Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1965 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Manipulation Oubliée
[Histoire En réécriture]
Auteur: manga93 Vue: 10857
[Publiée le: 2012-09-19]    [Mise à Jour: 2013-09-15]
13+  Signaler Romance/Action-Aventure/Mystère/Suspense Commentaires : 27
Description:
Une disparition pendant 3 ans, un individu inconnu, un frère un peu trop protecteur et la voilà à la Soul Society. Alors qu'elle ne pense qu'à retourner chez elle, elle sent que ce monde ne lui est pas totalement inconnu, que le capitaine-commandent n'est pas aussi parfait qu'il veut le faire croire et que le capitaine de la dixième division ne profite pas assez de la vie. Ajouter à cela quelque rêves qui n'en sont surement pas. Une chose est sûre, le passage de Karin à la Soul Society ne sera pas sans conséquence.

Toshiro/Karin


Note : Chapitre réécris jusqu'au 6 inclus.
Crédits:
Les personnages appartiennent à Tite Kubo.
Exception faite à quelques personnages
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chapitre 8 : Des combats inévitables

[1994 mots]
Publié le: 2013-03-14Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur On rentre enfin dans le vif du sujet !
Bonne lecture !
En face d'eux se tenait l'homme qu'il avait rencontré dans le monde des humains il y a déjà quelques temps.

- Hiro, je m'appelle Hiro. Répondit-il en souriant gentiment.

- Qu'est ce que vous voulez ? Demanda calmement Kuchiki.

- Oh, je ne sais pas trop réellement, en faite ! Rit-il de plus belle légèrement gêné.

- Pourquoi faites vous ça ? Pourquoi détruire la Soul Society ? Continua Toshiro froidement.

- Ce n'est pas à moi de te répondre.

- Je n'es pas de temps à perdre avec toi ! Cracha le jeune capitaine.

- Crois-tu sincèrement qu'elle reviendra de votre côté ?

- Que veux-tu dire ? Questionna Byakuya.

- Tout n'était qu'illusion, je suis désolé. Continua Hiro avec son éternelle sourire charmeur.

- ça suffit ! Lança Toshiro.


Après avoir élevé la voix, il se jeta sur son adversaire suivit de près par le capitaine de la sixième division.

Soi Fon de son côté, était déjà passé en shunpo. Cependant ses attaques étaient toujours contrées avant même qu'elles atteignent leur cible. En effet, la jeune fille au long cheveux noir faisait apparaître de lourdes grilles de métal entre elles à chacune des attaques du capitaine de la deuxième division. Les attaques de la capitaine retentissaient sur le métal froid et dur, sans ne laisser aucune fissure. Soi Fon s'épuisait alors que la femme à l'éclair rouge dans son cou, la regardait assise sur l'une de ses grilles.


- Tu ne pourras jamais briser mes grilles, tu sais pourquoi ? Commença t-elle.

- Pourquoi ?

- Parce que c'est une prison. Et qu'on ne peut s'échapper d'une prison.

- Une prison ? Demanda Soi Fon en reprenant son souffle.

- Oui, vois-tu l'amour n'est qu'une prison. On t'enferme pour te garder, pour sois disant te protéger, mais en réalité c'est juste par égoïsme. On t'enchaine pour te garder pour toujours. Là où ça devient comique, c'est que la seul façon de te protéger de l'amour est … de t'enfermer toi même.

- C'est une façon bien sombre de voir l'amour.

- Mais c'est la vérité. Il n'y a pas d'autre solution que de se mettre derrière les barreaux.

- Pourquoi nous attaquer ?

- Tu as besoin d'une raison ? Enchaina t-elle.

- Vous ne faites quand même pas ça pour le plaisir ?

- Va savoir. Avoir une raison n'est que superflus, passons au chose sérieuse capitaine. Dit-elle en se levant et se préparant à combattre.

- Comme tu voudras. A qui est-je l'honneur ?

- Tu as besoin d'un nom ? Tu es vraiment une fille superflue. Cracha t-elle avant de se ruer sur elle.


Elle avait une puissance incroyable. Leurs deux épaules se percutèrent et la shinigami vit son sang en couler, tandis que son adversaire n'avait aucune trace. Alors qu'elles avaient maintenant échangé leur place, la fille de prison souffla :


- Kokoro, je m'appelle Kokoro.


De leur côté, Kyoraku, Ukitake et Unohana étaient arrivés en ville, c'était la panique comme ils s'en doutaient. Les villageois couraient dans tous les sens et étaient paniqués. Les explosions continuaient sans qu'on ne puisse voir leur auteur. Ils décidèrent de se séparer, Unohana partit rapidement soigner les blessés et se chargea en plus de les calmer. Les deux capitaines eux, étaient chargés d'arrêter l'auteur de ces explosions incessantes. Ce qui fût plus difficile qu'ils ne l'avaient prévu. En effet, le coupable était extrêmement rapide, si bien que les capitaines n'arrivèrent à rien. Alors qu'ils s'étaient arrêtés pour réfléchir à une solution, une petite fille tatoué d'un éclair rouge sur sa jambe droite vient vers eux :


- Vous êtes venu joué avec moi ? Demanda t-elle innocemment de ses beaux yeux vert.

- Rentre chez toi, c'est dangereux ici. Dit d'une voix douce Ukitake.

- Non, moi je veux jouer !


A peine eu t-elle finit sa phrase, qu'elle disparut sans même que les deux capitaines n'aient le temps de le remarquer. Puis rapidement une explosions se fit entendre derrière eux. Ils n'eurent besoin que d'un regard pour se comprendre. Ils disparurent à leurs tour et apparurent autour de la petite fille.


- Dit moi petite , comment tu t'appelle ? Demanda gentiment Kyoraku.

- Ilys. Répondit-elle simplement.

- Et bien Ilys pourquoi tu détruis le village ? Continua t-il.

- J'ai pas le droit de le dire. Dit-elle de sa petite voix.

- Mais tu sais que c'est pas bien, tu fais souffrir des gens … commença Ukitake.

- C'est vous qui êtes pas gentil ! Cria t-elle.

- ah bon ? Et pourquoi on est pas gentil ? Questionna le capitaine au kimono rose.


Pour toute réponse elle sauta sur le toit le plus proche, faisant voler ses long cheveux rose. Elle les fixa du regard, puis souffla sur sa main, comme si elle envoyait un baiser et de petits nuages bleu ciel s'en échappèrent. Ils entourèrent les deux hommes puis explosèrent d'un coup. Les deux capitaines eurent juste le temps de se réfugier sur le toit où Ilis s'échappait déjà en faisant de nombreux bond de plus en plus haut dans le ciel.


- Pourquoi est-ce que tu es toujours sur les toits ? Demanda le capitaine aux cheveux blanc tout en la pourchassant.


Elle s'arrêta nette. Suivit par les deux capitaines qui l'imitèrent. Elle resta silencieuse un moment, puis se retourna le sourire aux lèvres :


- J'ai l'impression d'avoir des ailes, de pouvoir voler, que tout est possible ! Commença t-elle en sautillant autour des deux hommes d'un air enjoué.

- Quoi ... s'étonnèrent-ils.

- C'est magique ! Comme tomber amoureuse ! Rit-elle en repartant de plus belle.


Elle était encore plus lumineuse qu'avant et même si les deux capitaines ne comprenaient pas sa réaction et qu'ils savaient que jamais ils n'auraient le cœur de lui faire le moindre mal, ils la suivirent ne serai-ce que pour s'assurer qu'elle ne fasse rien de dangereux.

Zaraki et Mayuri bien que leurs attaques n'est pas aboutis, ne perdaient rien de leurs envie de combattre. Le capitaine aux clochettes était fidèle à lui même, plus le combat était difficile et plus il en redemandait. Quand au scientifique, bien qu'il était jusqu'à présent en retrait, il ne manquait pas de trouver l'homme devant lui des plus fascinant ainsi que de donner de multiples ordre à son collègue qui ne l'écoutait évidement pas. Depuis le début du combat, qui n'en était pas réellement un, l'ennemie n'avait pas bougé d'un millimètre. Il était entouré d'une énorme sphère d'eau qui tournait à grande vitesse, ne laissant rien la traverser. Il restait figée sur place, ses yeux noirs cerné de bleu marine dans le vide, ses vêtement flottant dans l'eau qui tournait autour de lui, on pouvait cependant apercevoir sa marque rouge en éclaire sur son torse. C'était un homme assez mince, frêle et qui donnait l'impression de pouvoir se briser à tout moment.


- Toi ! Je vais te défoncer ! Hurla Zaraki en lançant une nouvelle attaque, sans plus grand succès.

- Bien, je me demande si … commença Mayuri pour lui même.


Il s'approcha de l'ennemie qui ne bougeait toujours pas, puis sortie une petite fiole et au moment ou il allait la verser dans l'eau tournoyante, l'homme recula d'un bond et transperça le scientifique de ses yeux.


- Tu te décide enfin à bouger ! Dit Zaraki enjoué.

- Pourquoi bouger ? Puisque on est depuis toujours déçu. Déçu par les autres, par nous même, par la vie, par l'amour … Un cœur brisé ne se répare jamais même malgré les torrents de larmes versées. Déclara L'homme d'un ton triste.

- Hein ? Qu'est-ce que tu dis ? Fût interloqué le capitaine aux clochettes.

- Tu es bien trop rude pour comprendre les subtilités de l'amour.

- Tu es un spécimen bien intéressant, je serais ravie de t'étudier ... Déclara le scientifique.

- Fûya. Coupa t-il.

- je t'es pas demander ton nom, mais passons, tu sais ce qu'il y a dans cette petite fiole ? Questionna Mayuri en l'agitant légèrement.

- Oui.


A peine eut-il répondit qu'un véritable raz-de-marée se propagea et engloutit tout autour de lui. Le reste des murs s'effondra et fut engloutit. Les deux capitaines tenaient debout avec beaucoup de peine dû à la forte pression de l'eau.


- C'est quoi toute cette eau ? Fût interloqué Ichigo.


L'eau de Fûya était arrivé jusqu'au pied d'Ichigo, celui-ci se retournant quelques secondes afin d'apercevoir l'origine de ce raz de marée. Quelques secondes qui lui coutèrent chère, puisqu'il reçu de plein fouet le coup du couple qui le projeta sur le sol. Il était de plus, ligoter par un faisceau lumineux rouge. Rukia de son côté tentait comme elle le pouvait, d'atteindre ses deux adversaires sans grand résultat. Elle était déjà mal en point et n'arrivait pas atteindre ses ennemis.


- Alors les jeunes, un coup de fatigue ? Se moqua la vielle femme.

- Attendez que je me détache et vous allez voir ! Hurla Ichigo.

- Toujours pressé ces jeunes, si seulement ils prenaient le temps d'écouter les anciens, ils verraient qu'on a beaucoup à leur apprendre.

- Qu'est ce que des vieux comme vous pourrait bien nous apprendre ! Cria le shinigami.

- Pour commencer le respect, sa ne pourra pas te faire de mal ! Rétorqua la vielle.

- Je vais t'apprendre une leçon petit, deux c'est plus que un. Continua l'homme.

- Qu'est ce que vous voulez dire ? Questionna Rukia qui prit enfin la parole.

- Rien ! Ce qu'ils disent ne veux rien dire ! Ils nous font juste perdre du temps et moi j'en est pas à perdre ! S'énerva Ichigo qui s'était enfin libéré.

- Tu veux sauver ta sœur n'est-ce pas ?

- Exactement, alors laissez moi faire et poussez-vous !

- T'es tu seulement dit, qu'elle n'avait peut-être pas besoin d'être sauvé ? Interrogea la vielle femme.

- Taisez-vous. Lança t-il avant de repartir à l'attaque suivit de près par sa coéquipière.


Alors qu'il laçait un getsuga tensho, le quartier des capitaines derrière eux reçu un grand choque. Quelqu'un venait d'être projeter dessus et de créer un énorme trou à l'endroit de l'impacte. La capitaine de la deuxième division se releva péniblement, évitant de suite une nouvelle attaque de son adversaire. A présent les deux jeunes femmes étaient à l'intérieur du bâtiment, dans les couloirs propres à la Soul Society, blanc. La capitaine fit signe aux shinigamis présent de ne pas intervenir dans ce combat qui était le sien. La shinigami fortement blessé contrairement à son adversaire, peinait à respirer et du sang coulait le long de son corps.


- Kokoro, c'est un bien jolie nom, pour quelqu'un qui déteste l'amour. Lança Soi Fon pour gagner un peu de temps.

- Un nom ne signifie rien, ce n'est qu'un mot sans aucune importance. Même si mon prénom signifie « cœur » rien ne m'oblige à aimer l'amour comme mes stupides parents.

- Ce n'est pas vraiment une façon de traiter les personnes qui t'ont donnée la vie.

- Qui es tu pour me donner des leçon sur la vie ! Vous, les shinigamis, vous êtes bien les derniers qui pourront un jour nous comprendre ! S'énerva t-elle.

- pourqu...

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que deux barre de fer la transpercèrent. Elle sentait l'acier, dur et froid dans sa poitrine. Son cœur se serra, ses os se brisèrent, son sang coula, jusqu'à ce qu'elle finissent par s'effondrer sur le sol blanc, le teintant de rouge.


- Tu n'aurais jamais dût me parler de vie. Conclu Kokoro.
Commentaire de l'auteur Je ne vais pas dire que je posterais le prochain rapidement, vous risquerez d'être déçu !
A bientôt, promis !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales