Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1487 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Black Raven Auteur: Edël Vue: 1220
[Publiée le: 2014-10-12]    [Mise à Jour: 2015-06-29]
G  Signaler Action-Aventure/Policier/Amitié Commentaires : 9
Description:
Lorsque les corbeaux commencent à chanter, la mort n'est pas loin.

Le monde a bien changé. La Mafia dirige le pays dans l'ombre, et la Mafia de l'Est et celle de l'Ouest se livre une guerre sanglante. L'une est pervertie par l'argent et use de sa force à des fins néfastes, l'autre pour protéger la population. Le Gouvernement à créé une branche secrète destiné à réguler les affaires mafieuses. Les Black Raven.

Toshiro est un garçon froid et mystérieux, au passé sombre et trouble. Il se retrouve plonger dans une guerre mêlant les Cinq Grandes Familles de la Mafia de l'Est, les clans de l'Ouest, et une menace pour le pays que tous pensaient éradiquée. La Famille Aizen, bien décidé à reprendre sa place, en temps que Reine de la Mafia.

SPOIL: ma fic ne se situe pas dans le monde de Bleach, il ni y a donc pas de spoil.
Crédits:
Les personnages appartiennent à Tite Kubo, mais l'univers est du manga de Shinta Fujimoto, Red Raven.
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Une surprise explosive

[4003 mots]
Publié le: 2015-05-18Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Bonjour bonjour,
après plusieurs mois (je crois) d’absence, je suis de retour! Certes, je suis lente et je m'en désespère, mais je veux finir cette fic et je la finirais ! Bon, je ne vais pas vous cacher que ça risque de prendre du temps, mais bon, chacun son rythme (en tout cas j'ai trouvé le mien). Cette précision faites, je vous laisse appréciez la lecture.
Biz

L'amitié est comme écrite dans le sable. Il faut la retracer chaque jour, ou une simple vague peut la faire disparaître.

Inconnu


Chapitre 6 : Une surprise explosive :


Le bureau de Directeur des Black Raven du QG de la Capitale était grand. Bien arrangé, il comportait une bibliothèque, plusieurs fauteuils, deux fenêtres donnant sur la ville, et un grand bureau de pierre noire. Le blason des corbeaux était peint sur le mur, entre les deux fenêtres, au dessus de la chaise de Shunsui Kyoraku. L'homme était penché sur un dossier, l'air profondément ennuyé.

-Le quartier général est encore bien calme, aujourd'hui, fit Nanao Ise, son assistante.

Elle ne correspondait pas aux canons de beauté que le grand brun appréciait, avec ses lunettes camouflant ses yeux bleus, ses cheveux noirs négligemment attachés en chignon et son tailleur strict. En plus, elle n'était pas très formée. Mais Shunsui l'aimait bien, et la trouvait quand même très mignonne.

-Oui, c'est le calme avant la tempête.

-Que voulez-vous dire ?

Il soupira, et jeta son dossier sur le bureau, avant de passer la main sur son visage.

-Cela veux dire ce que ça veux dire. Quelque chose est entrain de se préparer. Et la tempête se lèvera bientôt.

Nanao haussa un sourcil, nullement inquiète. Debout devant son supérieur, plusieurs journaux coincés sous les bras, elle respirait le calme.

-Voulez-vous parler de cette mafia blanche apparue récemment ? Cela semble vous préoccupez. Nous ne connaissons même pas le nom de la famille qui dirige cette nouvelle organisation.

-Cette « nouvelle » organisation, hein ? Souffla Shunsui.

Il laissa son regard errer par la fenêtre. Le panorama était impressionnant. Le QG des Blacks Raven se situait en hauteur, sur une colline à l’extérieur de la Capitale. Il s'agissait d'un immense complexe de pierres rousses et blanches, comportant des tours et des sous-sols à profusions. Et le bureau de Shunsui se trouvait en haut d'une de ces tours, de laquelle on pouvait voir la ville entière, et d'où le regard se portait jusqu'à la chaîne de montagne au loin.

-Est-ce vraiment le cas ? Se questionna-t-il.

Nanao émit un petit « hum » fatigué.

-Un de nos agents n'a-t-il pas été envoyé sur le secteur de la Volta pour s’occuper de cette affaire ? Il me semble qu'il s'agit du numéro II. De plus, je vous rappelle que le numéro IV, Toshiro, est lui aussi dans ce secteur. Ce sont vos ordres, tout de même !

Shunsui releva la tête sur le visage de sa subordonnée, une étincelle de surprise passant dans ses prunelles grises.

-Alors ils sont là-bas tous les deux ?

-Et bien, oui.

-Oh, souffla-t-il. J'espère qu'ils ne ferons pas trop de grabuge. La dernière fois, les réparations nous ont coûter un bras.

….........................................

-Et si on en revenait là où on en était resté ?

Toshiro était pétrifié. La vue de Momo, le souvenir de ces yeux chocolats qui brillaient de douceur autrefois, la douleur de son crâne, tout cela le figeait. Il n'arrivait pas à penser. Momo est vivante. Vivante. Ce constat l'horrifiait, et pourtant, une certaine forme de joie et de soulagement se répandait dans son corps. Il revoyait le sang sur ses mains, la morsure du froid sur son visage.

La jeune fille avait grandie. Elle était plus grande que lui, maintenant. Ses cheveux bruns étaient attachés en un chignon, et deux mèches encadraient son visage à la peau pâle. Elle portait une jupe rouge, une chemise blanche, et une lourde cape blanche tombait sur ses épaules. Un ruban noir ornait son cous. Un sourire fou était plaqué sur ses lèvres, sans arriver à masquer sa beauté enfantine.

-Mais qu'est-ce que … raconte ? Je ne … plus jamais … je ne veux plus jamais refaire ça !

Il avait haussé la voix. Les souvenirs douloureux étaient remontés d'un coup, le submergeant, lui glaçant le sang. Il nageait en pleine incompréhension, en plein doute. Momo sourit de plus belle.

-Tu dit ça, mais tu m'a quand même brisé la moitié des os, ricana-t-elle.

-Je …

-Mais je ne t'en veux pas !

Elle joignis les mains, comme dans une prière, et pencha la tête sur le côté.

-Grâce à toi, j'ai pus comprendre et approuver la façon de penser de cet homme.

Hein ? Cet homme ? Toshiro cligna des yeux. Momo était revenue, certes, mais il avait une promesse à tenir. Si elle se dressait sur son chemin, il ferait en sorte qu'elle n'y reste pas. Il ne comprenait pas ce qu'il se passait, mais peut importe. Après tout, il était un Blacks Raven, un agent du Gouvernement. Il se devait de détruire les Aizen, si il en restait. Il se redressa, et resserra sa prise sur la garde de son sabre.

-Cependant, commença Momo, j'ai une sainte horreur de la saleté. La crasse me saute aux yeux, et les hommes sont sales. Tu est sale.

Elle s'approcha lentement de Toshiro, tout sourire disparus de son visage. N'en restait plus qu'un air froid, la rage brillant dans ses yeux. Un frisson courus dans le dos du petit corbeau. Son instinct lui hurlait de fuir, de courir pour sa vie. Elle était dangereuse. Comme elle avait changée !

Lorsqu'elle vivait avec lui, quand ils partageaient la même cellule, ils étaient comme frère et sœur. Quand l'un avait faim, l'autre lui donnait une partie de sa nourriture, ils dormaient collés l'un contre l'autre, comme des chatons, pour résister au froid et à l'humidité de ce que cet homme avait la prétention de nommer chambre. Ils étaient seuls contre tous, pauvres enfants perdus au milieu des tortures, des privations, des expériences, de la mort. Des survivants, avait-il dit. Des armes performantes. Du moins, avant le jour où il avait décidé d'éradiquer tout ce qui restait de bien en eux.

Momo semblait en bonne santé, et se mouvait avec grâce. Toshiro se demanda si elle subissait la même chose que lors de leur enfance trop courte, ou si on la traitait mieux. Mais il n'eus pas le temps de continuer ses hypothèses.

-Ma défaite face à toi reste un point noir dans ma vie. Une tâche, qui doit être effacée.

Un « clac » retentis, et Toshiro bondit sur le côté. Le fouet brisa le sol, faisant voler des débris de béton. Il retomba sur ses pieds, et grogna. L'arme de la jeune fille était longue et fine, faite dans une matière brillante et argenté. Toshiro reconnus le plastique ignifugé qui venait d'entrer sur le marché et qui coûtait une vraie fortune. Comment avait-elle pus se le procurer ?

-Attend Momo ! Tu veux dire que tu est encore chez ces hommes ?

La peur se mua lentement en colère. Après avoir subit ces tortures et ces expériences, après avoir tant souffert, elle le suivait encore ? Impossible, il devait avoir mal compris. Mais le sourire railleur de Momo lui offrit sa réponse.

-Qu'est-ce que ça peut te faire ?

-Pardon ? Tu dis avoir compris ? Mais comment est-il possible d’approuver de telles atrocités ?

Toshiro en hurlait presque. La vision des corps déchiquetés et recousus, du sang sur le béton humide, l'odeur de la crasse et des cadavres, le son des micros et sa voix, tous lui revenait en bloc, menaçant de le faire sombrer. Il était en colère, plus que ce qu'il ne l'avait été durant plus de dix ans. Plus que ça, il se sentait trahis.

C'était idiot et immature, il en convenait. C'était lui qui avait blessé Momo, alors qu'elle avait confiance en lui, et donc à elle de se sentir aussi mal. Mais pourtant, il ne pouvait ôter de son crâne cette idée fixe.

….................................................

-Un couteau qui ne coupe pas n'a aucune valeur. Montre-moi ta force.

Les néons verts, le béton armé, la plante de ses pieds abîmée. La lumière glauque stagnant sous le plafond gris et écaillé. L'odeur du moisi, le grésillements des micros. La voix de l'homme. Puis l'explosion. La fillette brune qui se tenait droite, les bras tendus devant elle, paume ouverte. Sa peau si délicate couverte de cloque, brûlée. Son regard était fixe, droit, apeuré mais résigné, comme si elle avait compris quelque chose qu'il ignorait encore.

Puis le feu. L'explosion qui secoua la pièce sombre et froide. Le trou dans le sol, fumant. La petite fille qui bondis vers lui, prête à la faire flamber comme du bois sec. L'instinct de survie est le réflexe le plus vieux et le plus tenace des hommes. Personne ne peut aller contre, personne ne peut mourir sans se battre. Même les plus désespérés courent, se débattent. Personne ne saute de son plein gré dans le trou. Alors son corps réagis tout seul.

Le froid. La glace, la douleur dans son œil. Le corps de Momo par terre, terriblement petit au milieu du béton. Elle m'a attaqué, ce fut tout ce qu'il pus penser à ce moment.

..................................................

C'était Momo qui, ce jour là, avait engagé les hostilités. Alors il se sentait trahis, parce qu'il l'aimait, il l'aimait et elle avait tenté de le tuer. Sans aucun autre regret que celui d'avoir perdu. Ça le tuait.

-Ces types nous traitaient comme des jouets, siffla-t-il.

Ses réflexes de Black Raven reprenaient le dessus, et il raffermis sa poigne sur le pommeau de son épée. Si Momo voulais rester sur le chemin, tant pis pour elle. Elle allait vite comprendre en quoi le dicton populaire « quand les corbeaux commencent à chanter, la mort n'est pas loin. » était véritable. Et Toshiro allait se mettre à chanter.

-Qu'as-tu compris, au juste ?

Il bondit sur Momo, la pointe de son sabre filant vers le ventre de la jeune fille. Elle réagis vivement, en virevoltant sur le côté, et en frappant de son fouet le bras de Toshiro. Il parvint à se dégager à temps.

-Ce que j'ai compris ? Répéta Momo.

Une petite moue ironique tordis ses traits d'enfant. Elle jeta son fouet sur le petit corbeau, qui esquiva comme il pus. Il connaissait les armes de longue portée, et savait que même si il était touché, le plus à craindre était le pouvoir des explosions de Momo. Elle pouvait le pulvériser si elle le voulais vraiment.

-J'ai compris que les armes apportent la liberté et l'égalité, fit-elle avec ferveur. C'est pourquoi j'ai moi-même choisis de suivre cet homme.

Toshiro se figea.

-Eh oui. Aujourd'hui, j'ai rallié la cause de Sosuke Aizen !

…..............................................

Yuki planait au-dessus du champ de bataille, enregistrant toute la scène de ses yeux-caméras. Elle entendais tout ce qui se disait, et ne comprenait pas. Certes, elle était un oiseau, un robot, donc elle n'était pas sensée posséder l’intelligence humaine, mais les chercheurs des Black Raven avait bien fait leur travail. Yuki, donc, tentait d'analyser la situation.

D'abord, une jeune fille qui devait être morte depuis dix ans réapparaissait, et elle ne trouvait aucune information sur elle dans ses fichiers. Elle n'avait que le prénom donné par Toshiro. Momo. Même pas un nom de famille. Cette jeune fille était un fantôme, et surpuissant, en plus. Parce qu’elle pouvait créer des boules de feu explosives à volonté. Un pouvoir étrange, et sûrement résultat des expériences des Aizen.

D'ailleurs, voilà qu'on lui annonçait que Sosuke Aizen, le fondateur de la famille éponyme, connu pour avoir été le plus grand génie de l'armement et le marchand d'arme le plus puissant de l'histoire de la Mafia, en quête de destruction, était encore en vie ! Du moins, c'était l'affirmation de Momo, et elle était dans le camp adverse. Problème de plus, ils ignoraient tout de ce fameux camp ennemi.

Yuki envoya les informations obtenues au QG, par soucis de sécurité, et tenta d'entrer en contact avec le Directeur des Blacks Raven, Shunsui Kyoraku. Mais la connexion ne marchait pas, et elle dus se résigner. Elle concentra tout ses efforts sur le combat qui se jouait en contre-bas.

…........................................................

-Les Buki vont nettoyer ce monde afin de lui faire prendre un nouveau départ.

Momo avait joins ses mains, dans ce geste pieu qui semblait être une sorte de tic chez elle. Ses yeux brillaient de ferveur et de folie. Toshiro, lui, n'en croyait pas ses oreilles. C'était tout bonnement impossible.

-Nous allons changer le monde !

À ces mots, Momo brandit les mains, et sa peau se mit à luire dangereusement, signe de la chaleur située sous sa peau. Toshiro sentit venir l'attaque, et sauta hors de portée.

-Mais tu débloque ? S'écria-t-il.

-Nous allons transformer ce monde devenus crasseux !

Et elle lâcha une boule de feu, qui s'écrasa sur le sol, libérant un nuage de fumée. La force de l'explosion souffla le mur du vieux hangar, et fendit le sol. Les gravas retombèrent lourdement autours du jeune homme, qui dus même trancher une plaque de tôle qui fonçait sur lui. La fumée avait envahis l'espace, et il ne parvenait pas à repérer son adversaire. Son Buki s'activa presque tout seul, et des volutes d'air glacés dansèrent et s'enroulèrent autours de lui. Elles dissipèrent le nuage, mais trop tard.

La lanière ignifugée et argenté du fouet fendis l'air pour frapper Toshiro au bras. Il grimaça sous la douleur qui lui brûla la peau, et saisis le fouet à pleine main. Il regretta aussitôt son geste, quand la chaleur de l'arme le fit siffler de douleur. Il lâcha aussitôt le plastique pour découvrir des brûlures entamant sa paume. D'un ordre silencieux, il fit glisser les bourrasques sur ses plaies, et les recouvris de glace. Du froid lui ferait du bien.

Il tenta de repérer Momo, mais sans succès. Elle semblait avoir disparus.

-Impossible, souffla-t-il. Je devrais pouvoir la repérer, à cette distance.

À peine ces mots lui eurent-il échappés qu'une boule de feu explosa à quelque centimètre de là ou il se trouvait. Il sauta le plus haut possible, intimant aux vents de créer une barrière glacée entre lui et le feu, qui léchait maintenant tout le hangar.

-Eh bien, fit la voix de Momo. Tu semble t-être ramolli, depuis notre dernière rencontre. Ce n'est pas comme ça que je vais pouvoir effacer cette tâche, tu sais ?

Et, dans un excès de confiance, elle sauta à porté de Toshiro, un sourire joyeux sur le visage. Il n'attendis pas, et projeta sa lame en avant, la neige recouvrant son sabre d'une couche glaçante et coupante. Momo se pencha en arrière, et esquiva de justesse. Elle posa le pied dans un amas de poussière, et le tissus immaculé de sa jupe fut tâché. Ce n'était pas très important, dans un combat, surtout lorsque l'on était en face de son adversaire, mais son sourire disparus.

Une expression pleine de rage et totalement perdue marqua son visage pâle. Elle commença à trembler, sous le regard d'incompréhension de Toshiro. Momo laissa échapper un sanglot, et serra les mâchoires.

-Une tâche … sur ma belle robe blanche. Elle est irrécupérable, maintenant.

-Mais … tenta Toshiro.

-Tais-toi, hurla-t-elle, le faisant sursauter. Une tâche … de la souillure. Tout n'est que souillure !

Elle est en pleine crise de folie, constata Toshiro, effrayé. Le visage contracté de Momo lui faisait presque pitié.

-Toi, moi, tout n'est que souillure, marmonna-t-elle, d'une voix démente. Je suis un être souillé, je suis maculée de crasse. Oui …

Ses bras s'illuminèrent, et le sol commença à fumer. Une vague de chaleur frappe le jeune homme aux cheveux de neige au visage, et lui fit plisser les yeux. Ses bourrasques s'interposèrent, mais il n'arrivait pas à maintenir son pouvoir à l'air libre, sous l'influence du vent. Momo éclata alors d'un rire nerveux, sec et hésitant avec les larmes.

-Les humains ne sont ne sont qu'un ramassis d'ordure !

Elle s'avança vers Toshiro, auréolé d'ondulation brûlant. Le petit corbeau ne bougea pas, pétrifié par le regard perdu de son amie d'enfance. Momo, une fois arrivée à portée de main, tandis brusquement la paume et saisis Toshiro par le bras. La chaleur lui brûla la peau, attaquant en profondeur, déchirant et faisant fondre ses tissus charnels. Il ne put s'empêcher de crier de douleur.

-Toi aussi, tu sais à quel point les humains sont des êtres souillés, n'est-ce pas ? Tu le sais, hein, Shiro ? Dis-le ! Reconnais que tu n'est que souillure, et ne me regarde pas comme ça !

Cela ne dura qu'un instant. Les volutes d'air frappèrent Momo en pleine face, la projetant en arrière et soufflant ses flammes. Toshiro bondit et s'éloigna le plus possible d'elle, estomaqué. Mais qu'était-elle devenue ?

-Oui, souffla-t-elle. Ma force elle aussi n'inspire que du dégoût.

Et comme pour appuyer ses propos, elle saisi le ruban noir qui lui serrait le cou, et fit flamber sa main. Le tissus soyeux s'enflamma et disparus en un nuage de cendre. Là, sous sa clavicule, tatoué à l'encre noir, un N°004 renversé.

-Momo …

-Shiro, laisse moi te dire quelque chose.

Son ton avait changé. D'un coup, il retrouvait presque la petite fille douce et aimante de son enfance. Toshiro, haletant mais faisant fi de la douleur, resserra sa main valide sur son épée. Mais Momo lui adressa alors un sourire triste.

-Je voudrais rentrer chez moi.

Il ouvrit grand les yeux, figé de surprise.

-Pardon ?

-Je commence à me sentir mal. Ma robe est toute abîmée. Et puis ça sent mauvais, ici.

À ce moment précis, Yuki se posa silencieusement sur un débris du hangar, les cendres volant paresseusement autour de son plumage blanc. Elle jeta un œil à Toshiro, et, jugeant que ses blessures n'étaient pas si grave que ça, reporta son attention sur Momo.

-Absolument. Tu rentrera chez-toi quand tu nous aura tout dis, ordonna-t-elle.

-Et puis, ils vont bientôt arriver continua la jeune fille brune sans faire attention à la chouette. De toute façon, on se reverra. Cela fait quinze ans qu'il attend ce jour.

-Quoi ? Que veux-tu dire ?

Momo lui adressa un sourire condescendant, comme si elle se riait d'une bêtise d'enfant.

-La vague qu'il a créer commence déjà à déferler, et gagne du terrain. Et c'est par le secteur de la Volta que tout va débuter.

-Qu'est-tu entrain de manigancer ? S'alarma Toshiro, sans obtenir de réponse.

Momo avait tourné le regard vers l'entrée de la ruelle du hangar.

-Plus un geste, hurla une voix masculine et autoritaire.

Quatre hommes vêtus de costume noir pointaient leurs pistolets sur eux. Et là, debout au milieu d'eux, se dressait l'homme aux cheveux rouges que Toshiro avait vus plus tôt, lorsqu'il était dans la charrette de l'ancien Aizen. Renji Abaraï.

-Tu vois ? Lui murmura Momo d'une voix complice. Je t'avais dit qu'ils n'aillaient pas tarder à arriver.

Le petit corbeau ne répondit rien, trop occuper à analyser l'adversaire. Cinq, armés, des hommes robustes, des mafieux rompus aux combats. Avec son bras hors d'usage et l'utilisation répété de son Buki, il ne ferait pas le poids longtemps.

-Nous avons vus les explosions et la fumée, et trouver des cadavres, pas loin. C'est vous qui les avez tués ?

Le jeune homme ne répondit rien, et Momo enroula son fouet sur lui-même d'un air calme et dégagé. Renji sembla s'énerver de si peu de réaction.

-Vous êtes sur le territoire des Kuchiki, ici. Personne n'est autorisé à donner la mort à part nous.

Il plongea son regard noir dans celui de Momo, brillant d’innocence. Un message tactique passa entre eux, sans que personne ne le remarque. Sauf Toshiro, habitué à décrypter les informations physiques de ses cibles. Bien que ce fameux Renji ne soit pas une cible, pour l'instant. Momo s'enveloppa dans sa cape, offrit un sourire lumineux aux hommes, et fit volte-face.

-À la prochaine, Shiro !

Et elle bondit sur le toit du hangar, avant de disparaître hors de vue. Aussitôt, un des hommes régit vivement.

-Elle file ! Attrapez …

-Non ! Le coupa violemment Renji. Le chef nous a dit d'éliminer en priorité les Blacks Raven !

Il se tourna vers Toshiro, toujours accroupis au sol, serrant contre lui son bras blessé.

-Il a beau être un gamin, n'ayez aucune pitié ! Abattez-le !

Les hommes pointèrent leurs canons sur le petit corbeau, et Yuki ouvrit grand ses ailes, pour s'envoler aussi vite que possible à la moindre menace. Elle pouvait protéger Toshiro d'une rafale, mais pas de deux, elle risquait d'exploser. Toshiro décida de gagner du temps, cherchant désespérément une solution.

-Vous êtes Renji, n'est-ce pas ? Votre petite mise en scène pour laisser filer Momo est plutôt bien pensée.

Mais il ne se laissa pas avoir, et resta aussi impassible qu'une statue de marbre.

-Je ne vois pas de quoi tu veux parler, gamin. Tu as fait une grosse erreur en te frottant aux Kuchiki, tu sais ? Tu est peut-être un bourreau, mais nous sommes de la Mafia. Et les corbeaux du Gouvernement, on les tues sans hésitations.

Il brandis son pistolet, et sans plus de préambule, tira. La balle jaillis du canon avec un bruit assourdissant, et Toshiro la vit distinctement se précipiter sur lui. Mais avant même qu'elle ne pus le toucher, un grand « BOUM » retentis et une masse de béton s'abattit devant lui, le protégeant in-extremis d'une mort immédiate.

-Et ben Toshiro. À quoi tu joue ?

La voix était féminine, et la personne à qui elle appartenait se targuait de belles … formes. Son manteau noir de jais flotta un moment sous le vent provoquer par l'impacte. Le blason en forme de corbeau était clairement visible sur le dos de la nouvelle arrivée.

-Tu semble t'être mis dans un sacret bourbier, remarqua la femme.

-Un deuxième Black Raven, ragea Renji. Pas possible !

-Aucun avis de jugement n'a encore été émis, je n'ai donc pas le droit de vous tuer, chantonna-t-elle. Soyez-en reconnaissant.

Les mafieux n’attendirent même pas les ordres pour la mettre en joue, avant de tirer sans omission La femme bondit hors d'atteinte, et donna un coup de pied dans un gravas épais en béton, arraché du mur du hangar par les explosions de Momo. Le bloc vola dans les airs, avant de heurter lourdement un des mafieux, le tuant sur le coup. Elle dégaina une épée au fourreau bleu et or, et sauta parmi les trois hommes restant. Elle en assomma un d'un coup de pied dans la mâchoire et planta son épée dans le ventre du deuxième. Le troisième tomba au sol dans un hurlement avant même que la garde de l'épée ne le touche à l'oreille.

-Ce n'est que de la légitime défense, remarqua-t-elle. Yuki, je compte sur toi pour ne pas cafter !

-Mais … mais, bafouilla Toshiro, estomaqué.

Sa chouette se permit d'exprimer à voix haute ce que le petit corbeau pensait.

-Mais que fait-tu ici …

Un coup de vent fit voler la capuche de la femme, libérant une chevelure blond vénitien, ondulée et soyeuse, encadrant un visage d'une grande beauté, aux lèvres pleines et aux pommettes seyantes. Ses prunelles bleu-gris brillaient d'amusement.

-Black Raven II, Rangiku Matsumoto !

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales