Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Les Arts
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 22/03/2020
  • Coups de vent en mer
    Marathon Editions
    Nb de signes : 18 000 - 22 000 sec
    Genre : imaginaire
    Délai de soumission : 20/01/2020
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019
  • Pôle emploi
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 06/12/2019
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Fairy Tail

La malveillance se cache derrière vos sourires de façade
[Histoire Terminée]
Auteur: Tatsushi-chan Vue: 15161
[Publiée le: 2013-11-17]    [Mise à Jour: 2014-08-25]
13+  Signaler Romance/Drame/Song-Fic/School-Fic/Sans magie Commentaires : 76
Description:
Tu sais, je te voyais, chaque jour. Ils prenaient un malin plaisir à t’insulter et à te frapper mais je n’osais rien dire. J’avais peur qu’ils s’en prennent à moi si j’interférais. Et puis, ce lundi matin, je ne sais pas pourquoi ce jour-ci plus qu’un autre, mais j’ai craqué. Quand une unique larme a roulé sur tes joues après que Sting ai lancé une insulte absolument ignoble à ton égard, je n’ai pas pu m’en empêcher. J’ai frappé Sting. Je savais que j’allais le regretter.
Mais pour rien au monde je ne serais revenu en arrière.
___________________________________
Couple à découvrir^^
Une autre de mes fanfics a dépassé les 10 000 vues, merci!:D
Crédits:
Tous les personnages appartiennent à Mashima-sensei! Un jour je brûlerai ses droits d'auteurs...XD
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 15 : Changer l'intention en force

[2525 mots]
Publié le: 2014-08-08
Mis à Jour: 2014-08-09
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Coucou les lecteurs! Comment allez-vous depuis le temps? Comme vous le saviez, ce chapitre était déjà écrit depuis un petit bout de temps mais j'étais tellement occupée que je ne l'ai pas posté! En plus, même si je le trouve pas trop mal, ça va trop vite à mon goût. Enfin en même temps avec seulement trois chapitres j'ai pas vraiment l'occasion de m'étaler:/
Sinon, Nashi tu vas être contente, alerte bébés animaux dans ce chapitre!! (bon, un seul...et qu'on connait tousXD)
Le dernier chapitre arrivera sûrement avant la fin des vacances (ces mots me terrifient, j'veux pas retourner au lycée, je crois que je vais me faire passer pour morte tiens!x)) Et sinon, j'ai aussi commencé ma school-fic avec magie, elle sera de 12 chapitres et j'en ai déjà écrit 7 en 5 jours tellement j'étais motivée!!! mais là le 8 et 9 ne m'enchantent pas vraiment je voudrais bien ne pas avoir à les écrireXD Par contre cette fois je commencerais à la poster quand elle sera pratiquement terminée pour ne pas faire attendre les lecteurs.
Bon, assez de blabla, bonne lecture!!

Le lendemain, je m’étais préparé comme à mon habitude. Une fois mon sac récupéré ainsi que les clés de la maison, je retournai dans l’entrée. En passant je vis mon père, qui n’avait pas bougé depuis hier soir. Ma mère devait certainement être partie travailler. Mais après tout, ce n’est pas comme si ça avait la moindre importance. En passant devant mon géniteur, celui-ci remua et me jeta un coup d’œil torve. Je m’empressais de passer la porte d’entrée avant qu’il ne se lève pour se défouler encore, comme hier.

Je me figeais, la porte encore entrouverte, en voyant que Yukino se tenait sur le seuil.

 - Mais qu’est-ce que tu fais là ?! demandais-je en regardant chez moi pour voir si mon père qui pouvait voir l’entrée depuis le canapé l’avait aperçue.

 - Je suis venue pour aller avec toi au lycée, je ne veux pas que tu sèches, on a passé un accord.

 - Quoi ? Je croyais que c’était seulement pour hier ! m’écriais-je.

Elle secoua la tête et m’adressa un sourire amusé avant de descendre les marches menant à chez moi pour se rendre dans la rue et aller au lycée. Après avoir fermé à clé, je trottinai pour la rattraper, lui jetant au passage un regard noir.

 - Comment tu as su que j’habitais là ?

 - Euh…

Elle semblait gênée. J’ai haussé les sourcils et elle a finalement répondu, tête baissée :

 - Je t’ai suivi hier soir, en prévision de venir ce matin.

Je me retournais brusquement vers elle, lui demandant, inquiet :

 - Et euh…Tu as regardé par la fenêtre ou quoi ?

Yukino me regarda d’un air surpris :

 - Pourquoi j’aurais fait ça ?

Un discret soupir de soulagement m’échappa. Je ne voulais pas que quelqu’un soit au courant de ce qui se passait chez moi, je ne voulais absolument pas susciter la pitié des autres, comme cette Lucy.

Une fois arrivés devant Maevi’s Academy, on entra dans la cour en passant le gigantesque portail. Vu que j’étais plutôt du genre à rester seul en ce moment, les autres lycéens me jetaient des regards surpris de me voir avec cette fille. Notre premier cours de la journée était Japonais avec Aquarius-sensei. Génial, elle qui ne pouvait pas me voir en peinture…J’y allais donc en trainant des pieds, la blanche sur mes talons. J’aurais tellement voulu sécher pour aller trainer en ville !

La prof nous fit entrer quand la sonnerie retentit. Je filais m’asseoir au fond à droite avec l’intention de ne rien foutre mais malheureusement, Yukino en avait décidé autrement et s’assit à côté de moi, comme hier. Je lâchais un grognement et me résignais à bosser un minimum.

Le cours commença. En regardant sur ma gauche, en penchant ma chaise vers l’arrière car Yukino, qui était fixée sur son cahier me gênait, j’observai Lucy et Rogue, assis côtes à côtes. Bon, ils n’en étaient pas arrivés à s’embrasser en plein cours. Remarque, les profs leur aurait certainement passé un savon.  Ils passaient leur temps à se jeter des regards doux…Pouah ! Putain, je ne comprends toujours pas pourquoi ça m’écœure autant…enfin, avec des parents comme les miens, pas étonnant que l’affection ne soit pas mon fort.

 - Travaille ! chuchota la voix de la jeune femme à côté de moi.

Je me contentai de grogner sans l’écouter. Elle tourna la tête vers moi pour me sermonner mais resta la bouche ouverte avant de baisser les yeux, soudain toute rouge et l’air timide. Ben quoi ? M’observant avec plus d’attention, je compris pourquoi elle semblait gênée : en m’appuyant au mur de la salle derrière moi pour ne pas tomber, mes bras croisés derrière ma tête avaient fait remonter la chemise de mon uniforme, laissant apercevoir le bas de mon ventre. Je pris un air charmeur pour la taquiner mais une voix me rappela à l’ordre :

 - STING ! C’EST QUOI CETTE TENUE ?!

Je me redressais immédiatement. Grillé par la prof. Une grimace passa sur mon visage alors qu’elle m’ordonnait :

 - Viens tout de suite au tableau corriger cette phrase !

J’entendis distinctement Yukino ricaner à côté de moi. Je lui jetais un regard noir avant de me diriger d’un pas trainant vers le tableau. Non mais la prof me prenait pour un débile ou quoi ? Corriger la phrase…Pfff…J’attrapais le marqueur et réalisa sa demande avant de retourner m’asseoir d’un pas traînant, Yukino rigolant toujours discrètement à sa place. Aquarius-sensei me jeta un regard sombre en voyant que j’avais bien répondu malgré ma tenue peu correcte, et continua son cours. Je copiais distraitement ce qu’elle disait le reste de l’heure, sans vraiment écouter. Quand la sonnerie retentit, je rangeais à la hâte mes affaires, voulant m’éclipser en douce pour sécher le prochain cours, celui de Maths. Me faufilant en direction de l’entrée, un soupir de soulagement m’échappa quand je fus dehors. Je décidai d’aller faire un tour en ville maintenant que je n’avais plus Yukino sur le dos. D’autant plus que j’en avais entendu certains se demander si on sortait ensembles…Et puis quoi encore, elle me faisait chanter !

Je marchais donc tranquille dans la rue, sans personne pour m’emmerder. Le bonheur ! Je farfouillais dans mes poches et sortit un briquet ainsi qu’un paquet de cigarettes.

 - Dis-donc, je vais devoir te le répéter combien de fois ?

Cette voix me fit violemment sursauter. Je tournais la tête et regardais la jeune femme qui avait décidé de, semble-t-il, me persécuter jusqu’à la fin de mes jours.

 - Non mais je rêve ! braillais-je, énervé. T’as pas d’amis pour me coller comme ça ou quoi ?!

 - Bien sûr que si, j’en ai, répondit-elle. Mais je préfère t’embêter !

Elle fit un dernier pas pour se retrouver devant moi et m’arracha des mains pour la seconde fois en deux jours le briquet et les clopes, les jetant dans la poubelle qui se trouvait à environ deux mètres en faisant un joli panier. Je me contentai de soupirer en la fixant.

 - Je peux savoir pourquoi tu es aussi bornée ? Dis pas que c’est uniquement pour me faire chier !

Elle baissa les yeux et fit un pas en arrière.

 - Désolée, c’est plus fort que moi, répondit-elle sans relever la tête.

 - Comment ça ? questionnais-je en haussant les sourcils.

 - Eh bien…

Elle semblait hésiter à me raconter. Me raconter quoi, d’ailleurs ? Je l’attrapai par le bras et la tirai vers un banc un peu plus loin pour pouvoir discuter tranquilles. Je voulais savoir pourquoi elle agissait ainsi à mon égard.

 - J’ai une grande sœur…commença Yukino, hésitante.

Mais que venait faire sa sœur dans la discussion ? A moins que ce ne soit une fille que je me suis déjà tapé, elle n’a rien à faire là. Bon, mieux valait que je me taise et que j’écoute au lieu de sortir ça, je pense que ce ne serait pas quelque chose qu’elle apprécierait.

 - Elle s’appelle Sorano…

Jamais entendu parler…Bon, au moins j’avais la certification de n’avoir jamais saut—hum…sa sœur.

 - Elle est comme toi…

 - Quoi, super sexy ?

Yukino me jeta un coup d’œil blasé, accompagné d’un soupir.

 - Non, je veux dire…il y a quelques années, elle a commencé à sécher les cours puis à fumer et à boire. Un jour, mes parents l’ont même trouvée en train de se droguer dans sa chambre. Elle a fait une fugue, et depuis on ne l’a plus revue…termina-t-elle, la voix brisée. Je ne veux pas que ça arrive à quelqu’un d’autre que je connais.

Je laissais échapper un rire. Posant mes yeux sur Yukino, qui paraissait surprise de ma réaction, voir même énervée pensant que je me moquais de sa sœur, je lui dis pour la détromper :

 - Je ne suis pas un abruti non plus, je n’irais pas jusqu’à boire à l’excès ou prendre de la drogue ! Je ne veux pas foutre ma vie en l’air non plus.

Après tout, il suffisait de voir ce que ça donnait sur mon père…J’étais très peu enthousiaste à l’idée de ressembler à ça. La jeune femme scruta mon visage et dit en secouant légèrement la tête, faisant délicatement voler ses cheveux de neige :

 - C’est ce qu’elle disait aussi, au début.

Une grimace déforma mes traits.

 - Laisse donc ma vie telle qu’elle est, je suis bien ainsi, dis-je en me levant pour m’éloigner d’elle.

 - Mais je veux t’aider ! protesta-t-elle en se levant à son tour, paniquée.

 - TU NE PEUX RIEN FAIRE POUR MOI, C’EST CLAIR ?!

Elle recula, terrifiée par mon accès de colère. Je pris une grande inspiration pour me calmer, ne souhaitant pas l’effrayer d’avantage. Mais je ne faisais que dire la vérité. Elle ne pouvait pas me donner l’amour maternel dont je manquais cruellement depuis ma naissance : elle ne pouvait pas rendre mon père définitivement sobre d’un claquement de doigts. Je passais une main sur mon visage, las, puis soupirais lourdement :

 - A demain.

Je me dirigeais vers chez moi mais elle s’écria :

 - Attends !

Je me contentai de l’ignorer en me rendant à ma maison.

 

OoOoOoO

 

Je savais que mon père n’allait pas pardonner le fait que je sois rentré aussi tôt. Il allait certainement me frapper pour me le faire comprendre, mais ce ne serait qu’un mauvais moment à passer. De toute façon, être frappé maintenant ou le soir en rentrant, qu’est-ce que ça changeait ? Absolument rien. Autant endurer ça de suite, et je pourrais passer le reste de la soirée dans ma chambre à trainasser sur mon ordi avant de descendre en pleine nuit pour espérer me remplir l’estomac sans me faire voir.

Je trainais des pieds dans la rue, quand une boule de poils se planta devant moi. C’était un chaton. Il miaula pour attirer mon attention. Je m’accroupis à sa hauteur. Aussitôt, il vint se frotter contre moi en ronronnant.

 - Tu es perdu ? le questionnais-je doucement comme s’il allait répondre.

Je l’observai plus attentivement. Il était de couleur brun, avec le bout des pattes et de la queue légèrement rose, comme son ventre et le milieu de son visage. Ses grands yeux couleur onyx étaient fixés sur moi. Il miaula encore. Je remarquais soudain qu’il était extrêmement maigre, et que l’une de ses oreilles avait été coupée. Pas dans un combat de chats de gouttière : un chat n’aurait pas pu la lui arracher de façon aussi droite. On aurait dit que ça avait été fait au ciseau. Evidemment. On la lui avait coupée car il devait avoir un tatouage avec des chiffres permettant de retrouver ses maîtres. On l’avait abandonné.

Les gens passaient autour de nous, pressés, sans même nous voir. Si je ne m’étais pas arrêté, personne d’autre ne l’aurait fait, j’en étais sûr. Je ne voulais pas laisser l’animal comme ça, mais avec mes parents…s’ils le découvraient, ils le tueraient à coup sûr. Pesant le pour et le contre, je pris finalement le chat dans mes bras. Il tremblait tellement il était épuisé. Je jetais des coups d’œil aux alentours pour vérifier que personne du lycée ne m’avait vu : si l’un des lycéens de Maevi’s Academy m’apercevait en pitié devant un chaton et le ramassant pour l’embarquer chez moi, ça allait sûrement jaser. Bon, je serais encore plus populaire auprès des filles –si c’est possible—mais pour ce qui est de mes anciens potes, Natsu & Co….N’en parlons pas. Quoique Natsu avait un chat lui aussi, je l’avais déjà vu en allant jouer à la console chez lui, un chaton bleu, si bien qu’on se foutait de sa gueule en disant qu’il avait plongé son animal dans un pot de peinture.

Bref, je filais chez moi rapidement. J’ouvris la porte le plus doucement et discrètement possible et m’avançais dans l’entrée de marbre. Ouais, je ne vous ai pas expliqué ça…Mon père a beau être un poivrot, il profite de l’héritage de mon grand-père, qui avait gagné une somme faramineuse au loto…si bien qu’on a pas besoin de bosser, ma mère le fait juste pour s’éloigner de lui. J’aurais pu aussi profiter de ce fric plus tard et ne pas avoir besoin de travailler s’il ne claquait pas tout dans de l’alcool…Mon père pouvait ainsi faire pression sur n’importe quelle école ou entreprise de cette ville, avec tout cet argent, et il ne s’en privait pas. Il aurait pu faire raser le lycée s’il le voulait, il en avait les moyens.

Mais laissons cela de côté. Je grimpais à l’étage et déposait le chat sur mon lit. Je le caressais doucement entre les oreilles pour le faire patienter avant d’aller lui chercher quelque chose dans la cuisine. En descendant dans celle-ci, je croisais celui dont je me serais bien passé. Je vous laisser deviner.

 - Sting…Tu rentres encore plus tôt…

 - J’ai séché les cours…avouais-je pour tenter de me débarrasser de cette corvée le plus vite possible.

 - Tire au flanc ! gronda mon père d’une voix sourde, avant de lever la main.

Un soupir m’échappa. Je me contentai de me mordre la lèvre quand le coup partit. Je le laissais se défouler à nouveau. Finalement, il s’avança d’un pas titubant dans la cuisine et récupéra un pack de bière complet avant de retourner dans le salon. J’en profitais pour récupérer une bouteille de lait pour le chaton qui m’attendait toujours, avant de remonter, me mordant la langue pour juguler les larmes qui voulaient couler sans mon autorisation. Je n’étais pas un faible.

 

OoOoOoO

 

Yukino avait suivi Sting après qu’il se soit en allé, furieux. Elle n’avait pas compris pourquoi il disait qu’elle ne pouvait rien pour lui. Quelle n’avait pas été sa surprise en le voyant ramasser un pauvre bébé chat qui était dans un état lamentable pour le ramener chez lui ! La mâchoire de la jeune femme s’en était décrochée. Ensuite, elle avait voulu retourner en cours, ayant déjà bien assez séché (ses parents allaient lui faire la peau) quand elle s’était souvenue de ce qui s’était passé ce matin. Sting avait semblé paniqué à l’idée qu’elle voit à l’intérieur de chez lui. Mais elle ne comprenait pas ce qu’il pouvait y avoir de mal…il habitait dans l’un des quartiers les plus riches de Magnolia ! Elle avait donc décidé de jeter un œil.

Après avoir vu Sting rentrer chez lui, de façon discrète ce qui était assez étrange, le chaton brun toujours dans les bras, elle se faufila entre deux voitures puis deux buissons avant de parvenir à l’une des fenêtres qui donnait sur le salon.

Le choc qu’elle avait eu en voyant un homme, étalé dans un canapé, entouré d’une mer de bouteilles vides et de tâches d’alcool sur le tapis ! Elle avait observé, bouche bée, celui-ci se redresser quand Sting était descendu d’un escalier et s’avancer vers lui. Elle les avait regardés échangé quelques paroles avant que l’ivrogne ne frappe Sting, qui se contentai de rester stoïque.

Son cœur se contracta douloureusement dans sa poitrine quand elle vit le blond serrer les dents et baisser les yeux, avant de récupérer quelque chose dans la cuisine—certainement pour le chat—pour ensuite remonter par où il était passé.

Sa surprise fut à son comble en voyant les larmes qui menaçait de dévaler sur les joues du jeune homme d’habitude vantard et arrogant.

Yukino commença à sangloter doucement. Pour lui.

 - Je vais t’aider ! murmura-t-elle avec force, les mains sur le rebord de la fenêtre. Je te promets.

Commentaire de l'auteur Et voilà! En fait en relisant le chapitre je viens de me rendre compte que Yukino passe vraiment pour la chieuse de serviceXDD Mais il faut au moins ça pour faire face au caractère de ce cher EucliffeX) Sinon, elle est toute timide soudain quand elle le voit débrayé^^ C'est louche...X)
Allez à bientôt pour le chapitre suivant! Le dernier...-_-
PS : Fairy Law je t'envoie le chapitre de la fic tu vas rigoler je le sens!X)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales