Ne pas suivre ce lien !

Fanfic Fr

Publiez et gérez vos fanfics en ligne

 Créer un compte | S'identifier.

Sommaire

Version mobile



Accueil


FANFICTIONS


Lecture


Entre Vous


Édition


Internet & Liens



Derniers Blogs Modifiés


Derniers liens


Appels à Textes

Consulter tous les AT
  • Nutty Kyds : Oups
    Nutty Sheep
    Nb de signes : 5 000 - 15 000 sec
    Genre : science-fiction
    Délai de soumission : 25/05/2021
  • Océans merveilleux
    Fantasy Art and Studies
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : fantasy
    Délai de soumission : 25/06/2021
  • Nocturnes
    Revue Ecriture de soi-R
    Nb de signes : < 3 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 15/03/2021
  • Basse-cour
    LE SOC
    Nb de signes : < 5 000 sec
    Genre : art visuel - poésie
    Délai de soumission : 22/03/2021
  • Surréalisme
    Encres
    Nb de signes : < 12 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • Road trip
    Revue de La Grenouille à Grande Bouche
    Nb de signes : 4 000 - 8 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 16/02/2021
  • Ode à l'indépendance
    L'Indé Panda
    Nb de signes : 3 500 - 35 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 28/02/2021
  • PEG Prix d'Ecriture descerné à Gruyère
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 30/06/2021
  • PIJA Prix International Jeunes Auteurs
    Editions de l'Hèbe
    Nb de signes : < 30 000 sec
    Genre : libre
    Délai de soumission : 31/03/2021
  • Problème
    Editions du Sagittaire
    Nb de signes : 25 000 - 75 000 sec
    Genre : théâtre
    Délai de soumission : 30/06/2021

Publicité


Publicité

Votre campagne ici

Articles

(Consulter tous les articles)

Concours Fan-Fiction Univers J.R.R. Tolkien
 par   - 1972 lectures  - Aucun commentaire

Cet automne le service Médiathèques et Bibliothèque de Grasse organise un concours de fan-fiction sur le thème de l’univers de Tolkien.
Si vous souhaitez participer sachez que votre production ainsi que votre fiche d’inscription sont à remettre par voie postale ou électronique (communication.bibliotheque@ville-grasse.fr) à la médiathèque de Grasse avant le 31 décembre et qu’il faudra vous limiter à 8000 mots maximum. Vous retrouverez toutes les informations dont vous aurez besoin dans le règlement du concours disponible sur le site de la médiathèque https://www.mediatheques.grasse.fr


Accueil des Fanfics Liste par Auteurs/Date Recherche Coup de cœur Hasard...

Animes-Mangas

 > 

Bleach

Au delà des limites Auteur: Moon Vue: 34311
[Publiée le: 2012-06-06]    [Mise à Jour: 2016-09-06]
13+  Signaler Romance/Drame/Action-Aventure/Amitié Commentaires : 83
Description:
Une nouvelle menace plane au dessus de la ville de Karakura. Pour mettre la lumière sur cette affaire, la Soul Society envoie en mission sur terre le capitaine de la dixième division. L'accompagne sa vice-capitaine, Rukia, Renji, Ikkaku et Yumichika, déjà familiarisés avec le monde terrestre. Cependant, à peine arrivés sur terre, ils tombent dans une embuscade de taille et leur victoire semble compromise. Tandis que Rukia se dépêche de prévenir Ichigo Kurosaki de la situation, le capitaine Hitsugaya, dans un ultime assaut, dévoile une puissance encore insoupçonnée lourde de conséquences...
---------
Romance :
Toshiro/Karin
Ichigo/Rukia
---------
Ce récit prend place après l'arc des Fullbringers (donc attention aux spoils) et tient compte de quelques épisodes de l'anime.
Crédits:
L'univers et les personnages appartiennent tous à Tite Kubo, à l'exception de certains issus de ma propre création (ils seront précisés en début de chapitre lors de leur apparition).
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>
  Commenter ce chapitre 

Prise de conscience

[4301 mots]
Publié le: 2014-09-03Format imprimable  
Taille du Texte: (+) : (-)
Commentaire de l'auteur Bonsoir à tous ! Bon, sur mon écran il est 1h42 du matin j'irai donc droit au but. Je suis crevée, MAIS j'ai un nouveau chapitre à vous faire lire (enfin !). Autre bonne nouvelle : (roulement de tambours...) Aussi incroyable que cela puisse paraître, le chapitre 26 ne mettra pas quinze ans à arriver pour la simple et bonne raison qu'il est achevé lui aussi :D(à un détail près). Du coup, je le mettrai en ligne ce weekend. (J'ai bossé très dur ces deux dernières semaines pour parvenir à un tel exploit XD)
Voilà ! Sur ce, je vous laisse avec ce chapitre 25, bonne lecture !

Chapitre 25



Ichigo se tenait droit comme une sentinelle devant la porte de la chambre de Karin. Derrière celle-ci, il savait sa sœur en grande conversation avec Rukia. Bien sûr, sa venue n'avait que pour seul et unique but d'apporter le denreishinki à la Shinigami qui l'avertissait d'un message potentiellement important. Cela ne le réjouissait que trop peu de les interrompre, s'imaginant déjà sa colocataire de chambré lui faire subir quelques prises de catch douloureuses et lui grogner dessus de son vocabulaire désuet : « Ne t'avais-je pas prévenu de ne point nous incommoder, paysan!? ».

Lâchant un soupir résigné, le roux s'apprêta à frapper à la porte pour s'annoncer quant il interrompit son geste, interpellé par quelques brides de phrases bien soupçonneuses. Des mots tels que « Seireitei », « Shinigami » ou encore « sanctions » lui parvinrent distinctement depuis l'intérieur de la chambre. Pourquoi Rukia discutait-elle de tels sujets avec sa sœur ? Certes, ce n'était pas comme si Karin ignorait tout de la Soul Society mais tout de même... En quoi était-elle concernée ? Devait-il s'en inquiéter ? Hésitant, il s'avança de manière à coller l'oreille à la porte avec l'impression de commettre un délie.

- ... des risques qu'il a prit. Rien n'a véritablement était établi à ce sujet mais je crains que la Soul Society n'approuve pas ce genre de chose, surtout lorsqu'il s'agit d'un officier de division. Les Shinigamis ne sont pas censés nouer des liens trop étroit avec les humains, conclut la voix de Rukia dont le timbre laissait transparaître un certain malaise.

- Je l'ignorai, répondit Karin. Mais ça reste quand même un crétin, ajouta-t-elle avec une pointe de colère. Je sais que Toshirô n'est pas quelqu'un de très loquace mais... Tout ce que tu viens de me raconter, il aurait pu me l'expliquer lui-même au lieu de me planter comme il l'a fait après ce qui c'est passé ! Je... j'aurais été en mesure de comprendre.

Il y eut un moment de silence. Le lycéen, voûté contre la porte, se sentait tiraillé entre saisir cette occasion pour faire son entrée ou laisser la conversation se poursuivre encore un peu. Il n'aimait pas beaucoup l'idée que Toshirô soit sujet de la discutions. Que voulait exactement signifier Rukia par « les Shinigamis ne sont pas censés nouer des liens trop étroits avec les humains » ? On ne le lui avait jamais dit à lui.

Mais avant qu'il n'ai pu se décider, la voix de Karin s'éleva à nouveau.

-Au moins, je comprends mieux pour Ichi et toi maintenant.

Ichigo se colla si fortement à la porte qu'elle émit un faible grincement. Par chance celui-ci passa inaperçue. Voilà qu'il entrait dans la conversation.

-Que... quoi ? Bredouilla Rukia.

-Ben, il y a bien quelque chose entre vous, non ?

Le roux manqua de faire s'écraser le denreishinki au sol tandis que le timbre grave de Rukia prenait de l'ampleur entre paroles inintelligibles et rire nerveux théâtrals. Après s'être assuré de bien caler l'appareil entre ses mains, Ichigo jeta un regard angoissé autour de lui avant de revenir enfin plaquer son oreille contre la porte, le visage devenue plus écarlate que son T-Shirt. Il se demanda s'il ne préfèrerait pas ignorer la réponse de Rukia et rentrer en grande cérémonie dans la chambre. Pourtant, sa curiosité l'emporta sur sa gêne.

-... te faire penser une chose pareille Karin !? Il n'y a absolument rien entre ton frère et moi voyons, haha !

Même s'il n'avait aucun spectateur autour de lui, Ichigo approuva les paroles de la Shinigami par un hochement de tête affirmatif.

-Et puis je n'aurais jamais l'idée de folâtrer avec une andouille pareille, même si c'était le dernier homme sur la terre et dans toute la Soul Society !

Le lycéen tiqua sur le mot « andouille », se retenant à grande peine de ne pas exploser de fureur. Comment ça « même si c'était le dernier homme sur la terre et dans toute la Soul Society » ?! Elle était gonflée celle-là !

-Tu sais, moi je m'en fiche, ça ne regarde que vous. Mais je vois bien comment vous vous dévisagez Ichi et toi quelques fois, fit observer Karin d'un ton faussement détaché. Et je suis loin d'être la seule à l'avoir remarqué.

-Co...co...comment !?

-Non rien, oublie.

Il y eut un nouveau silence qui fut soudain brisé par une série de « bip » intempestifs. Ichigo eut l'impression de se liquéfier sur place en se démenant en vain de faire taire le denreishinki qui venait de le trahir.

« Merde, saloperie ! »

Cependant, les injures muettes et les tentatives désespérées pour couper l'appareil ne seraient pas suffisantes pour le sortir indemne du pétrin qui allait suivre. La porte de la chambre s'ouvrit à la volée, révélant sur son seuil une Rukia au regard assassin.

-VIL PAYSAN ! DEPUIS QUAND ECOUTES-TU AUX PORTES !?

Le lycéen se figea dans l'instant comme assommé. Il aurait volontiers donné tout ce qui lui appartenait pour devenir invisible. Sa bouche était grande ouverte pour parler mais aucun son, pas même un sifflement n'en sortit. Karin apparut juste après au côté de Rukia.

-I...Ichi ?

Elle semblait à la fois anxieuse et scandalisée. Pendant ce temps, le denreishinki continuait de bipper mais personne ne s'en soucia vraiment ou du moins ne s'en rendit compte.

-Tu vas parler à la fin !? Le relança Rukia plus menaçante que jamais et ce, malgré le pyjama à tête de lapin qui l'habillait.

Ichigo cligna des yeux à plusieurs reprises afin de reprendre contenance, puis opta pour la spontanéité.

-Je ne suis pas venu pour écouter aux portes mais pour t'apporter ton truc ! Gronda-t-il en exposant devant lui le petit appareil qui l'avait dénoncé.

La vice capitaine de la treizième division s'en saisit avec violence tout en continuant de darder ses iris sombres et meurtrières sur le rouquin.

-Ça ne fait même pas une minute que j'attends devant la porte, repris ce dernier davantage à l'adresse de sa sœur.

Mais Ichigo se rendait bien compte que ses paroles prenaient forme d'aveux. Il observa Karin avec appréhension alors que Rukia décrochait enfin le curieux téléphone. Il se passa encore plusieurs secondes avant qu'elle ne déclare d'une voix ferme.

-On arrive tout de suite.

Elle raccrocha et se tourna vers le frère et la sœur qui continuaient de se dévisager d'un air tendu. Elle soupira puis attrapa le roux par le bras.

-Il faut y aller, Ichigo.

-Je ne voulais pas écouter, affirma le lycéen à l'adresse de sa sœur. Je...

-Mais tu écoutais quand même, trancha sèchement Karin.

Il était sur le point de répliquer mais la Shinigami à ses côtés insista.

-Tu t'expliqueras plus tard, il y a urgence ! Faut qu'on se rendent à la Soul Society immédiatement pour...

Elle porta un instant son attention sur la collégienne.

-... pour tu sais quoi. Excuse-nous Karin, ajouta-t-elle en accordant un regard à la fois désolée et fuyant à la jeune fille.



Quelque instant plus tard, Karin alla se pencher à la fenêtre et les observa tout deux s'élancer depuis l'ouverture de la chambre d'Ichigo, revêtus de leur kimono noir. Très vite, la nuit les aspira dans son antre et leur silhouette disparurent.

Oui, elle était en colère contre son frère mais elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle aussi avait commis quelques actions blâmables ces dernières semaines, songeant notamment à sa petite intrusion bien matinale au magasin Urahara. De toute façon, son ainé n'avait pas du entendre grand chose au vu de sa réaction. Il ne devait avoir qu'intercepté la fin de leur conversation – qui par ailleurs s'était recentrée sur lui et la Shinigami - et c'était tant mieux.

Bizarrement, elle se surprit à sourire et sa colère se dissipa dans le même instant. Au moins les choses allaient peut-être se démêler entre ces deux là. Ils pouvaient bien se leurrer entre eux mais leur entourage n'était pas aveugle. Fallait bien que quelqu'un finisse par le leur dirent un jour !

Son sourire s'atténua petit à petit jusqu'à s'éteindre complètement tandis qu'elle repensait aux paroles de Rukia : « Les Shinigamis ne sont pas censés nouer des liens trop étroit avec les humains ». Elle ne connaissait la Soul Society que dans les grandes lignes mais du peu qu'elle savait elle ne l'appréciait pas beaucoup. Elle s'imagina l'au-delà comme une organisation très stricte et surchargée de lois, apparentée à l'armée, qui veillait avec la plus grande fermeté à garder tout sous son contrôle. De toute façon, que cela soit vrai ou pas, elle n'était pas pressée de mourir pour le savoir.

Elle s'écarta de la fenêtre et se laissa tomber sur son lit, les bras en croix. Quoi qu'il en soit, les mots de Rukia avaient apaisé son amertume envers Toshirô. La jeune fille se sentait libéré d'un pois. Demain, elle irait le voir. Elle lui collerait d'abord une bonne droite, puis ils discuteraient comme des gens civilisés et adultes. Mais encore fallait-il qu'il coopèrent et qu'il daigne à se montrer... Elle ne serait même pas surprise qu'il enrôle l'autre dingo du bazar pour lui trouver une excuse.


Karin laissa ses pensées flotter un moment, avant de brutalement se redresser sur son lit. Une information importante venait de lui traverser l'esprit. Le Shinigami n'était ici que pour un mois seulement. Elle l'avait appris de la bouche d'Urahara en même temps qu'il lui avait expliqué les problèmes rencontrés par Toshirô avec ses pouvoirs de Shinigami. Combien de temps s'était écoulé depuis son arrivée à Karakura ? Elle était tellement remontée contre lui cette dernière semaine qu'elle en avait oublié ce détail en ruminant dans son coin. Son cœur se mit à battre furieusement. Son frère et Rukia venaient de partir en urgence à la Soul Society. Pour quelle raison ? Que pouvait-il bien s'être passé ?

« … pour tu sais quoi. » Tel avait été les mots de Rukia avant qu'elle ne la fixe d'un air étrange en s'excusant de leur départ précipité. Une simple coïncidence juste après lui avoir confié ce qui s'était passé entre elle et le capitaine ?

Et si Toshirô avait une fois de plus perdu le contrôle ? Ichigo allait-il se battre contre lui ? Son frère avait déjà été blessé une fois en tentant de l'arrêter.

-Merde !

Comment être sûr ? Elle sauta de son lit, attrapa un gilet et s'arrêta net devant la porte. Il était très tard et faisait nuit noir dehors. De plus, le magasin Urahara était à l'Est de la ville, cela faisait une bonne trotte à pied jusque là bas. Et si sa sœur où son père s'apercevait de son absence...

La jeune fille préféra ne pas y penser et pesta silencieusement. Le plus sage serait bien entendu d'aller se coucher et d'attendre le lendemain pour obtenir des renseignements. Seulement, son appréhension était bien trop grande pour être éludée jusqu'au matin... Non, ce n'était pas son genre d'attendre, surtout lorsqu'un si mauvais pressentiment la taraudait. Mais que pouvait-elle faire dans sa condition ? Elle aussi aurait bien voulu se changer en Shinigami et sortir discrètement par la fenêtre pour sauter de toit en toit, brandir un sabre, protéger les gens qu'elle aimait... Elle se rappela alors très précisément d'une conversation qu'elle avait tenu sur Ichigo il y a plusieurs mois de cela avec Urahara :


-Mon frère n'a jamais cessé de se battre... Même avant de devenir Shinigami. Au cri de « Je dois protéger », « Je dois combattre », il a toujours porté des tas de responsabilités. Alors c'est bon comme ça. Désormais, c'est à notre tour de le défendre.

Elle s'apprêtait à partir quand le directeur du bazar la retint un instant :

-S'il y avait quoi que ce soit, dîtes-le-moi ! J'arrangerai tout ce qu'il faut. C'est juste « au cas où... »*.


Ces mots, elle n'était pas certaine de les avoirs bien compris ce jour là. Mais ce soir, il résonnèrent dans sa tête comme une chance de prendre enfin part aux évènements.



*****


Ichigo et Rukia fusaient ensemble vers le magasin Urahara où ils savaient les y attendre Yoruichi. Cette dernière devait lui remettre le Shinyûkyû avant de leur ouvrir le passage vers la Soul Society. Ça y est, ils allaient enfin entrer en action. Lui comme Rukia ignoraient tout de la situation au Seireitei et probablement auraient-ils droit à un rapide débriefing de la part de l'ex-commandante des services d'espionnage. Il s'efforça de ne pas songer à ce qui les attendait. Que la situation soit sous contrôle ou pas, sa tâche serait difficile à exécuter... Mais Rukia semblait avoir toute confiance en lui pour y parvenir. Et cela lui suffisait amplement pour y croire lui aussi.

A la place, il repensa alors aux paroles de la Shinigami énoncées un peu plus tôt à sa sœur.

-Rukia.

-Que veux-tu ? Répondit-elle en bondissant sur le toit d'une papeterie.

-Pourquoi les Shinigamis ne sont-ils pas censés nouer des liens trop étroit avec les humains ?

La jeune femme freina brusquement avant de s'élancer les pieds joins sur la tête du Shinigami remplaçant.

-DONC TU ESPIONNAIS BEL ET BIEN A LA PORTE !

Ichigo s'écrasa cinq mètres en contrebas sur le trottoir, la joue devenue aussi volumineuse qu'un petit melon. Il se redressa avec peine, fustigeant la jeune femme d'un regard éhonté.

-T'en as pas marre de me frapper à chaque fois que je dis un truc !?

Rukia descendit du toit pour le rejoindre.

-C'était une conversation privée !

-Ça ne répond pas à ma question ça, l'informa le roux.

-Les Shinigamis et les Humains ne sont pas du même monde, voilà ta réponse !

-Et alors ? Ça ne m'a pas empêché de côtoyer des Shinigamis à moi !

Rukia releva le menton d'un air hautain, expirant avec force.

-Toi c'est différent. On t'a donné un badge qui te donne le titre de Shinigami Remplaçant. Dès lors, tu n'es déjà plus un simple humain.

-Et Chad ? Inoue ? Ou encore Ishida ? Ils font exception eux aussi ? Insista Ichigo.

Elle soupira derechef, lui faisant signe de reprendre la route jusqu'au magasin.

-Quand je parlais de « liens trop étroits » je ne faisais pas référence à des liens d'amitié, tu comprends ?

Ichigo fixait intensément la Shinigami avant de se rappeler à la remarque de sa sœur au sujet de sa façon de dévisager Rukia. S'empourprant, il détourna rapidement les yeux pour les planter vers l'horizon à peine visible dans la nuit.

-Ouais c'est bon, j'ai saisis. Désolé d'avoir écouté la fin de votre conversation à toi et à Karin, ajouta-t-il.

-Ce n'est pas à moi que tu dois des excuses idiot.

-Je ne voulais pas écouter mais je m'inquiétais de savoir que tu parlais de la Soul Society avec ma sœur, poursuivit-il. Je ne veux pas qu'elle est de démêlés avec eux comme j'en ai eu par le passé. En fait...

Il s'interrompit. Des échos très précis de la discutions lui revinrent en mémoire comme un film repassé en accéléré. Dans sa tête, les morceaux fragmentés du puzzle se reconstituèrent tout naturellement.

« … la Soul Society n'approuve pas ce genre de chose... », « ...surtout lorsqu'il s'agit d'un officier de division », « ...des liens trop étroits avec les Shinigamis », « Je sais que Toshirô n'est pas quelqu'un de très loquace », « ...il aurait pu me l'expliquer lui-même au lieu de me planter comme il l'a fait après ce qui c'est passé ! ».

Après ce qui c'est passé ? Soudain, l'expression hagard, Ichigo eut peur de comprendre. Ses souvenirs remontèrent plus en arrière, jusqu'au jour où il avait reproché à Karin ses escapades répétitives pour se rendre au magasin Urahara et passer du temps avec le jeune capitaine condamné à y séjourner. Pour sa défense, elle lui avait tout simplement répondu : « Je t'ai déjà dit qu'on est ami depuis longtemps, je ne vois pas en quoi ça te dérange ? ». Ami... Vraiment ?

« Quand je parlais de ''liens trop étroit'' je ne faisais pas référence à des liens d'amitié, tu comprends? »

Mais lui avait été trop bête pour ne pas voir l'évidence. C'est alors que de nouvelles bribes de phrases remontèrent à la surface.

« Ta sœur n'avait pas l'air d'avoir le moral ce soir au diner », « Ta sœur à fondu en larme dans les bras de ton autre sœur Yuzu l'autre jours... »

Cette fois, il freina sa course de son propre chef, une boule brûlante irradiant l'ensemble de son corps.

-Qu'y a-t-il ? Ichigo ? S'inquiéta Rukia arrêtée plus en avant.

-Je vais tuer ce petit con..., murmura-t-il menaçant.

-Quoi ? De qui tu parles ?!

-DE TOSHIRO !

Rukia le considéra bouche-bée. Malheureusement ce qu'elle redoutait était inscrit là, aux fond de ses prunelles noisettes devenues terrifiantes. Ichigo avait tout compris.



*****



Le capitaine de la dixième division savait que son arrestation n'était plus qu'une question de minutes s'il ne parvenait pas à faire baisser immédiatement sa pression spirituelle. Il était hors d'haleine et avait parcouru en un temps record plusieurs kilomètres aux environs du vingt troisième district du Rukongai. Près des hautes montagnes cernant le périmètre, il connaissait l'existence d'une caverne esseulée. Aussi, les âmes du district ne s'aventuraient jamais aussi loin des habitations. Le jeune Shinigami en avait fait alors son terrain d'entrainement avec sa subordonnée après la défaite d'Aizen.

Dans sa fuite précipité, son instinct lui avait commandé de mettre le plus rapidement possible de la distance entre lui et le Seireitei. De ce fait, cette grotte s'était imposée dans son esprit comme un lieu sûr et familier où il pourrait tenter de se ressaisir.

Devant le pas de la caverne, il planta Hyorinmaru dans le sol et se laissa choir contre la parois le temps de se calmer et de retrouver un semblant de concentration. Ses doigts étaient engourdies et il s'aperçut de la présence de zébrures violacées sur ses mains, notamment celle ayant tenu la poignée de son sabre. Du givre commençait même à se propager sur sa peau depuis les stigmates. Bon, sa priorité dans l'immédiat était de ramener sa pression spirituelle à un degré suffisamment bas pour échapper aux dispositifs de repérage du Gotei 13. Il s'inquiéterait pour le reste après.

Les paupières closes, la respiration mesurée, il finit par faire diminuer son énergie spirituelle à un niveau tout à fait convenable, proche de celle émise par un Shinigami ordinaire. Bien sûr, il n'avait plus de gigai modifié dans lequel se cacher, néanmoins, il avait fait d'important progrès pour contenir sa nouvelle force.

Il devait beaucoup à Kisuke Urahara pour cela. Face à son reiatsu instable, le directeur du bazar l'avait entrainé à réagir dans l'urgence. Selon ce dernier, parvenir à canaliser ses émotions constituait le premier pas vers la maîtrise de ses pouvoirs, amplifiés par les instincts primaires de Hyorinmarû. Une retraite lui était nécessaire pour effectuer ce simple exercice. Et malheureusement, il n'était pas toujours possible d'en bénéficier lors d'un combat où tout sa lucidité tendait à lui échapper. Dans ces moments d'inconstances, c'était comme si la conscience du dragon de glace se substituait à la sienne. Les conséquences d'un tel laisser-aller l'avait aujourd'hui contraint à prendre la fuite comme un criminel. Pourtant, s'enfuir ne lui ressemblait pas. Il se sentait complètement perdu, séparé du monde et plus véritablement lui même. Qu'est-ce qu'il lui avait prit?

Pendant un instant, il revit les images de ces soldats pétrifiés par le souffle glacé de son zanpakutô... Sa tête le lança douloureusement. Comment avait-il pu laisser les choses se dégrader ainsi ?


Ce furent des yeux lourds et accablés qu'il rouvrit sur le sol de la caverne. Malgré la semi-obscurité ambiante, il distingua plusieurs flaques sombres et irrégulières qu'il n'avait pas remarqué en arrivant. Cela ressemblait à des tâches de sang. Intrigué mais tout de même sur ses gardes, il se dépêcha de récupérer son sabre avant de s'aventurer plus en avant. Les tâches le conduisirent rapidement jusqu'à une silhouette étendue sur le flanc, qu'il mit plusieurs seconde à identifier dans la pénombre. Mais lorsqu'il la reconnu, le capitaine crut bien que son cœur allait lâcher.

-Matsumoto !

Rengainant Hyorinmaru, il se précipita sur la jeune femme qui esquissa un imperceptible mouvement de la tête. Elle paraissait à bout de force mais en vie. C'est alors que Toshirô sentit ses entrailles se décomposer à la vue du corps meurtri de sa seconde qu'il observait maintenant de très près.

Son uniforme de Shinigami ne tenait plus qu'à quelques lambeaux de tissus sur plus de la moitié du corps, révélant de larges surfaces de chair calcinée. La peau s'était même froissée à plusieurs endroits autour d'horribles plaies sanguinolentes, jusque sur son visage tuméfié. Il n'avait jamais vu sa vice-capitaine aussi défigurée. Même sa longue chevelure, d'ordinaire toujours si soyeuse et brillante, avait été dévorées par les flammes sur près d'un tiers de sa longueur, laissant à leurs extrémités de tristes pointes rêches et noircies. Une forte odeur de cheveux brûlés lui remonta d'ailleurs dans les narines alors que la blessée se mit à gémir. Le jeune capitaine eut l'impression de vivre en état d'éveil un véritable cauchemar.

Une main vint se cramponner faiblement au bout de son haori.

-Ca... capitaine..., murmura-t-elle.

-Tais-toi. Laisse-moi d'abord te donner les premier soins, tu me diras tout ce que tu veux ensuite.

Il avait parlé d'une voix particulièrement basse afin de masquer son anxiété et contrôler au mieux ses mains devenues tremblantes. Se mettant à genoux à ses côtés, il s'affaira à utiliser tous son savoir en matière de soin pour refermer les blessures externes les plus graves.

A l'académie, bien avant qu'il n'intègre les treize divisions, il s'était toujours montré doué dans un bon nombre de matières, l'enseignement des techniques de soin ne faisant pas exception. A dire vrai, il comptait sur ses facilités. Mais depuis qu'il était devenu capitaine, il avait cessé de s'exercer dans ce domaine par sa charge de boulot devenue trop importante. Et il craignait à présent que des lacunes ne se soient formées. Jusqu'à présent, cela lui importait peu étant donné l'efficacité des Shinigamis formés à la quatrième division, mais là, il n'y avait que lui pour intervenir. Malheureusement, les brûlures parcourant l'ensemble du corps de sa seconde devait avoir pénétrer plus en profondeur et endommager plusieurs organes. Il aura beau faire de son mieux, ce genre de complications dépassaient largement ses compétences.

Pourquoi cette idiote ne s'était-elle pas rendue immédiatement à la quatrième division !? Rugit-il intérieurement tout en commençant les soins. Pris en charge tout de suite, elle n'aurait pas aggravé son cas. Mais non bien sûr, il fallait que pour une raison encore inconnue mais surement ridicule qu'elle s'entête à venir jusqu'ici en parcourant tout ces kilomètres, aggravant considérablement ses blessures. Il ne connaissait que trop Rangiku Matsumoto maintenant pour savoir que lorsque celle-ci était possédée par une idée, rien sur terre ne pouvait l'en détourner.

Sa contrariété silencieuse devait être lisible sur son visage car sa subordonnée demanda d'une voix faible :

-Vous êtes fâché... contre moi ?

-Je t'ai dit de te taire, répliqua-t-il d'un ton mesurée mais non pas sans reproche.

Elle continua de le scruter entre ses paupières à demie closes. Le jeune capitaine soupira alors.

-Évidemment que je suis fâché contre toi, idiote. Tu as pris un risque inconsidéré en venant ici dans ton état. Et je m'efforce de comprendre ce qui a bien pu traverser ton esprit buté encore une fois...

-Morte au yeux du Gotei 13... je peux alors agir auprès de vous.

La fin de sa phrase se conclut par un toussotement douloureux et un filet de sang coula le long de son menton. Toshirô n'eut pas le cœur à lui faire un sermon.

-On verra ça plus tard, quand tu iras mieux, dit-il à la place. Arrête de parler maintenant et concentre toi sur ta guérison.


Sur ces mots, elle ferma les yeux. Elle était partie afin de protéger son supérieur et voilà que c'était lui qui prenait soin d'elle. D'ailleurs, c'était un miracle qu'ils se retrouvent dans ces circonstances. Surement la trouvait-il désespérante mais il avait raison en y réfléchissant.

Qu'importe. Tout allait s'arranger maintenant, n'est-ce pas ? Ils allaient pouvoir veiller l'un sur l'autre, comme autrefois.


Commentaire de l'auteur * J'ai mis une petite étoile pour signifier que c'est un passage tiré du manga. Car en effet, cette discutions entre Urahara et Karin ne vient pas de chapitres ultérieurs de ma fiction mais du Tome 49 de Bleach (page 106 et 107 pour être plus précise ^^. Voilà, c'était simplement pour clarifier les choses même si j'imagine que certains d'entre vous le savaient déjà ;) A très trèèès bientôt pour la suite alors :) En espérant que ce chapitre vous aura plu !
  Commenter ce chapitre 
<< ( Préc ) ( Suiv ) >>



© Fanfic Fr 2003 - 2021 / Mentions légales