Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : 7 - 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 771 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 397 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 593 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 833 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 847 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1175 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Fairy Tail

Memento Vivere Auteur: Linksys Vue: 7057
[Publiée le: 2015-01-28]    [Mise à Jour: 2017-01-20]
R  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 51
Description:
[Souviens-toi que tu dois vivre.]

Gray et Juvia s'aiment, et ont décidé de s'installer ensemble. Cependant, le doute s'installe avec eux et, pour se prouver leur amour, ils décident de s'embarquer pour un long voyage ... Un long voyage qui les mènera aux confins de royaumes étrangers, dans des régions arides et désertes. Ils y découvriront beaucoup de choses sur eux-même, et découvriront qu'ils s'aiment bien plus qu'ils ne le pensent. Juvia apprendra à accepter ses orgines et son ascendance, plutôt que de la craindre. Gray apprendra à ne plus avoir peur de ce que Juvia meure par sa faute. Ils feront aussi de nombreuses rencontres inattendues ... Mais ça, ils ne le savent pas encore.

NEWS 20/01 : après un an de branl ... occupation intellectuelle intense, j'ai terminé et publié la partie IV !

♦ AVANCEMENT :
Partie V : ░░░░░░░░░░ 0%
Crédits:
Tout l'univers appartient à Hiro Mashima ainsi que les personnages, à l'exceptions de lieux et personnages de ma propre création.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Me gustas tú

[5587 mots]
Publié le: 2015-07-05Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Avec un peu de retard, voici le vingt-septième chapitre ! Les choses se précisent ! Bonne lecture ! (j'ai l'obligation légale de vous prévenir que le début du chapitre contient la fin du lime)

Chapitre 27 : Me gustas tú


Juvia sentit les mains de Gray raffermir leur prise sur ses hanches. Le ballottement de sa poitrine, en rythme avec les coups de bassin de Gray, la gênaient un peu, mais c'était là le cadet de ses soucis. Pour être exact, c'était même son seul souci. Sa longue chevelure suivait le même rythme d'oscillation, frottant l'oreiller à chaque passage. De temps à autres, elle jetait un regard à la porte. Cela ne les aiderait pas beaucoup s'ils devaient être surpris en train de faire l'amour dans l'infirmerie, mais au moins, cela la rassurait un peu.

Gray faisait de son mieux, mais il n'arrivait pas à jouir. Ses cuisses commençaient à le tirer, et la sensation se faisait plus douloureuse à chaque coup de hanches. Une goutte de sueur passa entre ses sourcils et roula sur son nez. Ses mains lâchèrent prise un instant, pour se balader sur les hanches et le bas du dos de Juvia. Il la sentit frissonner sous ses doigts. Son regard rejoignit la danse : il ne se lasserait pas de si tôt de la nudité de sa bien-aimée, bien qu'il la préférât légèrement vêtue qu'entièrement nue.

Il y eut un bruit dans la pièce. Aussitôt, Gray et Juvia se dissimulèrent sous la couverture, comme si de rien n'était. La souris passa au pied du lit, et continua vers le fond de la pièce, totalement absorbée par la tâche supérieure dont elle était investie.

- Putain, c'est juste un rat, grogna Gray après avoir constaté la méprise.

Avant qu'il ne puisse poursuivre son mécontentement, Juvia l'attira à lui, et tâcha de le convaincre de terminer ce qu'ils avaient commencé. Mais, rien à faire, toute sa vigueur l'avait quittée, et ne semblait pas pressée de revenir.

- Suffit d'être surpris pour me couper toute envie … Putain … Marmonna-t-il.
Il avait si honte que, s'il avait eu un wakizashi à portée de main, il se serait fait seppuku dans un coin de la pièce. Cependant, une lueur d'espoir apparut à l'horizon : il sentit la raideur le reprendre, tandis que Juvia l'y aidait avec les mains. Ravi de voir qu'il lui restait finalement un peu de virilité, il tenta de s'y remettre. Cependant, Juvia ne l'entendait pas de cette oreille. Elle s'installa sur Gray, s'appuyant sur son torse pour se positionner correctement.

- T'as encore beaucoup de positions à tester sur moi ? Demanda Gray, avec dérision.

- Juvia a juste envie de prendre le contrôle, de temps en temps …

Toutefois, Gray n'avait pas vraiment manière à se plaindre, car non seulement le panorama était agréable mais en plus il était accessible. Dès que Juvia commença à bouger, toute crainte s'envola de son esprit.


Le temps avait passé. Il y avait bien une demi-heure qu'ils étaient simplement serrés l'un contre l'autre, après avoir fait l'amour. Ils écoutaient leur rythme cardiaque, essayant de deviner les phases où il se synchronisait.

- Va falloir qu'on remonte, finit par dire Gray à contrecœur.

- Juvia veut pas, répondit-elle aussi sec.

- On pourrait se faire surprendre.

- Juvia s'en fiche.

Gray soupira. Quand Juvia avait une idée en tête, il n'avait aucun moyen de la faire changer d'avis.

- On aura tout le temps de s'amuser, quand on sera rentrés à Magnolia.

- On pourrait ne jamais rentrer.

- Commence pas à penser comme ça, ça m'énerve.

- Ça pourrait être la dernière fois que Juvia et Gray …

Comme le jeune homme commençait à avoir les oreilles échauffées, il se mit par-dessus Juvia, et la fixa dans le blanc des yeux, avec seulement quelques centimètres entre leurs visages.

- La dernière fois de rien du tout, oui ! On a encore des enfants à avoir, je te rappelle. Pas question de mourir avant ça. C'est bien compris ?

- Oui … Marmonna Juvia.

Pour bien se faire comprendre, il se pencha un tout petit peu, et l'embrassa du bout des lèvres.


Peu de temps après, ils étaient prêts à quitter la pièce. L'ordre avait été remis ; les preuves effacées. Main dans la main, ils quittèrent l'infirmerie. Le hall était toujours vide, et ils le traversèrent sur la pointe des pieds jusqu'aux portes de l'escalier.

- Juvia n'a pas envie de se rendormir toute seule … Murmura-t-elle.

- Moi non plus, répondit Gray. Mais on n'a pas le choix.

- On devrait se retrouver chaque soir à minuit, dans l'infirmerie ! C'est une bonne idée ?

- On pourrait se faire prendre.

- Juvia ne pense pas que Gray pourra tenir toute une semaine sans …

- Ça va, ça va. J'ai compris.

Comme ils arrivaient à la porte du dortoir des filles, les séparations furent difficiles. Gray eut beaucoup de mal à laisser partir Juvia, ce qu'il ne fit qu'après lui avoir touché les fesses à la dérobée, pendant un baiser. Juvia, espiègle, lui lança un regard qui voulait dire « pervers ! », puis elle disparut derrière la porte. Seul, Gray remonta jusqu'au dortoir des garçons, les mains dans les poches.

« Quelle fille en or, sérieux … Si seulement je pouvais retourner dans le passé, pour dire au moi d'il y a quatre ans d'ouvrir les yeux ! ».

Dans la chambre, personne n'avait remarqué son absence, car Tengaro et Blueberry dormaient à poings fermés. Il constata avec surprise qu'il était plus de trois heures et demi du matin. Il avait du mal à croire qu'il avait passé près de trois heures à faire l'amour avec Juvia, alors que dans sa perception du temps, il s'était tout au plus écoulé une demi-heure. Il n'avait d'ailleurs pas souvenir d'une aussi longue séance d'ébats, depuis qu'ils se fréquentaient de manière intime. À peine se coucha-t-il, après s'être déshabillé, que le sommeil le happa.


Quand Juvia se réveilla, le matin, elle était très fatiguée. Son premier geste fut d'étendre le bras droit, pour toucher Gray. Puis, elle se rappela qu'il n'était pas là. Elle se redressa sur son matelas. Pendant un instant, elle crut que tout ce qui s'était produit durant la nuit n'avait été qu'un rêve. Puis, elle se rappela par flashes rapides tout ce qu'ils avaient fait durant la nuit, et elle sentit ses joues la brûler quand elle repensa à ce que Gray lui avait fait avec sa bouche. C'est à ce moment qu'elle entendit la voix de Kisima, à côté d'elle :

- Juvia, ça va ? Tu as de la fièvre ?

- Non, non ! Juvia va très bien ! Protesta-t-elle nerveusement, en secouant les mains.

- Tu est toute rouge, j'ai pensé que …

Juvia remarqua à ce moment que Kisima était en pyjama. Ses cheveux, d'ordinaire lisses, étaient emmêlés : elle venait visiblement de se réveiller.

- Quelle heure … est-il ? Demanda Juvia, la bouche pâteuse.

- Neuf heures du matin, il est tard.

Yepa était assise sur le lit, et se frottait lentement les yeux. Elle portait un pyjama assorti à celui de Kisima. L'Exceed jeta un regard indifférent à Juvia, et sauta au sol.

« Pas très bavarde ... » Songea Juvia.

Une autre idée la frappa au même moment :

« Il y a trois chasseurs de dragons dans cette guilde, alors … Pourquoi n'y a-t-il qu'un seul Exceed ? »

- Pourquoi Tengaro et Blueberry n'ont pas d'Exceed ? Demanda-t-elle aussitôt, regrettant sa question l'instant d'après.

Kisima ne dit rien.

- Ils n'en on jamais eu, tout simplement, finit-elle par dire, dans un soupir.

Ce disant, elle disparut dans la salle de bains.


Sans surprise, elles découvrirent en arrivant dans le hall que les garçons étaient encore endormis, sinon n'étaient pas encore descendus. À vrai dire, il y avait peu de mages attablés. D'après Elia, de nombreuses missions avaient été prises depuis la veille. Toujours d'après elle, la date butoir d'un paiement (loyer, crédit, etc …) approchait pour de nombreux mages non résidents de la guilde, ce qui avait motivé cette masse de départs en mission.

Ce jour-ci, Elia avait décidé d'être une fraîche jeune fille d'une vingtaine d'années. Elle était affairée à préparer quelques plateaux pour le petit-déjeuner.

- Salut, les filles ! Dit-elle d'un ton enjoué, comme Kisima et Juvia venaient s’asseoir.

- Salut, répondit la chasseuse de dragons.

- Vous avez bien dormi ?

- Oui, mentit Juvia.

Elia mit un plateau devant chacune, avec un supplément de viennoiseries.

- Qu'est-ce que tu veux boire, Juvia ? Demanda-t-elle, préparant la boisson de Kisima.

- Du thé Earl Grey, s'il te plaît, répondit-elle nerveusement.

Elia farfouilla dans les tiroirs, avant de trouver la boîte à thé qu'elle recherchait.

- Au fait, en parlant de Gray … Dit la barmaid.

Juvia sentit son cœur cesser de battre. Une prodigieuse goutte de sueur lui coula le long de la nuque.

- Vous vous êtes bien amusés, hier soir ?

- Juvia … Juvia ne voit pas de quoi tu parles ! Répliqua la jeune femme, toute rouge et nerveuse.

- Je suis sûre que tu vois très bien de quoi je parle, dit alors Elia, avec un sourire entendu.

- Je suis la seule à ne pas comprendre de quoi il est question ? Demanda Kisima, qui se demandait franchement à quoi rimait tout ceci.

- Tu le saurai si tu arrêtais de refouler Tengaro en permanence, lui dit la barmaid avec le même sourire.

Kisima vira à son tour au rouge vif, et détourna le regard.

- Rien de ce qui se passe dans cette guilde n'échappe à Elia. Ni à moi, d'ailleurs.

Juvia sursauta et faillit tomber de sa chaise, car celui qui avait dit ça n'était autre que Neit, qui était assis deux places plus loin.

- Comment … Depuis quand il est là ? S'étonna Juvia.

- Depuis que je viens d'arriver, tout simplement.

Le maître était vêtu d'un simple pyjama gris à rayures blanches, et buvait négligemment dans une tasse grise du lait chaud.

- Je pense vous convoquer en fin d'après-midi, finit-il par dire, en regardant les deux jeunes femmes assises non loin de lui.

- Pour quelles raisons ? S'enquit Kisima.

- Pour la raison qui m'a poussé à vous interdire de mission.

Juvia remarqua alors quelque chose. Ses yeux allèrent de Neit à Elia, puis d'Elia à Neit, et de Neit à Elia une dernière fois. La ressemblance n'était pas frappante, mais ils avaient les même cheveux gris souris, légèrement bouclés, et les mêmes yeux gris.

- Essayez de laisser moins de preuves de votre passage, la prochaine fois, déclara Neit après avoir fini sa tasse de lait.

Juvia aurait donné beaucoup pour pouvoir se téléporter immédiatement à Fiore et effacer tout souvenir d'elle dans la mémoire des gens d'ici. C'est ce moment que choisirent Blueberry, Tengaro et Gray pour arriver à leur tour. Gray et Blueberry comblèrent l'espace entre Juvia et Neit, et Tengaro alla s'asseoir à côté de Kisima.

- Bien dormi ? Demanda Gray à Juvia, en lui caressant le dos.

- Très bien, minauda la jeune femme, toujours écrasée de honte.

- Vous vous êtes bien amusés ? Demanda Neit, avec un petit sourire entendu.

- De quoi ? Demanda Gray, qui ne comprenait vraiment pas de quoi il en retournait.

- Tu sais, cette nuit …

- Roh, laisse-les tranquilles un peu, Neit, dit Elia en souriant. Je les ai déjà assez asticotés avec ça.

- Si on n'a plus le droit de s'amuser … Soupira le maître.

Gray comprit à ce moment-là, et rougit à son tour.

- Allez, c'est pas grave, oubliez ça. C'est comme ça, quand on aime !

- De quoi vous parlez ? Demanda Tengaro.

- Tu comprendras quand Kisima arrêtera de te refouler, lui dit Neit avec un sourire en coin.

Les yeux de Tengaro s'écarquillèrent. Il se figea, et ses épaules commencèrent à trembler.

- Il remet ça … Soupira Blueberry.

Il se leva de sa chaise, et rattrapa Tengaro quand celui-ci bascula à la renverse, convulsant comme un épileptique, la bave aux lèvres.

- Fallait pas lui dire ça, maintenant j'en ai pour dix minutes, maugréa son ami.

- Qu'est-ce qu'on va faire, aujourd'hui ? Demanda Gray, qui avait déjà enterré l'incident.

- C'est une excellente question, répondit Neit. Je pensais vous faire visiter la ville. Qu'en dites vous ?

Gray consulta Juvia du regard.

- Ça te dit ?

- Pourquoi pas ?

- Kisima, tu veux bien leur servir de guide ?

- Bah, je n'ai que ça à faire, depuis qu'on est interdits de mission.

Neit soupira.

- Tu comprendras bien assez tôt pourquoi je vous ai gardés au chaud pendant deux semaines.

Ce disant, il se leva, laissant sa tasse sur le comptoir, et disparut dans une pirouette.

- Il est obligé de faire ça pour se déplacer ? Remarqua Gray.

- Le maître est assez … comment dirais-je … Commença Kisima.

- Bizarre, compléta Elia.

- Voilà, c'est le mot. Bizarre.

- Il peut se téléporter ? Demanda Juvia.

- Pas vraiment, répondit la barmaid. Ce que tu l'as vu faire, ce n'est même pas sa vraie magie. C'est ce qu'il a obtenu par un pacte avec l'arbre-guilde.

- Un pacte avec un arbre ? S'étonna Gray, haussant un sourcil.

- En échange d'un apport de magie permanent, Neit peut se déplacer à sa volonté partout dans l'arbre-guilde. Il peut savoir tout ce qui s'y passe, à n'importe quel moment.

- Quelle est sa vraie magie, alors ? Demanda Gray.

- C'est une magie perdue. Le contrôle sensoriel. Elle lui permet d'influencer la perception des individus, un sens à la fois. Par exemple, s'il altère l'ouïe de quelqu'un, il ne pourra pas toucher à sa vision, ou son toucher. Ce n'est pas une magie très puissante en soi, mais elle peut s'avérer très utile lorsqu'elle est utilisée en combat rapproché.

- Au fait, commença Juvia, d'une petite voix nerveuse. Est-ce que tu es la fille de Neit ? Vous vous ressemblez bizarrement …

Elia partit d'un rire franc. Une fois calmée, elle répondit à la jeune femme :

- Non, Neit est mon petit frère. Ce n'est pas un secret, mais ça n'empêche pas les petits jeunes de la guilde de penser que je suis un genre d'entité supra-naturelle.

Gray faillit demander son âge, mais il se souvint in extremis que c'eut été malpoli.

À part cet incident, la matinée fut aussi calme que d'habitude. Vers dix heures trente, Kisima se décida à emmener les deux tourtereaux en visite dans la ville. Il faisait toujours froid, dehors. Lorsqu'ils s'éloignèrent de la guilde, Juvia se cacha jusqu'au nez dans le col de son manteau bleu, tandis que ni Gray ni Kisima ne semblaient atteints par le froid : tout deux marchaient le blouson ouvert. Il y avait moins de monde dans les rues que la veille.

- Par où vous voulez commencer ? Demanda la chasseuse de dragons.

Ce à quoi Juvia et Gray répondirent en même temps.

- Les lieux touristiques.

- Les lieux historiques !

- Voilà qui m'aide beaucoup … soupira leur guide. Bon, suivez-moi.

Kisima les emmena à travers les rues de la ville, à la découverte des endroits d'intérêt. Tout d'abord, elle se contenta de leur faire voir les particularités architecturales de la ville, avant de commencer à les emmener sur les sites touristiques.

- Enfin, touristique, c'est vite dit, détailla Kisima. Il y a très peu de touristes qui viennent à Grand Chêne, la plupart des gens de passage sont des officiels ou des mages en voyage. Comme vous deux.

Bientôt, au détour des rues, ils arrivèrent aux abords de la grand-place où Juvia et Gray avaient passé du temps ensemble, la veille.

- Et ici, vous pouvez admirer la plus grande statue de la ville, dit Kisima en désignant la sculpture.

Grand Chêne était une ville qui regorgeait de héros d'époques diverses, tous représentés sous une forme ou une autre au détour des rues de la ville.

- Aguacero III, on est passés ici hier, dit Gray en observant la statue.

Kisima, prenant son rôle de guide très à cœur, continua cependant :

- J'imagine que vous n'avez pas remarqué que même son épée a été sculptée dans les moindres détails ? La garde est gravée, exactement avec les mêmes runes qui couvraient la poignée de l'épée du vrai Aguacero III.

- Nægling, dit Juvia. Son épée s'appelait Nægling.

- Comment tu le sais ? S'étonna Gray.

- C'était écrit dans les livres d'histoire, expliqua-t-elle. C'est l'histoire de ma famille …

- C'est le plus grand héros de Grand Chêne, continua Kisima. Il a sauvé l'arbre des flammes, il y a quatre cent ans.

Elle continua de les guider à travers les rues de la ville, leur présentant les nombreux héros locaux. Puis, après avoir mangé un sandwich sur la terrasse d'un bar, elle leur fit commencer la visite des lieux « touristiques ». Ce n'étaient pas vraiment des lieux à proprement parler touristiques ; mais c'était là qu'il fallait venir se détendre ou s'amuser quand on venait à Grand Chêne. Tout d'abord, elle leur présenta les restaurants les plus connus de la ville, et une librairie aussi grande qu'un immeuble de trois étages.

- La plus grande bouquinerie de ce côté-ci du détroit, déclara fièrement Kisima.

- Levy serait bien contente d'y venir, fit observer Juvia.

- Tu m'étonnes, rétorqua Gray.

- Qui ça ?

- Une amie à nous, qui adore la lecture.

- Qu'elle vienne vite à Grand Chêne, alors ! Si « Les doigts tâchés d'encre » est la plus grande librairie du pays, alors la bibliothèque de Forsaken Souls est la plus grande du pays. Si on compte le bureau du maître, qui est aussi grand que la bibliothèque elle-même, alors je pense pouvoir affirmer sans me tromper que Grand Chêne est la ville la plus fournie en livres de cette partie du monde. Ici, nous ne faisons pas brûler les archives.

- Les militaires au pouvoir pratiquent des autodafés ? S'étonna Gray.

- Pas encore, mais ça ne saurait tarder. Je suis sûre qu'ils y ont déjà pensé. Certains détails de l'histoire doivent les gêner.

- Comment ça ?

- Ce n'est pas la première fois qu'un régime totalitaire tente de s'imposer, dans le pays. À chaque fois, le retour de bâton a été d'une force fatale aux dirigeants.

Ce disant, ils avaient avancé, jusqu'à un autre bâtiment que Kisima tenait à présenter.

- Les seuls bains publics de la ville, dit-elle avec un signe du menton vers le bâtiment qui leur faisait face.

Il s'agissait d'une grande bâtisse en marbre blanc, qui tranchait avec la pierre grise et moussue du reste de la ville.

- Il y a même des bains extérieurs derrière, expliqua Kisima. Dans le même style qu'à Fiore.

- C'est un onsen naturel ? S'enquit Gray.

- Un quoi ?

Visiblement, le terme était inconnu de leur guide.

- Un onsen. Une source chaude volcanique, si tu préfères.

- Non, il n'y a rien de tel dans la région. Les bains internes sont chauffés au feu de bois, et les bains externes sont chauffés par magie. L'établissement est un lieu de détente réputé dans toute la ville, et beaucoup de gens viennent s'y rencontrer. Beaucoup de mages des guildes y ont leurs habitudes. Demande à Neit ou à Tengaro, ils y sont souvent fourrés.

- « Des guildes » ? Releva Juvia. Il y a plusieurs guildes ?

- Bien sûr, qu'il y a plusieurs guildes ! Répondit Kisima, comme si ç'avait été évident. Forsaken Souls est la plus grande et plus importante guilde de Grand Chêne, en plus de faire office de mairie, mais il y a une douzaine d'autres guildes disséminées dans la ville, spécialisées dans divers types de missions. Par exemple, il y a cette guilde, Double Cross, qui n'accepte que les missions d'escorte de voyageurs en dehors de la ville. Il y a même une guilde-hôtel, Sleeping Well, qui s'est spécialisée dans l'accueil des voyageurs.

- La magie est vraiment au centre de la vie, ici.

- Tout les habitants de cette ville sont magiciens, sans exception. Enfin, pas magiciens dans le sens « mage de métier », mais dans le sens « doués de magie ». C'est pour beaucoup, le seul endroit où mener une vie normale. La chasse aux sorcières s'est achevée il y a cent cinquante ans, mais le sud du pays en restera marqué à jamais. Encore aujourd'hui, il n'est pas rare qu'un mage soit brûlé par les paysans.

- La chasse aux sorcières ? Répéta Gray, abasourdi.

- Il y a deux cent ans environ, le roi de Captio mourut d'une manière suspecte. On pense qu'il a été empoisonné par des conspirateurs qui en voulaient au pouvoir en place. Toujours est-il que le crime a été imputé à la sorcière attitrée du roi, et que cela justifia aux yeux du pouvoir de transition le lancement d'une campagne d'extermination contre les mages, les druides, les guérisseuses, bref, tout ceux qui gênaient. Des persécutés, seuls les mages ont réchappé. Les plus aisés, ou ceux qui vivaient près des côtes, ont traversé le détroit, pour s'installer dans les cités indépendantes ou directement à Fiore. Les autres sont passés à la clandestinité, ou on rejoint Grand Chêne, qui était déjà une terre indépendante à l'époque. Mais, cette chasse aux sorcières n'a rien inventé : les pogroms étaient courants dans les villages, depuis l'affaire des feuilles du chêne. Ici, les mages peuvent vivre en paix. Alors, ils essayent de vivre une vie normale.

Kisima semblait en avoir assez de ce discours historique, aussi continua-t-elle la marche, forçant les deux jeunes gens à la suivre.

- T'es calée, pour quelqu'un qui n'est pas d'ici, fit observer Gray.

- La connaissance des erreurs du passé permet d'éviter leur répétition dans le futur, répondit avec philosophie la chasseuse de dragons. La mer de glace a aussi connu son lot d'horreurs.


Kisima termina la randonnée dans les rues de la ville par la grand-rue commerçante, qui longeait la place de l'arbre-guilde. Les passants regardaient avec suspicion le jeune couple, mais n'osaient pas se montrer plus hostiles en présence d'une représentante du maître de la ville. Cependant, les commerçants appliquaient le même zèle à vanter leurs produits.

- Pour des mages persécutés, j'ai l'impression que la ville est plutôt xénophobe, observa Gray.

- C'est une des conséquences de la persécution. Les inconnus sont mal vus, ici, même s'il s'agit de mages. Il y a déjà eu des incidents.

Comme il n'y avait plus beaucoup de points d'intérêts à visiter, ils rebroussèrent chemin jusqu'à la guilde. Il y avait toujours aussi peu de mages, à leur retour.

- Vous tombez à pic ! S'exclama Elia, en les voyant arriver. Neit vous attend dans son bureau. Tengaro et Blueberry y sont déjà.

- Ben tiens, maugréa Gray. Je vais encore me faire frotter les oreilles …


Il y avait déjà du monde dans le bureau, quand ils arrivèrent. Neit, Tengaro et Blueberry s'y trouvaient déjà, comme l'avait expliqué Elia, mais il y avait également deux autres mages inconnus de Gray et Juvia, et la barmaid, qui venait d'arriver.

- Ah, voilà nos touristes ! S'exclama Neit, en les voyant entrer.

Gray n'aimait pas le regard suspicieux que les deux inconnus dardaient sur lui.

- Qui sont-ils ? S'enquit celui de droite.

- Des mages en voyage, tout simplement, dit Neit. Ils sont de Fairy Tail, et ont accepté de nous aider à participer à vous-savez-quoi. Vous n'ignorez sans doute pas qui est cette ravissante jeune femme ? Ajouta-t-il en désignant Juvia.

- Elle ressemble trop à son oncle pour qu'on puisse la confondre, observa un autre des inconnus.

- Qui êtes-vous ? Demanda Gray, qui en avait assez d'être jaugé par ces parfaits inconnus.

- Nos trois mages supérieurs présents aujourd'hui, expliqua Neit.

Il se tut, les laissant se présenter. Juvia et Gray échangèrent un regard intrigué, ayant tout deux remarqués que Neit avait mentionné trois mages, alors qu'il n'y avait que deux inconnus.

- Hiro Foxhound, dit le premier. Mage supérieur de Forsaken Souls.

Il avait la peau mate, d'un teint similaire à celui de Tengaro, et son visage et son corps étaient couvert de tatouages, qui ressemblaient vaguement à ceux du chasseur de dragons. Il portait un bandana noir, allait torse nu, et portait un ample bermuda beige clair, cousu de poches sur toute sa surface.

- Ernesto Kave, enchaîna le second. Mage supérieur de Forsaken Souls.

Celui-ci était plus grand que le premier. Il fumait un épais cigare, qui ne dégageait pas de fumée malgré la braise qui rougeoyait au bout, et sa barbe était broussailleuse et mal entretenue. Il portait une veste de toile verte, à la coupe mal ajustée, et un pantalon en treillis. Le dernier s'avéra être une femme.

- Elia Delval. Mais vous me connaissez déjà.

Gray sentit sa mâchoire inférieure faire une chute de quelques centimètres. Juvia était tout aussi étonnée, mais le montrait moins.

- Bon, puisque nous sommes tous là, nous pouvons commencer, dit Neit en prenant place derrière son bureau.

Il donna du poing sur le bois du bureau, ce qui fit tomber une pile de feuilles, et, accessoirement, apparaître une chaise derrière chaque personne qui n'était pas déjà assise. Il soupira en regardant les feuilles éparpillées au sol, puis croisa les mains devant lui.

- Certains ici présents connaissent déjà l'objet de cette réunion extraordinaire. Mais d'autres ne le connaissent pas encore. Nous sommes ici pour discuter du plan à suivre pour bouter les putschistes hors de la capitale, et rendre au roi ce qui lui appartient : le pouvoir.

Les réactions étaient mitigées chez les trois chasseurs de dragons, qui n'étaient pas au courant. Si Kisima écoutait toujours avec la même impassibilité, Tengaro avait failli tomber de sa chaise, et Blueberry montrait un intérêt croissant.

- C'est pour ça, qu'on est restés bloqués ici ?

- Je ne voulais pas que vous vous blessiez juste avant votre plus importante mission à ce jour. Nous allons avoir besoin des meilleurs éléments de cette guilde. Malheureusement, seuls trois de nos mages supérieurs ont répondu à l'appel, c'est pourquoi je vous ai choisis pour participer à cette action.

- Et Gray et Juvia, que font-ils ici ? S'enquit Blueberry.

- Officiellement, ils viennent en tant que personnes privées, ayant décidé que cette mission était de leur capacité. Et puis, ils ont suffisamment prouvé leur talent au combat contre vous, non ?

- Et officieusement ? Demanda Kisima, qui se doutait bien qu'il y avait quelque chose d'autre derrière tout ça.

- Officieusement, ils sont le détachement envoyé en soutien par Fairy Tail, notre égal de Fiore.

- Le vieux soutient tout ça ? S'étonna Gray.

- Oui, même si ça ne l'amuse pas. Il est parfaitement conscient des risques politiques, et j'ai eu beaucoup de mal à le convaincre. Bref, nous ne sommes pas ici pour parler des détails. J'ai déjà étudié un plan d'action suggéré par Elia, que voici. J'en ai déjà discuté avec Aguacero et le chef des révolutionnaires, mais il y a encore des modifications à apporter.

Il se leva de son bureau, et ouvrit un stylo magique, qu'il utilisa pour dessiner sur l'air.

- Nous allons nous séparer en trois groupes. Le premier groupe sera constitué d'Hiro, Ernesto, Elia et moi-même, et sera chargé d'empêcher tout renfort d'approcher du château. Dix mille hommes campent autour de Kaer Ys, et les rues sont larges. Le deuxième groupe sera constitué de Kisima, Blueberry et de Tengaro, et devra sécuriser le château, ce qui ne sera pas une mince affaire. Le troisième et dernier groupe sera composé de l'équipe Pilgrim Snow, elle-même composée de Gray et Juvia. Le rôle de cette équipe sera déterminant : elle devra s'infiltrer dans la chambre du roi, au sommet du donjon, et l'exfiltrer du château sans attirer l'attention. Cependant, les probabilités de rencontrer des ennemis en chemin sont très élevées. Voilà pour ce qui est de la répartition. Des questions, avant de passer à la suite ?

- Tu as parlé des révolutionnaires, dit Kisima. Quel rôle vont-ils jouer ?

- Un rôle de l'ombre, comme à leur habitude. Ils nous apporteront un soutien tactique et logistique. Sans eux, impossible de s'infiltrer dans le château sans être vus.

- Quels sont les risques, concrètement ? Demanda Hiro.

- Eh bien, d'après les informateurs révolutionnaires, les troupes que les militaires rassemblent autour de la capitale se montent déjà à dix mille homme, plus ou moins quelques centaines. Si jamais nous laissions les militaires du château prendre contact avec leur armée, il ne leur faudrait que quelques minutes pour bloquer toutes les issues de la ville et en faire une souricière géante. Ensuite, leurs troupes d'élites sont logées directement au château. Si, par la force des choses, l'un de nous devait les affronter, il devra faire preuve de la plus grande prudence. Ça, c'est pour les risques sur le terrain. Pour les risques politiques, c'est quitte ou double. Si nous réussissons, tout le monde est sauf, le roi redevient roi, et tout se passe bien. Si nous échouons … Les militaires pourront faire d'une pierre deux coups. Premièrement, ils auront le prétexte dont ils n'osent même pas rêver pour attaquer Grand Chêne et raser la ville. Deuxièmement, ils auront également un prétexte royal pour attaquer Fiore, s'ils découvrent que Gray et Juvia sont envoyés par une guilde du royaume voisin. D'autres questions ?

Comme il n'y en avait pas, Neit embraya sur la suite du discours, en effaçant le croquis qu'il avait dessiné sur l'air.

- Passons maintenant à la partie détaillée du plan. Pour ce qui est du premier groupe, sa zone d'action sera située tout autour de la ville, derrière les murailles. Tout ses membres connaissent la zone, ce qui ne devrait pas causer de soucis le moment venu. Le deuxième groupe se heurtera cependant à la complexité des couloirs du château. Il est très facile de s'y perdre : ses membres devront à tout prix rester groupés pour opérer. Pour les mêmes raisons, le troisième groupe s'infiltrera par l'extérieur du château. Plus précisément, il devra escalader les murs du château et le donjon jusqu'à son sommet, ce qui ne sera pas de tout repos : le donjon culmine à plus de cent soixante mètres du sol.

- Que fait-on, si le roi ne se trouve pas là où il est censé se trouver ? Demanda Juvia.

- Il sera là où est censé se trouver, confirma Neit. Il est très malade, le moindre voyage serait fatal.

- On a pour mission d'extirper d'une tour haute de deux cent mètres un vieillard qui pourrait faire une attaque au premier choc ? Dit Gray, suspicieux.

- Ce n'est pas une maladie naturelle, répondit Neit. C'est un poison. Une fois guéri, le roi retrouvera ses capacités. Il n'a pas encore cinquante ans, à vrai dire.

- Où faudra-t-il l'amener ?

- Ce n'est pas prévu. La situation sera amenée à évoluer très rapidement, aussi a-t-il été décidé que tout les membres de cette expédition seront en contact permanent via des lacrimas. De cette manière, je vous dirai où nous rejoindre avec le roi, en fonction de la tournure des événements.

- On sait quelque chose sur les « forces d'élite » du château ? Demanda Blueberry.

- Pas vraiment, sinon qu'il y aura sans doute plusieurs mages relativement puissants.

Neit continua de préciser les détails du plan pendant de longues minutes. Chaque phrase chargeait un peu plus le schéma détaillé, qui devient bientôt illisible (mais Neit ne s'en rendit pas compte).

Au final, la réunion dura plus de deux heures, et tout les participants étaient tiraillés par la faim. Gray et Juvia avaient appris tout ce qui les concernait au début de la réunion, tout les autres détails concernant les autres groupes et les détails de l'opération ayant fait le gros du reste du conseil.

- Je comprends, pourquoi on était bloqués ici, dit Kisima en sortant du bureau.

- J'espère juste que Neit ne nous envoie pas face à des ennuis trop gros pour nous, tempéra Blueberry.

- On va aux bains publics ? Suggéra Tengaro, qui ne semblait pas du tout s'inquiéter de la mission déterminante à laquelle il allait participer dans quelques jours.

La perspective d'aller à l'onsen avec Gray fit fleurir mille perspectives dans l'esprit de Juvia, et Gray soupçonna l'effet de cette mention sur sa bien-aimée.

- Quoi de mieux pour se relaxer entre amis ? Ajouta le chasseur de dragons aquatiques. Il y a même un bain mixte, on pourra y aller tous ensemble !


Commentaire de l'auteur Je crois que c'est un des chapitres les plus riches en information jusqu'à présent, et ça n'a pas été facile de mettre tout ça en restant cohérent x) Il va y avoir à tout casser encore trois chapitres avant d'attaquer l'arc de la capitale, je vais en profiter pour faire un max de fanservice \o/ Je pense justement, sur les prochains chapitres, me focaliser sur les différences entre la culture de Fiore et la culture de Captio, à travers l'expérience de nos deux tourtereaux. Enfin bref, tout ça pour dire qu'il y aura beaucoup à apprendre dans les prochains chapitres !

SPOIL (Scan 442) : et si jamais Brandish était vraiment liée à Juvia ? Je crois que je ne m'en remettrai pas TT_TT
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales