Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : 7 - 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 753 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 348 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 545 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 783 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 838 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1128 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Fairy Tail

Memento Vivere Auteur: Linksys Vue: 7054
[Publiée le: 2015-01-28]    [Mise à Jour: 2017-01-20]
R  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 51
Description:
[Souviens-toi que tu dois vivre.]

Gray et Juvia s'aiment, et ont décidé de s'installer ensemble. Cependant, le doute s'installe avec eux et, pour se prouver leur amour, ils décident de s'embarquer pour un long voyage ... Un long voyage qui les mènera aux confins de royaumes étrangers, dans des régions arides et désertes. Ils y découvriront beaucoup de choses sur eux-même, et découvriront qu'ils s'aiment bien plus qu'ils ne le pensent. Juvia apprendra à accepter ses orgines et son ascendance, plutôt que de la craindre. Gray apprendra à ne plus avoir peur de ce que Juvia meure par sa faute. Ils feront aussi de nombreuses rencontres inattendues ... Mais ça, ils ne le savent pas encore.

NEWS 20/01 : après un an de branl ... occupation intellectuelle intense, j'ai terminé et publié la partie IV !

♦ AVANCEMENT :
Partie V : ░░░░░░░░░░ 0%
Crédits:
Tout l'univers appartient à Hiro Mashima ainsi que les personnages, à l'exceptions de lieux et personnages de ma propre création.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Superheroes

[2736 mots]
Publié le: 2015-03-26Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Voici le quatorzième chapitre, en temps et en heure ! Bonne lecture ! Banzai !

Chapitre 14 : Superheroes


- Pourquoi est-ce que … Commença Gray.

- Un garde royal protège le roi et sa famille. Juvia en est la dernière représentante. Tu es par conséquent tout indiqué pour devenir son protecteur attitré, en tant que garde royal.

- Mais … Vous …

- Je vois où tu veux en venir. Oui, je suis un garde royal moi aussi. Mais j'ai moi aussi quelque chose à protéger.

- C'est plus important que Juvia ?

- Presque autant. Je protège ce village et sa région. Même si ça n'a pas empêché ces malandrins de venir en visite pendant mon absence. Mais, parlons peu, parlons bien. Sais-tu de quoi est fait Shangri-Lä ?

- Non, répondit Gray.

- À l'origine, Shangri-Lä est un royaume mythique, situé par-delà les montagnes. Beaucoup ont essayé de le trouver, mais si cela s'est produit, aucun n'est revenu pour en parler.

- Quel rapport avec ce … truc ?

- Le rapport, c'est tout simplement que ce truc a été forgé à partir de métal trouvé à Shangri-Lä. Ou, du moins, là où on pense que le royaume a existé. Et ce n'est pas n'importe quel métal. La lame est entièrement en acier-étoile.

- En quoi ?

- Acier-étoile. La légende dit que c'est un cadeau des enfants des étoiles. On en trouve là où tombent les météorites, qui les amènent sans doute dans notre bas monde. Il n'existe pas de métal plus résistant que cela. On dit que même un dragon ne pourrait briser de l'acier-étoile. De plus, ce matériau possède une propriété … Intéressante. C'est un catalyseur magique.

- Mais encore ?

- Pour parler en des termes clairs, ce métal est capable de canaliser et d'amplifier la magie. N'importe quel type de magie.

- Si ce métal est si résistant, comment a-t-il été forgé pour faire cette lame ?

- On dit que la pépite à partir de laquelle fut forgé Shangri-Lä était détenue par Brego, le jötunn légendaire.

- Celui qu'on a vu ?

- Non. Brego était trois fois plus grand. Bref, l'histoire - ou la légende - n'a pas retenu le nom de celui qui s'est emparé de la pépite. Toujours est-il qu'il a pu s'emparer d'une pierre du corps de Brego, et qu'il s'en est servi pour forger la lame que tu tiens. La roche d'un jötunn durcit avec son âge, et Brego est sans doute une des créatures vivantes les plus anciennes de ce monde. Le bois du manche provient du dos du dernier grand Serpent du Nord, qui portait une partie de la montagne sur son dos tant il était grand. Ce kukri vaut plus cher que tout un pays, à mon avis. C'est un bien d'une valeur inestimable, qui doit absolument être protégé. Bref, allons dehors. Ne faisons pas attendre Juvia plus longtemps.

Ils rejoignirent la jeune femme, qui s'impatientait, et quittèrent le village aussitôt. Juvia remarqua l'étui de cuir qui pendait à la ceinture de Gray, et l'interrogea sur la nature de l'objet.

- C'est un cadeau de ton oncle, dit-il en tapotant le manche qui dépassait du cuir.


Le bivouac des bandits n'était pas à plus de quelques heures de marches, et il y parvirent vers trois heures de l'après-midi.

- J'ai l'impression que détruire les campements de bandits va devenir mon activité principale, souffla Gray, alors qu'ils n'étaient plus qu'à quelques kilomètres de l'endroit où Aguacero soupçonnait que se trouvait le camp.

- Chut, lui intima l'oncle de sa bien-aimée. Ils ont sans doute posté des gardes tout autour. On ferait mieux de ne pas se faire remarquer.

Ils avancèrent courbés en avant, se faisant le plus discrets possible. Bientôt, à travers le sous-bois, ils virent les sentinelles disposées là par les bandits.

- Comment va-t-on faire pour passer sans se faire remarquer ? Demanda Juvia.

- En les éclatant, dit Gray, qui avait hâte d'en découdre.

- Holà, du calme, le tempéra Aguacero à voix basse. Laissez-moi faire.

Il décrocha sa petite arbalète, et y chargea un carreau. Le garde le plus proche d'eux était à une trentaine de mètres, et ne regardait pas dans leur direction. Profitant de la brèche, Aguacero s'approcha à une quinzaine de mètres, et brandit son arbalète. Dans un vrombissement étouffé, la corde se détendit et le carreau jaillit. Touché à la tête, le bandit s'écroula, mort sur le coup. Tout cela n'avait produit aucun bruit, et les autres sentinelles continuaient paisiblement à scruter le fond des bois. Ils continuèrent leur progression lentement, silencieusement. Le campement consistait en un amas de tente, plus ou moins organisé en cercle autour d'un grand bûcher. Les bandits allaient et venaient, comme si de rien n'était. Certains étaient assis devant leur tente, occupés à réparer leur armement. D'autres s'occupaient de surveiller des marmites au-dessus du feu. Visiblement, aucun d'entre eux ne s'attendait à être attaqué. Après avoir estimé les forces en présence, Aguacero quitta le couvert des fougères, et avança franchement vers le cercle des tentes. Quelques bandits le repérèrent, et donnèrent aussitôt l'alarme. Le garde royal ne leur laissa pas le loisir d'en faire plus : joignant les mains, il invoqua le même sortilège qui les avait balayés, lors de l'attaque du village.

- Par les serres de Nídhögg ! S'exclama-t-il.

À la lumière du jour, il apparut clairement à Gray que le torrent prenait la forme d'un immense dragon longiligne, replié sur lui-même en anneaux. L'attaque traversa le camp de part en part, laissant une marque de dévastation sur le sol. Alertés, les autres bandits accoururent de toutes parts, brandissant épées et pistolets.

- Lequel est le chef ? Demanda Aguacero.

Le silence se fit.

- Pas grave. De toutes manières, je n'avais rien à lui demander.

Il fondit dans la masse, brandissant son kukri. D'abord inactifs, Gray et Juvia se joignirent à la bagarre. Les bandits commirent l'erreur de les sous-estimer, ce qu'ils regrettèrent fortement lorsqu'une simple attaque coordonnée en envoya valser une demi-douzaine dans les buissons. La contre-attaque s'organisa difficilement, mais quelques bandits groupés parvinrent à s'approcher assez près des mages pour les menacer de leurs armes. Un coup de feu retentit un moment, mais le tireur tremblait tellement que le coup se perdit dans la forêt, au lieu de toucher Aguacero. Celui-ci bondit sur le groupe le plus proche, et saisit deux malandrins. Il les fracassa l'un contre l'autre, et s'occupa du reste de la troupe. Les pans de sa veste voletaient comme il sautait d'un ennemi à l'autre, et à chaque fois qu'il la soulevait, la lame de son kukri brillait comme du métal poli.

Bientôt, il ne restait plus aucun bandit en état de combattre, dans le camp. Cependant, l'expédition punitive n'avait pas déniché le chef, ou celui qui en tenait le rôle.

- Fouillons un peu la zone, déclara Aguacero en rangeant son kukri.

Ils trouvèrent beaucoup d'armes dans le camps, et des provisions en grande quantité. Cependant, quelque chose d'étrange se trouvait près de la plus grande tente du camp, approximativement située au milieu : un empilement de caisses en bois, de tailles variables. Il y en avait peu ou prou une dizaine. La plus petite était à peine plus grande qu'une boîte à sucre, la plus grande aurait plus contenir deux hommes adultes recroquevillés. En soi, la présence de marchandises dans un tel lieu n'avait rien d'étrange. Mais, en l'occurrence, ce n'était pas n'importe quelle marchandise. Chaque face de chaque caisse portait un symbole peint en or, à l'aide d'un pochoir : deux clefs croisées sous un chêne majestueux.

- Les armoiries du royaume de Captio, commenta Aguacero en désignant le symbole sur une caisse. Si ça, c'est pas une preuve que l'armée royale sponsorise les bandits qui nous harcèlent …

Ils ouvrirent plusieurs caisses, dans lesquelles ils trouvèrent de l'armement, des vivres, et des artefacts magiques. La dernière caisse qu'ils ouvrirent était de taille moyenne, et contenait ce à quoi ils s'attendaient. Posés dans de la paille, il y avait toute une cargaison de bombes à feu magique, exactement comme celles qui avaient bouté le feu aux maisons du village.

- Quelles saloperies, jura Aguacero. Il faut les détruire sur-le-champ.

- Mais ça va exploser ! S'exclama Juvia.

- Le feu, ça me connaît. Je surveillerai ça. Allez plutôt faire le tour de la zone, il y a sans doute des bandits qui sont encore planqués.

Les deux jeunes gens s'éloignèrent lentement. Ils regagnèrent Aguacero empiler les caisses au centre du camp. Un bruit sourd déchira l'air et, l'instant d'après, une colonne de flammes de plusieurs mètres dévorait le tas de caisses. Aguacero avait reculé de quelques mètres, mais guettait les flammes, prêt à intervenir.

Alors qu'ils s'éloignaient du campement, Gray et Juvia aperçurent un brigand, qui tentait de prendre la fuite. Ils tentèrent de le rattraper, mais celui-là courait trop vite pour eux. Ils abandonnèrent la poursuite au beau milieu des bois.

- Bon, on n'a plus qu'à espérer en trouver d'autres, maugréa Gray.

Seul le silence lui répondit. Normalement, Juvia lui aurait répondu.

- Juvia ? Dit-il, inquiet.

Il se retourna. Elle n'était plus derrière lui, alors qu'elle s'y trouvait encore quelques secondes plus tôt. Il n'y avait aucune trace d'elle dans son champ de vision (qui était déjà obstrué par le sous-bois touffu). Affolé, il cria.

- Juvia ! JUVIA !

Au loin, il entendit un cri étouffé, presque couvert par le ronflement du brasier (qui s'entendait jusqu'ici). Cela suffit à le guider dans la bonne direction. Il s'élança, sautant par-dessus les ronciers.

Juvia se débattait comme elle le pouvait. La magie qui la retenait était étrange, et l'empêchait de faire usage de ses propres capacités. Ses forces la quittaient peu à peu, et il lui fallut lutter pour émettre un cri de détresse. Aussitôt, son ravisseur lui intima de se taire. Il la réajusta sur son épaule, comme un sac à patates, et pressa le pas. C'était vraisemblablement un bandit, qui comptait tirer une bonne rançon de sa capture.

Le bandit marcha pendant plusieurs kilomètres, avec sa captive sur une épaule. Mais l'épuisement se fit bien vite sentir, et il avait soif. Il connaissait bien la région, et une cascade coulait à proximité : on pouvait déjà en entendre le grondement. Cependant, la cataracte se trouvait au fond d'un vallon encaissé, dont l'accès était très difficile. Cela fut compliqué de s'y rendre. Juvia, qui était réduite à l'incapacité, avait abandonné toute idée de résistance. Comment avait-elle put se faire prendre aussi facilement ? Elle pourchassait un bandit avec Gray, dans la forêt, quand soudain quelqu'un s'était saisi d'elle par-derrière. Ensuite, elle s'était réveillée sur les épaules d'un bandit, dont elle ne connaissait toujours pas le visage. Au fond d'elle, elle savait que Gray, et sans doute Aguacero également, s'étaient mis à leur poursuite. Cela ne l'empêchait pas de s'en vouloir terriblement : cela allait leur causer beaucoup trop de souci. Et puis, si elle avait été plus attentive, au lieu de se morfondre sur l'élégance de Gray, elle n'aurait pas été attrapée si facilement.

Gray, pour sa part, courait sans relâche. La piste du ravisseur écrasait de nombreux bosquets de ronce, ce qui permit au jeune homme de suivre sans soucis. Après plus d'une heure de course, il sentit la fatigue le rattraper. Et il n'y avait toujours aucune trace de Juvia. Désespéré, il tomba à genoux dans l'humus, et regarda la cime des arbres au-dessus de lui. Il en profita pour reprendre son souffle. Alors qu'il allait se relever, il sentit que quelque chose n'allait pas. Une étrange sensation de froid se répandait le long de sa jambe, la jambe contre laquelle battait le fourreau de Shangri-Lä. Intrigué, il comprit cependant rapidement que le problème venait de l'arme elle-même. Il la tira de son fourreau. Le manche était à température ambiante, mais lorsqu'il toucha la lame, il découvrit qu'elle était froide. Extrêmement froide. De plus, le métal brillait presque. Grey se regarda dedans, tant le reflet était poli. Et le reflet que lui renvoya la lame l'effraya. Pendant un court instant, une foultitude de possibilités toutes plus horribles les unes que les autres s'étaient bousculées dans sa tête. Toutes ces possibilités comportaient la mort de Juvia, d'une manière ou une d'une autre. Sous le coup de la surprise, il laissa tomber l'arme par-terre. Le sol gela dans un rayon de plusieurs mètres. Hésitant, Gray se pencha pour reprendre l'arme. La lame était retournée à une température normale, lorsqu'il la toucha. C'est alors qu'il prêta attention à un bruit de fond de la forêt, auquel il n'avait pas encore prêté attention. C'était le bruit de l'eau, lointain, mais identifiable entre milles. Peut-être était-ce Juvia, aux prises avec quelque ennemi ? Il s'élança. Il arriva au bord d'un vallon encaissé, aux pentes presque verticales.

Malheureusement, ce qu'il avait pris pour le bruit du combat de Juvia n'était qu'une cascade, qui avait tout de même presque cent mètres de haut. Dépité, il s'assit contre un arbre qui bordait le vide, et scruta la zone. Il remarqua aussitôt qu'en contrebas, au bord du lac qui recevait la cascade, se trouvaient deux personnes, dont une tout de bleu vêtue. Il peinait à croire à sa chance : c'était indubitablement Juvia et son ravisseur. Une sensation étrange sourdit dans son cœur. La dernière fois qu'il l'avait ressentie, ç'avait été en pourchassant puis en tuant l'archer, au Mont Yakobe, qui avait failli prendre la vie de Juvia. Voilà, c'était une pulsion meurtrière. Tuer ce bandit était sa priorité absolue, désormais. Mais il fallait un plan d'attaque. Si le coupable avait réussi à prendre une mage aussi forte que Juvia, c'était qu'il était lui-même assez fort. Et puis, la captive et son ravisseur se trouvaient de l'autre côté de l'encaissement.

Alors, il longea le bord du précipice, jusqu'à arriver au niveau de la cascade. Il sauta de rochers en rochers par-dessus les rapides qui précédaient la cataracte. Le torrent de montagne qui alimentait cette dernière était particulièrement puissante, et Gray ne donnait pas cher de sa peau, s'il y tombait. Il parvint toutefois à la rive opposée sans tomber nulle part. Reprenant sa lente progression, il continua à longer le rebord, jusqu'à arriver au niveau où se trouvaient Juvia et le ravisseur. Alors, commença la longue descente. Par chance, de nombreuses racines garnissaient la paroi, et il put descendre en sécurité, sans attirer l'attention. Une dizaine de mètres au-dessus du sol, une toute petite corniche se détachait de la falaise rocheuse, tout juste assez large pour lui permettre de s'y accroupir. Le bruit assourdissant de la cascade ayant recouvert celui de sa descente, Gray était toujours incognito. Alors qu'il soupesait ses chances, le ravisseur commit une erreur fatale. Il tourna le dos à Juvia, et s'approcha du bord du petit lac ridé par la puissance de la chute, sans doute pour y boire un peu. Gray sortit Shangri-Lä, et bondit sur le ravisseur avec la vivacité d'un félin. À l'apogée de son saut, le fil du kukri intercepta les rayons du soleil. Le bandit ne se retourna qu'au dernier moment, quand le jeune homme était sur lui. Gray le saisit au col tout en le plaquant au sol. Assis à califourchon sur le bandit, il brandit son kukri aussi haut qu'il le pouvait. L'arme scintilla au soleil une dernière fois, avant de s'abattre avec force, sur la gorge du bandit.


Commentaire de l'auteur Alors, ça vous a plu ? Je ne sais pas quand je pourrai mettre en ligne le prochain chapitre (qui n'est même pas encore commencé) car je vais devoir faire une pause dans cette histoire. Une courte pause, hein, rassurez-vous : une semaine, tout au plus. En effet, comme annoncé dans le commentaire de fin du précédent chapitre, je participe à la Gruvia Week sur tumblr, et je dois absolument terminer mes one-shots à temps pour l'occasion >w< Du coup, j'en profiterai également pour reprendre un peu d'avance sur Memento Vivere ;) Ah, aussi, je suis désolé à propos des détails que j'avais promis, les impératifs du scénario m'ont empêché d'en mettre TT_TT je me rattraperai, promis :3 Allez, merci d'avoir lu, et à la prochaine fois ! Banzai !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales