Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : 7 - 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 771 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 397 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 593 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 833 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 847 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1175 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Paradise
[Histoire Abandonnée]
Auteur: Linksys Vue: 2620
[Publiée le: 2012-09-13]    [Mise à Jour: 2012-09-25]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié/Tranche de vie Commentaires : 6
Description:
Plusieurs années après la fin présumée du manga, des couples se forment. Voici leurs histoires.

La Z-II d'Ichigo était toujours dans les rues de Kichijôji. Avant d'enfiler leurs casques, ils s'embrassèrent courtement. Puis ils rentrèrent à l'appartement. Uryû regardait un débat politique télévisé, malgré l'heure tardive. Sinon, Orihime et Chad dormaient.
N'ayant pas vu la présence d'Uryû, Ichigo plaqua Rukia contre le mur et ce fut reparti pour une séance de baisers quelque peu bruyants.
- J'ose espérer que ma présence n'est pas importune, dit le Quincy, en insistant sur le premier mot.
- Ah ... Désolé ... Marmonna Ichigo.
Il rejoint son ami dans le salon, et s'intéressa au débat. C'était une antique rediffusion d'un "déblah" politique de Nakasone, confronté à divers membres des partis opposants.
- Pourquoi on a droit à Nakasone en 2007 ? On était même pas encore nés à l'époque de ce truc ! S'exclama silencieusement Ichigo.
Crédits:
Tout l'univers de Bleach et les personnages en faisant partie sont l'entière propriété de Tite Kubo. Cependant, tout le reste m'appartient.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Let's light up the night

[1839 mots]
Publié le: 2012-09-18Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur J'avais précisé dans les commentaires qu'il n'y en aurait pas que pour le couple Ichigo x Rukia, eh bien voilà la matérialisation de cette annonce, à savoir le chapitre V ! Vous découvrirez de quel couple je traite ici en lisant, même si les possibilités ne sont pas infinies. Pour information, il se passe peu après le chapitre IV. Bonne lecture !

V. Let's light up the night

Keigo mit en pause à contrecoeur lequel il jouait et quitta le canapé du salon pour ouvrir. En effet, on venait de sonner à la porte au moment où il pensait que personne ne viendrait le déranger dans la journée.

Tatsuki arrangea la prise de son sac sur l'épaule, et s'assura qu'elle était bien devant l'adresse écrite sur le bout de papier qu'elle tenait à la main. D'une main hésitante, elle appuya une fois sur la sonnette, remit une mèche rebelle en position et lissa les plis de sa jupe. Un garçon brun, les cheveux en bataille, mal rasé, passablement de mauvaise humeur et habillé comme l'as de pique vint lui ouvrir en se grattant le sommet du crâne.

Keigo se demanda qui cela pouvait bien être. Il jeta sa canette de bière en passant, et vint ouvrir la porte. Il y avait de l'autre côté une magnifique jeune femme qu'il ne se serait pas attendu à voir ici et maintenant. Cependant, il ne pouvait se tromper sur son identité.

- Sa ... Lut ... Dit-il, complètement déconnecté.

Il avait totalement oublié que Tatsuki l'avait prévenu l'avant-veille de sa probable visite prochaine.

- Salut Keigo. Alors, ça va ?

- Ouais ... Plutôt. Entre, tu vas avoir en ... En jupe ...

Tatsuki entra d'un pas décidé, serra fermement la courroie de son sac. Keigo se bénit d'avoir rangé l'appartement la veille. Faire entrer une femme dans le repaire de contrebandiers qu'était jusqu'alors l'habitation du jeune homme eût été fortement inconvenant.

- Et toi ... Tu vas bien ? Tu devait avoir froid, dans la froidure de l'hiver, en jupe !

- Oui, ça va. T'en fais pas pour la jupe, je suis pas frileuse.

- Ah ... Je ... Je vois ... C'est bizarre, j'aurais cru que tu serais allée voir Orihime plutôt que moi ...

Il trouva suspect le rougissement de Tatsuki mais ne le montra pas.

- En fait, je voulais réunir tous les anciens pour faire une petite sauterie. Ichigo, Chad, Uryû, Orihime, Rukia, tout le monde !

- Mouais, c'est une bonne idée. Tiens, mets ton sac ici.

Il détailla le physique de la jeune femme alors qu'elle posait son sac sur le canapé du salon. Pour une étudiante de sport-étude, elle semblait bien fine.

- Eh bien, tu n'as pas fait beaucoup de muscle là-bas !

- Tant mieux, j'ai pas envie de ressembler à un gorille.

Cependant, en quatre ans, d'autres caractères s'étaient développés, ce qui ne manqua pas d'échapper à Keigo.

- Tu me fais visiter ? Demanda-t-elle.

- Ouais, bien sûr.

Une fois le tour du propriétaire achevé, la jeune femme se planta à l'entrée de la cuisine, mains sur les hanches, et s'exclama haut et fort :

- Voici un endroit où une présence féminine ne pourrait pas être de trop !

Keigo ne comprit pas le sous-entendu.

- Peut-être ... En attendant, je me suffit à moi-même, et c'est bien comme ça.

- En tout cas, le monticule de vaisselle sale dit le contraire !

- Mouais ...

Pensant qu'il n'avait rien d'autre à dire, il se risqua à observer quelque fait qu'il avait récemment constaté.

- Tu ... T'es devenue plus féminine, depuis que tu es dans ce sport-étude ... C'est paradoxal.

- Merci, ça fait plaisir ! Rétorqua-t-elle, le regard dur.

- Hé, on se calme ! J'ai jamais dit qu'avant tu étais moche !

- Mais j'espère bien !

Un silence total s'ensuivit. Un gargouillis provenant du ventre de Keigo le brisa. Il était presque midi.

- Je vais me faire à manger. Tu veux quelque chose ? Demanda-t-il.

- Non, pour une fois, tu vas manger de la nourriture correcte. Je vais te faire à manger.

- C'est trop gentil, mais je préfère me débrouiller seul.

- Non, j'insiste !

Et, avec beaucoup de liberté, elle inspecta les placards. Il n'y avait que des boîtes de conserve ou des plats à réchauffer.

- Eh bien, ça fait un régime varié, tout ça !

- Je vais me faire un râmen avec Ichigo et la bande de temps en temps, sinon c'est tout.

Tatsuki ouvrit quelques boîtes qui n'étaient pas encore périmées, et trouva des pâtes encore valides.

- Va mettre la table, je mangerai avec toi.

- J'ai pas de table, je mange dans le salon.

- Eh ben, mets-y la table !

- Ouais.

Une fois le couvert mis, Keigo s'installa et quitta le canal du jeu vidéo pour mettre le journal télévisé du midi.

Une dizaine de minutes plus tard, Tatsuki sortit de la cuisine en s'exclamant :

- Chaud devant !

Elle arriva avec un plat de spaghettis bolognaise fumant. Elle avait enfilé un petit tablier jaune par-dessus ses habits. Elle n'était pas particulièrement changée, mais cela semblait mettre en émoi le jeune homme. Il la fixa quelques secondes, la bouche à moitié ouverte.

- Ben quoi ? J'ai une tâche sur mon chemisier ?

- Non ... Non ...

Tatsuki rougit un peu elle aussi. Elle posa le plat, et ôta gants et tablier avant de venir s'assoir auprès de Keigo, serrée contre lui. Le canapé, bien qu'il n'offrît que deux places, était assez grand pour que deux personnes adultes puissent s'y assoir sans se toucher.

Le repas fut vite terminé. Comme ils n'avaient rien de plus à se dire, au grand dam de Tatsuki, elle partit rejoindre Orihime. Keigo eut une subite sensation de vide quand il réalisa qu'elle était partie. Il regretta tout de suite.

La jeune femme frappa à la porte d'Orihime. Chad vint ouvrir.

- Heu ? Qu'est-ce que tu fais là, Chad ?

- Ben, c'est mon appartement, là.

- Tu veux dire que ... Enfin ... Tu sors avec Orihime ?

- Non, non, je suis en colocation avec elle, Ichigo, Uryû et Rukia. Va pas t'imaginer des choses trop vite.

- Ah, tu m'as fait peur.

Orihime, alertée par cette voix familière, accourut.

- TATSUKIIII ! S'exclama-t-elle en passant entre Chad et le mur (véritable exploit pour une jeune femme à la poitrine si développée).

Elle se jeta sur son amie, manqua de l'envoyer rouler au sol.

- Ça fait plaisir de voir que tu vas bien, Orihime !

- Attend, je vais mettre un blouson, dit-elle.

- Pourquoi ?

- On va aller se balader entre filles !

- Ouais, bonne idée.

Orihime revint quelques secondes plus tard, un gros anorak sur les épaules.

Quand elles approchèrent du canal, encore entièrement gelé, Tatsuki se risqua enfin à demander conseil à son amie.

- Dis ... Tu aurais des astuces pour ... Pour séduire un garçon ?

- Qui çaaaaaaa ?

- Keigo.

- Ah, bah ... Je sais pas, je suis jamais sortie avec un garçon.

- Bon, pas grave. Merci quand même.

Elles passèrent tout l'après-midi à errer dans les rues de Karakura. En début de soirée, Tatsuki quitta son amie et se redirigea vers la gare, déçue et attristée de n'être arrivée à rien avec Keigo.

Alors qu'Orihime retournait à l'appartement, son téléphone vibra dans sa poche. Elle avait reçu un message.

"Salut Orihime, passe-moi le numéro de Tatsuki s'il te plaît" lut-elle.

Alors, elle dût ôter ses gants et entrer la réponse avant de voir ses doigts bleuir.

Keigo posa son portable bien en vue sur la table du salon. Plein d'anxiété, il reprit son jeu, le même que précédemment. Au bout de quelques minutes, la sonnerie joyeuse retentit. Il se jeta sur le fragile appareil.

"Ok voilà" avait répondu la jeune femme, suivi du numéro de son amie. Il le reporta sur le dos de sa main, ensuite de quoi il le composa fébrilement, manquant plusieurs fois de laisser tomber le téléphone.

Tatsuki attendait son train quand son portable sonna.

"Bouge pas j'arrive"

Elle se demanda qui cela pouvait-il bien être, et se résolut à attendre jusqu'à ce que le Shinkansen qui devait la ramener à Aomori n'entre en gare. Un étrange espoir naquit dans son esprit.

Keigo sortit en courant dehors, sans même avoir enfilé de blouson. Il détacha son vélo de la rembarde faisant face à la porte, et l'enfourcha en donnant une impulsion. La gare de Shibuya était à environ trente minutes de vélo. Il savait que c'était là qu'il devait aller, d'après ce que lui avait dit Tatsuki.

La jeune femme se résigna à abandonner tout espoir en observant l'aiguille des minutes de la grande horloge, pendue au milieu de la gare, se déplacer inexorablement de dix-huit heures trente-sept vers dix-huit heures trente huit. Le train devait arriver à dix-huit heures quarante.

Cependant, une ou deux minutes plus tard, un message fut diffusé dans la gare.

- Nous informons notre aimable clientèle que le Shinkansen au départ de la gare de Shibuya pour Aomori est retardé d'une heure en raison de chutes de neiges dans le Tohôku. Merci de votre compréhension, et bonne journée.

C'était effectivement le train que Tatsuki était censée prendre. Plutôt que de rester bêtement au bord du quai une heure encore, elle préféra s'installer dans un des petits cafés qui bordaient le hall. La foule se pressait, ce qui ne rendait pas aisés les déplacements.

Vers dix-neuf heures, alors qu'elle en était au troisième café, quelque chose d'intéressant se produisit. La cacophonie de la foule redoubla d'intensité. Certains crièrent et s'enfuirent à toutes jambes.

- TAAAATSUUUUKIIII ! Hurlait une voix.

Interpellée, la jeune femme sortit au-dehors, profitant de l'éclaircissement soudain de la foule. Au milieu de la gare, un jeune homme en vélo était coursé par une dizaine d'agents de sécurité. Presque autant s'agrippaient à son dos, mais il ne chutait pas.

- Tatsuki ! Hurla-t-il une nouvelle fois.

- Je suis là ! S'exclama l'intéressée.

Keigo se tourna vers elle et capta son regard. Au même moment, le monceau d'agents sur son dos eut raison de lui, et le fit chuter. D'autres se jetèrent sur le tas. Impuissante, Tatsuki regarda le jeune homme se faire emmener. Elle suivit les policiers venus le chercher jusqu'au poste de police. Elle entra, hésitante.

- Bonsoir, dit la réceptionniste.

- Bonsoir. Je ... Viens chercher quelqu'un.

- Qui est-ce ?

- Kei ... Keigo Asano.

La femme sortit une feuille d'un dossier et l'inspecta.

- En effet. Il est juste en garde à vue, il n'y a pas de caution à payer.

Elle fit venir deux gros policiers qui conduirent Tatsuki jusqu'à Keigo.

- Allez, et que l'envie te reprenne pas d'aller faire un coup de vélo dans la gare de Shibuya, dit un des hommes.

Keigo, trop content d'être sauvé, en oublia sa sauveuse.

- Et moi, tu m'oublies ? Dit-elle quand ils furent au-dehors.

- Hein ? Loin de moi cette intention !

Il la serra fortement dans ses bras.

- Merci, Tatsuki.

Il ajouta, à voix basse :

- Je t'aime.

- M ... Moi aussi ... Répondit timidement la jeune femme.

Ils rentrèrent en se donnant la main, heureux et insouciants.

Commentaire de l'auteur Pour ce qui est du titre, certains l'auront compris, il vient d'un titre du groupe The Black Eyed Peas. Sinon, pour le prochain chapitre, la température monte un peu, cependant pas de quoi élever le classement de l'histoire.
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales