Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1972 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Au delà des limites Auteur: Moon Vue: 34317
[Publiée le: 2012-06-06]    [Mise à Jour: 2016-09-06]
13+  Signaler Romance/Drame/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 83
Description:
Une nouvelle menace plane au dessus de la ville de Karakura. Pour mettre la lumière sur cette affaire, la Soul Society envoie en mission sur terre le capitaine de la dixième division. L'accompagne sa vice-capitaine, Rukia, Renji, Ikkaku et Yumichika, déjà familiarisés avec le monde terrestre. Cependant, à peine arrivés sur terre, ils tombent dans une embuscade de taille et leur victoire semble compromise. Tandis que Rukia se dépêche de prévenir Ichigo Kurosaki de la situation, le capitaine Hitsugaya, dans un ultime assaut, dévoile une puissance encore insoupçonnée lourde de conséquences...
---------
Romance :
Toshiro/Karin
Ichigo/Rukia
---------
Ce récit prend place après l'arc des Fullbringers (donc attention aux spoils) et tient compte de quelques épisodes de l'anime.
Crédits:
L'univers et les personnages appartiennent tous à Tite Kubo, à l'exception de certains issus de ma propre création (ils seront précisés en début de chapitre lors de leur apparition).
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Les déchirures dans le ciel

[4338 mots]
Publié le: 2014-12-16Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Bonsoir ! Voilà enfin le chapitre 27, j'espère que vous ne désespérez pas trop à attendre la suite à chaque fois :S Je suis vraiment désolée, ce chapitre n'aurait jamais dû autant tarder, je l'avais quasiment terminé depuis un bon moment.
Bref, mauvaise organisation de ma part. Bonne lecture tout de même!

Chapitre 27




La nuit était tombée sur la Soul Society. La caverne servant de refuge aux deux hauts gradés de la dixième division se voyait désormais plongée dans une obscurité quasi totale. Rangiku Matsumoto s'était assoupie près de l'entrée, encore affaiblie et exténuée tandis que son capitaine demeurait éveillé près d'elle. En fait, il était assis dans une position assez inconfortable depuis que sa subordonnée s'était endormie. La tête de la blonde avait fini par retomber mollement sur son épaule et son poids commençait à le faire lui-même tanguer dangereusement sur le côté. Malheureusement, toutes ses tentatives pour s'en soustraire sans la réveiller furent vaines. Il se demanda même si sa seconde n'avait pas fait exprès de glisser lentement sur lui et ça l'agaçait. De cette manière, il lui était impossible de s’éclipser deux minutes sans l'alerter. Qu'elle était chiante ! Mais bon il devait bien avouer que lui aussi était idiot. Si ça l'embêtait tant il n'avait qu'à se lever, point.

Sauf que dans son état elle avait besoin de repos, n'est-ce pas ?


Toshirô soupira silencieusement, tournant la tête vers l'ouverture où se découpait une partie du ciel étoilé. La lune n'était pas visible de ce côté-ci mais sa lumière blanche épousait magnifiquement le paysage sauvage du Rukongai.

Cela le ramena à quelques souvenirs de son enfance passé à Jurinan, considéré comme la plus paisible des provinces de Soul Society. Il songea alors à Hinamori, de laquelle il n'avait plus eu de nouvelles depuis son arrestation dans le monde réel. Ukitake la disait entre de bonnes mains à la quatrième division et cela le rassérénait déjà, même s'il brûlait d'envie d'aller s'en assurer de ses propres yeux. Mais avec les ennuis qu'il cumulait depuis plus d'un mois, il n'était même plus certain d'espérer la revoir un jour. Cette seule pensée l'affligea profondément. Non, c'était tout bonnement inconcevable. Il existait forcément une solution pour sortir de toute cette pagaille ! Il devait reprendre les choses en main, aller de l'avant et corriger certaines erreurs faites en chemin...


Inopinément, ses pensées se tournèrent vers la sœur du Shinigami Remplaçant. Jusqu'ici, il avait fait de son mieux pour oublier ce qui s'était passé dans le monde réel et en y réfléchissant bien, il serait même préférable qu'il continue à ignorer les faits.

En tant que Shinigami capitaine du Gotei 13 il avait agi au mieux face à Karin Kurosaki. Shinigami et humains ne pouvaient pas espérer marcher sur la même route pour des raisons bien évidentes. Le monde était fait ainsi. Mais en tant qu'homme, il avait conscience de tenir le rôle du parfait crétin qui avait réagi comme un véritable goujat. C'est sans aucun doute ce que lui reprocherait Matsumoto s'il lui en avait parlé... S'il... lui en parlait ?

Toshirô jeta un coup d'œil furtif à sa subordonnée qui venait encore de plier de quelques dégrées supplémentaire sur lui.

Mauvaise idée. Il était dans leur intérêt commun que celle-ci ne sache rien. Et puis il n'y avait rien à dire de plus de toute façon. Curieusement, dans sa poitrine son cœur se mit à battre avec force tandis qu'il repensait à ce fameux baiser aussi audacieux qu'impromptu duquel il avait été l'instigateur. Lui ? Une initiative comme celle-là ne lui ressemblait guère. Il ne savait pas bien quelle force mystérieuse l'avait poussé ce soir-là, mais il aurait aimé pouvoir affirmer que Matsumoto en était responsable. Après tout c'était elle qui n'avait pas arrêté de le harceler pour le voir se rapprocher de Karin. Oui mais voilà, au fond, sa vice-capitaine n'avait fait que mettre le doigt sur quelque chose qui s'était déjà installé au préalable et qui au cours de ce mois avait finit par prendre forme. Une mécanique confuse que tout individu normalement constitué appelait « sentiments ». Et ce n'était pas tant de se faire piéger par cet engrenage qui l'embêtait mais plutôt de ne pouvoir s'en défaire comme il le voudrais.


Décidément, il n'avait pas seulement perdu le contrôle de son zanpakutô dans toute cette histoire... D'ailleurs, il avait beaucoup réfléchi sur ce dernier point. Il ne savait pas combien de temps il serait encore capable de contenir sa pression spirituelle mais les engelures de plus en plus prononcées sur son corps semblaient lui faire comprendre qu'il atteignait ses limites physiques. De plus, sa tête avait recommencé à le lancer durement et ça, c'était vraiment mauvais signe. Il allait devoir trouver une solution dans l'heure. Et cette solution était enfouie quelque part au fond de lui-même. Ça, il en était certain.


A ses côtés sa vice-capitaine remua doucement, lui libérant enfin son épaule endolorie, avant de commencer à toussoter. Quelques gouttes de sang furent alors projetées entre ses lèvres avant de venir tâcher l'haori qui la couvrait toujours.

Ça aussi c'est mauvais signe, songea le jeune capitaine qui se sentait en partie responsable de l'état précaire de sa seconde. Il n'aurait jamais dû accepter qu'elle ne reste ici avec lui. Non seulement il la mettait en danger avec l'instabilité de ses pouvoirs mais en plus, les blessures internes qu'elle avait subies et qu'il n'avait pas été en mesure de soigner s'aggravaient. Matsumoto était persuadée que Kisuke Urahara débarquerait bientôt pour arranger les choses. Et comment ? A coup de baguette magique peut-être ? Le jeune Shinigami se réservait le droit de demeurer sceptique. Après tout, ils n'avaient aucune idée de la situation au Seireitei, alors comment être sûr ? Peut-être que personne ne viendrait.

Il n'était pas bon de trop se reposer sur des illusions. Plutôt que d'attendre que les choses dégénèrent, le capitaine de la dixième division préférait agir.


Profitant que sa vice-capitaine ne soit plus avachie sur son épaule, Toshirô se leva silencieusement et récupéra Hyorinmarû posé contre la roche. A l'instant même où ses doigts entrèrent en contacte avec la poignée, une sensation étrange le traversa. Celle-ci était bien loin de la chaleur familière qu'il avait l'habitude de ressentir à chaque fois qu'il prenait son sabre entre les mains. Il en émanait une austérité froide, une forme d'avertissement.


Rangiku émergea de son sommeil dans un petit sursaut. Elle tourna frénétiquement la tête à droit et à gauche, pour finalement apercevoir son supérieur debout devant l'ouverture de la grotte. Il tendait Hyorinmarû à bout de bras devant lui, comme s'il craignait que celui-ci ne se retourne subitement contre lui.

-Capitaine ?

Le concerné détacha un instant son regard de la lame pour le posé sur la silhouette de sa subordonnée à peine perceptible dans l'obscurité.

-Désolé, je ne voulais pas te réveiller, dit-il en abaissant aussitôt son arme.

-Tout va bien ? Demanda-t-elle d'un ton à mi-chemin entre l'inquiétude et la suspicion.

Elle sentait qu'il recommençait à perdre le contrôle de sa pression spirituelle mais elle s'abstient de le lui faire remarquer. Après tout, il avait certainement dû s'en rendre compte avant elle.

Toshirô passa devant la jeune femme sans un mot avant de s'enfoncer plus en profondeur dans la caverne. A quelques mètres de là, il planta son zanpakutô dans le sol pour finalement prendre place en tailleur devant celui-ci. Il inspira et expira profondément avant de formuler sa réponse.

-Il y a une chose que j'aimerais vérifier.

-Vous avez déjà plusieurs fois tenté de parlementer avec Hyorinmarû, lui rappela-t-elle en sondant ses intentions. Vous disiez que ça ne se passait jamais très bien.

-C'est vrai, mais il faut que j'y retourne.

-Soyez patient. Kisuke Urahara arrivera bientôt, j'en suis sûre, affirma-t-elle pour tenter de le persuader.

Le visage impassible, Toshirô la considéra un moment avant de déclarer :

-Il sera peut-être trop tard d'ici là. Et l'on ne peut pas toujours se reposer sur cet homme, acheva-t-il d'un ton sans réplique.

La vice-capitaine ne répondit pas. Elle comprenait bien que rien ne le ferait changer d'avis. Voilà un point sur lequel ils s'accordaient tous les deux. Elle rit doucement à cette pensée.

-Tu rigoles pour quoi au juste ?

-Vous pourrez toujours le nier devant les autres, capitaine, mais vous êtes bien plus obstiné que moi, parfois.

Il se renfrogna pour toute réponse, puis se passa plusieurs secondes avant qu'il ne finisse par remuer les lèvres.

-Matsumoto... Au cas où les choses déraperaient, ne t'attardes pas ici.

-C'est un ordre ou une suggestion ? Le taquina-t-elle d'un air innocent, presque puéril.

Une exaspération rauque filtra entre les lèvres tendues du capitaine. Ses pirouettes verbales pour passer entre les mailles de ses injonctions l'agaçaient au plus au point.

-Je ne veux pas que tu restes ici, compris ? reformula-t-il plus explicitement.

Évidemment, la Shinigami demeura silencieuse sur sa dernière réplique. Toshirô ne se donna alors même plus la peine d'insister. De toute façon elle n'en faisait toujours qu'à sa tête. Et après s'était elle qui osait souligner son obstination ? Quelle plaisanterie ! Quoi qu'il en soit, l'imprudence de sa vice-capitaine l'obligeait au moins à garder la situation sous son contrôle.

Les yeux clos, il inspira et expira longuement.

Cette fois, il y arriverait. Si les paroles ne suffisaient plus, il ferait usage de la force. Cette idée ne lui plaisait pas beaucoup mais il n'avait de toute manière plus d'autre choix, son zanpakutô ne cédant à aucune de ses supplications. La dernière fois qu'il avait dû lutter contre le dragon de glace pour obtenir plus de puissance avait été lors de son acquisition du Bankai. Mais au fond que recherchait-il, lui qui se sentait submerger par sa propre force aujourd'hui ? Ce n'était pas davantage de pouvoir mais un retour en arrière. Refermer la brèche... Quel genre de combat était-il censé mener pour cela ?

La respiration de plus en plus lente, l'esprit concentré sur sa lame, le jeune capitaine se laissa progressivement glisser sur la conscience froide de Hyôrinmarû.

Mais avant qu'il n'ait pu atteindre les abysses de son âme, plusieurs pressions spirituelles se manifestèrent simultanément.

-Capitaine !


Mais l'avertissement de sa vice-capitaine fut la dernière chose qu'il perçut de la réalité du monde. Une force glacée l'attira plus en profondeur ne le laissant pas rebrousser chemin. La caverne quant à elle n'existait déjà plus, remplacée par une étendue gelée, stérile, où le climat se déchaînait sous un grondement sourd qui n'avait rien à voir avec le tonnerre...


*****


Lorsque Karin bifurqua à la dernière intersection qui la séparait du magasin Urahara, elle s'aperçut de la présence de deux orbes brillants dans l'obscurité à l'abri des halos de lumière formés par les quelques lampadaires bordant la rue. Elle se figea un court instant avant de se rendre compte qu'il ne s'agissait là que d'un chat errant bien trop curieux qui l'observait depuis le milieu de la chaussée. Au moins ce n'était pas l'un de ces monstres masqués. Elle n'avait rien sur elle pour les repousser et encore moins de quoi se défendre.

Karin n'ignorait pas qu'elle attirait les Hollows comme des moustiques, surtout depuis que son frère avait perdu ses pouvoirs de Shinigami et ce sans qu'elle ne puisse véritablement en comprendre la raison. Mais jusqu'ici Ichigo, son père et Urahara avaient toujours veillé au grain. Ce dernier lui fournissait même depuis plusieurs mois de quoi les maintenir à distance ou à défaut de quoi prendre la fuite. Aussi, pouvait-elle compter sur sa propre perception pour éviter de se retrouver en mauvaise posture, elle ainsi que les gens qu'elle côtoyait au quotidien.


La jeune fille détourna alors son regard de l'animal sans plus de façon puis conclut les derniers mètres la séparant du bazar. Bien entendu, tout était clos. Les volets étaient si bien fermés d'ailleurs qu'il était impossible de savoir s'il y avait encore de l'agitation à l'intérieur. Mais malgré l'heure tardive et connaissant les occupants du bazar, aucun d'eux ne devait déjà s'être couchés. Tout du moins s'en persuadait-elle.

Prenant une inspiration censée lui redonner un peu de courage, elle se prépara à frapper à la porte mais s'arrêta dans son geste avant même de toucher le panneau, interrompue par une voix grave et profonde.

-Kisuke est absent.

Elle se retourna brutalement mais ne vit personne. Ou tout du moins, personne d'humain. Le chat de tout à l'heure était sorti de l'obscurité et s'était avancé sous le faisceau du lampadaire jouxtant le magasin. Il braquait sur la jeune fille ses iris dorés qui contrastaient profondément avec son pelage noir.

Karin balaya les environs d'un coup d’œil furtif mais ne vit toujours personne.

-Il n'y a que toi et moi dans cette ruelle, annonça le chat qui venait de remuer la mâchoire inférieur.

La collégienne esquissa un mouvement de recul, l'expression béate, sans parvenir à s'exclamer. Ce chat venait vraiment de lui parler ?

Le félin soupira devant sa réaction.

-Toujours pareil avec vous les humains. Un chat qui parle n'est pourtant pas ce qui existe de plus étrange dans ce monde.

-Vous êtes un esprit enfermé dans un corps de chat ? Demanda alors Karin qui se souvenait avoir déjà observé un phénomène similaire auparavant.

-Non.

-Alors vous êtes quoi ?

-Tu veux vraiment m'entendre déblatérer sur ma vie ? Tu m'avais pourtant l'air bien pressé en arrivant ici, lui fit remarquer l'animal en agitant le bout de sa queue.

C'était vrai, elle n'avait pas de temps à perdre à discuter, même si son interlocuteur se trouvait être un chat. Toutefois...

-Si vous savez qu'Urahara n'est pas là, vous savez peut-être si...

-Si Toshirô Hitsugaya demeure toujours dans le monde réel ? Acheva le quadrupède. Non, tu arrives trop tard. La Soul Society est venue le chercher l'autre jour et Kisuke est parti avec eux.

Karin se révéla encore plus éberluée qu'avant, si bien qu'elle ne se rendit pas immédiatement compte que le chat avait disparu.

-Suis-moi, lui intima la voix grave du félin à présent debout à l'angle du bazar.

La collégienne s'empressa de le talonner jusque derrière le magasin, dans une petite cour où était entassé tout un bric-à-brac encombrant que le directeur aux getas ne parvenait pas à stocker dans son local. Avec une habileté innée, le chat escalada rapidement une pile de cartons pour atteindre l'ouverture d'un vasistas.

-Attendez ! Monsieur.... euh... Monsieur le chat !

-Je préfère que tu m'appelles Yoruichi.

-Ah pardon... Mais comment savez-vous que Toshirô est retourné à la Soul Society, Monsieur Yoruichi  ?

L'intéressé se retourna doucement du haut de son carton, les moustaches frémissantes.

-J'étais là quand ils l'ont arrêté.

Karin se pétrifia d'horreur à ses mots. Arrêté ?! Alors il n'était pas simplement retourné dans l'autre monde ?

-Que s'est-il passé !? Quémanda-t-elle l'estomac soudain compressé tandis que d'un coup de patte, Yoruichi fit pivoter la petite vitre rectangulaire.

- Attends-moi là maintenant.

Le chat disparut alors par le vasistas et quelques secondes plus tard, la porte de l'arrière-cour s'ouvrit à Karin.

-Kisuke disait que tu viendrais, déclara Yoruichi assis dans l'encadrement de la porte. Tu as juste du retard sur son programme.

-Du... du retard sur son programme ? S'étonna-t-elle. Mais...

-J'ignore ce qu'il a derrière la tête en ce qui te concerne, la coupa l'animal, mais laisse-moi te donner un conseil : si tu as des doutes ne pactise jamais avec Kisuke Urahara.

-C'est une blague ? S'esclaffa presque Karin.

-J'ai l'air de plaisanter ? Rétorqua Yoruichi impénétrable derrière ses traits de félin. Ne traverse ce seuil que si tu es certaine de tes intentions.


Soudain, ses oreilles triangulaires se redressèrent brusquement, comme deux sentinelles aux aguets. Karin leva à son tour la tête vers le ciel noir d'encre. Elle aussi, les avait sentis.


*****



Pendant ce temps à la Soul Society, l'arrivée du Shinigami remplaçant était bien loin de passer inaperçue. Accompagné de Rukia, ils se firent rapidement apostropher à la lisière des divisions cinq et six par une petite troupe de Shinigami à la tête de laquelle se tenait un Byakuya Kuchiki peu accommodant. De son pas altière, celui-ci s'avança jusqu'au roux, ses yeux perçants croisant au passage ceux circonspects de sa petite sœur adoptive.

-Tes venues sont toujours bien prévisibles, Ichigo Kurosaki, déclara-t-il en le fustigeant de ses pupilles froides et inquisitrices.

-Gra...grand-frère ! S'exclama Rukia la voix chevrotante.

Alors qu'ils s'étaient attendus à se faire immédiatement réquisitionner par Urahara dès leur arrivée au Sereitei, la présence inopinée du noble désarçonna complètement la Shinigami qui craint soudain de devoir se justifier dans le détail. Cependant, Ichigo ne sembla pas souffrir du même embarras et annonça d'une voix égale :

-Tiens Byakuya, qu'est-ce que tu fais là ?

Un courant d'air passa entre les deux hommes tandis que Rukia manqua de s'évanouir. User de la politesse n'avait jamais été le fort d'Ichigo. Quiconque l'avait côtoyé plus d'une brève entrevue avait pu se rendre compte de cette particularité éconduit par plus d'un sermon.

Le capitaine de la sixième division plissa imperceptiblement les yeux, se retenant à grande peine de cracher son acrimonie face au manque de respect toujours aussi manifeste du Shinigami remplaçant. On ne changeait pas un sot, n'est-ce pas ?

-Que viens-tu exactement faire à la Soul Society, poursuivit alors le noble d'une âpreté sans commune mesure. Il semble écrit sur ton front que tu t'apprêtes une fois de plus à outrepasser nos lois. Aurais-je tords de m'en inquiéter ?

Ichigo était sur le point de rétorquer quand Rukia le devança à temps, parlant si vite qu'elle buta sur plusieurs mots :

-Nous sommes attendus par le capitaine Hirako à la cinquième division ! Je vous promets de veiller personnellement à ce qu'il ne s'écarte pas trop de notre règlement cette fois...

Ichigo debout derrière elle, contempla la petite Shinigami avec une certaine pitié. Elle se sentait toujours obligée d'en faire des tonnes devant son frère.

-Pourquoi tu lui racontes des salades alors que tu sais très bien qu'on va...


La fin de sa phrase fut étouffé par un énorme tumulte qui résonna dans l'atmosphère. Celui-ci était similaire au bruit discordant d'un coup de tonnerre que l'on aurait hachuré. D'un même mouvement, toutes les têtes convergèrent en direction du ciel. Sa voûte obscure sembla se déchirer en une gigantesque brèche au-dessus du Sereitei.

-Qu'est-ce que c'est que ça ? Murmura Ichigo sa main prête à se saisir de Zangetsu.

-Ça ne peut pas être..., commença Rukia interloquée en observant plusieurs têtes monstrueuses et blafardes s'insérer à l'intérieur de la déchirure naissante. Dans l'enceinte même du Seireitei c'est... c'est impossible !

Byakuya fut le plus prompt à réagir. Faisant volte-face, il débita rapidement à ses hommes les directives à suivre avant de reporter son attention sur Ichigo et Rukia restés tendus devant l'invasion massive de Hollows.

-Ne restez pas stupidement pétrifiés et hâtez-vous vers votre objectif. En ce qui vous concerne, je n'ai reçu aucun ordre. Vous pouvez donc disposer.

-Byakuya...

-Quant à cette invasion d'Hollow, le Gotei 13 peut largement se passer de votre soutien je crois.

Le frère et la sœur s'échangèrent un regard entendu. Après une courte hésitation, Ichigo approuva à son tour par un signe de tête.

La seconde suivante l'escouade de la sixième division se dispersa, Byakuya se mêlant d'un shunpô à une unité.

-On y va, Rukia.

-Oui, allons-y.


Au-dessus d'eux, une première vague d'Hollows pénétra dans le Seireitei et ils pouvaient déjà percevoir les premiers échos des combats. Cependant, à peine eurent-ils parcouru une centaine de mètres qu'une voix rocailleuse familière les héla :

-Hé ! Par ici vous deux !

L'homme qui les avait interpellé se tenait voûté sur le toit, telle une gargouille de pierre, un sabre denté posé contre son épaule.

-Renji !

D'un seul bond, le vice-capitaine aux cheveux vermeils atterrit avec souplesse dans leur axe, la mine dédaigneuse.

-Alors comme ça vous trouvez le temps de traînasser en route ?

-La ferme. Moi au moins j'avance, je ne joue pas passivement les paraboles sur le toit, répliqua aussitôt Ichigo à sa provocation.

-Espèce d'enfoi... eh ? Paraboles ?

-Ben quoi, ne me dit pas que tu sais pas ce que c'est ? Se désespéra le roux en se frappant le haut du front.

Mais au vu de ses traits restés inexpressifs, il devenait évident qu'il ignorait tout du sujet.

-Laisse tomber...

-Grand sot, intervint alors Rukia d'un air supérieur. Les paraboles sont des lapins carnivores du monde réel qui mangent des...

-Mais n'importe quoi ! S'exclama Ichigo qui n'avait jamais rien entendu d'aussi stupide. Si tu sais pas toi non plus ne dit rien plutôt que de sortir des conneries pareilles !

Soudain, un éclat de lumière rose transperça la nuit, les ramenant dans l'urgence de la situation. Au loin, on pouvait contempler tout un essaim de pétales scintillants virevoltant sous le ciel obscure dans un somptueux balai. Mais les trois Shinigamis savaient bien que derrière la magnificence de ce spectacle se cachait le Shikai destructeur du capitaine de la sixième division, ce dernier invisible depuis leur position. La vague rose tranchante qui se trouvait être en réalité composée des milliers de lames de Zenbonzakura prit sauvagement d'assaut un Gilian, lequel poussa un long hurlement avant de disparaître dans une pluie de particules spirituelles.

-On a assez perdu de temps, il faut nous dépêcher, les rappela Renji qui fit signe à ses compagnons de le suivre. Les choses sont en train de se gâter...

-Compris, on te suit !


*****

J'entends une voix,

Elle résonne,

Si loin,

Si proche...


Toshirô tentait vainement de se protéger contre les rafales de neiges tourbillonnantes qui balayaient son monde gelé. Le brouillard était si épais qu'il ne parvenait pas à voir à plus d'un mètre devant lui. La glace sur laquelle il marchait craquait sous ses pieds et le froid intense mordait douloureusement sa chair. C'était bien la première fois qu'il ressentait la teneur du froid, ici. Sa propre pression spirituelle semblait se retourner contre lui, comme s'il n'était qu'un corps étranger incapable de s'adapter à cette nouvelle ère.

- Hyorinmarû !

Sa voix se noyait dans le brouhaha infernal de la tempête. Malgré cela, il était certain que le dragon de glace parvenait à l'entendre. Il s'égosilla à plusieurs reprises, poursuivant sa marche aveugle sans se soucier de la raideur de son corps sur le point de l'abandonner.

Mais les minutes filèrent et sa volonté seule ne suffit plus à le porter en avant. Ses genoux fléchirent et il tomba à quatre-pattes sur la surface miroitante et glacée qui se fissura sous son poids. Depuis qu'il était de retour à la Soul Society, tout partait en vrille. Surtout depuis qu'il avait quitté sa geôle blanche censée détruire tout ce qui faisait de lui un Shinigami. Aujourd'hui, il tentait son ultime rédemption.


C'est alors qu'il sentit des vibrations lui chatouiller la paume de ses mains collées contre le sol . Puis un son grave et étouffé parvint jusqu'à lui. Les iris pers du jeune capitaine sondèrent alors la glace plus en profondeur, au-delà de son reflet, là où une masse gigantesque ondulait silencieusement. Il se tenait sur un lac gelée.

Toshirô avait les muscles du visages si frigorifiés qu'il n'était même plus en mesure d'articuler le nom de son zanpakutô. Quand bien même, Hyorinamrû savait qu'il était ici et son ostensible indifférence l'amenait à penser qu'il refusait purement et simplement de se montrer. Il n'avait alors pas d'autre choix que de venir le rejoindre et peut-être bien était-ce là la volonté du dragon.

La glace sous lui était plutôt fragile et à deux doigts de se dérober, il ne manquait pas grand-chose pour qu'elle se brise.

Joignant ses mains au-dessus de la tête, Toshirô frappa d'un grand coup la surface rigide. Il avait un très mauvais pressentiment face aux pressions spirituelles qu'il avait ressentis juste avant qu'il n'entre dans son monde intérieur. Si Matsumoto se battait toute seule dans son état, que ce soit pour le protéger de la Soul Society ou des ennemis, elle n'avait que très peu de chances de s'en sortir vivante.

Sa seconde tentative laissa apparaître plusieurs autres fêlures, de même que la troisième qui macula le sol de marques sanguinolentes. Il devait se dépêcher de revenir l'aider, ne plus perdre de temps. Mais la glace apparaissait bien plus solide que prévu.

- Tu vas te briser à la fin !

C'est sur ce cri de désespoir que son dernier coup traversa enfin la glace, son corps s'immergeant brutalement dans l'eau gelée.

J'entends une voix,

Elle résonne,

Si loin,

Si proche...

J'ai décidé de chercher d'où elle venait,

Même si je dois mourir dans cette plaine glacée.

  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales