Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : 7 - 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 771 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 397 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 593 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 833 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 847 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1175 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Fairy Tail

Memento Vivere Auteur: Linksys Vue: 7056
[Publiée le: 2015-01-28]    [Mise à Jour: 2017-01-20]
R  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 51
Description:
[Souviens-toi que tu dois vivre.]

Gray et Juvia s'aiment, et ont décidé de s'installer ensemble. Cependant, le doute s'installe avec eux et, pour se prouver leur amour, ils décident de s'embarquer pour un long voyage ... Un long voyage qui les mènera aux confins de royaumes étrangers, dans des régions arides et désertes. Ils y découvriront beaucoup de choses sur eux-même, et découvriront qu'ils s'aiment bien plus qu'ils ne le pensent. Juvia apprendra à accepter ses orgines et son ascendance, plutôt que de la craindre. Gray apprendra à ne plus avoir peur de ce que Juvia meure par sa faute. Ils feront aussi de nombreuses rencontres inattendues ... Mais ça, ils ne le savent pas encore.

NEWS 20/01 : après un an de branl ... occupation intellectuelle intense, j'ai terminé et publié la partie IV !

♦ AVANCEMENT :
Partie V : ░░░░░░░░░░ 0%
Crédits:
Tout l'univers appartient à Hiro Mashima ainsi que les personnages, à l'exceptions de lieux et personnages de ma propre création.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

I'm laying down, eating snow

[2546 mots]
Publié le: 2015-04-24Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Après un bref retard, voici venir le dix-huitième chapitre ! Profitez bien, et bonne lecture !

Chapitre 18 : I'm laying down, eating snow


- Une chasseuse de dragons ? Répéta Gray, comme s'il ne connaissait pas le terme.

- Parfaitement ! Renchérit Yepa, visiblement fier de cette caractéristique de sa maîtresse.

Gray fixa alors l'Exceed, qui ressemblait furieusement à Carla, et semblait avoir les mêmes manières hautaines.

- Je connais quelqu'un qui te ressemble beaucoup, lui dit-il de but-en-blanc.

- Tu connais d'autres Exceeds ? S'étonna la chatte.

- Oui, plusieurs, qui sont dans ma guilde. Ça te choque ?

- Comment s'appellent-ils ?

- Happy, Carla et Panther Lily.

- 'Connais pas, répondit froidement Yepa, en détournant le regard.

- Pourquoi as-tu été envoyée pour nous chercher ? Demanda alors Juvia.

- C'est une mission de ma guilde. On a reçu un message magique, il y a une semaine, de la part du Gardien du Nord, disant qu'on devrait guetter l'arrivée de deux mages, dont vous correspondez parfaitement au signalement qu'il nous a donnés. Il a aussi dit qu'il faudrait vous escorter jusqu'à la guilde, par mesure de sécurité.

- Qui est ce fameux Gardien du Nord ? Demanda Gray.

- Personne ne sait vraiment, à la guilde, à part Tengaro et Blueberry. C'est un ami du maître, et un membre honoraire de la guilde. Parfois, il nous demande un service, comme là.

- Et pourquoi as-tu été envoyée spécifiquement ?

- Parce que j'avais envie. Et puis, c'est une mission où ni vous, ni moi, ne doivent être vus par les soldats.

Sur ces mots, Kisima tourna sur elle-même, pour bien montrer la blancheur de son manteau.

- Cette mission était faite pour moi.

Après un court silence, Gray reprit.

- Tu es vraiment une chasseuse de dragons ?

- Oui.

- Quel était le dragon qui t'a élevée ?

- Amarok. Il m'a appris la magie du chasseur de dragons arctiques.

- Est-ce que tu connais Ignir, Metallicana ou Grandiné ?

Ces noms éveillèrent l'attention de Kisima.

- Amarok m'en parlait, quand j'étais petite. Mais il a disparu. Ces dragons aussi, je me trompe ?

- Non. Était-ce le 7 juillet X777 ?

Kisima ne dissimula plus son étonnement.

- Comment tu sais ? Tu es aussi un chasseur de dragons ?

Cela fit rigoler Gray, qui répondit :

- Non, mais certains de mes amis le sont.

- Oh, je vois. Allez, il ne faut pas traîner. Les soldats du roi vous cherchent avec assiduité depuis plusieurs jours : il ne faut pas être vus. La guilde se trouve à encore quelques heures de marche, nous y serons bientôt.

Juvia était parti regarder dans le chariot. Il ne restait plus beaucoup de vivres à emporter.

- Détachons les chevaux, dit-elle. Tant pis pour la charrette.

Surpris par cette prise d'initiative, Gray accepta l'idée, avant de comprendre que Juvia était irritée par la présence d'une autre figure féminine forte. Ils éteignirent le feu, et chargèrent leurs bagages de chaque côté de la selle de leurs chevaux, et montèrent. Juvia se félicitait d'avoir mis son fidèle manteau bleu, plutôt qu'une des robes traditionnelles emportées du village, qui l'auraient empêchée de monter correctement.

- Monte derrière Juvia, dit-elle à Kisima, avec un empressement qui fit comprendre à Gray qu'elle ne voulait pas que la chasseuse de dragons s'approche de lui à moins de cinq mètres.

- Ça ira, je courrai avec vous.

- Mais, la neige … Marmonna Juvia, étonnée.

- Là d'où je viens, il faut courir plusieurs heures avec de la neige jusqu'aux genoux, pour trouver de la nourriture.

- Mais d'où tu viens ? S'étonna Gray, qui ne reconnaissait aucune ethnie dans les traits de la jeune femme.

Elle retira alors l'épaisse capuche de son manteau. Elle avait la peau hâlée par la réverbération du soleil sur la neige, et des pommettes plutôt saillantes. Ses iris étaient si bruns qu'on les confondait facilement avec le noir des pupilles. Ses cheveux, qui tombaient en mèches désordonnées sur son front et sur ses épaules, étaient noirs et lisses.

- Je viens du nord.

- C'est vague, le nord, répondit Gray. On en vient, et il n'y a personne qui te ressemble, là-bas.

- Le Draupnir, c'est le sud. Tout ce qui se trouve au sud des montagnes, c'est le sud. Moi, je viens d'au-delà des montagnes. Du vrai nord.

- La mer de glace … Murmura Juvia. Tu es née là-bas ?

- Il y a beaucoup de choses, au nord, observa Gray.

- Il n'y a rien de plus au nord que mon peuple, répondit Kisima.

Elle parlait avec une fierté mal dissimulée.

- Que fais-tu si loin au sud ? Demanda Juvia.

- Je vis, tout simplement. Allez, le moment n'est pas à la discussion. Vous me poserez des questions quand on sera à la guilde. Pour le moment, on doit réussir à se tirer d'ici sans être vus.

Sur ces mots, elle s'élança vers la sortie du vallon. Éperonnant leurs montures, Gray et Juvia la suivirent. Encore quelqu'un avec un caractère bien trempé, pensèrent-ils.

Ils découvrirent bien assez tôt que Kisima ne mentait pas, à propos des soldats. La région pullulait de patrouilles, dont ils voyaient les traces dans la neige fraîche. Cela leur donna des ailes, et même quand Gray et Juvia poussèrent leurs montures au galop, Kisima suivit sans souci.


Quand ils sortirent du petit bosquet qu'ils traversaient, Gray et Juvia surent qu'ils étaient bientôt arrivés. Un immense arbre dépassait l'horizon, et on pouvait voir à ses pieds les toits d'une ville, qui semblait elle-même assez grande. L'arbre, de toute évidence un chêne, portait toujours ses feuilles, malgré la rude froideur et la neige.

- Nous voilà presque à Grand Chêne, déclara Kisima, comme ils s'approchaient de la ville par une petite route peu usitée.

- C'est vrai, que la ville est entièrement peuplée de mages ? Demanda Juvia, alors qu'ils arrivaient dans les rues.

- Oui, répondit Kisima. Même les enfants, ici, connaissent la magie.

- Pourquoi une telle concentration ? Demanda Gray.

- On t'expliquera à la guilde, répondit Kisima.

Elle rejeta sa capuche en arrière, et secoua la tête pour remettre ses cheveux. Alors, quelque chose interpella Gray : la jeune femme avait, en lieu et place d'oreille gauche, une vilaine balafre qui ressemblait à une brûlure. L'instant d'après, les longs cheveux noirs dissimulaient la vision. Kisima ne se doutait de rien, mais Yepa, qui suivait sa maîtresse aussi vite que ses petites pattes le lui permettaient, avait capté le regard de Gray, qu'elle lui rendit. C'était un regard qui voulait dire « tu n'imagines pas à quel point la signification de cette cicatrice est vaste. ». Alors, Gray se promit d'en parler, dès que possible.

La plupart des passants saluèrent Kisima d'un geste de main. Quelques-un lui serrèrent même la main. Cependant, ces mêmes personnes considérèrent Gray et Juvia avec des regards peu avenants, presque hostiles.

- On n'aime pas beaucoup les étrangers, par ici, leur marmonna Kisima en se tournant vers eux.

- Pourquoi ? Demanda Gray.

- Je t'expliquerai à la guilde.

La ville semblait assez vaste, mais l'immense chêne qui trônait en son centre les empêchait de perdre l'orientation, car c'était à ses pieds qu'ils se rendaient. L'arbre pouvait bien faire trois cent mètres de haut, et ses branches surplombaient une bonne partie de la ville.

- Comment cet arbre peut-il être aussi grand ? Demanda Juvia, dont le regard se perdait dans la canopée.

- Personne ne sait quel âge cet arbre a, mais des études magiques menées par la guilde montre qu'il a au moins dix à douze mille ans. Ce qu'on sait, c'est que plusieurs civilisations sont nées, ont prospéré, et péri à ses pieds. Le tronc fait presque trente mètres de diamètre à hauteur d'yeux, et pratiquement quatre-vingt-quinze mètres de circonférence. Il faut cinquante hommes adultes bras tendus pour en faire le tour.

- Ça, c'est de l'arbre, dit Gray, la bouche béante alors qu'il regardait la cime.

- Il est interdit de grimper au sommet, ajouta autoritairement Yepa, depuis l'épaule de sa maîtresse.

Bientôt, ils arrivèrent sur une immense place, où s'affairaient beaucoup de personnes. C'était vraisemblablement jour de marché, à en juger par les étals qui fleurissaient le long des maisons. Ici aussi, les gens saluaient Kisima amicalement, et considéraient plus froidement Gray et Juvia, comme s'ils avaient été les prises de quelque chasse au monstre. Le chêne trônait en plein milieu de la place. Une grande porte en bois rouge, à double battants, haute de six mètres et large de trois, était incrustée à la base du tronc. Au-dessus, en caractères métalliques sobres, était écrit : « FORSAKEN SOULS ». Au dessus, deux autres lettres étaient accrochées, un F et un S stylisés. Le F représentait une faux au manche tortueux, et le S semblait avoir été tracé du coup sûr d'un pinceau large, tout en courbes.

- Le quartier-général de votre guilde se trouve dans l'arbre ? S'étouffa Gray, après avoir lu les inscriptions.

- Oui, répondit Kisima. Il a toujours été là, même du temps où Grand Chêne était la capitale.

Les derniers mètres jusqu'à la porte durèrent une éternité, tant Gray et Juvia étaient absorbés dans l'observation du tronc. En y faisant attention, ils découvrirent que de nombreuses petites fenêtres garnissaient le tronc. À l'invitation de leur guide, ils descendirent de selle, et attachèrent leurs chevaux aux piquets prévus à cet effet. Kisima s'approcha de la porte, et ouvrit une porte plus petite, encastrée dans le battant droit, et entra, suivie de Gray et Juvia.

- Kisima est de retour ! La revoilà ! S'exclamait-on.

Le hall de Forsaken Souls était très semblable à celui de Fairy Tail. De nombreuses tables avec des bancs permettaient aux mages de la guilde de discuter entre deux missions, et un bar servait les clients, mages ou civils. Ce jour-ci, une cinquantaine de mages se trouvaient dans le hall.

- Je suis de retour ! S'exclama-t-elle, en rejetant en arrière la capuche de son manteau immaculé.

- Ta mission s'est bien passée ?

- Ils sont sains et saufs ?

- Comment vont-ils ?

- As-tu eu des ennuis ?

- T'es libre, ce soir ?

Alors que les questions précédentes émanaient de mages de second ordre de la guilde, la dernière requête ne sortait pas de la bouche de n'importe qui.

- Va te faire mettre, Tengaro, répondit froidement, Kisima, sans même accorder un regard à sa victime.

Ladite victime, le fameux Tengaro, était un grand gaillard d'un mètre quatre-vingt-dix, à la musculature déliée mais néanmoins puissante. Il avait la peau brunie par le soleil, d'une teinte légèrement rougeâtre, et avait une épaisse touffe de cheveux bouclés, dont l'arrangement faisait penser à la coiffure de Gajil. Ses traits étaient fins, et un semblait de barbe lui garnissait le menton. Un tatouage tribal affleurait au col de sa veste de cuir noir, et un autre courait d'une oreille à l'autre, sous l'angle de la mâchoire. Du reste, il portait des habits classiques. Il allait cependant pieds nus.

Le fait d'être sèchement rembarré ne le découragea pas le moins du monde, il devait visiblement y être habitué. Dans un geste exagérément théâtral, il tomba par terre sur le dos, la main sur le cœur, les jambes en l'air.

- Toujours aussi froide et distante … Mais c'est ça qui fait ton charme !

Être l'objet des soupirs de Tengaro ne semblait pas affecter Kisima, qui continua tranquillement sa route vers le bar, où l'attendaient d'autres mages de premier ordre de la guilde.

- Le maître n'est pas là ? Demanda-t-elle, en s'accoudant au bar.

Gray et Juvia, timides, restaient un ou deux mètres en retrait.

- Non, il est encore dans ses livres, répondit la barmaid locale.

Curieux de voir à quoi pouvait bien ressembler l'homologue de Mirajane, Gray tendit le cou, et ne vit qu'une petite tête dépasser du comptoir, à la chevelure noire bouclée. Le propriétaire sauta sur ses pieds pour se tenir sur le bar avec ses bras, et ils découvrirent ainsi qu'il s'agissait là d'une fillette, qui n'avait pas plus de dix ans. Cependant, ses grands yeux avertis dévisageaient sans complexe les deux nouveaux, et elle semblait alerte dans la discussion entre les adultes. Alors, Kisima se pencha vers Gray et Juvia.

- C'est la magie d'Elia, elle peut modifier son âge à volonté. Un jour, elle a douze ans, le lendemain, elle en a vingt-huit, le surlendemain, quarante-deux. Ça dépend de son humeur.

- Le maître a dit qu'on devait le prévenir de ton retour, dit un autre mage, accoudé au comptoir.

Sa peau était sombre, presque noire, et il avait un parler grasseyant, où les R se perdaient en chemin. Ses cheveux tombaient en tresses désordonnées, et son nez épaté lui donnait un air gentil. Cependant, il parlait avec clarté et vivacité, et son regard était vif. Il portait une veste semblable à celle de Tengaro.

- Merci, Blueberry, répondit Kisima, avec un signe de tête.

Blueberry lui rendit le signe, et regarda avec beaucoup d'intérêt Gray et Juvia.

L'instant d'après, un flash lumineux envahit la pièce.

- Qui a parlé de moi ? Demanda un homme, issu du flash.

Il avait bien quarante ans, et les cheveux gris en bataille. Sa chemise grise était mal repassée, son pantalon gris tombait sur des chaussettes blanches salies par le sol. Il portait un casque audio sur la tête, et semblait prendre grand plaisir à l'écoute : il se dandinait sur place, les lèvres agitées par des paroles inaudibles. Il se tourna en direction du comptoir, toujours absorbé par la musique. Gray et Juvia virent alors la marque de la guilde, tatouée en travers de son visage. S'arrêtant net dans sa chorégraphie endiablée, il fixa les deux arrivants, d'un air hébété.

- On se connaît ? Demanda-t-il finalement.

- Euh … Non … marmonna Gray, déstabilisé par le personnage.

Il s'était toujours fait une très haute image des maîtres de grandes guildes (déjà mise à mal par le passé), mais cette image du vieux maître vénérable venait de voler en éclats.

- Vous êtes les deux jeunes gens envoyés par notre cher Gardien du Nord, je me trompe ?

- Sans doute.

- Il m'a demandé de vous poser quelques questions, pour vérifier votre identité. Qui sont les corbeaux qui accompagnent le Kyrkogrim ?

- Munin et Hugin, répondit aussitôt Juvia.

- Les messagers des dieux, ajouta Gray.

Le maître hocha silencieusement la tête.

- Quelle est la couleur des rois ? Demanda-t-il ensuite.

- Le bleu, répondit Gray.

- Et le gris est celle des rôdeurs, renchérit Juvia.

- Bon, je n'ai plus aucun doute sur votre identité, mais il y avait une troisième question à vous poser.

Il lui fallut un court instant pour se la remémorer. Un éclair d'inspiration passa sur son visage, quand il s'en souvint.

- J'y suis ! Triompha-t-il. Combien d'yeux a le roi ?

Commentaire de l'auteur Alors, ça vous plaît ? Il va y avoir des trucs intéressants, au programme du prochain chapitre ... Et vu que je suis en vacances à partir de maintenant (zone B), peu de chances qu'il y ait un retard ! Je me suis beaucoup amusé à écrire ce chapitre, qui m'a demandé énormément de documentation (vous en verrez les fruits plus tard dans l'histoire), et la suite du scénario est vraiment palpitante, j'ai hâte d'y être :3 Bref, je cesse de vous faire saliver pour aujourd'hui ! Merci d'avoir eu la patience, merci d'avoir lu, et à la prochaine fois ! Banzai !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales