Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1964 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Captain Tsubasa

La fin d'un premier amour
[Histoire En hiatus]
Auteur: AdamPark Vue: 2739
[Publiée le: 2007-01-02]    [Mise à Jour: 2011-03-19]
13+  Signaler Romance/Mystère/Suspense Commentaires : 5
Description:
Une grande dispute éclate entre Tsubasa et Sanae. Cette dernière décide, le cœur brisé, de rejoindre Genzô Wakabayashi en Allemagne…
Crédits:
Tout appartient à Yoichi et Sakura Kinomoto sans son caractère à Clamp. Les pensées des persos sont en italique. Les lettres sont entre « … ». Je tiens à vous préciser qu’il y aura une reprise COMPLETE des scènes et des dialogues de « Captain Tsubasa » (Yoichi) que je préciserai le moment voulu avant de lire le chapitre concerné tout en tenant compte de mon histoire initiale. A vous de découvrir ce que je veux dire… Donc PAS DE PLAGIAT ! Je vous aurai prévenue à l’avance ! Dans cette fic, les amis de Genzô Wakabayashi ne connaissent pas Sakura Kinomoto (Personnage de ma fic "Une vie nouvelle" qui est super et d'une autre fic qui viendra bientôt : "Désespoir et Espoir").
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Correspondance

[2630 mots]
Publié le: 2008-01-25
Mis à Jour: 2008-11-06
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 3 : Correspondance

 

         La sentence était tombée ce qui laissa Cameron et Chiyako sans voix. Ni l’un ni l’autre n’avait pensé que leur fille veuille carrément quitter le pays mais ils avaient uniquement envisagé qu’elle déménage dans une autre ville. Le silence dura quelques minutes tandis que Sanae attendit avec patience le temps que ses parents assimilent pleinement l’information. Cameron sortit soudainement de sa torpeur et entra dans une colère noire ce qui fit sursauter sa femme mais cela n’étonna pas l’ex-petite amie de Tsubasa.

Cameron, hors de lui, en japonais : Non… Non… NON ! IL N’EN EST PAS QUESTION !!! IL N’Y A PERSONNE QU’ON CONNAÎT LÀ -BAS !!! JE REFUSE CATEGORIQUEMENT !!!

Chiyako, en japonais : Le voilà qui fait son complexe de père très protecteur considérant Sanae comme une petite fille de trois ans. Je savais bien qu’il allait dire ça sans tenir compte des sentiments de notre fille… Il ne pense pas à son bonheur ni à son bien… Je vais devoir inter…

Sanae, calme et décidée, en japonais : Je t’en prie papa, arrête de me prendre pour une petite fille de trois ans. J’ai vingt ans et j’ai suffisamment l’âge de vivre seule. Il est temps que tu t’en aperçoives.

Cameron, sidéré, en japonais : …

Chiyako, en japonais : C’est peut être dur à admettre mais notre fille a bien grandi. Mais pourquoi l’Allemagne ?

Sanae, en japonais : Maman… Tu ne vas pas t’y mettre aussi… Si je reste au Japon, je verrai constamment Tsubasa avec cette fille et ce n’est pas comme ça que je vais parvenir à panser mes états d’âme. Je ne serai pas seule en Allemagne car il y a Genzô Wakabayashi qui vit actuellement à Hambourg.

Cameron, ahuri, en japonais : Wakabayashi ? Le talentueux gardien de but dont on parle si souvent ?

Sanae confirma, en japonais : Lui-même.

Chiyako, en japonais : Et quand vas-tu partir ?

Sanae, en japonais : Je ne sais pas encore mais je reste le temps que je prévienne Wakabayashi et que je prépare mon prochain voyage… Ou plutôt mon prochain déménagement… Je vais démissionner de mon poste de manager.

Cameron, rassuré, en japonais : Ça me laisse largement le temps de m’y faire à cette idée…

Chiyako, moqueuse, en japonais : C’est ce que tu dis mais je te connais ! Tu ne penses qu’à toi ! Egoïste !

Cameron protesta, en japonais : Mais…

Sanae, en japonais : Maman a raison, papa. As-tu envie de me ramasser à la petite cuillère et de me voir sombrer dans le désespoir ?

Cameron, penaud, en japonais : Non mais…

Sanae, ferme, en japonais : Il n’y a pas de mais qui tienne, papa. Je ne suis pas capable de pardonner à Tsubasa le mal qu’il vient de me faire donc j’ai besoin de ce grand changement à compter d’aujourd’hui. Il n’y a pas d’autres solutions.

 

         Pour une fois, Cameron était à court d’arguments pour retenir sa fille au Japon et il était sidéré qu’il n’ait pas remarqué que sa petite fille fût maintenant une belle jeune femme de vingt ans. Il se sentit si vieux à cet instant qu’il ne put se lever du canapé. Chiyako émit un petit sourire moqueur pour son mari et jeta un regard de fierté à sa fille.

Sanae, en japonais : Tu devrais savoir que ça allait arriver papa.

Cameron soupira : Oui mais si loin du Japon…

Sanae, en japonais : Que je sois au Brésil, en Allemagne, en Italie ne changera rien. Je dois penser à moi maintenant.

 

OoO

 

         Au cours de l’entraînement collectif de la Nankatsu, Sanae déposa sa lettre de démission du poste de manager sous les yeux ahuris de toute l’équipe, de Yukari et de Kumi. Tsubasa, lui, se sentit mal d’être responsable de son départ et il voulut se racheter…

Tsubasa, en japonais : Tu n’as pas besoin de faire ça, Sanae… C’est moi qui vais quitter l’équipe…

Sanae, froide, en japonais : Hors de question ! C’est ma décision et elle est irrévocable !

Yukari, en japonais : Mais Sanae…

Sanae, en japonais : Je n’ai rien à faire avec vous tous ! Vous m’avez tous mentie !

 

         Sur ce, la jeune femme quitta le terrain sans un regard en arrière. La Nankatsu était anéantie par ces dernières paroles de Sanae. Tout le monde se retourna vers Tsubasa

Ryo, en japonais : Tu es le seul responsable dans cette histoire. Nous avons appris ta liaison avec cette fille par nos propres moyens mais nous n’avions pas eu le courage de dire la vérité à Sanae.

Kumi, furieuse, en japonais : Quitte cette fille !

Tsubasa, en japonais : C’est impossible ! Anastasia est enceinte de moi.

Yukari pinça ses lèvres, en japonais : Très bien. Nous avons besoin de temps pour digérer ce qui vient de passer surtout ces quatre dernières années de mensonges. Nous ne t’adressons la parole que professionnellement sur le terrain mais pas plus.

 

         Tsubasa n’eut d’autre choix que de respecter leur demande même si ce serait très dur à supporter. Il l’avait bien cherché.

 

OoO

 

         Trois semaines plus tard, une jeune fille mystérieuse trouva une correspondance du Japon adressée à Genzô Wakabayashi dans la boite aux lettres. Elle l’apporta à son petit ami qui était à son club footballistique de Hambourg…

Voix moqueuse, en allemand : Tiens ! Voilà ta chérie, Wakabayashi !

Genzô râla, en allemand : Arrête Hermann !

Voix froide, en allemand : Kartz, mêle-toi de tes affaires !

 

         Le maître d’œuvre n’ajouta pas une couche en entendant le ton glacial de cette personne qui n’était jamais commode ainsi. Cette dernière remit la missive à son propriétaire qui était surpris.

Genzô, en japonais : Tiens, ce n’est pas celle de Tsubasa Ohzora. Merci Saki.

Voix étonnée, en allemand : Saki ?

Genzô, en allemand, exaspéré en ouvrant son courrier et se mit ensuite à lire : Schneider ! C’est le diminutif de Sakura.

Sakura, en allemand : Tu n’avais pas deviné, Karl Heinz ?

Karl Heinz, en allemand : Non mais c’est mignon.

Hermann se plaignit, en allemand : Ce n’est pas juste ! Tu l’appelles par son prénom mais pas moi !

Sakura soupira, en allemand : T’es vraiment un gamin, Kartz !

Karl Heinz, en allemand : Hermann, tu sais très bien que je suis considéré comme le grand frère de Sakura. Elle ne fera jamais d’ailleurs avec toi comme avec les autres alors arrête un peu.

Genzô venait de terminer sa lecture et tenait la lettre dépliée, en japonais : QUOI ?!

 

         Karl Heinz, Hermann et Sakura sursautèrent à cause du cri du portier japonais qui avait le visage déformé par la fureur. Aucun ne l’avait vu jusqu’à aujourd’hui dans cet état car c’était pire que quand il ratait un ballon ou quand il perdait un match important. Utilisant son don inné, Sakura comprit que Genzô venait d’apprendre une mauvaise nouvelle. Karl Heinz et Hermann se demandèrent ce qui se passait vraiment dans cette lettre venant du Japon.

Genzô serra les dents, en japonais : Saki, je dois te parler de cette lettre.

Sakura, en japonais : Quand tu veux, je suis toute ouïe. J’imagine que ça te choque beaucoup et que ce n’est pas une très bonne nouvelle.

Genzô serra les dents, en japonais : Tout à fait.

 

         Etant habitué au don inné que possédait sa petite amie depuis qu’il la connaissait dès l’âge de quatorze ans, Genzô n’était plus surpris ce qui n’était pas trop le cas des amis allemands.

Genzô serra les dents, en japonais : Le mieux, c’est que tu lises cette lettre.

Sakura protesta, en japonais : Ah non ! Elle t’est adressée et je ne viole pas cette confidence !

Genzô prit un air de chien battu, en japonais : S’il te plait…

 

         Karl Heinz et Hermann n’avaient jamais compris comment Genzô arrivait à ses fins pour que Sakura cède car c’était comme ça que la fleur de cerisier était devenue leur manager dès le premier jour de son arrivée en classe avant de devenir la légale capitaine et libéro de l’équipe féminine. Etant prise au piège comme à son habitude par cet air malheureux que Genzô utilise comme une arme secrète, Sakura s’exécuta de suite :

 

 

« Bonjour Wakabayashi,

 

Désolée de ne pas passer au rituel habituel d’une lettre avec des « Comment vas-tu ? Moi ça va. », car ce que je vais te dire te choquera et même te mettra dans une colère noire si je me trompe pas.

 

Tu dois être au courant comme tous les autres que je suis amoureuse de Tsubasa Ohzora depuis si longtemps, lorsqu’on avait onze ans alors que nos écoles Shûtetsu et Nankatsu étaient encore en conflit.

 

Après ton départ en Allemagne, Tsubasa devrait normalement partir au Brésil avec Roberto Hongo mais ce dernier ne l’avait pas emmené avec lui. Tsubasa était resté trois ans au Japon à mon grand bonheur. Grâce à Munemasa Katagiri qui avait insisté auprès de Roberto Hongo de le former au Brésil, Tsubasa qui devait le rejoindre m’avait déclaré son amour pour moi.

 

Je l’ai attendu pendant toutes ces années où il était au Brésil. À son retour, on sortait enfin ensemble mais notre relation avait une lacune car elle était si platonique. Je me suis demandée ce qu’il se passait après plusieurs rendez-vous annulés de dernière minute alors que je faisais une telle joie… Tout était parti en fumée, me brisant le cœur à plusieurs reprises.

 

Pendant ces quatre dernières années, Tsubasa mentait à tout le monde y compris à moi en particulier à part sa famille tout en cachant son plus grand secret. À toi et à Misaki, je ne sais pas s’il vous avait mis au courant de ses « écarts » au cours de vos correspondances.

 

Cette année, j’ai décidé en ce 28 juillet de faire une surprise à Tsubasa car j’étais lasse de pleurer sans cesse pour lui, lasse de ses mensonges, lasse de ses excuses bidon. C’est en allant chez lui que j’ai découvert le pot aux roses. C’est comme ça que j’ai compris qu’il sortait avec deux filles en même temps en quatre ans. Ce qui m’a fait bien plus mal, c’est que j’ai appris de la bouche de Tsubasa que cette fille était enceinte de lui mais je ne sais combien de mois… La porte d’entrée étant mal fermé, j’étais entrée chez lui pour lui faire cette surprise qui me tenait à cœur mais j’avais entendu des sons étranges venant du salon. J’y suis allée et c’est comme ça que je l’ai surpris à faire l’amour à cette fille !! Je ne sais pas qui elle est mais pour moi, c’est une pétasse et une voleuse.

 

Le pire aussi, c’est que tout le monde était au courant ! Ils m’ont trahie puisqu’ils n’avaient même pas pris la peine de m’avertir ! Ils ont dû bien rigoler de moi pendant toutes ces années !

 

Si j’écris tout ça dans cette lettre, c’est pour ensuite te demander un service que tu devras en parler à ta petite amie si tu en a une.

 

Je vais venir habiter en Allemagne où je dois surtout savoir parler la langue dans ta ville seule mais ce qui m’ennuie, je ne connais personne à part toi. Peux-tu m’héberger le temps que je trouve un travail et un appartement ?

 

En espérant que j’ai une réponse rapidement, je suis en pleine démarche pour préparer mon prochain déménagement.

 

Je t’embrasse et à bientôt

 

Sanae Nakazawa »

 

 

         À la fin de cette lettre, Sakura comprit qu’elle était concernée en partie cependant elle était outrée du comportement de Tsubasa envers Sanae bien qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam. Elle avait souvent entendu parler par son petit ami sans plus.

Karl Heinz, inquiet, en allemand : Tout va bien, petite sœur ?

Sakura serra les dents, en allemand : Plus ou moins ! C’est ignoble ce que Tsubasa Ohzora a fait à Sanae Nakazawa !

Hermann, curieux, en allemand : Quoi donc ?

Genzô serra les dents, en allemand : Ce n’est pas ton affaire, Hermann.

Karl Heinz, en allemand : Surtout qu’on ne connait pas cette Sanae Nakazawa.

Hermann, en allemand : Pff ! D’accord !

Sakura, en allemand : Genzô, ce qui me cloche quand même, je trouve bizarre que les autres ne lui avaient rien dit car j’ai la sensation que ce n’est pas vraiment comme ça que ça s’était passé pour les amis. Sanae Nakazawa est très bouleversée dans cette lettre et c’est pour cette raison que je mets en doute pour ces amis japonais sans compter ce Tsubasa Ohzora.

 

         Ayant foi en sa petite amie, Genzô irait téléphoner à un de ses amis qui était à Shûtetsu pour avoir le fin mot de l’histoire après son entraînement. Connaissant suffisamment Sakura, il sut d’avance qu’elle parviendrait au bon moment précis à faire comprendre à Sanae, qui devait être furieuse contre ses amis et être incapable de se raisonner toute seule suite au choc qu’elle venait de subir, la vérité.

 

OoO

 

         Six semaines s’étaient écroulées au Japon. Sanae était toujours en froid avec ses amis et ignorait totalement Tsubasa. Ses parents étaient attristés car les larmes de leur fille n’avaient pas cessé de couler.

La voir se détruire ainsi leur était insupportable.

 

         Chiyako recevait quelques fois la visite de Yukari et de Kumi mais elle les renvoyait chez elles sachant parfaitement que sa fille refusait de les voir. Cependant elle connaissait la vérité sur elles et sur l’équipe de Nankatsu ainsi sur ceux des autres écoles qui étaient au courant à propos de la découverte du secret de Tsubasa.

 

         Ce matin là, Sanae reçut une lettre de Genzô qu’elle s’empressa de lire :

 

 

« Bonjour Anego,

 

Comme tu l’as précisé dans ta correspondance, il est inutile de passer au rituel habituel d’une lettre comme si tout allait bien.

 

Pour commencer, je suis à la fois surpris et content d’avoir tes nouvelles même si elles ne sont pas bonnes d’après ce que j’ai lu.

 

Ensuite, je suis bien sûr au courant que tu sois amoureuse de Tsubasa comme tous les autres pendant toutes ces années car cela se voit très bien sur ton visage.

 

D’après ce que tu dis dans ta missive, Tsubasa t’avait déclaré son amour juste avant de partir au Brésil mais pendant ces quatre dernières années, il t’avait mentie jusqu’à que tu découvres le pot aux roses il n’y a pas longtemps à cause d’une fille alors que tu faisais une telle joie de sortir avec lui. Je suis sidéré, choqué et surtout furieux qu’il t’ait fait un tel coup foireux car ni Misaki ni moi n’étions au courant de ses « écarts » ! Il ne parlait que de foot dans ses courriers.

 

Pour nos amis, je préfère attendre un peu pour t’en parler car suivant l’instinct d’une tierce personne, je ne suis pas sûr qu’ils t’aient vraiment trahie. Avant de te fâcher, il faut que tu comprennes que sous le choc que tu viens de subir, tu es incapable de raisonner calmement.

 

La tierce personne dont je te parlais à l’instant est en fait ma petite amie. Elle pourrait t’aider à mieux comprendre la situation que moi car elle avait vécu beaucoup de choses que tout le monde ignore encore aujourd’hui.

 

Ne t’en fais pas pour la langue, on t’aidera tous. Nous t’attendrons avec impatience car on sait que tu ne pourras jamais panser tes blessures au Japon avec la présence de Tsubasa accompagnée de cette fille.

 

Nous t’embrassons et à bientôt

 

Genzô Wakabayashi et sa petite amie. »

 

 

         La jeune femme était soulagée que Genzô et Tarô ne soient pas au courant de la tromperie de Tsubasa mais quelques questions germaient déjà dans sa tête. Si elle voulait avoir des réponses, elle sut ce qu’elle devait maintenant faire.

Cette fois-ci, c’était définitif.

Elle irait en Allemagne même si son ami Genzô était avec une autre fille.

Pour elle, son objectif était de s’éloigner le plus loin possible de Tsubasa Ohzora et de l’oublier.

Sanae, en japonais : À force de n’avoir des yeux que pour Tsubasa pendant toutes ces années, j’avais carrément ignoré les autres garçons qui étaient sans doute amoureux de moi… Comment ai-je pu être si stupide et aveugle à ce point ? Mon premier amour n’existe plus…

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales