Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Journalistes du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 04/11/2018
  • Revenir de l'avenir
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - dystopie - humour - steampunk - space opera - uchronie - dark fantasy - fiction
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • La Paix
    Mouvement de la Paix du Rhône
    Nb de signes : < 10 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction - policier - humour - imaginaire
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Rindaya
    Boz'Dodor
    Nb de signes : < 12 600 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 07/08/2018
  • #exclusif
    J'ai lu
    Nb de signes : 250 000 - 350 000 sec
    Genre : romance contemporaine
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Sur un malentendu…
    J'ai lu
    Nb de signes : 50 000 - 70 000 sec
    Genre : comédie romantique
    Délai de soumission : 30/06/2018
  • Dystopie
    H2 Fanzine
    Nb de signes : < 9 000 sec
    Genre : science-fiction - jeunesse
    Délai de soumission : 10/08/2018
  • Cthulhu
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : horreur
    Délai de soumission : 31/10/2018
  • Femmes de l'étrange
    Revue Horrifique
    Nb de signes : > 18 000 sec
    Genre : fantastique - horreur
    Délai de soumission : 30/09/2018
  • Prix Saint-Nicolas du Conte de Noël
    Éditions Ex Æquo
    Nb de signes : 18 000 - 25 000 sec
    Genre : conte - noël - tout public
    Délai de soumission : 15/09/2018

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Amateurs de KPOP, cette nouvelle devrait vous plaire !
 par   - 784 lectures  - 2 commentaires [16 juin 2018 à 18:29:29]

Sur mashable FR une nouvelle a retenu mon attention :
L’anglais ne sera bientôt plus la langue universelle de la pop music

Il semblerait que le coréen devienne l'une des langues les plus écoutées au États-Unis avec l'espagnol.

 

Google et les données...
 par   - 417 lectures  - Aucun commentaire

Depuis quelques mois j'ai supprimé Google Analytics du site. J'y perds en analyse, mais gangne en vitesse et c'est un suivi de moins par Google.
Dès que Google a fourni un outil pour se conformer au RGPD j'y ai désactivé le suivi pour la personnalisation des pubs.

Ça signifie, par exemple, que vous ne devriez plus voir de pub correspondant à ce que vous regarder sur d'autres sites.

Le plagiat des livres, parlons-en
 par   - 610 lectures  - Aucun commentaire

Le plagiat des livres, parlons-en. Suite aux nombreuses affaires de plagiat dans lesquelles nous sommes intervenus avec Manon, je me suis dit qu’il serait important de vous en informer. Ce sujet touche autant les écrivains en herbes que les auteurs confirmés. Hélas, de nombreuses personnes ignorent les enjeux du plagiat. Dorénavant, vous serez informés. J’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter que le plagiat continue à se répandre dans le futur.

Qu’est-ce que le plagiat ?

Tout d’abord, le plagiat est une faute d'ordre moral, civil ou commercial. Elle consiste à recopier ou à s’accaparer une oeuvre sans le consentement sur papier de l’auteur, ou de l’éditeur s’il y a, avec sa signature à l’appui. Un simple mail ne suffit pas. De plus, prévenir que l’oeuvre n’est pas la nôtre, car nous avons copié-collé le livre d’untel, c’est tout bonnement avouer un délit.

En d’autres mots, plagier, c’est copier/coller une oeuvre en modifiant ou non l’oeuvre originale (nom, sexe, univers…). Plagier, c’est aussi reprendre entièrement un scénario. De même que plagier, c’est traduire une oeuvre sans l’autorisation signée de son auteur original. En agissant ainsi, le plagieur contribue, inconsciemment ou non, à une faute juridique grave : un non-respect des droits patrimoniaux et moraux de l'auteur original. De ce fait, au risque de le répéter, le plagiat est considéré comme un délit. En s’y adonnant, le plagieur risque :

Selon le Code pénal :

L'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle prévoit que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. »

Le plagieur risque :

○ 2 ans d'emprisonnement
○ 150 000 € d'amende pour dommage et intérêt
○ Peine civile voire même pénale si l'auteur qui en est victime a un bon avocat

De plus, les auteurs connus comme Gilles Legardinier ou Guillaume Musso, ont une certaine notoriété et emprise sur le marché du livre. Lorsqu’ils en publient un, les gens vont se ruer dessus. Ils connaissent leurs styles d’écriture et savent qu’ils ne seront pas déçus. Par conséquent, leurs oeuvres seront bien vendues. Si l’éditeur apprend que leurs écrits sont mis gratuitement à disposition sur un site, il ne va certainement pas apprécier. De ce fait, il peut attaquer le plagieur en justice. En raison d’un bon avocat, le verdict sera bien plus important que 150 000 € d’amende ou 2 ans d’emprisonnement.

Ce qu’il faut savoir sur les auteurs et le plagiat

L’auteur, connu ou non, choisi tout lorsqu’il écrit son histoire. Cela passe du nom des personnages, aux caractères et caratéristiques physiques en passant par les lieux, les nationalités, etc. Il passe du temps à mettre en place son scénario, à choisir ses mots, à écrire ses phrases. En somme, faire en sorte que ce soit cohérent. Cette phase d’invention et d'écriture peut aussi bien être courte que durer des années.

Imaginez seulement sa réaction lorsqu’il apprendra qu’un de ses lecteurs a tout bonnement repris l’histoire, pire, l’a déchiquetée en un temps record juste pour la reprendre, par exemple, avec son pairing favori. Ou juste simplement la faire partager à des lecteurs. Comparez trois ans de dur labeur et de stress à… cette misère.

De plus, si le livre a été traduit, copier/coller le travail du traducteur, c’est aussi le voler. Le plagier. Pour rappel, le travail d’un traducteur c’est de de comprendre le sens qu'a voulu donné l'écrivain à sa phrase et la retransmettre au mieux dans sa langue à lui, garder la cohérence. Ça prend du temps.

Par contre, nous ne pouvons rien faire lorsqu’une oeuvre, comme par exemple, Alice aux pays des merveilles, se trouve sur un site gratuit. Ou toute autre oeuvre ancienne. L’histoire devient un bien public 70 ans après la mort de l’auteur.

En résumé

Généralement, lorsque nous souhaitons partager une oeuvre que nous avons appréciée, le plus simple est d’en parler, par exemple, à la fin d’un chapitre. Vouloir la partager en la copiant-collant, non. Même si l’auteur ne répond pas au message. Je dis ça, parce qu’une personne m’a répondu ainsi. De plus, lorsque nous citons un auteur, nous devons le mettre avec les guillemets et la référence bibliographique. Cela se rapporte à des bouts de lignes, et non à un livre entier.

Pour rappel, Wattpad et Fanfic-fr avaient lancé leur site pour que les auteurs fassent connaître leur oeuvre. Et non celle d’un autre.

Maintenant que vous le savez, j’espère que vous ferez le nécessaire afin d’éviter cela. Prévenez-moi en cas de doute. J’interviendrai pour en informer le plagieur. S’il ne souhaite pas supprimer l’histoire plagiée (oui, il y a des gens têtus et immatures), j’inviterai les administrateurs à s’en occuper.

Au nom du respect, je vous en prie.

STOP AU PLAGIAT
(#contreleplagiat)

Petites informations supplémentaires :

○ Sachez que si le plagieur écrivait ses propres fictions, je ne l’empêche absolument pas de les continuer. Au contraire. Mais, il doit supprimer l’oeuvre plagiée.

○ De plus, je n’ai rien contre les personnes imaginant d’autres personnages lorsqu’elle lise un livre, avec par exemple, leur pairing favori. Néanmoins, elles n’ont pas le droit de reproduire leur envie, à moins de s’inspirer de l’oeuvre pour écrire leur fanfiction.

Le Discord de la Ligue des Chroniqueurs vous ouvre joyeusement ses portes !
 par   - 843 lectures  - 1 commentaire [21 mai 2018 à 22:43:44]

Bonjour à toutes et à tous !

Je suis Etsukazu, un humble auteur de fanfictions du fandom Naruto, et je viens vous annoncer que le groupe Discord de la Ligue des Chroniqueurs, formé il y a quelques mois, s’ouvre officiellement à la communauté de Fanfic-Fr.

Envie de discuter avec les auteurs de vos fandoms favoris ? Ce groupe est fait pour vous.

Naturellement, vous vous demandez aussitôt tous ce qu’est un groupe Discord (Non ? Mince alors !), mais surtout, qu’est-ce que la Ligue des Chroniqueurs ? Laissez-moi donc vous répondre dans l’ordre.

Discord est une plateforme de discussion instantanée dont l’interface permet des discussions écrites élaborées aussi bien que des discussions vocales. Cette application est très utilisée par les communautés de joueurs de jeux vidéo, quels que soient leurs genres, et elle a été conçue principalement pour eux – en premier lieu – toutefois, son utilité ne se cantonne pas à eux. Effectivement, elle est utilisée par beaucoup de monde, et il se trouve que la Ligue des Chroniqueurs l’utilise également.

La Ligue des Chroniqueurs, quant à elle, est une petite communauté – de 160 membres actuellement – qui regroupe de nombreux auteurs publiant sur Fanfic-Fr comme sur fanfiction.net, ainsi que les lecteurs qui souhaitent venir s’exprimer et échanger autour de notre passion commune qu’est la fanfiction.


Lire la suite...
Les Editions du Flamant Noir cherche de nouveaux Talents
 par   - 848 lectures  - Aucun commentaire

Plumavitae s'associe avec Flamant Noir Editions

Plumavitae.co, vous vous souvenez ? Si non, rendez-vous sur plumavitae.co !
Mais ce n'est pas le sujet ! Nous avons le plaisir de vous annoncer notre partenariat avec Flamant Noir Editions, une maison d'édition exigeante consacrée au polar, le thriller ou encore le roman noir.

A partir du 2 mai 2018, grâce à Plumavitae, Flamant Noir Editions rouvre la réception des manuscrits par internet ! Auteur(e) de Thriller, de Polar ou de Roman Noir ? Envoyez-nous votre manuscrit !

Conditions d’envoi :

- Envoyez votre projet à cette adresse : manuscrits.flamantnoir.ed@gmail.com
- Votre manuscrit doit être cohérent avec la ligne éditoriale des Éditions Flamant Noir (plus d'infos sur http://editions-flamant-noir.com/)
- Adressez-nous au maximum les 50 premières pages de ton écrit (soit 37000 mots), accompagnées d’une présentation générale de vous et de votre projet

Alors, à vos claviers et que la Plume du Flamant Noir soit avec vous !


Lire la suite...
Concours d'écriture by Shaku #1
 par   - 1184 lectures  - Aucun commentaire

Bonjour, je vous propose un concours d'écriture dont les règles sont plutôt simple. Je répondrais à toutes vos questions si vous en avez.

Par contre, sachez avant toute chose que je m'excuse envers les personnes n’habitant pas en France. Je ne peux accepter votre texte, car je ne pourrais pas financer les frais de port si jamais vous gagnez un lot... Cependant, vous pouvez participer si vous ne souhaitez rien gagner !

Le principe de ce premier concours

• Ce concours est anonyme.
○ Les participants m'enverront leur texte par mail en PDF à cette adresse (morganeperro@outlook.fr)
○ Titre du mail : Prompt#1 + Titre de leur fiction + n° du prompt
○ Le titre de leur fiction devra être au-dessus du corps du texte. Ce nombre de mot ne sera pas compris dans la limite autorisée.

• Écrire une fiction entre 3000 et 10 000 mots sur la base d’un prompt choisi au préalable à partir du 15 avril sur le document google indiqué en bas de la page.
○ Le prompt choisi doit être libre au moment de la réservation. Dans le cas contraire, choisissez un autre prompt où il n’y a pas marqué (réservé par « nom »)

Mais… qu'est-ce qu'un prompt ?
• Un prompt c’est un petit plan ou idée de quelques lignes pour écrire une fiction. On remplace aussi "A", "B", ect, par le nom du personnage.

○ Exemple :
• A et B se promènent dans la forêt et se font téléporter par des extra-terrestres. Comment vont-ils s'en sortir sans que ces monstres ne décident de copuler avec eux ?


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Paradise
[Histoire Abandonnée]
Auteur: Linksys Vue: 2623
[Publiée le: 2012-09-13]    [Mise à Jour: 2012-09-25]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié/Tranche de vie Commentaires : 6
Description:
Plusieurs années après la fin présumée du manga, des couples se forment. Voici leurs histoires.

La Z-II d'Ichigo était toujours dans les rues de Kichijôji. Avant d'enfiler leurs casques, ils s'embrassèrent courtement. Puis ils rentrèrent à l'appartement. Uryû regardait un débat politique télévisé, malgré l'heure tardive. Sinon, Orihime et Chad dormaient.
N'ayant pas vu la présence d'Uryû, Ichigo plaqua Rukia contre le mur et ce fut reparti pour une séance de baisers quelque peu bruyants.
- J'ose espérer que ma présence n'est pas importune, dit le Quincy, en insistant sur le premier mot.
- Ah ... Désolé ... Marmonna Ichigo.
Il rejoint son ami dans le salon, et s'intéressa au débat. C'était une antique rediffusion d'un "déblah" politique de Nakasone, confronté à divers membres des partis opposants.
- Pourquoi on a droit à Nakasone en 2007 ? On était même pas encore nés à l'époque de ce truc ! S'exclama silencieusement Ichigo.
Crédits:
Tout l'univers de Bleach et les personnages en faisant partie sont l'entière propriété de Tite Kubo. Cependant, tout le reste m'appartient.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

COME BACK WITH ME

[2867 mots]
Publié le: 2012-09-13Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Attention, ce chapitre ne s'inscrit pas du tout dans la continuité du précédent mais a lieu quelques années auparavant. Je me suis inspiré de quelques recueils trouvés sur ce site pour l'écrire. Bonne lecture !

II. COME BACK WITH ME

Ichigo regarda sa montre, l'air agacé. Il était au pied de sa fenêtre, et attendait que Rukia le rejoigne pour se rendre au lycée. Finalement, elle se présenta à la fenêtre.

- Ça y est, je suis prête ! Dit-elle avec un signe de main.

- Eh ben ! C'est pas trop tôt !

Elle disparut le temps d'attraper son sac à dos. Sans prévenir, elle sauta, maintint sa jupe dans la chute pour éviter de dévoiler sa lingerie à tout le quartier.

- C'est pas tout les jours que tu es aussi longue, commenta sarcastiquement le jeune homme.

- Oh, ça va, hein ! Je suis une femme, je te signale, j'ai le droit de me faire belle de temps à autre !

Ichigo se garda de sortir une réplique bien sentie qui, s'il avait prit l'immense risque de la dire, aurait donné à peu près ceci :

"Pourtant t'es comme d'habitude."

Ils se mirent en route pour le lycée. Aucun Hollow n'apparut en chemin, ni pendant la journée. Ce fut au retour qu'il se produit quelque chose. Le Soul Pager de Rukia se mit à retentir à une cinquantaine de mètres de la maison.

- Il est tout proche, commenta la jeune femme en consultant l'écran de l'appareil.

- Je vais chercher Kon, je reviens ! Déclara Ichigo.

- Non, viendra un jour où tu te sentiras redevable envers Chappy !

Elle brandit triomphalement le ridicule tube à tête de canard. Le visage du jeune homme en face d'elle subit une étrange métamorphose : la lèvre supérieure se retroussa, formant un étrange rictus. Les ailes du nez s'écartèrent, les sourcils se haussèrent. Y voyant une occasion, Rukia enfonça dans la bouche à demi ouverte l'embout de l'appareil, appuya une fois sur la tête de l'animal. Le Shinigami sortit de son corps, l'air contrarié.

- Je préfère mille fois que ce soit ce pervers de Kon -vive lui !- qui vienne squatter mon corps que d'utiliser ton ridicule tube !

- Silence, tais-toi donc. Ne l'entends-tu pas ? Le Hollow.

Un faible cri, déchirant, parvint à leurs oreilles. Rukia s'administra une pilule d'âme artificielle, et courut dans le sillon d'Ichigo.

Le Hollow ressemblait à un primate. Il avait le corps gris et déformé d'un gorille, et même le masque semblait simiesque.

- Ils ont de l'imagination à revendre, au Hueco Mundo, commenta le jeune homme.

Le monstre leur jeta un regard intéressé.

- Ho, que vois-je ? Des Shinigami. Voilà bien longtemps que je n'en avait pas croisé. Surtout deux en même temps.

- Gran Fall, annonça Rukia. Ce Hollow s'appelle Gran Fall. Il est tout aussi célèbre que Grand Fisher, et cela fait approximativement quatre-vingt-quatre ans qu'il se joue de la Soul Society.

- Tiens donc, vous connaissez mon cher cousin ? S'étonna le Hollow, avec une voix basse et gutturale.

- Un peu que je le connais, marmonna amèrement Ichigo.

À peine eut-il finit de parler que sa coéquipière levait son Zanpakutô pour se ruer sur l'adversaire.

- Voilà une jeune femme bien empressée de mourir ... Pourtant si j'étais elle, je ferais tout pour survivre, les pensées de Carotte sont presque exclusivement dirigées vers elle ...

Son énorme poing se dressa dans le ciel, à une dizaine de mètres du sol. Rukia l'évita sans peine quand celui-ci s'abattit sur elle. Mais le coup de pied, lui, elle ne l'avait pas vu venir.

- Hé hé, touchée, se félicita le Hollow. Le temps d'en finir avec ta petite amie, Carotte, et c'est ton tour.

Son sang ne fit qu'un tour dans les veines d'Ichigo. Il brandit Zangetsu, et laissa libre cours à sa pression spirituelle. Un nuage de poussière monta du sol bitumeux du parking désert où ils se trouvaient.

- Tiens donc, je ne soupçonnais pas une telle énergie chez toi, Carotte. On dirait que tu n'aimerais pas que j'écrase ton amie, hein ?

Ichigo resta muet. Il courut en direction du Hollow, et abattit sèchement son Zanpakutô. Le sang gicla alors que le bras droit du monstre, sectionné proprement, roulait au sol.

- Et rapide, en plus ... Hyaaah ... Grogna-t-il.

Mais il se remit vite de la perte, et revint à la charge sur son nouvel adversaire. Ichigo esquiva sans trop se fatiguer le coup de patte donné sans conviction dans sa direction.

"Que se passe-t-il ? Je n'arrive pas à décrypter ses pensées, sa pression spirituelle est beaucoup trop forte ... Même le mec avec les clochettes dans les cheveux n'avait pas fait aussi fort ..."

- Crève, saloperie ! Hurla le Shinigami.

Il sauta à hauteur du masque et, dans un rapide mouvement, le pourfendit sans hésiter. Puis il se jeta aux côtés de sa camarade blessée, le monstre se désagrégeant un peu plus loin. La voix pleine d'anxiété, il lui parla.

- Rukia, ça va ?

Aucun son ne sortit de la bouche de la jeune femme, mais le roulement d'yeux sous ses paupières suggérait qu'elle vivait toujours. Un mince filet de sang coulait sur sa joue, sa poitrine se soulevait faiblement en émettant un petit sifflement à chaque affaissement. Il porta sa main à l'endroit où elle avait été touchée. Le tissu de son kimono était chaud, imbibé de sang. Sans plus attendre, il la chargea délicatement sur son dos, de manière à ne pas stimuler la blessure. Mais la patiente se réveilla.

- Ichigo ... Que se passe-t-il ? J'ai si mal ...

- Le Hollow t'a salement touchée, mais je lui ai réglé son compte. Actuellement, je t'emmène chez Orihime, pour qu'elle soigne tes blessures.

- Merci ...

La rage résiduelle contre le Hollow s'estompa entièrement. Le creux qu'elle laissaa fut presque immédiatement comblé par une folle inquiétude au sujet de Rukia. Les pires pensées piétinèrent maintes fois son esprit, assaillit de toutes parts par des questions de réciprocité. Il y avait quelques mois déjà qu'il assumait l'amour qu'il portait à sa coéquipière. Mais l'interrogation originelle subsistait :

"Est-ce qu'elle ressent la même chose ?"

Comme un CD joué en boucle, cela lui revint encore plus souvent en tête.

Le résultat de ce gymkhana fut qu'en arrivant à destination, ils étaient deux à avoir besoin de soins. L'un pour un atroce mal de crâne, l'autre pour diverses blessures autrement plus graves.

Quand il poussa la porte sans même avoir toqué, Orihime repassait tranquillement dans un coin de la pièce, les yeux tournés vers le poste de télévision, qui diffusait un programme musical. Elle ne s'aperçut de la présence de ses invités que quand la porte grinça derrière eux.

- Ichigo ! Rukia ! Qu'est-ce ... Commença-t-elle, émoustillée par cette visite imprévue.

Mais son regard se fit plus sérieux quand elle compris que son amie était blessée. Le fait qu'Ichigo la portât sur son dos à la manière Zaraki et qu'elle semblait inconsciente lui permit de comprendre.

- On a affronté un Hollow et elle a été touchée au flanc, déclara Ichigo en asseyant son chargement sur le canapé, avec le consentement de sa propriétaire.

Il se recula, posa une main sur sa hanches et une autre dans son épaise tignasse rousse, l'air plutôt contrarié. Son mal de crâne ne diminuait pas, mais dans l'immédiat, sa priorité absolue était de s'assurer de la survie de Rukia. Même si la blessure ne semblait pas assez sérieuse pour être létale, le risque zéro n'existait pas. À quoi bon vivre sans soleil ?

Orihime se pencha attentivement sur sa patiente qui, par moment, gémissait.

Elle se retourna pour s'assurer de la présence d'Ichigo.

- Je vais devoir lui enlever au moins le haut de son kimono.

Le jeune homme ne répondit que par une mimique intriquée, n'ayant pas compris l'entièreté des propos de son interlocutrice. - Retourne-toi, je vais devoir la déshabiller.

- Aah, excuse-moi, répondit-il, tout gêné.

Il se retourna vivement vers la porte d'entrée et fixa fermement le petit judas. Comme il entendait Orihime faire, son esprit marchait à plein régime. Il bénit sa généreuse amie de l'avoir fait se retourner, car les kimono n'étaient pas du meilleur genre pour dissimuler les marques du désir masculin. Il ferma les yeux pour se calmer et décida de revivre en détails un moment de sa vie, n'importe lequel. Le premier souvenir qui effleura sa conscience était celui du combat acharné contre Kenpachi Zaraki. Cela se montra tout de même assez efficace.

Au bout de quelques minutes, il entendit Orihime marmonner quelque incantation spéciale. D'autres bruits non indentifiés suivirent dans la foulée. Puis la jeune femme lui donna la permission de se retourner. Rukia avait été bandée au flanc, et un tissu de gaze recouvrait sa poitrine. Sinon, elle était torse nu.

- Heu ... Tu pourrais la rhabiller un peu plus qu'un simple bandeau sur les seins ?

- Ah ! Oui, bien sûr !

Visiblement, Orihime avait oublié momentanément le genre d'embrouillamini que les situations semblables pouvaient causer.

- Je peux te la laisser pour cette nuit ? Elle sera mieux là où elle peut être soignée.

- J'aimerai bien, mais ça ne va pas être possible. La famille de Tatsuki m'a invitée à aller manger un gyûdon avec eux ce soir. Vraiment désolée, Ichigo.

- Te bile pas, ma vieille, je ferai avec.

- Essaye de changer ses bandages matin et soir, et n'oublie pas de les remplacer par d'autres bandages stérilisés. Il doit bien y avoir ce genre de chose chez toi ?

- Ouais, sans souci.

- Je ne peux pas dire quelque chose et en être sûre à son sujet, mais je pense qu'elle sera sur pied d'ici deux jours.

- Merci, Orihime.

- De rien. À demain ?

- À demain ! Assura Ichigo, en chargant une Rukia affaiblie et sonnée sur ses épaules aussi délicatement qu'un sac de pommes de terre. La jeune femme émit un petit cri plaintif d'animal blessé.

- Hé, doucement, brute ! Protesta-t-elle, reprenant ses esprits.

De fait, elle argumenta son mécontentement en tambourinant dans le dos de son porteur. Puis de réclamer :

- Installe-moi mieux que ça !

- Madame ne voudrait-elle pas une litière portée par six robustes esclaves ? Ironisa Ichigo.

Sentant que de nouvelles protestations allaient venir, il se plia à la volonté précédement exprimée. Il sortit sur le palier, et là, remit Rukia comme à l'aller, assise sur ses bras croisés dans le dos. Après quelques mètres, il demanda timidement :

- Ça va ... Tes blessures ?

- Tiens donc, on dirait que tu te fais beaucoup de souci pour moi.

- Euh ... Non, non ...

Cette réaction ne semblait pas très crédible.

- Le coup avait l'air sérieux, et puis, ça pissait le sang ... Et t'oublies qu'on est compagnons d'armes, c'est normal.

Le dernier argument sonnait lui aussi faux.

Le peu de trajet qu'il restait à parcourir se fit dans le silence le plus morbide, troublé uniquement par le bruit feutré des pas du jeune homme. Il sauta habilement à la fenêtre de sa chambre et y entra aussi silencieusement qu'un voleur. À l'intérieur, Kon feuilletait tant bien que mal un magazine de charme, subtilisé avec ruse dans la chambre d'Urahara.

- Saloperie ! Qu'est-ce que tu fous dans ma chambre à lire ton mag' de fesses ?

- Hé, du calme ! Tu trouverais ça normal toi, une peluche vivante et parlante avachie dans le canapé du salon, lisant un "mag' de fesses", comme tu dis ?

- Rien à foutre !

Il déposa Rukia sur le lit et courut dans toute la pièce à la poursuite d'ero-teddy, laissant choir au sol la source de tous les maux. Pendant qu'il essayait de dénicher le coupable d'un tiroir du bureau, la jeune femme ne put s'empêcher de lorgner sur le magazine, ouvert au sol. S'étalait une immense photo qui, à vrai dire, occupait la totalité de la double-page. Une blonde plantureuse vêtue uniquement d'un bikini minimaliste rouge s'étendait lascivement sur le sable d'une plage quelconque. Un seul fait la choqua dans l'histoire, et, inquiète, elle inspecta discrètement d'autres pages du magazine. Rien à faire. De page en page, elle regardait tour à tour Ichigo, les photos de charme, Ichigo, sa prope poitrine, Ichigo, les photos de charme.

"Suis-je si ... Si plate ?" Pensa-t-elle, attristée.

Le problème était qu'elle avait toujours cru que les femmes à tour de poitrine important, comme Rangiku ou Orihime, étaient moins attirantes que les femmes à tour de poitrine modéré ou faible, comme elle. Mais il se trouvait que toutes les modèles du magazine n'avaient rien à envier aux susnommées, et cela l'inquiétait.

"Il doit sans doute ne pas me trouver assez attirante ..."

Kon, tentant une sortie, la remarqua :

- Bwa ha ! Trop fort ! Elle feuillette mon magazine, eh ! La perverse !

C'en fut trop pour Rukia. Elle se saisit de l'imprimé et le jeta de toutes ses forces contre la peluche, réalisant du même coup un magnifique tir en pleine tête envoyant valser la cible dans tous les sens. Le projectile, froissé, retomba aux pieds d'Ichigo. Celui-ci se pencha plus près.

"Il ne va quand même pas ..." Songea la jeune femme, à demi horrifiée.

Le Shinigami prit le magazine en pince par le coin.

- C'est vrai que tu lisais ça ? Demanda-t-il, l'air à la fois suspicieux et amusé.

Sachant que c'était une simple question de circonstances, l'intéressée joua en derniers recours la carte de l'honnêteté.

- Oui ... Mais ne va pas croire que je suis perverse pour autant !

- T'inquiètes pas, je te charriais juste un peu.

Il passa la tête par la fenêtre, frôlant Rukia, et regarda dans la rue. Il n'y avait personne.

- Hop, je l'envoie au voisin, il sera content, dit-il en jetant le magazine contre la porte d'en face. Maintenant, il est temps de reprendre nos corps physiques !

Rukia sortit son gigai du placard et le réintégra. Ichigo pensa fort à son corps et, quelques minutes plus tard, celui-ci arriva, piloté par l'âme de synthèse.

Le soir, Ichigo entretint sa coéquipière des prescriptions tenues par Orihime.

- Faudra changer tes bandages matin et soir pendant au moins deux jours, déclara-t-il sans préambule, alors que l'intéressée faisait ses devoirs sur le bureau.

- D'accord. Je finis d'abord cette rédaction, et on s'en occupera ensuite.

- Comment tu fais pour prendre aussi à coeur les devoirs ?

- Contrairement à toi, je suis studieuse par nature et l'école me plaît.

- Magnifique argument.

Il préféra replonger dans sa lecture (un manga seinen du nom de Superfragilidexpladolicious!) avant que le débat ne s'envenime.

Finalement, après une vingtaine de minutes remplies par le bruit de stylo-plume frottant le papier, Rukia dit :

- Allez, maintenant il est temps changer ces bandages.

- Dix heures moins cinq, ils doivent être au lit à cette heure, dit Ichigo après avoir consulté sa montre.

Il sortit à pas de loups de la chambre, et revint une poignée de minutes plus tard. Il avait ramené des compresses, du désinfectant, du tissu à bander et un nécéssaire de suture. Une fois que tout le matériel eût été conscienscieusement posé à sa place, il demanda à Rukia :

- Bon, maintenant tu dois enlever ton tee-shirt.

- Quoi ? Entièrement ?

- Ben, ouais. Je suis pas magicien.

- Je suis sûre que c'est une ruse !

- Une ruse ? Pour quoi faire ?

- Pour ... Pour ... Oh, laisse tomber.

- Fais voir.

Il s'agenouilla devant elle alors qu'elle s'asseyait sur le lit, puis remonta délicatement le tee shirt mauve à motifs floraux jusque sous la poitrine.

- Ah, t'as de la chance, tu peux même garder le soutien-gorge, constata-t-il.

- J'ose espérer !

Quand Rukia l'autorisa enfin à la toucher (la douleur restait tout de même encore assez vive), Ichigo ôta les vieux bandages avec une infinie délicatesse, comme si sa patiente eût été de sucre. Il désinfecta doucement. L'opération tira une grimaçe à la jeune femme. Puis il jugea qu'il n'était pas nécéssaire de suturer. Enfin, il remit en place de nouveaux bandages propres.

"Qu'est-ce qu'elle a la peau douce ..." Pensa-t-il en caressa le ventre de Rukia, sous le bandage.

Cela la fit frissoner. Un court instant, elle fut prise de velléités de protestation.

Mais le contact ne la repoussait pas.

Petit à petit, elle y prit goût.

Elle aimait ça.

La peau rugueuse des mains d'Ichigo contre sa peau douce, c'était une sensation inconnue pour elle. Timidement (et non sans regrets), elle repoussa la main et rabaissait son habit, feignant d'être gênée.

- Merci de t'être occupé de moi.

Et elle s'enferma dans son placard, un demi-sourire de satisfaction sur les lèvres.

Ichigo resta muet, sans bouger. La sensation d'extrême douceur de la peau de la jeune femme semblait imprimée contre sa peau à lui. Ah, il aurait tant donné pour connaître plus de cette douceur ...

Mais pour le moment, il fallait dormir. Le lendemain, les cours commençaient à huit heures.

Commentaire de l'auteur A tous ceux qui penseront qu'Ichigo a vaincu (trop) facilement Gran Fall, rappelez-vous que le pouvoir du Hollow est de lire dans les pensées, or la pression spirituelle de notre ami le roux l'en a empêché.
/!\ A tous ceux qui auraient lu une phrase à propos de musique japonaise dans ce commentaire de fin, c'est une misérable erreur de ma part, ça sera pour le chapitre IV, et non le II comme dit initialement /!\
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2018 / Mentions légales