Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • #NiLa25ans !
    NiL Editions
    Nb de signes : 150 000 - 300 000 sec
    Genre : fiction
    Délai de soumission : 31/03/2019
  • Prix Saint Nicolas 2019
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 36 000 sec
    Genre : jeunesse - conte - noël
    Délai de soumission : 15/04/2019
  • La beauté
    Festivals en Pays de Haute Sarthe
    Nb de signes : < 6 300 sec
    Genre : poésie
    Délai de soumission : 25/01/2019
  • Religions d'ailleurs et de demain
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 06/05/2019
  • Créatures des profondeurs / des airs
    Reines-Beaux
    Nb de signes : > 150 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 31/05/2019
  • Le bal d'Halloween
    Reines-Beaux
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2019
  • Écologie
    H² - Fanzine
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction - teen
    Délai de soumission : 23/12/2018
  • Sortilège
    Les éditions du Faune
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 21/01/2019
  • Les Caprices de la femme en rouge
    Revue Les Caprices de la femme en rouge
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : poésie - réaliste - imaginaire
    Délai de soumission : Ouvert jusqu'à nouvel ordre
  • Musiques de parfums
    Le Cherche-Midi
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/12/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Interview de Dorian Lake
 par   - 268 lectures  - Aucun commentaire

Dorian Lake, un ancien rôliste, auteur, et éditeur chez Noir d'Absinthe, sera interviewé en direct sur la chaîne youtube de studio-Infinite.
Ils vont parler de son expérience, de littératures de l'imaginaire, et de la rencontre organisée avec lui lundi 3 décembre à l'ExtraLife Café sur le thème Conflit & enjeux : écrire une bonne intrigue.

 

Writecontrol, le couteau suisse pour écrire vos histoires
 par   - 815 lectures  - Aucun commentaire

Writecontrol est un outil d'écriture en ligne, sécurisé, accessible et personnalisable.
Ce que vous écrivez est sauvegardé automatiquement.

Éditeur de texte avec compteur de mots
gestion de chapitres
gestion des personnages
dictionnaire de synonymes
divers thèmes
des éléments modulables
recherche wikipédia
gestion de favoris
export du livre
couverture personnalisable
etc.
En bref, tout ce qu'il faut pour écrire un livre. Et encore, plein d'autres fonctions sont prévues (*) !

Et vous savez quoi ? C'est gratuit !

(*) Il y a un sondage sur le site pour savoir quelles nouvelles fonctions seraient le plus utiles.

La page facebook : https://www.facebook.com/writecontrol/

 

Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 3549 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Fairy Tail

Le jour ou nos chemins se sont croisés Auteur: The-Nalu-chan Vue: 24733
[Publiée le: 2014-07-10]    [Mise à Jour: 2015-08-27]
13+  Signaler Romance/School-Fic/Amitié/Hétéro/Lime/Psychologique Commentaires : 43
Description:
Pour faire simple, je ne vais dire qu'un mot: Pluie. Une pluie chaude, le genre d'averse qui arrive à la fin de l'été et qui annonce l'automne. Le genre de pluie qui commence sans prévenir, spontanément, avant de se terminer presque aussitôt. Et tout comme cette pluie imprévisible, une rencontre s'est faite ce jour-là.

Trois personnes. Sous un arbre. Des promesses. Des mensonges. Des larmes et des rires. Un avenir qui s'annonçait beaucoup plus coloré que ce que l'on imaginait. Une rencontre qui s'avérait beaucoup plus bouleversante que ce que l'on pouvait imaginer.

''Le jour où nos chemins se sont croisés...
était un jour de pluie. Te souviens-tu encore du moment où nos regards se sont rencontrés? ''

-----------------------------------------------------------
Couples: nalu( en principal)/ Gale
Crédits:
Tous mes personnages proviennent de l'imagination de Hiro Mashima, sauf: La prof de fraçais et Valérie Heartiflia.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Histoires de coeur

[1620 mots]
Publié le: 2015-01-11Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 23



«La vie serait un film lent mais sans moments perdus, parfaitement ajusté, loin de l'impossible réalité.»

Francis Dannemark



J’ai le cœur en miettes.

Mon esprit est divisé, hésitant, confus, désemparé. Chaotique.

Je suis perdue. Peu importe ce que je fais, peu importe le moment, mes pensées me ramènent encore et toujours à lui, me rapportent son image, ses mots, les moments de gaieté que j’ai partagé avec lui. Me rappellent à quel point j’ai été heureuse, rayonnante, pleine d’assurance. Dans la noirceur de ces dernières semaines, j’avais presque oublié tous ces petits détails, qui se sont laissé envahir volontairement par ma colère, ma tristesse, ma douleur. Par ce cœur brisé qui continuait de battre.

Je ne veux pas me souvenir de ça. Je ne veux pas resonger à ce que j’ai perdu et me remplir la tête de ces ‘’si’’ et ‘’peut-être’’ qui ne risquaient pas d’arriver. Je ne veux plus penser à lui, à son visage, à ses yeux, à ses lèvres. À ces conversations perdues.

Et pourtant me revoilà encore, en train de gratter sur cette blessure qui venait à peine de se refermer. J’avais oublié à quel point ça faisait mal de le revoir. Cette impression d’avoir le souffle coupé en permanence, de chercher de l’oxygène en vain et de t’étouffer en silence était revenue de force lorsque mes yeux se sont posé sur lui. À ce moment-là, j’avais eu tellement de choses à dire, tellement de reproches, tellement de cris à libérer.

Mais je n’ai rien dit, évidement. Je me suis contentée de continuer à m’étouffer, ainsi, seule, tremblante, perdue et confuse, en me jurant de ne plus jamais faire confiance à Mira.

«Au revoir, Lucy

Je frisonne.

-Lucy, si je ne te connaissais pas, j’aurais juré que tu avais le cœur brisé !

En sursautant, je me tournais vers Yukino et la regardais. Surprise. J’avais oublié qu’elle était à côté de moi, tellement j’étais emmêlée dans mes pensées. J’avais presque oublié que nous étions allées à un bar, que nous avions bu quelques verres et que la conversation s’est vite éteinte, faute de mots, de phrases, d’histoires à raconter. Qu’est-ce que je pourrais bien lui dire ? Qu’est-ce que je pourrais bien lui répondre, lui raconter, lui répliquer ?

Je n’ai jamais été dans une telle posture, auparavant. Avec Mira, Levy, Jubia et parfois Erza, la conversation se faisait toute seule, sans qu’on ait besoin de chercher sans succès ou de prévoir des sujets sur quoi discuter à l’avance. C’était simple, facile, et tellement confortable.

Ces discussions au soleil me manquent, à présent. Cette simplicité, ces sourires et ces rires, me manquent.

-Et te revoilà, tu replonges dans tes pensées, glousse Yukino en me faisant un clin d’œil. Alors, c’est qui l’imbécile qui t’a fait du mal ?

-Tu le connais pas, rétorque-je en prenant un air refrogné. Et je n’ai pas envie d’en parler.

Froides. Mes paroles ont été froides et ont eu pour don de clore la discussion. De la fermer, d’installer un silence entre nous, un silence glacé, inconfortable, rempli de remords. Je n’aurais pas du lui parler ainsi; après tout, Yukino ne faisait qu’essayer d’apprendre à me connaitre. Elle s’est peut-être inquiétée en me voyant ne pas lui répondre.

Mais je n’avais pas envie de discuter. Pas de ça. Pas ici. J’avais l’impression que si j’ouvrais la bouche, mon cœur continuerait de se briser encore plus, et que la douleur reviendrais, plus forte, plus présente, lancinante, indescriptible. Une douleur qui donne l’impression d’avoir l’esprit déchiré, coupé, le cœur mutilé encore et encore, avec des coups furieux, profonds. Insupportable. C’est insupportable.

Je ne comprends pas pourquoi je me sens comme ça. Un mois, un mois et deux jours étaient passés depuis que j’avais revu Natsu. Pourquoi cette douleur, pourquoi est-il aussi présent dans mon esprit, comme si je lui avais parlé hier ? Pourquoi ce regret, de ne pas avoir pu tout lui avouer, me pèse-t-il tant sur le cœur ?

-Tu sais, il y a un an, mes parents ont divorcé, soupire Yukino en regardant son verre vide. Ma mère s’est remariée avec un homme qui a deux fois son âge; cet homme-mon beau-père - a un fils d’une vingtaine d’années et je…

Nerveuse, Yukino s’arrête et me jette un coup d’œil. Hésitante elle souffle, inspire, lève la tête et semble réfléchir. Semble choisir ses mots avec précaution, avant de lancer :

-Je me suis amourachée de son fils. Qui était fiancé. Je savais que je n’avais aucune chance mais je voulais essayer…il a dit, et je cite ‘’ je ne sors pas avec des gamines’’. C’est idiot, hein, d’avoir cru ne serais-ce que quelques instants que j’avais une chance.

Un sourire amer se dessine sur ses lèvres. Elle lève la tête et regarde le plafond en clignant des yeux, en essayant de retenir ses larmes.

-Ce n’est pas comme si je l’aimais encore, essaye-t-elle de se justifier en me regardant. Mais quelque part, ça fait mal. Ça fait encore mal parce qu’il a brisé mon cœur et mon amour-propre.

Je lui souris, un peu, vaguement, mais je lui souris quand même.

J’ignore pourquoi j’ai été aussi surprise d’entendre cette histoire; peut-être parce qu’au lycée, Yukino sors avec rois gars en même temps, trois garçons qu’elle n’aime de toute évidence pas. Peut-être qu’en voyant ce comportement, je me suis forgé une idée d’elle, je lui ai collé une étiquète sur le front, une étiquète que je devais à présent enlever. Parce que contrairement à ce que je pensais, Yukino avait un cœur. Et elle est même tombée amoureuse.

Comment s’est possible ?

-Enfin, maintenant je vais bien, hein. C’est juste que je me suis dit qu’en te racontant ça, tu finiras par céder et par me dire ce qui te ronge le cœur.

-Yukino, je n’ai pas envie d’en parler. Vraiment pas. En plus, c’est une histoire stupide.

-Mon histoire aussi est débile et pourtant je te l’ai racontée !

-Je suis désolée si tu as cru que j’allais tout te raconter, mais quand je dis que je ne veux pas en parler, c’est que je n’ai pas envie d’en parler. Vraiment pas.

-Très bien, siffle Yukino en se levant. Je pensais…je pensais qu’on pourrait redevenir amies comme avant mais je vois que non. Valérie avait raison, alors; tu as vraiment changé, Lucy.

Et elle part. Comme ça, de cette façon, en me laissant en plan. Elle part à grandes enjambées furieuses et sort bar en claquant la porte, en ignorant les regards qui se tournent vers elle et les sourires pervers des garçons sur son passage.

Et quand à moi, je reste là, assise, à ne rien faire d’autre à part regarder mon amie partir, me laissant sceptique. Venait-elle vraiment de me reprocher d’avoir changé ? Moi ? De nous deux, c’est elle qui est devenue méconnaissable. Comme une inconnue ou une vague connaissance avec qui je devais me forcer d’être sympa et de fermer les yeux sur nos différences.

Mais maintenant qu’elle est partie, maintenant qu’on s’est disputées, je me sens un peu soulagée. Libre. Je n’ai plus à faire semblant, plus à forcer des sourires et des rires, plus à faire semblant de m’intéresser à tel ou tel gars, à tel vêtement, à telle voiture et à jalouser des filles qui passent en rassurant mes fausses amies qu’elles étaient beaucoup plus belles. Je n’avais plus à avoir à supporter ces regards remplis de pitié que le groupe de Yukino me lance chaque fois que je m’approche, chaque fois que je dois rentrer à pied puisque je n’avais pas de permis de conduire.

J’étais libre et soulagée, et tellement heureuse en cet instant précis mais je ne voulais pas me mettre Yukino à dos.

Je ne voulais pas non plus lui raconter ce qu’il m’est arrivé.

-Tu n’as qu’à lui dire une autre histoire. Invente, intervient une voix masculine.

Je sursaute pour la seconde fois de la journée et fais volte face.

Un garçon à peine plus âgé que moi se tient à une table et lève son verre. Un petit sourire aguicheur accroché à ses lèvres.

J’hésite à m’approcher et regarde autour de moi. Le bar est rempli et les conversations sont bruyantes; des cris, des exclamations et des rires se mélangent dans le brouhaha. Certains hommes me regardent en souriant, d’autres nous fixent avec un air intéressé. La plupart de ces personnes ont sans doute entendu l’histoire de Yukino. Ils ont sans doute écouté notre dispute, également.

Je finis par m’approcher, un sourire forcé sur le visage, les membres raides, les jambes flageolantes.

-Je vois que tu as un grand intérêt pour notre discussion, murmurais-je en m’asseyant.

Son sourire s’élargit, faisant ainsi briller ses yeux noisette.

-Je suis Luke.

Il continue de me sourire, laisse un petit rire s’échapper de ses lèvres et continue de se comporter come si nous étions de vieilles connaissances. Sa façon d’agir aussi amicalement avec moi me met mal-à-l’aise, me fait détourner les yeux, froncer les sourcils, regarder encore autour de moi en quête d’une porte de secours, fait battre mon cœur plus rapidement et mes doigts commencent à devenir glacés, figés, comme pétrifiés.

-Je suis Lucy, réussis-je à murmurer en détournant encore les yeux, en me concentrant sur a table, sur le verre qui vient d’apparaître devant mes yeux, sur mes mains, sur tout sauf sur le visage de cet inconnu.

Il rit, rigole, et je lève la tête brusquement, en me demandant ce qu’il y a de si drôle, en me sentant tout d’un coup ridicule, pathétique.

-Je le sais bien; Yukino m’a beaucoup parlé de toi, tu sais.

-Yukino ?

-Je suis son beau-frère.





Commentaire de l'auteur Ce chapitre n,est pas super réussi, je le sais...mais bon. Je n'étais pas très inspirée, lorsque je l'ai écrit. J'espère néanmoins que vous avez aimé ^^'
PS: Dans deux chapitres, Natsu va apparaître !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales