Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Divers


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Partenaires

Coupon GeekMeMore

Le 1er site de rencontre 100% Geek !


Appels à Textes


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Qui participe au concours GMM ?
 par   - 344 lectures  - 2 commentaires [30 janvier 2018 à 03:52:29]

Bonjour.

Je viens aux nouvelles car je ne vois aucune publication associée au concours Geekmemore.
J'aimerais donc savoir s'il y a des participants et, si c'est le cas et que vous avez déjà publié quelque chose, rencontrez-vous des problèmes pour que votre texte soit associé au concours ?

Je rappelle qu'un sous-forum a été ouvert pour que vous puissiez discuter et poser vos questions au sujet de ce concours.

Merci ^^

 

Concours Geekmemore
 par   - 823 lectures  - 1 commentaire [24 janvier 2018 à 22:52:03]

Fanfic FR et Geekmemore lancent un concours d'écriture.

Les histoires doivent être lisibles par tous, par conséquent seules les histoires classées G sont acceptées.

Vous avez de la chance, vous avez droit à deux thèmes ayant pour fil conducteur la Naissance de la nouvelle année. Naissance, au sens propre ou au sens figuré ?

1 - Est-ce une occasion pour des réjouissances ou son arrivée est-elle vue avec horreur ?
Que vous considériez la nouvelle année comme un être vivant, une entité ou un événement, que se passe-t-il ?

2 - Et si 2018 n'avait jamais existé ? Que nous ne passons pas en 2018, mais à une toute autre année ?

Un thème au choix.
Type d'histoires : Originales
Longueur du texte : novelette (entre 7 500 et 17 499 mots)
Date de début : 1er janvier 2018
Date limite : 31 janvier 2018 à minuit Échéance repoussée au 15 février 2018 à minuit

Un jury composé de bêta-lecteurs de FFFR et d'un responsable de Geekmemore décidera des gagnants.
Il y aura trois (3) gagnants : un (1) par thème peut-être (donc deux (2)), ainsi qu'un (1) coup de cœur en plus.

À vos plumes !

 


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Fairy Tail

Memento Vivere Auteur: Linksys Vue: 6878
[Publiée le: 2015-01-28]    [Mise à Jour: 2017-01-20]
R  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 51
Description:
[Souviens-toi que tu dois vivre.]

Gray et Juvia s'aiment, et ont décidé de s'installer ensemble. Cependant, le doute s'installe avec eux et, pour se prouver leur amour, ils décident de s'embarquer pour un long voyage ... Un long voyage qui les mènera aux confins de royaumes étrangers, dans des régions arides et désertes. Ils y découvriront beaucoup de choses sur eux-même, et découvriront qu'ils s'aiment bien plus qu'ils ne le pensent. Juvia apprendra à accepter ses orgines et son ascendance, plutôt que de la craindre. Gray apprendra à ne plus avoir peur de ce que Juvia meure par sa faute. Ils feront aussi de nombreuses rencontres inattendues ... Mais ça, ils ne le savent pas encore.

NEWS 20/01 : après un an de branl ... occupation intellectuelle intense, j'ai terminé et publié la partie IV !

♦ AVANCEMENT :
Partie V : ░░░░░░░░░░ 0%
Crédits:
Tout l'univers appartient à Hiro Mashima ainsi que les personnages, à l'exceptions de lieux et personnages de ma propre création.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Tell me what the rain knows

[2111 mots]
Publié le: 2015-03-10Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Voici le dixième chapitre ! Bon, il est assez court, mais je pouvais pas faire autrement pour préserver la part de révélations des prochains chapitres ... Quoiqu'il en soit, bonne lecture !

Chapitre 10 : Tell me what the rain knows


Le lendemain, Juvia et Gray ne firent pas grand-chose d'autre que de profiter des amusements de la fête du Roi. Le soir, ils commencèrent à préparer quelques bagages, pour le voyage.

Alors qu'elle mettait quelques affaires dans un sac, Juvia s'assit sur le lit, et mit sa tête dans ses mains.

- Mon oncle me cache des choses, déclara-t-elle. Des choses que Juvia devrait savoir !

- C'est pas nouveau, railla Gray. Je vais finir par croire que c'est une caractéristique familiale !

Juvia lui jeta un regard larmoyant, et il regretta absolument chaque mot qu'il venait de prononcer.

- Désolé, c'était pour rire, bredouilla-t-il.

Il s'assit à côté de sa bien-aimée, et lui caressa l'épaule.

- Je t'aiderai à trouver la vérité, dit-il.

Le lendemain, soit deux jours après la représentation, ils quittèrent le village de bonne heure, à pied. Aguacero portait un petit sac à dos, empli d'objets utiles au voyage.

- On voyage si léger que ça ? S'étonna Gray.

- Notre destination n'est pas très éloignée d'ici, et qui connaît la forêt qui s'étend au pied des montagnes sait y trouver de la nourriture.

- Promets une chose à Juvia, dit celle-ci à son oncle, alors qu'ils se mettaient en marche.

- J'écoute ?

- Promets de tout dire à Juvia. Comment et pourquoi ses parents sont morts, pourquoi personne n'est venue la chercher à Fiore, et …

- Ce voyage a pour but de te révéler ces parties de ton histoire, répondit Aguacero avant que sa nièce ne termine sa phrase. Ça, et d'autres choses dont tu ne soupçonnes pas même l'existence. Tout te sera révélé en temps utile, je le jure sur la couleur de mes cheveux.

Il se tapota le crâne en disant ça, comme s'il s'agissait d'un serment solennel dont la fiabilité ne pouvait être mise en doute.

La première partie du voyage fut assez calme, et sans encombre. Le chemin qui quittait Gungnir sillonnait entre les montagnes sans être trop pentu, ce qui permettait une progression rapide. Bientôt, cependant, les arbres - essentiellement des conifères - les encerclèrent, diminuant l'accès de la lumière solaire. Mais Aguacero se mouvait avec aisance entre les branches, comme s'il connaissait par cœur chaque bosse, chaque nœud de racines. La gaine en cuir de son kukri battait contre sa cuisse le rythme de la marche, et le bleu intense de ses habits uniformisés se détachait particulièrement, dans cet univers gris et brun. Contre la jambe qui ne portait pas sa machette, il y avait une petite arbalète en bois, accompagnée d'une poignée de carreaux passés dans un tube. Juvia se demanda à quoi allait servir tout cet arsenal, et elle eut bientôt sa réponse. Peu avant onze heures, ils entendirent un feulement sauvage, en provenance des buissons sur leur gauche. Gray et Juvia sursautèrent.

- C'est quoi, ce truc ? Demanda Gray, surpris.

- Un lynx, répondit Aguacero. On est sans doute sur son territoire. Un lynx, ce n'est pas dangereux pour un groupe de voyageurs, mais il y a des choses bien plu dangereuses que des lynx, dans le Draupnir.

Cela fit frissonner Juvia, qui craignit de rencontrer un de ces monstres qui hantait les histoires de son enfance.

- Les animaux sentent la magie et en ont peur, dit son oncle pour la rassurer. Peu de chances qu'il s'attaquent à trois mages expérimentés.

Cela rappela à Gray une question qu'il se posait depuis qu'il avait fait la connaissance du fameux tonton.

- Vous êtes fort comment ? Demanda-t-il.

Aguacero le regarda par-dessus son épaule, et dit :

- Assez fort pour te mettre au tapis sans une goutte de sueur, j'imagine.

- On essaiera, alors. Je suis bien curieux de voir si c'est vrai.

- Le dernier mage qui m'a résisté suffisamment pour que je m'en souvienne, c'était ce grand roux aux cheveux gominés, tu sais, celui de ta guilde, il y a quelques années. Il avait fait de la casse en arrivant au village, et je lui ai inculqué un peu de savoir-vivre en retour. Mais c'était un gars sympa, dans le fond. Je refuserai pas de boire un coup avec, un jour.

Gray était interloqué. Pas question qu'il affronte en duel un tel monstre - car oui, seul un monstre pouvait tenir tête au monstre qu'était lui-même Gildarts. Cela étonna même Juvia, qui ne soupçonnait pas d'avoir un oncle aussi puissant.


À midi, ils s'arrêtèrent au pied d'un grand sapin, pour prendre ce qu'Aguacero appelait un « pique-nique ». Puis, une fois repus, ils reprirent la route.

- Un voyage dans le voyage … Si c'est pas génial, ça … Marmonna Gray.

De part et d'autre, les montagnes s'élevaient. Gray s'y sentait comme oppressé, lui qui avait toujours vécu dans les grands espaces depuis qu'il sillonnait les routes. De la neige pouvait se voir au sommet de certaines, et le sommet d'autres était tout simplement dissimulé par les nuages. Le ciel était d'ailleurs obstrué par une mer de nuages d'un blanc laiteux. Avec la neige qui tombait sur les montagnes, tout était si blanc que Gray finit par se demander s'il avait existé d'autres couleurs.

Au soir, ils étaient arrivés au cœur des montagnes qui s'étendaient au nord du Draupnir, et n'étaient plus qu'à quelques heures de marche de leur destination. Mais le soleil déclinait, et il y avait la nuit des bêtes dans les bois dont il valait mieux ne pas croiser le chemin. Alors, Aguacero décida qu'il était temps de s'arrêter pour bivouaquer. Près d'une grande clairière qui bordait un lac tout aussi grand, ils dressèrent une tour de bois sec aussi haute qu'eux, et y mirent le feu.

- Plus on est éclairés, mieux c'est, dit Aguacero, en sortant quelques victuailles de son sac.

Ce fut, contre toute attente, un repas assez nourrissant. Ils allèrent se coucher de bonne heure. Aguacero prit à lui seul tout les tours de gardes, car il pouvait rester longtemps sans dormir.


Le lendemain matin, Gray ne se réveilla pas de la manière qu'il aurait le plus souhaité. Le sol tremblait avec force, et c'est justement ce qui le tira des bras de Morphée - ou de Juvia ? Il se redressa, les yeux encore à moitié fermés. Une immense silhouette était là, toute proche. Alors, tout les sens en alerte, il se dressa debout. La silhouette pouvait bien faire vingt mètres de haut, ou peu s'en fallait. Il s'agissait d'un immense amas de rocs carrés, aux arrêtes nettes, donc la forme rappelait celle d'un homme. Contrairement à de la pierre ordinaire, celle-ci bougeait, un pied après l'autre. Elle n'allait pas en direction du bivouac, mais se déplaçait très lentement, en direction des montagnes. La chose remarqua immédiatement Gray quand celui-ci se mit debout, et tourna très lentement vers lui un visage apathique, aux traits gonflés. Un peu de mousse se voyait ci et là, dans les creux et les fentes de la roche. Alors, Gray se dressa devant Juvia, qui était encore endormie, et les bras en croix, proféra une menace à l'encontre de la créature vivante. Ce n'était pas une menace faite avec des paroles, ni avec des gestes. Il libéra sa magie avec toute la puissance dont il était capable. Tout les oiseaux de la forêt, dans un rayon d'une centaine de mètres, s'envolèrent en piaillant. N'importe qui, même un mage aussi puissant que Gildarts, aurait reculé. Mais pas le géant. Il continua de fixer Gray avec son regard apathique, puis détourna la tête et continua sa lente progression, comme s'il n'accordait pas plus d'intérêts aux êtres humains qu'aux cafards.

- Putain … Souffla Gray, comme épuisé.

Il se laissa choir au sol, près de Juvia, qui dormait encore paisiblement. Enfin, elle avait dormi paisiblement jusqu'à encore récemment, car elle s'était redressée, alerté par la magie.

- Qu'est-ce qu'il s'est passé ? S'enquit-elle, presque inquiète.

- Un énorme truc est passé à quelques mètres du camp, dans le lac …

Juvia le fixa, d'un air étonné. C'est à ce moment-là qu'Aguacero fit irruption (et c'est également à ce moment-là que les deux jeunes gens se rendirent compte qu'il avait disparu).

- C'était un jötunn, expliqua-t-il, en approcha des restes du feu de camp.

- Un jötunn ? Répéta Gray, avec un air bête.

- On les appelle parfois jötnar. Ce sont des géants de pierre, qui parcourent ce monde depuis une époque où les hommes n'étaient guère plus que des singes à peine descendus de leurs arbres. Ils ne sont pas dangereux, tant qu'on ne leur veut pas de mal. Ah, et ils sont totalement insensibles à la magie.

- Y'a vraiment beaucoup de choses louches, dans ce pays.

- Captio est deux fois plus vaste que Fiore, mais a autant d'habitants. Le pays est en grande partie resté sauvage, contrairement à ton propre pays, qui a défriché la majorité de ses forêts pour l'agriculture. Le Draupnir est la plus sauvage des régions du royaume, et également celle où les vieux contes et légendes sont encore les plus vivants. On y rencontre beaucoup d'animaux que la plupart des gens croient disparus, ou légendaires.

Il avait ramené le petit-déjeuner, à savoir un vaste assortiment de baies et de racines, qu'ils firent bouillir. Cela donna une mixture étrange, mais pas mauvaise, et plutôt revigorante. Alors, ils se remirent en marche.

La neige commença à tomber une heure après qu'ils soient repartis de leur bivouac de mi-journée. Elle recouvrit bientôt tout le paysage.

« La neige, encore et toujours la neige … Elle bénit l'équipe Pilgrim Snow, on dirait ... » Songea Gray.

Depuis peu avant le départ en voyage, il formait avec Juvia une équipe officielle au sein de Fairy Tail, qui répondait au nom de Pilgrim Snow.


Plus ils s'avançaient dans la montagne, plus les bois se faisaient denses - et, paradoxalement, silencieux.

- Nous y sommes presque, dit Aguacero, alors qu'ils bravaient un épais tas de branches mortes qu'il leur était impossible de contourner.

Ses paroles résonnèrent dans le silence assourdissant de la forêt.

- C'est la neige qui fait cet effet de silence, ou bien il n'y a jamais de bruit dans cette partie de la forêt ? Demanda Juvia.

- Les deux, répondit son oncle.

Ils parcoururent encore une centaine de mètres, en direction d'une très haute montagne. Seule leur progression brisait le silence sacré des lieux. Alors qu'ils n'étaient plus qu'à une vingtaine de mètres de la base de l'à-pic qui se détachait du flanc de la montagne, un froissement d'ailes les surprit, suivit de deux croassements distincts. Alertés, Gray et Juvia levèrent les yeux.

- Ça m'a surpris, confia le mage glacial.

- Il y a des corbeaux, dans ces montagnes ? S'enquit Juvia.

- Il y en a dans toutes les montagnes. Mais ces deux-là sont les seuls à vivre dans le coin. Ce sont Munin et Hugin, les messagers du père des dieux. Ils nous ont vus, et s'en vont à tire-d'aile prévenir le Kyrkogrim.

- Le quoi ? Demanda Gray.

- Tu verras bien.

Ils parvinrent enfin au pied de la paroi. Aguacero l'inspecta, puis la longea sur plusieurs dizaines de mètres, avant de trouver ce qu'il cherchait. Une anfractuosité de la roche, pas plus large que la tranche de la main.

- Bienvenue à Álfheimr, déclara Aguacero.

- Où est l'entrée ? Demanda Gray.

- On n'entre pas ? S'étonna Juvia.

- Non. On attend que le gardien vienne nous ouvrir.

Juvia n'arriva pas à définir si son oncle était sérieux ou non. Mais Gray, lui, n'avait aucun doute sur le sérieux de son oncle par alliance.

- Le voilà, votre gardien, dit-il d'une voix blanche, en regardant en direction de la forêt.

Là, à quelques mètres entre les arbres, il y avait une grande silhouette noire, dont la tête blanche semblait être posée au sommet, et qui avançait vers eux, lentement. Un corbeau était posé sur son épaule droite, et l'autre voletait au-dessus de lui, sans vouloir se poser.

Commentaire de l'auteur Alors, ça vous a plu ? Il y a beaucoup de références mythologiques dans ce chapitre, et il y en aura beaucoup dans les autres à venir (en fait, il y en a déjà pas mal dans les chapitres déjà publiés), c'est quelque chose qui me passionne énormément :3 Bref, il faudra vraiment vous accrocher à vos chaussettes pour les deux prochains chapitres, parce qu'ils vont décoiffer sévère ;) Bon, je n'ai pas grand chose de plus utile à dire, alors je vous remercie encore une fois d'avoir lu, n'hésitez pas à faire part de vos critiques, et à la prochaine fois ! Banzai !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales