Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Premier catalogue
    Edition Fictum
    Nb de signes :
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 09/09/2019
  • Nouvelles imaginaires
    L'Arlésienne
    Nb de signes : 6 000 - 45 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - policier - thriller - anticipation - humour - imaginaire - parodie
    Délai de soumission : 31/07/2019
  • Nouvelles ères
    Livr'S Éditions
    Nb de signes : 60 000 - 210 000 sec
    Genre : science-fiction - dystopie
    Délai de soumission : 01/12/2019
  • Entrez dans la cour de l'imaginaire
    Rroyzz Editions
    Nb de signes : 300 000 - 700 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction
    Délai de soumission : 28/02/2020
  • Un verre de Vin Jaune
    Editions Aréopage
    Nb de signes : 4 500 - 10 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/08/2019
  • Banquet
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 1 000 - 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 18/09/2019
  • Sous l'océan
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 3 500 - 7 500 sec
    Genre : anticipation - conte
    Délai de soumission : 09/07/2019
  • Imaginaire
    La Conférie de l'Imaginaire
    Nb de signes : > 15 000 sec
    Genre : fantasy - fantastique - science-fiction - horreur - romance - bit-lit - steampunk - paranormal - space opera
    Délai de soumission : 17/06/2020
  • A nos amours
    Association Coulisses production
    Nb de signes : < 3 500 sec
    Genre : épistolaire
    Délai de soumission : 05/08/2019
  • Sarthe ou Mayenne
    Editions de la Reinette
    Nb de signes : > 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 05/06/2020

Studio Infinite


Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Illusions perdues Auteur: elane Vue: 1267
[Publiée le: 2013-07-27]    [Mise à Jour: 2014-02-19]
G  Signaler Humour/Action-Aventure/Angoisse Commentaires : 22
Description:
La roue tourne et le présent s’évanouit. Retournons une centaine d’années en arrière, juste après le départ précipité de Yoruichi et Urahara, alors que le Sereitei est secoué par des attaques incessantes d’hollows et de tout ce qui grouille dans le noir, des disparitions étranges et de bizarreries en tout genre.
La situation critique monte d’un cran lorsque le nouveau Capitaine de la division six vient chercher son nouveau Lieutenant, Byakuya Kuchiki…
Crédits:
Rien à moi, tout à Tite Kubo.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Premier Jour

[3428 mots]
Publié le: 2013-08-01
Mis à Jour: 2013-08-04
Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Le premier jour de Byakuya au sein de la division six et une petite touche d'humour...

Premier Jour

 

Byakuya ferme les yeux un instant, se remémorant douloureusement le déroulement de la cérémonie d’adieu à son Grand-Père. Des funérailles à son image, grandes et nobles, où tous les plus grands du Sereitei avaient rendu un hommage vibrant à sa famille, à son Clan. Où tous avaient témoigné leur respect au nouveau chef du Clan Kuchiki avec cette petite lueur de déception dans le regard devant cet être si insignifiant qui n’est en rien digne de succéder à un tel homme. Il ne peut leur en vouloir, il est le premier à le penser. Succéder à Ginrei Kuchiki alors qu’il n’est même pas en mesure de venger sa mort. Alors qu’il allait servir celle dont il aurait dû placer le cœur dans la tombe de son grand-père. Il n’est qu’une erreur, une tâche dans l’honneur immaculé de la Famille Kuchiki.

Tremblant d’écœurement, il se maudit d’être aussi faible en contemplant le siège de la sixième division. Son monde s’est écroulé, la personne qu’il aimait le plus au monde est morte et les hommes de sa division vaquent à leurs occupations comme si de rien était. Rien n’a changé. Rien et il a envie de crier sa frustration et sa haine à tous.

-        Bonjour, Lieutenant Kuchiki.

Rien de plus qu’une gifle. Lieutenant… Son insigne portée au bras gauche semble un peu plus lourde à  chaque fois qu’il croise un de ces subordonnés. Et à chaque pas qu’il fait vers le bureau de son nouveau capitaine, il se dit qu’avoir accepté cette offre n’est que folie. Jamais il n’arriverait à contenir cette rage froide et violente qu’il éprouve envers cette femme.

Si toute sa volonté n’était pas canalisée dans le contrôle de cette haine, il aurait pu un instant se demander ce qui poussait cette femme qui avait tué son Grand-Père à le vouloir comme lieutenant. Mais ces raisons ne l’intéressent pas.

Alors qu’il s’apprête à frapper à la porte du bureau, il s’arrête. Les voix du Capitaine Unohana et de son capitaine filtrent à travers le mince panneau de la porte en bois clair.

-        Capitaine Tsukiyo, ce n’est en rien raisonnable de…

-        Raisonnable ? Il est des temps où être raisonnable est un luxe. Vous connaissez comme moi la situation Unohana, dit-elle d’un ton faible mais ferme. La disparition de tous ceux qui avaient enquêtés sur ces disparitions, ces Capitaines comme Lieutenants qui sont introuvables, la trahison d’Urahara et de Yoruichi… Les attaques qui se multiplient et les bizarreries qui sortent de toute part. Le Sereitei est attaqué aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur.

Puis le silence, deux personnes qui retiennent un bref instant leur souffle.

-        Entrez, Lieutenant Kuchiki, énonce lentement Unohana.

Cette voix. Impossible de ne pas se sentir comme un enfant pris la main dans le sac lorsqu’il entre dans le bureau. L’immense secrétaire de bois noir et le sceau des Kuchiki trônent encore au centre de la pièce. Tout est encore marqué de l’empreinte de Ginrei Kuchiki. Il s’attend presque à voir son Grand-Père l’accueillant d’un air faussement ennuyé après un de ces nombreux écarts. La réalité écarte brutalement les souvenirs devant l’aura effrayante du Capitaine Unohana qui le sermonne d’un froncement de sourcil avant de prendre congé.

Tsukiyo. Il lui aurait peut-être trouvé une allure des plus nobles avec son visage pâle, ses longs cheveux noirs et lisses emprisonnés par une fibule d’ivoire ans et son regard d’un bleu limpide s’il ne l’avait vu à travers un voile de haine pure. La seule chose qu’il remarque, ce sont les bandages à peine dissimulés par son kimono et son haori de Capitaine aux manches courtes et son Zanpakuto à la garde et au fourreau nacré qui se joue de la lumière dans un miroitement argenté. Qu’elle pouvait bien être la forme de son shikai et de son bankai ? Combien de temps serait-elle suffisamment affaiblie pour qu’il en tire profit ? Il l’avait attaqué sous le coup d’une colère irraisonnée dans le bureau d’Ukitake et il ne pouvait en déduire quoi que ce soit sur ses capacités et sa force.

Il allait devoir apprendre et attendre.

-        Kuchiki, dit-elle ignorant superbement l’aura meurtrière qui la transperce, je dois me rendre à une réunion. Je veux que tu assumes mon rôle pour la journée. Cela te permettra de te familiariser avec ta nouvelle division et de t’occuper des nouvelles recrues.

-        Bien capitaine Tsukiyo, lâche-t-il comme si ces mots pouvaient lui écorcher la langue.

Avant qu’elle sorte, Byakuya ne peut s’empêcher cette question que sa raison lui impose :

-        Pourquoi ?

Des dizaines de questions se bousculent derrière ce simple mot. Pourquoi l’avoir choisi lui comme Lieutenant ? Pourquoi !

Et au final, la seule question qui le hante et le force à faire face à la réalité…

Pourquoi avoir tué Ginrei Kuchiki ?

La main sur la poignée de la porte, Tsukiyo se fige.

-        Pour me rappeler que rien n’est jamais acquis. Pour me rappeler qu’un seul écart de ma part et je ne mériterai plus le rôle de Capitaine. J’ai besoin de savoir que quelqu’un est prêt à prendre la relève dans la seconde.

Elle se retourne en le dévisageant une lueur de folie furieuse dans les yeux, sa pression spirituelle aussi sombre et écrasante qu’hier le clouant sur place.

-        J’ai besoin de savoir qu’un seul faux pas me serait fatal.

Et le sourire de dément qu’elle lui lance lui fait croire qu’un faux pas, elle n’en ferait pas de sitôt.

 

Byakuya balaye la petite pièce claire d’un regard aiguisé, son nouveau bureau… l’ancien bureau du capitaine. Tout est bien rangé, à sa place. Rien de déplacé, rien de vraiment personnel. Clinique, presque vide. Avidement, il ouvre un à un les tiroirs, les portes des placards.

Et rien !

Rien de plus que des dossiers, de quoi les remplir et rien d’autre qui pourrait révéler quoi que ce soit sur leur ancien propriétaire. A quoi s’attendait-il ? Quels cadavres aurait-il aimé découvrir dans ses placards? Quelles preuves du machiavélisme de son capitaine aurait-il voulu trouver ?

Il tente de se rappeler le moindre indice qui aurait pu filtrer dans ses conversations avec son Grand-père. Mais presque jamais il ne parlait de son travail au sein de sa division. Il sait que comme toutes les divisions, les derniers évènements qui avaient secoués le Sereitei avaient grandement touché la division six.

La lecture des rapports du Lieutenant lui fait comprendre que la situation est loin de tout ce qu’il avait pu vivre au sein de la division du Capitaine Ukitake, loin de tout ce qu’il avait pu imaginer.

Les pertes de la division avaient été plus qu’importantes et le nombre de de disparitions préoccupantes. Les troisième et quatrième sièges partis en mission depuis maintenant dix jours sans avoir donné signe de vie. Les dernières missions s’enchaînaient sous ses yeux à travers les différents rapports et plus il les parcourt, plus un sentiment oppressant le prend à la gorge. Des attaques d’Hollows mais pas que… Certains rapports faisaient états d’irrégularités étranges. Des shinigami perdant tout contrôle de leurs zanpakutos, des personnes littéralement volatilisées dans les airs et à ce jour pas le moindre début de piste.

Il remarque aussi que le rapport le plus récent date de près de dix jours. Et avec l’accélération constante des évènements, ces dix derniers jours avaient dû être chargés.

Soudain des éclats de voix l’arrachent à ses réflexions…

-        Capitaine ! Capitaine ! Capitaine !

Agrippant d’une main son zenpakuto, il fonce vers l’origine de ces bruits. Un jeune shinigami au hakama déchiré, les cheveux noirs en bataille, une blessure sanguinolente lui barrant le bras gauche et le chiffre 69 tatoué sous l’œil gauche court vers le bureau du Capitaine.

-        Le capitaine est en réunion, dit calmement et d’un ton sans réplique Byakuya. Calmez-vous et dites-moi ce qui se passe.

Reprenant son souffle, il fixe l’enseigne de Lieutenant qu’il porte au bras et le kenseikan qu’il arbore dans ses cheveux noirs, signe de son appartenance au Clan Kuchiki.

-        Lieutenant… Kuchiki ! Septième Siège Hisagi Shuhei au rapport. Je dois parler immédiatement au Capitaine Kuchiki !

Le cœur de Byakuya manque un battement. Le septième siège faisait partie du groupe constitué par son grand-père pour enquêter sur une affaire épineuse et qui n’avaient pas donné signe de vie depuis près de deux semaines. Il n’est pas au courant.

-        Le Capitaine Tsukiyo est en réunion, dit-il froidement. Faites votre rapport et dites-moi de quoi il retourne immédiatement.

Comme frappé par la révélation qui s’impose à lui, Hisagi perd toute précipitation, comme frappé en plein vol et fixe Byakuya soudain incapable de former le moindre mot.

-        Votre rapport, septième siège Hisagi Shuhei dit Bykuya d’un phrasé suffisamment lent et hypnotique pour obtenir toute l’attention de son septième siège.

Hisagi relève la tête vers son nouveau Lieutenant, toute l’urgence de la situation le rattrapant soudainement :

-        Il y a deux semaines, nous avons été envoyés en mission dans les quartiers Nord du Rukongaï. Des rapports d’apparitions d’Hollows et de disparitions s’accumulaient depuis quelques temps et après une recherche approfondie, nous n’avons rien trouvé. Le Capitaine Kuchiki avait décidé de laisser une petite équipe sur place pour continuer l’enquête. Et c’est là que tout s’est emballé.

-        Emballé ? Comment ça emballé ?

 

 

Byakuya tente de remettre en ordre le flot désordonné des informations de son subordonné alors qu’il part en direction du Rukongai avec une poignée de shinigami parmi les plus expérimentés de sa nouvelle division. Le groupe d’Hisagi avait poursuivi l’enquête et été tombé sur un groupe d’Hollows d’un nouveau genre doté d’une carapace qui avait résisté à tous les assauts et d’une capacité à vampiriser l’énergie spirituelle de tous ceux qu’ils touchent, empêchant toute utilisation de son zanpakuto. Seul Hisagi en avait réchappé mais un seul contact l’avait grièvement blessé. Il avait réussi à s’enfuir et il avait été recueilli par une famille du Rukongai qui l’avait soigné.

Tout en accélérant la cadence, Byakuya s’assure d’un regard qu’Hisagi suive le rythme. Il aurait préféré ne pas l’avoir dans les pattes dans cet état. Il n’avait simplement pas pu dire non devant ce désir de Vengeance qui brille comme un reflet du sien. Il avait perdu ses camarades et il ne veut qu’une chose, débarrasser le Rukongai de ces monstres.

Et quelque part, l’idée de pouvoir se déchainer contre quelque chose, quoi que ce soit, de sortir son arme et de déchaîner sa puissance n’est pas pour lui déplaire. Un bref instant, il en vient à espérer que ces Hollows soient au moins aussi résistant qu’Hisagi ne le craint. Et dans la seconde, il regrette d’avoir eu des pensées si égoïstes. Ces choses avaient coûtés la vie de deux shinagami parmi les plus puissants de la division. En tant que Lieutenant, il doit se ressaisir et prendre cette mission au sérieux.

Au bout d’une course folle à travers les quartiers Nord du Rukongai dévastés par ces horreurs, une pression effroyable les clouent sur place un instant. Hisagi n’a pas menti, il a même omis certains détails. L’énorme chose au masque blanc possède une série de pseudopodes tentaculaires qui balaient avec une effroyable force tout ce qui se dresse sur son passage. Si Hisagi ne lui avait pas dit qu’un seul contact avec la créature pouvaient être fatal, il aurait pu facilement se laisser avoir.

Il avait pris soin de s’entourer de spécialistes en Kido pour attaquer à distance et de préparer un peu le terrain avec un plan simple mais efficace. Il servirait d’appât pour les amener sur le piège qu’ils avaient tendu. Les hommes sous son commandement avaient agi promptement et efficacement. Il les avait bien choisis. Le piège avait été mis en place dans une effervescence teintée de tension et d’attention qu’il apprécie particulièrement. De la mesure sans pour autant perdre en rapidité. Des hommes qui ont été mis au pas par son grand-père et qui acceptent son autorité avec naturel. Seul Hisagi l’inquiète, son empressement à agir pourrait lui faire faire des gestes inconsidérés.

Une faille dans un plan qui pourrait s’avérer catastrophique.

Une fois les préparatifs terminés, Byakuya se prépare à jouer son rôle. Alors qu’il allait agir, Hisagi le retient au dernier moment. Au cœur des bras tentaculaires d’un des Hollows, les bras inertes d’un enfant se balancent au grès des mouvements de la bête. Il n’est pas encore mort et le plan ne peut plus fonctionner sans le blesser.

Un court instant, il se demande si la vie d’un enfant fait le poids contre l’anéantissement de ces deux monstres et la mise en danger de la vie des hommes sous ses ordres. Une hésitation qui ne traverse pas l’esprit d’Hisagi qui fonce sans réfléchir.

-        Hisagi !

-        Fauche Kazeshini ! Onzième technique de destruction, liaison éclair.

 Byakuya voit le zanpakuto d’Hisagi prendre soudain l’apparence de deux faux mortellement aiguisées hérissée d’éclairs et reliées par une chaine qui s’élance vers le Hollow. Byakuya ne prend plus le temps d’analyser quoi que ce soit et se tourne vers Hisagi en tendant une main.

-        Trentième technique d’immobilisation, triple coup de bec étincelant !

Trois traits de lumières clouent sur place Hisagi au sol qui accuse un contre coup démesuré lorsque son zanpakuto tranche purement et simplement le tentacule qui emprisonnait l’enfant. D’un pas de son meilleur shunpo, il se faufile entre les mouvements désordonnés des deux monstruosités, agrippe l’enfant inconscient et s’éloigne suffisamment pour se mettre à distance. Il constate qu’Hisagi avait déjà été pris en charge par ses hommes mais le plan soigneusement préparé est à l’eau.

Comme il l’avait vu avec Hisagi, le simple contact d’un zanpakuto contre ces créatures est capable de vous affaiblir suffisamment pour devenir une proie facile. Alors il sait ce qu’il lui reste à faire. Il se débarrasserait en une fois des deux horreurs qui commencent à se tourner vers eux, quoi que cela lui coute. Ces choses seront à terre avant qu’il ne ressente le moindre retour de flamme.

-        Reculez ! ordonne-t-il en se débarrassant du gosse.

Seul le regard affolé des hommes lui montre à quel point ce qu’il s’apprête à faire n’est que folie. Lui sait que son bankai est encore trop immature pour être imparable mais son shikai devrait faire l’affaire.

-        Disperse-toi, Senbonzakura !

La lame se change en une multitude de pétales aussi étincelants que tranchants. Byakuya sait qu’il n’aurait droit qu’à un coup et un seul avant de s’effondrer. D’un geste de sa garde, le nuage miroitant se sépare en deux, entourant les deux Hollows qui commencent enfin à les prendre au sérieux en s’immobilisant.

Byakuya abaisse sa garde et les deux bêtes disparaissent en temps, perdues sous les assauts répétés des milliers d’éclats de Senbonzakura avant de disparaître dans une explosion de cri et de lumière.

Et Byakuya tombe, ne pouvant tenir sur ses jambes une seconde de plus sous la douleur du contact entre son zanpakuto et ces immondes créatures.

-        Lieutenant ! s’écrient ses hommes affolés…

Se remettant lentement sur ses jambes en serrant des dents, il soupire de soulagement en voyant qu’il avait réglé en une attaque leur problème. Il se sait incapable de brandir son arme une nouvelle fois lorsque…

Un cri déchirant les cieux et une puissance sans pareil les paralyse littéralement sur place. Byakuya se tourne vers l’apparition de deux nouvelles créatures frappé par cette révélation.

Ils étaient quatre.

-        Il faut battre en retraite ! s’écrie-t-il.

Paniqués, les hommes sont désorganisés et effrayés, Hisagi est toujours trop mal en point pour ne serait-ce que se tenir debout. Et lui-même n’est pas en meilleur état et le deux Hollows les encerclent avec une vélocité étonnante pour leur taille.

Désespéré, il empoigne Senbonzakura, il sait qu’il n’a d’autre choix et que ce mouvement le tuera sûrement. Mais il est responsable de ses hommes et il n’agira pas autrement. Prenant une grande respiration, il tente de calmer le tremblement de son bras :

-        Ban…

Le choc d’un puissant reiatsu l’empêche de prononcer une syllabe de plus et sous leurs yeux, le Capitaine Tsukiyo apparait en face de lui, tenant d’une main son zanpakuto.

-        Capitaine Tsukiyo !

Les soulagements contenus dans ces deux mots criés par ses hommes lui semblent insupportables et il voit son Capitaine prendre la mesure de la situation en quelques regards. Hisagi, soutenu par deux camarades en sale état, le gosse qui vient de reprendre conscience et lui-même à deux doigts de s’effondrer. Il enrage de montrer un si pitoyable spectacle devant cette femme.

D’un hochement de la tête, le Capitaine fait taire ses hommes, cris de joie comme tentatives d’avertissement sur leurs ennemis.

-        Je m’en charge, dit-elle avec toute l’assurance que donne le haori d’un Capitaine et la confiance aveugle de ses hommes.

Même le gamin ne tremble plus, dévorant des yeux le Capitaine qui fait face sans peur ni hésitation.

Dégainant son Zanpakuto, elle murmure :

-        Dévoile-toi, Meïan[i].

Plaçant une main dans l’ombre de la lame, une seconde épée se matérialise, un instant plus noire qu’une nuit sans lune avant de devenir dans un éclat aussi semblable que la première. Et à cet instant, Byakyua se demande bien quelles sont les capacités de ce double zanpakuto. Il ouvre bien les yeux pour ne pas en perdre une miette. Elle s’élance vers son premier adversaire avec une vitesse au moins égale à la sienne, évitant de justesse tout contact avec la créature, frappe de cette lame jumelle alors qu’une des tentacules de la bête s’interposer.

La lame ne s’arrête pas, traverse sans dommage l’obstacle avant de s’abattre sur le masque blanc.

Et la créature disparait dans un hurlement déchirant.

Le deuxième Hollow ne reste pas en retrait et surgit dans le dos du Capitaine qui ne se laisse en rien surprendre. A peine a-t-il chargé une attaque terrifiante, qu’elle esquive, se matérialise dans son dos pour frapper à nouveau avec cette lame à l’éclat noir sous la lune.

Tsukiyo se dirige vers ses hommes d’un pas lent qui sont partagés entre le soulagement et la honte d’avoir dû se présenter en aussi mauvaise posture devant leur nouveau Capitaine. Elle se penche sur Hisagi pour inspecter ses blessures et lui apporter les premiers soins qui le remettent sur pied de façon spectaculaire. Puis elle tend un regard lourd de reproches à Byakuya avant de s’adresser au jeune garçon qui ne l’avait pas quitté des yeux.

-        Ça ira, gamin ? lui demande-t-elle en rengainant son arme.

-        Oui, Capitaine !

Il y a plus d’enthousiasme dans sa voix que de bon sens, pense Byakuya. Le gamin est incapable de faire un pas devant l’autre.

-        Montre-nous où tu habites, on te raccompagne, dit-elle en agrippant gosse par le col comme un chat l’aurait fait avec ses petits pour le placer sur les épaules d’Hisagi.

-        Merci Capitaine !

-        Dis plutôt merci à cet idiot, marmonne-t-elle en montrant Hisagi du doigt s’empourpre en bégayant quelques dénis embarrassés.

Et à ces mots, Byakuya comprend que leur Capitaine avait vu toute la scène, depuis le début, et n’était intervenue que lorsque les choses avaient mal tournées. C’est-à-dire bien peu de temps après qu’elles aient commencées.

 

 

Petit guide illustré des Shinigamis

 

A l’intersection de deux chemins, perdu dans une forêt dense, Zaraki Kenpachi, une boule de cheveux rose sur les épaules, s’arrête perplexe.

-        On est pas déjà passé par là, Yachiru !?

Le jeune lieutenant fronce les yeux d’un air presque sérieux… avant d’hocher consciencieusement la tête pour acquiescer en l’accompagnant d’un ou deux oui Ken chan qui horripilent Madarame et Yumichika qui tentent depuis des heures de prendre la tête de l’expédition en constatant que le sens de l’orientation de leur nouveau Capitaine est encore plus mauvais que celui de leur Lieutenant. Ce qui n’est pas peu dire !

-        Yachiru, je n’ai pas envie de louper ces nouveaux Hollows dont nous a parlé Capitaine Tsukiyo! Par où Yachiru ?

-        Par-là Ken chan, dit-elle en montrant le seul chemin qu’ils n’avaient pas encore essayés.

Ils courent encore…



[i] Meïan : Clair-obscur

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2019 / Mentions légales