Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1703 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

semaine de détente
[Histoire Terminée]
Auteur: bbd5362 Vue: 4776
[Publiée le: 2007-11-04]    [Mise à Jour: 2008-07-09]
13+  Signaler Romance Commentaires : 26
Description:
Le plus mignon des capitaines, j'ai nommé Toshiro Hitsugaya travaille bien trop dur. Il ne prend jamais la temps de se détendre ou de s'amuser. Mais Hinamori compte bien changer les choses!!! HitsuHina!!! il y a aussi du Ichigo/Rukia!!
Crédits:
Aucun des personnages ne m'appartient.
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

4. le meilleur moment d'une dispute...la réconciliation.

[3870 mots]
Publié le: 2008-07-09Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Chapitre 4 : Le meilleur moment d’une dispute…la réconciliation.

 

Hitsugaya et Hinamori rentraient chez Urahara. Il était temps de retourner à la soul society. Toshiro s’insultait intérieurement. Pourquoi avait-il fallu qu’il dise un truc pareil ? Bien sûr, il le pensait… mais ce n’était pas une raison pour lui dire. Maintenant, elle était toute gênée.

Ils arrivèrent devant la boutique du mec au bob, celui-ci les attendait sur le pas de la porte.

-         Ah, enfin, vous voila ! D’exclama-t-il.

-         Y aurait-il un problème ? Demanda le capitaine de la dixième division.

-         En effet, la  porte menant à la Soul Society ne veux plus s’ouvrir. Il vous ait donc impossible de rentrer.

-         Pardon ? S’étonna Toshiro.

C’était bien la première fois qu’une chose pareille arrivait.

-          Mais ne vous inquiétez pas. Intervint le marchand. J’ai déjà analysé le problème et tout sera réparé demain en début d’après-midi.

-         D’accord. répondit Toshiro qui avait déjà reprit le contrôle de soi-même et de la situation. Il me faut envoyer un rapport au commandant Yamamoto. Ensuite… Urahara, seriez-vous nous héberger ce soir ?

-         Bien sûr.

-         Très bien.

Hitsugaya sortit son « Soul pager » de sa poche et commença à tripoter les touches à toute vitesse.

-         Hé ! S’exclama Hinamori. On avait conclu que tu ne pouvais pas le prendre.

-         Désolé, mais c’était impossible. Et heureusement que je l’ai prit ou alors j’aurais eu dur de prévenir la Soul Society de notre retard d’une journée.

Elle lui jeta un regard noir.

Il ferma enfin son GSM. Hinamori lui prit aussitôt des mains, tourna les talons et rentra dans le bâtiment sous le regard étonné du jeune homme.

Il ne comprenait pas pourquoi elle avait réagi ainsi. Ca le fit sourire. Hinamori avait la réputation d’être calme et très joviale. Elle l’était mais lui qui la connaissait très bien savait qu’elle prenait la mouche pour un oui ou un non, enfin surtout avec lui.

Il regarda autours de lui. Il se trouvait seul en plein milieu de la cour comme un idiot. Il était tellement plongé dans ses pensés qu’il n’avait pas remarqué que son hébergeur était rentré.

Il entra donc à son tour dans la maison. Il trouva le propriétaire dans la salle à manger.

-         Oh capitaine, vous êtes de nouveau parmi nous ? Vous avez l’air fatigué, voulez-vous que je vous montre l’endroit où vous pourrez dormir ?

-         Oui, merci.

Il le conduisit le long d’un couloir et s’arrêta devant une porte coulissante. Le capitaine entra dans la pièce où se trouvait déjà à son plus grand étonnement son amie d’enfance.

Elle leva la tête vers lui et le regarda soupçonneuse.

-         Que veux-tu ? Demanda-t-elle d’un ton froid.

Hitsugaya se retourna vers Urahara qui abordait un petit air désolé.

-         Excusez-moi, mais nous avons souffert d’une inondation il y a peu et toutes mes chambres ont été endommagées, sauf celle-ci. Il vous faudra la partager.

-         Quoi !! Crièrent Hinamori et Toshiro d’une même voix.

Mais le marchand était déjà parti. Il soupira et s’avança dans la pièce tout en fermant la porte derrière lui.

-         Hinamori. Est-ce que le commandant Yamamoto a répondu ? Demanda-t-il.

-         Je ne sais pas.

-         Est-ce que je pourrais récupérer mon Soul pager pour vérifier ?

Elle montra d’un signe de tête le coin de la pièce. Toshiro dirigea son regard vers cet endroit et écarquilla les yeux de stupeur. En effet, son GSM se trouvait bien là-bas. Enfin le clavier en tout cas, l’écran, lui, se trouvait deux mètres plus loin.

-         Mais qu’est-ce que… Commença-t-il.

-         Il m’a échappé des mains. intervint-elle en haussant les épaules.

-         Dis plutôt que tu l’as explosé contre le mur !! S’écria Toshiro.

-         C’est une éventualité à envisager.

« On reste calme, respire Toshiro, zen, il ne faut pas t’énerver, surtout pas ».

Tandis qu’il se calmait intérieurement, il se dirigea vers le placard pour aller chercher son futon. Il n’en trouva qu’un seul. Il était accompagné d’un petit mot écrit de la main d’Urahara.

« Je n’ai plus qu’un futon double, désolé. Il vous faudra aussi le partager »

-         Hinamori, je pense que tu ne vas pas être contente. Dit-il en lui tendant le mot.

En effet, elle n’accueillit pas cette nouvelle avec enthousiasme.

Elle refusa de le partager dans un premier temps.

-         Les mecs sont plus endurants, tu n’as qu’à dormir au sol même. Lâcha-t-elle.

Heureusement, après plusieurs minutes de négociations, il réussit à obtenir un petit bout de futon pour dormir.

Hitsugaya fronça les sourcils.

Décidément, ca faisait beaucoup de coïncidences. De plus, le couloir dans lequel il était passé, ne portait aucune trace d’inondation.

 

Dans la pièce à côté, Yoruichi avait son oreille collé contre le mur dans l’espoir d’entendre quelque chose.

-         Tu ne crois pas que tu exagères un peu mon chaton ? Demanda Urahara. Tu te rends compte qu’il va me tuer quand il va comprendre que tout cela n’était qu’une supercherie.

-         Je ne fais qu’aider un peu cupidon, c’est tout !!

-         Oui ben en attendant, c’est moi qui vais devoir réparer le système de la porte que tu as si bien cassé.

 Elle se retourna et se dirigea vers lui de sa démarche sensuelle, un petit sourire charmeur accroché aux lèvres.

-         Merci, Kisuke.

-         Que dirais-tu d’une petite compensation ? Proposa-t-il alors que ses mains s’emparaient de la taille de la femme-chat.

Elle fit mine de réfléchir.

-         Plus tard. Finit-elle par répondre avant de se transformer en  chat pour lui échapper et  sortir par la fenêtre ouverte.

 

Hinamori se coucha sur le futon sans adresser le moindre mot à son « ami ». Il se coucha à son tour à l’autre extrémité.

-         Tu veux bien m’expliquer pourquoi tu ne veux plus me parler ? Demanda-t-il quand il en eu vraiment marre de son silence.

-         Si tu ne l’as pas compris, c’est que tu es encore plus idiot que je le croyais.

Toshiro commença à perdre patience. Il attrapa l’épaule de son amie pour la faire se retourner vers lui.

-         Ne me dis pas que c’est juste à cause du « Soul pager ».

-         On avait dit pas de travail !! répliqua-t-elle d’un ton froid.

-         Mais je ne l’ai pas utilisé, c’était juste par sécurité.

-         Tu l’as quand même prit alors que tu m’avais dit le contraire. Tu m’as menti.

Hitsugaya soupira.

-         Je suis désolé, tu veux bien me pardonner ?

Il lui fit un beau sourire charmeur.

-         Je ne sais pas. répondit-elle alors qu’elle savait parfaitement qu’il était déjà pardonné. Il était trop mignon pour pouvoir lui en vouloir. Et puis elle savait très bien qu’il était trop responsable pour ne pas prendre son Soul Pager.

 

Il aperçut le sourire qui étira quelques millièmes de secondes les lèvres d’Hinamori, et fut soulagé. Elle lui avait déjà pardonné. Maintenant, ce ne serait que des taquineries.

-         Je t’aurais bien proposé de lancer mon portable sur le mur pour te défouler, mais tu ne m’as pas attendu pour le faire !! Plaisanta-t-il.

Elle rit de bon cœur. Il la regarda rire, il y avait longtemps qu’il n’avait plus été aussi complice.

-         Allez dors maintenant, puisque nous sommes coincé ici, nous pourrons encore rester une journée sur terre.

-         Ce n’est pas si mal que ça pour finir. Ajouta Hinamori.

-         En effet.

Il ferma les yeux, mais il n’arrivait pas à dormir. Durant leur discussion, ils s’étaient rapprochés l’un de l’autre si bien qu’elle se trouvait maintenant presque dans ses bras.

Encore une fois, il put constater qu’elle n’était plus la petite gamine de son enfance, mais une femme ou presque et cela était… troublant.

Momo non plus n’arrivait pas à rejoindre le monde Morphée. Elle observait le visage de son ami. Il était mignon…non petit, il était mignon, maintenant le mot qui lui correspondait le plus était beau. Il était magnifiquement beau (même canon !!). Cette constatation la troubla et la fit repenser aux paroles d’Hitsugaya dans la grande roue.

-         Toshiro ? Murmura-t-elle.

Il grogna en guise de réponse sans ouvrir les yeux.

-         C’est vrai que tu me trouves jolie ?

Elle le vit rougir. Mais il se retourna de l’autre côté sans lui répondre. Elle soupira et ferma les yeux.

-         Oui. Répondit-il d’un souffle quasi inaudible alors que le silence s’était installé depuis un certain temps.

Ses joues étaient en feu. Il n’osait pas se retourner vers elle. Tout à coup, il sentit quelque chose sur lui puis une pression sur sa joue. Enfin c’était ce qu’avait visé Hinamori en lui faisant un bisou pour le remercier, mais malheureusement (ou heureusement) avec le noir et son équilibre précaire étant sur le corps de Toshiro, elle dérapa légèrement et l’embrassa au coin de la bouche.

Le capitaine, étonné, essaya de tourner sa tête vers son amie, mais ce mouvement fini par scellé leurs lèvres l’une contre l’autre.

Hinamori écarquilla les yeux de stupéfaction. Comment étaient-ils arrivés à s’embrasser alors qu’elle ne voulait que lui faire un petit bisou innocent ?

Ils s’éloignèrent l’un de l’autre d’un bond.

-         Désolé. Dirent-ils à l’unisson.

Un silence lourd de gêne s’installa.

Qu’est-ce qu’on pouvait dire dans ces cas-là ? Se demanda Toshiro. Surtout que ce bref contact ne lui avait pas déplu. C’était même le contraire. Il ressentait même un sentiment de frustration à cause de ce baiser si court, trop court et si superficiel. C’était clair maintenant dans son esprit. Il aurait voulu s’emparer réellement de ses lèvres, de pouvoir vraiment les gouter.

Sans s’en rendre compte, il s’était rapproché de nouveau d’Hinamori.

-         Désolé. Souffla-t-elle. ce n’était pas prévu, je voulais juste…

Elle ne pu achever sa phrase. Toshiro venait de poser doucement sa main sur la joue de la jeune fille.

-         Momo ? Je peux t’embrasser ? Demanda-t-il dans un murmure.

Elle resta stupéfaite. Il était sérieux, elle le voyait dans ses yeux. Elle acquiesça d’un petit mouvement de tête. Aussitôt, il rapprocha son visage du sien et posa ses lèvres contre les siennes. Il prit le temps de les gouter doucement avant de les franchir pour approfondir le baiser.

Un chat noir sauta à ce moment de la branche de l’arbre qui faisait face à la fenêtre de la chambre où les deux shinigamis échangeaient leur premier vrai baiser.

 

                             *****************************************************

 

Ichigo et Rukia se dirigeaient vers le lycée.

-         Kuchiki-san ! S’écria Keigo en rejoignant les deux adolescents.

Il était suivi de toute la bande d’amis.

-         Salut Kuchiki-san ! Dit Inoue. Depuis quand es-tu revenue ?

-         Depuis hier soir.

-         Je suis contente que tu sois là. S’exclama-t-elle avec un sourire. Bonjours Kurosaki-Kun. Ajouta-t-elle en se tournant vers le rouquin qui lui répondit d’un « salut Inoue ».

Les cours commencèrent au plus grand damne de Keigo qui s’endormait déjà. Il ne voyait pas l’utilité de suivre les cours puisque de toute façon, il ne ferait jamais parti du classement des meilleurs contrairement à ces traites d’Ichigo et de Chad.

Midi sonna, et ils se retrouvèrent tous comme à leur habitude sur le toit pour manger.

Tatsuki qui s’était pour une fois joins à eux regardait sa meilleure amie avec inquiétude.

-         Qu’y a-t-il, Inoue ? Demanda-t-elle.

La rousse tourna la tête vers elle et lui fit un grand sourire.

-         Rien du tout, je vais très bien. Dit-elle de façon un peu trop enthousiasme.

Tatsuki ne demanda plus rien mais une minute plus tard, son amie avait encore le regard triste. Elle suivit des yeux l’endroit où regardait Inoue. Elle comprit enfin son désarroi.

Ichigo se trouvait là aux côtés de Rukia. Ils se chamaillaient comme à leurs habitudes mais Tatsuki remarqua très vite les regards qu’ils se lançaient. Inoue avait du aussi les remarquer. C’était tellement flagrant que n’importe qui aurait pu le voir au premier coup d’œil que ces deux là se plaisaient. Et en effet, tout le monde l’avait remarqué. Chacun s’était éloigné d’eux afin de les laisser ensemble.

-         Crétin d’Ichigo ! Murmura Tatsuki.

-         Qu’est-ce que tu as dit ? Demanda Inoue.

-         Rien.

Elle lui sourit. Elle allait tout faire pour essayer de lui faire oublier ce crétin qui ne la regardait pas.

Les cours se finirent. Rukia se retournèrent  pour faire un dernier signe de main à ses amis et accéléra le pas pour rattraper Ichigo.

-         Tu pourrais m’attendre ! S’exclama-t-elle dès qu’elle fut arrivée à sa hauteur.

-         Tu n’as qu’à te dépêcher.

-         Tu n’as que marcher moins vite, je n’ai pas d’aussi grande jambes que toi…Mais où vas-tu ? Demanda-t-elle soudain alors qu’il venait de tourner dans une rue qu’ils n’empruntaient pas en temps normale pour retourner à la clinique Kurosaki.

-         Yusu m’a demandé de faire quelques courses pour le diner.

Ils arrivèrent devant un petit magasin où ils entrèrent.

Ichigo se dirigea directement vers les rayons d’alimentation suivis pas Rukia. Mais celle-ci fini par l’abandonner quand ils passèrent devant le rayon jouets où se trouvaient plusieurs peluches.

Le rouquin finit de rassembler tous les articles qui se trouvaient sur la liste de sa sœur. Il se retourna croyant trouver Rukia mais il ne trouva que du vide.

« Merde où était-elle encore passée ? »

Il la chercha dans tout le magasin. Elle était plantée devant un petit lapin en peluche.

-         Tu viens ? L’appela-t-il.

Elle ne répondit pas et ne daigna même pas tourner la tête vers lui.

Il s’approcha d’elle pour essayer de la tirer par le bras. Mais elle fixa tellement bien ses pieds au sol, qu’elle ne bougea pas d’un millimètre.

-         Qu’est-ce qu’il y a ? Soupira-t-il.

Elle pointa du doigt le lapin en peluche en suppliant Ichigo du regard. Celui-ci comprit immédiatement (ce n’était pas très compliqué à comprendre). Il n’eut pas le temps d’exprimer son refus qu’une vielle femme, la propriétaire du magasin arriva auprès d’eux.

-         Que c’est beau la jeunesse !! S’extasia-t-elle.

Les deux shinigamis la regardèrent stupéfaits.

-         Vous en avez de la chance mademoiselle d’avoir un petit-ami si intentionné. Continua-t-elle.

-         Euh…non… ce n’est pas…

Rukia lui coupa la parole. Une flamme de malice venait de s’allumer dans ses yeux.

-         Oui en effet. Dit-elle en collant son dos contre le torse d’Ichigo.

Le pauvre resta muet de stupéfaction. «  Mais à quoi pensait-elle en faisant un truc pareil ? ».

La vielle femme regarda attendrie le tableau que formaient ces deux là.

-         Vous êtes vraiment mignon tous les deux, vous formez un très joli couple, cela se voit que vous vous aimez. Dit-elle avec un sourire ému.

-         On nous le dit souvent. Répondit Rukia.

-         Alors que puis-je faire pour vous ? Demanda la marchande.

-         Demain cela fera un mois qu’on est ensemble et il veut m’offrir un cadeau pour l’occasion. Dit Rukia avec un sourire manipulateur.

-         Oh c’est vraiment très attentionné !!

La shinigamie prit le lapin en peluche en main et le porta à la hauteur des yeux de son « petit-ami »

-         J’ai choisi, je vais prendre celle-ci.

Elle lui sourit et se retourna vers la propriétaire du magasin.

-         Venez, on va passer par la caisse.

Ils la suivirent jusqu’au comptoir. Quand Ichigo eut payé. Il prit le sac de course et Rukia s’empara de sa peluche. Elle la serra très fort contre sa poitrine. (C’est Kon qui va être jaloux).

-         N’oubliez pas de le remercier ! Souffla la vielle femme à l’oreille à sa cadette.

Rukia acquiesça discrètement avant d’enrouler ses bras autours du cou d’Ichigo et de déposer un long bisou sur sa joue. Le pauvre rougis comme une pivoine.

-         Voyons jeune homme, il ne faut pas être gêné ainsi juste parce que je suis là ! Cela ne me dérange pas du tout, bien au contraire. Cela me rappelle tellement de bons souvenirs.

Ils saluèrent la vielle femme. Rukia prit la main d’Ichigo dans la sienne et sortirent du magasin.

Dès qu’ils tournèrent au coin de la rue, le shinigami remplaçant arracha sa main de celle de Rukia et se planta devant elle, ses yeux fixé dans les siens.

Elle le regarda d’un air innocent.

-         Qu’y a-t-il ? Demanda-t-elle.

-         Tu te fous de moi !! Rugit-il. Tu m’as complètement manipulé pour que j’achète cette foutue peluche et puis arrête de jouer  le rôle de ma petite-amie éperdument amoureuse de moi, çà sonne très faux. Et surtout arrête de…m’embrasser comme ça. Finit-il en rougissant.

-         Mais ce n’était qu’un petit bisou. Se défendit-elle.

-         Ben justement, pour toit ça ne signifie rien ou pas grand-chose mais pour moi, si.

Rukia le regarda quelques secondes en silence.

«  Etait-ce le faite de se faire embrasser par quelqu’un qui signifiait quelque chose ou bien le faite que ce soit elle ? »

Soudain, il tourna les talons et prit la direction de la clinique Kurosaki. Rukia le suivit sans trop s’approcher tout de même.

Il ne prononça pas un mot sur le chemin du retour. Il était vraiment en colère, elle avait peut-être un peu exagérée.

Il entra chez lui, elle fit le tour pour entrer par la fenêtre sans être vue.

Elle déposa le lapin dans le placard, jugeant plus prudent de l’éloigner de la vue du rouquin pour l’instant.

Une dizaine de minutes plus tard, il entra dans sa chambre. Il ne fit pas attention à Rukia assisse sur son lit et commença ses devoirs devant son bureau.

A six heures, il partit diner sans lui avoir adressé le moindre mot. Quand il revint, il lui avait apporté un repas qu’il déposa devant Rukia toujours sans ouvrir la bouche.

Elle l’attrapa par le poignet avant qu’il ne s’éloigne.

-         Dis quelque chose, même si c’est pour me crier dessus. Dit-elle

-         Mange.

C’est tout ce qu’il dit. Elle soupira et commença à manger. Quand elle eut fini, elle s’était décidée à se faire pardonner. Elle s’approcha de lui.

-         Je suis désolée, je n’aurais pas du agir ainsi au magasin, désolé.

-        

-         C’est bon que veux-tu que je fasse pour me faire pardonner ?

-         Que tu me laisses t’embrasser !! Répondit-il.

Rukia écarquilla les yeux de surprise devant sa demande.

-         Si tu veux.

Elle lui tendit sa joue. Ichigo émit un petit rire.

-         Non, tu m’as mal compris. C’est un vrai baiser que je veux.

Rukia regarda le rouquin qui avait toujours ce petit sourire charmeur qu’elle ne lui connaissait pas du tout.

Il l’attrapa par le menton et rapprocha leur visage à un tel point qu’ils se touchaient presque.

-         Alors toujours tentée de te faire pardonner ? Souffla Ichigo d’une voix suave.

Rukia ne put s’empêcher de rougir. Elle ferma les yeux, prête à recevoir ce baiser.

-         Je plaisantais. Lâcha Ichigo en se retournant.

La shinigamie ouvrit les yeux.

-         Baka ! Cria-t-elle. Ca ne se fait pas de jouer avec les sentiments des autres !! S’écria-t-elle vexée de s’être faite roulée.

Ichigo se retourna les sourcils froncés.

-         Ca ne se fait pas, tu dis ? Mais c’est pourtant toi qui as joué avec les miens tout à l’heure.

-         Ce n’était pas pareil !!

-         Si, la seule chose qui diffère, c’est que je ne t’ai pas embrassé.

-         Si c’est tout ce qui te manque ! Dit Rukia avant de se plaquer contre Ichigo pour l’embrasser.

D’abord surpris, le shinigami remplaçant ne put s’empêcher d’y répondre avec fougue. Ils se séparèrent à bout de souffle.

-         Voila, maintenant tu es content ? Je suis pardonnée ? dit Rukia.

-         S’il te plait ne me dit pas que ce baiser ce n’était juste que pour te faire pardonner. Dis-moi que tu en avais envie, au moins un petit peu !! murmura-t-il encore un peu hagard.

Elle s’éloigna de lui. L’intensité de ce baiser avait été trop forte, son corps entier avait été submergé de sensations qu’elle ne connaissait pas.

-         Pourquoi donnerais-je mon premier baiser à un garçon que je ne désire pas embrasser ? Répondit-elle.

Un petit sourire éclaira le visage du jeune homme. Il se leva et captura Rukia dans ses bras.

-         Normalement, c’était moi qui devait t’embrasser et pas le contraire. Souffla-t-il à son oreille avant de s’emparer de ses lèvres.

 

                                 ********************************************

Début de la semaine suivante.

 

Hitsugaya venait de reprendre le travail après une semaine de vacance…inoubliable. Comme il l’avait prévu, malgré les dires d’Hinamori, sa vice-capitaine n’avait pas fait grand-chose et il devait rattraper toute la paperasse en retard. Mais bon, ca en valait tout de même la peine.

Quand il repensa à ces derniers jours qu’il venait de passer avec Hinamori, on pourrait lui ordonner de remplir toute la paperasse de toutes les divisions, qu’il ne perdrait pas sa bonne humeur. Même quand il avait découvert avec certitude qu’il n’y avait jamais eu d’inondation chez Urahara, que tout ça n’était qu’une plaisanterie. Il ne s’énerva pas (ou presque pas).

Quelques coups discrets retentirent contre la porte de la dixième division.

-         Entrer. Cria Toshiro.

-         Capitaine Hitsugaya, voici  les rapports de votre dernière mission effectué avec la 5ème division. Dit une jeune fille.

Il ne put s’empêcher de sourire en la voyant. En effet, Hinamori se tenait sur le pas de la porte, des papiers en mains.

Elle s’avança et les donna à Toshiro. Leurs mains se frôlèrent, ils se sourirent. Ils avaient décidé de garder leur relation secrète, ou tout du moins de ne pas trop l’exposer pour s’épargner les ragots.

-         Vous pouvez l’embrasser capitaine, ça ne me gêne pas. Dit soudain Matsumoto qui les regardait avec un sourire.

Hitsugaya lui lança un regard stupéfait qui voulait dire «  Comment tu sais qu’on sort ensemble ? »

-         Voyons capitaine, tout le monde est au courant. S’exclama Rangiku. Depuis le temps qu’on faisait des paris entre nous pour voir quand vous vous déciderez enfin à lui déclarer votre flamme !! Vous regard amoureux ne nous on pas échapper, surtout que vous n’êtes pas très discret.

-         Comment ça des paris ? s’écria Toshiro.

-         Oups. Dit Matsumoto en plaquant sa main contre sa bouche. Je pense qu’il faudrait mieux que j’y aille.

Et elle sortit en courant.

-         Mais qu’est-ce que j’ai fait pour mériter une vice-capitaine pareille ! Soupira le capitaine.

Hinamori sourit et embrassa du bout des lèvres Toshiro.

-         Moi je la trouve gentille de nous avoir laissé seul tous les deux. Dit-elle avec un sourire.

-         Oui.

Il était sur le point de l’embrasser quand un énorme bruit se fit entendre dans Seireitei.

-         Qu’est-ce que c’est ? Demanda Toshiro qui s’était mit immédiatement sur ses gardes.

-         Ce n’est rien. Ria Momo. Cela vient de la sixième division, le capitaine Kuchiki vient d’apprendre que sa sœur sortait avec le shinigami remplaçant et maintenant il se défoule juste sur Kurosaki-kun.

-         Et comment il l’a appris ?

-         Il les vu s’embrasser.

Toshiro fit la grimace.

-         Je paris sur le capitaine Kuchiki. Plaisanta-t-il avant de reprendre Momo dans ses bras.

 

                                                             The end

 

                                          ************************************

 

Et voila, j’ai enfin finit cette fic.

Je suis désolée pour cette longue absence. Pour vous dire la vérité, je l’avais un peu (beaucoup) oublié.

Donc je dois remercier ceux qui me l’ont rappelé en me postant des commentaires.

Je tiens aussi à m’excuser pour la qualité moyenne de ce chapitre. J’avais plus beaucoup d’idées. Mais bon j’espère que ça vous a plus tout de même un petit peu !!

Laissez-moi des commentaires, ce serait vraiment gentil. Et merci d’avoir lu cette fanfiction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales