Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : 7 - 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 753 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 348 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 545 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 783 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 838 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1128 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Fairy Tail

Memento Vivere Auteur: Linksys Vue: 7048
[Publiée le: 2015-01-28]    [Mise à Jour: 2017-01-20]
R  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 51
Description:
[Souviens-toi que tu dois vivre.]

Gray et Juvia s'aiment, et ont décidé de s'installer ensemble. Cependant, le doute s'installe avec eux et, pour se prouver leur amour, ils décident de s'embarquer pour un long voyage ... Un long voyage qui les mènera aux confins de royaumes étrangers, dans des régions arides et désertes. Ils y découvriront beaucoup de choses sur eux-même, et découvriront qu'ils s'aiment bien plus qu'ils ne le pensent. Juvia apprendra à accepter ses orgines et son ascendance, plutôt que de la craindre. Gray apprendra à ne plus avoir peur de ce que Juvia meure par sa faute. Ils feront aussi de nombreuses rencontres inattendues ... Mais ça, ils ne le savent pas encore.

NEWS 20/01 : après un an de branl ... occupation intellectuelle intense, j'ai terminé et publié la partie IV !

♦ AVANCEMENT :
Partie V : ░░░░░░░░░░ 0%
Crédits:
Tout l'univers appartient à Hiro Mashima ainsi que les personnages, à l'exceptions de lieux et personnages de ma propre création.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

If I had a heart

[2518 mots]
Publié le: 2015-03-18Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Voici venir le douzième chapitre ! Encore quelques révélations ! Bonne lecture !

Chapitre 12 : If I had a heart


Juvia resta coite, un court instant. Elle refusait d'y croire.

- C'est vrai, dit Aguacero derrière elle.

Aucun trémolo ne soulevait sa voix.

- Cela n'est pas exact. Il y a seize ans, tes parents ont été tués par des sbires du roi, envoyés dans le but de tuer tout ce qui restait de notre famille. Disons que je n'ai pas pu intervenir à temps.

Juvia resta immobile. Puis, laissa les cristaux choir au sol, elle se jeta sur Aguacero, toute fureur. Les meurtriers n'avaient beau rien à avoir avec son oncle, apprendre que celui-ci n'avait rien fait pour sauver ses parents la révoltait, la mettait hors d'elle. Comment cela était-il possible ? Mais tout ce qui comptait pour elle, désormais, c'était la vengeance. Dans sa colère incontrôlée, elle n'aurait de cesse d'extirper toute vie de son oncle. Gray voulut se jeter sur elle pour l'en empêcher, car il ne connaissait que trop bien la folie qu'on ressentait, en découvrant celui qui avait ôté la vie à ses parents. Mais Aguacero fut plus rapide. D'un seul geste, il contra le coup de poing que lui destinait Juvia, et la saisit par le poignet, fermement. Il la retourna contre lui, la maintenant en lui tordant le bras. De sa main libre, il posa deux doigts sur son cou, prêt à le transpercer d'un jet d'eau.

- Ne gâche pas ce pourquoi j'ai laissé tes parents mourir !

- Pourquoi ? S'exclama Juvia, s'étouffant de sanglots. Pourquoi n'as-tu rien fait ?

- Parce que les assassins en avaient non seulement après ton père, ta mère et moi-même, mais aussi et surtout après toi. C'est pour te permettre de vivre, que j'ai fait ça. Tes parents n'auraient pas agi différemment, crois-moi.

Apprendre cela laissa Juvia bouche bée. Elle attendait d'en savoir plus.

- Pourquoi ont-ils été tués ? S'enquit-elle.

- Parce qu'ils comptaient déclencher une révolution. Et si personne ne les avait interrompus, ils y seraient arrivés. Depuis la déchéance, chaque génération de la famille Loxar a nourri l'espoir de regagner le trône du Draupnir. Il y a seize ans, la conjecture était idéale. Le pouvoir royal s'affaiblissait, et la misère s'étendait sur le royaume. Ta mère avait toujours eu des idées dissidentes, et ton père la soutenait dans tout ce qu'elle faisait. Elle avait des partisans, beaucoup de partisans. Elle comptait déclencher une révolution, et Sa Majesté le Roi ne l'aurait pas toléré. De plus, ça faisait bien trop longtemps que le trône de Captio guettait l'occasion parfaite d'anéantir les derniers restants de la famille Loxar.

- Je ne te demande pas de me pardonner. Retourne écouter tes parents, ils ont encore des choses à te dire. Si tu as vraiment envie de me tuer, eh bien soit. Mais tu attendras d'être ressortie avant de vouloir t'y essayer. Le Kyrkogrim ne tolérera pas que la moindre goutte de sang soit versée ici.

Gray aida Juvia à se relever, et l'amena près de là où gisaient les cristaux. Elle les reprit dans sa main.

- C'est vrai ? Aguacero vous a vraiment laissés mourir ? Demanda-t-elle, en recommençant à sangloter.

Il y eut un court silence.

- Oui, dit sèchement la voix de son père. En nous regardant.

- Nous ne sommes plus que des esprits, maintenant, dit la voix maternelle. Des esprits piégés à la mort de nos corps. L'ombre de ce que nous étions. La haine, la douleur, tout ça sont des sentiments superflus pour un simple esprit, dont la Lacrima se vide peu à peu de sa magie. Si nous avons un regret, c'est bien celui de ne pas t'avoir vu grandir, Juvia … La vie a dû être difficile, toutes ces années …

- Raconte donc à tes parents, dit la voix paternelle.

Et Juvia, dont la voix était toujours secouée de sanglots, raconta. Elle leur raconta comment elle avait rejoint Phantom Lord, comment elle avait rencontré Gray, comment elle avait rejoint Fairy Tail, les grandes missions qu'elle avait vécu au sein de la guilde, et comment elle avait commencé à fréquenter intimement Gray.

- La moitié d'une vie, gâchée par les ambitions d'une descendante de rois … Soupira la mère de Juvia.

- Toi, là, le type à côté de la fille d'Halitus. C'est quoi, ton nom ?

- Gray … Gray Cloud Fullbuster, m'sieur.

Juvia et Aguacero s'étonnèrent de cette invention de nom, mais ne dirent rien, car l'idée était somme toute assez bonne.

- Gray Cloud … Ça claque bien, ouais. Je compte sur toi pour rendre la fille d'Halitus heureuse tout les jours, est-ce bien clair ? Sinon, compte sur Halitus pour revenir te hanter chaque nuit, jusqu'à la tombe.

- Gray Cloud, reprit la voix de la mère de Juvia. Si tu l'aimes vraiment, tu dois la protéger. Endosse la veste bleue, deviens son garde royal.

- Son quoi ?

Aguacero intervint.

- La garde royale est une unité militaire d'élite, aussi vieille que le Draupnir lui-même. Sa vocation a toujours été, comme son nom l'indique, de protéger le roi du Draupnir et sa famille. À l'époque du royaume, il y avait vingt-quatre membres permanents dans cette garde. Après la déchéance, ce nombre a chuté à moins de dix, et ces dernières années, les seuls à avoir endossé la veste bleue étaient des Loxar eux-même, désireux de protéger leur famille. Ça va vous paraître ironique, mais … Je suis l'un des derniers membres de cette garde encore vivants. Georg, l'hôtelier, l'était aussi, dans sa jeunesse.

- Tu étais censé protéger ma mère et mon père, et tu n'as rien fait pour les empêcher d'être TUÉS ! Rugit Juvia, dont la rage faisait un nouveau bond.

Elle se leva, et se planta devant son oncle.

- J'ai failli à mon devoir, en effet. Mais qui garde les gardes ? Leur conscience, peut-être ? Sais-tu pourquoi tu est la seule personne que j'ai sauvée ? Parce que tu es l'héritière. De plus, tes parents ont eu énormément de mal à t'avoir, et n'auraient sans doute pas pu avoir de deuxième enfant. Si c'était toi, qui avait été tuée, les choses auraient été bien pires. Ta propre survie compte avant tout, pour un garde royal. Et puis, la région a été épargnée d'une guerre inopportune. C'est le seul bien fait de cet acte de lâcheté commandité par le roi. Après le … Décès de tes parents, je t'ai emmené avec moi, de l'autre côté du détroit, et je t'ai confié à un orphelinat. Une guilde de magiciens se trouvait dans cette ville, et avant d'en repartir, je suis allé voir le maître de cette guilde, pour t'y recommander. Tu n'avais que sept ans, à l'époque, mais déjà de grands pouvoirs. Si j'ai bien compris ce que tu as raconté à tes parents, ce même maître t'a invitée dans sa guilde quand tu avais quinze ans, c'est bien ça ?

Juvia ne cachait pas son étonnement. Depuis qu'elle avait pénétré dans ce sanctuaire, elle tombait de surprise en surprise. D'abord, elle apprenait qu'elle descendait d'une lignée de rois. Ensuite, elle avait appris que son propre oncle avait sciemment laissé ses parents mourir. Et maintenant, elle apprenait que ce même oncle fratricide l'avait recommandée auprès de maître José, le premier mage à avoir jamais reconnu son talent en tant que tel. Bien que José était tout aussi abject que le ramassis d'ordures qui composait sa guilde, en faire partie avait été une expérience que Juvia aurait put qualifier de « constructive ». Et puis, elle y avait rencontré Gajeel, le frère dont elle avait toujours voulu.

- Tu dois vivre, Juvia, dit Gray. Tu ne dois pas t'arrêter sur ton passé. Oublie qui sont tes ancêtres, oublie pourquoi tes parents sont morts. C'est seulement en faisant ça que je me suis rendu compte que je t'aimais.

Étonnée, Juvia le regarda. Ils faillirent s'embrasser.

- Ho là ! Avant le mariage, c'est pas permis, ça ! Gronda Halitus.

- Oh, mais tais-toi donc ! Rétorqua Pluvia. On ne peut pas les empêcher d'être jeunes ! Et puis, tu ne parlais pas de mariage, quand on avait leur âge, il me semble.

- Oh, c'est bon, c'était il y a vingt-cinq ans, tout ça …

Pour la première fois depuis de longues minutes, Juvia cessa de pleurer, et commença même à sourire. Ainsi donc, ils étaient comme ça, ses parents. Cependant, une autre question importante lui vint en tête, et il lui fallait absolument la poser.

- Si vous avez été tués … Pourquoi est-ce que dans mes souvenirs, vous êtes morts de maladie ?

- C'est mon fait, intervint Aguacero. En arrivant à Fiore, je t'ai amené à un mage mémoriel, pour t'éviter les mauvais souvenirs. Au départ, je voulais qu'il invente une excuse dans ta mémoire, par exemple, que tes parents t'avaient envoyé à Fiore pour que tu y aies une meilleure vie. Mais, et je me souviens exactement des mots de l'homme : « le traumatisme de cette petite est beaucoup trop profonde. Perdre ses parents d'une manière si violente à un si jeune âge, ça ne s'oublie pas. Même la magie ne peut pas effacer ce genre de stigmates. » Alors, je lui ai demandé s'il pouvait au moins modifier une part de tes souvenirs, et c'est ce qu'il a fait.

Cela révolta Juvia, dont le joli visage recommença à se gâter de larmes.

- Même mes souvenirs sont faux ? Il y en a d'autres, comme ça, des souvenirs inventés ? Toute ma vie est un mensonge, c'est ça ?

Elle se jeta sur Gray, et se laissa aller dans ses bras. Il la saisit par les épaules, et la secoua un peu.

- Est-ce que je suis un mensonge, moi ? S'exclama-t-il. Est-ce qu'on est tous des mensonges, à la guilde, hein ? Non !

Juvia tenta de ravaler ses larmes, mais ce n'était pas évident. Toute sa vie durant, elle avait vécu sans se soucier de son nom de famille, de son ascendance, ou même de pourquoi elle déclenchait des intempéries quand elle était de mauvaise humeur. Mais là, en l'espace d'un quart d'heure, tous les fondements de sa vie, tout ce sur quoi son passé s'appuyait, tout cela avait été impitoyablement balayée, la laissant aussi désorientée et sans repères qu'un jeune louveteau à peine né. Elle avait l'impression de se noyer dans la réalité. Maintenant, elle savait pourquoi ses parents étaient morts, et par qui.

- Comment avez-vous été tués ? Demanda-t-elle à ses parents, essuyant ses yeux d'un revers de manches.

- Tu veux vraiment le savoir ? S'enquit Aguacero.

- Égorgés, dit froidement Pluvia. Ces traîtres nous ont coupé la gorge.

- Assez traîtres pour tromper le porteur de Shangri-Lä, ajouta Halitus.

- Shangri-Lä ? Qu'est-ce que c'est ? Demanda Gray. Et son porteur, qui est-ce ?

- Le porteur de Shangri-Lä, c'est moi, et il s'agit de quelque chose dont il faudra que je te parle plus tard.

- La magie s'épuise, dit hâtivement la voix de Pluvia. Nous devons faire vite. Approchez-vous des cristaux, vite !

À genoux, Gray et Juvia s’approchèrent des cristaux, en se tenant par la main. Une étrange sensation de chaleur les enveloppa, tandis que les cristaux brillaient plus fort que jamais. Une main se posa dans le dos de Juvia, et elle regarda sur le côté. Il n'y avait rien, à part une étrange forme dorée, qui prenait une silhouette humaine. De même pour Gray, qui sentit lui aussi un contact. Les formes se précisèrent : c'étaient un homme et une femme. Ils se joignirent, fermant la boucle. Les têtes des quatre personnes, physiques comme intangible, se touchaient.

- Seize ans … Dit Halitus. Ça fait seize ans que, confinés dans ces cailloux brillants, on attend de pouvoir prendre notre fille chérie dans nos bras.

Juvia leva les yeux, confuse, et les deux formes lumineuses firent de même. C'étaient bel et bien ses parents, qui lui souriaient.

- J'm'étais promis d'pas pleurer … souffla Halitus, en se mordant la lèvre inférieure. C'est raté …

L'accolade dura plusieurs minutes, pendant lesquelles Juvia n'avait jamais été aussi heureuse. Gray était là, avec elle, et ses parents, morts depuis seize ans, étaient là aussi. Même la présence d'Aguacero, qui était pourtant presque un complice du crime, participait à sa joie. Voilà ce qu'était sa première famille. Mais les temps avaient changé, depuis. Juvia voulait sa propre famille, maintenant. Gray en faisait partie, pour commencer, mais deux, ce n'était pas assez à son goût : ils allaient devoir remédier à ça. Au bout de quelques minutes, la consistance des spectres diminua, ainsi que la portée de leur voix.

- Nous avons consommé tout ce qu'il restait de magie dans la Lacrima pour cet unique moment, expliqua Pluvia. Nous ne serons bientôt plus capables de nous exprimer, et seuls resteront dans ces pierres des esquisses de sentiments, et des souvenirs. C'est bientôt l'heure de nous dire adieu, ma fille chérie … Désolée de ne pas avoir été là pour toi. Tu comptais plus pour moi qu'un simple trône, mais j'étais aveuglée …

- Adieu, ma fille, dit Halitus. Sois forte. Vis bien. Et si tu as des enfants, ne leur donne pas nos noms. Ils n'en n'ont pas besoin. Ton pauvre vieux père aussi est désolé … Ma chérie …

La magie diminuait dans la pièce.

- Juvia aura sa propre famille ! S'exclama-t-elle en direction des cristaux. Et les enfants de Juvia auront leur propre nom ! Juvia vous promet qu'elle sera heureuse !

- Gray promet aussi, dit celui-ci, sans se rendre compte de son lapsus.

- Alors, plus rien ne nous retient ici. Juvia … Ma chérie … Je t'aime …

Ce fut les derniers mots que Juvia entendit de sa mère. Comme les cristaux cessèrent de luire, elle fondit au larme, le visage dans les mains. Cette fois-ci, elle était vraiment inconsolable.

- Je pense qu'il est temps de sortir, maintenant, dit Auacero.

Il s'approcha, saisit les cristaux par le pendentif, et les remit à leur emplacement. Juvia voulut l'en empêcher, car elle voulait garder les cristaux avec elle.

- Aucune Lacrima ne doit sortir d'ici. Le Kyrkogrim te tuera, sinon. Allez, il faut qu'on sorte. Il me reste des choses à vous dire, et ce n'est pas un endroit pour le faire, ici. Je ne suis pas le bienvenu, dans ce sanctuaire.

Commentaire de l'auteur Alors, qu'en pensez-vous ? Ça décoiffe, hein ? Le prochain chapitre sera un peu plus calme, quoi que ... D'ailleurs, à ce propos, sachez qu'avec toutes les idées que j'ai accumulées ces derniers temps (mon incontrôlable imagination a encore frappé), Memento Vivere va sans doute encore durer un bout de temps ... Il y aura encore au moins deux arcs distincts avant la fin, et sans doute plus, grâce à mon incontrôlable imagination ... C'est une bonne nouvelle pour vous, mais pour moi, ça signifie que je vais encore devoir fournir pas mal de travail x) Bref, j'espère que ça vous a plu, et à la prochaine fois ! Banzai !

PS : S'il y a des utilisateurs de tumblr ici, j'en profite pour annoncer que je participerai à la Gruvia Week, qui se tiendra du 1er au 7 avril ! Plus d'infos par ici : http://gruviaweek.tumblr.com/
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales