Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • #NiLa25ans !
    NiL Editions
    Nb de signes : 150 000 - 300 000 sec
    Genre : fiction
    Délai de soumission : 31/03/2019
  • Prix Saint Nicolas 2019
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 36 000 sec
    Genre : jeunesse - conte - noël
    Délai de soumission : 15/04/2019
  • La beauté
    Festivals en Pays de Haute Sarthe
    Nb de signes : < 6 300 sec
    Genre : poésie
    Délai de soumission : 25/01/2019
  • Religions d'ailleurs et de demain
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 06/05/2019
  • Créatures des profondeurs / des airs
    Reines-Beaux
    Nb de signes : > 150 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 31/05/2019
  • Le bal d'Halloween
    Reines-Beaux
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2019
  • Écologie
    H² - Fanzine
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction - teen
    Délai de soumission : 23/12/2018
  • Sortilège
    Les éditions du Faune
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 21/01/2019
  • Les Caprices de la femme en rouge
    Revue Les Caprices de la femme en rouge
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : poésie - réaliste - imaginaire
    Délai de soumission : Ouvert jusqu'à nouvel ordre
  • Musiques de parfums
    Le Cherche-Midi
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Interview de Dorian Lake
 par   - 268 lectures  - Aucun commentaire

Dorian Lake, un ancien rôliste, auteur, et éditeur chez Noir d'Absinthe, sera interviewé en direct sur la chaîne youtube de studio-Infinite.
Ils vont parler de son expérience, de littératures de l'imaginaire, et de la rencontre organisée avec lui lundi 3 décembre à l'ExtraLife Café sur le thème Conflit & enjeux : écrire une bonne intrigue.

 

Writecontrol, le couteau suisse pour écrire vos histoires
 par   - 815 lectures  - Aucun commentaire

Writecontrol est un outil d'écriture en ligne, sécurisé, accessible et personnalisable.
Ce que vous écrivez est sauvegardé automatiquement.

Éditeur de texte avec compteur de mots
gestion de chapitres
gestion des personnages
dictionnaire de synonymes
divers thèmes
des éléments modulables
recherche wikipédia
gestion de favoris
export du livre
couverture personnalisable
etc.
En bref, tout ce qu'il faut pour écrire un livre. Et encore, plein d'autres fonctions sont prévues (*) !

Et vous savez quoi ? C'est gratuit !

(*) Il y a un sondage sur le site pour savoir quelles nouvelles fonctions seraient le plus utiles.

La page facebook : https://www.facebook.com/writecontrol/

 

Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 3549 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Fairy Tail

Sauve-moi, mon coeur Auteur: The-Nalu-chan Vue: 1218
[Publiée le: 2016-05-24]    [Mise à Jour: 2016-10-09]
13+  Signaler Romance/Drame/Action-Aventure/Lime Commentaires : 7
Description:
Le conte avance, l'histoire avance, alors que quatre ans ont séparé nos deux protagonistes. Quatre longues années d'acharnement, d'entraînement, de découvertes et de changement, de changement, de changement encore qui les ont éloignés, les ont rendus deux personnages complètement différents.

Elle est devenue la conseillère de la reine, elle est devenue la déesse de la mort. Ce n'est plus une princesse, ce n'est plus une enfant, mais qui est-elle réellement ? Recherche et curiosité, une demande spéciale et voilà que le jeu recommence, un jeu dangereux, un jeu avec le feu, un jeu dont un Roi cruel en est maître.
Crédits:
Tous les personnages, sauf exception, appartiennent à Hiro Mashima
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Entre le Jour et la Nuit

[2145 mots]
Publié le: 2016-09-12Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Bonne lecture !

Chapitre deux



Je me fonds dans l’obscurité oppressante.

Mes pas se transforment en un écho agaçant, éloignant les murmures et les chuchotements qui se jettent devant moi. Des petits yeux me fixent, des lèvres s’excitent, des dents jaunes s’entrechoquent en formant des mots acides, des rires me couvrent et des rumeurs m’étouffent. Une aura malveillante plane dans les couloirs, collante et indestructible, surgissant des fissures de ce palais bien trop vieux, bien trop pâle face au soir qui tombe. Un air frais me traverse alors que je glisse et que je me perds, sourde et aveugle, une lourde barrière de glace recouvrant mon cœur. Et ma peau frisonne, ma peau sursaute.

Un homme à une barbe trop longue me fixe en un silence lourd de sous-entendus.

Il est là, il reste là, ne cligne pas des yeux et ne respire plus, ignore une servante qui le traverse naïvement, aveugle, elle aussi. Une grimace flotte sur ses lèvres, ses sourcils restent froncés et il semble déterminé de maintenir sa posture de pierre et ce regard sévère qui m’exaspère. La statue m’ennuie, la statue m’insupporte pourtant je reste là, et je le défie impunément.

Une jolie brune se penche devant moi, un peu, légèrement et me fixe en se redressant rapidement. Ses joues sont rouges, ses pupilles brillent mais une animosité étrange et pourtant compréhensible se devinent dans sa posture. Elle attend, avec une patience flemmarde, et ne camoufle plus les pensées qui valsent derrière sa tête.

- Je ne désire voir personne ; faites savoir à mes femmes de chambre que je ferai ma toilette toute seule, ce soir, claque ma voix sèche dans la semi-pénombre.

Au loin, une bougie s’agite, menace de s’effondrer.

Un rire déguisé en sourire se glisse et éclate, une main se dépêche de le couvrir tandis que derrière l’épais rideau noir me scrute une lueur moqueuse. Je sais ce qu’elle pense, je le vois, bien trop clairement, mais je suis trop fatiguée, trop lasse ou encore, trop habituée à ce traitement pour ne pas y faire attention. Alors, le nez levé, le menton fier et un vague geste de la main la renvoyant, je me glisse dans ma chambre, soupire, et me jette dans mes draps glacés. Mes bras entourent mes oreillers, caressent le satin, et ma peau regrette, déjà, mon départ anticipé. Le manque se fait sentir, il se loge confortablement dans une partie saignante de mon cœur et me titille, s’amuse à installer le doute et la profonde lassitude qui l’accompagne.

Une présence se fait sentir, soudain, cachée dans mon dos.

Un regard me fixe, me brûle et me coupe, me torture l’esprit avec un amusement malsain. La statue de pierre est là, encore, toujours aussi stoïque et morte, elle ne bouge pas. Le fantôme me juge en silence, me fait sentir ses pensées et tous les cris qu’il retient, toute l’exaspération que je soulève dans son esprit. Il est profondément agacé par ma décision, par mes choix, par ce que je m’apprête à faire sans la moindre culpabilité, par l’affront que je fais et qui salit le nom de ma mère.

Ses reproches me giflent.

Mais ils ne suffisent pas à me faire changer d’avis.

Je suis sûre. Je suis certaine. Je sais ce que je veux et aucune cage ne saurait me retenir. Ma lassitude a atteint ses limites et je ne peux plus accepter, qu’on m’enferme, accepter, qu’on m’utilise, accepter qu’on m’enlève la voix et la volonté pour me transformer en un animal de compagnie. Mon don n’appartient pas à la Reine, ni au Royaume, ni même à un quelconque Dieu inconnu. Mon don m’appartient, à moi et à moi seule et je ne vois, vraiment pas, où est le mal de vouloir l’utiliser.

Je fusille l’homme, lui renvoie mon refus, lui renvoie mon insolence avec un sourire vicieux.

- Je ne changerai pas d’avis, je lui dis, la voix rauque et le regard clair.

Pour la première fois, il hoche la tête.

Doucement.

Prudemment.

- La Reine ne fermera pas les yeux cette fois-ci, Lucy.

Je ne dis rien, silencieuse et immobile, imitant sa posture, la défensive me gagnant et me dos se statufiant.

- Tu ne pourras plus jamais revenir ici, si tu lui désobéis.

- Je sais bien.

- Tu ne pourras pas regagner le château et sa protection, une fois que les choses tourneront mal.

- Je sais bien.

- Pourquoi fais-tu cela ? Pourquoi tiens-tu tant à avoir le cœur brisé ? Pourquoi ne pas profiter de l’ignorance, du confort qu’elle t’offre ? Pourquoi veux-tu vérifier qu’il s’agit bel et bien de lui, même si tu en es déjà sûre, même si tu le sais, au fond ?

Il secoue la tête, mes actions lui sont incompréhensibles, et il hésite entre incrédulité ou accablement. Ses joues se creusent, ses mains se croisent et se décroisent devant son buste toujours et éternellement droit. Ses pupilles son ancrées sur ma personne et ses réflexions me traversent. Il se demande, lui aussi, pourquoi je suis celle qui a la clé ; quel gâchis, se dit-il en continuant de me jauger sans la moindre retenue.

Je ne m’offusque pas, je ne le contredis pas, croisant les bras sur ma poitrine comprimée. Mes jupes se froissent alors que j’avance et que j’ouvre mon armoire, fixe mes robes sombres, me demandant lesquelles emporter. Distraite, mes mains s’ouvrent et attrapent le tissu fin d’une, tire sur le satin d’une autre, les plie sans les regarder, les jetant dans une petite valise noire.

Le soleil se couche, doucement, tranquillement, jetant dans le ciel le sang rouge de ses victimes, seule preuve de son crime ou de leur douleur, il se retire avec une lenteur majestueuse, ne devient plus qu’un œil d’or qui observe sans jamais voir ces humains insignifiants, étalés devant sa suprématie. Les arbres s’inclinent, leurs branches se tendent et s’étirent, offrent en offrande des feuilles perdues qui vagabondent dans la tristesse de la nuit tombante. Et tout est d’une beauté affreusement mitigée, c’est un tableau qui s’offre à mes yeux indignes d’un tel spectacle, c’est un éternel conflit entre le jour et la nuit, la lumière et l’obscurité, deux puissances immondes qui continuent de s’affronter, encore et encore. C’est une guerre tranquille, une dispute amicale baignée dans une profonde mélancolie, et mon regard se colle, mon regard devient plaintif et refuse de lâcher la beauté qui m’entoure. Je regarde comme pour m’imprégner, comme si c’est la dernière fois que j’ai la chance de voir, comme si c’est mon dernier soir qu’on m’annonce avec un sourire béat.

Et ma poitrine s’essouffle, ma poitrine est douloureuse, elle est remplie de craintes silencieuses que je n’ose avouer, elle m’opprime tandis que la peur se fait sentir, tremblante et frissonnante, une peur aussi fragile que la flamme qui rougit dans le coin de ma chambre. Je sens le fantôme me fixer, encore et toujours, mais je ne peux lui faire face, je ne peux lui montrer mon regard brillant d’une fièvre inconnue. J’ai peur, j’ai tellement et si peur, peur de l’avenir, peur de mon don, peur de la solitude, peur des conséquences, peur de ne rien faire et peur de ne pas savoir, peur du doute et de la misère et de la tristesse, de la douleur affreuse que cause la perte d’un être cher. J’ai peur de retrouver une personne que j’ai déjà connu, autre fois, j’ai peur de la revoir et de me rendre compte de son décès, de faire son deuil et de devoir accepter sa renaissance en tant qu’inconnu.

Mes mots s’enchainent et m’agrippent, me torturent et me font souffrir, sèment le chaos dans un esprit déjà chaotique.

- Tu n’es pas obligée de la faire, intervient l’homme statue, la voix douce à présent. Tout n’a pas encore été décidé, tu peux toujours annuler ce départ et personne n’en saura rien. Tu peux faire comme si de rien n’était, enfoncer dans un profond oubli ce jour sombre et te contenter de la vie qui t’es destinée. Tu peux vivre, tu vas vivre, en continuant ce train-train habituel, en te contentant de cette vie tranquille… Lucy. Lucy. Pourquoi partir ? Pourquoi t’entêter ? Pourquoi insister ? À quoi bon ?

Je reste silencieuse et immobile, silencieuse et pensive, réfléchis à ses questions, les prend au sérieux. Je baisse la tête, fixe mes mains qui s’affairent à plier mes robes, qui s’agitent sans jamais demander mon accord, je les vois, ces deux magiciennes si petites, ces dix doigts qui me semblent inconnus, cette peau si pâle et méconnaissables et je songe.

Je pense, je réfléchis, je vois une vie se dessiner devant mes yeux. Je me vois rester à cette cour pour le restant de mes jours, servir ma reine, aimer ma reine, aider ma reine, trouver le bonheur dans chacun de ses mots gentils et dans le sentiment d’utilité, l’impression d’être irremplaçable. Je me dis que ce n’est pas mal, que je ne manquerai de rien et que je mènerai une vie bien tranquille, que beaucoup tueraient pour être à ma place. Je me dis que je peux me contenter de tout ça, de beaucoup et pourtant si peu et que je peux apprécier ce statut de servante amélioré. Je me dis toutes ces choses belles et mensongères, évitant le goût amer qui danse sur mes papilles, le pourtant qui se fait sentir.

Et pourtant, et pourtant, et pourtant.

- Je ne peux supporter l’ignorance, je chuchote dans l’ombre de mon dos.

Je ne peux supporter de ne pas savoir, de ne pas connaitre, d’avoir un bandeau sur mes yeux et de ne pas voir. Je ne peux supporter de rester enfermée, ainsi, aussi longtemps, je ne peux aimer réellement ce statut de familier. Je suis plus que ça, je mérite plus que ça et je veux m’affirmer, je veux exister. Je veux partir, je veux voyager, je veux voir et goûter et sentir, je veux confirmer mes propres doutes rien que pour pouvoir enfin avancer. Je veux m’assurer de l’identité du roi pour mon moi tellement égoïste et vénère qui s’agite, turbulent.

Ma réponse danse dans le silence, les pupilles du vieil homme sursautent et se plissent, un sourire lent se dessine sur ses lèvres sèches. Il hoche la tête avec cette même lenteur doucereuse, semble hésiter quelques secondes puis, enfin, il tourne le visage vers la porte close.

- Ouvre-moi la porte, dans ce cas.

Fermant ma valise, la tête pleine et les lèvres vides, je m’empresse de le rejoindre et de sortir, de la chaîne plongeant dans mon décolleté, la clé dorée tant désirée. Ma main la tire, s’en empare et serre le petit bout de métal si fin, et pourtant si puissant et mystérieux, jouant avec les pierres précieuses, faisant luire l’or dans le jour mourant.

Ma langue est sèche, elle hésite, fixe la serrure comme retenue par des liens soudains. Mon cœur se serre, se recroqueville et continue d’avoir peur, continue de douter et de redouter, continue de se couvrir de sentiments non-désirés.

-Tu es sûr de vouloir partir ?

Tu es sûr de vouloir me quitter ? j’ajoute en silence, mon orgueil me retenant.

Un simple et court mouvement de tête, il ne me regarde pas, ou plus, impatient et fatigué, lui aussi.

-Ma tâche ici est terminée. Et puis, si tu tiens tant que ça à partir… je ne veux pas être là pour voir les dégâts.

Je déglutis.

Ma langue est sèche, ma bouche aride et ma gorge s’enflamme par un sentiment d’engourdissement.

-Mon avenir… tu le connais, pas vrai ?

Il me jette un coup d’œil amusé et rieur, me défie et m’adresse une affirmation muette. Ses bras se tendent, s’étirent et sa barbe tombante ne semble plus avoir de fin.

Je déglutis, soupire, me racle la gorge. Fais disparaître mes craintes par une moue déconcertée et insatisfaite, tandis que mes sourcils se froncent et s’enfoncent dans la serrure.

La porte s’ouvre dans une luminosité aveuglante, un espace blanc ou doré ou orangé brille de mille feux, un feu ardent et insatiable me brûle le corps, déciment chaque parcelle de ma peau dans une douleur délicieuse. J’ai chaud, j’ai froid et je me sens fondre, je me sens mourir, je me sens vivre, je sens une myriade d’émotions me traverser et me renverser, bouleverser ma poitrine déjà essoufflée. Mes poumons s’emballent, refusent de respirer ou ne semblent plus en mesure de fonctionner, et une caresse vient m’effleurer, un sentiment d’appartenance m’habite, une satisfaction me fait pleurer, un sentiment de liberté et de béatitude absolue me touche et me noie. Une doux parfum flotte dans l’air, des pétales de fleur volent au gré du vent, les oiseaux piaillent dans le ciel et l’étreinte chaleureuse d’une mère effleure mon esprit.

Quand j’ouvre les yeux, Louis, la statue, mon gardien, un ami que j’aime et que je déteste, a disparu.

Et je me retrouve seule, soudainement.

Seule devant une infinité de portes qui s’étalent indéfiniment.





Commentaire de l'auteur Il n'y a pas à dire, j'étais pas mal inspirée pour les descriptions de ce chapitre ! Enfin, j'espère qu'elles vous ont plu !
Sinon, passons aux choses sérieuses. Parlons peu, parlons de ce chapitre d'une longueur normale. Je l'avoue, il n'y s'y passe pas grand chose, mais depuis le temps, vous devez être habitués à ma façon de faire (j'avance comme une tortue, je le sais bien x3 ), mais j'espère que cela ne vous décourage guère ! Continuez de me lire, s'il-vous plaît !
Je m'éloigne, là. Ce chapitre est intermédiaire, il est là juste pour vous présenter la nouvelle Lucy plus en détails, les changements qui se sont opérés chez elle en cinq ans, ses manies qui sont restées, ses peurs et ses doutes qui ne la lâchent jamais. Il est là aussi pour relancer l'intrigue, pour bien poser les bases, pour vous donner un aperçu des pouvoirs de notre blondinette tout en maintenant le suspense... c'est un chapitre important, sans pour autant l'être. Il est comme le jour et la nuit, transitoire et tranquille, doux et tourmenté.
Les chapitre trois sera surtout basé sur un autre personnage ; vous n'aurez pas la réponse à la GRANDE QUESTION : Natsu est-il le roi cruel ?
Ah là là, je plaide coupable. J'aime jouer avec le suspens, c'est vrai u,u
Pour finir, merci d'avoir lu cet énorme mot de l'auteure !
À bientôt !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales