Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1946 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Ryūbi to kōri
[Histoire Terminée]
Auteur: Ombe Vue: 21017
[Publiée le: 2013-05-27]    [Mise à Jour: 2014-03-09]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 48
Description:
Les années ont passé, et c'est maintenant au tour de Karin, 16 ans, de découvrir ses pouvoirs avec l'aide de son "meilleur ami".
Mais, les jours tranquilles vont être bouleversés par un événements... Quel est ce labyrinthe ? Où l'unique règle est de survivre...

//////////////////////////////////////////////////////

Chapitre : 17 / 17

Grande mise à jour avec corrections et modifications de certains chapitres !
Crédits:
Tous les persos et l'univers appartiennent à Tit Kubo, l'auteur de Bleach
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 3

[3433 mots]
Publié le: 2013-06-08Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Comme promit, voilà le chapitre suivant. Maintenant, je posterais que le samedi, sauf si l’envie me prend de changer de nouveau de date, si ça arrive, ça signifiera que je n'ai pas terminé à temps ^^

Chapitre 3 : Shinigami


Karin était tranquillement en train de dessiner dans son cahier d'Histoire pendant que le professeur débitait un cours des plus ennuyeux lorsque ce dernier arriva derrière elle et jeta un regard à ce qu'elle faisait.


_ Kurosaki ! Nous ne sommes pas en cours de dessin à ce que je sache.

_ Ouais, mais c'est trop ennuyeux de vous écouter.


Une veine palpita sur le front du professeur alors que plusieurs élèves se retenaient de ricanner. Yuzu jeta un regard alarmé à sa soeur, elle allait encore se prendre une retenue. Le professeur prit le cahier de la jeune fille avant qu'elle ne puisse le retenir et jeta un oeil dans les pages. Les précédents cours étaient tous prit, mais la plupart des pages étaient remplies de dessins représentant des monstres diformes portant des masques et autres créatures de l'imaginaire. Les premiers dessins étaient maladroit, mais les derniers étaient parfaitements réussis. Il reposa le cahier en disant :


_ Deux heures de retenue et vous avez intérêt à reprendre ce cours, je vous intérroge demain.

_ Ok.


Karin reprit son crayon et recommença à dessiner le dragon qu'elle avait entammer au début du cours, pour la plus grande exaspération du professeur et l'amusement des autres élèves.

Le cours se termina sur la pause de midi et Karin poussa un long soupir tout en s'étirant. Yuzu vint la voir et dit :


_ Karin, tu devrais arrêter d'énerver les professeurs comme ça, tu va de plus en plus souvent en retenu ces derniers temps et tu ne prends presque plus les cours. Qu'est-ce qui se passe ?

_ Mais rien, c'est juste que... Je sais déjà que je vais travailler à la clinique, je ne vois pas pourquoi je devrais me tapper tous ces cours ennuyeux alors que ça ne m'aidera pas à soigner les patients.

_ Ce n'est pas une raison. Jinta-kun m'a dit qu'ils comptaient convoqué papa et Oni-san pour leur parler de ton comportement. Essaye au moins de faire semblant de t'intéresser à ce qui se passe.

_ Pas envie.


Karin prit son Bento dans son sac et se dirigea sur le toit où elle fut rejoin par ses amis et sa soeur. Cela faisait maintenant un mois que Toshiro était parti. Karin passait toutes ses nuits à étudier dans les manuels que lui avait donné son ami et à pratiquer les exercices servant à réveiller son Zanpakutô. Elle délaissait ses études humaines pour ne se consacrer qu'à son avenir et ses pouvoirs. Elle savait déjà quel travail elle allait faire, elle ne se rendait plus au lycée que parce que sa soeur l'y obligeait, mais elle n'avait pas vraiment envie de faire des efforts.

La petite fille dans la plaine de flamme lui rendait visite chaque nuit et Karin avait enfin réussit à la bloquer plusieurs fois et à lui voler le ballon, bien qu'elle ne parvienne toujours pas à marquer. Mais, étrangement, ces entraînements nocturnes se répercutaient sur sa façon de jouer avec son équipe. Maintenant, tous les adversaires humains qu'elle affrontait lui paraissaient d'une faiblesse inouie. Elle avait cependant quitté le club du lycée pour se consacrer au club de Kendo et aux cours de karaté que lui donnait Tatsuki, une amie de son frère. Elle s'entendait de toute façon très mal avec le capitaine du club et ne supportait pas qu'il lui donne des ordres. Mais étrangement, depuis qu'elle était partie, les membres du club venaient souvent lui demander de revenir, le tournois des lycées approchant à grands pas. Mais elle se fichait d'eux et préférait ne jouer qu'avec ses amis dans les tournois amateurs où leur équipe s'était faite un nom.

Les Hollow trainaient toujours en ville et Karin avait vu une ou deux fois les deux shinigamis chargés de les éliminer, même si elle ne pouvait pas toujours compter sur eux. Elle s'arrangeait souvent pour éviter les créatures, mais sa pression spirituelle représentait une vraie friandise pour eux, ce qui n'était pas facile tous les jours. Le nombre de Hollow en ville était trop important pour que les deux shinigamis puissent s'occuper de tous rapidement, elle avait déjà du en tuer trois par elle-même car ils étaient occupés ailleurs, mais cela ne la dérangeait pas tant que ça, cela lui permettait d'améliorer ses compétences spirituelles.

Karin fut tirée de ses pensées par la sonnerie annonçant la reprise des cours, elle poussa un soupir avant d'y aller. Ce cours-ci risquait de moins l'ennuyer car c'était celui d'anatomie, et elle cartonnait dans ce domaine. La professeur la laissait toujours faire ce qu'elle voulait car elle n'avait presque rien à apprendre sur le corps humain et son fonctionnement. Elle se fit pointer puis partie sans que la prof ne la retienne. Elle sortit du lycée et se rendit sur la route sur la colline où Toshiro et elle aimaient se rendre. De là, elle pouvait voir toute la ville qui s'étendait devant elle. Elle sourit et sortit un cahier bleu et se mit à le feuilleter. Un humain normal n'aurait vu qu'un cahier vierge, mais elle, elle pouvait y lire tous ce qu'elle avait besoin de savoir sur les Zanpakutô. Elle lisait pour la éniéme fois le chapitre expliquant comment entrer dans son monde intérieur et poussa un soupir. Elle avait à peu près deux heures devant elle.

Elle rangea soigneusement le cahier dans son sac et s'assit sur l'herbe, le dos contre la rembarde. Elle s'assura qu'aucun Hollow n'était dans le coin et que les deux shinigamis étaient loin d'elle avant de fermer les yeux et de se concentrer sur sa respiration. Elle se laissa aller, ne pensant plus à rien, écoutant les bruits autour d'elle. Elle n'entendit bientôt plus rien d'autre et la chaleur du soleil se mua en une douce chaleur qu'elle reconnaissait parfaitement, elle ouvrit les yeux et se retrouva dans la plaine de feu.


_ Et merde, je me suis endormie !


Mais, alors que la gamine apparaissait devant elle, elle se rappela une phrase qu'elle avait lut dans son manuel.


<< Certains shinigamis entrent dans leur monde intérieur pendant qu'ils dorment sans le faire exprés et ne s'en rendent pas toujours compte. Donc, si un rêve revient régulièremeent, cela signifit le plus souvent que ce n'est pas un rêve mais le monde intérieur du shinigami. >>


Elle se serait frappée pour sa bêtise si elle n'avait pas était trop surprise. Elle se reprit et observa la gamine qui souriait.


_ Ne me dis pas que tu es mon Zanpakutô.


Seul un rire enfantin lui répondit alors que la gamine disparaissait dans une gerbe de flammes bleues. Karin mit sa main en visière pour ne pas être aveuglée par les grandes flammes qui s'élevaient du sol. Lorsque la luminosité fut revenut à l'ordre du supportable, elle chercha autour d'elle des trace de la gamine. Mais un violent courant d'air la jeta au sol, elle leva la tête et vit un immense dragon bleu aux yeux turquoise. Des flammes bleues dansaient sur ses ailes et dans sa gueule ouverte alors qu'il hurlait. Karin plaqua ses mains contre ses oreilles et le regarda se poser lentement devant elle. Le dragon renifla et elle entendit une voix grave, mais pourtant féminine s'élever dans sa tête :


_ Tu as enfin deviné Karin. Je suis bien ton Zanpakutô.

_ Comment tu t'appelles ?

_ Tu connais la condition pour que je te donne mon nom.


Il y avait une pointe de malice dans la voix de la dragonne et Karin s'énerva, elle n'allait quand même pas oser ? !


_ Tu n'es pas sérieuse ?


Un rire de dragon ressemblant désagréablement à celui de la gamine lui répondit. Visiblement, si, elle avait osé.


_ Sale gamine ! Ça t'amuse de me priver de mes pouvoirs ?

_ Tu as déjà tes pouvoirs, ils sont réveillés depuis le jour où tu as maîtrisé ton Reiatsu. La seul chose à laquelle tu n'as pas accé, c'est à mon shikai. De toute manière, si je te donnais mon nom maintenant, tu ne l'entendrais pas.


Une autre phrase surgit dans l'esprit de la jeune fille :


<< Un shinigami n'entend pas toujours le nom de son Zanpakutô, pour qu'il puisse l'entendre, il doit remplire les conditions imposées par son pouvoir. Même s'il y a eut un cas où le shinigami a trouvé le nom de son Zanpakutô par déduction. >>


Karin soupira, elle allait devoir s'entraîner au foot ou bien trouver son nom en réfléchissant. Elle hésita avant de demander :


_ Si je sépare mon âme de mon corps, je serait un fantôme avec une chaîne à la poitrine ou un shinigami ?

_ Tu deviendras une shinigami.


C'était déjà ça de gagner. La condition pour qu'elle puisse faire ce qu'elle voulait avec Toshiro était de devenir shinigami, même si elle ne parvenait pas à faire appel à son shikai, elle n'en restera pas moins une shinigami. Elle poussa un soupir avant de dire :


_ Comment je sort d'ici.

_ Tu as juste à fermer les yeux.


La jeune fille s'exécuta et se retrouva aussitôt assise dans l'herbe contre la rembarde, là où elle s'était installée un peu plus tôt. Elle jeta un rapide coup d'oeil à sa montre et se leva d'un bon.


_ Merde, j'ai que dix minutes pour arriver au prochain cours.


Elle ramassa son sac et se rendit en courant au lycée, elle était bien contente de porter un short sous sa jupe, sinon elle aurait été gênée pour courire dans les rues de la ville.

Finalement, elle arriva en cours de math juste à temps. Elle s'installa à sa place en reprenant son souffle et sortit ses affaires. Le professeur la regarda avec un sourire en coin et elle devina que c'était elle qu'il comptait intéroger sur la dernière leçon. Heureusement pour elle, elle avait envoyé la veille une photo du cours à Toshiro pour qu'il lui explique plus clairement.

La fin de journée se déroula rapidement et Karin laissa Yuzu rentrer avec Jinta et Ururu pendant qu'elle se rendait chez Tatsuki Arizawa pour son cours de karaté.

Lorsqu'elle arriva chez la jeune femme, cette dernière l'accueillit d'un coup de pied que Karin esquiva agilement et contra d'un coup de poing, arrêté par la main de Tatsuki.


_ Tu as toujours d'aussi bon réflexes. Bravo.

_ Normal, avec le père que je me traîne.


Tatsuki éclata de rire avant de la laisser entrer. Karin partit se changer dans la salle de bain et rejoignit la karatéka dans son salon dont un coin était aménager en tatami d'entraînement. Tatsuki sourit en la voyant avant de dire :


_ Décidément, le Kimono noir te va très bien.

_ Je trouve que je ressemble à un shinigami là-dedans.

_ C'est vrai. Mais il te manque le sabre à la taille.


Elle rirent ensemble avant de se mettre au travail.


Karin rentra chez elle vers vingt heure. Elle fut surprise de voir son père l'attendre dans le salon avec son frère. Ils n'avaient pas vraiment l'air content et pour une fois, Ishin semblait vraiment sérieux. Elle dégluti avant de demander :


_ Qu'est-ce qui se passe ?

_ Où est-ce que tu étais ? Demanda Ichigo.

_ Chez Tatsuki, tu te souviens qu'elle...

_ On a appelé chez elle, mais elle a dit que tu étais partit à dix-huit heures trente, répliqua Ishin.

_ Bon, j'ai peut-être fait un tour avant de rentrer, c'est pas si grave que ça.

_ Karin, ne ment pas ! Tu séche les cours ou bien tu n'écoute rien et passes ton temps à n'en faire qu'à ta tête. Je te signal que nous sommes tous les trois convoqués chez le proviseur demain pour régler ton cas. Même ton frère qui sautait parfois les cours à cause de son travail, n'a jamais posé autant de problème. Mais qu'est-ce qui t'arrive à la fin ?

Karin garda le silence, elle n'avait jamais vu son père comme ça et ça lui faisait un peu peur, même si elle ne l'avouerait jamais. Elle finit par répondre posémment avec une voix froide et sans émotions :


_ Il ne se passe rien du tout. D'après ce que je sais, mes résultats sont restés au-dessus de soixante-dix dans toutes les matières, le seul cours que je séche, c'est celui de biologie et la prof m'y autorise.


Elle avait répondu avec tellement de calme que les deux hommes restèrent surpris un moment. Karin pensa alors que ça ne lui ressemblait pas de rester si calme.


<< Merde, Toshiro commence à déteindre sur moi ou quoi ? >>


Après un instant de silence, Ishin reprit, plus calmement :


_ Tu as raison sur ces points, mais ton comportement avec tes professeurs n'en reste pas moins innacceptable. Essaye de mieux te comporter dorénavant et de ne pas trop insulter le proviseur lorsqu'on ira le voir demain.

_ D'accord, d'accord. Mais, au fait, pourquoi est-ce qu'Ichi-nii doit venir ?

_ Quand le vieux est pas là, c'est moi qui suis responsable légalement de Yuzu et toi, donc je suis aussi concerné par tes débordements.

_ Comme si on avait besoin que quelqu'un s'occupe de nous deux, que vous soyez là ou pas, c'est du pareille au même.

_ Karin ! S'offusqua Ishin. Bien sûr que Yuzu et toi vous avez besoin de moi ! Dis-le que tu veux que ton papa te sert dans les bras.


Le voilà qui reprenait ses aires enfantins, Karin esquiva rapidement le calin forcé de son père et lui attrapa le poignet par l'extérieur, le tourna vers l'intérieur en bloquant le coude et le fit tombé à terre d'un coup derrière les genoux. Elle posa ensuite son pied sur l'épaule droite de son père pour le bloquer au sol.


_ Enfin bref, je vais faire mes devoirs et me coucher.


Et elle partit après avoir bien écrasé l'épaule de son père. Elle grimpa les escaliers quatre à quatre et s'enferma dans sa chambre, qui par chance était équipée d'un verrous. Alors seulement elle s'autorisa à pousser un profond soupir. Elle ferma les yeux deux minutes avant de les rouvrire, détendu. Elle alluma la lumière et jeta son sac sur son lit. Elle entrouvrit la fenêtre, comme à son habitude et observa le ciel nocturne en repensant à ce qui s'était passé après qu'elle soit partit de chez Tatsuki.


Elle avait décidé d'aller chercher un Gikongan au magasin d'Hurahara, elle savait parfaitement où les trouver pour l'avoir aider un jour à ranger des cartons. Ne faisant pas du tout confiance à l'homme au bob, elle avait tenté de s'introduir discrétement dans la boutique en cachant son Reiatsu. Cette première partie avait marché. Elle s'était introduite dans l'arrière-boutique et avait trouvé les distributeur PEZ dans lesquels ils étaient rangés. Elle avait hésité un moment sur lequel elle allait prendre, c'était sûrement cette hésitation qui l'avait perdue. Elle avait finalement prit le distributeur à tête de chat et en avait sortit le soul candy. Elle l'avait glissé dans sa poche après avoir remit le PEZ dans la boîte et allait sortir lorsqu'elle remarqua qu'un homme se tenait dans l'encadrement de la porte. Des guetas. Un bob raillé blanc et vert. Un kimono vert.

Karin s'était crispé en voyant l'homme aux getas la prendre sur le fait, mais ce dernier s'était contenté de se cacher derrière son éventail en lachant son étrange rire :


_ Et bien Kurosaki-chan, on joue les petites voleuses maintenant ?

_ Euh...


Prise sur le fait, elle avait étonnament manqué de locacité. Mais le marchand ne semblait pas vouloir en rester là :


_ Je me demande bien à quoi pourrait vous servir un gikongan.


Elle chercha rapidement une excuse valable et l'image de Kon lui revint en mémoire :


_ Je voulais le mettre dans une peluche, comme Ichi-nii.

_ Oh ! Je vois, c'est pour cela que vous l'avez prit en douce, pour ne pas qu'on sache que vous vouliez une peluche avec une âme artificielle.

_ Voilà, c'est ça.


Elle savait qu'il ne la croyait pas. Et pour cause, il referma d'un coup sec son éventail et s'en servit pour réajuster son bob.


_ Dites-moi Kurosaki-chan, vous ne seriez pas en train de mentir par hasard ?

_ Non, non.

<< Bravo Karin, très convainquante. >>

<< Oh ta gueule ! Sale gamine. >>

_ Si vous souhaitiez développer vos pouvoirs de shinigami, il fallait me le dire. Je vous aurais aidé.

_ Ouais, et toute la Soul Society aurait été au courant.

_ Mais non, je sais garder un secret quand je le veux. J'ai bien aidé votre frère. Et puis, ce serait ennuyeux pour ce pauvre capitaine si vous vous blaissiez en tentant de maîtriser vos pouvoirs toute seule.


<< Décidément, je déteste les types dans son genre. Comment il a put savoir pour Toshiro et moi ? ! >>

<< Peut-être parce qu'il est l'homme le plus intelligent et le plus perspicasse qui existe ? >>

<< Je ne t'ai pas dis de la fermé ? >>


Sa voix intérieur se tut et Karin reconcentra son attention sur Urahara. Elle était légèrement sceptique et méfiante face à sa proposition.


_ Vous allez m'entaîner, comme ça, sans contrepartie ?

_ Mais non, aucune contrepartie. Vous savez, il m'arrive de rendre service de temps à autre, par pur altruisme.

_ C'est bizzard, mais venant de vous, cette phrase sonne comme une blague.

_ C'est méchant ce que vous venz de dire là. Moi qui vous propose gentillement mon aide.


Karin hésitat un instant.


<< Oh ! Et puis merde ! Il sait déjà tout, alors autant profité de ce qu'il veuille bien m'aider. >>


_ Bon, c'est d'accord.

_ Parfait. Venez, descendons pour voir ce que ça donne lorsque vous passez en shinigami.


Karin le suivit sans protester dans la cave du magasin qui se trouvait être une immence salle d'entraînement ressemblant à une plaine désertique constellée de roches. Karin n'eut pas vraiment le temps d'observer l'endroit, Urahara avait déjà appuyé sa canne contre son front. Elle se sentit comme expulser de son corps, et c'était bien vrai. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle vit son corps gisant à terre. Elle sentait un poids lourds dans son dos et y porta sa main, elle sentit la poignée d'un Zanpakutô. Elle le dégaina lentement et l'observa. Il faisait environ un métre quarante et ressemblait à un katana normal, à l'exception de la garde qui avait la forme d'une étoile à quatre pointes de couleur argenté. Il ressemblait à s'y méprandre à celui de Toshiro. Mais la poignée était blanche et non bleue. Elle le rengaina et remarqua que le fourreau de l'épée était attaché à son épaule droite par un ruban bleu. Elle soupira, pourquoi fallait-il qu'elle ait le même style que lui ?


_ Eh bien, c'est surprenant de voir que vous avez presque exactement le même style que le capitaine Hitsugaya. Il ne vous manque que l'écharpe et le Haori ! fit Urahara d'un ton joyeux.

_ J'avais remarqué toute seule, merci.

_ Mais dites-moi, comment se nomme votre Zanpakutô ?

_ Elle refuse de me le dire.

_ Je vois. Vous devriez y aller avant que votre famille ne se fasse du soucis. Revenez ici le plus souvent possible, on essayera de travailler votre technique au sabre en attendant que vous trouviez son nom.

_ Très bien.


Karin soupira et revint à la réalité. Elle se détourna finalement de sa fenêtre et commença ses devoirs, elle avait mangé chez Tatsuki, comme à son habitude, et n'avait donc pas faim. Après avoir finit ses devoirs, elle jeta un coup d'oeil à l'heure, il était minuit. Elle sourit avant de se mettre en pyjama, d'éteindre la lumière, de vérifié que le Reiatsu de son père était bien dans sa chambre, puis elle s'allongea et prit le portable que lui avait donné Toshiro. Elle composa le numéro et n'eut pas à attendre longtemps avant que le jeune shinigami ne réponde.


_ Salut Karin.

_ Salut Toshi. Dit, tu devineras jamais ce qui s'est passé aujourd'hui !

Commentaire de l'auteur Et voilà ! J'attend vos commentaires.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales