Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Persona non grata, (l’indésirable)
    Revue Étherval
    Nb de signes : 10 000 - 34 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 29/12/2019
  • Malpertuis XI
    Éditions Malpertuis
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantastique
    Délai de soumission : 01/01/2020
  • No limit
    Revue Squeeze
    Nb de signes : < 25 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/11/2019
  • Témoin de l'Apocalypse ?
    Coeur de plumes
    Nb de signes : 4 500 - 8 000 sec
    Genre : science-fiction - libre
    Délai de soumission : 25/10/2019
  • Nature et biodiversité du futur et d'ailleurs
    Arkuiris
    Nb de signes : < 50 000 sec
    Genre : fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 16/02/2020
  • Femmes fortes
    Réticule
    Nb de signes : < 21 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/09/2019
  • Le fleuve
    Revue CONGO ECRIT
    Nb de signes : 250 - 2 000 sec
    Genre : poésie - conte
    Délai de soumission : 21/09/2019
  • La ville de Somnore
    Otherlands
    Nb de signes : < 40 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 10/01/2020
  • Le grand jeu
    Observatoire de l'Espace du CNES
    Nb de signes : < 20 000 sec
    Genre : réaliste - théâtre - poésie - libre - pastiche - imaginaire - art visuel - contemporain
    Délai de soumission : 14/10/2019
  • Nutty Seas : débauche marine
    Nutty Sheep
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : romance - science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 23/11/2019

Studio Infinite

  • ATELIER D’ÉCRITURE : création de personnage au Comics Corner (10 PLACES) [ Le 20/10/2019]
    Participez à un atelier d'écriture créative au Comics Corner dimanche 20 octobre 2019 pour créer votre personnage avec notre studio infinite !
  •  [ Le Atelier d’écriture : écrire de l’imaginaire à la librairie Le Nuage Vert (2 PLACES)]
    Venez écrire sur l'univers de votre roman et échangez avec d'autres auteurs de littératures de l'imaginaire mardi 15 octobre à la librairie Le Nuage Vert avec Caroline Viphakone-Lamache du studio infinite !

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

N’aie pas peur de ton propre monde (Can't Fear Your Own World - traduction française) Auteur: Co. Vue: 15992
[Publiée le: 2018-10-23]    [Mise à Jour: 2019-08-25]
13+  Signaler Action-Aventure/Mystère/Surnaturel/Traduction Commentaires : 55
Description:
Ceci est la traduction personnelle d’une trilogie écrite par Tite Kubo (l'auteur de Bleach) et Ryohgo Narita.
Elle se déroule juste après l’Arc des Quincy de Bleach.
Elle contient des révélations sur certains personnages et leurs univers.

Pour vous aider à vous repérer dans l'histoire, des titres non officiels ont été conçus pour les différents chapitres.
Tome 1 : chapitre 1 à 9
Tome 2 : à partir du chapitre 10

En cours de traduction :
=> Chapitre 13 partie 1

Proposition(s) de titre pour le chapitre 13 ?
- Pas de propositions pour le moment

Crédits:
Les personnages présentés ici sont tous issus du roman de Tite Kubo nommé "Can't Fear your own World".
Vous pouvez retrouver une grande partie de ces personnages dans le manga Bleach.
La traduction française du roman est personnelle. Si vous voulez lire une traduction française officielle, signez la pétition de "Bleach mx".

Ps : toutes les illustrations sont de Tite Kubo.
Les montages du "prologue n°1" et du "chapitre 6 partie 1 et 2" sont de Ginnysister
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 7 (p4) : La quête de vérité d'Hisagi ! Les mystères du Roi et de la noblesse.

[2393 mots]
Publié le: 2019-02-02Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Tsunayashiro Tokinada ordonne à ces hommes de quitter la salle et se retrouvait alors en tête-à-tête avec le commandant en chef des 13 Divisions :

- Ça faisait longtemps, Shunsui. Depuis que j’ai été envoyé au « Nid des asticots », je pense.

- Vraiment? J'ai plutôt entendu dire que vous étiez en résidence surveillée, depuis quelques centaines d'années au moins.

- C’est une affaire absurde. La branche principale a essayé de m'humilier en me faisant assumer la responsabilité de mon crime. Ils ont donc essayé de faire comme si je n’existais pas.
Plutôt que de se comporter de la sorte, ils auraient très bien pu me condamner à une peine officielle, telle que l'exécution ou l'exil. Et qu’ont-ils gagné en hésitant à extirper le criminel de leur propre maison? Regardez,
ce criminel leur a maintenant tout pris.

En ayant seulement entendu ces mots, quelqu’un aurait pu interpréter ce contenu comme étant une sorte d’autodérision.

Cependant, Tokinada parlait en souriant.
Un sourire illuminant tout son visage.
Kyōraku sent que cet homme se moque de chacun des membres du clan Tsunayashiro, du plus profond de son cœur.

- ... Puis-je considérer cela comme un aveu que vous avez conspiré pour vous débarrasser de vos prédécesseurs familiaux?

- Bigre, vous n’êtes pas sérieux, n'est-ce pas? rit Tokinada. J'étais simplement sarcastique, vous voyez? …

Après avoir rigolé, Tokinada se met à plisser les yeux :
- … Cependant, même si c'était le cas, je suis le chef du clan maintenant. Quand bien même cela tournerait mal, je pourrais facilement réduire la menace au silence. Il n’y a plus de « réduction de peine », comme quand j’ai tué une camarade et ma femme. Au contraire, je peux faire en sorte que ce crime soit totalement inexistant.

- Seriez-vous vraiment capable de réussir une telle chose? L’actuel Central 46 commence à changer ses vieilles habitudes, vous savez?

- Néanmoins la société aristocratique, elle, n’a pas changé. N’est-ce pas ?

- …

- Même si tout était détruit par une harde de Quincy, et qu'ils devraient se mettre à couvert et à l'écart, la majorité des nobles du Seireitei ne pourraient toujours pas changer.
Les seuls qui ont changé sont ceux qui ont dès le début eu diverses expériences au contact du monde, tels que vous, le clan Kuchiki, les Shihōins, et j‘en passe… Il est risible de voir que deux maisons parmi les quatre grands clans nobles se soit battues en première ligne. Bien que, si l’on prend en compte le clan Shiba, cela fait trois familles parmi les cinq grands clans nobles.


Les cinq grands clans nobles.

Le clan Shiba, qui s'était complètement effondré ces dernières années, faisait partie des «cinq maisons fondatrices» de la Soul Society.

Il est également dit que le clan Tsunayashiro est le chef des cinq grandes familles nobles.
On peut même dire qu’ils sont la voix la plus influente de tout le Seireitei, si on exclue la voix du Roi des Esprits et de la division zéro qui sont isolés de leur politique.


Le chef actuel du clan Tsunayashiro se plisse les lèvres en un sourire menaçant :

- Naturellement, moi non plus je n’ai pas changé mes vieilles habitudes. Et mon ressentiment envers vous n’a pas changé non plus, Shunsui Kyōraku.

- Votre ressentiment est indu. Je vous empêchais simplement de commettre de mauvaises actions, voilà tout.

- C'était un revers de situation complètement inattendu. J'avais l'intention de jouer le rôle du malheureux mari trahis par sa camarade et sa femme, en faisant profil bas devants tout le monde. Mais… je n’aurai pas cru qu’un homme comme vous, qui ne faisait que courir après les femmes, était aussi vif d'esprit. Vraiment, c’est tout à fait admirable de voir comment vous avez pu exposer mes crimes.

Tokinada parlait du passé de manière impartiale, avec un sourire continuellement tordu sur ses lèvres.

- Je n’ai rien exposé du tout. « Il a tué son amie à la suite d'une dispute et, pendant qu'il y était, il a également tué sa femme qui le réprimandait pour cela » ... Une telle chose était la seule conclusion à laquelle je pouvais arriver, puisque tous les détails fondamentaux m’étaient inconnus.

Après avoir répondu à cela, Kyōraku se met à s’excuser :

- Il y a une chose pour laquelle je dois m'excuser…

- …Quoi? Vous vous excusez? Je ne pense pas que ce soit possible mais, vous n’allez pas me demander pardon parce que vous avez dénoncé mes crimes, n'est-ce pas?

Kyōraku secoue légèrement la tête, fixant ses yeux tranquilles sur l'homme appartenant à l'un des quatre grands clans nobles.

Si l’escorte du chef de clan avait été là pendant que Kyōraku posait sur Tokinada ce genre de regard, ils se seraient insurgés. Ils auraient considéré cela comme un acte irrespectueux envers leur seigneur.

Kyōraku se met alors à expliquer son propre «crime» :

- Au moment du scandale de l’exécution de mademoiselle Rukia… pour être honnête, jusqu’à ce que je comprenne la vérité, je vous ai un peu soupçonné. Je me demandais si vous ne lui aviez pas infligé une peine plus lourde que ce qui était initialement prévu, en faisant les préparatifs nécessaires en secret, dans l'ombre du Central 46.

- Pauvre de moi, vous étiez sur le point de transposer les méfaits d’Aizen sur ma personne? Mais pourquoi penseriez-vous une telle chose? Je n’ai aucune raison d’encourager le meurtre de Rukia Kuchiki. De toute façon, je ne l'ai même jamais rencontrée.

- Quand Monsieur Kuchiki a pris Hisana pour épouse, alors qu’elle était une habitante du Rukongai... quand il a essayé d’adopter Rukia... l’opposition ne venait pas que du clan Kuchiki. Elle venait également du clan Tsunayashiro.
J’ai donc pensé que si vous présentiez ces recommandations dans le but de vous réintégrer, il était possible que ce soit vous, derrière le clan Tsunayashiro, qui tiriez les ficelles.

- Alors que je n'avais aucune raison de faire ces recommandations en premier lieu ? rétorque Tokinada en haussant les épaules.

- Quelqu’un comme vous n’a pas besoin d’avoir de raisons, reprend Kyōraku. C’est simplement une façon de tourmenter… de tuer le temps. Et attirer l'attention des nobles.

- …

- Vous êtes arrivé si loin en tourmentant les autres. C’est ça votre vraie nature, non? Tokinada.

- Faites preuve de retenue, Shunsui, le prévient Tokinada en souriant d'une oreille à l'autre. Pensez-vous vraiment qu’un simple commandant en chef des 13 Divisions peut médire de moi à sa guise?

Ce sourire provoque un tel contraste avec ses paroles.

C'était comme s'il admirait mot pour mot le discours de Kyōraku.

Sans lui rendre le sourire, Kyōraku l'interroge simplement d'une manière imperturbable :

- Et donc? Quelles sont les affaires qui vous ont amené à venir spécifiquement jusqu’ici? Si vous avez une plainte à faire à l’encontre des 13 Divisions, je me ferai un plaisir de la transmettre pour vous à la noble assemblée du sceau d’or ou au Central 46.

- Ah, c’est une affaire assez simple. Je voulais obtenir un contact.

- Un contact ?

- Kuchiki mis à part, Yoruichi Shihoin ne peut être contactée par le biais des réseaux aristocratiques. Même la noble assemblée du sceau d’or n'est pas en mesure de la localiser… mais peut-être connaissez-vous un moyen d'entrer en contact avec cette dame indisciplinée? demande Tokinada en remettant un papier sur lequel il avait écrit un message pour Yoruichi.

Kyōraku le reçoit et le parcourt de ses yeux.
Il conserve une expression impassible alors qu'il interroge Tokinada :

- Elle a déjà cédé sa position de chef de clan à son jeune frère Yūshirō… mais qu’est-ce que vous essayez de faire?

- Rien du tout? Je pense simplement à leur faire une proposition des plus solennelles. Pour le bien de la Soul Society, non, pour le bien de l'harmonie entre les mondes, en incluant également le monde des humains et le Hueco Mundo.

Incapable de placer ne serait-ce qu’un fragment de confiance dans les mots que Tokinada vient de prononcer, Kyōraku devient encore plus méfiant.

- Vraiment ? Vous êtes juste venu pour cela?

- Non, je suis également venu vous voir. Bien que vous ayez déjà beaucoup diminué, comparé à l’époque de votre passage dans l’Académie Shinō. Grâce à vous, mon ressentiment a mijoté et il est remonté à la surface.

Tokinada continue de sourire, tant et si bien qu’on ne peut plus savoir s'il est sérieux ou s'il plaisante tout simplement. Soudain, comme s'il venait de se souvenir de quelque chose, il ajoute :

- Cela me revient, il me semble qu’Ukitake a cassé sa pipe?

- …

- Et le bras droit du Roi des Esprits qui habitait son humble corps ? Je suppose que c’était trop d’honneur pour ces miséreux du Rukongai qui ne le méritaient pas.

Bien que la manière de parler de Tokinada ne soit pas différente d’une provocation, Kyōraku reste imperturbable et pose une autre question :

- Kūgo Ginjō. Vous connaissez ce nom?

- ... Ah, si je ne me trompe pas, c’était le premier shinigami suppléant. J’ai entendu dire que c’était un chien enragé qui avait trahi le Seireitei, mais que, grâce à ce précédent, nous avons également pu trouver un héros nommé Ichigo Kurosaki. Du point de vue d’Ukitake, cela devait également être une bonne affaire. Mais pourquoi me parler de cet homme?

- Tant pis, je voulais juste vérifier ... et, les motivations d’Ukitake n’ont jamais été aussi vulgaires que vous semblez le penser.

Tokinada hausse les épaules une seconde fois. À présent, il n’a plus rien à dire.
Il tourne le dos à Kyōraku, tout en parlant :

- Il n'y a rien qui ait de grande valeur dans ce monde. Surtout dans la Soul Society où à peu près tout est un simulacre.

Après quelques pas supplémentaires, il s’arrête une nouvelle fois. Il jette un rapide coup d’œil vers le coin du bureau du capitaine :

- Oh, juste pour que tu le saches Nanao Ise, je n'ai vraiment rien à voir avec l'exécution de ta mère…

Au coin de la pièce, du fond d’un espace qui semble vide, survient le bruit d’un souffle court.

- Ce n’est pas comme si j’étais le cerveau derrière tout cela. En tout cas, si j’avais eu de l’autorité à cette époque… je ne l’aurais pas exécuté si vite. Comme pour Rukia Kuchiki, j’aurais joué au chat et à la souris avant de la tuer lors d’une grande performance au sommet de la colline du Sōkyoku. Et j’aurais ordonné à Kyōraku d’y assister, en le plaçant aux premières loges au pied de l’échafaud.

Avec un sourire malfaisant en direction de l’espace vide, Tokinada ajoute :

- Tout comme il l’a fait avec Rukia Kuchiki, Kyōraku aurait-il tenter de sauver ta mère en allant jusqu'à détruire la potence ? Est-ce qu'en essayant de la sauver il irait jusqu'à devenir un ennemi du Seireitei, comme Ichigo Kurosaki ? Je crains que ce ne soit pas le cas. Kyōraku aurait abandonné ta mère. Il l'aurait abandonné pour ne protéger personne d'autre que toi, Nanao Ise!

- Voulez-vous bien arrêter votre monologue ici? Maître Tokinada, chef du clan Tsunayashiro.

La déclaration Kyōraku semble être faite en plaisantant, avec son attitude décontractée habituelle.
Pourtant Tokinada, qui fait face à son regard, sent la froide énergie spirituelle de Kyōraku émaner au fond de son hypocrite langage honorifique. Comme s'il était sous un lit d’eau glacé.

Tokinada prend conscience de cette atmosphère tendue et plisse les yeux en conséquence.
Il place sa main sur son Zanpakutō attaché à sa hanche tout en continuant de parler :

- … Ciel, comme vous êtes effrayant. Je n’aimerais pas qu’on me coupe la gorge et qu’on m’entraîne au plus profond de la mer. Permettez-moi de me retirer pour aujourd'hui.


Kyōraku attend la confirmation que Tokinada ait quitté le bâtiment avec son groupe d'escortes.
Puis il se dirige vers le coin de son bureau de capitaine et passe légèrement la main dans l'atmosphère.

L’espace se déforme comme une étoffe.
Nanao se matérialise de l’autre côté du voile. Son visage est pâle.

Kyōraku entoure son bras autour des épaules de Nanao.
Elle qui tremblait, baignée de sueurs froides, est soudain submergée par la chaleur d’une énergie spirituelle sécurisante.

- Est-ce que ça va, Nanao?

- Ou-oui ... je suis désolée, capitaine.

- Oh. Ça alors, je n'ai même pas remarqué que tu nous écoutais. Tu as grandi si vite. Est-ce que tu ne t’inspirerais pas de Lisa par hasard?


Peut-être essayait-il de la calmer en lui rappelant un visage familier. Voilà pourquoi il avait mentionné le nom de Lisa Yadōmaru, son ancienne vice-capitaine. Actuellement cette personne est considérée comme une candidate potentielle au poste de capitaine de la 8ème Division.


Percevant l’inquiétude de Kyōraku, Nanao essaye de reprendre le contrôle de sa respiration.

- Il t'a fait peur? Il te donne ce sentiment parce qu’il émane de lui une énergie assez terrifiante, n’est-ce pas?

- ... Auparavant, lorsque j’avais été exposé à la pression spirituelle de l’ancien capitaine commandant Yamamoto, je ne pouvais même pas bouger ... mais avec cet homme, c’est complètement différent.


Il est vrai qu'elle s’était sentit comme une petite grenouille face à un serpent lorsqu'elle s’était confrontée à la colère de Genryusai Yamamoto. Cependant en ce moment même, dans son auto-analyse, elle se sent comme si elle était elle-même un serpent qui s’était fait réduire à l’état de limace gluante.


Avant qu’elle puisse s’énerver du fait qu’il l’avait utilisé elle et sa mère comme un moyen d’atteindre Kyōraku, un sentiment profond de désespoir se met à ronger le cœur de Nanao.

Elle nourrit de la peur à l’égard de cet homme mystérieux. Un homme capable de voir à travers des techniques de camouflage que même Kyōraku ne pouvait pas remarquer.
Nanao ouvre la bouche pour parler, la voix légèrement tremblante :

- Capitaine ... je suis contre le fait qu’un tel homme ... puisse devenir le chef d’une des quatre grandes familles nobles.

Kyōraku lève les yeux au ciel.

- À quand remonte la dernière fois où elle m’a parlé de ses sentiments personnelles ? se demande-t-il

- Sur ce point, je suis complètement d'accord, dit-il.

Ensuite, il se met à réfléchir à la demande de cet homme, qui est de contacter Yoruichi.
- Hum, la situation est devenue problématique… et pas qu’un peu, murmure Kyōraku pour lui-même.



  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales