Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : 7 - 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 753 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 348 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 545 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 783 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 838 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1128 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Fairy Tail

Memento Vivere Auteur: Linksys Vue: 7052
[Publiée le: 2015-01-28]    [Mise à Jour: 2017-01-20]
R  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 51
Description:
[Souviens-toi que tu dois vivre.]

Gray et Juvia s'aiment, et ont décidé de s'installer ensemble. Cependant, le doute s'installe avec eux et, pour se prouver leur amour, ils décident de s'embarquer pour un long voyage ... Un long voyage qui les mènera aux confins de royaumes étrangers, dans des régions arides et désertes. Ils y découvriront beaucoup de choses sur eux-même, et découvriront qu'ils s'aiment bien plus qu'ils ne le pensent. Juvia apprendra à accepter ses orgines et son ascendance, plutôt que de la craindre. Gray apprendra à ne plus avoir peur de ce que Juvia meure par sa faute. Ils feront aussi de nombreuses rencontres inattendues ... Mais ça, ils ne le savent pas encore.

NEWS 20/01 : après un an de branl ... occupation intellectuelle intense, j'ai terminé et publié la partie IV !

♦ AVANCEMENT :
Partie V : ░░░░░░░░░░ 0%
Crédits:
Tout l'univers appartient à Hiro Mashima ainsi que les personnages, à l'exceptions de lieux et personnages de ma propre création.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Coração Selvagem

[2773 mots]
Publié le: 2015-05-02Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Le vingtième chapitre, comme promis ! Bonne lecture !

Chapitre 20 : Coração Selvagem


- Puissants comment ? Demanda Gray.

- Assez puissants pour être les meilleurs de la guilde, excepté bien sûr les mages supérieurs.

- Les mages supérieurs ?

- L'équivalent du rang S dans ta guilde. Actuellement, Forsaken Souls compte quatre mages supérieurs, tous en mission loin d'ici.

- Qui sont les chasseurs de dragons ? S'enquit Juvia. Il y a Kisima, mais qui sont les deux autres ?

- Oh, vous le saurez bien assez tôt. De toutes manières, l'affrontement n'est pas prévu pour aujourd'hui. Vous allez rester à la guilde au moins une semaine, le temps de calmer le jeu, et surtout, le temps qu'on organise votre fuite plus au sud. Je demanderai à Elia de vous montrer où vous dormirez. Retournons dans le hall, il fait trop chaud ici.

Il invita ses invités à quitter la pièce. Alors que Gray se retournait en direction de la porte, cependant, un détail attira l'attention de Neit.

- Qu'est-ce que c'est, là, attaché à ta ceinture ?

- Ça ? Demanda Gray, en se retournant une nouvelle fois.

Il posait la main sur l'étui de Shangri-Lä.

- Oui, ça. Qu'est-ce que c'est ?

- Un cadeau, répondit Gray.

- Permets-moi de le voir.
Gray défit les attaches de cuir qui bloquaient le manche en bois précieux, et la lame sortit du fourreau dans un chuintement étouffé.

- Voilà un cadeau très précieux, observa le maître. Puis-je y toucher ?

Gray dissimula ses doutes, mais laissa tout de même faire Neit. Il aurait été plus suspect encore de lui refuser. Au moment où le maître toucha le manche de la lame, Juvia et lui eurent l'impression que le ciel leur tombait sur la tête. Les couleurs s'inversèrent en plusieurs flashes successifs. Cela cessa lorsque Neit rendit le kukri à Gray. Cela n'avait duré pas plus d'une seconde. Juvia était mal assurée sur ses jambes, et s'appuya sur Gray, pour se remettre du phénomène.

- Voilà un cadeau puissant, déclara Neit, avec un sourire entendu. Ce serait dommage qu'il tombe entre de mauvaises mains.

Alors que Gray remettait l'arme au fourreau, il ajouta :

- Ce gros truc en cuir ne te gêne pas, pour marcher ou te battre ?

- Un peu, avoua le jeune homme.

- On doit avoir mieux, pour transporter une arme de cette forme. Je verrai ce que je peux te donner. Bon, descendons.

Ni Gray, ni Juvia ne parvenaient à démêler si Neit était bienveillant ou non, mais ce dont ils étaient sûrs, c'était que sa magie était très étrange, et très puissante. Jusqu'à présent, ils n'avaient jamais rencontré le moindre mage doté d'une telle magie.

Le calme était revenu dans le hall, et les mages de Forsaken Souls vaquaient à leurs activités. Elia et Kisima étaient en grande discussion, tandis qu'un peu plus loin au bar, Blueberry et Tengaro discutaient de la prochaine missions qu'ils choisiraient.

Alors que Gray et Juvia s'approchaient d'un endroit libre du bar, Kisima se recula sur sa chaise, et commença à déboutonner son épais manteau de fourrure blanche. Cela ne plus pas à Yepa, qui somnolait à ce moment-là dans la capuche. À contrecœur, elle quitta le confort du manteau de sa maîtresse, et s'assit sur le bar, l'air dédaigneux. Ce n'était cependant pas le fait surprenant. Au moment même où Kisima avait commencé à faire glisser de ses épaules l'épais vêtement, Tengaro s'était raidi comme un bâton sec, le regard fixé sur la base du verre qui lui faisait face. L'air amusé, Blueberry lui tapota l'épaule.

- Toujours incapable de te contrôler, hein, observa-t-il.

- Si seulement … Marmonna Tengaro.

Stoïques, Gray et Juvia restèrent où ils étaient. Kisima retira totalement son blouson, et se leva. En dessous, elle portait une simple veste rouge, avec des bandes blanches en travers du torse. Elle n'avait pas beaucoup de formes, mais sa silhouette fine s'accordait remarquablement bien avec son visage. Au moment où elle se levait pour aller accrocher sa veste à un piton dans le mur prévu à cet effet, Tengaro abandonna toute résistance. Il jeta un furtif coup d'oeil en direction de Kisima. Celle-ci le remarqua immédiatement. Tout se passa en un instant. Elle bondit sur Tengaro, qui attendait avec repentance le châtiment céleste. Après un bruit sec de claquement, Tengaro était étalé sur le bar, une joue frottant le bois, et l'autre arborant la marque distincte des cinq doigts de la main de Kisima. Laquelle avait couru en direction des escaliers d'où étaient arrivés Gray et Juvia, un instant plus tôt. Ses cheveux avaient volé, découvrant pendant un court instant ce qui se trouvait à la place de son oreille. Personne, à part les personnes accoudées au bar, n'avait remarqué l’événement. C’était sans doute quelque chose d'habituel, ici.

- Je ne laverai plus jamais cette joue, marmonna Tengaro, sans bouger.

- Tu dis ça à chaque fois, rétorqua Blueberry. Dans dix minutes, tu vas vouloir t'ouvrir le ventre pour laver ton déshonneur. Dans une demi-heure, tu iras t'excuser platement, et te reprendre une torgnole. Dans une heure, tu vas prendre la résolution de ne plus jamais céder. Et je ne te donne pas trois jours pour céder de nouveau. Je te connais trop bien.

La véracité de la tirade de son ami laissa Tengaro muet. Il se redressa, tout en massant pensivement la joue qui avait reçu la claque. C'est alors que Blueberry remarqua les regatds curieux de Gray et Juvia, qui avaient attentivement observé toute la scène.

- Oh, venez, ce n'est rien de grave, dit-il aux deux jeunes gens. Approchez, je vais vous expliquer un peu ce qu'il se passe.

Ils approchèrent, timidement.

- Kisima déteste quand Tengaro la regarde. D'après elle, ça la rend nerveuse.

- Nerveuse au point de le frapper ?

- Kisima est très colérique, il en faut peu pour l'énerver.

Cela étonna d'autant plus Juvia et Gray, que Kisima avait été d'un calme presque placide pendant tout le trajet qui les avait menés jusqu'ici.

- Je n'abandonnerai jamais, dit Tengaro en regardant le plafond.

Cette détermination sentimentale fit sourire Gray, pour deux raisons. Premièrement, cela lui rappelait quelqu'un d'important à ses yeux, et deuxièmement, c'était une détermination tout à fait semblable qui avait fini par le faire vibrer. Juvia avait visiblement elle aussi fait le rapprochement, car elle avait rougi.

- Ça dure depuis dix ans, ajouta Blueberry.

- Dix ans ? S'étouffa Gray.

- Dix ans, confirma Blueberry. Nous sommes tout les trois arrivés à Forsaken Souls à un an d'intervalle. Tengaro est arrivé le premier, à l'âge de huit ans. Je suis arrivé l'année suivante, à neuf ans. Kisima est la dernière de nous trois, elle a intégré la guilde à l'âge de dix ans, un an après moi. Nous avons tout les trois le même âge. Pour Tengaro, ça a été le coup de foudre dès le début. Au début, Kisima ne s'en souciait pas, car ce genre d'amourettes n'est pas fait pour durer. Mais le fait est que ce brave Tengaro, dix ans après, est toujours en proie avec ses spectres. Et Kisima commence à en avoir marre.

- C'est quelque chose, commenta Gray.

Juvia, elle, envoyait tout le soutien mental dont elle était capable à Tengaro. Elle ne connaissait que trop bien ce qu'il vivait, même si elle saluait sa force de volonté pour avoir tenu tout ce temps.

- En parlant de Kisima, continua Gray (à ces paroles, Juvia dressa l'oreille). Comment a-t-elle … enfin …

Ce disant, il agita la main à côté de son oreille.

- Comment elle a perdu son oreille ? Demanda Blueberry.

- Voilà, c'est ça. C'est une vilaine marque, qu'elle a.

- Elle maintient mordicus que ce sont des mages noirs qui lui ont fait ça, quand elle était gamine. Les mêmes mages noirs qui ont détruit son village et tué sa famille. Mais le maître a un tout autre avis sur cette blessure. Pour lui, seules des dents de dragon sont capable de couper du cartilage aussi nettement, et sans rien arracher.

Cette théorie pour le moins farfelue fournit matière à penser aux deux jeunes gens. Au même moment, Tengaro fixa une des bouteilles d'eau entreposée en face de lui. L'air las, il soupira. La bouteille quitta sa place, et dans un mouvement élégant, s'approcha de son verre. L'eau contenue dans la bouteille exerça une pression sur le bouchon telle que celui-ci sauta dans un bruit surprenant. La bouteille se pencha, déversant son contenu dans le verre. Une fois celui-ci rempli, il posa la bouteille à côté de lui. Alors seulement, il décroisa les bras, et posa les mains sur le comptoir. Juvia n'avait rien manqué de la scène, et avait observé méticuleusement chaque mouvement du jeune homme.

- Tu maîtrises la magie de l'eau ? S'étonna-t-elle.

Elle aurait préféré se taire, mais la question avait jaillit de sa bouche avant même qu'elle ne puisse y faire quoi que ce soit.

- C'est exact, confirma Tengaro, après avoir vidé son verre d'un trait.

Il regarda Juvia.

- L'eau est un élément magnifique. L'eau est à la source de toute vie sur Terre, et l'eau peut reprendre cette vie quand elle le veut. En parlant d'eau … continua le jeune homme.

Il leva les yeux au plafond, le nez troussé, et renifla.

- Ça sent l'eau, par ici …

Il se tourna vers Juvia, et renifla ostensiblement dans sa direction.

- Tu sens l'eau, ma parole ! S'exclama-t-il, ahuri.

Gray regardait la scène, le sourcil levé. Il n'avait jamais entendu parler de l'odeur de l'eau, et il était curieux d'en savoir plus.

- Ce … Il pleuvait … bredouilla Juvia, qui préférait éviter de révéler sa magie dans un endroit bondé.

- Non, la pluie sent différemment … Tu sens comme l'eau des montagnes, c'est une odeur particulière.

Juvia aurait fini par dévoiler sa magie, si elle avait

- Tu devrais arrêter de renifler de l'eau embouteillée, lui conseilla Blueberry. Ton odorat se détraque. Elle ne sent pas plus l'eau que toi la rose.

Tengaro se tut, et vida un nouveau verre d'eau. Bluberry regarda alors Gray et Juvia à tour de rôle, l'air de dire « je vous ai tirés d'un mauvais pas ».

- Votre maître est bizarre, dit alors Gray, pour contrer le silence qui s'installait.

- Comment ça, bizarre?

- Bah, ses manières, son apparence, il ne ressemble pas à un maître de guilde, quoi. Et puis, il a des sous-entendus bizarres. Parfois, j'ai pas l'impression qu'il soit particulièrement gentil. Et sa magie est bizarre.

- Oh, ça … Depuis que sa fille a quitté la guilde il y a plusieurs années, il est comme ça.

- Sa fille ? Elle ne doit pas être vieille, vu son âge.

- Le maître a cinquante-deux ans, intervint Elia, en se hissant sur le bar. Sa fille doit en avoir vingt-cinq, maintenant. Elle a toujours voyagé entre ici et le nord de Fiore, où sa mère habite. Mais il y a six ans, elle a décidé de rester à Fiore. Depuis, Neit se laisse aller. Il tient à sa fille autant qu'à la guilde. Vous voulez quelque chose à boire ?

Kisima ne reparut pas avant l'heure du dîner. Lorsqu'elle redescendit dans la grande salle, elle évita soigneusement Tengaro. Juvia remarqua qu'elle avait rougi.

Après le repas, Elia s'approcha de la table où étaient assis les deux jeunes gens. Ils avaient mangé en compagnie de Tengaro et Blueberry, qui étaient extrêmement sympathiques.

- Suis-moi, Juvia, je vais te montrer où se trouve ta chambre au dortoir des filles.

- Juvia est déjà passée devant l'entrée, elle devrait pouvoir trouver seule … Protesta Juvia, qui n'avait aucune envie de dormir loin de Gray.

Celui-ci n'en pensait pas moins, et se sentait tout desséché à l'idée de dormir seul.

- Il y a de puissants sortilèges qui protègent la porte, répondit Elia. Seules les filles membres de la guilde et les personnes autorisées peuvent y entrer. Le maître a ajouté une autorisation pour toi.

Ce disant, elle lançait des regards accusateurs vers Tengaro, qui, penaud, regarda la table d'un air abattu.

- Blueberry, tu montreras à Gray où il dormira.

- Compte sur moi.

- Mais … Protesta Gray.

- Pas de mais, rétorqua autoritairement Elia. Vous êtes en fuite, pas en lune de miel. Vous attendrez d'être rentrés à Fiore pour vous envoyer en l'air.

De telles paroles de la part d'une enfant surprirent les deux jeunes gens, jusqu'à ce qu'ils se rappellent qu'Elia n'avait pas l'âge qu'elle semblait avoir. Elle s'éloigna, suivie de Juvia, qui se retourna tout les trois pas pour lancer à Gray des regards désolés.

En montant les escaliers à la suite d'Elia, Juvia regarda à chaque fenêtre. La ville s'étendait au pied du chêne, et les lumières qui illuminaient les rues traçaient un motif similaire à une toile d'araignée. Aussi fort qu'elle essaya, elle ne put pas voir les étoiles.

- C'est ici, dit Elia, lorsqu'elles arrivèrent devant la grande porte que Neit avait présenté comme l'entrée du dortoir des filles.

Elle fit tourner une clef dans la grosse serrure, et après un impressionnant cliquetis, le battant pivota, pour s'ouvrir sur un long couloir. Des portes s'ouvraient de part et d'autre, sans doute sur les chambres. Elia la conduisit jusqu'à la toute dernière chambre.

- C'est là que tu dors, déclara-t-elle.

Elle frappa à la porte, et entra. Avec surprise, Juvia constata que ses bagages avaient été apportées jusqu'ici. Avec un peu plus de surprise, elle constata que cette chambre était déjà occupée. C'était la chambre de Kisima. Cette dernière était allongée sur son lit, plongée dans un livre, Yepa roulée en boule sur son ventre. Un deuxième lit avait été installé dans la pièce, à l'opposé de celui de la chasseuse de dragons.

- Je me suis portée volontaire pour t'accueillir, dit Kisima, sans pour autant lever les yeux de son livre.

Elia s'en alla, refermant la porte derrière elle.

Gray fut de même guidé par Blueberry, jusqu'au dortoir des garçons, qui se trouvait plusieurs étages au-dessus de celui des filles. La porte était moins lourde et la serrure moins complexe, et il n'y avait aucune écriture magique sur le battant. Les bagages de Gray étaient déjà dans la chambre qu'il allait occuper, lorsqu'il y entra. Il s'avéra que c'était également la chambre de Blueberry et Tengaro.

- Vous n'êtes que deux, dans la pièce ? Demanda Gray, suivant son guide dans la pièce.

- Non, il y a aussi Quarrel, mais il est en mission, en ce moment, répondit Tengaro, qui les suivait.

La pièce était assez vaste, et les quatre lits (ceux des occupants ainsi que celui qui avait été installé pour Gray) étaient suffisamment espacé les uns des autres pour « éviter les odeurs de pieds », selon les dires de Blueberry. Il y avait peu de décoration dans la pièce, mis à part le portrait de Kisima, qui trônait au-dessus du lit de Tengaro. C'était une peinture, si ressemblante qu'un œil non entraîné l'aurait prise pour une photographie.

- Qui a peint ce tableau ?

- J'ai cet honneur, répondit Tengaro, en s'asseyant sur son lit.

Il ôta ses chaussettes, ou du moins essaya de le faire : il avait oublié qu'il n'en portait pas.

- Il faudra se lever tôt, demain, déclara Blueberry. Le maître veut nous voir.

Ce disant, il commença à se déshabiller, ainsi que Tengaro. Gray constata avec surprise que les tatouages couraient sur tout le torse de Tengaro, et même dans le dos. Il commença à son tour à se déshabiller, et prit place dans le lit qui lui était réservé. Il était bien plus gêné de partager la chambre d'inconnus, que de dormir avec d'autres hommes. Et puis, pour la première fois depuis plusieurs semaines, Juvia et lui allaient dormir loin l'un de l'autre. Il eut du mal à trouver le sommeil, cette nuit-là.

Commentaire de l'auteur Chapitre très confus, car j'y ai préparé beaucoup de choses pour la suite ... La relation entre Kisima et Tengaro va avoir un rôle assez important dans la suite de l'histoire, alors il faudra bien suivre ! Il risque également d'y avoir, dans les prochains chapitres, pas mal de références à Memento Audere Semper, la préquelle de cette fiction. J'expliquerai en commentaire de fin les références, si vous n'avez pas envie de lire 80 pages juste pour les comprendre ;) Bref, merci d'avoir lu, et à la prochaine fois ! Banzai !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales