Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1964 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach


Défi : ["Le gardien céleste protège vaillament" (poème shinigami (inventé par moi) faisant référence au gardien céleste)]
Le gardien de mon coeur Auteur: cornila-san Vue: 17708
[Publiée le: 2011-06-09]    [Mise à Jour: 2012-10-19]
G  Signaler Romance/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 124
Description:
Aprés la bataille contre Aizen, la Soul Society est de nouveau calme, et nos shinigamis préférés sont replongés dans leur train-train quotidien ( vaincre des hollows, remplir la paperasse, retrouver la vice-capitaine qui s'est fait la malle avec la bouteille de saké... ). Mais dans l'ombre, un nouvel ennemi se prépare. Il recherche un pouvoir se trouvant sur Terre, et n'hésite pas à employer tous les moyens pour avoir ce qu'il veut. Et quand, dans un même temps, Toshiro se découvre un côté doux qu'il ignorait losqu'il est avec Karin... Rien ne va plus !
Crédits:
Bleach, son univers et ses personnages sont à Tite Kubo, même si j'aimerais bien acheter Gin, et les personnages OC ( Amu, Kahei, les Fuerzas, etc... ) sont à moi.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Son nom est Amu ! Mais qu'est-ce qu'elle me veut ?

[5028 mots]
Publié le: 2011-07-07
Mis à Jour: 2012-02-08
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur J'ai eu un surplus d'inspiration, par conséquent, ce chapitre est arrivé plus vite que prévu !
Je voudrai remercier Usagi-chan qui m'apporte une grande aide et un grand soutien !
J'espère que ce chapitre vous plaira !

CHAPITRE 2: Son nom est Amu ! Mais qu’est-ce qu’elle me veut ?

-Comment ça, ils apparaissent et disparaissent ?

-C’est comme je vous le dis, soutaicho-sama, un nombre anormalement élevé d’hollows apparaît et certains disparaissent sans que les shinigamis en charge de la ville n’aient besoin d’intervenir.

Yamamoto Shigekuni Genryusai soupira en entendant le rapport de son vice-capitaine. Autant de hollows, et la moitié vaincue sans explications ? Mais que se passait-il donc ? Apparemment, la période de paix à laquelle ils avaient eu droit ces trois dernières années était révolue, car il le savait, quelque chose se préparait. Restait à savoir quoi. Il était soutaicho depuis plus de mille ans et quand un problème arrivait, il sentait s’il était grave ou pas. Celui-ci…Il laisserait certainement autant de marques que celui qu’Aizen avait créé. Mais il n’avait aucune intention de laisser les erreurs du passé se reproduire.

-Envoyez une équipe de shinigamis à Karakura, qu’ils évaluent les risques, trouvent les raisons de ce phénomène, et surtout, qu’ils découvrent qui est derrière tout ça !

-Très bien, il sera fait selon vos ordres ! Qui sera stationné à Karakura?

-Et bien…Envoyez Abarai, il connaît bien Kurosaki Ichigo, ainsi que Madarame, Ayasegawa, Matsumoto et Hitsugaya-taicho.

-Malheureusement, Hitsugaya-taicho est actuellement en mission dans le Hueco Mundo, il ne pourra donc pas y aller.

-Et bien, envoyez les autres, il partira pour le monde réel quand il reviendra. Je veux que demain soir au plus tard, Abarai et les autres soient partis. Ordonna le capitaine.

-Très bien, je vais de ce pas les prévenir !

Sasakibe sortit du bureau du capitaine de la 1ere division en vitesse et s’en fut prévenir les concernés, laissant Yamamoto seul. Celui-ci soupira. Quel était ce pressentiment qui ne lui disait rien de bon?

*******************

Karin sortit de l’enceinte du lycée en baillant. Elle aurait besoin de passer une bonne nuit de sommeil, ce soir-là ! De plus, les cours, ennuyeux au possible, ne l’aidaient pas vraiment à rester éveillée. Heureusement pour elle, certains de ses professeurs étaient absents car en stage, elle avait donc fini plus tôt. Tant mieux, elle était prête à s’endormir en classe. Franchement, qu’est-ce qu’elle en avait à faire des formules de maths !

L’adolescente fut soudain prise de vertiges, et bascula vers l’avant, se retenant de justesse à la grille du lycée. Elle porta sa main à sa bouche, pour combattre la légère envie de vomir qui arrivait. Elle ferma les yeux, inspira et expira lentement. Ces derniers temps, il lui arrivait d’avoir des malaises. Ils apparaissaient généralement après qu’elle ait fait un cauchemar, un peu comme aujourd’hui, mais elle se disait que ce n’était pas grave.

En rouvrant les yeux, elle aperçut une paire de baskets. Intriguée, elle releva le regard et se figea. Devant elle se tenait cette fameuse jeune fille blonde qu’elle apercevait régulièrement. Que lui voulait-elle ? Que faisait-elle ici ? Qui était-elle ? Telles étaient les questions qui venaient en tête de l‘adolescente. L’autre fille sembla impassible, avant d’ouvrir la bouche:

-Kurosaki Karin ?

La brune l’observa avec circonspection. Comment pouvait-elle bien connaître son nom ? Elle ne lui avait jamais adressé la parole, ça, elle en était certaine. Alors, comment ? La curiosité était cependant plus forte que la méfiance, et elle décida d’écouter ce que son interlocutrice avait à dire. Elle acquiesça.

-Je me nomme Amu, continua l’autre, et j’ai à te parler.

 

****************

Cette scène allait-elle se répéter encore longtemps, aujourd’hui ? ne put s’empêcher de se demander Ichigo en voyant Rukia hurler sur Urahara, lequel ne cessait de répéter qu’il ne savait rien. Pourquoi la Kuchiki refusait-elle de comprendre que même s’il était sûrement au courant de pas mal de choses, le marchand ne lâcherait pas la moindre information ? Elle était vraiment butée ! Enfin, il fallait avouer que c’était l’une des facettes de son caractère qu’il aimait le plus…Euh, non, qu’il appréciait le plus, plutôt. Enfin bref, Rukia voulait des réponses, mais elle ne les obtiendrait pas. Si ça continuait, ils y seraient encore ce soir. Mais comment faire comprendre à la fille la plus têtue qu’il eut jamais rencontré ( mis à part Karin ) que sa démarche resterait infructueuse de toute manière ? C’était mission impossible !

Il commença à chercher du regard un oreiller, une couette, n’importe quoi qui pourrait lui permettre de dormir. C’était tout ce qu’il voulait, lui ! Enfin, il aperçut un vieux matelas défoncé qui traînait dans un coin du magasin. En adressant des remerciements silencieux à la première divinité qui passait par là, il s’y dirigea, prêt à savourer quelques bonnes heures de repos. Malheureusement pour lui, le destin avait dû décider de l’empêcher de dormir, puisque la porte s’ouvrit à la volée, et une silhouette s’engouffra à toute vitesse dans la boutique pour s’arrêter…sur le matelas. Prêt à hurler et à revendiquer son droit de sommeil à la personne qui avait osé s’approprier l’objet de sa convoitise, Ichigo se tut cependant bien rapidement en voyant à qui il avait affaire.

En effet, devant lui se tenait Shihôin Yoruichi, ancien capitaine de la seconde division et des services secrets, et surtout, d’une force assez effrayante. Ichigo pourrait être l’homme le plus épuisé du monde, il n’en était pas pour autant suicidaire, et il se dit que crier sur la femme-chat n’était certainement pas la chose la plus intelligente à faire quand on tenait à la vie. Il se tut donc, tous comme les deux autres personnes présentes.

-Mais qui voilà ! Mon chaton est de retour ! S’exclama Urahara ravi et, il fallait bien l’avouer, un peu soulagé que quelqu’un détourne l’attention de Rukia.

-Kisuke, je ne suis pas ton chaton, alors arrête maintenant !

-Et alors, mon chaton ? reprit Kisuke en l’ignorant, me rapportes-tu des nouvelles ?

-Et bien…Apparemment, les hollows viennent à Karakura dans l’espoir de trouver quelque chose, une sorte de pouvoir, qui se situerait ici. Ce qui est sûr, c’est qu’ils ne font pas ça de leur propre chef ! Quelqu’un, surement celui qui tire les ficelles, doit les envoyer pour qu’ils le lui rapportent. Je ne pense pas que ce soit uniquement ça, il doit y avoir autre chose, mais en gros, c’est tout ce que j‘ai pu trouver.

-Ces informations sont trop vagues ! S’exclama Rukia, qui dirige les opérations ? Que cherche-t-il exactement comme pouvoir ? Et où serait-il ?

-Je n’en sais pas plus, désolée Rukia !

-Alors, vous aussi, vous mentez maintenant ?

-Pardon ? S’étonna Yoruichi.

-D’abord, Urahara refuse de me dire ce qu’il sait, et maintenant vous !

-Je t’assure que je t’ai dit tout ce que j‘ai découvert ! Bon, à part ça, vous avez des questions ?

Ichigo fut le seul à lever la main.

-Ichigo, nous ne sommes pas à la maternelle ! Bon, qu’est-ce que tu veux savoir ?

-Est-ce que oui ou non, je peux aller dormir ?

Il y eut un silence. Yoruichi avait écarquillé les yeux devant la demande inattendue du jeune homme.

-Bien sûr que oui ! Répondit-elle, qu’est-ce qui peut bien te faire croire qu’on t’en empêche ?

Ichigo ne prit pas la peine de répondre, et sortit de la boutique, Rukia sur les talons. Une fois que les deux anciens capitaines furent seuls, Urahara leva son éventail devant sa bouche.

-Mon chaton, commença-t-il, je ne savais pas que tu mentais !

-Je n’ai pas menti, j’ai juste oublié de leur mentionner un ou deux détails ! Répliqua-t-elle. Mais il vaut mieux qu’Ichigo ignore que sa sœur risque d’être prise pour cible dans peu de temps.

-Effectivement ! Au fait, j’ai un doute: je me trompe ou il arrive que le capitaine Hitsugaya vienne dans le monde réel pour la voir ?

Yoruichi eut un petit sourire.

-Non, tu ne te trompes pas !

-Oh oh…

-De toute manière, il est certain que quelqu’un tue les hollows à la place d’Ichigo, Rukia, Ishida, et les autres…

-Ami ou ennemi ?

La belle femme fixa la porte quelques instants avant de répondre:

-Je ne sais pas…Simplement, je peux t’assurer une chose: tu avais raison ! Comme il y a trois ans, la Soul Society devra payer ses erreurs passées !

********************

Dans la pénombre ambiante du couloir, deux silhouettes marchaient à pas feutrés et rapides. L’une d’entre elle portait une cape à capuche rouge, mais pas l’autre. Elles traversaient le couloir à toute vitesse, le rapport devait être envoyé le plus vite possible. Elles arrivèrent devant une immense porte en pierre sur laquelle était gravé un texte dans un langage ancien. Sans se préoccuper de frapper, la première silhouette, celle à la cape, l’ouvrit et s’engouffra à l’intérieur, toujours suivie de la seconde.

Une fois à l’intérieur, elles purent constater que le lieu n’était pas vide. Quatre personnes s’y trouvaient déjà: un homme et trois femmes.

-Et bien, en voilà du monde ! Railla la silhouette à la cape. N’avez-vous donc rien d’autre à faire ?

-Et toi , Fukuko ? Demanda le seul homme présent.

-Je viens faire un rapport au maître. Amu se trouve bel et bien à Karakura, nous venons juste de l’app…

-Il est déjà au courant ! La coupa l’homme. Tu perds la main, n’es-tu pas censée être la plus rapide de nous tous ?

-Abruti, fit-elle lasse, Nobusuke est bien plus rapide que moi !

-Mais lui, ça ne compte pas ! Fit remarquer une autre femme aux longs cheveux roses bonbons et aux yeux violets pâles. Ce n’est qu’un soldat ! Toi, tu es l’un des principaux généraux du maître ! En tant que tel, tu te dois d’être forte à tous les niveaux !

-Dans ce cas, Himeka, pourquoi es-tu si faible, alors que tu es également l’un de ses généraux? Demanda Fukuko.

-Qu’oses-tu dire ? Cherches-tu le combat ? Répliqua la dénommée Himeka, piquée au vif.

-Navrée, mais me battre contre un déchet comme toi ne serait rien d’autre qu’une perte de temps.

-Fukuko-sama…

L’interpellée se tourna vers la jeune fille qui la suivait et venait de prendre la parole. Sa chevelure noire corbeau était coupée en un carré plongeant, ses yeux noirs également reflétaient l’admiration qu’elle éprouvait pour sa maîtresse. Assez mince, elle était de taille moyenne et se triturait nerveusement les mains.

-Qu’y-a-t-il donc, Okiko ?

-Je ne pense pas que provoquer Himeka-sama soit une bonne idée à l’heure actuelle, de plus, le maître a demandé à limiter les combats entre ses généraux ou ses soldats…

-Ce n’est pas faux, mais je ne crois pas que je pourrais me retenir de frapper Eita pour autant.

Agacée, elle retira sa capuche, se révélant. Ses cheveux d’un rouge flamboyant étaient noués en une queue de cheval haute tandis que ses yeux rubis observaient les deux seules personnes qui n’avaient pas parlé jusqu’à présent: deux jeunes filles se tenant au fond de la pièce et parfaitement silencieuses.

-Pauvre garçon, fit l’homme, il ne fait que te témoigner l’admiration sans bornes qu’il éprouve pour toi !

-Je me passerais bien de son admiration ! D’ailleurs, si je le pouvais, je l’aurais déjà tué depuis belle lurette !

L’homme l’observa en riant intérieurement. Fukuko pouvait se montrer à la fois très calme et très violente, surtout quand ça concernait Eita. Heureusement qu’il n’était pas là, songea-t-il en secouant un peu sa chevelure cuivrée aux reflets miel, pendant que de ses yeux saphirs, il scrutait sa subordonnée qui ne disait pas un mot. Il sourit et se dit que décidément, il avait eu de la chance de tomber sur un soldat aussi facilement manipulable.

-Et toi, Mikan, que penses-tu de cette demande du maître ? Fit-il en s’adressant à une jeune fille aux courts cheveux bleus qui partaient en pointes à la base de son cou.

Celle-ci sursauta violemment et rougit un peu en croisant le regard de son maître.

-Et bien…commença-t-elle, pas très rassurée, je pense que c’est une bonne chose de le demander, mais d’un autre côté, il ne pourra jamais empêcher les combats qui se déroulent régulièrement, comme ceux entre Fukuko-sama et Eita-sama, ou ceux entre Himeka-sama et Aika-sama, par exemple…

-C’est justement ce que je pense ! S’exclama l’homme de sa voix de velours, Vraiment, Mikan, tu es très intelligente !

Fukuko remarqua que Mikan était à deux doigts de s’évanouir de bonheur, c’était d’ailleurs le cas chaque fois que son maître bien-aimé lui faisait un compliment. Heureusement que le pouvoir d’Atsuhiko ne fonctionnait pas sur les autres généraux, songea-t-elle en le voyant jouer l’homme fier de sa disciple.

-Dites, j’ai entendu une drôle de rumeur à propos d’Hayao, c’est vrai qu’il va aller dans le monde réel bientôt ? Demanda Himeka.

-Il attend l’autorisation du maître, mais dès qu’il l’aura, il s’y précipitera ! Expliqua Atsuhiko. Il souhaite savoir à quoi ressemble la gardienne lunaire.

-Au fait, quel est son nom ? Se renseigna Fukuko.

Atsuhiko sourit avant de répondre:

-Kurosaki Karin…

****************

Pas très rassurée, Karin observait tout autour d’elle. La dénommée Amu l’avait conduite dans un entrepôt désaffecté, en lui assurant que ce serait plus prudent pour parler. Bien qu’intriguée, la brune avait du mal à faire confiance à l‘étrange jeune fille. Quoi de plus normal ? Il émanait de la blonde une aura à la fois réconfortante et menaçante, comme celle d’un ennemi qui chercherait à cacher sa véritable nature.

-Bien, nous allons pouvoir commencer, annonça Amu.

-Commencer ? Mais commencer quoi ? Questionna Karin.

-A t’entraîner, bien sûr ! Répondit-elle comme s’il s’agissait d’une évidence.

-Qu…Quoi ? Attends un instant ! Tu débarques comme ça, tu me dis juste ton nom et tu décides de m’entraîner ? Tu crois sérieusement que je vais accepter ? Explique-moi qui tu es et ce que tu me veux !

Amu l’observa. Bon, au moins, la fille n’était pas suffisamment stupide pour accepter les ordres d’une inconnue. C’était plutôt rassurant, en fait. Cependant, elle aurait préféré ne pas avoir à passer par là. Elle se passa une main sur le visage. Elle savait qu’elle n’avait pas de temps à perdre, mais il valait mieux que la brune soit dans son camp. De toute façon, elle refuserait de s’entraîner si elle n’obtenait pas d’explications. Et puis, au pire, elle n’avait pas besoin de tout lui dire, le principal résumé suffirait.

-Bon, reprit-elle, je vois que tu as un minimum de cervelle pour refuser de t’entraîner avec une personne dont tu ne sais quasiment rien…

-Merci du compliment, maugréa Karin.

-…pour ce qui est de mon identité, je te l’ai déjà donnée, je m’appelle Amu.

-Amu comment ?

La blonde se figea. Une fille qui ne laissait échapper aucuns détails. Génial. Il ne manquait plus que ça ! Comme si elle avait envie de lui expliquer le pourquoi du comment.

-Amu ? Je t’ai posé une question.

La jeune fille prit une inspiration.

-Je n’en ai pas.

-Pardon ?

-Je sais que ça peut paraître curieux, mais je n’ai pas de nom de famille. J’en ai eu un à une époque, mais j’y ai renoncé il y a un peu plus de trois mois.

-C’est bizarre. Tu vis donc sans nom ? Mais quand on te le demande, pour des papiers administratifs, par exemple…

Amu eut un ricanement.

-Je n’ai pas besoin de papiers administratifs ou de carte d’identité !

-Comment ça ? Mais tu vis où ?

-Dans cet entrepôt ! Et au passage, je viens, à la base, de la Soul Society !

Si Karin n’était pas déjà assise sur une chaise, elle en serait tombée par terre.

-La…la Soul Society ? Mais…tu connais ce monde ?

-Oui, je sais tout à propos des hollows, des shinigamis, j’ai même rencontré certains capitaines, comme Ukitake-taicho, Kyoraku-taicho ou encore Unohana-taicho. Je ne peux pas tout t’expliquer en détails, ce serait trop long, et nous n’avons pas vraiment de temps à perdre, mais j’estime que tu as le droit d’en savoir un minimum, vu le rôle que tu vas jouer dans cette histoire.

Karin était abasourdie. Un rôle ? Quel rôle ? Qui était réellement Amu ? Et puis, d’après ce que lui avait dit Toshiro, Unohana, Ukitake et Kyoraku étaient les trois capitaines les plus vieux de la cour, excepté Yamamoto. Quel âge avait-elle donc ?

Bon, pour commencer, il valait mieux qu’elle se calme, et qu’elle écoute la suite de l’histoire. D’ailleurs, la blonde reprenait:

-Pour faire simple, un homme qui se nomme Kahei, souhaite s’emparer de certains pouvoirs qui se trouvent à Karakura…

-Quels pouvoirs ?

Vraiment, Karin ne laissait rien échapper.

-Je ne suis pas réellement au courant, mais il se peut qu’il s’intéresse à ton entourage très prochainement. Ces trois derniers mois, je t’ai observée. Tu as un excellent potentiel, je pense que tu es capable de vaincre Kahei. Mais pas avec ton niveau actuel, c’est pourquoi je me dois de t’entraîner !

-Mais pourquoi ne pas demander plutôt à Ichi-nii? C’est un shinigami remplaçant, il a livré des batailles incroyables, et il s’en est toujours sorti ! Moi, je n’ai pas de pouvoir particulier, j’ai juste de la force spirituelle ! Je serai ravie de pouvoir protéger ceux qui me sont chers, mais pourquoi moi ?

-C’est là que tu te trompes ! Ton père est un ancien capitaine shinigami, tu le sais ?

Devant l’acquiescement de Karin, Amu continua :

-Qui donc a dit que seul Ichigo avait hérité de pouvoirs de shinigami ?

Cette fois, Karin ne se priva pas d’afficher son étonnement. Elle, posséder des aptitudes shinigami ? Mais qu’est-ce que ça voulait dire ?

-Attends…Si j’en possédais réellement, pourquoi Ichi-nii ne me l’aurait pas dit ?

-Tout simplement car il ne le sait pas ! Ton frère n’est pas vraiment doué pour ressentir les énergies spirituelles et tout ça, alors lui demander de détecter des pouvoirs qui sont cachés au fond de toi…

-Mouais, c’est pas faux…Mais comment tu sais ça sur mon frère, toi ? demanda Karin, tout à coup soupçonneuse.

-Ce n’est pas la question ! Ensuite, ton père doit penser que seul Ichigo a des pouvoirs de shinigamis, tout comme le capitaine Hitsugaya.

Karin tiqua.

-Hein ? Comment ça, qu’est-ce que Toshiro vient faire là-dedans ?

-Je t’ai dit, je t’observe depuis trois mois, et il t’a rendu visite deux fois !

-Ah oui, pas faux…

-Il se peut qu’Urahara et Shihôin le sachent. C’est même très probable, mais ils ne le diront pas, tel que je les connais…

-Tu les connais aussi ?

-Oui, je les ai rencontrés à l’époque où ils étaient encore capitaines. Mais ce n’est pas très important.

-J’ai l’impression qu’il y beaucoup de choses qui ne sont pas très importantes avec toi…

-Tu découvriras tout en temps voulu. Pour le moment, je dois t’entraîner pour que tu puisses maîtriser tes pouvoirs shinigamis, et vaincre Kahei !

-J’ai encore une question, si tu le permets !

-Je t’en prie.

-Qu’est-ce que Kahei comptera faire une fois qu’il aura obtenu ce qu’il cherche ?

-Régner sur la Soul Society, le monde réel et le Hueco Mundo. Il veut réussir là où Aizen a échoué. Bon, on peut commencer ?

Karin réfléchit. Au final, elle ne savait pas grand-chose, et certains détails restaient confus. Elle n’avait strictement aucune raison de croire Amu. Pourtant, elle en avait envie. Et puis, pas plus tard que tout à l’heure, elle s’était demandé pourquoi on lui refusait l’autorisation de combattre. C’était là une chance de prouver qu’elle aussi pouvait se défendre ! Elle se leva et fixa Amu droit dans les yeux.

-Bon, je vais te croire, de toute façon, je veux pouvoir protéger ma famille et mes amis. Puisque tu m’en donnes la possibilité, j’accepte !

La blonde sourit. Bien sûr, Karin restait méfiante, et c’était tout à fait légitime, mais au moins, elle acceptait son aide.

-Très bien. Commençons !

*********************

Enfin ! Ichigo pouvait enfin se reposer ! Il n’y croyait plus, mais son vœu avait finalement été exaucé ! Il était dans son lit, en train de savourer le bonheur du sommeil.

Dans le salon, Rukia discutait avec Yuzu, cette dernière étant légèrement inquiète pour sa sœur.

-Karin-chan n’est toujours pas rentrée, où est-ce qu’elle peut bien être ? Tu le sais, Rukia-chan ?

-Je suis navrée, Yuzu, mais je n’en ai aucune idée.

-Pourtant, elle finissait les cours plus tôt que moi !

-Et bien…Elle est peut-être allée se promener, ou bien elle est avec des amis…

-Karin-chan ne se promène jamais, et les seuls amis qu’elle a sont les membres de son équipe de foot et Toshiro !

-Oui, je comprends bien, mais…Attends ! Qu‘as-tu dit ? Les amis qu’elle a sont les membres de son équipe et qui ?

-Toshiro, un garçon avec qui elle traîne parfois, pourquoi ?

Yuzu savait ce qu’étaient les hollows ou la Soul Society, mais elle ignorait que le garçon que Karin avait un jour amené chez elle était un capitaine de la cour.

De son côté, Rukia assimilait ce qu’elle venait d’apprendre. Quand Yuzu disait Toshiro, voulait-elle parler du capitaine de la dixième division, ou d’un autre Toshiro ? Après tout, ce n’était pas un nom si rare que ça, mais ça ferait quand même une sacré coïncidence. Mais, si Karin voyait régulièrement le capitaine Hitsugaya, pourquoi n’aurait-elle rien dit ? Non, ça ne devait pas être lui, ou alors, Yuzu s’était trompé de prénom.

-Dis-moi Yuzu, tu connais le nom de famille de ce Toshiro ?

-Désolée, mais non. Pourquoi ?

-Oh, pour rien, c’est juste qu’il se puisse que je le connaisse.

-Ah. Si tu veux, je peux te le décrire physiquement : il a des cheveux blancs et une mèche qui lui tombe devant l’œil gauche, les yeux bleus turquoises et il est assez petit, énuméra la sœur d’Ichigo.

Le cœur de Rukia cessa de battre. Karin connaissait le capitaine Hitsugaya. Karin connaissait le capitaine Hitsugaya et ils se voyaient de temps en temps pour traîner ensemble. Mais qu’est-ce que ça voulait dire ? C’était totalement insensé. Elle connaissait suffisamment le capitaine pour savoir qu’il n’était pas du genre à se déplacer pour rien. Quelque chose n’allait pas. Et puis surtout, comment allait réagir Ichigo quand il l’apprendrait ?

-Tu sais, je me demande s’ils ne sont pas amoureux l’un de l’autre…

« Amoureux » …Ce mot résonna dans la tête de Rukia. « Amoureux ». Quelqu’un qui aime, moins qu’un frère, mais plus qu’un ami…La shinigami écarquilla soudainement les yeux et se leva à toute vitesse sous le regard étonné de Yuzu.

-Yuzu, je sais que ça peut paraître étrange, mais je t’en supplie : ne dis pas ce que tu viens de me révéler à Ichigo ! Même s’il te le demande, ne lui dis rien !

-Si tu veux, mais je ne comprends pas…Rukia-chan ? Où vas-tu ?

Sans prendre la peine de lui répondre, Rukia sortit en trombe de la clinique et se mit à courir. Elle en avait besoin. Ses pensées se bousculaient dans sa tête, tout se mélangeait. En ce moment, elle était un peu perdue, et c’était de la faute d’Ichigo ! Elle ne le voyait plus comme avant ! Elle s’en était bien redue compte, mais elle ne parvenait pas à mettre des mots sur ce qu’elle ressentait, alors elle évacuait sa frustration sur les autres. Et voilà qu’elle apprenait que Karin était amie avec le capitaine Hitsugaya. C’était la meilleure !

Au fond, elle s’en moquait un peu, elle n’en avait pas grand-chose à faire. Le problème, c’est que les paroles de Yuzu lui avaient permis de mettre en parallèle sa situation et celle de Karin, et ainsi de comprendre ses sentiments vis-à-vis d’Ichigo.

Elle l’aimait. Elle était tombée amoureuse de lui. Elle, Rukia Kuchiki, membre de l’une des quatre grandes familles de la Soul Society, shinigami de la 13eme division, était tombée amoureuse du shinigami remplaçant, Kurosaki Ichigo. Mais qu’est-ce qui n’allait chez elle ?

C’est à cet instant-là qu’elle remarqua qu’il pleuvait. L’eau ruisselait sur ses joues tandis que ses yeux bleu nuit scrutaient les nuages noirs qui s’étaient amoncelés sans qu’elle ne s’en aperçoive. Comment était-elle censée se comporter avec le jeune homme, à présent ?

Elle entendit des pas derrière elle, et une voix qu’elle connaissait bien l’appela:

-Kuchiki-san ? Que fais-tu dehors sous la pluie, toute seule ?

La brune se retourna et dévisagea la personne qui venait de lui parler.

-Inoue…

*****************

-Et donc, demain soir au plus tard, vous devrez vous trouver dans le monde réel ! Des questions ?

-Pourquoi n’attendons-nous pas le retour du taicho avant d’y aller ? Questionna une rousse à forte poitrine affalée sur un canapé.

-Car ce sont les ordres du soutaicho, Matsumoto-fukutaicho ! Répliqua Sasakibe, un tantinet agacé par l’attitude de Rangiku. Et je vous rappelle que vous avez été choisi car en plus d’être compétents, vous êtes parmi ceux qui connaissent le mieux le shinigami remplaçant. D’autres questions ?

-On a vraiment aucune autre information ? Demanda Renji.

-Navré, mais je vous ai tout dit, Abarai-fukutaicho. Bien, s’il n’y a rien d’autre…

-Où longerons-nous ?

-Ca, c’est à vous de vous débrouiller, Ayasegawa. Bien, maintenant, je vous laisse !

Il sortit du bureau de la 10eme division, où s’était déroulée la mini-réunion d’information.

-On va retourner sur Terre ! S’exclama Matsumoto, C’est génial ! Je vais pouvoir revoir Orihime-chan et on mangera de bons petits plats ! Il faut aussi que je me refasse ma garde-robe, et puis…

-Rangiku-san, on y va pas pour des vacances ! Rappela Ikkaku.

-Oui oui, mais bon, on a bien le droit de se détendre, non ?

-Hum…J’ai hâte de pouvoir me battre contre Ichigo ! Lança, vous l’aurez deviné, Renji.

-J’ai l’impression que personne à part nous n’y va pour la mission, pas vrai Yumichika ?

Ikkaku tourna la tête vers son compagnon d’arme qui semblait réfléchir. Ce dernier finit par demander à son ami:

-Dis, Ikkaku, tu crois que le salon de coiffure que j’ai vu la dernière fois est toujours ouvert ?

Et Ikkaku se sentit très seul.

Fin.

Commentaire de l'auteur Voilà, l'entraînement de Karin commence ! Et nos shinigamis préférés vont débarquer !
Le prochain chapitre arrivera dans longtemps, car je pars loin de mon ordi pour plusieurs semaines, mais dès mon retour, je l'écris !
Laissez des commentaires, c'est rapide et ça fait plaisir !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales