Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 784 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 417 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 610 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 843 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 848 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1184 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Paradise
[Histoire Abandonnée]
Auteur: Linksys Vue: 2625
[Publiée le: 2012-09-13]    [Mise à Jour: 2012-09-25]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié/Tranche de vie Commentaires : 6
Description:
Plusieurs années après la fin présumée du manga, des couples se forment. Voici leurs histoires.

La Z-II d'Ichigo était toujours dans les rues de Kichijôji. Avant d'enfiler leurs casques, ils s'embrassèrent courtement. Puis ils rentrèrent à l'appartement. Uryû regardait un débat politique télévisé, malgré l'heure tardive. Sinon, Orihime et Chad dormaient.
N'ayant pas vu la présence d'Uryû, Ichigo plaqua Rukia contre le mur et ce fut reparti pour une séance de baisers quelque peu bruyants.
- J'ose espérer que ma présence n'est pas importune, dit le Quincy, en insistant sur le premier mot.
- Ah ... Désolé ... Marmonna Ichigo.
Il rejoint son ami dans le salon, et s'intéressa au débat. C'était une antique rediffusion d'un "déblah" politique de Nakasone, confronté à divers membres des partis opposants.
- Pourquoi on a droit à Nakasone en 2007 ? On était même pas encore nés à l'époque de ce truc ! S'exclama silencieusement Ichigo.
Crédits:
Tout l'univers de Bleach et les personnages en faisant partie sont l'entière propriété de Tite Kubo. Cependant, tout le reste m'appartient.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Si je t'attrape !

[3357 mots]
Publié le: 2012-09-20Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Le titre de ce chapitre est plutôt original, je n'avais aucune idée viable donc j'ai pris au hasard une citation du texte. Cette fois-ci, la chronologie est notifiée au début du chapitre. Sachez aussi que le chiffre VI (oui, VI et pas 6) est hautement symbolique pour moi, j'ai donc fait de mon mieux pour ce chapitre (un cookie à qui trouvera d'où vient le VI) Allez, bonne lecture !

VI. Si je t'attrape !

Cela faisait deux mois (depuis juillet 2008, donc) qu'Ichigo était rentré au bercail. Il faisait des petits boulots par ci, par là, histoire d'avoir une rentrée d'argent. Uryû était entré à Tôdai1 pour suivre des études supérieures en droit. Chad avait son diplôme de mécanicien et exerçait dans un petit magasin de motos, tenu par un ex-voyou coiffé en queue de cheval. Orihime était devenue professeur de fitness dans un club de sport de Tôkyô. Rukia continuait ses occupations de shinigami - ainsi qu'Ichigo. En parallèle, elle travaillait chez un fleuriste, s'étant découverte une subite passion pour les végétaux peu après avoir emménagé avec son compagnon. En effet, elle l'avait suivi dans sa vieille chambre.

Le mois de septembre était encore chaud, en dépit du désespérant mauvais temps qui avait régné tout l'été sur la région.

Ichigo s'épongea le front d'un revers de bras.

- Un peu d'activité physique, fiston ! S'exclama Isshin, en ôtant une nouvelle plaque de plâtre.

- Ouais, ouais ...

Ils étaient dans la chambre du jeune homme et la refaisaient complètement, murs, sol, plafond. Retirer les plaques de placoplâtre était plutôt compliqué, surtout par cette chaleur.

- Continue sans moi, j'ai un besoin urgent à soulager ! Dit le père en s'éclipsant.

- Merci pour ton aide !

Et Ichigo retourna au labeur, marmonnant dans sa barbe.

Dans la cuisine, Rukia entendit Isshin se précipiter au cabinet.

"Il devrait être tout seul maintenant" Songea-t-elle.

Elle se leva.

Ichigo finissait de retirer la dernière plaque des murs. On toqua à la porte. Rukia entra, un plateau dans les mains. Elle demanda :

- Tu veux un rafraîchissement ?

- Ouais, 'pas de refus. Y fait chaud !

- En effet, je vois ça ... Commenta la jeune femme, mi-sarcastique mi-amusée.

Son compagnon était torse nu et en short.

- Oh, mais je peux parfaitement te retourner le compliment, ma vieille. Toi non plus, t'en a pas beaucoup sur le dos.

Rukia avait une mini-jupe et un top moulant, très près du corps, tant et si bien que l'armature du soutien-gorge se dessinait clairement sous le tissu.

Ichigo se servit un verre.

- Merci, dit-il entre deux gorgées.

- Je peux aussi te rafraîchir à ma manière, roucoula la jeune femme en se serrant contre lui.

- Heu ... Pas maintenant ...

- Pourquoi tu veux pas ?

- Ben ... Je sais pas ...

Rukia prit un air affligé, un peu vexé aussi.

- Tu veux pas le faire avec moi, c'est ça ?

- Ah si si ! Se rattrapa-t-il, horrifié. Enfin ... J'ai l'idée que le sexe c'est un peu comme le dessert, plus on attend pour le manger, plus on le trouve bon.

Les gestes de mains que faisait Ichigo pour étayer son discours étaient plutôt drôles à voir, on aurait dit un vieil Italien commentant avec ferveur un match de foot.

- Merci pour cette magnifique comparaison, si éloquente ! Même si c'est vrai que dans le fond, ce n'est pas entièrement faux, cette idée de dessert. Enfin, ne tarde pas trop à accepter, sinon je vais finir par te violer !

Sur ces mots, Rukia quitta la pièce, laissant derrière elle un léger parfum floral et un autre verre de citronnade. Une voix, que premièrement il prit pour la manifestation de sa pensée, dit :

- Mais qu'est-ce que t'attends pour accepter ? Elle est chaude, cette petite, elle n'attend que toi !

Ichigo se sentit con, mais alors très con, en comprenant que c'était Kon qui parlait. La peluche avait suivit Rukia.

- Hé, il veut dire quoi ce regard-là ? Demanda-t-il en reculant. Aaaah ! Tous aux abris !

Il détala, de peur qu'Ichigo ne l'attrape.

Avant qu'Isshin ne revienne, le jeune homme eut une idée. Du fait qu'il ne pourrait plus repousser à l'infini les avances de sa compagne, il fallait se décider. Alors, il décida que le moment propice pour le faire serait d'ici la fin de la réfection de la chambre, c'est-à-dire dans une semaine au mieux.

- Papa ? Demanda Ichigo, quand son père fut de retour. J'ai eu une idée.

- Dis, fiston.

- Je voudrais faire la surprise à Rukia de la chambre, quand on l'aura finie. Mais pour ça on doit l'éloigner de la maison le temps des travaux.

- Oh, toi, t'as quelque chose à te faire pardonner pour vouloir lui faire une surprise !

- Non, non, pas spécialement, mentit Ichigo.

Ils discutèrent quelques minutes à ce sujet, et il fut convenu, après consentement du sujet, de l'envoyer chez Urahara le temps des travaux. Rukia fit ses valises au soir, et s'en fut vers une semaine de vacances chez le commerçant. Il se révéla que ce n'étaient pas tant vacances que ça, tellement il y avait de choses à faire. Les Hollow eurent l'idée de pulluler durant ce laps de temps.

Les travaux avancèrent vite et furent achevés dans les temps. On remit les meubles en place, avec quelques nouveautés. Et enfin, la chambre fut finie.

C'est pleine de joie que Rukia arriva à la clinique, bringuebalant sa valise derrière elle. Ichigo l'attendait dans l'entrée. Il la surprit en lui obstruant la vision de ses mains.

- Salut, ma chérie.

- Salut ! Répondit-elle, toute guillerette.

Il la mena jusqu'à l'étage. Dans l'escalier, il lui murmura à l'oreille :

- Si t'es gentille, peut-être qu'on fera un gros câlin ...

- Vraiment ?

- Mais oui ... Allez, avance, ma cochonne !

Il lui donna une petite tape sur les fesses car elle s'était arrêtée. Encore quelques pas et ils arrivèrent à la porte de la chambre.

- Prête ?

- Prête !

Ichigo poussa le battant, mena Rukia à l'intérieur et lui libéra la vue. Elle se montra très étonnée.

- Eh bien, franchement, ça change de l'ancienne chambre !

Le jeune homme lui déposa un baiser au creux de l'épaule, huma son délicat parfum et déclara :

- Ça sera notre petit nid d'amour rien qu'à tout les deux.

- Inaugurons-le !

- J'allais le dire.

Rukia se jeta au cou d'Ichigo et le fit basculer sur le lit de manière à avoir le dessus sur lui. Cependant, avant de tout de suite libérer la bosse qu'elle sentait palpiter contre sa cuisse, elle se coucha sur lui et l'embrassa follement. Au même moment, Yuzu frappa et entra.

- Ichi, y'a du monde ... KYAAAH !

La jeune fille se cacha les yeux et partit en courant dans le sens inverse.

- Je crois qu'on a mal choisi notre moment, commenta Ichigo.

Comme Rukia semblait réellement déçue, il lui promit de se rattraper dès que possible. Puis le couple redescendit. En bas, il y avait Chad. Il avait un bleu de travail.

- Salut, vieux, dit-il en voyant son ami arriver.

- Salut.

Rukia s'efforça de se monter joyeuse.

- Bonjour !

- On a fini de réparer ta moto, si tu veux venir la chercher ...

Ichigo eut une réaction de surprise.

- Déjà ?

- On s'est mis à trois pour la finir.

- Je vois.

Il se retourna vers Rukia et l'embrassa.

- Hé, minute ! Je viens avec toi ! Protesta-t-elle, après le baiser.

- Mais ...

- Pas de mais qui tienne ! Je viens avec toi !

- Bon, bon, j'abandonne. Tu viens. Va chercher ton casque.

Ichigo profita du départ de Rukia pour glisser à Chad :

- Profite au maximum de ton célibat, ça ressemble à ça, l'amour.

- J'en tiendrai compte. Merci.

Quand la jeune femme revint avec son casque, ils se mirent en route.

La Z-II avait été totalement retapée au niveau du moteur, bien que les pièces d'origine n'aient été enlevés. La peinture rouge rutilait encore plus qu'avant, et la petit plaque KAWASAKI brillait comme un soleil. Seul le pot avait été changé.

- Encore une fois, t'as fait du bon boulot, Ryûji ! Le félicita Ichigo.

Un homme coiffé en queue-de-cheval, qui révisait le moteur d'une autre moto, se retourna.

- J'ai pas travaillé dessus, juste Chad, En'ichi et Taku.

- Ben on dirait pas. Bref, combien je te dois ?

- Six mille cinq cent yens, mais je te fais grâce des cinq cent.

- C'est vraiment pas cher payé pour un tel boulot, commenta Ichigo en allongeant la monnaie.

Il sortit de la boutique fier comme un pape, poussa sa moto rutilante.

- Allez, monte, dit-il à sa compagne.

Celle-ci ne se fit pas prier. Elle enfila son casque et sauta à l'arrière de la selle. Ichigo fit de même, s'installant à l'avant. Il mit le contact, donna un coup de kick et fit tourner la poignée des gaz. Le rugissement était toujours aussi sonore et musical. Il s'exclama :

- Accroche-toi !

Sur ces mots, Ichigo tourna à fond la poignée, et la moto partit sur la roue arrière. Quelques protestations de la jeune femme derrière le convainquirent de reposer le pneu avant au sol.

- On va se balader un peu dans la région ? Demanda-t-elle, peu après.

- Hmm, bonne idée.

Ils ne revinrent que pour le dîner.

- Alors, vous étiez passés où ? Rouspéta Karin, qui mettait la table.

- On se baladait, voilà.

- Ouais, ouais ... Rétorqua la jeune fille, douteuse.

Au soir, Rukia retenta une approche.

- Allez, maintenant, on peut inaugurer notre chez-nous ! Dit-elle en poussa Ichigo sur le lit.

- Heu ... C'est-à-dire que ...

- J'écoute ?

- En fait, j'ai promis aux copains qu'on ferait une virée en moto, ce soir ...

La jeune femme se vexa.

- Tu as quoi ?

Voyant qu'Ichigo était tout déconfit, elle poursuivit quand même.

- Tu me préfères ta moto, c'est ça ? Je passe après ?

- Non, non ! Mais bon, ça fait un mois qu'elle est chez Ryûji, j'ai bien envie de l'étrenner un peu.

- Allez, va-t'en. Va faire de la moto avec tes potes.

Comme Rukia semblait passablement énervée, Ichigo battit en retraite. Juste au moment de franchir la porte, il l'entendit s'étaler sur le lit et sangloter. Bien que l'astuce de la comédie ait tout de suite été éventée, il revint en déclarant :

- Merde, j'ai oublié quelquechose.

Il retourna sa compagne, qui pleurnichait contre l'oreiller, et l'embrassa avant qu'elle n'émette quelque protestion. Il s'en fut en courant, de peur de subir des représailles.

En bas, Isshin regardait la télé, Yuzu faisait la vaisselle et Karin était suspendue par les pieds (NB : ceci est bien entendu une image) à son téléphone portable.

- Je vais faire un tour en moto, je reviendrai vers minuit, à peu près, annonça Ichigo.

Son père se retourna vers lui.

- Rukia ne vient pas ?

- Non ... On s'est fâchés.

- Ah, elle refuse de faire des câlins avec toi et donc tu vas te changer les idées, c'est ça ?

- En fait, pour les câlins, c'est l'inverse. Allez, à plus.

Il décrocha son perfecto noir et son casque, noir aussi. Dans le dos du blouson, écrit en rouge écarlate, il y avait les kanji "Akasaki".

Ichigo fut de retour vers minuit vingt. Il s'efforça d'être le plus silencieux possible pour ne réveiller personne. Il ôta blouson et casque, retira ses bottes. Puis il gagna l'étage. Tous dormaient, même Rukia. Une fois en caleçon, il se glissa dans le lit. Comme si elle avait sentit sa présence, la jeune femme émergea. Elle se retourna pour qu'il la prenne dans ses bras. C'était leur façon de s'endormir, serrés l'un contre l'autre.

Le lendemain, ils se réveillèrent de bonne heure. Ichigo descendit le premier. Il y avait un plateau déjeuner sur la table, avec un post-it indiquant :

"On est partis à la campagne on vous laisse la maison jusqu'à ce soir vingt heures - Papa"

- Hé hé ...

Rukia descendit alors qu'il se versait un bol de lait.

- Pourquoi on est tous seuls ?

- Lis le papier, tu verras.

Elle prêta attention au message laissé.

- Donc on a jusqu'à huit heures ce soir, termina Ichigo.

- On ...

- Minute, d'abord, petit déjeuner, et journal ensuite.

- Roooh ...

Rukia se lamenta de devoir encore attendre. Ichigo s'éclipsa le plus tôt possible.

La jeune femme lisait un livre, assise dans la cuisine, quand il revint une main dans le dos, le journal dans l'autre.

- Rukia ?

- Ichigo ?

Il s'approcha, et rougit au moment de sortir le bouquet de fleurs.

- C'est pour toi, tiens.

La composition était variée et astucieuse mais légère.

Rukia, hésitante, accepta le présent. Elle huma les fleurs.

- Elles sentent bon, et c'est un joli bouquet. Je vais le mettre dans un vase.

Une fois la tâche accomplie - les fleurs furent mises dans l'entrée - elle revint et s'approcha d'Ichigo.

- On va enfin faire des câlins ? Demanda-t-elle, une expression voulue attendrissante - qui excita plus que n'émut le jeune homme - sur le visage.

- Allez, viens, ma chérie.

Depuis six mois qu'ils sortaient ensemble, le simple mot "chérie" faisait encore trembler Rukia. Elle frissonnait et rougissait dès qu'Ichigo le prononçait. Elle passa devant lui et courut dans les escaliers, grimpa quatre à quatre les marches. En arrivant dans la chambre, elle ferma les rideaux de la fenêtre. Une douce pénombre s'installa aussitôt dans la pièce. Comme Ichigo entrait, elle fit glisser sa chemise de nuit, qu'elle avait gardée tout ce temps. En six mois de vie commune, ils ne s'étaient pas encore vus nus.

La nudité de Rukia inhiba le jeune homme. Son rythme cardiaque doubla à peu près, il fut prit de palpitations dans tout le corps. Entre la poitrine et la mi-cuisse, c'était un monde inconnu pour lui. Comme il n'osait pas bouger, Rukia s'approcha de lui et le stimula.


~

~ ~


Keigo s'approcha de la porte, quand un bruit retint son attention. Une voix fémimine couinait, criait faiblement à intervalles réguliers. Il mit un certain temps à comprendre que c'étaient des ébats amoureux. Il tomba à genoux, et se prit la tête dans les mains.

- POURKOOOOOAAAAH ?

Il se releva, dépité, et rebroussa chemin. Encore une fois, il avait été trahi. D'autant plus qu'en théorie, l'après-midi aurait dû être dédié aux jeux vidéos, avec Mizuirô et Chad.


~

~ ~


Ichigo roula sur le côté, essoufflé.

- Alors ... T'as aimé ? Demanda-t-il, inquiet de sa performance.

- Oui ... Je n'aurais jamais cru que le sexe, c'était aussi bon ...

- Ça fait quand même quatre heures et demie qu'on est au lit, il est deux heures et demie !

Ils discutèrent pendant une dizaine de minutes. Au terme du débat, Rukia posa sa main sur le soldat au repos d'Ichigo.

- J'ai envie qu'on le refasse là, maintenant, susurra-t-elle.

Comme de fait, il se mit au garde-à-vous.

- Je prend ça pour un oui.

Kon perdit l'équilibre et tomba.

- Je suis dans le cacaaaaaa ! Chuchota-t-il pour lui, comme les soupirs de Rukia cessaient.

Le bruit mat mais faible suffit à alerter le couple. Ichigo fit demi-tour à contrecoeur. Il enfila son caleçon et ouvrit, suspicieux, le placard. Kon tentait de se dissimuler dans un coin.

- Genre je t'ai pas vu, sale pervers ! Tonitrua Ichigo, en se jetant dans le rangement.

- Aaaaaaah !

Kon sortit en courant, réussissant de peu à échapper au jeune homme. Il profita de la porte entr'ouverte pour s'enfuir à toutes jambes.

- Si je t'attrape !

- Au secours ! Il est fou ! À moi ! À l'aide ! Au secours ! Aaaaaaah ! À l'assassin ! Hurlait la peluche.

Ichigo poursuivit Kon à travers toute la maison, et parvint enfin à l'acculer dans les toilettes.

- Mon pauvre petit gars, fallait pas venir te rincer l'oeil ...

- J'ai juste écouté ! Je le jure sur ma crinière !

- Mais ouais ... Quoiqu'il en soit, j'ai déjà trouvé un châtiment qui te conviendrait.

Il le feinta et réussit à l'attraper par la patte avant gauche.

- Lâche-moi ! Assassin ! Tueur de peluches ! Fou furieux ! Psychopathe !

Ichigo affermit sa prise. Il remonta dans la chambre en prenant soin de cacher le regard de Kon. Rukia l'attendait, assise les bras autour des jambes.

- Alors ?

- Je sais comment lui faire regretter.

Il enfonça une main dans la bouche de la peluche et en tira la pilule d'âme artificielle, qu'il posa sur le bureau.

- Je demanderai à Uryû d'effectuer quelques "arrangements" sur la peluche.

Rukia pouffa de rire, mais fut interrompue par son compagnon qui, de nouveau nu, l'embrassait en s'immisçant entre ses jambes.


~

~ ~


Orihime regarda une nouvelle fois par la fenêtre, impatiente. Elle regarda sa montre. Nouveau coup d'oeil à la fenêtre.

Cinq minute plus tard, elle regardait de nouveau. Une silhouette à vélo apparut au bout de la rue, et se rapprocha peu à peu en direction de chez la jeune femme. Un ding ding de sonnette caractéristique retentit.

- Il est là ! S'exclama-t-elle.

Elle courut à la salle de bains, pour se recoiffer. Elle vérifia l'absence de boutons sur son nez, et réajusta son décolleté, pour masquer la dentelle du soutien-gorge qui dépaissait. Elle quittait la pièce quand on sonna à la porte.

- Je suis là, dit une voix.

Orihime courut ouvrir.

- Services de livraison Ishida Couture Express, bonjour.

- Bonjour Uryû ! Vas-y, entre !

La jeune femme était surexcitée et peinait à le dissimuler.

- Mes hommages, madame, dit le Quincy avec un semblant de courbettes.

Plus qu'une marque de respect et d'estime, c'était le salut spécial qu'il réservait à Orihime, et à elle seule.

- J'ai fini ta robe, par contre, il faudra la repasser.

Il posa son sac à dos au sol, l'ouvrit d'un geste sec, et en sortit une belle robe roux clair, un ton plus clair que les cheveux d'Orihime. Le décolleté était étonnement peu plongeant pour une jeune fille si généreuse, mais une frise verticale - à la manière de l'habit confectionné à la fin de la première aventure dans la Soul Society - à motifs floraux, passant du côté gauche, rehaussait le caractère abondant de la poitrine d'Orihime. Perpendiculairement à cette frise, il y avait, à hauteur de la mi-cuisse, une autre frise, brodée cette fois, qui représentait une ligne de fleurs stylisées, de couleur bleue. La robe s'arrêtait aux genoux.

- Elle est magnifique ! S'exclama la jeune femme, qui était restée sans voix quelques secondes.

Elle posa l'habit sur le canapé et prit Uryû dans ses bras. Celui-ci rejeta la tête en arrière, heureux, en sentant Orihime se presser contre lui.

- La vie est belle ... Se marmonna-t-il.

- Tu veux un café ? Demanda la jeune femme, après l'avoir relâché.

- Un thé plutôt, s'il te plaît.

- D'accord.

Elle courut presque à la cuisine, les plis de sa jupe flamenco rouge écarlate flottant derrière elle.

Avant qu'Uryû ne reparte, elle demanda :

- Quand est-ce qu'on pourra dîner tout les deux au restaurant ? Ça fait un mois qu'on en parle sans rien en faire !

- Il y a des examens dans peu de temps à Tôdai, et je révise au maximum. Mais je te promet, le premier samedi après les épreuves, je t'emmènerait dîner.

- Promis ?

- Promis. Allez, j'y retourne, j'ai cours de littérature moderne dans une heure.

- Au revoir, Uryû !

- Au revoir, Orihime, porte-toi bien, répondit-t-il en enfourchant sa bicyclette.

C'est avec un pincement au coeur que la jeune femme le regarda s'éloigner, sifflotant joyeusement.

- Il doit y avoir plein, de jolies filles, à Tôdai ... Se dit-elle.

Et elle rentra, pensive. La vue de la robe posée en vrac sur le canapé la tira de toutes ses considérations, et elle se hâta de l'essayer. Comme d'habitude, le seul ouvrier d'Ishida Couture Express avait fait du très bon travail. Et le mieux dans tout ça, c'est que la robe était offerte par la maison.


1. Tôdai (abréviation de Tôkyô Daigaku) est une université de Tôkyô, et la plus renommée de tout l'archipel japonais.

Commentaire de l'auteur Le chapitre suivant, le VII, sera très probablement découpé en deux voire trois partie (que je publierai d'un coup, ne vous inquiétez pas) car il est très gros (sans doute le plus gros de mon histoire).

PS : je vais bientôt lancer un deuxième récit en parallèle, quelques infos : aucun rapport avec Paradise (sauf peut-être quelques références), ce sera sans doute un recueil de one-shot divers sur la base de l'univers de Bleach, mais il se peut que je diversifie avec d'autres mangas.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales