Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • New Game +
    Réticule
    Nb de signes : 4 800 - 24 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Relation humain / animal
    Bleu héron
    Nb de signes : 150 000 - 160 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Beurk !
    Le Ventre et l'Oreille
    Nb de signes : 50 - 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/02/2021
  • Mobilités alternatives
    Encres
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/01/2021
  • Grand Prix Littéraire du Golf
    Fairways Magazine
    Nb de signes : 500 - 6 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 01/03/2021
  • Paradis artificiels
    [erminbooks]
    Nb de signes : 30 000 - 90 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • La Commune de Paris
    La Clef d'argent
    Nb de signes : 10 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/05/2021
  • Avis de tempête(s)
    Éditions des embruns
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • De Mythologia
    Etherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/01/2021
  • Horizon perpétuel 21
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 10 000 - 80 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 31/03/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Changement d'adresse IP non prévue
 par   - 58 lectures  - Aucun commentaire

Fanfic Fr a été inaccessible suite à un changement d'adresse IP non prévu.
Le changement a été fait sans me prévenir, ce qui fait que les serveurs DNS n'étaient pas à jour et continuaient à rediriger vers l'ancienne adresse.

 

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 885 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

FullMetal Alchemist

La légende de l'Alchimiste
[Histoire Terminée]
Auteur: Jill Kuchiwa Vue: 10043
[Publiée le: 2016-02-24]    [Mise à Jour: 2017-05-22]
G  Signaler Action-Aventure/Amitié/Tranche de vie Commentaires : 83
Description:
Il est l'heure de faire place à la génération suivante.
Lorsque Rina Elric, digne fille de son père, veut trouver par tous les moyens ce pour quoi elle est faite et quel est véritablement son destin, elle ne se doute pas une seule seconde des choses, bonnes et mauvaises, qui l'attendent... Et que va tout changer. Autant pour elle que pour son entourage.

L'histoire est divisée en 44 chapitres + prologue et épilogue.

ATTENTION : Si vous ne voulez pas être spoiler, tâchez d'avoir fini le manga ou l'anime "FMA Brotherhood"... Promis, un jour je ferais une fic dont même ceux qui n'ont pas finis le manga pourront lire !
Crédits:
Aloooooors, comment dire... Il y a beaucoup de personnages n'à moi, rien qu'à moi !
Les autres personnages et l'univers dans lequel ils évoluent, viennent de l'oeuvre originale de Hiromu Arakawa, que je ne remercierais jamais assez d'avoir créer "Fullmetal Alchemist".
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Un plan qui aurait pu être parfait

[4361 mots]
Publié le: 2016-04-08Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Coucouuu ! C'est partit pour le chapitre 6. Vers le milieu du chapitre, nous reprendrons directement à la suite du prologue, je vous conseille donc d'aller le relire afin de vous le remettre un peu en tête !
Bonne lecture.

-… Je vais aussi demander à avoir tous mes week-ends, commenta Rina à haute voix, tout en écrivant.

Cela faisait deux jours qu’ils étaient rentrés de Xing… Et deux jours que Rina peaufinait des « conditions » qu’elle donnerait ensuite au Führer. Car elle avait l’intention de voir directement le président d’Amestris ! Comment ? Elle n’en savait rien, elle trouverait bien une fois sur place… Il ne restait plus qu’à convaincre ses parents de la laisser aller à Central pour devenir Alchimiste d’Etat… Et ça, ce serait une autre histoire ! Sa condition la plus importante était de ne pas participer aux guerres… Avec ça, ses parents seraient peut-être moins difficiles à convaincre !

Elle était tellement concentrée sur sa tâche qu’elle sursauta violemment quand on toqua à sa porte.

-Oui ? fit-elle en se dépêchant de cacher ses feuilles.

-Sœurette, je vais avoir besoin de ton aide, annonça Edwin en entrant dans la chambre.

Le regard de Rina tomba sur la lettre qu’il avait la main.

-C’est quoi ?

-Les détails et dates de test d’entrée pour ma formation.

-Oh… Le moment est venu pour toi de l’annoncer aux parents, alors ? demanda-t-elle en se levant.

-Oui, soupira Edwin. Et j’avoue que ta présence à mes côtés me rassurerait !

Rina lui sourit et hocha la tête.


Edwin trouva sa mère dans la cuisine en train de couper des légumes. L’adolescent avait chargé sa sœur d’aller chercher leur père dans son bureau.

-Maman, tu as cinq minutes ? questionna Edwin d’un air nerveux.

-Oui, pourquoi ? demanda-t-elle sans se retourner.

-Qu’est-ce qu’il se passe ? ajouta Ed en entrant dans la pièce. Apparemment tu veux nous parler, Edwin ?

Rina arriva par la suite. Suite à la demande d’Edwin, elle était allé chercher son père dans son bureau.

-Ah bon ? s’étonna la mécanicienne en tournant la tête vers son fils. Nous parler de quoi ?

-Eh bien… Avant toute chose… Maman, peux-tu poser ton couteau, s’il te plait ? Ça me rassurerait…

-Ne dis pas n’importe quoi ! Qu’est-ce qui peut être assez grave pour avoir des envies de meurtre sur t…

-Je vais partir, déclara Edwin d’une traite.

Il tressaillit lorsque sa mère se tourna face à lui d’un bond, la lame du couteau dans sa direction. 

-Comment ça, partir ? interrogea-t-elle d’un air menaçant.

-C’est exactement pour ça que je voulais que tu poses ton couteau…

-Avec qui ? Comment elle s’appelle ? Tu l’as rencontré où ? Ça fait combien de temps que ça dure ? C’est elle qui t’a convaincu de partir ?

-Quoi ? ne comprit pas Edwin, en fronçant les sourcils.

Il échangea un regard interloqué avec sa sœur, qui ne semblait pas plus comprendre que lui ce qu’il se passait dans la tête de leur mère. Et, avant qu’il ne puisse rajouter quelque chose, Ed posa fièrement sa main sur son épaule.

-Bien joué, fiston ! J’ai hâte de la rencontrer !

Winry secoua la tête et lança :

-Eh bien avant de la rencontrer, je veux sa carte d’identité, son justificatif de domicile, ses relevés bancaires, une autorisation de ses parents, ainsi que…

-Tu veux le C.V et la lettre de motivation, aussi ? taquina Ed.

Pour toute réponse, il se reçut une clé à molette en pleine tête et Rina explosa de rire.

-Tu trouves ça drôle, toi ? grommela Ed en se frottant la tête.

Pliée en deux, sa fille se tenait les côtes.

-Vous êtes complètements toqués, tous les deux ! s’exclama-t-elle, hilare.

Edwin recula précipitamment et s’empressa de protester :

-Non, vous n’y êtes pas du tout ! Il n’est aucunement question d’une fille ! Laissez-moi vous expliquer !

Il lança un regard hésitant à sa petite sœur. Quand l’adolescente l’encouragea d’un hochement de tête, il prit alors une grande inspiration et expliqua son projet. Quand il eut finit, un grand silence se fit dans la pièce.

-Dîtes quelque chose, pitié, déclara Edwin d’une toute petite voix.

-…Pourquoi ne pas nous en avoir parlé avant ? demanda Winry, les yeux écarquillés de surprise.

-Ben… Je ne sais pas… Je n’étais pas sûr que vous accepteriez alors je voulais attendre d’avoir les dates de test avant de vous en parler.

-De façon à ce qu’on n’ait pas notre mot à dire ? fit Ed en haussant un sourcil.

-Bien sûr que vous avez votre mot à dire ! s’opposa Edwin. Si ça avait été le contraire, je vous en aurais parlé après avoir passé les tests, quand j’aurai été sûr d’être pris ou non !

Rina eut un petit sursaut.

« Tiens, mais c’est pas bête, ça ! » se dit-elle.

-Je n’irais pas à ces tests si vous n’êtes pas d’accord, conclut le jeune mécanicien.

-Ce serait dommage d’abandonner maintenant, fit remarquer Winry.

-Oui mais je comprends aussi que tu aies besoin de moi, maman.

-Je gérais la boutique toute seule quand mamie (sa voix trembla légèrement quand elle prononça ce mot) était à la retraite et que tu étais petit. Donc, je peux bien continuer maintenant !

-En fait, ça tombe plutôt bien, non ? dit Ed en regardant la mécanicienne.

Cette dernière approuva d’un hochement de tête et annonça, quand elle vit la lueur d’incompréhension dans le regard de ses enfants :

-J’ai reçu une convocation de ce centre de formation. Tout le monde se connait à Rush Valley et l'ouverture de cet établissement a finit par arrivé aux oreilles de Paninya, qui leur a parler de moi quand elle a su qu'ils cherchaient des jury pour les tests d'entrée. J’avais l’intention de refuser, mais finalement, ça va être l’opportunité de dénicher un apprenti pour te remplacer, si tu es pris… Bon, ça ne vaudra pas mon fils, mais je ferais avec !

Edwin se sentit plus léger. Si en effet, sa mère pouvait trouver quelqu’un pour le remplacer, cela le soulagerait énormément ! Ainsi, sa mère ne se retrouverait pas encore plus surchargée qu’elle l’était déjà.

-Par contre, ajouta-t-elle, de ce que Paninya m'a dit, la formation à un prix d'enfer.

-Il y a une bourse et j'ai bien l'intention de la décrocher.

-Tu as une brochure ou quelque chose comme ça ? demanda Ed.

Avant d'accepter, il voulait plus de renseignements sur le dit établissement. Peu de temps après, toute la famille était dans le salon, en train de lire la brochure du centre de formation, qui faisait parti des nombreux documents qu'Edwin avait reçu, l'autre jour.

-Wouah ! Il y a de chouettes aménagements, lâcha Rina.

-Ça n'a rien ça voir avec ici où des endroits dans lesquels j'ai travaillé, ça c'est sûr, approuva Winrt, des étoiles dans les yeux. Tu vas être formé dans des ateliers des luxe, mon chéri, je t'envie !

Ed, lui, fronça les sourcils.

-Par contre, tu ne risques pas de t'ennuyer ? demanda-t-il. Tu as déjà un super-niveau, tu es sûr que cette formation te seras utile ?

-On sera divisés en deux niveaux : Les confirmés et les intermédiaires. Il n'y a que peu de place dans les deux classes. C'est vrai que grâce à maman, j'ai un bon niveau mais cette formation est l'occasion d'en apprendre encore plus et vu le programme et les professeurs, je doutes que je vais m'ennuyer.

Intéressée, Winry se pencha vers la feuille des professeurs.

-Tu en connaît, maman ? questionna Rina.

-Oui, la plupart sont réputés dans le milieu de l'automail... C'est une chance de pouvoir apprendre sous leur tutelle, je comprend pourquoi il y a si peu de place... Et si j'en crois le programme, la première année sera de ton niveau et l'année suivant, il y a des choses que moi-même ne sait pas faire... Je n'ose pas imaginer le niveau que tu auras quand tu sortiras de là-bas ! ajouta-t-elle en riant.

Ed sourit rassuré de voir que la formation serait bénéfique pour son fils, et qu'il ne s'y ennuierait pas.

-Fais attention Edwin, ta mère risque d'y aller avec toi, taquina-t-il.

-Pas à ce point, fit Winry, mais j'avoue que s'il y aurait eu cette formation quelques années plus tôt, j'aurais sauter sur l'occasion, moi aussi... Par contre, que comptes-tu faire après ? Je ne pense pas qu'après tout ça, tu comptes continuer à travailler ici, je me trompes ?

Ed lança un regard surpris à sa femme. Il n'avait pas penser une seule seconde qu'Edwin ne reviendrait pas ici, après ces des années d'apprentissage. Son cœur se serra. Il était difficile de se dire que son enfant aîné, son premier enfant, avait l'intention et envie de quitter le cocon familial.

De son côté, Rina se mordit la lèvre inférieur et regarda son frère, qui paraissait extrêmement gêné.

-C'est... C'est vrai que si possible, j'aimerais continuer à Rush Valley... Être employé là-bas et pourquoi pas ouvrir ma propre boutique. Le problème, c'est que si je ne reste pas, qui reprendra la boutique quand toi tu arrêteras ? Je n'ai pas envie qu'elle ferme à cause de moi.

-Si tu ne serais pas devenu mécanicien, c'est ce qu'il se serait passé, tu sais, fit doucement remarqué Winry.

-C'est vrai, approuva Ed avec le même ton que sa femme. Imagine que tu reprennes la boutique et que plus tard, tes enfants ne suivent pas ce chemin... Tu devras alors la fermer ou la vendre, ça en reviendra au même.

-Au moins, elle restera ouverte encore plusieurs années et restera dans la famille...

-Edwin, dit Winry, ça me touche que tu tiennes autant à la boutique... Mais je pense que tu es conscient que toutes les connaissances que tu vas acquérir là-bas ne te seront pas utiles à Resembool. Ce sera donc beaucoup mieux pour toi de rester à Rush Valley, où tu vas pouvoir utiliser le maximum de tes capacités et de tes connaissances. En plus, si tu ouvres une boutique à Rush Valley et que ça marche pour toi, tu me rendras encore plus fière que si tu reprenais cette boutique-là, car il est très dur de percer à Rush Valley, avec toute la concurrence... Disons que si ça ne marche pas pour toi là-bas, cette boutique peut-être ta solution de secours.

-Mais évidemment, on préférerait que ça marche à Rush Valley, ajouta Ed.

-Je ne sais pas... J'avoue que je suis un peu perdu, j'hésite encore...

Son père lui fit un sourire compréhensif.

-Pour le moment, concentre-toi sur la formation. Nous avons encore du temps avant de parler héritage et succession.

-Donc, vous êtes d’accord ?

Winry hocha la tête, les yeux brillants.

-Cette formation sera parfaite pour toi. Malgré mon expérience, mes connaissances sont quand même limitées. Là-bas, tu pourras échanger et partager tes connaissances avec beaucoup de personnes, ça va t’être vraiment bénéfique !

Edwin lui sourit de reconnaissance et se tourna vers son père.

-Et toi, papa ?

-Tu crois vraiment que je me risquerai à dire non ? Pouffa-t-il.

-Disons que je préfère en être sûr.

-Si c'est vraiment ce que tu veux faire, je n'ai aucune raison de m'y opposer.

Le visage de l’adolescent s’illumina de joie. Rina regarda son frère et lui sourit, sincèrement heureuse pour lui… Mais avec un pincement de jalousie lui serrant le cœur. Son père acceptait si facilement de laisser partir son fils… Alors qu’elle, c’était tout juste si elle arrivait à le convaincre de la laisser aller faire les courses seule !

« Je dois aller à Central et faire ce que j’ai prévu. Ainsi, il verra enfin que je peux me débrouiller seule, comme Edwin ! »


~*Le lendemain*~


Rina étira ses bras puis se laissa complètement aller contre sa chaise en relisant une dernière fois ses notes.

« Bien… Il ne manque plus qu’à convaincre les parents de me laisser aller à Central pour une journée ! »

Rina prit une grande inspiration et entra dans la cuisine, où Ed et Winry étaient attablés devant un café.

-Je peux vous dire quelque chose ? commença-t-elle, nerveuse.

-Laisse-moi deviner… Tu pars faire une formation à Rush Valley ? taquina Winry.

-Non merci, les auto-mails, je vous les laisse, à Edwin et toi !

-Si tu as encore ramené un chien, la réponse est non, répliqua aussitôt Ed.

Rina en sursauta. Elle qui n’avait aucune idée de comment leur annoncer qu’elle comptait se rendre à Central, voilà que son père lui tendait une perche !

-Ce n’est pas ça… Enfin, pas totalement ! En effet, j’ai trouvé un chien mais en le ramenant, j’ai croisé un voisin qui m’a dit qu’il y avait un refuge pour animaux à Central… Et je pense que ça peut être une bonne idée de l’emmener là-bas, puisque je sais d’avance que je ne pourrais pas le garder.

C’était gros, mais c’était tout ce que le sens de l’improvisation de Rina avait pu proposer à son cerveau en si peu de temps de réflexion.

-Central ? fit Winry en haussant un sourcil. Pourquoi aller si loin alors qu’il y a des refuges tout près d’ici, tu veux que je t’y emmène ?

-Non, non ! Apparemment, les animaux dans le refuge de Central sont vraiment très bien traités et j’en entends beaucoup de bien ! J’aimerai vraiment l’emmener là-bas !

-Pourquoi ne pas le refiler à un voisin ? demanda son père en soupirant.

Rina se crispa. Vu comme ça, son plan allait rapidement tomber à l’eau, avec son père… Cependant, elle se ressaisit. Dans ces moment-là, il fallait être plus têtu que lui et ça, l’entêtement, elle connaissait !

-Je l’ai fait à chaque fois que tu m’as demandé de relâcher un chien, mais personne n’en veut jamais ! A croire que je suis la seule à avoir un cœur, ici… S’il vous plait, laissez-moi y aller ! Je vous promets que je reviendrai vite !

-Si je te laisse partir seule, est-ce que j’aurais un coup de fil du QG de Central ou est-ce que tu seras raisonnable, cette fois ?

-Je serais sage comme une image. Je vais à Central, je dépose le chien et je rentre immédiatement !

-Je veux que tu sois de retour pour le dîner.

-Je serais là sans faute.

Ed interrogea Winry du regard. Sa femme lui sourit et hocha doucement la tête.

-Bon, d’accord, soupira l’ex-Alchimiste.

Un grand sourire illumina le visage de Rina, qui sauta au cou de son père pour l’étreindre.

-Merci papa !

-File, avant que je ne change d’avis, conclut Ed en ébouriffant les cheveux de Rina.

Après avoir fait un gros bisou sur la joue de sa mère, Rina s’empressa de sortir. Elle n’aimait pas mentir ainsi à ses parents, mais pour le moment, elle n’avait pas le choix !

Winry regarda son mari d’un air espiègle et poussa un sifflement admiratif.

-Dit donc… Papa-poule accepte de laisser partir sa petite fille seule à plus de dix mètres de la maison… Que t’arrive-t-il ? Ecouterais-tu enfin les conseils de ta femme chérie ? taquina-t-elle.

-Sans commentaire, s’il te plait…

La mécanicienne sourit et se plaça derrière sa chaise. Puis, elle se pencha et l’embrassa sur le cou avant d’y enrouler ses bras avec douceur ses bras.

-Détend-toi, je suis sûre que ça va bien se passer ! Elle ne risque rien.

-Et pourtant… Je sens que je vais le regretter, dit-il, un mauvais pressentiment lui serrant le cœur.


~*Quelques heures plus tard, au Q.G de Central *~

(nda : A partir de la, c'est la suite directe du prologue)


-Elric, hein ? murmura le président, un grand sourire aux lèvres.

-Dîtes, les deux garçons que j’ai capturé, ce n’était pas des militaires en tenue civile pour une inspection ou autre mission secrète du genre ? demanda Rina presque timidement. Et ils ne faisait pas non plus partis de votre garde personnelle ?

Le Führer mit un petit moment à répondre, l’air étonné de la question.

-Euh… Non… Ce sont de simples ados… Et des habitués de la maison, d’ailleurs… Pourquoi ?

Rina en soupira de soulagement.

-Ouf ! J’ai arrêté les bonnes personnes du premier coup, cette fois !

-Pardon ?

-Non, non, rien !

-Bon… Ainsi, la raison de ta venue et du carnage que tu as fait est une proposition à me faire ?

-Tout à fait… J’aimerai intégrer l’armée, mais attention, j’ai plusieurs conditions ! prévint-elle en sortant un papier de sa poche.

Elle le déplia et le posa sur le bureau du président.

-En effet, tu en as plusieurs, lâcha le président quand il découvrit que la feuille était autant griffonnée au recto qu’au verso.

Il entreprit ensuite de déchiffrer l’écriture de l’adolescente afin de lire attentivement ses conditions. Son visage resta impassible jusqu’à la dernière ligne et le cœur de Rina battait si fort qu’elle en était presque essoufflée. Mais elle fit légèrement soulagée lorsque le Führer par avoir un sourire amusé.

-Et si je te disais que tes idées ressemblent un peu au miennes ?

-Comment ça ?

-C’est simple, j’essaye d’enlever cette réputation de chien de l’armée, qu’on les Alchimistes d’Etat, mais tu devines que cela n’est pas facile, malgré les nombreuses années que j’y travaille. J’ai divisé les Alchimistes d’Etat en deux catégories : Une qui sera exclusivement pour les services publics sans obligations de participer aux guerres. L’autre catégorie sera plus pour les personnes désirant remplir des fonctions militaires, sans pour autant être des armes humaines et c’est cette catégorie qui répond largement à tes conditions.

-Et les gens ont le choix, c’est ça ?

-Tout à fait, excepté les mineurs. Ils vont obligatoirement dans les services publics en attendant leur majorité. Après, ils peuvent choisir.

Perplexe, Rina plongea dans ses pensées. Au départ, elle avait pensée à collaborer, créer un partenariat avec l’armée, comme l’avait fait son père… Elle n’avait pas songé à réellement devenir Alchimiste d’Etat… Mais si ce service public rassemblait tellement à ses conditions…

Elle eut un léger sursaut lorsque quelqu’un toqua à la porte et entra. Rina se retourna et découvrit une femme aux cheveux courts blonds. Elle observa longuement le visage de Rina, comme si elle cherchait à se rappeler où elle l’avait vu. Gênée d’être ainsi dévisager, l’adolescente lâcha :

-Euh… Bonjour ?

-Voici Riza Hawkeye, ma garde du corps et assistante. Riza, voici Rina Elric.

Le visage de la dite Riza s’illumina et elle s’avança pour lui serrer la main avec un grand sourire. Puis, le Führer lui résuma la situation.

-D’ailleurs, vous acceptez mes conditions, alors ? demanda Rina lorsque le président eut terminé le récit.

-Il y a quelques trucs que j’aimerais éclairer…

S’en suivit d’une longue conversation.

-Et enfin, conclut Roy, « Autoriser mon chien »… Tu m’expliques ?

-C’est simple, j’ai un chien et je veux qu’il vienne avec moi puisque je ne pourrais pas le laisser à Resembool, répondit Rina en haussant les épaules.

-Vraiment ? Ta famille ne peut pas s’en occuper durant ton absence ?

-Euh… Il est encore jeune et je serais plus rassurée qu’il reste avec moi.

-Si tu viens ici, tu seras hébergée en hôtel ou dans une caserne et les chiens ne sont autorisés dans aucun de ces endroits.

-Pourtant il va bien falloir que je trouve une solution, marmonna l’adolescente pour elle-même, avant de s’adresser de nouveau au Führer. La journée je pourrais l’emmener ici ?

-Oui, je fais déjà cela pour mon chien, déclara Riza Hawkeye d'une voix douce. Par contre, je l’attache.

-Pas de problème de ce côté-là, c’est pour la nuit que c’est plus problématique…

Le Führer se servit un verre d’eau pendant qu’elle réfléchissait.

-Si tu veux, je peux te le garder, proposa alors la garde du corps.

Le président faillit en recracher sa boisson.

-Pardon ? s’étrangla-t-il.

-Vous feriez ça ? s’étonna Rina.

-Ça ne me dérange pas. Ainsi, tu pourras me le laisser le soir après le travail et je te l’amènerais au Q.G le matin.

-Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, ce serait parfait pour moi !

Le président avait une mine renfrognée, tout à coup. Mais cela ne sembla pas inquiéter le moins du monde sa garde du corps, qui gardait le sourire.

-Bon, finit par déclarer le président, voilà comment ça va se passer : Tu vas être en essai pendant un mois et...

-Un essai ? coupa Rina, étonnée. Je ne vais pas passer les tests ?

-Non, ces tests sont pour les Alchimistes du service militaire. Ceux du service publics sont en essais.

-Et comment se déroulent ces essais ?

-Tu vas intégrer une équipe -ta future équipe si tout se passe bien- et tu feras des tâches simples pour commencer.

-Des tâches simples ou les choses merdiques que jamais personne ne veut faire ?

Un sourire narquois apparut sur le visage du président.

-Ça, ce sera à toi de le découvrir.

-Par contre, Rina, il va falloir que nous appelions tes parents, apprit Riza.

Le visage de l’adolescente blonde se décomposa. Une certaine panique se lut dans ses yeux bleus.

-P-Pou-Pou-Pourquoi ? Balbutia-t-elle, le cœur battant à la chamade.

-Eh bien nous devons les informer de l’incident de tout à l’heure, n’oublions pas que tu es censée être en garde à vue, lança le Führer. Et pour les mineurs qui veulent devenir Alchimiste d’Etat, il faut une autorisation de tes parents. Les deux, si possible.

-Euuuuuuuuuuuuh… Comment dire… Mes parents ne sont… pas vraiment au courant de mes plans…

Lorsque Riza et le Führer lui lancèrent un regard interloqué, la jeune Alchimiste enfonça sa tête dans ses épaules d’un air gêné.

-C'est-à-dire ? demanda lentement le président.

-Eh bien, mes parents savent que je suis à Central, actuellement, mais ne connaissent pas la véritable raison…

-Et pourquoi ?

-C’est surtout par rapport à mon père, en fait… Il ne voudrait pas que je rejoigne l’armée et serait très sûrement furieux de savoir que je suis venue vous voir aujourd’hui…

-Et tu comptais le lui cacher combien de temps ?

-Après les tests… Si je les réussissais bien sûr ! De cette façon il n’aurait pas eu le choix et aurait été forcé d’accepter. J’avoue que cette histoire d’essai fait un peu tout tomber à l’eau parce que je vois mal comment je vais pouvoir expliquer que je vais être à Central pendant un mois.

Le désespoir s’empara d’elle. Avait-elle fait tout cela pour rien ? Non, elle devait trouver une solution, elle devait convaincre le Führer de ne pas avertir ses parents.

-C’est le règlement, jeune fille, déclara pourtant Riza. Soit tu préviens tes parents et essaye de les convaincre d’accepter, soit tu abandonnes ton envie d’entrer dans l’armée.

-Je ne peux pas abandonner, c’est la seule chose que j’ai envie de faire… Mais je ne peux pas non plus prévenir mes parents avant que ce ne soit sûr… Il n’y a vraiment pas moyen de faire une exception ?

-Rina, tu…

-Je dois prouver à mon père que je peux m’en sortir seule, sans lui pour me protéger ! S’il vous plait, vous ne devez pas lui dire ! Il n’acceptera jamais…

Le Führer réfléchit longuement, puis finit par pousser un profond soupir.

-Nous allons quand même demander à tes parents de venir te chercher et les prévenir de ce qu’il s’est passé tout à l’heure. Pour le reste, je ne te promets rien… Riza va t’emmener aux téléphones.

-D’accord, soupira Rina. Ah ! Et tant qu’on y est, lorsque mes parents seront là, si vous pouvez également éviter toute allusion pour le chien dont je vous ais parler tout à l’heure…

-Je sens que je vais regretter de poser cette question mais… pourquoi ?

-Disons que… Ils ne sont comme qui dirait pas au courant pour le chien… non plus.

Le Führer se frappa le front.


**

-Prothèses en tout genre, Edwin Elric j’écoute ?

-Oh mon Dieu, Edwin ! Tu peux pas savoir comme je suis soulagée de tomber sur toi !

-Ri-Rina ?! réalisa son frère en sursautant. Pourquoi tu appelles ? Tu as un problème ? Où tu es ? Tu vas bien ?

-Ecoute, c’est très simple ! Il faut juste que tu dises aux parents qu’il faut qu’ils viennent me chercher maintenant et tous les deux à Central.

-Tous les deux ? Mais…

-Enfin, au Q.G de Central, plus précisément !

-Au Q.G ?! s’étrangla Edwin. Rina qu’est-ce que tu as fait ?!

-Merci beaucoup frangin, je t’adore, tu sais ! Gros bisous !

-Rina ! Mais att…

Trop tard, elle avait déjà raccroché. Edwin reposa le combiné en jurant.

« Elle est drôle, la sœurette ! Elle fait les bêtises et c’est moi qui doit avertir les parents » songea l’adolescent en se dirigeant vers le bureau de son père.

Il se racla la gorge et toqua à la porte.

-Papa ? appela Edwin d’une toute petite voix en passant timidement la tête dans l’entrebâillement de la porte.


Winry stoppa son travail afin d’étirer ses bras.

-Ça fait du bien une journée de calme !

Tout à coup, la voix d’Ed la fit sursauter :

-Je vais la tuer !! cria-t-il.

-Je me disais aussi que c’était trop beau pour être vrai, soupira finalement Winry.

Elle sortit de la pièce et vit que son mari était en train de mettre son manteau, sans cesser de pester.

-Quelle catégorie ? demanda-t-elle à Edwin, qui s’approchait d’elle.

Elle avait deviné que c’était en rapport avec Rina… D’un côté, vu la réaction d’Ed, ce n’était pas bien compliqué.

-La dernière à la mode : Rina et les militaires.

Ça par contre, Winry ne s’y attendait pas.

-Tu rigoles ?!

-Non. Elle vient d’appeler et m’a juste dit qu’il fallait que vous alliez tous les deux la chercher tout de suite au Q.G de Central… C’est tout ce qu’elle m’a dit.

-Elle a des problèmes ?

-Vu le peu de détail qu’elle m’a donné, je pense que c’est plutôt elle qui a provoqué des problèmes.

-C’est pas vrai, soupira Winry en attrapant sa veste.

-Ça va aller pour toi ici ? demanda Ed à son fils.

-Oui, c’était assez calme aujourd’hui. Je vais pouvoir en profiter pour m’entraîner pour les tests d’entrée.

-Bien, on te confie la maison, fiston.

Après avoir échangé un regard entendu avec son fils aîné, Ed sortit de la maison, Winry sur ses pas. Tous deux avaient la même question en tête... Qu'est-ce que Rina avait encore fait ?

Commentaire de l'auteur Voilà pour ce chapitre ! J'espère qu'il vous a plu ! Pas grand chose à vous dire pour ce chapitre là, donc je passe directement aux commentaires du chapitre précédent :

Caramel-mou : Haha, j’essaye de faire en sorte que les chapitres portent bien leurs nom mais il est vrai que "une journée mouvementée" collait parfaitement bien avec le contenu du chapitre x)
Hé non, Ed n'a encore rien dit et de toute façon, Rina est plus du genre à agir sur un coup de tête,donc elle n'a pas besoin d'être inspirée par son père ^^ Arrête de penser au fait qu'Ed n'ait rien dit de son passé, ça viendra quand ça viendra (ou pas... haha !)
Tu sais quoi ? On a presque exactement le même avis sur FMA ! Si j'aime autant ce mangas c'est parce qu'il alterne moment sérieux, mature et drôle. Et surtout la romance ! Je ne sais pas si c'est parce que c'est une fille, mais c'est tellement rare qu'un mangaka de shonen assume la romance dans son manga, c'est ce que je reproche aux shonen d'ailleurs. Ils ont les chic pour faire des triangles amoureux mais n'osent jamais aller plus loin, de peur de décevoir les fans de tel ou tel couple ou ceux qui n'aiment tout simplement pas la romance. Ou alors, ils osent mais ne trouve pas la bonne limite et abusent sur le côté romance (SAO par exemple dont l'histoire d'amour m'a gavée tellement elle était nian-nian et exagérée). bref, Hiromu Arakawa a fait ce que peu de mangaka shonen osent faire (même si j'avoue, il manque le bisou pour que ce soit parfait pour moi... Même elle, n'a pas osée le faire ^^).
Je n'ai pas pleurée pour Hughes, il m'en faut beaucoup plus pour que je pleure (je passe pour un coeur de pierre mais tant pis ^^) mais il est vrai que cet événement et celui de Nina m'ont beaucoup marquée, tout comme tout ceux qui ont regarder FMA je pense.
Donc voilà, FMA est un des meilleurs mangas à mes yeux et restera mon coup de coeur un long moment et je pense sincèrement qu'il aurait dû avoir encore plus de succès que ça.

Désolée pour le pavé ! Quand je parle de FMA, c'est obligé de dérailler un peu, haha... La réponse au commentaire aura été plus longue que mon petit mot de conclusion !
Bref, on se retrouve la semaine prochaine pour le chapitre 8 : Retrouvailles.
Un des retrouvailles ne vous étonnera pas je pense, mais une autre devrait vous faire très plaisir !!
A la semaine prochaine !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales