Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Permanent et athématique
    Club Présences d'Esprits
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - imaginaire
    Délai de soumission : 06/11/2020
  • Summer Party
    Éditions Plumes de Marmotte
    Nb de signes : 240 000 - 360 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Crappy Princesses
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - humour
    Délai de soumission : 01/02/2020
  • L’horizon perpétuel
    Flatland éditeur
    Nb de signes : 15 000 - 150 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2020
  • Les créatures de l'espace
    L'Imagin'arium et Livresque
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 21/12/2019
  • La revue Ornata n°7
    Eurydema Ornata Éditions
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 07/12/2019
  • Pôle emploi
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 06/12/2019
  • Carnets de voyages
    l'Aquilon Editions
    Nb de signes : > 20 000 sec
    Genre : récit de vie - témoignage
    Délai de soumission : 15/11/2019
  • Les meutes
    animal DEBOUT
    Nb de signes : 6 000 - 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/01/2020
  • Demain
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 500 - 7 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/10/2019

Studio Infinite

  • ATELIER D’ÉCRITURE : écrire le côté obscur au Comics Corner (10 PLACES) [ Le 01/12/2019]
    Participez à un atelier d'écriture créative au Comics Corner dimanche 1er décembre 2019 pour créer votre personnage avec notre studio infinite !
  •  [ Le Atelier d’écriture : écrire de l’imaginaire à la librairie Le Nuage Vert (COMPLET)]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Fairy Tail

La malveillance se cache derrière vos sourires de façade
[Histoire Terminée]
Auteur: Tatsushi-chan Vue: 15140
[Publiée le: 2013-11-17]    [Mise à Jour: 2014-08-25]
13+  Signaler Romance/Drame/Song-Fic/School-Fic/Sans magie Commentaires : 76
Description:
Tu sais, je te voyais, chaque jour. Ils prenaient un malin plaisir à t’insulter et à te frapper mais je n’osais rien dire. J’avais peur qu’ils s’en prennent à moi si j’interférais. Et puis, ce lundi matin, je ne sais pas pourquoi ce jour-ci plus qu’un autre, mais j’ai craqué. Quand une unique larme a roulé sur tes joues après que Sting ai lancé une insulte absolument ignoble à ton égard, je n’ai pas pu m’en empêcher. J’ai frappé Sting. Je savais que j’allais le regretter.
Mais pour rien au monde je ne serais revenu en arrière.
___________________________________
Couple à découvrir^^
Une autre de mes fanfics a dépassé les 10 000 vues, merci!:D
Crédits:
Tous les personnages appartiennent à Mashima-sensei! Un jour je brûlerai ses droits d'auteurs...XD
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 11 : La vengeance par le sang

[2220 mots]
Publié le: 2014-03-30Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Tatam! Voici le chapitre 11 de la fic!^^ C'est l'avant dernier avant que la fic ne soie terminé, mais il y aura aussi les trois chapitres bonus, donc ce n'est pas totalement la fin!^^ Il ne se passe pas grand chose dans ce chapitre, mais il est nécessaire pour comprendre certaines choses et mettre en place le dénouement...D'ailleurs j'ai eu une idée pour le chapitre 12 je sens que vous allez rire!:D
Bon, j'arrête de parler et je vous laisse savourer ce chapitre!^^

 

 Je regardais avec Lucy les œuvres exposées dans le musée que le lycée Maevi’s Academy nous faisait visiter. Après ce qui s’était passé dans le bus, elle s’était remise à me parler, même si elle ne faisait bien sûr aucune allusion à ce qui s’était passé chez moi il y a peu de temps. Nous faisions comme s’il n’était rien arrivé, et ça me suffisait ainsi. Nous nous approchâmes d’une statue semblable à un ange, mais avec un corps de chat qui portait une robe magnifique.

 - « La Reine Chagot », a lut la blonde en regardant la pancarte. C’est cette œuvre que nous devons analyser en particulier et après, il faudra s’occuper des questions sur les autres œuvres en général.

 Je me suis contenté d’acquiescer avant d’attraper le questionnaire fourni par Guildarts-sensei. Car bien sûr, qui disait sortie, disait questionnaire de plusieurs pages bien entendu, tout ce qu’il y a de plus barbant. Mais bon, cela me permettait de passer du temps avec Lucy, car il fallait répondre aux questions par groupes de deux, donc je ne m’en plaignais pas. Mais je voulais aussi m’en aller car, Crocus me rappelait des souvenirs plutôt dérangeants. C’est ici que j’habitais avec toute ma famille avant de déménager, mes parents ne pouvant supporter de vivre dans la maison où mon frère avait été tué. Peut-être que notre maison, qui avait été mise en vente après notre départ, était-elle encore debout…mais j’avais appris que personne ne souhaitait l’acheter, car ce qui s’était passé avait fait la une des journaux. Qui voudrait vivre dans une maison où le meurtre d’un jeune garçon a été commis ? Cela ne m’aurait pas étonné qu’elle ait été rasée…

 Tandis que je commençais à répondre aux questions de mon côté, je repensais à tout cela. C’est vrai que je l’avais échappé belle, je ne comprenais pas pourquoi la police n’avait pas réussi à me mettre en prison, ou tout du moins me faire placer dans un centre de rééducation. Bien que ce n’était pas faute d’avoir essayé, j’aurais dû y passer. Un coup de chance, sûrement. Comme si je n’avais pas assez souffert pour en prime être séparé de mes parents ! C’est peut-être ça qui les avaient arrêtés, mais leurs manœuvres pour que je termine derrière les barreaux étaient encore bien présentes dans mon esprit…

 

OoOoOoO

 

 Mes mains avaient été menottées, et je me trouvais actuellement dans une voiture de police en direction du commissariat. Mes parents étaient toujours en voyage d’affaires. Avaient-ils été prévenus ? Et…surtout…comment réagiraient-ils ? Que dirait maman ? J’entendais déjà ses cris de désespoir, et peut-être même sa haine envers moi. Pourquoi ? Car je n’étais pas arrivé à temps, bien sûr. Nous voilà déjà devant le bâtiment aux couleurs de la police. On me sort, un peu violemment, de la voiture. Je suis traîné on me fait entrer. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, je me retrouve assis par une chaise qui est fixée au sol, et ma paire de menottes est attachée à un anneau qui sort de la table en bois toute simple. Pourquoi la chaise est fixée au sol, me demandez-vous ? Eh bien, c’est pour m’empêcher de l’avancer comme quand on s’assoie à table. Vous vous dîtes, mais qu’est-ce que ça fait de l’obliger à rester loin de la table et l’empêcher d’avancer sa chaise ? C’est parce des études scientifiques ont prouvé qu’empêcher quelqu’un d’avancer sa chaise de cette façon causait une pression psychologique sur son esprit et le fragilisait mentalement. C’est ridicule ? C’est pourtant bien réel. Comme le regard inexpressif du policier assis en face de moi, qui lui peut bouger sa chaise.

 - Pourquoi as-tu tué cet homme ? demande-t-il du tac au tac.

Ne sont-ils pas censés agir en douceur quand ils doivent poser des questions à des enfants et des adolescents qui ont vécu quelque chose de grave ? Il semblerait que celui-ci n’en ait cure. Je réponds d’un ton plus sec que je ne l’aurais souhaité :

 - Il a tué mon frère.

 - Est-ce une raison pour prendre la vie de quelqu’un ainsi ?

Je ne m’abaisse pas à entrer dans son jeu du chat et de la souris. Je ne suis pas totalement idiot.

 - Regrettes-tu cet acte ? demande-t-il finalement.

Je le fixe de mes yeux vermillons à leur tour inexpressifs. Un rire amer m’échappe. Je dois avoir l’air d’un fou, ou peut-être d’un meurtrier psychopathe quand je dis d’une voix dure, sans mentir :

 - Non.

Il me regarde, surpris. Souvent, à ma place, les tueurs affirment regretter leur acte pour avoir une peine de prison moins grande. Pathétique. Au moins, il faut avoir le courage d’assumer ses actes jusqu’au bout. J’ai plus de courage qu’eux. C’en est risible.

 - Pourquoi…commence-t-il, avant que je ne l’interrompe brusquement :

 - Ce que vous faites n’est-il pas contraire à la loi ? je suis mineur, non ? Sans présence d’un avocat, où de mes parents, je ne prononcerais pas un mot de plus.

Le policier grimace d’un air mécontent. Dommage pour lui, je suis mieux informé qu’il n’y parait, pour mon âge. Mais il a plus d’un tour dans mon sac : il passe à la phase provocation.    

 - Quel effet cela fait-il d’être criminel à un âge aussi jeune ? Je me demande bien comment réagiront tes parents…J’aimerais voir leurs têtes quand ils apprendront que tu as tué un homme…Ils vont te haïr.

Je tente d’oublier les mots qu’il prononce, mais ceux-ci résonnent en boucle dans ma tête. Je grince des dents pour tenter de garder un air impassible.   

 - Tu vas passer ta vie en prison…Tu n’es qu’un monstre pour ne pas regrett—

 - La FERME ! je hurle.

Je me suis levé d’un bond en criant, et si mes menottes n’avaient pas été fixées à la table, je serais sûrement déjà en train de le frapper.              

 

OoOoOoO

 

 - Rogue, tu es sûr que ça va ? Tu es étrange depuis ce matin.

Je redresse brusquement la tête en entendant la voix de Lucy. Je remarqua alors que, sans m’en rendre compte, j’avais dressé le portrait de ce policier avec mon crayon de papier sur le questionnaire. J’attrape ma gomme pour tout effacer rapidement tandis que je réponds à la blonde :

 - Oui, pas de problème, je n’ai rien.

Que pourrais-je lui répondre d’autre de toute manière ? Non, ça ne va pas du tout, je repense à mon passé du tueur siphonné ? Si je veux qu’elle se barre en courant, oui, je n’ai qu’à lui dire ça.

Une fois que nous avons fini de remplir le dictionnaire, nous rejoignons les professeurs qui se tiennent à l’entrée et attendons que tous les autres groupes nous rejoignent. Quand c’est fait, Guildarts-sensei nous annonce que nous avons quartier libre mais que nous devons rentrer à l’hôtel avant 6heures. Ravis, les élèves de la classe libèrent déjà les lieux après avoir remis leurs questionnaires au professeur de Physique. Lucy se tourne vers moi et demande d’un ton enjoué :

 - On va faire un tour ?

 Mais…j’aurais bien voulu retourner à l’endroit où je vivais avant pour voir si la maison était toujours là…Et Magnolia et Crocus étant des villes très éloignées, je n’aurais peut-être pas l’occasion d’aller voir avant un bon moment…Je décline donc sa proposition, la faisant afficher une mine déçue. Mais elle se rattrape vite en se tournant vers Erza, Mirajane et Jubia pour aller faire un peu de shopping. Une fois seul, je sors du musée et me dirige vers la maison avec assurance : Je connais les rues par cœur.

Alors que je passais par une petite ruelle éloignée du centre-ville et fréquentée par peu de gens, je n’eut pas le temps de réagir en voyant une ombre se jeter sur moi et m’assommer d’un coup sec à l’aide d’une barre en fer, me plongeant dans l’inconscience.

 

OoOoOoO

 

 - Oh regarde, cette mallette est pleine de fric !

C’était mon frère, Zeleph, qui venait de parler, regardant l’intérieur de ladite mallette argentée avec des yeux émerveillés les liasses de billets qui s’entassaient. On ne devrait pas être ici. Un meurtre a eu lieu juste avant, et j’entends déjà les sirènes lointaines des voitures de police se rapprocher. Le cadavre est un peu plus loin dans la rue. On doit s’en aller.

 - Laisse-là ici et n’y touche pas, ce n’est pas à nous, et tu vas laisser tes empreintes partout dessus !

 - Raison de plus pour l’emporter !argumenta-t-il avec un sourire excité. Allez, on partagera en deux ! On sera riches, Rogue !        

Je suis contre cette idée, mais il faut avouer que c’est tentant. Très tentant. Trop tentant. Je fais finalement oui de la tête après avoir regardé avec un air de voleur  les alentours pour voir si quelqu’un nous a vus. Mais nous sommes seuls dans cette ruelle sombre que nous empruntons d’habitude en guise de raccourci. Nous deux et le cadavre. Zeleph récupère la mallette rapidement et nous nous enfuyons sans autre forme de procès, sans savoir que dans l’ombre, quelqu’un nous a vus…

 

OoOoOoO

 

J’entrouvre légèrement les yeux. Il fait plutôt sombre, si bien que j’ai du mal à distinguer l’endroit où je me trouve. En tout cas, je remarque en tentant de bouger que je suis attaché à une chaise par des cordes. Comment suis-je arrivé ici ? Ah, c’est vrai que j’ai été attaqué dans la ruelle alors que je me rendais chez mon ancien chez moi… J’entends des pas qui se rapprochent…Qui est-ce et que peut-il bien me vouloir ?!

 - Alors c’est toi, Rogue ?

Je lève la tête. L’inconnu est grand, très grand. Il a une forte musculature et une stature imposante. Ses yeux sont blancs et sans pupilles, effrayant. Un frisson parcourt mon corps quand je reconnais cet homme par le portrait que m’en avait dressé les dealers il y a si longtemps.

 - Gemma…

Un très léger sourire traverse les lèvres de mon kidnappeur.

 - Tu as entendu parler de moi ? Je me sens flatté… Peut-être te souviens-tu d’Orga ?

Le dénommé Orga entre à son tour dans la pièce et me dévisage d’un regard noir. Ses cheveux verts sont assez étranges, et il a une musculature presque aussi impressionnante que son chef.  L’un des dealers qui m’avait poursuivi quand j’étais encore gosse et que nous avions pris la mallette.

 - C’est lui qui m’a avertit quand tu as tué un de mes hommes…ça doit te rappeler quelque chose…

Je comprends maintenant. Gemma est bien le chef des dealers qui nous avaient poursuivis avec Zeleph pour récupérer la mallette contenant l’argent…

 - Il le méritait. Il n’avait pas besoin de tuer mon frère pour récupérer l’argent du deal, nous lui aurions remis sans jamais en parler à personne. Nous n’étions que des gamins, et trouver le paiement important d’un de vos clients était une aubaine. Nous étions encore jeunes et pensions devenir riches grâce à ça…

 - Toujours est-il que cette importante somme d’argent est tombée aux mains de la police, et qu’elle a dû être remise à la banque ou autre, maintenant…Et voilà que tu oses revenir à Crocus ? Tu n’as pas eu de chance qu’Orga te trouve…A cause de toi, la police a découvert notre planque il y a quelques années et nous avons dû nous déplacer…On va te faire payer tous les problèmes que tu nous a causés…

Je reste impassible face à ses menaces. Je ne dois pas céder à la panique et montrer ma peur, car il n’attend que ça.

 - Sais-tu où nous sommes ? reprend le boss, un sourire sadique aux lèvres.

Je sens le mauvais coup. Je regarde autour de moi, amis il fait trop sombre pour distinguer autre chose que le visage de mes ravisseurs, eux-mêmes à moitié plongés dans la pénombre.

 - A tes pieds, indiqua-t-il.

J’ai baissé les yeux. Une flaque de sang. Sèche depuis bien longtemps, elle avait semblait-il été en partit absorbée par le parquet. Le bois était irrécupérable. Comprenant lentement où j’étais, j’ai de nouveau scruté la pièce, mon attention redoublée, et quand j’ai enfin compris, je me suis retenu de ne pas m’effondrer sur ma chaise. C’était mon ancienne maison, et, plus précisément, la chambre de Zeleph. Je reconnais enfin derrière eux la cheminée à l’aide de laquelle j’avais tué leur complice. D’ailleurs, j’avais toujours été jaloux que mon petit frère puisse avoir une cheminée dans sa chambre, contrairement à moi…Mais c’était il y a longtemps. En tout cas, les salauds, ça les amuse de me torturer ainsi ? Je relève les yeux vers Gemma et lui crache au visage sans même en redouter les conséquences, tout en lui lançant :

 - Espèce de sale ordure, va crever !

Son regard blanc et terrifiant se charge soudain de haine et il me frappe au visage, si vite que je n’ai pas le temps de réagir. Merde ! Comment je vais me sortir de cette merde, moi ?! J’espère juste que Lucy ne va pas se lancer à ma poursuite. Bien qu’elle ne trouvera jamais cet endroit, je suis persuadé que si Orga m’a trouvé, il a également dû me voir en sa compagnie et là, ils seraient bien capables de lui faire du mal pour me blesser moi aussi…Je ne sais tout simplement pas comment je vais m’en sortir cette fois…Il semblerait qu’il soit temps pour moi de payer pour le crime que j’ai commis jadis.                                                                                                                                                                                                                                                                                         

 

Commentaire de l'auteur Et voilà!^^ Alors, que pensez-vous qu'il va se passer dans le dernier chapitre? En tout cas je peux vous dire que ça va être assez spécial!^^ Il devrait arriver la semaine prochaine je pense si je ne suis pas blindée de devoirs!:)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales