Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1416 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Le destin n'existe pas
[Histoire Terminée]
Auteur: memorex Vue: 9861
[Publiée le: 2008-11-25]    [Mise à Jour: 2009-02-12]
G  Signaler Romance/Humour/Action-Aventure Commentaires : 15
Description:
j'ai essayé d'introduire dans le monde de bleach essentiellement constitué de "héro" un personnage un peu plus "humain" qui va chamboulé la vie de certain, de maniere differente, ça promet d'etre marrant selon les persos!
j'espere que tout le monde puisse y trouver son bonheur
premiere fic
au amateur de fanfics [:)]: s'il vous plait laissez moi des commentaires pour me dire ce que vous pensez, afin que j'evolue dans mon ecriture! (donc les critiques sont les bien venue^^)
Crédits:
tout est a tite kubo sauf marlene ( vous pensiez que tout été a moi?? waaa je suis flattée!!)
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Chassez le naturel

[2557 mots]
Publié le: 2009-01-16Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Elle regagna son corps endormit sur son lit et regarda la plafond. Les centaines de bruits qui l’accompagnait dans son sommeil n’étaient pas présents. Les oiseaux ne chantait plus (yavait bien des pigeons en ville, mais leur rou rou c’est pas super agréable !), la source d’eau la plus proche c’était les toilettes, le vent cognait contre ses volets…. Sa chambre lui paraissait minuscule, un sentiment de malaise s’empara d’elle.

Sur le chemin du lycée, elle se fit dégomer par une voiture, elle avait oublié jusqu'à leur existence. Elle se trompa de rame de metro et fini par venir au lycée en courant.

A l’interclasse elle sentie une main sur son dos et lorsqu’elle se retourna, elle se trouva face a Zack qui tenta de l’embrasser. Elle prit sa table et l’assomma avec.

-Ah ! Enfin on te retrouve Marlène d’amour ! T’avais perdue en caractère ces dernier temps et comble du comble t’était passé dans la tête de classe. C’est pas que tu pues de la gueule mais j’prefere quand tu me frappe que quand tu m’embrasses.

Etonnée, elle avait peur de comprendre. Elle partie en courant aux toilettes, s’enferma dans une cabine et avala son mod soul. Elle l’attrapa par le col de son chemisier et chuchota entre ses dents :

-T’as embrassée Zack ? Tous les jours ?

-Oui.

-Merde ! Qui d’autre ? , cria Marlène en tapant contre la cloison des toilettes avec son poing.

-Personne d’autre.

-Merde ! Pourquoi ? T’as pas de bon sens ou quoi ? Cria-t-elle a nouveau.

-Tu n’avais rien mentionné a propos des baisés. Et moi, j’aime ça. Je ne savais pas que tu n’aimais pas.

-J’le crois pas ! La première personne que j’embrasse, c’est Zack, et en plus, c’est même pas moi ! On dirait du Hitchcock !

-Je ne savais pas que tu étais si coincée… La première tu dis ? Donc, en quelque semaines d’existence, j’ai plus d’expérience que toi ? , ricana son mod soul.

-Ta gueule ! Ca m’intéresse pas tes conneries !

-Tu.. Tu préfères les filles ?

-T’es vraiment débile ou quoi ? Non, je préfère pas les filles ! Mais c’est pas une raison pour faire nimportequoi !

-Donc, t’es juste coincée…

-Non ! J’vais te présenter quelqu’un de coincé tu vas voir ! A coté je suis la reine des délurée !

-Ca existe, pire que toi ?

-Kuchiki Bya…kuya.

A peine eut-elle prononcé son nom, la colère a propos de son mod s’évanoui et se rematérialisa sur le pauvre Byakuya qui n’avait rien demandé.

-Le roi des abrutis, incapable d’aligner une phrase ! Prétentieux, pardessus le marché ! Reprit-elle en marmonnant.

-Exactement l’homme qu’il te faut alors, balança le mod.

De rage, Marlène réintégra son corps et frappa de son poing la cloison, la transperçant, faisant ainsi saigner ses phalanges.

Lorsqu’elle sortie des toilettes, Ichigo l’attendait. Il avait comme toujours son aire grave qui se transforma en air débile quand il vit son poing ensanglanté. Inoue la soigna rapidement grâce à sa barrette magique (youpi !). Ils insistèrent pour qu’elle les accompagne sur le toit, afin de discuter.

-Yosh ! Alors ? demanda le rouquin.

-Alors quoi ?

-Comment c’était ? T’as rencontré qui ? T’as dormis ou ? T’as mangé quoi ? T’as vu quoi ? T’as fait quoi ? , demanda Inoue en la bombardant de question.

-C’était marrant. J’ai rencontré Toshiro, Matsumoto, Ikkaku, Yumichika, Rikichi, Ukitake, le vieux Yamamoto et pas mal de monde de la onzième. Sinon des mecs d’un peu n’importe quelle division.

-Des mecs de la onzième ? , demanda Ichigo étoné.

-Bah oué, ce sont des brutes, mais ils sont marrants. Bon je continue. J’ai dormit chez Rukia, J4ai vu pas mal de trucs, J’ai manger de la bonne cuisine des cuisinières des Kuchiki et de la cuisine bizarre de Matsumoto et des trucs dont je ne connaissais pas l’origine durant mon entraînement.

-C’était comment ? , lui demanda Ichigo.

-…

-Et Rukia ?

-Aha ! Nous y voila ! Tu t’inquiete pour ton amour ! T’as cas lui écrire une lettre !

Le visage d’Ichigo prit différentes teintes avant qu’il n’attrape Marlene par le col de sa veste et n’articule :
-Dis-pas-de-conneries !

Inoue se jeta dans les bras d’une Marlène encore surprise et lui demanda :

-Terriblement beau le capitaine Kuchiki n’est-ce pas ?

-Peuh ! Inoue, Chizuru doit déteindre sur toi si tu commence a trouver du charme a un mec qui ressemble plus a une fille que sa sœur !

-Tu trouves que Rukia-san ressemble à un homme ?

-Meuh non ! Byakuya à une fille.

-Ah ?



Sur le chemin du retour avec Ren et Zack :

- La moitié des filles du coin ne se sont pas remise du départ du beau mister freeze ! , commença Zack.

-C’est une mauvaise passe pour notre commerce, continua Ren.

-Vous appelez ça un commerce ? C’est une escroquerie oué !

-N’empêche qu’on a pas péché grand-chose depuis son départ, répondit Ren.

-Il faut tuer ce type, surenchérie Zack.

-Oué, répondit Marlène.

Les jumeaux se regardèrent, interloqués.

-Tu.. Tu t’es fais tej’ ? (Jeter, pour les incultes mouahahaha)

-Qui se ferait jeter pas Monsier-je-suis-meilleur-que-les-autres-je-pète-plus-haut-que-mon-cul ? Pour ça il faut déjà le vouloir, Monsieur-je-suis-meilleur-que-les-autre-je-pete-plus-haut…

-Ouais, ok, l’interrompit Zack. Pour ce soir, on a un plan teuf dans le quartier East. Tu viens ?

-Bien sur ! Pour rien au monde je ne louperais une java avec les mecs de East !

-T’en a louper plein ces dernières semaines…

-Oué bah, on peut pas être tête de classe et faire la fête !

-T’es deuxième. Ishida est devant toi, répondit Zack.

-Et puis je suis déçu ! Je pensais que t’étais bête comme nous ! , se plaigna Ren.

-On fait comment ?, demanda Zack.

-Je sors par la fenêtre.

Les parents de Marlène étaient des gens comme il faut. Ils n’autorisaient pas leur fille à sortir tous les soirs. Une sortie par semaine était largement suffisante. Cependant, Marlène avait besoin d’évacuer cette espèce de rage qu’elle contenait intérieurement et sortait souvent par sa fenêtre. Elle ne s’était presque jamais fait griller, mais ses parents le savaient. Ils étaient dépassés par leur fille turbulente. Ils continuaient de faire comme s’ils ne savaient rien, pour créer une façade et tenter de garder un semblant d’autorité parental. Marlène leur obéissait pour bien des choses. Mais pas en se qui concernait les sorties. Jamais ils n’eurent d’ennuis avec la police, jamais elle ne redoubla, jamais elle ne fut embarqué dans une histoire avec des zoku, jamais elle ne raqueta, jamais elle ne se battu réellement. Cependant, son besoin de liberté lui posait de sérieux problèmes avec la discipline scolaire.

Cette soirée fut l’amorce d’une descente aux enfers pour Marlène. Elle bu plus que de raison a tel point qu’elle s’évanouit. Les garçons la ramenèrent chez elle en la portant et s’endormirent tout les trois sur le tapis du salon de Marlène. Les jours suivant, tous les soirs, ils allaient de boites en boites, de soirées en soirées, où Zack comme Ren devaient presque se battre pour récupérer une Marlène complètement saoule en train de se faire dragué par des types louches ou moins louches, mais avec la même envie. Cette semaine la, elle la passa a moitié saoule. Ils ne rentraient plus tout les soirs, se réveillant un matin sur un banc public, un autre soir sous un pont, une fois dans un parc… Tout se passa relativement bien, (relativement) jusqu’au jour ou elle se réveilla en cellule.

La tête comme une enclume, elle se leva et fut prit d’une soudaine envie de vomir. Autour d’elle, c’était encore flou, les murs n’étaient pas vraiment droits, et le sol non plus d’ailleurs, puisqu’au premier pas qu’elle fit elle s’étala sur le sol. Elle se releva et atteignit les barreaux, lorsqu’elle aperçut ses parents, elle se mit à pleurer comme un enfant et se laissa tomber sur le sol. Lorsque l’agent l’a sortit de la cellule qu’elle partageait avec des espèces de clochardes, prostituées, droguées, etc.… Elle lui demanda difficilement pourquoi elle était la. Pour ivresse sur la voie publique. Elle vit sa mère venir vers elle en courant, « elle cours bizarrement » se dit Marlène et se prit une baffe violente. Ca devant faire sacrement longtemps qu’elle n’en avait pas reçut. Elle se remit à pleurer. Elle aperçut en sortant du poste que les jumeaux étaient aussi incarcérés, mais que leurs parents n’étaient pas encore venus les chercher.

Sur le chemin du retour, sa mère criait des choses que Marlène ne comprenait pas et son père conduisait en silence, l’air malheureux. Ils l’enfermèrent dans sa chambre, la laissant seule, le temps qu’elle récupère sa lucidité.

Ichigo vint le lendemain matin la voir.

-Marlène… Ca va ?

-Qu’es-ce que tu veux ?

-Ca va ?

-Qu’es’tu veux j’t’ai dit !

-y’a un problème c’est évident ! Je sais qu’t’as toujours eu un penchant pour la fête, l’alcool et tout, mais qu’es-ce qui c’est passé ?

-Ben vois tu, si j’ai été en taule c’est que j’étais saoul ! Complètement pétée ! Je sais plus ce qu’il s’est passé !

- Je ne parle pas de tes conneries ! Je parle de Soul Society !

-Il s’est rien passé ! Mais merde Ichigo ! Tu trouves ça cool toi ?

-Quoi ?

-Voir des fantômes, te battre contre des psychopathes ? Alors que t’as rien demandé ? Pour une cause qui te dépasse ! C’est des trucs qui dépassent l’entendement humain ! T’as appris les choses comme moi non ? Elle sont ou les molécules, les neurones ? C’qui constitue un être vivant ! C’est ou ? C’est impossible ! Ca n’existe pas ! On est des fous ! Aliénés ! Ya pas d’autre explications !

-Non…

-Alors ! Pourquoi tu le prends comme ça !? C’est pas possible à supporter ! T’as plus une vie d’adolescent normal ! Même saoul tu les vois ! Même saoul tu vois les hollow qui attaque des fantômes, des humains…

-Je vois les fantôme depuis tout petit…

-T’es habitué c’est ça ? J’te crois pas !

Elle se remit à pleurer.

-Ma mère est morte. A cause de ça. J’ai vu un fantôme, je l’ai confondu avec un humain, et ma mère a voulut m’arrêter, un hollow la tué.

Elle pleura encore plus.

-Tu vois… Maintenant, je peux empêcher que cela ne se reproduise pour d’autre personne…

Elle pleura encore encore plus.

-Puis… Quand tu sais ce qu’il se passe, c’est impossible de rester de marbre. Toi aussi tu sais ce qu’il se passe. Comment tu peux réagir comme ça ?

-Tu me reproches quoi ?!

-Tu te lamentes alors que t’as une puissance que d’autre non pas !

-Une puissance ? Un handicape oué !

-Tu râles constamment ! Quoi qu’il t’arrive tu râles ! C’est facile de se plaindre comme ça ! Tu n’assumes rien et rejettes la faute sur d’autre !

-Ca n’a rien à voir avec assumer !

-J’me casse tu me saoules !


Lorsque Ichigo partit, Marlène se leva et alla au convini le plus proche.

-Une bière.

-Ok.

-Non, deux.

-Ok

-Non ! Mettez le pack.

-Vous étés majeur ?

-Ta gueule, met le pack, ou je te latte.

-Pardon ?

-Je suis pas majeur, mais j’ai des problèmes et besoin de réfléchir. S’il vous plait, gentille madame, mettez le pack.

-J’appelle la police ?

-C’est bon, je me casse.

Elle rentra chez elle et vida le stock de son père.
« Je… Suis… Pas une humaine… Pas une shinigami… Je suis rien putain… Je… J’ai mal au ventre… J’me sens mal… Mon sentiment de vide n’est toujours pas partit… J’ai beau coir, manger, fumer, j’ai toujours un vide a l’intérieur de moi…J’suis tellement faites que j’pense des trucs philosophiques… »

-Je suis dans une merde terrible !

-Dit moi ce qu’il se passe, lui demanda sa mère.

-Ma…ma…maman. Kestuféla ?

-Tu t’es encore saoulé ! Dit moi ce qu’il se passe ! Tu vas tomber malade !

-tfasontenfou…maloventre…

-Tu as des ennuis à l’école ?

-cédla… C’est la merde….

Marlène se redressa sur le canapé et pris la tête de sa mère entre ses mains.

-Mama…C’est quoi, ce vide dans mon ventre ? Depuis que j’suis revenu il est là…

-Depuis que t’es revenue de où ?

-De saoul society…

-C’est un regroupement d’alcoolique ?!

-Nan ! Soul society…

-C’est un parc d’attraction ? Avec qui tu y étais ?

-Rukia… Byakuya… jmaloventre

-Byakuya… Un homme ?

-LE ROI DES CONS !

-Arrête de crier !

-C’EST UN ABRUTI QUI PANSE QU’A LUI !

-Ma chérie, calme toi ! Tu es en age ou tu devrais le savoir…Ce garçon te plait non ?

-QUOI ?

-NE HURLE PAS !

-C’EST TOI QUI HURLE MAMAN !

Elle regarda sa fille interloquée, et éclata de rire.

-Tu es bien pitoyable mon cœur… Tu refuse d’admettre que tu l’aime et tu te saoul a la place… Tu ne vas pas passer tes jours avec une bouteille de bière ou de je ne sais quel alcool ? Elles n’ont pas tous les intérêts que pressentent les hommes….

-J’PEUX TOUJOURS M’LA FOU…

-Je t’en pris, ne dit pas de bêtises…

-J’vais mourir m’man, tuer par des esprits psychopathes.

-…

-Vont me tuer parce que je sais. J’SORS D’MON CORPS ! Faut qu’tu r’passe m’fringue d’shinigami, s’non j’vais ‘voir l’air con…

-Ahaha, ta période de lucidité est terminé ma chérie… Endors toi.

Elle ne se fit pas prier et s’endormit instantanément, laissant sa mère seule pour ranger le bazar qu’elle avait mit.

Sa mère avait tout rangé et nettoyé. Marlène, quand a elle, avait réellement mal au ventre.
-J’ai mal au bide et un trou noir dans la poitrine…

-C’est tout cœur ma chérie…

-M’man ? Nan, mon cœur c’est un muscle…

-Tu devrais revoir ce jeune homme, ça te ferait le plus grand bien. Cela te remettrait les idées en place.

-Hein ? Quel jeune homme ? Tu parles d’Ichigo ?

-Non, de Byaka, Bikuya, je ne sais plus son prénom… Tu délirais un peut durant ta cuite… Tu parlais d’un parc d’attraction, soul machin…Enfin… Si ça peut te faire du bien, j’aimerais que tu y retournes…


-Tu veux que j’aille dans un parc d’attraction ? C’est toi qui délires la…

-Certes… Il n’y aura plus d’alcool à la maison dorénavant.

-Pourquoi ?

-Parce que, tu n’es encore qu’une petite fille incapable de se contrôler. Quand tu m’auras montré que tu es mature et digne de confiance, je penserais à racheter de l’alcool et à ôter les barreaux de ta fenêtre.

-C’est bon… J’vais y aller. Mais je risque d’y rester longtemps. Et ne t’inquiète pas si je ne rentre pas avant une semaine ou deux. Ou trois.

-PARDON ?

-Oh ! C’est toi qui ma dit d’aller chez Rukia et tout !

-Et l’école ?

-Je suivrais les cours la bas, elle a un prof particulier.

-Je…

-MAMAN ! Je te jure, sur le peux d’honneur qu’il me reste, je te jure, que si je redouble…

-Il n’est pas question de redoubler mais d’université. Il y a les concours d’admissions…

-Je te jure, que j’aurais l’université que tu auras choisie.

-Je rêve de te voir à Todai…

-Raconte pas de connerie ! Mais en section de sciences alors.

-J’aurais aimé te voir en droit…

-Bon, ça suffit, j’irais dans une fac de merde, de troisième zone et…

-Va. On en discutera plus tard. Tu ne peux pas penser à tes exam dans cet état de tout façon.


« J’hallucine, autrement c’est pas possible… Ma mère… Elle débloque… Elle me tient un discours trop zarb’… Bon, j’en profite… Mais y’a un problème quelque part… »

Lorsque Marlene sortit de chez elle, sa mère s’effondra et se mis à pleurer.

-On s’était mis d’accord de la laisser partir. On en avait discuté tout les deux tu te souviens ? Il faut qu’elle se rende compte par elle-même de la vie qu’elle veut mener.

-Je sais… Mais je rêvais de la voir hautes fonctionnaire, avocate, elle est intelligente…

-Elle doit choisir elle-même.



-URAHARA !

-Oh ! <3 Marlène-chan !<3

-Tu peux garder mon corps steuplait ?

-Tu retournes à Soul Society ?

-Yeah ! J’ai deux trois trucs a boire la bas.

-Lapsus révélateur….

-Yoruichi ?! , s’étonna la rouquine

-Exacte ! Tu es pitoyable !

-Excuse moi ! Tout le monde n’est pas parfait comme TOI ! , répondit Marlène en s’approchant de Yoruichi.

-Je te croyais plus mature que ça. Tu pensais réellement qu’en te mettant minable tu te déchargerait de tes responsabilités ?

-Urahara, ouvre moi le portail s’il te plait. Sinon je vais me battre avec Yoruichi.

-Tu vas te faire battre sûrement, répondit Yoruichi.

-Tu me cherches…

-Kisuke, ouvre lui la porte ou je lui fous mon poing dans la gueule.

-Calmez vous les filles, je n’ouvre pas le portail…

BAM ! Yoruichi a collé son poing dans la figure de Marlène.

-…Tant que vous n’avez pas réglez vos problèmes… Bon je vais l’ouvrir hein ! Mais ne vous battez pas.

Marlène sauta dans le portail a peine Kisuke l’eut-il ouvert, et se retrouva en plein dans Rukongai.
« Il s’est foutu de moi lui ou quoi ? »

Sur terre :
Kisuke : oho…

Yoruichi : quoi ?

Kisuke : cette petite était si pressée qu’elle a sautée dedans…

Yoruichi : ça, j’ai vu oui !

Kisuke : avant que je programme la destination.

Soul society :

Marlène arpentait les rue du quartier de Rukongai ou elle se trouvait, cherchant une pancarte avec un plan, ou autre chose, elle était soudainement devenue adepte du ’vous êtes ici’. Apres avoir déambulé quelque heure, elle demanda son chemin a un ‘brave homme’.

-Sereitei tu dit ? Euh, t’es une shinigami ? Eh ! Les mecs ! Une shinigamette s’est perdue ! On va lui faire passer l’envie de se perdre dans le 80eme arrondissement de Rukongai !

A ce moment, une dizaine d’individus peu fréquentable armés de katana, de haches, ou d’autre armes sortirs de diverses rues.

-C’est elle ? L’a pas l’air forte la donzelle… On va bien s’amuser !

Ils n’eurent pas le temps de la toucher qu’elle les avait massacré. Elle n’en avait laissé qu’un en vie. S’essuyant de sa main le visage afin d’en enlever le sang qui lui obstrué partiellement la vue, elle s’approcha du survivant.

-Amène moi au sereitei, ou je te fait un collier de tes bijoux de famille…

-Oui, bien sur Madame.

Marlène appuya légèrement le bout de son sabre sur le ventre de l’homme et lui lança un regard assassin.

-C’est mademoiselle.

-Bien, mademoiselle.

Il était terrorisé. Il avait rejoint cette bande de casseur de shinigami il n’y a qu’un an, et c’est le première fois qu’il voyait un shinigami perdu, qui tuait des âmes sans scrupule. Ses yeux bleus et ses cheveux roux lui faisaient peur, lui qui était habituée aux cheveux noirs/yeux noirs. Il vit dans la jeune fille éclaboussé du sang de ses camarades le diable en qui il n’avait jamais cru. Il la guida à travers Rukongai Jusqu’aux portes du sereitei. Elle avait rengainé son sabre, preuves de sa confiance en elle. (Il n’en était rien en réalité, elle n’avait juste pas envie de le porter)
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales