Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1946 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Les Anciens Dieux Auteur: Edël Vue: 9696
[Publiée le: 2014-08-17]    [Mise à Jour: 2016-06-29]
G  Signaler Romance/Drame/Action-Aventure/Amitié/Tranche de vie Commentaires : 30
Description:

Elle ne se souvient de rien. Il ne lui reste que des brides, brumeuses, incertaines. Des voix, des yeux bleus. Elle n'est plus personne. Elle a oublié ce qu'elle était. Ce qui faisait d'elle quelqu'un.
La mémoire est une chose qui façonne notre existence. Qui définit notre destin. À quoi bon vivre, alors ? Comment retrouver celle qu'elle était ? Un nouveau départ est autant une chance qu'une catastrophe. Son ancienne vie était-elle si sombre, pour qu'elle n'arrive pas à se rappeler de quoi elle était faite ? Peut importe, après tout.
Elle ne se soumettra jamais au destin. Si elle ne peut pas redevenir qui elle était, alors elle trouvera un moyen. Elle sera quelqu'un d'autre. Elle sera une Furui.

Couples: hitsukarin, et d'autres au cour du récit.
Peu de risque de spoil mais attention tout de même.
---------------------------
/! Histoire réécrite ! La trame ne change pas, mais pleins de détails ont été changés, des fautes d’orthographes corrigées, des phrases supprimées puis rajoutées, bref ... Elle est réécrite au mieux, pour vous satisfaire ;)
---------------------------
En juin 2016, nous sommes arrivés à plus de 5000 vues ! C'est vraiment incroyable de voir le nombre de personne qui ont lus, ne serais-ce que la première phrase du prologue ! Je remercie infiniment tous ceux qui suivent cette fic depuis le début, et même les petits nouveaux qui auraient envie de commencer ^^ J'espère que vous avez pris du plaisir à suivre les aventures de Karin et tout ce petit monde, autant que j'ai eu du plaisir à l'écrire. Merciiiiii
Crédits:
Tous les personnages sont à Tite Kubo, sauf Matawa, Suzuko, Umi et tous les Furui, qui sont de moi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Destin

[3643 mots]
Publié le: 2014-09-18Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Voici mon chapitre 9 !!! J'ai trouver une super idée, j'espère qu'elle vous plaira !
Mais place à l'histoire ...

Chapitre 9 : Destin


La plaine de pierre ocre fumait, comme d'habitude. Des flammes dorés montaient du sol, et leurs panaches de fumée blanche montait jusqu'au ciel bleu, ou brillait un grand soleil. Les nuages avaient disparus. J'étais assise sur mon rocher habituel, face à Hare Joo. Elle portait un kimono rouge à motifs de flamme, ses cheveux noirs tombaient jusqu'au sol, tressés de fils d'or, et ses yeux flamboyaient comme l'astre du jour. Elle me souris, mais je lus de la tristesse sur son beau visage.

-Bonjour, dis-je.

Elle ne me répondis pas, se contentant de s'asseoir à côté de moi. Elle lissa son kimono, et planta son regard dans le mien.

-Tu est venue pour savoir, j'imagine ?

Je hocha la tête, elle me perçait toujours.

-Je vais donc te raconter. Mais je dois savoir, avant.

-Oui ?

-Est-tu sure de vouloir entendre mon histoire ? Elle est triste, et se fini mal. Tu n'en ressortira pas indemne, Karin.

Je fronça les sourcils. Son ton m'alarmais, et j'eus l'envie de me réveiller dans mes draps, à l’abri de telles révélations. Mais Hare Joo était moi, et j'étais elle. Si elle allait mal, si elle avait vécue des choses horribles, alors il était de mon devoir de les entendre. Au moins pour la soulager un peu. Je lui assura donc, appréhendant la suite. Elle inspira, et ses yeux plongèrent dans le vide.

-C'était lors de la Création des Divisions …

« Ma maîtresse se nommait Hikari, et était l'amie d'enfance de Yamamoto. Elle était très belle, même magnifique. Elle possédait des cheveux d'une incroyable blondeur, des yeux aussi noirs que la nuit et un visage de déesse. Elle était, en plus de cela, joyeuse, intelligente, lumineuse et aimée de tous. La seule personne qui lui tenait tête était Yamamoto. Il était en train de créer le Goteï 13, et était donc très occupé. Il voulait tous faire tout seul, alors Hikari s'ennuyait.

« Elle se contentait de tuer les opposants au régime, chose qu'elle entreprenait sans heurt, toujours vainqueur, sans que la moindre tâche de sang ne ternisse l'éclat de ses cheveux d'or, et de son kimono de feu. Elle pris vite son surnom de Reine couronnée d'or, en rapport avec sa chevelure et son Zapankuto solaire, moi. J'étais presque aussi célèbre qu'elle, c'est ironique, non ?

« Puis elle se vit confier la tâche d'infiltrer une organisation qui œuvrait contre les Divisions, et qui mettait leurs armées à feu et à sang depuis plusieurs années. Ces rebelles se faisaient appeler les Atarashi, les Nouveaux Dieux. Elle n'eus pas de mal à s'intégrer dans le groupe, et grimpait vite les échelons. Le chef des Atarashi s'intéressa à elle d'un peu trop près.

« Il s'appelait Reizo. Il était beau, intelligent, mystérieux, et avait un côté obscure. Il passait beaucoup de temps avec Hikari, ils marchaient souvent ensembles, parlaient pendants des heures, et l’impensable arriva. La lumière attire les ténèbres. Hikari et Reizo tombèrent amoureux l'un de l'autre. J'avoue être un peu coupable, je l'ai est poussée ensemble. Mais j'avais mes raisons, moi aussi. J'aimais le Zapankuto de Reizo, d'un amour pur et véritable.

« Yamamoto à bien essayé de faire revenir Hikari à la raison, mais sans succès. Elle ne voulait plus quitter Reizo, et j'en étais heureuse. Elle dit des choses qu'elle ne pensait pas, et bien sur, ce qui devait arriver se produisit. Yamamoto la déclara traître au régime et individu à éliminer. D'urgence. Nous nous en fichions. Nous étions bien, tous les quatre, et n’avons pas pris les signes au sérieux. Pourtant la guerre grondait, et fort. Les Divisions on lancées leurs armées sur les Atarashi, et la bataille fut dure et sanglante. Bataille durant laquelle Reizo se sacrifia pour Hikari, prenant à sa place le coup mortel de Yamamoto, qui lui était destiné.

« Il est mort sous ses yeux, et son Zapankuto s’éteignit en même temps. Nous avons été sauvées, mais nous n'étions plus nous-même. Nos esprits étaient brisés, nos cœurs en morceaux, et notre âme changea. Elle devint noire, animée par la vengeance, rêvant de tuer Yamamoto, qui avait mis fin à la vie de nos âme-sœurs.

« Nous avons pris les reines de l'organisation, que nous avions rebaptisé les Furui, Les Anciens Dieux, et l'avons conduite jusqu’aux portes du Sereitei. Rien ne pouvaient nous arrêter, nous brûlions, tuions, et décimions tous sur notre passage. La Reine couronnée d'or devint Celle qui brûle. La vie nous était devenue insupportable, invivable, et je savais que c'était mal. Mais rien n'aurais put arrêter Hikari. J'ai tenté de la raisonner, je le jure, mais c'était trop tard. Elle se confronta à Yamamoto. Elle allait le tuer, parce qu'elle était trop enragée pour perdre.

« La haine brouillait sa vue et son jugement, et elle allait tuer son ami d'enfance. Alors je me suis rebellée. J'ai stoppé son geste, et ça l'a déstabilisée. Yamamoto en a profiter, il a brandit son épée, et lui a couper la gorge. Elle est morte ainsi, seule, quittant le monde où Reizo n'était plus.

« Moi aussi, je suis morte, mais pas dans le sens ou tu l'entend. Mon esprit a flotté dans le vide, jusqu'à qu'une nouvelle vie m'appelle, et me sorte du néant. J'ai été appelée par toi, Karin. C'est alors que j'ai pris connaissance de la légende. Je l'ai toujours sus, au fond de me cœur, et tu dois la connaître aussi. Une légende qui nous mentionne, toutes les deux. La Prophétie des Jumeaux, aussi appelée la Malédiction du Soleil et de la Lune. Elle dit :


Elle est le Soleil et lui la Lune,
Elle chauffes et éclaire les dunes,
De lumière il n’en offre aucune.
Quand vient la nuit elle disparais,
Et lui tout puissant il apparais,
Lui, toujours seul, ensemble jamais.

Séparés par la Terre et sacrifiés,

Pour que la Paix soit conservée,

Puis dans le Néant oubliés.

À jamais, Reine couronnée d'or,

Roi illuminé d'argent liés à la Mort.


Le silence tomba. Je le savais. Connaissance que j'avais enfouie, pour ne pas perdre pied. Un sentiment puissant m’envahis. Une peur qui me saisissait tout entière, faisant exploser mon cœur. Je pensais avoir le contrôle sur mes actes et ma vie, je pensais être celle qui déciderais de mon destin. Sauf que non, je me retrouve au centre d'une prophétie inconnue, destinée à mourir, séparée de celui que j'aime. Hare Joo semble lire dans mes pensées, parce qu'elle pose une main rassurante sur mon épaule.

Je remarque que je tremble, et que des frissons me parcourent. Je sent les larmes effleurer mes paupières. J'en vient à regretter ma vie d'enfant, facile, simple, sans problème, avec pour seule inquiétude les devoirs pour l'école et les parties de foot avec Toshiro. Toshiro. Ce nom résonne dans mon cœur, et je gémit en me pliant en deux.

-Non ! Mon dieu, je vous en supplie …

Hare Joo pousse un profond soupire, et se relève. Quand elle parle à nouveau, ce fut d'une voix claire, froide et résignée. Implacable.

-Si. Tu est destiné à revivre ce que j'ai vécue avec Hikari. Le Zapankuto que j'ai aimé s'appelait Tsuki Joo, Roi de la Lune. Mais je le surnommais Hyorinmaru.

J'ouvre les yeux et me redresse sur mon lit, pleurant à chaud de larme. Il fait nuit. Les sanglots me secouent toute entière, et je ne peux pas les en empêcher. Mon kimono est trempé, et mes cheveux emmêlés. J'ai les yeux rouges et gonflés. Je m'en fiche. La réalité m'a sauté à la figure, et avec elle la fin inévitable de mon histoire. Je vais voir mourir devant moi la personne que j'aime le plus au monde. Je repense à ses yeux turquoises, à ses mèches de neige, et à son sourire doux.

La peine se transforme alors en un sentiment étrange, que je n'ai jamais ressenti. Je met un moment à l'identifier. La rage. Elle brûle toutes les cellules de mon corps. Mon âme rugit face à cette prophétie idiote. L'espoir refait surface, lentement, d'abord faible, puis flamboyant. Oui. Après tout, je suis Karin Mizumi Akizuki Kurosaki, Furui, Shinigamie, sœur d'un Capitaine, fille d'une princesse Quincy et d'un noble Shinigami, je suis unique. Je suis forte. C'est Sora qui menace ma vie et la Paix. Mon devoir est de la rétablir, et c'est Sora que je tuerais pour cela. C'est mon destin, et j'en suis réduite à cela. Mon objectif à changé, maintenant il est simple. Ce n'est plus les explications, ni même la compréhension. C'est la destruction pure et simple de mes ennemis, et la protection de ceux que j'aime.

Quand je me lève, quelques heures plus tard, je me sens en pleine forme. Mon excès de colère de cette nuit m'a redonné des forces, et je suis prête pour ma première journée en tant que Shinigamie de la 10° Division. Je me douche, coiffe mes cheveux en queue de cheval, et enfile un kimono noir qui sent bon la lessive. J’efface les traces de ma crise de pleurs, et arrive à avoir l'air fraîche. Je passe Hare Joo à ma ceinture, et sort de ma chambre. Je déambule dans les couloirs, et trouve enfin le bureau du Capitaine. Je toque, et entre. Toshiro est assit à son bureau, la tête entre les mains, tandis que Rangiku est affalée sur le canapé.

-Bonjour Karin, chantonne-t-elle, tu as bien dormis ?

-Super merci !

Toshiro me lance un regard perçant, et je comprend qu'il n'est pas dupe. Comment peut-il savoir que je n'ai presque pas dormi ? Il semble pouvoir lire dans mes pensées, et je me demande si c'est à cause de la prophétie. Je secoue la tête et chasse ces pensées de mon esprit.

-Alors, c'est quoi le programme ?

Toshiro se lève, attrape Hyorinmaru et s'approche de la porte.

-Rangiku vas t'enseigner ce que tu doit savoir sur la Division. Moi, j'ai une mission à accomplir, je ne pourrais pas t'accompagner, désolé.

-Oh, dommage, je grogne, je voulais être avec toi !

Il hausse un sourcil, l'ombre d'un sourire sur le visage. Juste une ombre. Rangiku est dans la pièce, et sa Majesté tient à son grade.

-On se verra ce soir, de toute façon. Tu ne vas pas mourir sans moi !

-Imagine, je riposte, que je meurt aujourd'hui, parce que Rangiku n'est pas assez forte pour me protéger …

-Pardon ! Je suis très forte, je te ferais signaler !

Je ignore la belle femme qui bondit de son canapé, vexée, et continue, mes yeux plongés dans ceux de Toshiro.

-Imagine que je disparaisse, et que tu ne me voit plus jamais. Hein ? Tu regretterait de ne pas avoir passé la journée avec moi.

Je me rend compte à la fin de ma phrase que je l'ai dit d'une manière trop sérieuse. La peur d'être séparé de lui revient au galop, et je dois me faire violence pour ne pas me mettre à pleurer. Je force un petit sourire, mais il remarque tout de suite qu'il n'est pas sincère. Il plante son regard dans le mien, et je suis happé par des abîmés bleutées.

-Alors je me le reprocherais toute ma vie, dit-il avec un sérieux qui me fait frémir. Mais cela n'arrivera pas parce que je serais toujours là pour te protéger. Je ne laisserais personne te faire du mal. Je n'accepterais plus jamais que tu me sois enlevé.

Il se penche et dépose sur ma joue un baiser léger, qui enflamme tout mon corps. Il sort de la pièce, sans rien ajouter, et disparaît. Je reste plantée là, la main sur ma joue, l'amour faisant vibrer toutes mes cellules. Je remarque alors Rangiku qui me fait face, arborant une expression qui hésite entre la surprise et la peine. Elle ouvre la bouche, la referme, puis se ravise et déclare.

-Je ne l'ai jamais vu comme ça …

Elle cligne des yeux, et fronce les sourcils.

-Écoute moi attentivement, Karin. Tu est jeune, alors tu ne le sais pas. Mais moi je le sais, alors je te le dis. L'amour, c'est quelque chose de dangereux. Si tu ne fais pas attention, alors te te brûlera les ailes.

Une lueur de nostalgie passa dans son regard, mais disparaît très vite. Elle secoua la tête, et son sourire habituel réapparaît.

-Enfin bon ! Allons faire les boutiques !

-Heu …

Elle éclate de rire, et je l'entend marmonner pour elle-même.

-Et ben ça, le Capitaine amoureux. Ça va faire un scoop.

Étonnée, je la laissa m’entraîner dans la rue commerçante du Sereitei. Je repris mes esprits lentement. Les révélations de cette nuits, le baiser de Toshiro, tout cela était trop. Et voilà que ma Lieutenant se met à me mettre des fausses idées dans la tête. L'espoir est dangereux, je le sais. Il ne m'aime pas, c'était juste un baiser amical. Et ses paroles aussi. C'est ce que je me répète, inlassablement, comme une prière. Mais je le sais, au fond de mon cœur. Le destin nous lie, et il le sais aussi. Puis j'attrapais le bras de Rangiku, et l'obligea à me regarder.

-Ne le dis à personne, je t'en supplie !

Elle éclata de rire, et m'ébouriffa la tête.

-Ne fais pas cette tête, chérie ! T’inquiète, je ne dirais rien.

Elle me fit un clin d’œil, et j'eus la confirmation que quelqu'un comme elle ne garde jamais un secret. Mais en attendant que cela ce sache, je préférais profiter de mon anonymat.

Nous fîmes les boutiques pendant une heure, rejointe par Rukia qui nous croisa dans un magasin de dessins. Ce fut une des meilleurs journée depuis longtemps. Le rire, la joie me firent penser à autre chose pendant un moment, et l'oublis étais la chose la plus reposante. Rangiku me fit essayer des tas de vêtements, sous prétexte que tout m’aillais, jusqu'au magasin de sous-vêtements. Là, je l'ai tout de suite arrêter. Nous sommes donc aller manger un morceau. Nous avons acheter un sandwich, et nous avons vus Umi et Ikkaku passer en face de nous. Nous les avons interpellés et avons passer la fin de la journée avec eux, rejoins par Renji qui passait par là. Umi et lui entamèrent aussitôt une discussion animée, et tout alla pour le mieux.

Nous étions entrain de manger une glace, nos achats sous les bras, quand on nous informa, Umi et moi, que Kurotsuchi avait retrouvé la trace des identités des filles Akizuki. Interpellée, Umi voulus tout de suite s'y rendre, et nous décidâmes de l'accompagner, Rangiku et moi. Ikkaku et Rukia nous laissâmes, car ils avaient des choses à faire. Sur le chemin du Bureau Technologique, Umi semblait profondément troublée.

-Ça va ? Demandai-je. Tu est toute pâle. Tu sait, si tu ne veux pas savoir …

-Si si, me coupa-t-elle. Je veux savoir. Mais j'ai peur de ce que pourrait m'apprendre le panda.

-Tu as peur que ta vie soit horrible ?

-Non. J'ai peur que ma vie ai été agréable et heureuse. Cela me ferais trop mal.

Je hochais la tête, compatissante. Je savais ce que c'était, de ne pas savoir qui nous étions. La mémoire est quelque chose qui façonne notre existence, sans, nous sommes perdus. Je lui attrapais la main dans un geste qui, autre fois, était naturel. Maintenant, il me paraît un peu déplacé, mais Umi ne dit rien. Elle entremêle ses doigts aux miens, et garde le silence.

Une fois arrivées, nous retrouvons Suzuko, accompagnée du Lieutenant de sa Division, Isane. Elle s'approche de nous, et glissa sa main dans celle d'Umi, en me lançant un sourire. Elle est fébrile. Nous entrons dans le Bureau, et Kurotsuchi nous saute dessus, un grand sourire posé sur son visage bariolé.

-Ah vous voilà ! J'ai enregistré et imprimé vos fiches d’identités, toutes les deux. L'autre n'est pas là ?

-Matawa a dit qu'elle ne voulait rien savoir, explique Suzuko. Elle s'en fiche.

-Bon, fit-il en paraissant vexé. Ce n'est pas grave. Tenez.

Et il leur donne des dossiers marqués du signe de la 12° Division. Puis il nous plante là, dans l'entrée, pour aller s'enfermer dans une autre pièce, suivit de Nemu, son Lieutenant. Maintenant, Umi et Suzuko sont tremblantes. Elles n'osent pas ouvrir les dossiers. Je toussote.

-Heu … vous voulez que je vous les lise ?

Suzuko me tend aussitôt son dossier, comme si il lui brûlait la peau.

-Oui ! S'il te plais Mizu. Je n'ai pas la force de le faire.

J'ouvre la chemise de carton, et parcoure les lignes des yeux.

-Samantha Garland, née le 23 Juillet 1996, à Londres. Apparemment, tu est fille unique et tes parents travaillaient tous les deux dans un hôtel. Vous avez eus un accident de voiture, et ils sont morts sur le coups … mais pas toi. On a jamais retrouvé ton corps.

Je lève les yeux, et vois que son visage doux s'est détendus. Finalement, son histoire est sensiblement la même que celle que les Furui lui avaient servis. Ses parents sont morts, elle ne manquera à personne. Elle est heureuse et soulagée. Je remarque que Umi est encore plus blanche que tout à l'heure. Renji s'approche d'elle, et pose un main sur son épaule.

-Eh, Umi, respire. C'est ton passé, tout ça. Rappelle-toi qui tu est maintenant, c'est ce qui importe le plus.

Un peu rassurée, elle lève sur lui un visage presque suppliant. Jamais la forte et dure Umi n'a affiché un tel air devant un inconnus. Mais les mots de Renji semblent l'avoir un peu rassérénée, car elle ouvre le dossier d'un coup sec.

-Lenna Kortis, née à Athènes, le 12 Octobre 1995. Mon père était conducteur de taxi, ma mère femme au foyer. J'avais un petit frère …

Sa voix se brise, et ses yeux se remplissent de larme.

-J'ai disparus lors d'une sortie en famille. Ils ne m'ont jamais retrouvés …

Elle éclate brusquement en sanglot. Je bondis, et la prend dans mes bras, imitée par Suzuko. Nous échangeâmes un regard désolé. La pauvre Umi a encore une famille. Vivante, qui attend à l'autre bout du monde, qui l'a toujours attendus. Elle pleure parce qu'elle n'aura plus jamais de vie comme celle qu'on lui a ôter. Elle pleure sur la perversion du monde et la méchanceté du destin. Elle pleure de rage sur les Furui, et sur cette Sora maudite. Elle pleure parce qu'elle a l'impression qu'on viens de lui arracher le cœur.

Une semaine passe. Umi s'est doucement remise, aidée grandement par Renji, qui ne la quitte pas d'une semelle. Je crois qu'elle lui a tapé dans l’œil, mais je ne dit rien. Elle n'a pas besoin de ça. Moi-même, je suis morte d'inquiétude. Toshiro n'est pas rentré de mission, et je tourne en rond comme un lion en cage.

Les filles Akizuki s'entraîne plus dur que jamais, et font désormais partie intégrantes de la vie au Sereitei. Nous mangeons tous ensembles presque tous les soirs, et la complicité s'installe. Yuzu et Papa sont rentrés à Karakura. Ma sœur jumelle m'appelle tous les jours, et ne me laisse en paix qu'une fois ma journée racontée dans son intégralité.

J'ai appris à manier Hare Joo le mieux possible. Si je dois tuer Sora, je veux être prête. L'envie de vengeance de mes sœurs adoptives a flambée depuis les révélations d'identités, et elles caressent la pensée de planter leur sabre dans son cœur. Je n'ai parler à personne de cette fameuse prophétie débile. Je m'en fiche. Je ne suis pas Hikari, alors à quoi bon me fatiguer.

La Soul Society toute entière est plongée dans l'attente de la guerre. Elle gagne chaque hommes, chaque femmes, s'incruste chez tous les Shinigamis. Les plans de défense sont érigés, les barricades préparées, les provisions sont amassées. Tous attendent l'élément déclencheur.

Qui arrive enfin.

Une convocation au Goteï. D'urgence. Nous y sommes donc tous allés, et avons trouvé Yamamoto et les autres Capitaines debout, face à une jeune fille. Tous la fixait avec attention. C'était une inconnue. Je remarquais que Toshiro était rentré, vivant, et je n'eus qu'une seule envie, lui sauter dans les bras. Mais la tension régnant dans la pièce m'en empêcha. Je m'approcha lentement, et la fille posa son regard dans le mien.

Un frisson me parcourus. Elle était petite, fluette, et avait un carré de cheveux blanc comme neige. Son visage était froid, inexpressif, presque glacial. Ses yeux d'un bleu aussi profond que l'océan exprimait un air impassible, presque lassé. Elle nous compta silencieusement, puis ouvrit la bouche, déclarant d'une voix froide et claire, qui claqua dans le silence.

-Je suis Cheyanne, et je suis envoyée par Sora. Elle exige le relâchement immédiat de Matawa, Umi et Suzuko Akizuki. Si vous refusez, ce sera la guerre.







Commentaire de l'auteur Et voila!!!! vous verrez qui est Cheyanne au prochain chapitre. Plein de nouveau personnage en perspective je vous préviens! il est possible que je fasse un index des persos créer quand ils seront tous dévoilé. Sinon merci de vos lectures, et a plus!
PS: si je n'ai pas au moins trois commentaire pour ce chapitre, je ne publie pas la suite !!!!!!! ;)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales