Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Insurrections
    ImaJn'ère
    Nb de signes : 22 500 - 27 500 sec
    Genre : policier - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 31/10/2019
  • Fantasy humoristique
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : humour - fantasy
    Délai de soumission : 20/12/2019
  • Livres Oubliés
    Aeternam AS Éditions
    Nb de signes : 200 000 - 800 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique
    Délai de soumission : 31/12/2019
  • Premier catalogue
    Edition Fictum
    Nb de signes :
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 09/09/2019
  • L'effondrement
    Réticule
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2019
  • Nouvelles imaginaires
    L'Arlésienne
    Nb de signes : 6 000 - 45 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - policier - thriller - anticipation - humour - imaginaire - parodie
    Délai de soumission : 31/07/2019
  • Nouvelles ères
    Livr'S Éditions
    Nb de signes : 60 000 - 210 000 sec
    Genre : science-fiction - dystopie
    Délai de soumission : 01/12/2019
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 700 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 28/02/2020
  • Un verre de Vin Jaune
    Editions Aréopage
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2019
  • Banquet
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 18/09/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

FullMetal Alchemist

Je te le promets
[Histoire Terminée]
Auteur: fullmetalgirl Vue: 17005
[Publiée le: 2006-09-05]    [Mise à Jour: 2007-11-10]
13+  Signaler Général/Romance/Drame Commentaires : 267
Description:
Cette fics est la suite du film de FMA, lorsque les Elrics se retrouvent de l'autre côté de la porte ... Une promesse entre deux frères si simple à dire et si dure à réaliser : On sera heureux ...

Dernier chapitre en ligne : Quand les cerisiers sont en fleurs...

Chapitre bonus : L'envers du décor !

Un RoyxRiza, qui met du temps à s'installer ;p et selon les tournures que ça prend, Edxwinry et un AlxSarah
Crédits:
Tous les personnages sont de Hiromu Arakawa, sauf Sarah et Jean-Baptiste, qui sont ma création. Donc, on me les laisse... quoi qu'à mon avis tout le monde s'en fout de mes persos.
Assistantes : Oui, totalement.
Pendant ce temps, en Lituanie, quelqu'un se casse la geule...
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Depuis deux mois...

[2862 mots]
Publié le: 2006-12-08Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Nouveau chapitreuh !

 

En fait, actuellement, la tension est à son comble, vu que j’ai mon assistante qui lit par dessus mon épaule (hein Vi ?!!), et ça me stresses un peu .

Vi : Tans pis pour toi ^^

Auteur : Maiiiiiiiis, tu casse tout le suspens !!!

Vi : Bah, je regarde pas (met ses mains sur ses yeux, avec les doigts biens écartés genre « je veux pas voir ça »)

Bon, comme promis, les chapitres importants commencent. Mais j’ai sauté 2 mois d’un coup… Parce que raconter ce qu’il y avait durant ce laps de temps aurait été inutile. Donc voilà. Let’s go !!!!

Beware : gros bordel, bientôt, tout près, imminent !

 

 

Depuis deux mois,

 

L’équipe du général Mustang était paisible.

Chacun travaillait plus ou moins assidûment sur ses travaux en cours. Cependant, Riza n’avait pas entendu reparler de son changement de grade, compte tenu des problèmes d’organisation survenus après l’assassinat d’Hakuro. Elle avait ainsi fait deux ou trois missions sans que cela ne change vraiment quelque chose à la team.

Non, ce qui gênait vraiment la jeune femme depuis peu de temps, c’était quelque chose que seule elle s’était rendu compte.

11h30, dans le bureau de Roy est ses coéquipiers. L’alchimiste travaillait toujours sur son affaire des deux tueurs depuis deux mois, fautes de détails assez importants pour les retrouver. Riza remplissait des dossier, mais eut soudainement un haut le cœur, plaqua sa main contre sa bouche et sortit rapidement de la pièce, sous les yeux étonnés de ses compatriotes. Roy regarda sa montre, histoire de trouver une excuse pour sortir et dit aux autres :

-         Ecoutez, on prend la pause. A tout à l’heure.

-         A plus tard !

-         Eh Fuery ! C’est à toi de payer le repas !

-         Mais non !...

Il attendit que les voix s’éloignent un peu, puis vint toquer à la porte des toilettes des dames.

-         Euh… Riza, ça va ?...

-         Ça… ça pourrait aller mieux.

-         Tu es malade ?

Elle ne répondit pas pendant un instant.

-         Oui. Sûrement.

-         Ecoute, tout le monde est allé manger, et j’ai fait livrer pour nous dans le bureau, on mange tous les deux ?

-         … Oui, je te rejoins tout de suite.

Et c’est ce qu’elle fit.

Tous deux se retrouvèrent seuls dans le bureau, tout en commençant à entamer le repas. Mais la tireuse d’élite ne pipait mot et semblait manquer cruellement d’appétit.

-         Tu es sûre que ça va ? Tu ne veux pas rentrer chez toi ? Tu sais je…
- En fait... Le coupa t’elle

-         Oui ?

-         Il y a quelque chose dont je voudrai te parler.

-         Quelque chose ?

-         C’est assez important.

-         Je t’écoute

 

*-*-*-*-*-*-*-*

Depuis deux mois,

 

Winry menait tranquillement, du mieux qu’elle pouvait, sa petite vie de commerce grandissant. Elle recevait de temps à autre la visite de Matt, mais Shozo avait définitivement déserté le lieu, il ne suivait plus son ami. Mais elle restait toujours intriguée par la dernière rencontre avec celui-ci, mais n’avait malheureusement pas le temps de mener plus que ça sa petite enquête. Et elle ne savait pas trop quel était vraiment ce cercle qu’elle avait aperçu dans sa main.

De plus, elle n’avait même pas eu une minute à elle pour aller voir Mustang, et lui demander le fin mot de l’histoire sur le départ de Edward. Il était parti en missions à plusieurs reprises, pas moyen de lui adresser la parole. Et elle ne se voyait pas l’appeler pour quelque chose de si important.

Bref, le bilan : elle soupira une fois de plus de son manque de temps libre, et reprit son travail.

Ici, assez de monde avait besoin de prothèses, mais peu demandaient des auto-mails depuis ces deux mois. Rien d’étonnant, vu la douleur de la rééducation

La jeune fille regarda sa montre. Il était presque midi.

-         Winry ? appela Paninya qui venait de faire son entrée dans la pièce, tu crois que tu peux tenter ta chance ?

-         Oui, peut-être qu’il sera rentré.

-         Bon, ben je m’occupe de la boutique.

Win attrapa donc son manteau, s’en vêtit et sortit de la boutique, dans un tintement de clochettes, qui résonnaient à chaque ouverture de la porte. Son amie avait d’ailleurs tenté à plusieurs reprises d’enlever ces grelots de malheur, qui lui donnaient un mal de tête impossible, mais elle s’était obstiné à les garder [1].

Le quartier général de Central City se trouvait à quelques pâtés de maison d’ici.

Une fois arrivé dans le hall d’entrée du QG, elle fut un peu bousculée par la foule qui s’y activait, mais arriva tant bien que mal à atteindre le guichet d’accueil. Tout à coups, quelqu’un lui rentra dedans, et elle tomba à terre.

-         Aille, je suis désolé ! s’excusa le coupable

-         C’est pas grave.

-         Havoc ! Tu pourrais faire attention ! déclara quelqu’un derrière

Winry leva donc la tête, pour découvrir Havoc, qui lui tendait la main pour se relever.

-         Lieutenant ! Bonjour.

-         Oh bonjour Melle Rockbell.

-         Oh, cette fois-ci, la conquête de Havoc est vraiment bien foutue ! siffla un roux derrière.

-         Mais ta gueule Breda !!! Excusez-le… Vous venez voir le général ?

-         Oui, vous pourriez m’y conduire ? Il est rentré ?

-         Oui, il doit pas encore être partit de son bureau. Bon, allons-y. A plus tard, les gars.

-         Ouais ! Prend ton temps !!

-         Mais vous allez la fermez ?!!

Après une courte crise de nerfs plus tard, tous deux se mirent en route, et arrivèrent enfin devant le bureau.

Malheureusement, et comme il avait déjà fait preuve précédemment, le lieutenant possède la sale habitude de ne pas taper au portes. C’est ainsi, que pendant un moment crucial et qui aurait du, normalement du rester intime, celui-ci et la jeune fille débarquèrent au beau milieu d’un conversation des plus importantes.

 

-         Je suis enceinte, Roy.

 

- QUOI ?! crièrent toutes les autres personnes dans la pièce, censée être quasi vide.

Etonnée que l’exclamation eut été poussé à l’unisson par trois personnes, au lieu d’une, Riza se retourna… et devint soudainement livide.

Dans l’encadrement de la porte se tenaient Winry et Jean, qui, eux aussi, commençaient à pâlir sérieusement.

De son côté, Roy, complètement déboussolé par la révélation, avait failli tomber à la renverse de la chaise.

-         Mais ?! Qu’est ce que vous faîtes là ?! dit-il en s’étant un peu repris

-         En fait, cette jeune fille voulait vous parler…

-         Mais c’est pas la question ! Vous pouviez pas frapper ?! déclara Riza

-         Ah ben désolé mais…

-         De plus, c’est pas la première fois !

-         De quoi ?

-         Que vous ouvrez sans frapper dans un moment comme celui-ci !!! reprit le brun

-         Roy ! cria presque Riza

-         Vous voulez dire que… c’est vous le père ?! s’exclama Havoc décidément de plus en plus surpris.

-         Mais vous voulez que ce soit qui ? Elle vient de l’appeler par son prénom, puis j’ai essayé de vous le dire ! explique Win qui parlait la première fois depuis le début de cette « conversation » des plus animées.

-         Winry ! récria Riza, qui n’avait apparemment plus que la force de crier que des noms.

-         Mais… de… Depuis quand ? balbutia Roy.

-         Eh bien… depuis la mission chez Dante.

-         J’en était sûre ! dit Winry.

-         Mais ça fait quand même longtemps ! constata Jean

-         La ferme Havoc !

-         Roy, change pas de sujet ! Il faut qu’on en parle !

-         Mais pas avec ces deux au milieu !

-         Mais elle a raison ! la soutint Win . Il faut pas fuir la réalité, mince !

-         Mais je fuis rien du tout ! Je voudrais juste en parler au calme ! [2]

-         Mais moi je voulais juste …

-         Chut ! le coupa cette fois Win

-         Et c’est tout ce que ça te fait ?! déclara Riza

-         Mais mince ! Je suis à peine remit du choc que je dois me justifier, en plus y’en a à côté qui se croient au cinéma ! 

-         Mais pas du tout, j’aimerais juste dire que …

-         LA FERME ! crièrent cette fois toutes les personnes présentes dans la pièce.

-         Je vois pas si tu te rends compte de ce que je te dis !

-         Je vois pas pourquoi je comprendrai pas !

-         Parce que jusque là, personne n’en a douté !

-         Bon, essayons de nous calmer, conseilla Havoc.

-         C’est pas à toi de dire ça ! lui répondit son supérieur

-         Et vous comptez faire quoi ? L’appeler comment ? demanda Winry qui essayait de trouver un côté positif aux choses.

-         Pour l’instant, c’est pas le problème ! objecta le général

-         Puis je sais même pas si je vais le garder !

 

 Mais là plus personne ne dit rien. Tout le monde était cloué.

 

-         Riza… Bien sûr que…

-         Bien sûr, bien sûr ! N’empêche que pour l’instant, c’est moi qui suis la plus embêtée ! dit elle, au bord des larmes. Et dire que ça devait rester entre nous…

 

Elle sortit de la pièce en courant, suivie de la fabricante d’auto-mails.

 

-         Riza ! cria Roy en tendant la main dans le couloir.

Mais étrangement, il ne se sentait pas la force de courir. Ses jambes se dérobèrent sous lui, et il tomba assis sur le sol, dos au mur.

Havoc alluma une cigarette et le regarda. Il n’avait jamais vu son supérieur dans un tel état, et pour cause.

Au bout d’un certain temps, celui-ci croisa son regard et lui dit :

-         Je peux compter sur votre silence ?

-         Je vois pas comment il pourrait en être autrement.

 

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Depuis deux mois,

 

Edward, son frère et leurs amis avaient réintégré l’ancien appartement dans lequel avaient vécu les Elric. Ainsi, ils passaient de bon moment, dans ce qui semblait être un semblant de famille, subissant de temps à autre les vannes de Jean-Baptiste sur la taille de l’aîné, et les éventuels coups de folie de sa sœur …

Et pourtant, chaque soir, Ed s’enfermait dans son bureau et faisait des recherches, écrivait, longuement. Il cherchait toujours un moyen de rentrer à Shamballa, même s’il n’osait pas vraiment en parler.

Pourtant un soir, sa mine se cassa sur le papier, de surprise : Il avait enfin découvert comment ouvrir la porte.

En fait, il y avait plusieurs solutions, mais toutes difficiles, certes.

On pouvait utiliser un objet précédemment transmuté par l’alchimie, mais la stèle de Mustang ne contenait pas assez d’énergie pour.

Si leurs corps se trouvaient de l’autre côté de la porte, il était facile de l’ouvrir, mais cette hypothèse était à oublier, étant donné qu’il avaient vraiment leurs corps.

Enfin, restait la dernière solution était donc la seule à présent possible :

            Sacrifier une vie.

En effet, la porte apparaissait pour emporter les âmes mourantes. Mais cela le gênait vraiment. Sacrifier… De quoi rendre dingue n’importe qui.

Mais, à cause de la guerre, il avait trouvé une solution. Etant donné tous les morts chaque jour, il pouvait intercepter cette énergie pour accéder à « la Vérité ».

Cependant, l’énergie consommé ne serait pas assez importante pour ramener les deux avec eux.

Donc c’était sûr, Alphonse et Sarah allaient être séparés .

Pensant qu’il fallait tout de même mieux en parler aux autres, il profita d’un moment où ils étaient tous réunis pour annoncer la nouvelle. Ce fut donc après le repas qu’il décida d’en parler.

-         J’ai quelque chose de très important à vous dire [3].

Honnêtement, les révélations commençaient à faire partie de la routine à force, mais chacun écouta quand même, évidemment…

- Ça nous concerne Al .

- Tu veux dire que …

- Oui. J’ai trouvé un moyen de rentrer chez nous.

Tous le monde se leva de table, lâcha ce qu’il avait dans les mains et vint féliciter Ed. Après deux mois de recherches, il avait trouvé. Tout le monde savait pourquoi il s’enfermait chaque soir, même s’il ne l’avait jamais dit. Mais honnêtement, quoi d’autre ?

Donc voilà, tout le monde était ravi… sauf une personne en particulier. La seule qui avait compris le fin mot de l’histoire.

Sarah.

- Apparemment, il n’y en a qu’une qui a vraiment compris le problème.

- Oui, avoua t’elle.

- De quoi.

Ed tendit sa main vers la concernée.

- Je t’en prie. Explique lui. Je préfère que ça soit toi. Mais honnêtement, c’est logique Al.

- Ed… Si vous… Si tu ouvres la porte, commença t’elle

- C’est la dernière fois qu’on se verra ? finit JB

- Voilà.

Alphonse eut un peu honte de ne pas avoir compris aussitôt le manque d’entrain de son frère.

- Il n’y a pas moyen de…

- Al, dis pas n’importe quoi. J’ai juste trouver comment rentrer. Ensuite, c’est à nous deux de faire un choix.

- Mais c’est pas si simple !

- C’est justement là le problème. Bon, je ferais ce que tu désires, mais d’abord, c’est à toi de choisir du coup.

Son frère ne répondit rien, et laissa sa petite amie le dévisager, tandis que JB finissait de ranger la table du repas.

- Ed. Arrête. Finit par lâcher Sarah.

- De quoi ?

- T’es en train de le stresser. Tu lui fais faire un choix difficile.

- Elle a raison, constata son frère. Si tu nous disais plutôt ce que toi tu voudrais.

- Je vous ai dit que ça n’avait pas d’importance.

- Si. Dis le, grand frère .

-… Je… voudrai quand même rentrer.

- Je m’en doutais, dit Al… Bon et maintenant… qu’est ce qu’on fait ?

- Je t’ai dit que mon avis comptais peu, merde.

- Sérieux, Edward, tu crois vraiment que ça va être simple pour lui après ce que tu viens de dire ? Tu crois vraiment qu’il va dire « Oui, restons, pour que mon frère soit malheureux » ?!

- Et c’est toi qui me dis ça ?! Mais tu m’as forcé à donner mon avis !

- Ca à pas l’air de vraiment te déranger ! Honnêtement, ça te permets d’au passage l’influer un peu.

- La ferme … ! Dis pas des trucs pareils. T’es mal placé pour dire ça.

- Commencez pas, tous les deux ! tenta de s’interposer Alphonse

- S’il vous plait ! l’aida la rousse.

- Jean-Baptiste, toi tu veux surtout que Al reste n’est ce pas ? Tu te dis qu’au moins, il est avec ta sœur, ça la rend heureuse et toi t’es tranquille.

Celui-ci le choppa par le devant de la chemise.

- La ferme, je fais du mieux que je peux.

- Tss. Laisse-moi rire ! T’es pas tout blanc non plus ! Pas capable de prendre une décision à temps, et après t’essaies de résoudre les problèmes des autres .

- Enfoiré, Sors pas des trucs comme ça alors qu’au bout du compte, tu vaux pas mieux.

Tout. Tout ce qu’il s’était dit, ils se le jetaient à présent à la figure.

Les deux derrière essayèrent de les raisonner, en vain. Ed, qui en avait plus qu’assez fût le premier à frapper, mais il ne pensa même pas au fait que le coups venait de son bras droit. Leurs frère et sœur respectifs les attrapèrent chacun en passant les bras sous leurs épaules.

JB essuya avec le dessus de sa main le coin de sa lèvre en sang, tandis que l’autre attrapait sa veste et sortait, suivi de son cadet qui tentait de le raisonner.

- Alphonse, Edward ! cria Sarah dans l’escalier

Et elle partit à leur poursuite, non sans un regard pour son frère.

Mais quel regard, rempli de compassion, de colère et tristesse réunis.

Les pas raisonnèrent dans le corridor.

 

                                               *-*-*-*-*-*-*-*

 

- Alors, des infos ?

Deux hommes en uniformes de l’armée, quoique peu réglementaires, réunissaient ce qui avait fait l’objet de longues recherches depuis deux mois.

- Pas grand chose sur le général, mais ce qu’on a nous suffira. Quand est-ce qu’on commence le plan ? demanda Matt

-Mmh, bientôt.

Il marchèrent un peu dans les rues de Central, et passèrent devant un libraire, qui faisait aussi office de marchand de journaux. C’est là qu’il tomba sur l’un d’eux, arborant un titre plutôt important.

- Hé, Shozo, mate ça.
Il s’exécuta.

- Bon, je crois qu’on va commencer tout de suite le plan avant qu’il ne soit trop tard.

- C’est parti ^^ !

 

 

[1] petit détail totalement inutile, certes, mais que je tenais à développer  lol

 

[2] Nous allons marquer une courte pause dans ce dialogue qui commence sérieusement à devenir agité … merci ^^ Vous pouvez maintenant reprendre le cours de votre lecture …^^

 

[3] « Je suis enceinte ! »… Ah non, merde, je l’ai déjà dit ça, Raté… mdr XD

 

 

Free talk.

 

Mais quel bordeeeeeeeel °0° ! L’idée de ce bazar m’est venu un jour, puis j’ai développé, et ça m’a bien fait rire d’imaginer ça ^^ . Voilà à quoi ressemble un chapitre sans le IKEA (sans meubler, quoi)

 

Si on compte bien, les événements suivants vont se dérouler en moins de 24 heures (comme l’émission avec le gars stressé, là).

 

J’ai rajouté des dessins de Shozo et Matt dont je suis assez contente, dans l’ensemble. Pour les voir (désolée pour la qualité, j’ai pas de scanner)

 

Pour les voir :  http://www.hiboox.com/image.php?img=b3c6f488.jpg

Pour Matt :Je suis assez contente du portrait de ce perso, j’ai beaucoup bossé pour obtenir un résultat acceptable. Il est passé du statut de gamin à celui-ci en passant par d’autres que je ne citerai pas… lol Il me plait beaucoup, de toutes façons.

Shozo aussi, je l’aime beaucoup. Même s’il est chiant, pas sympa ni bavard et méchant avec Win… bref, je n’ai pas eu trop de mal avec lui.

 

J’en ai refait un de Jb aussi, étant donné l’horreur qui m’a pris lorsque j’ai vu l’ancien !!!

Voilà : http://www.hiboox.com/image.php?img=35bc70ed.jpg

 

Pendant ce temps (pour Séhaire), Inoue Orihime mange un truc bizarre du genre nutella-crème-cornichon sur pain norvégien…

 

Voilà, tout ça pour expliquer le temps que j’ai mis !!!

 

Allez, bye bye et Good Luck à tous

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales