Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • My boss and I (Mon patron et moi)
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : érotique - romance
    Délai de soumission : 30/09/2020
  • La journée avait bien commencé
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : 2 000 - 4 700 sec
    Genre : policier
    Délai de soumission : 15/07/2020
  • Romance paranormale
    Evidence Editions
    Nb de signes : > 200 000 sec
    Genre : romance - fantastique
    Délai de soumission : 24/12/2020
  • Repas de famille
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 5 000 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 14/07/2020
  • Des Astres humains
    Éditions Le Grimoire
    Nb de signes : 20 000 - 40 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 01/09/2020
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire 2021
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 600 000 sec
    Genre : science-fiction - fantastique - fantasy
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Une fumée épaisse recouvrait le village
    Journal Quinzaines
    Nb de signes : < 3 500 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 20/06/2020
  • Ado et jeunes adultes
    Marathon Editions
    Nb de signes : > 350 000 sec
    Genre : enquête - suspense - young adult - réaliste - thriller - policier - noir
    Délai de soumission : 31/12/2020
  • Célibataire sans enfant
    Réticule
    Nb de signes : 3 000 - 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2020
  • Halloween
    Les Éditions Octoquill
    Nb de signes : 200 000 - 400 000 sec
    Genre : épouvante - bit-lit - fantastique
    Délai de soumission : 30/06/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

La ligue des mangoustes recherche de nouveaux héros
 par   - 534 lectures  - 1 commentaire [30 mai 2020 à 12:42:02]

Fan de manga et/ou de comics et écrivain dans l'âme, cette annonce s'adresse à vous !


Lire la suite...

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

N’aie pas peur de ton propre monde (Can't Fear Your Own World - traduction française) Auteur: Co. Vue: 38584
[Publiée le: 2018-10-23]    [Mise à Jour: 2020-05-01]
13+  Signaler Action-Aventure/Mystère/Surnaturel/Traduction Commentaires : 79
Description:
Ceci est la traduction personnelle d’une trilogie écrite par Tite Kubo (l'auteur de Bleach) et Ryohgo Narita.
Elle se déroule juste après l’Arc des Quincy de Bleach.
Elle contient des révélations sur certains personnages et leurs univers.

Pour vous aider à vous repérer dans l'histoire, des titres non officiels ont été conçus pour les différents chapitres.
Tome 1 : chapitre 1 à 9
Tome 2 : à partir du chapitre 10

En cours de traduction :
=> Chapitre 16 partie 1

Proposition(s) de titre pour le chapitre 16 ? (n'hésitez pas à proposez vos idées dans les commentaires ou par MP)
- pas de proposition pour le moment
Crédits:
Les personnages présentés ici sont tous issus du roman de Tite Kubo nommé "Can't Fear your own World".
Vous pouvez retrouver une grande partie de ces personnages dans le manga Bleach.
La traduction française du roman est personnelle. Si vous voulez lire une traduction française officielle, signez la pétition de "Bleach mx".

Ps : toutes les illustrations sont de Tite Kubo.
Les montages du "prologue n°1" et du "chapitre 6 partie 1 et 2" sont de Ginnysister
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 7 (p1) : La quête de vérité d'Hisagi ! Les mystères du Roi et de la noblesse.

[1825 mots]
Publié le: 2019-01-12Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)

Bâtiment de la 9ème division


Shūhei Hisagi est assis à son bureau de vice-capitaine.
Il réfléchit en contemplant les précédents numéros de la Gazette du Seireiteil.
Dans son dos, la voix de Muguruma, son capitaine, l'interpelle :

- Hé, c'est quoi cette tête de six pieds de long Shūhei?
- Euh, capitaine ...
- Est-ce à cause des affaires récentes? Eh bien, il ne serait pas surprenant que cela t’affecte.
- … Désolé, ça se voit vraiment sur mon visage, hein?

Hisagi avait essayé de refouler ses émotions, mais malgré tous ses efforts il n'était pas très bon à cela.
Après avoir pris une profonde respiration, Hisagi pose une question à Muguruma :

- Capitaine, vous étiez au courant pour le passé du capitaine Tōsen?… je veux dire, le passé de Kaname Tōsen ?
- ...Un petit peu.

A chaque fois qu’Hisagi est en colère, il a l'habitude de nommé Tōsen «le capitaine Tōsen». C’est encore le cas aujourd'hui.
Pourtant il sait que ce n'est pas très courtois de dire cela devant le capitaine actuel, Muguruma.
Mais quoi qu'il en soit, dès qu'il s'agissait de Tōsen, il lui semblait impossible de raisonner correctement.

Muguruma le comprend. Il ne lui en veut même pas :
- Je ne suis pas du genre à m’occuper du passé de mes subordonnés, ou de faire quelque chose du genre. Donc je ne me suis pas énormément renseigné à son sujet. Il était capable de travailler de façon suffisamment fiable, même si je ne lui avais rien demandé… Mais quand j'y repense, je me dis que j’aurais peut-être dû aller plus au fond des choses, au moins un peu.
- Et pour le clan Tsunayashiro...?
- Pareil. Je ne me préoccupais pas d'avantage des nobles. Ce serait bien s’ils étaient tous comme Kyōraku, Kuchiki ou Yoruichi. Mais même les nobles ordinaires ne veulent pas trop s’approcher de cette bande.

Hisagi aussi connaissait bien l'arrogance et le caractère déraisonnable des shinigamis issus de la noblesse.
Si c’était le genre d'arrogance naturellement géniale, comme celle de la famille d'Omaeda, se serait excusable.
Mais la conduite des nobles observée dans le Central 46 était encore scandaleuse il y a peu de temps.
Bien qu'Hisagi ait entendu dire que le Central 46 avait également réformé sa façon de penser après la guerre.
Parmi ceux qui vivent dans le quartier de la haute noblesse, à Kizokugai, nombreux sont ceux qui méprisent ouvertement les gens du peuple ou ceux qui sont originaire du Rukongai.

- Ce serait bien s’ils étaient tous comme Yoruichi.

Muguruma fronce les sourcils, mal à l'aise :
- … D'une certaine manière, ça causerait aussi pas mal de problèmes.

Muguruma imagine les silhouettes d'une foule de Yoruichis bondissant autour du quartier Kizokugai. Il se rappelle le passé et essaye de justifier ses propos avec plus de précaution :
- En y réfléchissant, à l'époque où Byakuya était encore un gamin, Yoruichi le taquinait à chaque fois. Il en était à la fois furieux et ravi. Mais maintenant, il s'est complètement anobli.
- On ne peut rien y faire. Après tout, il est devenu le chef de l'une des quatre grandes familles nobles.
- Pourtant Yoruichi l'était aussi autrefois...
dit Muguruma en ramassant un exemplaire de la Gazette du Seireitei qui se trouvait sur le bureau. En tout cas, tu as osé entreprendre cette tâche, hein? demande Muguruma en feuilletant les pages. Compte tenu des circonstances, je pense que cela aurait été bien si tu l’avais refusé et laissé le problème à d'autres personnes de l'équipe, tu sais ?

- ... Au moment de prendre ma décision, j'ai hésité aussi.



~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Flashback : il y a une heure, dans le bureau de la 1ère division :


- … Compris. Je vais m’occuper de cette édition spéciale.

- Hein ? Vraiment ? … Cela vous va ? demande Kyōraku surprit

Hisagi acquiesce.

- Oui, ça ira. Mais j’ai hérité de la Gazette du Seireiteil de l’ancien rédacteur en chef, c’est mon domaine maintenant… alors, peu importe que ce gars-là mérite ou non qu’on fasse une édition spéciale sur lui, je vais d’abord, et avant tout, collecter des informations sur lui de mes propres mains.

- Vous parlez avec plus d’audace que je ne l’aurais imaginé… ah… À titre d’information, si vous remuez le passé, il est fort probable que la noble assemblée du sceau d’or vous surveille, elle vous surveille probablement déjà.
Mais, je pense qu’on peut réfréner les ardeurs de ceux qui appartiennent au Central 46 si je demande l’aide de la petite Nayura.

- Non, ce n’est pas sur le passé que je veux collecter des informations, mais plutôt sur la situation actuelle de cet homme. J’écrirai tout ce que j’observe, en restant intègre. Si cela ne vous pose pas de problème, merci de me laisser faire cette édition spéciale.

- Vous n’avez pas de rancunes personnelles ? demande Kyōraku comme si il l’avait senti.

Un court silence s’installe entre eux.

- Je ne peux pas être sûr qu’il y en ait ou non… répond Hisagi. Dans tous les cas, déformer un article à cause de mes émotions serait une insulte envers le capitaine Tōsen.

Même ici, il avait involontairement qualifié Tōsen de « capitaine ».
Nanao plisse les yeux, mais personne ne lui signale le problème directement.

Kyōraku regarde Hisagi avec un regard rempli de sérieux.
Puis il hausse les épaules et dit :
- Je vois. Hé bien, on vous a demandé de le faire de toute façon. Mais ne vous forcez pas trop. Votre allocutaire est un leader parmi les familles nobles. Il dirige des opérations complètement différentes de celles des 13 Divisions.
Il est possible qu’il puisse se servir de vos points faibles à vous, l’interviewer.

- Je suis préparé pour ça. Je ne pourrais jamais interviewer un Shinigami rusé si j’avais peur de telles choses.
- Vraiment ? Et si c’est une séduisante jeune femme comme Rangiku qui utilise ses charmes pour obtenir ce qu’elle veut, ça vous irait ?
- Hein ??? Vous pensez vraiment que je me ferai avoir par ce genre de piège ?

Hisagi, inquiet, tourne la tête vers Nanao, mais elle esquive aussitôt son regard.
Alors il se tourne vers Muguruma qui lui avoue :

- Hé bien, parmi les vice-capitaines, tu es visiblement celui qui tombe le plus dans les pièges après Omaeda.

- Dit-il en exprimant avec franchise ses impressions, insiste Kyōraku.

- Le second après Omaeda !?

- Tout à fait. Mais Omaeda a de l’argent, alors peut-être qu’il vadrouille plus qu’on ne le croit et qu’il s’est habitué aux coquettes avances. Auquel cas ça ferait de vous le numéro 1…

- Non, non, je ne suis pas d’accord ! Et concernant les autres ? Comme Renji… les autres… ?

Il se souvient de diverses choses qui se sont déroulées dans le passé. Plus particulièrement de la réaction de Renji et de la sienne quand Mayuri Kurotsuchi leur avait dit un jour qu’il pouvait changer le sexe d’un Zanpakutō. Ils n’étaient pas si différents l’un de l’autre.

- Eh bien, assez parler de ça ! Vous ne pensez pas ? Quoi qu'il en soit, vous pouvez me laisser l’affaire !

- Bien sûr. Comme il est assez difficile de rester en compagnie de ces nobles qui ne font rien d’autres que fatiguer nos nerfs, il vaut mieux adopter une certaine attitude détendue.

- Capitaine Kyōraku …

Hisagi réalise à l’instant que Kyōraku avait dit ces mots pour atténuer son propre stress.
Il éprouve alors un sentiment de gratitude envers lui et reprend la parole :

- … Je comprends. Au nom de la Gazette du Seireiteil, permettez-moi d’entreprendre cette tâche.

- Oui. Faites-moi savoir s’il y a quelque chose pour lequel je peux vous aider aussi. Néanmoins, comme le travail de capitaine commandant est plus agité que prévu, je ne pourrais pas être disponible à tout instant.

- Merci beaucoup! Je…
Soudain, Hisagi se souvient.
Il avait une question qu'il devait poser personnellement au capitaine commandant.

- … ? Quel est le problème? l’interroge Kyōraku en inclinant la tête avec perplexité.

C’est avec sérieux qu’Hisagi lui répond :
- Capitaine Kyōraku… désolé de changer soudainement de sujet mais, j’ai une dernière chose que je voudrais vous demander.
- Que voudriez-vous me demander ? J’espère que je pourrais vous répondre.
- … C’est à propos du capitaine Ukitaké et de Kūgo Ginjō.

- …

Le regard de Kyōraku se fait soudain plus sombre.

Après un bref silence, le commandant ouvre la bouche :
- Je suis quelque peu désemparé, pourquoi me poser cette question aujourd’hui je vous le demande ?
- J’ai rencontré Ginjō aujourd'hui.

- … ! Je vois… bien, il n’est pas nécessaire de se soucier de lui. Concernant la manière dont on il a été traité, Ukitaké avait demandé à ce que ce qu’elle soit prolongée le plus longtemps possible.

En se rappelant le visage de son cher ami maintenant décédé, Kyōraku jette un coup d'œil discret vers un espace vide…

- Le capitaine Ukitake, il…

- Cependant, il m’est impossible de dire s’il est innocent ou non. En vérité, Ukitaké le tolérait et avait à son égard adopté une attitude passivement attentiste.
Kyōraku affiche un sourire ironique.
Puis il demande à Hisagi de lui faire un résumé des points fondamentaux qu’il a abordé avec Ginjō.
.
.
.
- Alors… c’est ce qu’il vous a raconté?
- Oui. Mais je ne peux pas me contenter d’un seul point de vue sur cette histoire.
- Vous traitez cette question avec sérieux hein ? C’est une bonne chose, oui.

Kyōraku sourit, comme si il était rassuré par la façon dont Hisagi faisait son travail.
Il soupire, avant de formuler sa phrase ainsi :
- Quoi qu'il en soit ... me donneriez-vous un peu de temps?

- Du temps?

- Il semble qu'Ukitake ait tenté de garder des choses pour lui. J'ai moi aussi été incapable de comprendre toute l'histoire. Cependant, avec ma position actuelle, je pense que diverses choses qui m’étaient ambiguës auparavant peuvent maintenant être clarifiées. Il est possible que Kūgo Ginjō reçoive également un pardon.
Après avoir été aussi loin que cela dans son discours, Kyōraku plisse les yeux.
- ... D'un autre côté,
reprend-il. Il est également possible qu’on découvre qu'un criminel se cache parmi les Shinigamis.
- …Compris. J'attendrai jusque-là.

Après un bref débriefing, Hisagi obtient un certain nombre de «permissions d’entrevues» et quitte les bâtiments de la 1ère division.

Tout en réfléchissant une nouvelle fois aux instructions données pour l'édition spéciale, Hisagi se dépêche de retourner vers sa propre division.

- Tsunayashiro Tokinada.
En pensant à ce nom qui a si souvent été gravé dans sa mémoire, il essaye de refouler ses émotions.
Alors qu’il se dirige vers sa division avec un visage extrêmement assombri, cela suffit à effrayer Hanatarō Yamada qui l’avait croisé en chemin.


Fin du Flashback

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Au présent, dans le bureau de la 9ème division :

- Oh mince, il est déjà l’heure ? Désolé capitaine je dois faire des interviewers.
- Tu es un gars très occupé hein ? Où est-ce que tu vas ?
-
À la 11ème Division. Je vais vois ces gars, Madarame et Yumichika, et leurs poser des questions sur « Le bras gauche du Roi des Esprits ».





  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2020 / Mentions légales