Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1946 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Les Anciens Dieux Auteur: Edël Vue: 9695
[Publiée le: 2014-08-17]    [Mise à Jour: 2016-06-29]
G  Signaler Romance/Drame/Action-Aventure/Amitié/Tranche de vie Commentaires : 30
Description:

Elle ne se souvient de rien. Il ne lui reste que des brides, brumeuses, incertaines. Des voix, des yeux bleus. Elle n'est plus personne. Elle a oublié ce qu'elle était. Ce qui faisait d'elle quelqu'un.
La mémoire est une chose qui façonne notre existence. Qui définit notre destin. À quoi bon vivre, alors ? Comment retrouver celle qu'elle était ? Un nouveau départ est autant une chance qu'une catastrophe. Son ancienne vie était-elle si sombre, pour qu'elle n'arrive pas à se rappeler de quoi elle était faite ? Peut importe, après tout.
Elle ne se soumettra jamais au destin. Si elle ne peut pas redevenir qui elle était, alors elle trouvera un moyen. Elle sera quelqu'un d'autre. Elle sera une Furui.

Couples: hitsukarin, et d'autres au cour du récit.
Peu de risque de spoil mais attention tout de même.
---------------------------
/! Histoire réécrite ! La trame ne change pas, mais pleins de détails ont été changés, des fautes d’orthographes corrigées, des phrases supprimées puis rajoutées, bref ... Elle est réécrite au mieux, pour vous satisfaire ;)
---------------------------
En juin 2016, nous sommes arrivés à plus de 5000 vues ! C'est vraiment incroyable de voir le nombre de personne qui ont lus, ne serais-ce que la première phrase du prologue ! Je remercie infiniment tous ceux qui suivent cette fic depuis le début, et même les petits nouveaux qui auraient envie de commencer ^^ J'espère que vous avez pris du plaisir à suivre les aventures de Karin et tout ce petit monde, autant que j'ai eu du plaisir à l'écrire. Merciiiiii
Crédits:
Tous les personnages sont à Tite Kubo, sauf Matawa, Suzuko, Umi et tous les Furui, qui sont de moi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Incompréhension

[2444 mots]
Publié le: 2014-08-18Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Voila le troisième chapitre!!! J'espère qu'ils vous plaira :)

Chapitre 2 : Incompréhension.


Quand je me réveille ce matin, je suis étonnée de ne pas avoir de courbatures. Mon Zapankuto m'a fait travailler toute la nuit, sans interruption. Je n'ai jamais parler à Matawa de mes entraînements secrets dans mon monde intérieur. À chaque fois qu'elle s'étonne de mes progrès, j'ai envie de lui avouer, mais mon Zapankuto m'en empêche. Elle dit qu'il faut garder le secret. Que c'est dangereux de dire ses secrets de puissance. Alors je ne dit jamais rien. Je ne sais toujours pas son nom, mais j'en avais mare de l'appeler « elle », alors je l'ai surnommée Michino. Ça veut dire inconnue. Elle n'a pas été très contente, elle dit qu'elle n'est pas une inconnue. Je lui ai fait comprendre que c'était affectueux, alors elle a acceptée, mais « juste quelques temps » m'a-t-elle fait promettre.

-Debout, Mizu, me hurle Umi dans les oreilles. C'est l'heure du petit-déjeuner !

Je grogne, et rabat la couverture sur mes yeux. J’entends Umi soupirer, et soudain, je me retrouve en chemise de nuit sur mon lit. Ma couverture a volé à l'autre bout de la pièce, et Umi se dresse devant moi, les mains sur les hanches.

-Aller !

Je grommelle des insultes dans ma barbe, et me lève lentement. Je passe la main sur mon visage, et baille. Je me met debout, et vais chercher ma couette. Je m'enroule dedans, et retourne sur mon lit.

-Mizu, me met en garde Umi, attention !

-Oh ! Mais foutez-moi la paix !

Je cris, maintenant. Je n'est jamais été matinale, et je suis de très mauvaise humeur quand on me réveille.

-Mais il est trop tôt, laissez moi dormir !

Elle éclate de rire. Umi s’assoie sur le matelas à côté de moi.

-Allez, dit-elle plus doucement. Mizumi, je ne rigole pas.

Je pousse un soupire exaspéré et me redresse à contre cœur. Umi sourit, et sort de la chambre. Je me lève, et m'approche de la commode. Je me rappelle que nous allons au Japon aujourd'hui, pour une mission. Aussitôt, le sourire me revient. Le Japon ! Je rêve d'y aller, et la perspective d'un voyage me met de bonne humeur.

Je prend un pantalon noir, une chemise blanche bouffante et un gilet sans manche noir. L'uniforme des Furui. Je m’habille en vitesse, et vais prendre mon petit-déjeuner. Je m'assoie à table, à côté d'une Suzuko encore humide de la douche. Elle me salue de la tête, la bouche remplie à ras bord de croissant. Je me sert du lait, et attrape un pain au chocolat. L'avantage, d'habiter à côté de la France, c'est que les petit-déjeuners sont délicieux. J'avale ma brioche, et en reprend une autre. Matawa entre dans la pièce, habillée de la même façon que Suzuko et moi. Umi est sous la douche, j'entends le bruit de l'eau. Matawa nous embrasse, et commence à exposer la mission.

-Il y a une explosion de Hollow au Japon, à Tokyo. Nous allons y aller pour les purifier avant les Shinigamis. Ça ne devrait pas prendre trop longtemps, nous devrions être rentrées dans moins d'une semaine. Umi, tu est prête ?

Cette dernière sort de la douche, habillée et coiffée. Elle doit déjà avoir déjeuner.

-Oui, oui.

-Bien. Alors nous allons y aller. Zu, Mizu, vous nous rejoignez sur le terrain du portail.

Je hoche la tête, et Suzuko sourit. Nous finissons notre petit-déjeuner, et prenons nos sacs, déjà prêt. Nous sortons de la maison et fermons la porte à clé. Dehors, le soleil brille dans un ciel bleu, sans nuage. Une brise fraîche rend la chaleur plus supportable, et les habitants sont soit aux champs, soit chez eux. Nous traversons le village en discutant.

-Tu dois être impatiente, Mizumi, dit Suzuko.

Elle a attaché ses cheveux en longue tresse, et a imité sa coiffure sur les miens. Elle me lance un regard, et je comprend que j'ai mis trop longtemps à répondre.

-Oui, fi-je, tu n'imagine pas ! Le Japon ! Je suis sur que c'est là-bas que je suis née. Je suis Japonaise, obligé, je parle le japonais couramment.

Elle sourit de plus belle.

-Oh oui, sûrement ! Moi, je suis née en Angleterre.

Je la regarde, surprise.

-Ah bon ? Tu ne m'en à jamais parler.

C'est vrai, c'est la première fois que j'entends ça. Son regard part dans le vide un moment, puis reprend un air joyeux.

-Oui. Je suis née à Londres. Mon nom, celui que j'avais avant d'être une Furui, c'était Samantha.

-Comment est-tu devenue Furui ?

Elle fronce les sourcils.

-On ne le devient pas. On l'est ou pas, c'est tout. Ma famille est morte dans un incendie, une histoire classique. Quand je me suis réveillée, c'était dans la même grotte que toi. C'est Matawa qui m'a recueillie. Elle ma renommée et m'a donné une vie. C'est ici que j'ai appris le japonais. Parce que c'est la langue que parle les Furui, mais moi, je parlait anglais.

Je la regarde avec un œil nouveau. Je savais que j'étais morte, Matawa me l'avais expliqué. Ceux qui possèdent le potentiel de Furui apparaissent dans cette grotte au lac, et sont recueillit pas la communauté si ils sont jugés aptes à l'art du combat et des sorts. Sinon, ils finissent par disparaître, tout simplement, sans que l'on sache ou ils vont. Suzuko et Umi se souviennent de leur vie d'avant, des circonstances de leurs morts, pas moi. Matawa l'explique comme un traumatisme, une mort si affreuse que mon cerveau aurrait gommer l'affaire pour me permettre de revivre, de me relever, en détruisant ma vie d'avant en même temps.

-Tu est vraiment incroyable, Suzuko.

Elle éclate de rire.

-Mais non ! Pas autant que Matawa ! C'est elle qui ma redonnée goût à la vie, c'est elle, ma vraie famille. Avec Umi et toi.

Je souris. Je suis si émue que les larmes me montent aux yeux. Un famille, c'est ce que j'ai trouvé ici.

-Merci Zu.

Elle hausse un sourcils, et me dévisage.

-Je ne sais pas de quoi, mais, de rien.

Nous arrivons au portail. C'est en fait une grande porte rouge gravée d'or, au milieu d'un cercle de pierre. Matawa et Umi y sont présentes, accompagnées de Misuto et du chef du village, une femme d'une quarantaine d'années, Sora. La Présidente. Elle a les cheveux blanc retenus en chignon strict, et ses yeux noirs brillent sur sa peau tannée par le soleil. Elle attend que nous soyons placées, avant de parler.

-Bon. Cette mission est risquée, je vous l'ai déjà dit. Matawa, tu est responsable des filles. Je te fais confiance.

-Pas de problème, répondit celle-ci. Je les protégerais.

Sora hoche la tête. Elle fait un signe à Matawa, qui se place devant la porte. Suzuko embrasse Misuto, et va se placer à sa droite, tandis que Umi se positionne à sa gauche. Sora me lance un regard. Je me met à côté de Suzuko, et inspire profondément. Ce n'est pas mon premier passage, mais cela m’impressionne toujours autant. La porte s'ouvre, sur un mur de lumière. Matawa disparaît à l’intérieur suivit des deux filles. Je sourit et plonge à mon tour.

La sensation est incroyable. Un kaléidoscope de lumière m'éblouit, et mon estomac se retourne comme sur un manège. Le passage pourrait durer des heures ou des secondes, impossibles à dire. Il n'y a aucuns repères, juste des couleurs qui dansent devant nos yeux. Puis la lumière diminue, et je sent le sol sous mes pieds. Nous arrivons.

Au milieu de l'enfer.

-À terre, hurle Matawa.

Nous nous réfugions derrière un rocher. Nous sommes apparus au beau milieu d'un festin de Hollow. Ils sont une dizaines, et attaques des âmes affolées. Nous sommes dans un cimetière, ce qui explique la quantité d'âme présente. Il fait assez chaud, et le ciel est nuageux. Matawa se tourne vers nous.

-Ça, ce n'était pas prévus !

-Si on ne fait rien, ils vont sentir nos reiatsu ! S'écrie Suzuko, paniquée.

J'ai moi-même un peu de mal à rester calme. Cela fait un moment que je n'avais vus autan de Hollow.

-Ne vous en faites pas, fit Matawa. Regardez bien ce que je vais faire.

Nous hochâmes la tête obéissante. Nous avions l'habitude de traquer des Hollow isolés, pas des gros groupes. Ce sera un parfait entraînement. Je n'ai pas peur, du moins, pas trop, je suis excitée. J'ai hâte de voir Matawa se battre. Elle nous sourit, et jaillis du rocher. Les Hollow se tournent immédiatement vers elle. Son reiatsu est trop puissant pour qu'elle puisse passer inaperçue. Elle a un sourire sadique. Elle dégaine son Zapankuto et dit d'une voix forte et claire.

-Pique, Sekitsui-kin 1 !

Son Zapankuto se transforme, et devient aussi fin qu'un fleuret. La lame devient une aiguille d'or, la garde, une rose d'or gravé. Son Shikai est exactement comme elle. Brillant, piquant, doré, mortel.

Matawa s'élance. Je n'en perd pas une miette. Elle bondit, et sa lame s'enfonce dans la tête du premier Hollow. Les autres n’ont pas le temps de réagir qu'elle en a tuer trois. Puis, ils concentrent leurs efforts sur elle. Nous la voyons submergée par le nombre.

-Je vais l'aider, hurle Umi, et elle se jette dans la bataille, avant que nous puisions la retenir.

De nous trois, elle est la meilleur combattante, bien que j'arrive à la battre quelques fois. Elle dégaine et hurle.

-Engloutie, Shifomu2 !

Son sabre se transforme en un trident argenté, à la garde orné de coquillages. Son trident est aussi long qu'elle, et elle le manie comme un second bras. Elle pique un Hollow, qui disparaît en poussière. Suzuko et moi observons la scène derrière le rocher. Les deux femmes volent, dansent, dans un ballet meurtrier qui ne laisse aucune chance aux Hollow. Ils sont tous purifier, les uns après les autres, sans aucune chance de s'enfuir.

La différence entre les Shinigamis et les Furui est que ces derniers possèdent un reiatsu qui purifie les âmes. Les Hollow tués ne sont pas morts, mais renaissent dans leurs anciens corps. Nous laissons alors le soin aux Shinigamis de les envoyer à la Soul Society, car après tout, pourquoi s'embêter. Les Shinigamis ne font pas de mal aux âmes. Matawa et Umi sont des guerrières accomplies, et Suzuko et moi les contemplons, pleines de respect.

La bataille est vite finie. Après quelques minutes, il ne restent plus rien dans le vieux cimetière. Je peux alors l'observer avec plus d'attention. Il est assez petit, avec des arbres qui bordent les allées de graviers. Les tombes sont alignées, les unes à côté des autres.

Les cimetières sont des lieux de souvenir, de recueillement. De telle boucherie ne devraient pas avoir lieux.

Je sursaute. Michino ne me parle jamais en dehors de mon monde, et une telle intervention me surprend.

Tient, tu parle maintenant ?

Tu pourrait au moins faire semblant d'être heureuse de m'entendre. Et puis, ma phrase était poétique, tu devrait me féliciter.

Bravo.

Tu me désespère.

Je n'ai pas le temps de lui envoyer une réponse cinglante, que Matawa nous fait signe d'approcher.

-Ne restons pas ici. Un tel regroupement de Hollow doit avoir alerté les Shinigamis, il ne faut pas qu'ils nous voient.

Elle a à peine finie sa phrase que je sens un reiatsu étranger à proximité.

-Trop tard, souffle Suzuko, qui l'a sentie aussi.

Matawa pousse un juron, et nous fais signe de nous mettre dos à dos. Précaution que je trouve inutile, il n'y a qu'une personne. Mais j’obéis. Un bruit de feuillage nous apprend que le Shinigami vient de surgir de derrière un bosquet. Ou plutôt la Shinigamie. Car c'est une femme. Quand je pose mes yeux sur elle, une douleur explose dans mon crâne. Je tomba à genoux, et Suzuko se met aussitôt entre l’intruse et moi. J'entends Matawa parler, comme à travers le brouillard.

-Qui êtes-vous ?

-Je vous retourne la question. Quand on est polie, on se présente d'abord.

-Cela ne m’intéresse pas, d'être polie.

La femme soupire.

-Je suis Rangiku Matsumoto, Lieutenant de la 10° Division du Sereitei. Et vous ?

-Matawa Akizuki.

-Pourquoi êtes-vous ici ? Comment avez-vous eus des Zapankuto ?

-Nous sommes des Furui, crache Umi.

Matawa lui jette un coup d’œil, furieuse. Même moi, le crâne prêt à exploser, je me rend compte que son intervention est idiote. Elle viens de nous condamner.

-Furui ?

L'incrédulité dans la voix de la Shinigamie me choque.

-Ils existent encore ! Et ben ça alors, nous étions persuadés que vous étiez tous mort !

Je sent Umi se tendre à côté de moi. Un mot de plus et elle sautait sur la dénommée Matsumoto.

-Votre compagne à l'air mal en point. Vous devriez la faire soigner. Si vous voulez, je peut appeler un soigneur …

-Sans façon, merci, crache Matawa.

Les Shinigamis sont des traîtres, des personnes lâches qui attaquent par derrière et tendent des pièges abominables. Ils nous pourchassent, et nous tuent depuis des millénaire. Mais alors pourquoi je n'arrive pas à me méfier de cette femme ? Pourquoi sa voix me paraît douce et honnête ? Je la send s'approcher.

-Ne soyez pas ridicule. Elle semble vraiment malade. Elle a besoin de soin.

Matawa pointe son sabre sur la poitrine de Matsumoto, et les deux filles se placent devant moi en bouclier. La femme soupire. Puis se penche pour me voir. Quand ses yeux croisent les miens, la douleur s'intensifie, et je suis à deux doigts de m'évanouir. Ses prunelles sont gris cendrée. Ses yeux s'agrandissent, me fixent, et une expression de pure incompréhension traverse son beau visage. Elle s'avance un peux plus, et Matawa ne réagit pas, consciente que la femme est choquée.

-Impossible, souffle-t-elle.

Elle tend la main, comme pour me toucher, mais se retient. Son visage s'illumine brusquement, et je vois une joie immense briller dans ses yeux. Elle touche ma joue, faisant exploser la douleur, et lâche un nom.

-Karin !

Puis c'est le noir.


1Épine d'or.

2Écume des mers.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales