Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1964 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Nouvelle chance
[Histoire En hiatus]
Auteur: Black Demons Vue: 5911
[Publiée le: 2014-07-04]    [Mise à Jour: 2015-01-18]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 30
Description:
Suite de " Nouvelle vie ".

"C'est désormais sûr. Je suis morte en tentant d'empêcher une guerre planifiée entre les Shinigamis et les Crossbreed, programmée par un Arrancar répondant au nom de Raytoku Fauru von Eschenbrenner. J'ai été embrochée par son zanpakuto. Mais au moins, la guerre s'est terminée. Et j'ai pu révéler mes sentiments à Toshiro. Seulement maintenant, je suis morte encore une fois. Me voici de nouveau compagne de la Mort, moi, Karin Kurosaki Evans, terrienne de mon vivant et Crossbreed par une suite d'événements."

Mais et si le destin lui réservait d'autres surprises ? Et si il lui offrait une " nouvelle chance " ?

Couples : Toshiro x Karin et plein d'autres !
_________________________
Certains de mes chapitres (pas tous) seront publiés en retard, et je m'en excuse, mais j'essaierais de les minimiser. Encore désolée ^^"
Crédits:
L'univers de Bleach appartient à Tite Kubo.
Certains personnages m'appartiennent.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

6. Mariage

[3036 mots]
Publié le: 2014-08-08Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Voilà le chapitre 6 !
Merci pour toutes les vues, et bonne lecture !

Six


Je les fixais, surprise. Puis, lentement, je regardais autour de moi. Les autres aussi étaient stupéfaits. Mais cela ne dura pas même trois secondes, avant que certains ne s'exclament, joyeux. J'en faisais partie. Nous allions enlacer les futurs mariés. Si si, même Byakuya. Ai souriait, heureuse, et serra la main de son amant. Et je crois que notre Capitaine de la 6ème Division a souri ! Enfin, je n'en suis pas sûre. Avec les jeux de lumières de la pièce, et la fatigue … Mais qu'importe ! Ils semblaient tout deux heureux, et j'en étais contente.


Trois mois plus tard.


Dans exactement six heures, Ai se mariera. Les préparations avaient été longues, et nous avions tous dû faire face à des moments de stress intenses. Heureusement que Toshiro était là … Bref. En soi, le mariage se passera près d'un lac dans le Seireitei, et la fête dans le manoir des Kuchiki. Alors, pourquoi un lac pour le mariage … Personne ne peut le dire, sauf Ai. Enfin voilà ! Le grand jour était arrivé ! J'étais demoiselle d'honneur, vous rendez-vous compte ? Avec Saya, nous portions des robes beiges nous atteignant les genoux, ainsi que des chaussures à talons marrons. Je pense qu'en moins de deux ans, j'ai porté plus de talons et de robes que durant le reste de ma vie. Le fait est, que durant ces trois mois, nous avons tout préparé, allant de la musique pour la fête au dîner, en passant par le prêtre. Qui sera le Capitaine de la 1ere Division. Ai angoissait dans ses quartiers, et j'essayais de la réconforter du mieux que je pouvais, mais rien n'y faisait. Puis elle nous congédia, et nous sortîmes, silencieuse.


Point de vue Ai


Je stressais, je stressais, je stressais ! Une désagréable boule au ventre me prenait l'estomac et me le tordait … Bon, certes, pas très poétique, mais que voulez-vous ? L'angoisse était si forte que j'en avais envie de pleurer. Mais je ne pouvais pas, à cause de mon maquillage. Je m'assis sur un fauteuil, prenant garde à ne pas abîmer ma robe, et soufflai un instant, longuement. Que dois-je faire ? Suis-je vraiment prête à l'épouser ? Est-ce que je l'aime suffisamment pour ça ? Je m'adressais une gifle mentale. Bien sûr que je l'aimais ! Putain, le stress me fait penser des choses bizarres … Je soufflais lentement, tentant de me calmer du mieux que je pouvais. D'ordinaire, quand je suis si stressée, je vais battre quelques Hollows pour me détendre mais aujourd'hui est impossible. Demain peut être … Bref ! J'entendis quelqu'un toquer à la porte, et accepta qu'elle entre. Ce fut une petite silhouette qui ouvrit la porte. Hitomi. Je sentis mon cœur s'emballer en la voyant dans sa robe rose toute mignonne. Elle s'approcha timidement de moi.

- Qu'est-ce qu'il se passe, Hitomi ?, demandais-je tendrement.

- Tata Karin et Tata Saya m'ont dit que tu angoissais un peu, alors, je suis venue te réconforter !

- Oh Hitomi …, soufflais-je.


Je la pris tendrement dans mes bras, l'enlaçant. Elle monta sur mes genoux avec mon aide, et commença à parler de maintes et maintes choses pour me déstresser. J'en fus émue. Puis Karin arriva et m'indiqua que la cérémonie allait commencer. Je hochais la tête, fis redescendre par terre ma fille et me levais, avant de la prendre par la main. Je sortis de la pièce, suivie de Karin, et nous dirigeâmes vers le lieux de la cérémonie.


Point de vue Byakuya


J'angoissais un peu. Ai était en retard, tout comme Karin. Je ne voyais pas non plus Hitomi dans l'assemblée. Ne me dîtes pas qu'elles sont parties … Non, Karin n'aurait pas abandonné Hitsugaya. Tout comme Ai ne m'aurait pas abandonné. Enfin … Je me donnais une gifle mentale, m'injuriant de bon nombre d'insultes mentales. Il faut que j'aie confiance en elle ! Les invités s'agitaient un peu, quand brusquement, Karin arriva dans sa robe de demoiselle d'honneur. Je vis Hitsugaya la regarder amoureusement. Elle rejoignit Saya, et je lui lançais un regard, lui demandant visuellement où était Ai et Hitomi. La Kurosaki ne me répondit que par un sourire rassurant. Puis une autre personne arriva. Hitomi. Si mignonne dans sa robe. Avec elle, Yachiru. Kenpachi afficha un sourire en la voyant dans sa robe rose. Elles déposèrent des pétales de fleurs blanches par terre, qui reposaient dans un panier. Puis elles s'assirent sur deux chaises de libres, me regardant avec de gros sourires. Et enfin, elle. Quand je la vis, j'en eu le souffle coupé tellement je la trouvais magnifique, éblouissante. Ai était habillée d'une longue robe blanche droite et fluide, à la légère traîne. Son dos nu était recouvert de dentelle blanche. Elle portait un bouquet de fleurs blanches, roses et violettes. Ses cheveux étaient attachés en un chignon où des mèches couvraient sa nuque que je jugeait si délicate. Elle s'approcha de moi, et mon cœur s'emballa. Nous nous regardâmes dans les yeux silencieusement, et le Capitaine Genryusai commença à psalmodier les paroles habituelles du mariage. Puis vint nos vœux de mariage. Je lui pris ses deux mains, donnant le bouquet à Karin, et commençais :


- Ai … Je ne sais pas vraiment comment te dire ce que je ressens pour toi … Tu occupes mes pensées jours et nuits, te savoir loin de moi m'inquiète, et je me demande constamment si tu vas bien là où tu es. Tu as bouleversé ma vie. Quand je t'ai vu pour la première fois, j'ai été irrité par ton côté hautain, mais j'ai appris à te connaître, puis à t'aimer. Et regarde où nous en sommes désormais ! Nous nous marions, nous avons une petite fille adorable et tout nos proches sont réunis, qu'ils soient shinigamis ou Crossbreed. Je pense ne pas te l'avoir dit souvent, Ai Torâ, mais je t'aime. Plus que tu ne peux l'imaginer …, prononçais-je.


A ma grande surprise, mes mains tremblaient, mon cœur s'emballait et je faisais tout mon possible pour ne pas laisser un sourire béat sur mon visage. Ai avait les larmes aux yeux, comme l'assemblée. Certains pleuraient d'ailleurs … Puis Genryusai indiqua à Ai que c'était à elle de faire les vœux de mariage.


- O … Oui …, dit-elle la voix tremblante, chargée d'émotions. Juste un instant s'il vous plaît.


Elle se retourna alors un peu, et je la vis essuyer une larme qui avait coulé sur sa joue, avant de se remettre face à moi, et me regarder dans les yeux.


- Byakuya … Par où commencer ? Quand je t'ai vu pour la première fois, j'étais dégoûtée. Tu me semblais être le genre de personnes riches et arrogantes, qui profitent de leur statut. Mais tu n'étais rien de tout ça. Tu t'es révélé être attentif aux autres, et tu t'inquiétais pour chacun de tes proches, que ce soient tes soldats ou ta famille. Et bien que tu ne montrais que rarement tes émotions, je suis tombée amoureuse de toi. J'ai appris à te cerner, et à t'aimer de tout mon cœur. Tu as continué à m'aimer lorsque tu as appris que j'étais une Crossbreed, et tu m'as même protégé lors de cette guerre. Je ne sais comment te décrire que ce j'éprouve pour toi … Mon cœur s'emballe, mes pensées deviennent plus perdues, mon corps tremble et je suis parcourue d'un feu intense en moi. Tu n'es pas seulement l'homme que j'aime, tu es aussi celui qui me connaît toute entière, pas juste le physique, et qui m'as accepté telle que je suis … Alors, Byakuya Kuchiki, je t'aime. Je t'aime tellement … tellement …, avoua t-elle, la voix tremblante.


Des larmes perlaient ses yeux, larmes que j'essuyais du bout des doigts, un tendre sourire sur les lèvres. Comme j'avais envie de l'embrasser … ! Son discours m'avait ému au plus haut point, et cette fois-ci, je me retenais de pleurer de joie. L'assemblée était en larmes, les demoiselles d'honneurs aussi. Tout comme mes garçons d'honneurs, Renji et Ichigo. Enfin, Renji pleurait. Ichigo, lui, souriait juste. Genryusai continua.


- Ai Torâ, voulez-vous épouser Byakuya Kuchiki ici présent, pour le meilleur et pour le pire, dans la santé comme dans la maladie, en guerre comme en paix ?

- Oui.

- Et vous, Byakuya Kuchiki, souhaitez-vous prendre pour femme Ai Torâ ici présente et promettre de la chérir pour le meilleur et pour le pire, dans la santé comment dans la maladie, en guerre comme en paix ?

- Oui.

- Alors, je vous déclare officiellement mariés. Vous pouvez vous embrasser.


Et nous nous embrassâmes, sous les applaudissements des invités. Puis, après notre baiser, je la serrais dans mes bras, lui soufflant au creux de l'oreille des « Je t'aime ». Elle répondit de la même façon, puis Hitomi vint entre nous, le bouquet en main. Je souriais en la voyant, la pris dans mes bras et lui fis un baiser sur sa joue. Ai prit le bouquet de fleurs des mains de notre fille, et indiqua aux femmes dans l'assemblée de se rassembler, ce qu'elles firent. Puis ma femme se mit dos à elle, et lança le bouquet dans le tas. Ce fut Matsumoto qui le reçut. Elle le regarda, et afficha un grand sourire en s'écriant partout qu'elle l'avait. Nous rigolâmes tous, et nous dirigeâmes vers le manoir familial.


Point de vue Karin


La fête battait son plein. L'ambiance était à son comble. Ichigo et Renji, totalement bourrés, chantaient à tue tête « Gentille alouette », bras dessus dessous, sur la table en dansant grossièrement. Ookami les arrêta quand ils voulurent s'embrasser. Matsumoto faisait un concours de boisson avec certains invités, et gagnait. D'autres encore dansaient. Hitomi était partie se coucher avec Yachiru. Zaraki menaçait tout le monde de se battre. Quant à moi, j'étais assise sur un fauteuil, les regardant avec un sourire amusé, un verre en main. Il était près de quatre heures du matin, et la fatigue commençait à peser sur les invités. Ichigo et Renji s'étaient endormis quelques instants plus tard, dans les bras de l'autre. J'entendis Ookami et Ai se dirent qu'elles allaient les laisser comme ça. Juste pour voir leur réaction le matin. Matsumoto s'était effondrée par terre après avoir bu je ne sais combien de verres, battant largement ses adversaires. Zaraki était toujours aussi énergique. Quant à Byakuya, il observait le spectacle silencieusement. Les danseurs s'étaient arrêtés, et se congédièrent. Bien vite, tout le monde partit, après avoir laissé les cadeaux de mariage. Le buffet richement rempli était dévalisé. Toshiro vint à ma rencontre, et m'intima qu'il était temps pour nous aussi de partir. Je hochais vaguement la tête, et me levais avant d'aller à la rencontre des jeunes mariés. Je les enlaçais tout deux, les félicitant, et nous partîmes. Nous rejoignîmes les appartements de Toshiro, et après m'être déshabillée de la robe et des talons, j'entrais sous les couvertures. Aussitôt, je sentis le sommeil m'envahir. Tout ce dont je me souviens, ce fut Toshiro se plaçant près de moi et me murmurant un « Je t'aime ». Je souris.


Le lendemain


Il est midi. Beaucoup dorment encore. D'autres ont un mal de crâne épouvantable. Je me réveillais doucement, immergeant de mon sommeil si bienfaiteur, et m'étirais avant de tâter le matelas pour trouver une présence familière à mes côtés. Mais il n'y eut que le vide. Je fronçais les sourcils, tournais la tête et vis en effet que mon capitaine préféré n'était pas là. Je soupirais et me levais avant de m'habiller grossièrement et me diriger vers son bureau. Quand j'entrais, je le vis penché sur des dossiers. Il remarqua ma présence et leva les yeux sur moi.


- Qu'est-ce-qu'il se passe, Karin ?

- Rien … Comment t’arrive à bosser après la fête d'hier, sérieusement ?

- Je n'ai rien bu.

- T'es pas humain, c'est confirmé, fis-je en m'asseyant sur le canapé.

- Ce n'est pas parce que je n'ai pas bu hier que je ne suis pas humain.

- Mouais … Dis, si je te dis que j'ai envie de toi, tu me dis quoi ?

- De te calmer et d'aller faire un tour dehors.


Je le regardais quelques secondes, avant de me lever et quitter la pièce sans un mot, vexée. Nan mais pour qui il se prenait ! Me dire d'aller faire un tour dehors ! Non mais ! Je me dirigeais rapidement vers mes appartements, sans tenir compte des regards des shinigamis que je croisais et de ma tenue qui me vêtit peu, et entrais rageusement avant de m'habiller et avoir pris une douche. Qu'est-ce-qu'il lui prenait d'être si chiant ? Sérieux ! Après m'être à peu près calmée, je soufflais et sortis pour marcher dans le Seireitei. Et, au détour d'une rue, je vis Natsu et les autres. Je m'approchais d'eux, un fin sourire sur les lèvres, mais leurs expressions graves le firent rapidement disparaître. Qu'est-ce-qu'il se passait encore ? Voulaient-ils tous me pourrir cette journée ?!


- C'est quoi vos têtes les gars ? Il se passe quelque chose ?

- Et bien, Karin …

- Nous sommes de nouveaux tes gardiens, annonça froidement Haru.


J'écarquillais les yeux, surprise. S'ils étaient de nouveau mes gardiens, cela signifie qu'ils avaient repris contact avec cette société étrange. Et que j'étais de nouveau dans leurs plans … En remarquant les regards coupables que se portaient les garçons, je souris et m'exclamais :


- Bah, c'est cool ! On sera encore tous ensemble !


Ils levèrent la tête vers moi, surpris, et avant qu'ils ne disent quoique ce soit, je me congédiais. Journée de merde ! Entre un mec chiant et une société secrète qui m'utilise pour des desseins qui me sont inconnus, cette journée commence à bien faire ! J'avais hâte qu'elle se termine ! Seulement, avec Toshiro, cela ne se réglera pas si facilement … Soupirant de frustration, je me dirigeais vers la Dixième Division, et après avoir traversé de nombreux couloirs, j'entrais sans frapper dans le bureau de mon amant. Et ce que je vis me surpris. Toshiro était là, tenant un papier dans la main, des larmes coulant sur ses joues. Je restais coite, m'approchant doucement. Je soufflais son prénom, il tressaillit et tourna ses yeux azurs sur moi.


- Toshiro, qu'est-ce-qu'il se passe ?

- Karin … vas t-en, je t'en supplies … Laisse-moi seul …

- Toshiro …

- Dégage !, me hurla t-il violemment.


Je me stoppais, choquée. Qu'est-ce-qu'il le mettait dans cet état ?


- Non, dis-je froidement.

- Karin … !

- Je t'aime, Toshiro, et dire ces mots signifie que je ne te laisserais pas seul dans ces moments là ! Alors, je t'en pries, dis-moi ce qu'il y a, fis-je en m'agenouillant à ses côtés.


Il me regarda, les yeux légèrement écarquillés, avant de baisser de nouveau la tête et la poser sur mon thorax. Instinctivement, je l'enlaçais et il s'agrippa à mes habits. Je sentais son corps se lever convulsivement à cause de ses sanglots, et traçais des cercles invisibles dans son dos pour tenter de le calmer.


- Dis-moi ce qu'il ne vas pas, mon cœur …, lui intimais-je d'une voix douce que je ne me connaissais pas.

- Ma … grand-mère … elle est morte …

- Ta grand-mère ?


Je me souvenais alors d'elle. Lors de l'enfance à Toshiro, cette bonne femme a été la seule à l'aimer et le chérir comme son fils, ce qu'il n'était pas. Ils étaient de parfaits inconnus l'un pour l'autre à l'époque, avant de lier un contact entre eux : celui de la solitude et la souffrance. Elle avait été la seule à le consoler quand il pleurait, à le nourrir, à lui expliquer la vie. Elle souffrait en silence de son pouvoir de glace, ne voulant pas l'alarmer. Cette femme était une personne que je jugeais exemplaire, mais que personne ne se souviendra mis à part ses proches. Je soufflais à Toshiro des mots doux pour le réconforter, et posa un baiser sur son front. Nous restâmes ainsi pendant je ne sais combien de temps. Puis, plus tard, nous entendîmes les hurlements d'horreur de Renji et mon frère, qui viennent de découvrir qu'ils ont dormis dans les bras de l'autre. S’ensuivit je pense, d'une longue bataille. Ainsi va la vie !

Quelques jours plus tard, il y eut l'enterrement de la grand-mère de Toshiro. Elle fut enterrée dans un des cimetières de la 10ème Division. Je pleurais un peu. Toshiro gardait le visage grave mais je me doutais qu'il souffrait.


Point de vue …


Je les regardais, ces misérables shinigamis et Crossbreed. Pleurer sur une vieille femme. Non, celle qui intéressait était elle. Karin Kurosaki. Elle avait été sauvée de Raytoku Fauru von Eschenbrenner, l'un de ces Espadas dégoûtants. Je réprimais une grimace de dégoût en pensant à cette espèce misérable. Si inutile … Mais Karin Kurosaki, elle … Déjà, son frère, Ichigo Kurosaki, nous avait fortement intéressé à l'époque, mais notre attention fut bien vite déportée sur sa sœur. Elle avait tant de pouvoir … Mais elle ne s'en rendait même pas compte, idiote comme elle est ! Elle vit juste pour ses amis, le soi-disant homme de sa vie et sa famille. Que de choses superficielles ! Tôt ou tard, ces personnes t'abandonnent. Tellement misérable … Mais elle allait me servir, nous servir. A détruire les shinigamis.

Commentaire de l'auteur Nous nous retrouvons enfin ! Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais tour, mwhahahaha ! (oui, je me suis égarée u_u) Mais qu'importe !
Un quelconque avis, une brève opinion, n'hésitez pas à le partager !

Le chapitre 7 sera un peu spécial, puisque ce sera un chapitre yaoi.
Donc, si vous n'aimez pas, ne lisez pas ^^ mais je le rappellerais vendredi prochain à sa publication ^^

Bref, à toutes !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales