aussi rapide que violent. Cependant, Rina se rendit compte que quelque chose clochait, chez elle… Elle était heureuse de pouvoir enfin se battre et dépenser cette énergie qu’elle retenait depuis trop longtemps… Alors pourquoi ses jambes et ses bras tremblaient ? Ce n’était pas des tremblements d’excitation, sinon l’enthousiasme et l’adrénaline seraient également de la partie et là, ce n’était pas le cas. Elle mettait beaucoup moins de cœur à se battre, contrairement à d’habitude... Et ses coups étaient beaucoup moins puissants que d’habitude, alors qu’elle y mettait doublement plus de force que lors de ses autres combats. Après « ses autres » qu’est-ce que c’était ? Des combats contre son père et contre sa cousine… Des combats amicaux, des combats pour s’entraîner… Pour s'amuser.

Alors, la réponse s’éclaira dans son esprit. Et l’adolescente perdit toute confiance en elle.

Ce combat n’avait rien à voir avec les autres… Parce que cet homme pouvait la tuer, s’il le voulait…Ainsi, elle se battait pour sa vie, pour la première fois…

Et cela lui faisait peur.


**

-Président ! s’exclama le colonel Jon sans prendre la peine de toquer. On a un problème !

-Allons donc, soupira Roy sans lever la tête de ses dossiers, pas le moins inquiet du monde. De combien est la demande de rançon pour le sous-lieutenant Prell, cette fois ?

-Ça m’a l’air beaucoup plus complexe que ça.

Là, le Führer eut l’air soudainement plus attentif et releva la tête.

-Explique-toi.

-Le sous-lieutenant a en effet demander du renfort, une histoire d’enlèvement d’enfant. Mais il n’a pas eu le temps de nous donner plus de détails. Peu après, on nous a appelés au secours, des gens ont retrouvé Prell inerte, au sol. Il est revenu à lui et nous à tout expliquer. Cependant, il n’y avait pas la femme qui avait demandé son aide et personne n’a vu d’enfant ce faire kidnapper.

-Et… ? encouragea Roy, devinant qu’il y avait une suite.

-Et… Rina était de patrouille avec lui, ce matin…

Le visage du président s’assombrit aussitôt.

-Prell dit qu’elle est partie à la poursuite du kidnapper… Il n’a rien vu de plus puisque c’est là qu’il a appelé les renforts et qu’il s’est fait assommer. Mustang et Garray sont à sa recherche mais on a aucune trace d’elle.

-Je vais aussi la chercher, décida aussitôt Führer et faisant signe à Riza de lui apporter sa veste.

-Vous ? Mais…

-Je me suis porter garant d’elle, je ne peux pas la laisser seule dans la nature ! Qui sait ce qui lui arrive, en ce moment ! Bon sang, elle ne tient pas en place cette gamine ! Son père tout craché !


**

Les mains dans les poches, Darrick bailla à s’en décrocher la mâchoire. C’était plus parce qu’il était blasé, que fatigué. Et pourtant, il aurait eu de bonnes raisons de tomber d’épuisement : Il passait ses journées à enchaîner les petits boulots. Tôt le matin, il devait être à tel magasin pour tout nettoyer avant l’arrivée des clients. Le reste de la matinée jusqu’en début d’après-midi, il vidait les poubelles des parcs, rues et enlevait les déchets qui se trouvaient par terre. Ensuite l’après-midi, cela dépendait de ce qu’il arrivait à trouver comme boulot… Il y avait toujours une mamie qui était prête à échanger une pièce contre un coup de main pour porter ses courses ou pour aider son chat à descendre d’un arbre… Des personnes savaient aussi qu’il maîtrisait l’Alchimie et lui demandaient alors de réparer des choses en échanges de plus ou moins d’argent, en fonction de la valeur de l’objet aux yeux de son propriétaire. Et puis venait le soir, où Darrick devait nettoyer un gigantesque entrepôt. En général, il y passait la moitié de la nuit.

Et pourtant, malgré tout ce qu’il faisait, il gagnait tout juste de quoi aider à nourrir et faire vivre Ayame. Heureusement que Hiro avait un travail dont son salaire était, certes, irrégulier, mais dès qu’il tombait il y avait assez pour les nourrir eux trois ! Hiro était assez mystérieux sur son travail et Darrick n’insistait jamais. Après tout, lui non plus ne parlait jamais de ses petits boulots… Cependant, il ne pouvait s’empêcher de penser que depuis qu’Hiro avait ce travail, il changeait, petit à petit…

Il secoua la tête pour chasser ses pensées et tourna à l’angle d’une rue. Il avait fini l’entretien des rues plus tôt que prévu mais ne rentrait pas pour autant à la maison. A chaque fois qu’il finissait plus tôt, il allait dans un restaurant pour proposer son aide, à la plonge ou au ménage. Cela lui permettait d’avoir une sorte de pourboire. Et un généreux pourboire, puisque le patron commençait à bien connaître Darrick et savait pour sa situation délicate.

« Il y a de l’agitation aujourd’hui » songea l’adolescent en voyant tout un groupe de militaire.

Quelques-uns entouraient un militaire brun à lunettes, aussi grand que fin, qui semblait à moitié dans les vapes tandis que d’autres étaient éloignés, scotchés à leur talkies ou en train d’interroger des personnes. Darrick fronça les sourcils, étonné. Il ne se passait jamais rien dans ce coin de la ville… Ce remue-ménage était donc étonnant. Puis, il eut un léger sursaut quand il réalisa qu'il cherchait du regard Rina dans la foule... Qu’est-ce qu’il lui prenait ? Il voyait déjà cette fille -Ô combien insupportable- tous les jours, puisqu’Hiro lui avait demandé de tenir compagnie à Ayame dès qu’elle pouvait… Alors si en plus il se mettait à la chercher quand il pouvait l’éviter ! Et pourtant, malgré tout cela, il continuait de dévisager les personnes pour vérifier qu’elle y était… Quand il s’en rendit compte, il détourna la tête et regarda de nouveau droit devant lui, agacé.

Ce fut soudainement de mauvaise humeur qu’il ouvrit la porte du restaurant.

-Bonjour Darrick ! salua le patron dès que celui-ci entra. Tu tombes bien !

-Il y a du monde aujourd’hui, déclara l’adolescent en regardant autour de lui.

-En effet et ton aide ne sera pas de refus ! Le pauvre Joe ne s’en sort plus à la plonge !

-J’y vais tout de suite.

-Juste avant, tu peux voir ce qu’il se passe à l’arrière du resto, près des poubelles ? J’ai l’impression qu’il y a encore un règlement de compte.

« Comme si ça ne suffisait pas que je passe ma vie dans les poubelles, il faut aussi que je calme les crétins » songea l’adolescent.

Ce n’était pas envers le patron qu’il râlait, mais contre les énergumènes qu’étaient les humains !

-J’y vais, soupira-t-il.

-Merci, mon gars.

Le propriétaire du restaurant regarda Darrick s’éloigner avec le même pincement au cœur qu’à chaque fois. Malheureusement, il ne pouvait se permettre d’embaucher l’adolescent, même à temps partiel… Et pourtant, ce n’était pas l’envie qui lui manquait.

Darrick traversa la salle bondée, remplie de personnes mangeant des plats qu’il ne pourrait jamais se payer et entra dans une petite pièce pour ouvrir la porte qui s’y trouvait, au fond. Quand il entendit des coups, apparemment violents et des cris de douleur, il fronça les sourcils. Une fille ? En tout cas, ça en avait la voix…

Inquiet, il regarda par l’unique fenêtre qui se trouvait dans la pièce. Il plissa les yeux quand il découvrit un homme géant et assez baraqué qui combattait une fille blonde… Et visiblement, c’était lui qui avait l’avantage. Darrick fronça encore les sourcils… Même de dos, la fille lui disait quelque chose… Puis, son esprit s’illumina. Il se précipita sur le téléphone le plus proche et composa le numéro du Q.G.


**

-Elle doit bien être quelque part ! s’impatienta Roy.

En entendant la voix de Riza, le président se tourna vers elle et remarqua qu’elle ne lui parlait pas, mais qu’elle était au talkie-walkie.

-Très bien, je lui dis… Roy ! C’était Ellie. Darrick à appeler au Q.G, il sait où est Rina ! Elle est en train de se battre à l’arrière du restaurant où il travaille, le Dragon d’Or et apparemment, Rina est en danger. Darrick va intervenir pour essayer de l’aider.

Roy retint une flopée de juron : Le Dragon d’Or était complètement à l’opposé de là où lui était ! Il ordonna à Riza de vite aller chercher sa voiture et de prévenir son équipe afin que la personne qui était le plus près du restaurant y accoure.


**

Rina tomba à genou par terre. Elle n’avait plus de force. Elle savait qu’elle ne gagnerait pas ce combat et le désespoir s’emparait d’elle. Une partie d’elle voulait fuir, l’autre voulait malgré tout se battre jusqu’à la fin, mais… La fin semblait déjà là.

Elle n’avait peur de rien, ni de personne et n’avait jamais fui un combat. Ça ne pouvait donc pas arriver, pas aujourd’hui, pas maintenant ! Ni jamais ! Pas à elle, la fille d'Edward Elric !

L’homme lui agrippa la tête de son immense main et la souleva dans les airs avec une facilité déconcertante. Il la bloqua contre le mur et Rina le vit soulever son genou. Elle voulut contre-attaquer d’un coup de pied, malgré la migraine qui commençait à s’emparer d’elle, mais n’eut pas le temps : L’homme lui assena un violent coup de genou. Un craquement se fit entendre… Plusieurs même. D’un seul coup, il venait de lui briser trois côtes…

Rina sentit quelque chose de chaud lui monter à la gorge et peu après, elle vomissait du sang. L’adversaire resserra encore plus fort sa prise à la tête de Rina et donna un nouveau coup de genoux. Sa respiration se coupa encore plus longtemps que tout à l’heure. Et toujours ce sang qu’elle crachait sans pouvoir se contrôler. Des étoiles dansaient devant ses yeux. Elle se sentait partir.

-Relâche-là ! Tout de suite ! s’exclama une voix masculine.

L’homme tourna la tête et vit un adolescent donc les cheveux châtains étaient en pagaille sur sa tête. Il eut un rictus agacé et se pencha à l’oreille de Rina pour lui murmurer quelque chose. Mais l’adolescente, à demi-assommée, ne réalisa le sens de la phrase que quelques secondes, trop occupée à tacher de rester éveillée. Les mots se mélangèrent dans son esprit, n’ayant plus aucun sens et s’évanouirent, comme morts. Ensuite, son ennemi la lança et elle atterrit en plein sur Darrick, qui tomba à la renverse sous le poids décuplé de Rina à cause de la force du lancer. Mais l’adolescent reprit vite ses esprits et secoua doucement Rina.

-Hé ! Qui c’est ce type ? Je croyais que tu n’étais qu’en essai, alors pourquoi tu t’es retrouvée seule contre un type comme lui ?

Mais Rina n’arrivait plus à garder ses paupières ouvertes. Alors, elle les ferma et se sentit aussitôt attirée par un trou noir... et sans fond.

-Non, non ! Reste éveillée ! Ne t’endors surtout pas ! Attends au moins les secours… Tu m’entends ? Hey ! Rina ! Tu...

Mais l’adolescente s’était déjà évanouie.


Quelques heures plus tard


-Bon, c’est le moment, soupira Winry lorsqu’elle eut finit de mettre en commun ses notes avec celles du directeur.

Il était temps pour elle de sortir de la salle, puisque ça allait être au tour du dernier candidat : Edwin.

Afin qu’il y ait deux jury, celui avait assuré les épreuves orales était là pour la remplacer. Il avait patiemment attendu derrière eux le temps qu’ils parlent du précédent candidat.

Tout en se levant de sa chaise, elle lança un regard envieux à la fenêtre. Le directeur surpris son regard et sourit.

-Vous pouvez y aller, vous savez.

-C’est vrai ? Mais en tant que jury je croyais que…

-Vous êtes jury, certes, mais vous êtes aussi une mère.

Winry sentit son cœur devenir plus léger.

-Merci, dit-elle avec un regard reconnaissant.

Elle se leva de sa chaise et se dirigea vers la sortie de la salle. Elle ne put s’empêcher de regarder son fils. Quand elle vit qu’il l’a regardait du coin de l’œil, elle lui fit un clin d’œil. Edwin lui répondit d’un sourire discret.


-Vous, ici ? fit semblant de s’étonner Ed envoyant Winry arriver.

-Eh oui… Comme s’est passé son épreuve orale ?

-Très bien. Mais selon lui, il en fallait vraiment beaucoup pour la rater. Le gars avait raison, tu parles simplement de toi pendant une demi-heure. C’était vraiment la pratique qui l’inquiétait.

-Il ne faut pas… En plus, il est tombé sur un bon sujet.

-Ah bon ?

Il haussa un sourcil perplexe lorsque Winry pouffa.

-Je vais t’expliquer… Mais tu dois promettre de ne pas t'énerver !


**

Rina prit soudainement conscience que son cœur battait et qu’elle sentait son corps. Elle était vivante. Alors elle ouvrit les yeux, mais les referma bien vite quand elle fut aveuglée par la trop grande luminosité de la pièce. Elle les rouvrit petit à petit et ses yeux bleus se firent lentement à la lumière. Elle fronça les sourcils. La pièce dans laquelle elle se trouvait était entièrement blanche… Elle était au Paradis, ou quoi ? Elle constata que non, lorsqu’elle voulut se redresser et qu’une ressentit une douleur fulgurante aux côtes, lui faisant lâcher un léger cri de douleur… Non, elle était bel et bien vivante. Elle se recoucha et se rendit compte qu’elle était épuisée.

-Ne commence pas à faire des folies, à peine réveillée.

-…Papa ? murmura Rina d’une voix à peine audible.

Elle tourna faiblement la tête dans la direction d’où venait la voix. Ses yeux finirent par se poser sur un homme en tenue militaire. Il avait ôté son couvre-chef, dévoilant ainsi sa courte chevelure noir de jais, parsemé de mèches argentées.

-Président ? fit l’adolescente.

-Bon sang, quel soulagement, soupira-t-il.

-Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Qu’est-ce que je fais ici ?

Mais elle eut à peine finit de poser ses questions que des images revinrent une à une dans l’esprit de Rina.

-Attendez… Il y avait une femme… Puis j’ai poursuivis cet homme… Je me suis battu avec lui… Et après, c’est le trou noir…

Roy hocha la tête pour approuver.

-Cette histoire d’enlèvement était du pipo. Les individus s’étaient déjà enfuis depuis longtemps lorsque nous sommes arrivés.

-Vous avez une idée de ce qu’ils voulaient ?

-Aucune. Ils se sont juste contenter d’assommer Prell et de t’attaquer… Est-ce qu’ils ont juste cherché à nous provoquer ? A nous menacer ? Pour l’instant, nous n’en savons malheureusement rien…

-Le sous-lieutenant Prell ! Comment va-t-il ?

-Bien, rassure-toi. Il a déjà vécu bien pire ! Et toi ? Comment tu te sens ?

-Mes côtes… Je croyais qu’elles étaient cassées, mais…

-De nombreux hôpitaux se sont rendu compte de l’efficacité de l’elixirologie médicale de Xing, alors ils ont embauché des elixirologistes. Celui qui t’a soigné est l’un des meilleurs !

-Ça, j’en doute, ricana Rina. La meilleure elixirologiste, c’est ma tante !

Roy sourit d’amusement.

-Néanmoins, il a soigné tes blessures et ressouder tes côtes… Mais attention, la douleur ne passera pas dans l’immédiat pour autant ! Tu vas devoir rester allonger un petit moment avant d’être remise sur pied…

-Hum…

-Je vais commencer le sujet qui fâche, mais as-tu le moindre souvenir de quelque chose, de ton combat ?

Au souvenir du combat, Rina se crispa. Tout lui revint en mémoire : Sa faiblesse, son incompétence… Et sa peur. Peur, qu’elle ressentait encore, vu les tremblements qui commençaient à s’emparer de ses mains. Sentant les larmes lui monter aux yeux, elle s’empressa de détourner la tête.

-Je me souviens du gars contre qui je me suis battu… Je n’ai que de bref souvenirs, rien de très net, mais je pourrais le décrire grossièrement, dit-elle d’une voix enrouée et tremblante.

Roy ne lui répondit pas tout de suite, l’air pensif à cause des tremblements de sa voix et de son visage crispé.

-Bien, quand tu te seras suffisamment remise, je t’enverrais quelqu’un pour essayer de reproduire un portrait, dit-il finalement.

-Vous pouvez l’envoyer tout de suite, je vais bien.

Un sourire amusé se dessina sur les lèvres du président.

-Crois-moi, il vaut mieux attendre que tu sois vraiment rétablie… Te souviens-tu d’autre chose ? Le moindre détail à son importance.

Alors qu’elle commença à faire « non » de la tête, elle interrompit son mouvement quand elle se remémora de quelque chose.

-Je… je crois qu’il m’a dit quelque chose…

-Quoi donc ?

-Je ne m’en souviens pas… J’étais à moitié dans les vapes, je… Non, je n’arrive vraiment pas à me rappeler.

-Ne t’inquiète pas, ça te reviendra au moment voulu… Je vais te laisser te reposer. Ton amie Iyoko m’a demandé de te dire qu’elle viendra te rendre visite ce soir.

-D’accord… Et quand est-ce que je pourrai partir ?

-Demain après-midi… Si tu promets de passer le reste de la semaine couché. Tu sais, je pense que tu ferais mieux de rentrer chez toi, quand tu sortiras de l’hôpital. Il vaut mieux que tu te reposes dans un endroit tranquille et auprès des tiens.

-Non, je vais rester ici… Je pourrais toujours trier les dossiers.

-Hors de question. Si tu tiens absolument à rester ici, tu as obligation de rester à ton hôtel et s’il le faut, j’ordonnerai à un de mes hommes de rester planter devant ta porte pour te surveiller. Il faut savoir te reposer, lorsqu’il le faut.

Alors qu’il allait se lever, il changea d’avis pour dévisager l’adolescente, les sourcils froncés. Il avait l’air d’essayer de lire en elle.

-Tu es sûre que tu vas bien ? insista-t-il.

Rina détourna le regard.

-Rina ?

-Oui, je vais bien.

Roy eut l’air nullement convaincu, puisqu’il ajouta :

-Tu sais, c’est normal d’avoir peur.

-Je n’ai pas peur ! s’exclama Rina en lui lançant un regard noir. Je n’ai jamais eu peur de personne !

« Quelle tête de mule » soupira intérieurement Roy.

Elle avait répondu beaucoup trop vite et agressivement pour ce que ce soit vrai.

-Si tu le dis… Mais si un jour ça t’arrive, sache que c’est quelque chose qui peut te faire vaciller très rapidement. C’est pour cela qu’il est important d’en parler.


Riza attendait dans le couloir le Führer dans le couloir. Quand il sortit, ils restèrent silencieux durant quelques pas, avant que Hawkeye ne décide de lancer, d’un air malicieux :

-« Il faut savoir te reposer lorsqu’il le faut »… C’est de toi, celle-là ? Je peux la noter pour te la ressortir, un jour ?

Roy ne répondit pas et se contenta de lui faire un sourire complice. Mais une fois sortis de l’hôpital, il retrouva son air sévère.

-Mais franchement, ça ne fait qu’une semaine qu’elle est là et je la retrouve déjà à l’hôpital. Et encore, elle m’avait promis d’être prudente !

-Ce n’est pas de sa faute. Elle a voulu aider une femme à récupérer son bébé. Tu aurais bondis, toi aussi… Comment va-t-elle ? s’enquit ensuite la garde du corps.

-Elle est très secouée… Elle s’est rendu compte de ce qu’était un vrai combat.

-Je vois où tu veux en venir et je t’arrête tout de suite pour que tu n’avises pas de comparer Edward et Rina. Leur histoire n’est pas comparable. Dès l’âge de 12 ans, Edward a dû se battre pour survivre et affronter des choses qu’un enfant de son âge n’aurait jamais dû faire ou voir, c’est normal qu’il ait tout fait pour que sa fille reste loin de tout ça !

-Je sais… C’est juste que… (Il soupira) Elle est sous ma responsabilité et s’il lui arrivait quelque chose, je crois que je ne me le pardonnerai jamais… Et je ne pourrais plus jamais regarder Fullmetal et Winry en face.


**

-Bien, monsieur Elric, qu’avez-vous à nous dire sur cet auto-mail ? demanda le directeur.

L’adolescent prit une grande inspiration pour se donner du courage et décrivit minutieusement et parfaitement l’auto-mail. Sa taille, ses composants ainsi que les atouts et défauts de ces derniers…

-Et quel problème avez-vous découvert ? questionna ensuite le jury aux lunettes rondes, celui qui remplaçait Winry.

-Eh bien… Vu la taille de l’auto-mail, je dirais qu’il s’agit là d’une prothèse pour un enfant... de 10-11 ans. Mais pourtant, il y a quelque chose qui ne colle pas. Il est beaucoup trop lourd pour un enfant. Pour un ado ça passe, mais un enfant… Au départ, j’ai pensé qu’il faudrait changer les pièces et en faire un plus léger. Mais ce modèle n’est pas adapté pour de telles pièces et l’auto-mail exploserait en morceaux dès le premier geste… Et il y a autre chose. C’est un 005-BE-7 FIGHT, comme son nom l’indique, c’est un modèle spécialisé dans les auto-mails de combat lourds. Je suis étonné que cette marque fasse pour les enfants… Normalement, si cet enfant voulait vraiment avoir un auto-mail de combat, il aurait dû avoir un SIMPLE1825 ou un GT-350 qui sont le top du top en auto-mail de combat léger… Et en plus, ils font pour les enfants.

L’homme aux lunettes lança un regard amusé au directeur, dont l’air bouche-bée était juste à mourir de rire.

-Impressionnant, hein ? lui fit-il. J’ai fait la même tête, pendant son épreuve orale. Il a une connaissance de malade, même pour un fils de mécanicien.

-En effet… (Puis, il secoua doucement la tête pour se ressaisir et se reconcentra sur Edwin) Sinon, jeune homme, si on vous annonçait que c’est bel et bien un auto-mail pour adulte, que remarqueriez-vous ?

-Pour adulte ? répéta Edwin en ouvrant grand les yeux. Eh bien… Je remarque surtout qu’il faudrait tout démonter et recommencer…

Le directeur hocha la tête, mais ne semblait pas bien convaincu. Perdu, Edwin lança un regard à la fenêtre où ses parents le regardaient. Le directeur suivit discrètement son regard, au cas où, mais il constata bien vite que cela était inutile. Winry restait très professionnelle et ne risquait pas de donner de réponse à son fils.

-Ce n’est pas possible autrem… (Lorsqu’Edwin croisa le regard de son père, il eut soudainement une idée) Mais oui bien sûr ! Pour un ado plus petit qu’il ne devrait l’être, pour son âge ! Dans ce cas, le problème est simple, il faut…


-Ah, fit Winry en voyant que le visage d’Edwin s’était illuminé et qu’il était partit dans une grande explication. Il a eu un moment de blocage mais je crois qu’il a trouvé.

-Et je peux savoir pourquoi il a trouvé en me regardant ? se vexa Ed en se renfrognant.

La mécanicienne se mordit l’intérieur des joues pour ne pas éclater de rire. Elle attendrait quelques jours, voir années, avant de lui annoncer que c'était elle qui avait proposer cette idée d'automail...


Commentaire de l'auteur Voili, voilou ! Assez contente de ma scène de combat, je crois que c'est la première fois que j'en écris une aussi vite et où je prend même plaisir à l'écrire. L'intrigue n'est toujours pas lancée mais on s'en approche, petit à petit. Patience !

Réponse aux commentaires du chapitre précédent :

Caramel-mou : Yo ! Diabolique ? C'est vrai et le pire c'est que j'adore ça ^^ Niark niark, mes petits messages sur Rina ont fait leur effet héhé ! Oh t'es trop chou ^^
Très contente que le chapitre sur Edwin t'ai plu ! Et je suis d'accord avec toi, puis ça permet aussi à Edwin d'être un peu sur le devant de la scène.
Pour tes questions :
-Excellente question, je suis justement en train de réfléchir à faire des « chapitres bonus », comme ma fanfic précédente. Mais cette fois ce serait pour les persos secondaires... J'aimerais bien en faire un sur Hikari justement, et sur d'autres personnages. Mais voilà ce n'est encore qu'une idée et rien n'est décidé encore. En tout cas, si je les fais ce ne sera pas poster tout de suite et j'aimerais commencer à bosser sur ma prochaine fanfic ^^
-Euh si tu parles bien de la cérémonie qu'il y a à la fin des exams et qui annonce donc la fin de la scolarité, non, la fanfic ne va pas aussi loin ^^ Et je ne pense pas qu'il y a en aurait eu de toute façon.
Nan mais c'est bien, tu poses des questions intéressantes en plus, des choses auxquelles je ne pense pas forcement, donc c'est très bien !

Pika-78 : Haha ! Tu ne dois plus me bouder maintenant... si ? Ba oui il fallait bien que je vous rappelle ce qu'il se passe pendant ce temps, même si vous n'en aviez pas forcément besoin et de cette façon vous avez des nouvelles de Rina... Comment ça je m'enfonce ?
Tant mieux si tu a aimé ce chapitre malgré tout. Je n'avais pas envie qu'Edwin reste trop derrière et je voulais qu'il ait ses chapitres lui aussi.

A la semaine prochaine pour le chapitre 14 : Revenir auprès des siens !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales