Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1950 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Ryūbi to kōri
[Histoire Terminée]
Auteur: Ombe Vue: 21020
[Publiée le: 2013-05-27]    [Mise à Jour: 2014-03-09]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 48
Description:
Les années ont passé, et c'est maintenant au tour de Karin, 16 ans, de découvrir ses pouvoirs avec l'aide de son "meilleur ami".
Mais, les jours tranquilles vont être bouleversés par un événements... Quel est ce labyrinthe ? Où l'unique règle est de survivre...

//////////////////////////////////////////////////////

Chapitre : 17 / 17

Grande mise à jour avec corrections et modifications de certains chapitres !
Crédits:
Tous les persos et l'univers appartiennent à Tit Kubo, l'auteur de Bleach
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 7

[2548 mots]
Publié le: 2013-07-06Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Finit à temps ! bonne lecture ^^

Chapitre 7 : Vive la noblesse !


Le réveil de tous les soldats prit toute la matinée aux capitaines et aux lieutenants, les plus sérieusement atteints étaient transférés à la quatrième division. Tous se demandait à qui pouvait bien appartenir cette pression spirituelle effrayante. Mais bientôt, une rumeur circula comme quoi c'était celle de la petite amie du capitaine Hitsugaya, Kurosaki Karin.

À la dixième division, c'était le boxon, tous le monde voulait voir Karin. Elle dû manger en tête à tête avec le capitaine dans son bureau en attendant de devoir aller à la sixième. Matsumoto s'occupait de calmer les choses à l'extérieur. Mais, Toshiro, excédé par le bruit, finit par laisser couler sa pression spirituelle frigorifique. Et, étrangement, ce fut le silence complet. Il cacha de nouveau sa pression alors que Karin le taquinait sur son manque de calme.

Dès le repas terminé, ils partirent en shunpo à la sixième division. Lorsqu'ils arrivèrent, le capitaine Kuchiki les attendait sur le terrain d'entraînement de sa division. Il observa Karin avec son habituelle regard froid et neutre.


<< Bordel, son regard pourrait gelé un menos. Toshiro, lui, au moins, il a un regard froid, mais chaleureux. >>

<< Tu te rend compte que tu viens de mettre deux mots complètement opposé pour parler de son regard ? >>

<< Retourne jouer à la baballe. >>


Après avoir fermé le clapet de son zanpakutô, Karin se concentra de nouveau sur ce qu'on lui disait, le capitaine lui donnait des instruction. Elle se mit donc en place face aux cibles et enchaîna les sorts qu'il lui demandait sans poser de questions. Au bout de deux heures, le capitaine la fit s'arrêter.


_ Où avez-vous appris le Kidõ ?

_ Dans le manuel.


Elle sortit de son sac les trois manuels que Toshiro lui avait donné et le noble les feuilleta. Il reconnaissait parfaitement l'écriture de son confrère. Tout était expliqué clairement de manière à ce que même un enfant de trois ans puisse comprendre.


_ J'ai travaillé le Kidõ tous les jours depuis début Septembre, quand Toshiro m'a donné les manuels. Mais, ces trois dernières semaines, je me suis plus concentrée sur la maîtrise de mon zanpakutô que sur autre chose, du coup, le Kidõ est légèrement passé à la trappe. Donc, on peut dire, que je n'ai eut qu'un mois d'entraînement à ce sujet.


Le noble n'en revenait pas, elle avait atteint ce niveau en même pas un mois alors qu'un shinigami normal n'y arrivait qu'après plusieurs années de formation à l'école spirituelle. De plus, il connaissait la capacité de la famille Kurosaki à contrôler l'énergie spirituelle, cette gamine avait vraiment un potentielle démentielle.


_ Je crois que je n'ai plus rien à tester. Mais, cela m'étonne un peu que vous puissiez maîtriser à ce point le Kidõ, connaissant les capacités de votre frère...

_ Je ne suis pas Ichi-nii. Si nous en avons terminé, je vais y aller.

Le noble hocha la tête. Karin et Toshiro s'en allèrent et la jeune fille poussa un long soupir en sortant de la division.


_ Bordel, ce que je déteste les nobliards !

_ Qu'est-ce qu'il y a ? Il n'a pourtant rien dit ou fait de répréhensible.

_ J'sais pas, c'est sa manière de me regarder, on dirait que je n'suis qu'un insecte pour lui. Et puis, il a aussi cette froideur, je déteste ça.

_ Alors, comment fais-tu pour me supporter ?

_ Disons, que toi, tu as une froideur, chaleureuse.


Il leva un sourcil, ce qu'elle venait de dire n'avait aucun sens. Elle sembla comprendre ses pensées car elle ajouta :


_ On ne dirait pas que tu as un zanpakutô coincé dans le rectum, et tu ne prend pas les gens de haut. T'es froid, mais gentil.


Elle n'arrivait pas à très bien s'expliquer. Il sembla comprendre son trouble car il ajouta :


_ Le capitaine Unohana voulait te voir pour parler de la technique que tu as utilisé pour soigner Ukitake. Visiblement, tous les symptômes de sa maladie ont disparut.

_ C'était le but.

_ Mais aucun membre de la quatrième division n'a réussi à faire ça auparavant. Pas même Inoue Orihime.

_ Ah bon... Ba, je savais que j'étais ici pour passer des tests, alors, autant y aller.

_ C'est pour ça que tu as emmené ton ballon de foot ?


Tout en disant cela, il désigna le sac qu'elle portait sur son dos.


_ Oui, bon, ça va... Je pensais que j'aurais un minimum de temps pour jouer un peu...

_ Je te signal que tu affronte le commandant demain, tu devrais plutôt t'entraîner. Tu as, certes, un très bon Reiatsu, mais ton expérience du combat est bien faible comparé à la sienne.

_ Je sais. Mais, une chose me chiffonne... Pourquoi le timbré ne s'est pas proposé ? Il se précipite sur les combats d'habitude.

_ Tu veux parler de Kenpachi ? Le Commandant lui a interdit, d'abord car il ne veut pas avoir d'ennui avec ton frère. Et ensuite, parce qu'un combat contre Kenpachi ne nous apporterait aucune information. Il avait l'intention de te tester lui-même dès le début. Ce qui a surpris tout le monde, mais il nous as simplement dit qu'il ne voulait pas rouiller.

_ Eh be... Il aurait put le dire directement, plutôt que de demander un volontaire.

_ Tu n'es pas sensé savoir que c'était prévu depuis le début. D'ailleurs, je ne t'ai rien dit, d'accord ?

_ Oui, capitaine.


Ils poursuivirent leur chemin jusqu'à la quatrième. Un shinigami les conduisit jusqu'au capitaine Unohana, dans la chambre d'Ukitake. Les deux capitaines discutaient de l'état du blanc. Lorsque les deux amis entrèrent, ils s'interrompirent et les regardèrent.


_ Kurosaki-san, je suis contente que vous ayez put venir.

_ J'avais rien d'autre à faire de toute manière.

_ Pourriez-vous nous expliquer comment vous avez fait pour soigner entièrement la maladie du capitaine Ukitake ?

_ Ba... Je travaille à la clinique avec mon père et ma sœur, donc je m'y connais un peu en médecine... Et on m'avait déjà expliqué en quoi consistait votre maladie Ukitake-san. Je sais pas trop comment je fais pour soigner avec mon Reiatsu, j'ai juste à vouloir modifier quelque chose dans le corps d'une personne pour que ça se fasse. Ça me demande souvent beaucoup d'énergie, recréer du tissus organique, nettoyer les endroits infectés, ce genre de chose prend normalement beaucoup de temps naturellement, alors en accéléré comme je le fais... Surtout que ce genre de maladie ne guérie pas... Je ne sais pas si je suis très clair.

_ Si, vous êtes assez claire. En réalité, vous recréez des cellules détruites à partir de votre Reiatsu. C’est possible sur de petite plaie, mais ça demande énormément d'énergie, comme vous l'avez dit. Cependant, avec votre réserve, ce n’est pas vraiment étonnant que vous puissiez faire ce genre de guérison.

Karin hocha la tête, c'était à peu près ça. Ils discutèrent encore un moment, mais l'heure tournait et il fallait qu'ils rentrent à la dixième division.

Ils venaient de franchir la porte, lorsqu'une personne les apostropha.


_ Capitaine Hitsugaya !


Il poussa un soupir à peine perceptible et marmonna :


_ Oh non, pas elle.


Il se retourna avec son air froid et blasé habituelle et Karin fit de même. La personne que son ami ne voulait visiblement pas voir, était une jeune femme habillée d'un Kimono rouge richement décoré avec des fils d'or. Elle avait une coiffure en chignon et était accompagné d'un shinigami, visiblement, un garde du corps. Karin devina presque aussitôt que c'était une noble. Et au vue de la tête qu'elle faisait, elle était contrariée.


_ Dame Hoshi Getsumen. Que me vaut votre visite ?


Karin reconnu alors le nom. Toshiro lui avait parlé de cette noble dont la famille le harcelait pour qu'il l'épouse. Elle se méfia aussitôt et lui jeta un regard glacial. Si elle tentait de toucher à son Toshiro, elle allait le regretter amèrement, noble ou pas !


_ Comme vous ne prenez pas la peine de répondre à mes lettres, je suis venue vous parler de vive voix.

_ Vos lettres ? Vous voulez parler de ces propositions de mariage que je refuse à chaque fois ? Comme vous ne semblez pas prendre en compte mes réponses, je ne vois pas pourquoi je continuerais à vous en envoyer.


Karin, sentant que la noble appréciait moyennement sa présence, s’éloigna un peu et sortit son ballon de son sac, puis, elle commença une série de jongle, tout en écoutant attentivement.


_ Je ne comprends pas comment vous avez put tomber assez bas pour préférer une simple humaine à une famille noble comme la mienne.

_ Je n'ai pas à me justifier devant vous. Et je vous prierez de ne pas la traiter de simple humaine. C'est une shinigami, et la fille de mon ancien capitaine, Shiba Ishin. Ayez un peu plus de respect envers elle.

_ Du respect ? Envers une descendante d'une famille déchue ? Envers la fille d'un traître ? Elle n'a aucune manières, cela se voit à sa manière de se tenir.


Toshiro sentait que si la noble continuait, Karin n'allait pas tarder à s'énerver. Il allait lui dire d'arrêter, lorsqu'il sentit un souffle d'air le frôler et vit un ballon de foot se planter dans le visage de la noble. Trop tard... La jeune fille revenait vers eux et semblait de mauvaise humeur. Elle ne laissait pas paraître son Reiatsu, mais même ainsi, elle était intimidante. Alors que le ballon tombait à terre et que le garde de la noble aidait cette dernière à se relever, Karin se planta devant eux. La noble avait le nez en sang et la marque rouge du ballon sur le visage, un léger filet de sang coulait de sa bouche, elle avait dû se mordre la langue ou se péter une ou deux dents. Elle semblait furieuse.


_ Comment ose-tu me frapper ?

_ Oups, désolée, mon ballon m'a échappé lorsque vous avez commencé à insulter ma famille. La prochaine fois, je le chargerais un peu plus en Reiatsu, promis. Maintenant, tu vas m'écouter la nobliarde. Le respect, ça se mérite, que tu soit une noble ou non, je m'en contrefous ! Que tu m'insulte passe encore, mais que tu crache sur le dos de ma famille, ça je ne le permettrais pas. Ensuite, laisse Toshiro tranquille, je sais pas si tu sais lire ou non, mais je crois que sur toute ses réponse il avait marqué un non définitif. Et ce n'est pas en le harcelant que tu vas réussir à obtenir un oui. Il est à moi, alors maintenant, tu vas retourner chez toi, dans ton palais d'or et d'argent et te payer un chippendale. Compris la nobliarde ?


Elle n'en revenait pas de la grossièreté de cette fille. Comment le capitaine Hitsugaya pouvait la supporter ? Elle le regarda, espérant qu'il allait la défendre, mais il avait gardé son air de glace, neutre et sans expression. Il observait juste la jeune fille. Karin ouvrit la bouche et ajouta :


_ Au fait, vous devriez changer de garde, il sait même pas arrêter un ballon de rien du tout. Alors une vraie attaque...


La noble la regarda d'un air hautain avant de tourner les talon, le garde la suivant. Lorsqu'elle fut bien éloignée, Karin soupira et s'étira en lâchant un grognement de bien être :


_ Bordel ! C'que ça fait du bien de se défouler un peu ! Il n'y a rien de mieux pour décompresser un bon coup.

_ Ne me dis pas que tu étais stressée par ton combat de demain.

_ Bien sûr que si, un tout petit peu. J'vais affronter le grand manitou j'te signal !

_ Ça explique pourquoi tu es de si mauvaise humeur depuis ce matin.

_ Je ne suis pas de mauvaise humeur !

_ Karin, tu t'énerve pour un rien depuis ce matin.

_ Non.


Toshiro soupira, elle était impossible. Comment avait-il fait pour tomber amoureux d'elle ? Il ne poursuivit pas la discutions et rentra dans sa division, suivit de la jeune fille qui avait récupéré son ballon entre temps. Ils se rendirent dans la salle à manger où les autres membres de la division mangeaient déjà. Toshiro s'installa avec Karin au bout d'une table. Ce qui étonna un peu la jeune fille.


_ Tu n'es pas sensé être là-haut ?


Elle avait désigné l'estrade sur laquelle mangeaient Matsumoto et le troisième siège de la division.


_ Qu'est-ce que tu ne comprends pas dans « mise à pieds » ?

_ Désolée.

_ Ce n’est rien.


Ils se mirent à manger en silence. Karin était tout au bout de la table, donc elle avait pour seul voisin Toshiro, et n'avait personne en face d'elle. Les autres shinigamis semblaient d'ailleurs peu disposés à venir leur parler. Mais l'un d'eux s'avança quand même :


_ Dis, à ce qui paraît, tu as fermé le clapet à une noble ?

_ Ouaip.

_ Tu n'as pas froid aux yeux alors.

_ Pourquoi ?

_ S'en prendre à un noble n'est jamais sans conséquences.

_ J'm'en fiche, je ne vis pas ici. J'en ai rien à faire que ce soit une noble ou non. Elle ne peut pas faire grand chose étant donné que ce n'est pas mon monde, je n'ai pas à respecter vos règles.

_ Respecte les quand même un peu, fit Toshiro. Ou tu finiras par vraiment t'attirer des ennuis.

_ Mais enfin, Toshiro, tu sais bien que ce n'est pas mon genre de m'attirer des ennuis.


Elle avait prit sa tête d'innocente qui marchait parfaitement avec les gents qui ne la connaissait pas. Il soupira tout en reprenant son bol de riz :


_ Ne viens pas te plaindre après.

_ T'es gentil de t’inquiéter.


Elle lui tapota la tête, ce qui eut le don de l'énerver. Il lui jeta un regard glacial alors qu'une veine rouge apparaissait sur sa tempe :


_ Je t'ai déjà dis d'arrêter ça.

_ Rho, tu t'énerve vraiment pour rien.


Il retourna à son dîner en l'ignorant. Les soldats qui avaient assisté à la scène se mirent à discuter à voix basse alors que Matsumoto se retenait de rire. Celui qui était venu parler à Karin retourna à sa table.

_ Vous avez vu ça ? Elle l'appelle par son prénom et arrive à l'énerver aussi facilement.

_ Je me demande comment ils ont fait pour se retrouver ensemble, ils sont totalement opposés.

_ C'est vrai. Le capitaine et toujours froid et sérieux, alors que cette fille... Ba, elle est...

_ C'est une Kurosaki.


Ils hochèrent la tête, il n'y avait pas besoin d'autres mots pour la décrire.


////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Loin de là, dans un espace clôt et sombre, une silhouette était agenouillée devant une autre.


_ C'est parfait, avec ce pouvoir que tu viens d'acquérir, notre plan peut enfin se mettre en place. Tu sais ce qu'il te reste à faire.

_ Oui. Éliminer la menace. Kurosaki Karin.


La silhouette agenouillée disparut alors que l'autre ricanait.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales