Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1950 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Ryūbi to kōri
[Histoire Terminée]
Auteur: Ombe Vue: 21019
[Publiée le: 2013-05-27]    [Mise à Jour: 2014-03-09]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 48
Description:
Les années ont passé, et c'est maintenant au tour de Karin, 16 ans, de découvrir ses pouvoirs avec l'aide de son "meilleur ami".
Mais, les jours tranquilles vont être bouleversés par un événements... Quel est ce labyrinthe ? Où l'unique règle est de survivre...

//////////////////////////////////////////////////////

Chapitre : 17 / 17

Grande mise à jour avec corrections et modifications de certains chapitres !
Crédits:
Tous les persos et l'univers appartiennent à Tit Kubo, l'auteur de Bleach
<< ( Préc )
  Commenter ce chapitre 

Chapitre final !

[5466 mots]
Publié le: 2013-09-22Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Et voilà (enfin !!) le dernier chapitre de ma fiction ! Je vous souhaite une excellente lecture !

Chapitre 17 : Dénouement


Le lendemain, Karin se réveilla en entendant l'eau couler dans la salle de bain située juste à côté de la chambre de Toshiro. Elle devina facilement qu'il était en train de prendre une douche froide. Chose qui ne l'étonna guère, elle l'avait bien torturé la veille pour qu'il cède. Elle était quand même fière que le jeune capitaine ait put tenir, même s'il avait sans doute dû faire appelle à toute sa volonté. Elle se leva et se dirigea vers le petit sac qu'elle avait ramené du labyrinthe, elle l'ouvrit et en sortit une petite perle transparente. Elle sourit en l'observant.


<< Une chose peut-être importante mais en même temps plus petite qu'on ne le pense, comme une perle. >>

<< Vous tenez ça d'où maîtresse ? >>

<< Un film génial ! >>


Elle rangea de nouveau la bille en l'enveloppant dans un morceau de tissue puis elle se redressa au moment où Toshiro sortait de la douche habillé de sa tenue et son Haori. Elle s'approcha de lui et l'embrassa.


_ Bien dormit ?

_ Oui. Très bien. Et toi ?

_ Super bien ! Ça faisait longtemps que je n'avais pas put me reposer sur mes deux oreilles.

_ Tu devrais t'habiller. Le débriefing est dans vingt minutes.

_ D'accord.


Elle l'embrassa de nouveau avant de partir vers la salle de bain.


_ Au fait, pas trop froide la douche ?

_ Non, pas assez même...


Elle eut un petite rire avant de lui faire un clin d’œil et de s'enfermer dans la salle d'eau. Toshiro soupira avant de refaire le futon.


<< Elle va m'achever. Ça devient vraiment trop dur de résister. >>


Il soupira de nouveau avant de s'asseoir pour attendre la jeune fille, mais il ne put empêcher son esprit de vagabonder et d'imaginer Karin en train de se doucher. Il secoua la tête pour chasser ces pensées et essaya de se concentrer sur le mur en face de lui.

Karin sortit habillée de la salle de bain après une dizaine de minutes et ils partirent en direction de la salle de réunion de la première division.

Lorsqu'ils arrivèrent, les autres étaient déjà là. Kyõraku eut un sourire amusé et demanda :


_ Bien dormit ?

_ Super bien ! Ça faisait une paye que j'avais pas put dormir autant sans avoir à me méfier.

Toshiro soupira à la vue des regards sous-entendus et leva les yeux au ciel avant de se mettre à sa place. Karin restait avec Ichigo dans l'allée centrale, face au commandant. Ce dernier dit :


_ Bien, maintenant que tout le monde est présent, il est temps de vous informer Kurosaki Karin de ce qui s’est passé durant votre séjour dans le labyrinthe.

_ Ouais, j'ai d'ailleurs pas mal de question...

_ Nous allons donc commencer par là.


Karin hocha la tête avant de s'asseoir sur le sol en tailleurs et de demander :


_ Bon, déjà, c’est qui qui m'a envoyé là-bas ? Est-ce que vous l'avez arrêté ?

_ Nous l'avons en effet arrêté. Il s'agit de Hinamori Momo, vice-capitaine de la cinquième division.

_ C'est pas ta frangine Toshiro ?

_ Si, répondit-il en baissant la tête. Elle est de nouveau tombée sous l'emprise d'Aizen.

_ Mais comment ça se fait qu'elle l'ai vu ? Je croyais qu'il recevait aucune visite.

_ Nous n'en savons rien, fit Soi Fon. Elle refuse de parler.

_ Je vois... La pauvre... mais pourquoi elle s'acharnait sur moi ? Je ne lui ai rien fais de mal ma connaissance.

_ Comme l'a dit le capitaine Soi Fon, elle refuse de parler, fit Yamamoto.

_ Comment vous avez découvert que c'était elle ?

Ils hésitèrent un moment et tous les regards se tournèrent vers Toshiro. Il observa Karin, poussa un léger soupire avant de dire :


_ On peut dire que c’est en partie ma faute si tout ça est arrivé. Tu te rappelles comment nous surnomment les membres de ton équipe ?

_ Ryūbi to Kõri. Mais quel rapport ?

_ C'est aussi le nom d'une légende. Le dragon de glace et la dragonne de feu. Ils vivent tous les deux dans une autre dimension et leurs pouvoirs sont immenses. Et chacun des deux est lié à un shinigami, fille et garçon, leur conférant une grande part de leurs pouvoirs. Mais il y a une condition, il faut que les deux dragons soient réveillés. Le premier à se réveiller doit attendre que le shinigamis auquel il est lié prenne un compagnon ou une compagne définitive. À ce moment-là, l'autre dragon se réveille et la puissance des deux shinigamis est largement décuplée. Aizen cherchait cette puissance afin de se libérer et se venger de la Soul Society.

_ C'est pour ça qu'il fallait m'éliminer... Mais jamais tu l'aurais servit.

_ Le pouvoir d'un seul dragon est suffisent pour détruire le Seireitei, alors, pas besoin de mon accord, vu qu'il contrôlait Hinamori.

_ Mais jamais tu serais allé vers une autre.

_ Bien sûr que non ! C'est toi et personne d'autre.


En disant ça, il avait croisé les bras d'un air buter. Certains capitaines eurent un sourire amusé et Karin hocha la tête avec un air satisfait. Le commandant toussota et ils se reprirent.


_ Très bien, avez-vous d'autres questions ?

_ Ouais. Comment ça se fait que Yuzu puisse venir ? Elle n'a pas la moindre once de Reiatsu. Et est-ce que je peux garder Asa ? Et pour ce qui est du monde réelle et de mon retour, ça va se passer comment ? Parce que comme Toshiro et moi on va se marier, il va falloir décider si je retourne ou non dans le monde réelle. Il y a aussi la condamnation d'Hinamori, qu'est-ce que vous allez lui faire ? Est-ce que je pourrais lui parler ? Vous savez où se trouve le labyrinthe ?

_ Ça fait beaucoup de question, commenta Kyõraku.

_ Pour Yuzu, comme elle venait souvent ici pour avoir des nouvelles de l'enquête, Urahara lui a fabriqué un bracelet qui lui permet de se rendre à la Soul par son portail spécial, fit Ichigo.

_ Ah ok.

_ Pour Asa, je t'ai déjà dit qu'il n'y avait pas de problème, répondit Toshiro.

_ Pour votre vie, vous avez le choix entre retourner dans le monde réelle et rester ici.

_ Mais Toshiro pourra venir dans le monde réelle sans que ça ne pose de problème ?

_ J'ai déjà un remplaçant, répondit-il en désignant Ichigo du menton.

_ Le capitaine Hitsugaya aura le droit de partir.


Karin Hocha la tête, elle hésitait. Un détail fit alors irruption dans son esprit.


_ Merde, Asa est un chien de l'enfer, ça risque de mal passer dans le monde des humains.

_ Oui, vous devrez le laisser ici si vous partez.

_ Je le garde ! Donc, vous aurez une Kurosaki de plus chez vous.


Elle avait un grand sourire et certain poussèrent un soupir pour la forme. Soi Fon marmonna même un « Oh non... » pas du tout discret. Toshiro, lui, fit semblant d'être vexé :


_ Tu reste pour un chien et pas pour moi ?

_ Tu serais jaloux ? T'en fait pas, je reste aussi pour toi.


Il y eut quelques sourires dans l'assemblé. Puis, ce fut au tour de ses questions sur Hinamori. Ce fut à Yamamoto de répondre :


_ Nous n'avons pas encore décidé de sentence pour Hinamori Momo, le central 46 délibère encore. Mais pourrais-je savoir pourquoi vous voulez la voir ?

_ Pour discuter. Elle parlera peut-être avec moi.

_ Je ne pense pas, fit Soi Fon.

_ Ce serait une mauvaise idée de vous laisser seule toutes les deux, ajouta Ichigo.

_ Pourquoi ? J'peux me défendre.

_ C'est pas pour toi que je dis ça...

_ J'vais pas la tuer non plus. La pauvre, elle s’est encore faite manipuler par Aizen, c’est pas sa faute si son esprit est faible et facilement manipulable.

_ C'est presque insultant ce que tu viens de dire, fit remarquer Unohana.

_ Mais c’est la vérité. Bon, alors ? J'peux la voire ?

_ Très bien, céda Yamamoto. Mais pas seule. Le capitaine Kuchiki vous accompagnera.

_ D'accord !


Toshiro n'avait pas dit un mot de tout l'échange. C'était quand même sa sœur qu'il s'était promit de protéger et là, elle s'en était prise à la femme qu'il aimait. Il ne savait pas s'il s'en voulait de ne pas l'avoir protéger d'Aizen ou s'il était en colère. Karin, le remarquant lui sourit doucement.


_ Arrête de te prendre le choux Toshiro. T'y est pour rien.

_ Oui, mais...


Il ne finit pas sa phrase que Karin s'était levée et lui avait mit un coup de poing sur le sommet du crâne. Les autres étaient choqués alors que le jeune homme se tenait la tête :


_ Aï ! Mais ça fait mal ! T'es cinglée ?

_ Bonne question... Passons, j'préfére ça. Tu déprimes encore devant moi sans bonne raison et je te jure que je frappe plus fort.

_ Euh... Oui.


Karin hocha la tête et retourna s'asseoir à sa place. Puis, elle demanda :


_ Et pour le labyrinthe ?

_ Nous ne connaissons toujours pas sa position, Dit Yamamoto.

_ Je vois... Bon, c'était tout ce que je voulais savoir.

_ Moi j'ai une question !

_ Capitaine Ukitake. Quelle est-elle ?

_ Vous vous mariez quand tous les deux ?


Karin et Toshiro se regardèrent, ils n'avaient pas vraiment décidé. Ils répondirent finalement en même temps :


_ Le plus tôt possible.

_ Les préparatifs pour le mariage d'un capitaine ne prennent pas bien longtemps, fit remarqué Rose. N'est-ce pas capitaine Kuchiki ?

_ En effet.

_ Euh... En quoi ça consiste un mariage de capitaine ?


Karin semblait légèrement inquiète et plus trop sûre d'elle. Unohana lui fit son sourire qui faisait flipper tout le monde.


_ Ne vous inquiétez pas Kurosaki-san. Ce n’est pas bien différent du monde réelle. Je vous expliquerez tout plus tard.


Karin jeta un regard à Toshiro, mais il détourna le regard et dit simplement :


_ Ça passera vite, t'en fait pas.


Beaucoup avait un regard amusé et Karin le sentait très mal. Finalement Yamamoto décréta :


_ Le mariage pourra avoir lieu dans deux jours, capitaine Unohana, je vous laisse vous occuper de la jeune Kurosaki.

_ Bien commandant. Vous deux, interdiction de dormir ensemble à partir de maintenant.

_ Ouf...


Toshiro était soulagé, il avait peur de craquer avant. Karin, elle était légèrement déçue, elle aurait bien voulut pouvoir jouer avec son ami pour voir combien de temps il tiendrait. Soudain, Kenpachi, qui s'était allongé pour faire la sieste en attendant que ça passe, se redressa et dit :


_ Moi j'veux un combat contre la gamine !

_ Capitaine Kenpachi ! On vous a déjà dit non, répliqua Yamamoto.

_ Moi ça me dérange pas, fit Karin.


Tous la regardèrent avec des yeux ronds et Kenpachi éclata de rire.


_ Vous voyez ! Elle est d'accord ! Elle a plus de courage qu'Ichigo !

_ Non, c’est juste que tu dois pas être tellement plus fort que les Onis.


Il cessa de rire et l'observa. Elle ne lâcha pas ses yeux, lui lançant un regard de défis. Il finit par faire un sourire de psychopathe.


_ C'est ce qu'on verra gamine !

_ Et. Je. Ne. Suis. PAS. Une. Gamine !


Tous regardèrent Toshiro à ce moment. Shinji, Rose, Kyõraku et Kenpachi ne se privèrent pas d'éclater de rire alors qu'un sourire apparaissait sur le visage d'Unohana.


_ Vous vous êtes vraiment bien trouvé tous les deux !


Karin croisa les bras pour faire semblant de bouder et marmonna :


_ J'ai quand même dix-huit ans... D'ailleurs, elle redressa la tête et regarda Ichigo. On me doit deux anniversaires !

_ T'inquiète, on a continué de te le fêter en même temps que Yuzu et j'ai gardé tes cadeaux.

_ Ouais ! Tu me les donnes quand ?

_ Tout à l'heure si tu veux.


Un toussotement derrière eux les fit se tourner vers Kurotsuchi qui n'avait pas ouvert la bouche depuis le début.


_ Je voudrais examiner votre chien de l'enfer, c’est la première fois que je vois un tel spécimen.

_ Toi, le panda transgénique, bariolé, tu t'approche de mon chien, je te réduit en cendre avant que tu puisse te liquéfier, comprit ?


Son regard indiquait clairement qu'elle ne plaisantait pas et même Kurotsuchi frissonna devant l'aura de la jeune fille. Le commandant frappa le sol de sa canne et tous se tournèrent vers lui.


_ Bien, la réunion de débriefing est terminée, vous pouvez y aller. Capitaine Kenpachi, je vous autorise à combattre Kurosaki si elle est d'accord, mais interdiction de faire un combat à mort.

_ Kss... C'est pas drôle si c’est pas à mort...


Il sortit néanmoins sans protester. Karin sortit aussi avec Toshiro et Ichigo. Mais Unohana s'invita et prit la jeune fille par le bras.


_ Vous venez avec moi. Interdiction de voir le capitaine avant la cérémonie.

_ Hein ! C'était pas juste dormir avec ?

_ Non. Vous allez passer ces deux jours séparés.

_ Zut...

_ Je peux l'emmener à la maison ? demanda Ichigo.

_ Mais bien entendu Kurosaki-san, je comptais sur Kuchiki-san pour m'aider à expliquer à cette jeune fille le déroulement d'un mariage de capitaine.

_ D'accord... Bon, ba salut Toshiro, on se voit après-demain.

_ Ouais.


Ils s'embrassèrent une dernière fois avant que le jeune homme ne parte.


_ Avouez que c’est juste pour que j'arrête de le torturer.

_ En effet, répondit Unohana. Le pauvre, vous devriez voir son regard.

_ Je sais. Mais c’est amusant.


Elle sourit avant de se mettre en route vers la maison de son frère. Unohana et Ichigo se regardèrent avant de la suivre.


_ Elle est devenu un peu sadique lors de son séjour, commenta Ichigo.

_ Forcément, elle a côtoyé Grimmjow pendant deux ans dans ce labyrinthe... Il fallait s'attendre à des répercutions sur son mental.

_ Si vous le dites.


Ils arrivèrent à la maison et Ichigo donna ses cadeaux à Karin. Elle sourit en voyant un nouveau ballon de foot, offert par ses amis. Une photo de famille, cadeau de Yuzu qui se doutait qu'elle resterait là-haut et qui ne voulait pas qu'elle oublie les siens. Il y avait aussi une robe d'été blanche avec des motifs de fleures noires, aussi cadeau de Yuzu. Elle trouva un jeu de fléchette, de la part d'Ichigo qui savait qu'elle aimait y jouer. Le paternel lui avait offert une mini-version du poster de leur mère et deux livres de médecine. Les cadeaux de Toshiro n'étaient autre qu'un collier avec un petit dragon dessus en argent et un bokuto. Il était en bois de yuzu, une espèce de citronnier du japon. Karin sourit au clin d’œil à sa sœur. Il y avait aussi une gaine de cuir noir avec une ceinture brune du même cuir solide.

Lorsqu'elle eut finit de découvrir ses cadeaux, Rukia l'attrapa et l'emmena dans une pièce où se trouvaient déjà Unohana et Matsumoto. Cette dernière était en possession d'un paquet qui n'augurait rien de bon à Karin.


_ Kurosaki-san, asseyez-vous, fit Unohana.


Elle s'exécuta aussitôt.


_ Bien. Donc, il a été décidé que ce matin et cette après-midi, nous vous préparerions à la cérémonie. Demain matin, vous aurez votre combat et demain après-midi, vous pourrez aller voir Hinamori.

_ D'accord. Mais, est-ce que vous pourriez me tutoyer Unohana Taisho, ça me perturbe de voir quelqu'un de plus vieux me vouvoyer...

_ Comme tu voudras.


Et les explications débutèrent.

Elles commencèrent par le déroulement de la cérémonie. Toshiro et elle devront traverser plusieurs salles, au nombre de trois. Dans la première, chacun devait se confronter à son contraire, le feu pour Toshiro, la glace pour Karin car le feu était son élément principal. Cette épreuve à pour but de tester leur amour. Dans la seconde salle, il doivent rester debout pendant deux heures afin de réfléchir à ce qu'ils vont dire. Et enfin, la troisième, le grand final, avec les invités. Ils passent devant le commandant chargé de les marier, disent leurs vœux et s'en suit le banquet avec la remise des cadeaux.

Pour ce qui est des tenus, Karin manqua de faire une crise cardiaque en voyant la tenu, contenue dans le paquet de Matsumoto, accrochée à un mannequin de sa taille. Même si elle n'aimait pas beaucoup les robes et les tenues traditionnelles, celle-là l'attira tout de suite. C'était un kimono blanc remastérisé en robe de mariée avec un voile tenu par deux barrettes d'argents. Il était vraiment magnifique. Karin ne put s'empêcher d'être émerveillée.

Les trois femmes furent heureuses de sa réaction et Rukia lui confia que c'était la tenue de mariage de sa sœur. Karin n'en fut que plus honorée.

Puis, elles passèrent à la coiffure et au maquillage, se disputant pour savoir ce qui irait le mieux à Karin. Pendant que Matsumoto et Rukia discutaient, Unohana décrit à Karin la tenue de Toshiro. Il aurait un kimono blanc lui aussi, mais avec des lys cousus sur le bas. Il portera aussi un Haori de cérémonie avec son nom et son prénom marqués en lettres dorées sous le numéro de sa division.

Finalement, Rukia et Matsumoto trouvèrent un accord et elles commencèrent les essais sur Karin.

La séance de maquillage et celle d'essayage se terminèrent en fin d'après-midi et Karin était crevée. Bon, elle avait trouvé un point intéressant à sa tenue, elle s'enlevait super facilement. Matsumoto commenta même en disant que c'était ce que les mariés préféraient dans cette tenue, et Karin ne put que l'approuver. Elle se coucha presque aussitôt après avoir mangé, totalement claquée, mais elle passa quand même dire bonne nuit à Asa. Il fallait qu'elle soit en forme le lendemain, elle allait se bastonner avec Kenpachi quand même ! Heureusement, Ichigo lui avait ramené toutes ses affaires. Elle observa encore la bille avant de se coucher après l'avoir rangée soigneusement.


Le lendemain, elle se rendit tôt au terrain d'entraînement de la onzième division. Kenpachi était déjà là avec Yachiru et les membres de sa division qui ne voulaient manquer pour rien au monde ce combat. Il y avait aussi quelques capitaines, mais pas Toshiro. Du moins, c’est ce que croyais Karin, il était en fait caché non loin, et observait de loin.


_ Enfin là gamine !

_ Ouais ! Et j'peux te jurer qu'à la fin de ce combat, tu n'oseras plus jamais m'appeler gamine !


Kenpachi éclata de rire avant de dégainer son sabre sans nom et de foncer sur elle, Karin sortit Hinowa de son fourreau et dit :


_ Élève-toi sur les terres embrasées Hinowa. Protège-moi de tout danger, Aisudowãfu, petit nain de glace.


Ses deux shikai s'activèrent et le Reiatsu dégagé suffit à repousser Kenpachi alors que l'armure de la jeune fille apparaissait, lui conférant aussi des ailes de glaces sur lesquels dansaient ses flammes. Aisudowãfu partit se ranger sur le côté et s'assit en tailleur afin de défendre sa maîtresse. Kenpachi éclata d'un rire de psychopathe et retira d'un coup son bandeau, faisant augmenter son Reiatsu de manière exponentiel. Ils s'observèrent une seconde avant de foncer l'un sur l'autre. Tout ce que pouvaient dire les spectateurs, c'était que le combat était magnifique et très égal. Karin n'était même pas en Bankai qu'elle parvenait à tenir tête au capitaine. Soudain, Zaraki s'éloigna, une immense plaie cautérisée en travers de la poitrine. Karin se remit en garde et il lança sans se départir de son sourire :


_ Envoi ton Bankai !

_ Non.

_ Pourquoi ?

_ Je ne le maîtrise pas assez bien. Force-moi à le sortir, Kenpachi.


Le capitaine éclata de rire et son Reiatsu augmenta encore, le combat reprit de plus belle. Mais Karin commençait à fatiguer, elle avait utilisé beaucoup d'énergie pour se protéger des coups et avait réduit son armure au maximum. Elle entendit finalement Hinowa.


<< Allons-y, ensemble. >>


Elle soupira, mais elle n'avait pas le choix. Elle s'éloigna d'un bon, tourna son zanpakutô vers le bas et lança :


_ Bankai !


Une immense quantité de flamme l'entoura, l'énergie dégagée était telle que certains s'éloignèrent du terrain. Le rire de Kenpachi redoubla alors que le Bankai de Karin apparaissait. L'immense dragon de feu bleu avec l'armure de glace rouge sang. La bête ouvrit la bouche et dit calmement en regardant Kenpachi :


_ Daiguren Hinowa.


Elle lança un immense jet de flamme sur le capitaine qui mit son épée en avant pour l'arrêter, mais l'attaque était trop puissante. Il fut touché et se retrouva effondré au sol, couvert de brûlures. Karin annula son Bankai et ses shikai et s'approcha de son adversaire inconscient.


_ Ai. Soigne-le.


Le nain de glace s'exécuta aussitôt alors que les membres de la quatrième arrivaient. Karin se détourna et partit s'asseoir un peu plus loin. Mine de rien, ce combat l'avait claquée. Elle sentit une main se poser sur son épaule et tourna la tête vers Ichigo et Rukia.


_ C'était vraiment impressionnant petite sœur. Ton Bankai est cependant différent de celui de Toshiro.

_ Il a une limite dû à son Reiatsu trop immature. Ça aurait aussi dû être mon cas, mais bon, j'suis une Kurosaki. Hinowa ne peut pas brider mes pouvoirs, mais en contrepartie, le Bankai là m'épuise et j'arrive à peine à le contrôler. Sa puissance est encore beaucoup trop grande pour moi, je l'ai comprit lorsque je l'ai complété dans le labyrinthe. S'il n'y avait pas le pouvoir de Ai pour maintenir la forme des flammes, le Bankai exploserait à coup sûr en m'envoyant sur les roses.

_ Je vois. Tu as bien amoché Kenpachi.

_ Ouais, j'y suis vraiment pas allée de main morte.

_ Viens Karin, il faut que tu te change, dit Rukia.


Karin jeta un regard à ses vêtements, ils étaient déchirés un peu partout, là où elle avait été blessée, même si Aisudowãfu avait soigné ses blessures. Elle hocha la tête et suivit docilement Rukia et Ichigo jusqu'à leur maison, emmenant Aisudowãfu avec elle, laissant Kenpachi aux bons soins de la quatrième.

Après manger, Byakuya vint la chercher pour l'emmener dans les quartiers de détention de la sixième division. Ils se rendirent devant une cellule à l'écart dans laquelle se trouvait Hinamori. Byakuya resta à l'écart, se tenant prêt à intervenir en cas de besoin. Karin s'assit sur le sol en seiza alors qu'Hinamori se tournait vers elle. Lorsqu'elle la vit, elle écarquilla les yeux. Elle hésita une seconde avant de s'asseoir en face de Karin.


_ Salut. Je suis Kurosaki Karin, mais ça, je crois que tu le sais déjà Hinamori-san.

_ Oui.


Elle semblait surprise du suffixe que lui avait donné Karin. Cette dernière poursuivit :


_ Tu sais, j'aimerais savoir pour quel raison tu m'as envoyé dans ce labyrinthe.

_ Pourquoi est-ce que je te répondrais ?

_ Parce que je suis en droit de savoir pourquoi j'ai passé deux ans là-bas. Tu as perdu Hinamori-san, j'ai gagné. Je veux juste une réponse.

Elle sembla hésiter. Mais Karin avait raison, et elle le savait. La chambre des 46 délibérait déjà de son sort, alors parler ne pouvait pas empirer sa situation.


_ J'aime Shiro-chan, mais toi, tu es venu et tu me l'as prit sous mes yeux. J'ai été anéantie. J'avais enfin réussi à me remettre de la guerre, de recommencer à vivre et à penser à autre chose, et cette nouvelle perte a brisé les barrières que j'avais réussi à construire. Je suis donc allée vers le seul que je pensais capable de me comprendre.


Elle baissa la tête et une larme apparut au coin de son œil.


_ J'étais tellement triste et en colère. Et Aizen en a profité pour me manipuler, une nouvelle fois. Il m'a convaincu d'utiliser ce labyrinthe pour me débarrasser de la cause de mes tourments et obtenir Shiro-chan. Mais il voulait aussi le pouvoir des deux dragons. Je me fichais de ça, du temps que cette douleur disparaissait. J'ai vraiment agit bêtement, encore une fois.

_ Je ne pense pas que tu ait été bête, juste inconsciente. De plus, je pense que je te comprends un peu. Si quelqu'un essayait de me piquer Toshiro, j'lui péterais la gueule. Bon, j'irais quand même pas jusqu'à l'envoyer dans un labyrinthe mortel. Mais je comprends.

_ Tu ne m'en veux pas ?

_ Je ne sais pas vraiment. Je comprend le sens de tes actions, les sentiments, le fait que tu sois faible psychologiquement et facilement manipulable, surtout que tu as été conditionnée pendant longtemps par Aizen... Et puis, c'était pas si terrible que ça, le labyrinthe. J'y ai apprit mon Bankai, j'ai rencontrer mon nouveau zanpakutô et j'ai même trouvé un gentil chien de l'enfer prêt à me suivre partout.

_ Tu as adopté un chien de l'enfer !


Elle semblait sidérée.


_ Ouais. Il est trop cool ! Je te jure, je te le présenterais un de ces jours.

_ T'es folle ! Tu sais au moins que ça mange énormément et qu'ils sont dangereux, même moi je peux pas les approcher.

_ Asa n’est pas comme ça. Je l'ai dressé depuis qu'il est tout petit chiot. Mais, comment ça se fait que tu ne puisse les approcher ? T'es pourtant la chef du labyrinthe.

_ En fait... Aizen et moi ne sommes que des remplaçants temporaires. Ce sont les Onis qui sont entrés en contacte avec moi pour me dire que le nouveau dirigeant du labyrinthe avait quelques trucs à régler avant de prendre vraiment le contrôle et qu'il voulait me le confier le temps de finir. Nous ne l'avons jamais vu et nous avions un accès restreint aux informations. Tous ce qu'on pouvait faire, c'était utiliser les Onis et envoyer des personnes dans le labyrinthe. On ne peut même pas y entrer de notre plein grès, il faut que le dirigeant nous y autorise. Nous n'en savons même pas l'emplacement.

_ T'es sérieuse ?

_ Oui.

_ Tu ne sais vraiment rien du nouveau dirigeant ?

_ Non.

_ Tu sais comment ils sont choisis ?

_ Non plus...

_ Je vois. Dis, pour en revenir à ta première question. Il y a bien une chose pour laquelle je t'en veux.

Elle releva la tête et regarda Karin dans les yeux. Il y avait une lueur d'appréhension dans ses yeux d'où coulaient des larmes.


_ Laquelle ?

_ Tu sais dans quelle état est Toshiro quand on prononce ton nom ? Cet idiot croit que...

_ Tout est de sa faute, termina Hinamori avec un faible sourire.

_ Oui. Il te considère toujours comme sa sœur et il s'en veux de n'avoir rien vu et de ne pas avoir put te protéger de l’influence d'Aizen. Et aussi de n'avoir put t'empêcher de m'envoyer dans le labyrinthe.

_ Je suis désolée. Tu sais, il était vraiment inquiet pour toi. Ça me faisait encore plus mal de le voir se détruire pour une autre.

_ Je sais, Matsumoto m'a raconté. Mais parfois, il est pire que mon frère ! Quand est-ce qu'il comprendra qu'il n’est pas la cause de tous les malheurs ?

_ C'est la question que je me pose chaque jour.


Elle se regardèrent et se sourire mutuellement. Puis, Karin dit :


_ J'suis contente d'avoir discuté avec toi. Je vais y aller. J'essayerais de plaider en ta faveur.

_ Vraiment ! Mais pourquoi ?

_ T'es pas une vilaine fille, t'es juste un peu trop naïve et manipulable, mais c’est pas ta faute.

_ Ça sonne plus pour une insulte qu'autre chose.

_ C'est ce que m'a dit le capitaine Unohana. Mais c’est la vérité.


Hinamori baissa la tête et murmura un faible « Merci. ». Karin sourit, puis, après avoir vérifié que Byakuya ne regardait pas, elle sortit la perle et la montra à Hinamorie avec un sourire malicieux tout en mettant un doigt devant sa bouche. La prisonnière écarquilla les yeux en voyant ce que contenait la bille et regarda Karin avec effarement. Elle lui fit un clin d'oeil avec un sourire carnassier et se releva pour rejoindre le capitaine tout en rangeant la bille. Ils s'éloignèrent et une fois dehors, Karin commenta  :


_ Bon. Vous avez les infos que vous vouliez et moi j'ai put me faire une vrai opinion.


Elle se tourna vers Byakuya qui ne disait toujours rien :


_ Est-ce que vous pourriez dire au centrale 46 de ma part de ne pas donner de peine trop forte à Hinamori-san ? Il lui faut juste un bon suivit psychologique.

_ Je vais voir, répondit-il. Son crime est tout de même grave.

_ Je sais, je sais... Mais dites-leur quand même.

_ Je le ferais.

_ Merci. Et aussi, merci pour le kimono. Rukia m'a dit qu'il appartenait à Hisana-san.

_ Ce n'est rien. Prenez-en grand soin.

_ C'est promit. Au revoir capitaine.


Elle s'inclina et partie en direction de la maison d'Ichigo. Le capitaine Kuchiki attendit un moment avant de dire :


_ Vous pouvez sortir capitaine Hitsugaya.


Toshiro sortit de sa cachette et se mit à côté du capitaine de la sixième division.


_ Vous avez tout entendu non ?

_ Oui. Karin est vraiment surprenante parfois.

_ En effet. Vous devriez y aller. Je crois que vous avez des préparatifs à faire pour demain après-midi.

_ En effet. Au revoir.


Toshiro s'en alla, le cœur un peu plus léger. Même s'il était vexé des moqueries des deux filles, il était soulagé de savoir que Karin n'en voulait pas trop à Hinamori et qu'elle avait intercédé en sa faveur.

Karin rentra après avoir fait un détour et retrouva Asa. Elle lui sourit avant de sortir trois colliers de cuirs d'un sac. Sur chacun il y avait une perle, et l'une d'entre elle était celle que Karin gardait précieusement. Elle mit les colliers à son chien, chacun gravé d'un prénom, la perle contenant le secret de Karin sur le cou de Shiro.


_ Et voilà ! Content ?

<< Oui maîtresse ! >>


Le chien lui lécha le visage et elle rit. Une voix se fit entendre derrière elle :


_ Alors ? Comment ça s’est passé Karin ?

_ Très bien Ichi-nii.

_ Vous avez discutez de quoi ?

_ C'est un secret.


Elle lui fit un clin d’œil avant de rentrer dans la maison. Ichigo soupira puis la rejoignit dans le salon.

Ils finirent la journée tranquillement et au moment d'aller se coucher, Karin sourit, le lendemain était le grand jour ! Elle allait enfin épouser l'homme qu'elle aimait ! Elle regarda sa tenue et sourit, ça allait vraiment être une super journée.


Le lendemain, la cérémonie se déroula normalement, sans accroc et le banquet commença en début de soirée. Mais, après les discours et au moment d'entrer sur la piste de danse, Matsumoto fit une remarque :


_ Mais où sont passés Karin-chan et Taisho ?


Tous regardèrent alors autour d'eux, mais aucun signe des deux jeunes mariés. Kyõraku, sûrement aussi imbibé que Matsumoto, lança :


_ Ils étaient si pressés que ça c’est deux là ! Je suis sûr qu'ils sont en train de s'amuser chez Toshiro !

_ Il a grandit si vite, murmura Ukitake en versant une larme.

_ S'il fait le moindre mal à Karin, je l'étripe, fit Ichigo.

_ Il ne le fera jamais, idiot, répliqua Rukia en lui donnant un coup sur la tête.


Les autres éclatèrent de rire et reprirent la fête.

Pendant ce temps, dans la maison du jeune capitaine, les deux jeunes mariés s'embrassaient sauvagement, la jeune fille collé au mur par le corps de son époux.


_ Si tu savais depuis combien de temps j'attends ça !

_ Et moi donc !


Ils s'embrassèrent de nouveau et Toshiro l'emmena dans la chambre avant de lui retirer sa tenu, elle fit de même pour lui sans cesser de l'embrasser.

Ils passèrent la nuit à se démontrer leur amour et leur désir et ne s'endormir qu'au lever du soleil.


Dans une plaine d'herbe au pied de deux montagnes, s'accouplaient au même moment deux immenses dragons, l'un de feu, l'autre de glace. Ils étaient enfin complets.

Ledas contrôlant le temps et l'espace.

Liepsna contrôlant le labyrinthe de Pan se trouvant dans la plaine.


Asa se redressa, la bille à son collier brillant, à l'intérieur, on pouvait voir un monde minuscule dominé par deux montagnes, l'une de glace, l'autre de feu.


Commentaire de l'auteur Merci d'avoir lut !! J'espère que ma fic vous a plut et je vous annonce que je compte en écrire une autre pour bientôt. Donc, je comptes sur vous ^^
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc )



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales